Combiné nordique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Combiné nordique

alt=Description de l'image Nordic combined pictogram.svg.
Fédération internationale Fédération internationale de ski
Sport olympique depuis 1924
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Saut à ski (à gauche) et ski de fond (à droite)

Le combiné nordique est un sport qui combine deux types de pratique de ski nordique : le saut à ski et le ski de fond. Créé en Norvège à la fin du XIXe siècle, le combiné nordique est au programme olympique depuis la première édition et il dispose de championnat du monde depuis 1925.

Historiquement, l'épreuve de ski de fond était disputé plusieurs jours avant le saut. A partir des années 50, l'ordre change puis la compétition a lieu sur une même journée.

Les principales compétitions sont organisées par la Fédération internationale de ski. Il s'agit des championnats du monde, de la coupe du monde ainsi que le Grand prix d'été de combiné nordique.

La discipline est considérée comme la « discipline reine » du ski nordique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un dessin représentant un saut à ski
Dessin de Christian Krohg montrant le premier Husebyrennet en 1879.

Le combiné nordique est né, comme toutes les autres disciplines du ski nordique en Norvège au XIXe siècle.

La première épreuve a eu lieu le 12 février 1879, organisée par le club Christiania ski club (en) lors de la Husebyrennet[1]. Elle consistait en un saut et un parcours de 4 km de ski de fond.

Le combiné nordique est l'épreuve majeure du programme du Festival de ski de Holmenkollen dès 1892[2],[3]. Depuis, la discipline est considérée comme la « discipline reine » du ski nordique[4].

Le combiné nordique est également au programme des Jeux nordiques.

L’épreuve de ski nordique en individuel a fait son apparition à l’occasion de la première édition des Jeux olympiques d'hiver de Chamonix en 1924[3]. Thorleif Haug s'impose devant trois compatriotes à cette occasion[3]. Les épreuves olympiques sont dominées par les Norvégiens jusqu'à la Seconde Guerre mondiale[3].

Description[modifier | modifier le code]

Saut à ski[modifier | modifier le code]

Article détaillé : saut à ski.
Des sauts à ski en 2010

Les origines de ce sport se trouvent en Norvège où la première compétition se tint en 1862[5]. Le saut à ski a fait son apparition aux Jeux olympiques, dès la première édition de 1924[5]. Le skieur s'élance du haut d'un tremplin enneigé ou revêtu de matière synthétique, et atteint une vitesse pouvant dépasser les 100 km/h pour les tremplins de vol à ski[6]. À cet instant, il doit donner une impulsion afin d'aller le plus loin possible dans les airs[6]. Lors de la réception du saut, le sauteur doit effectuer un « télémark »[7].

Le classement est fonction de deux paramètres : la distance du saut et les notes de style attribuées par le jury[6].

Ski de fond[modifier | modifier le code]

Article détaillé : ski de fond.
Des athlètes pendant le ski de fond
Des athlètes pendant le ski de fond

Épreuves[modifier | modifier le code]

Historiquement, il n'y avait qu'un épreuve individuelle dans le combiné nordique[2]. Une épreuve par équipe de trois apparaît lors des championnats du monde de ski nordique 1982. Le format sprint apparaît lors des championnats du monde de ski nordique 1999. Aux championnats du monde de ski nordique 2009, les épreuves de combiné nordique subissent de grands changements avec l'arrivée d'un départ en masse 10 kilomètres, approuvés au congrès de 2006, qui remplace le précédent 7,5 kilomètres sprint, tandis que le 15 kilomètres Gundersen est divisé en deux épreuves, toutes deux de 10 kilomètres, mais avec un grand tremplin de 120 mètres pour l'une et le tremplin normal de 90 mètres pour l'autre. Avec l'épreuve par équipe, le combiné nordique dispose désormais de quatre épreuves au lieu de trois. Ces changements sont approuvés lors de la réunion de Zurich le 29 septembre 2008.

Épreuves actuelles[modifier | modifier le code]

Individuelle au tremplin normal[modifier | modifier le code]

Les skieurs exécutent premièrement un saut sur le tremplin normal suivi d’une course de ski de fond de 10 kilomètres qui consiste à parcourir quatre boucles de 2,5 kilomètres[8]. Suite au saut, des points sont attribués pour la longueur et le style[8]. Le départ de la course de ski de fond s'effectue selon la méthode Gundersen (1 point = 4 secondes)[8], le coureur occupant la première place du classement de saut s’élance en premier, et les autres s’élancent ensuite dans l’ordre fixé[8]. Le premier skieur à franchir la ligne d’arrivée remporte l’épreuve[8].

Individuelle au grand tremplin[modifier | modifier le code]

Même déroulement que pour l'épreuve précédente, mais le saut est effectué sur le grand tremplin[8].

Par équipe[modifier | modifier le code]

Initialement composée de trois athlètes (3 × 10 kilomètres), les relais sont composées depuis 1998 de quatre athlètes (sauf aux universiades d'hiver). Chaque équipe comprend quatre coureurs qui effectuent individuellement un saut sur le grand tremplin[8]. On additionne ensuite les résultats de chaque membre de l’équipe[8]. L’équipe qui obtient le nombre de points total le plus élevé sera la première équipe à partir dans la partie du ski de fond qui consiste en un relais 4 × 5 kilomètres[8]. Comme aux épreuves individuelles, on détermine les temps de départ dans un ordre fixés selon le tableau de Gundersen[8]. L’équipe dont le quatrième skieur franchit la ligne d’arrivée en premier remporte l’épreuve[8].

Sprint par équipes[modifier | modifier le code]

Cette épreuve de relais est disputée par équipe de deux. Elle a été introduite en Coupe du monde lors de la saison 2011 - 2012, à Seefeld.

Départ en ligne[modifier | modifier le code]

Les compétiteurs disputent une course de fond en partant tous en même temps. À l'issue de cette course, le vainqueur reçoit une note de 120 points, on enlève alors aux autres 15 points par minute perdue après le temps du vainqueur de la course de fond, vient ensuite une épreuve de saut à ski qui déterminera le classement final. Le départ en ligne n'est pas au programme olympique.

Anciennes épreuves[modifier | modifier le code]

Individuelle[modifier | modifier le code]

Chaque coureur effectue deux sauts à skis sur le tremplin de base le premier jour de l’épreuve ; on note les sauts sur la longueur et le style. Le deuxième jour de compétition, chaque coureur s’aligne sur la course de ski de fond de 15 kilomètres. L’ordre de départ est déterminé d’après le classement du saut à skis. Le coureur occupant la première place de ce classement s’élance en premier, et les autres s’élancent ensuite dans l’ordre fixé selon le tableau de Gundersen.

Sprint[modifier | modifier le code]

Le premier jour, les concurrents effectuent un seul saut sur le grand tremplin, et le deuxième jour en course de ski de fond sur 7,5 kilomètres. L’ordre de départ est déterminé comme pour l’individuel d’après le classement du saut à skis.

Course à pénalités[modifier | modifier le code]

La course à pénalité (penalty race en anglais) commence par un concours de saut, dont les notes techniques sont remplacées par des boucles de pénalité de 150 mètres déterminées par le verdict du tremplin. Ces boucles sont à effectuer lors de l'épreuve de fond. Cette épreuve a été introduite en Coupe du monde lors de la saison 2011 - 2012, à Lillehammer. Le règlement[9] de la Coupe du monde 2012-2013 précise l'ordre de départ des concurrents en fonction de leur classement lors de l'épreuve de saut :

Performance en saut Pénalités
Vainqueur Aucune boucle de pénalité + départ avancé de dix secondes
de 0,1 à 4,9 points derrière le vainqueur Aucune boucle de pénalité
de 5,0 à 9,9 points derrière le vainqueur 1 boucle de pénalité
de 10,0 à 16,9 points derrière le vainqueur 2 boucles de pénalité
de 17,0 à 24,9 points derrière le vainqueur 3 boucles de pénalité
de 25,0 à 35 points derrière le vainqueur 4 boucles de pénalité
plus de 35 points derrière le vainqueur ne sont pas autorisés à prendre le départ

Principales compétitions[modifier | modifier le code]

Championnats internationaux[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Le combiné nordique est une discipline olympique depuis les débuts des Jeux olympiques d'hiver. Trois épreuves s'y déroulent : individuelle au tremplin normal, individuelle au grand tremplin et par équipe.

Championnat du monde de combiné nordique[modifier | modifier le code]

Le championnat du monde de la discipline se déroule lors des championnats du monde de ski nordique. Le premier titre de champion du monde de combiné fut décerné en 1925 au coureur tchécoslovaque Otakar Německý. Celui-ci courait à domicile, puisque ce premier championnat du monde se déroulait à Janské Lázně (ou Johannisbad en allemand, qui était à l'époque parlé dans cette région).

Les championnats du monde sont organisés tous les deux ans. Quatre épreuves s'y déroulent : individuelle et par équipe, respectivement au tremplin normal et au grand tremplin. Des Championnat du monde junior de combiné nordique existent depuis 1968.

Coupe du monde de combiné nordique[modifier | modifier le code]

Comme dans toutes les disciplines de ski, la Fédération internationale de ski organise une Coupe du monde tout au long de l'hiver. Elle compte entre 25 et 30 épreuves à travers le monde (essentiellement en Europe).

De 1991 à 2008, une Coupe du monde B, destinée à des coureurs moins expérimentés, fut organisée. Elle se déroula de manière analogue à la Coupe du monde : des épreuves ayant lieu dans différents pays tout au long de l'hiver. Depuis 2009, la Fédération internationale de ski organise la coupe continentale, compétition internationale qui s'adresse aux jeunes coureurs. Elle se déroule en plusieurs épreuves qui se déroulent dans différents pays, essentiellement européens.

Grand prix d'été[modifier | modifier le code]

Le Grand prix d'été de combiné nordique a été crée en 1998. La première édition est remportée par Matthias Looß (pl).

Autres[modifier | modifier le code]

Médaille associant les représentations des deux activités du combiné : saut et fond.

Le combiné nordique est depuis 2011 un sport optionnel lors des universiades d'hiver.

La fédération internationale de ski organise, en dehors des compétitions citées plus haut, des courses isolées permettant aux coureurs d'acquérir des points FIS leur permettant d'accéder à des compétitions plus relevées. Certaines compétitions annuelles, très réputées, ne sont pas incluses chaque année dans le programme de la Coupe du monde ou du Championnat du monde : elles ont néanmoins lieu indépendamment. Ce fut parfois le cas des jeux du ski de Lahti, du festival de ski d'Holmenkollen ou des jeux de ski de Suède (no).

L'organisation des pays alpins organise une compétition annuelle, disputée en plusieurs épreuves ayant lieu dans les différents pays de l'arc alpin. La Coupe OPA est destinée aux jeunes coureurs.

Compétitions nationales[modifier | modifier le code]

Championnats nationaux[modifier | modifier le code]

De nombreux pays organisent un championnat national. Liste non exhaustive :

Coupes nationales[modifier | modifier le code]

Des coupes nationales existent dans différents pays. Ainsi en France, la Coupe de France, sponsorisée par le constructeur automobile Subaru[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Roland Huntford, 2006, Two Planks and a Passion: The Dramatic History of Skiing
  • (no) Jakob Vaage (en), 1956, Norske Skiløpere

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (no) « Husebyrennet », sur snl.no (consulté le 3 octobre 2014).
  2. a et b « Combiné nordique », sur franceolympique.com (consulté le 16 septembre 2014).
  3. a, b, c et d (en) « Nordic combined », sur olympstats.com (consulté le 3 octobre 2014).
  4. (de) « Nordische Kombination », sur deutsche-olympiamannschaft.de (consulté le 16 septembre 2014).
  5. a et b « Saut à ski », sur franceolympique.com (consulté le 16 septembre 2014).
  6. a, b et c « Le 16 h : les secrets pour aller loin au saut à ski avant Sotchi », sur futura-sciences.com (consulté le 16 septembre 2014).
  7. « Saut à ski », sur universki.fr (consulté le 3 octobre 2014).
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Combiné nordique », sur franceolympique.com (consulté le 5 octobre 2014).
  9. Le règlement de la Coupe du monde 2012-2013 sur le site de la [fédération internationale de ski]
  10. Les épreuves de décembre 2011 de Coupe de France annoncées sur le site skinordique.net

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :