Nathalie Tauziat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nathalie Tauziat
(épouse Palaurena)
Nathalie Tauziat
Nathalie Tauziat (à gauche) avec Conchita Martínez, lors du tournoi vétéran de Wimbledon en 2010
Carrière professionnelle
1984[1] – 2003
Pays Drapeau de la France France
Naissance 17 octobre 1967 (47 ans)
Drapeau : Centrafrique Bangui
Taille / poids 1,65 m (5 5) / 63 kg (139 lb)
Prise de raquette Droitière
Revers à une main
Entraîneur Régis de Camaret
Gains en tournois 6 650 093 $
Palmarès
En simple
Titres 8
Finales perdues 14
Meilleur classement 3e (08/05/2000)
En double
Titres 25
Finales perdues 33
Meilleur classement 3e (08/10/2001)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/8 1/4 F (1) 1/4
Double 1/8 1/2 1/2 F (1)
Mixte 1/16 1/8 1/4
Titres par équipe nationale
Fed Cup 1 (1997)

Nathalie Tauziat est une joueuse de tennis française, professionnelle de 1984 à 2003, née le 17 octobre 1967 à Bangui, République centrafricaine.

Carrière tennistique[modifier | modifier le code]

Longtemps numéro un française, elle a fait preuve d'une grande régularité, comptant presque sans discontinuer parmi les vingt meilleures joueuses du monde de 1990 à 2001.

Première carrière[modifier | modifier le code]

Nathalie Tauziat débute sa carrière professionnelle en 1984 et devient championne de France en simple en 1985.

Durablement installée dans le top 40 à la fin des années 1980, elle fait son entrée dans le top 20 en 1990. Cette année-là, elle remporte son premier titre WTA à Bayonne en battant Anke Huber en finale. Pour la première fois de sa carrière, elle atteint également les huitièmes de finale à Roland-Garros, Wimbledon et l'US Open.

Durant les années suivantes, elle parvient à se maintenir dans le top 20 grâce à des résultats réguliers et des victoires prestigieuses face à des top 10 (Natasha Zvereva, Martina Navrátilová, Manuela Maleeva…). Elle atteint également les quarts de finale à Roland-Garros en 1991 et à Wimbledon en 1992.[réf. nécessaire]

Bien qu'efficace, son jeu de fond de court à plat ne lui permet pas de monter dans la hiérarchie menée par des joueuses plus puissantes qu'elle dans cette filière. Dès lors, elle décide, malgré ses 27 ans, de pousser son jeu vers l'attaque et le service-volée sous la houlette de son entraîneur Régis de Camaret. Entre 1994 et 1996, son classement souffre de ces changements et la Française est rétrogradée autour de la trentième place mondiale. Néanmoins, sa victoire au tournoi sur gazon d'Eastbourne en 1995 laisse augurer de meilleurs moments pour la française.

Seconde carrière[modifier | modifier le code]

À presque 30 ans, Nathalie Tauziat réalise une excellente année 1997 qui marque le début de sa seconde carrière en forme d'été indien. Elle fait partie de l'équipe de France victorieuse de la Fed Cup face aux Pays-Bas en finale. Invaincue en simple et en double pendant toute la campagne[2], elle remporte un duel historique lors du premier tour contre le Japon, en battant Naoko Sawamatsu (7-5, 4-6, 17-15) dans le match comptant le plus de jeux disputés (54) dans l'histoire de la Fed Cup. Cette même année, elle se qualifie pour les quarts de finale à Wimbledon en battant sa compatriote Sandrine Testud (4-6, 7-5, 12-10), après avoir sauvé deux balles de matchs. Elle remporte également le tournoi sur gazon de Birmingham et atteint deux finales à Chicago et Zurich. De retour dans le top 15, elle se qualifie pour les Masters en simple et en double. Elle y atteint les demi-finales en simple pour la première fois de sa carrière et atteint la finale du double associée à Alexandra Fusai.

L'année 1998 marque la consécration de la Française au plus haut niveau. Adepte sur le tard du service-volée, elle joue sa première (et seule) finale dans un tournoi du Grand Chelem, le 4 juillet 1998 à Wimbledon. Battue par Jana Novotná, sa performance est quelque peu occultée par la victoire la veille des Bleus face à l'Italie à la Coupe du monde de football. Quelques semaines plus tard, elle fait pour la première fois son entrée dans le top 10, à la huitième place mondiale le 17 août 1998.

Après un début d'année 1999 difficile, où elle n'a atteint qu'une seule fois les quarts de finale en 11 tournois disputés, elle atteint deux finales sur herbe à Birmingham et Eastbourne, avant d'atteindre les quarts de finale à Wimbledon. Elle remporte par la suite le tournoi Tier 1 de Moscou, le plus prestigieux de sa carrière, et celui de Leipzig. Grâce à sa victoire à Moscou, elle devient à 32 ans la troisième joueuse la plus âgée à remporter un tournoi Tier 1, après Chris Evert et Martina Navrátilová. Par ailleurs, elle atteint pour la deuxième fois de sa carrière les demi-finales des Masters en simple et termine la saison au septième rang mondial.

En février 2000, elle remporte l'Open Gaz de France de Paris, en écartant sèchement Serena Williams en finale. Quelques semaines plus tard, à trente-deux ans passés, elle atteint le 3e rang mondial, devenant ainsi la quatrième joueuse la plus âgée de l'histoire à se classer dans le top 3. A l'US Open, elle se qualifie pour les quarts de finale en battant pour la première fois Arantxa Sánchez Vicario, après 11 défaites consécutives.

L'année 2001 marque la dernière saison en simple sur le circuit de la Française. A l'Open Gaz de France, elle sauve 10 balles de matchs pour s'imposer face à sa compatriote Nathalie Dechy, avant de s'incliner en demi-finale face à Amélie Mauresmo. Elle remporte son dernier tournoi en simple à Birmingham et atteint les quarts de finale à Wimbledon en s'inclinant face à Venus Williams. Nathalie Tauziat se hisse en huitièmes de finale à l'US Open, où elle est battue en 3 sets par Amélie Mauresmo. Cette année-là, elle obtient son meilleur classement en double (no 3) en remportant notamment le titre le plus important de sa carrière à Miami avec Arantxa Sánchez Vicario et en atteignant la finale du double dames de l'US Open aux côtés de Kimberly Po. Elle dispute son dernier match professionnel en simple au premier tour du Masters 2001 face à sa bête noire Arantxa Sánchez Vicario.

Nathalie Tauziat a disputé quelques tournois en double en 2002 et 2003.

Elle a remporté trente-trois titres sur le circuit WTA, dont huit en simple et vingt-cinq en double dames.

De l'âge de treize ans et jusqu'à sa retraite sportive en 2003, elle est restée fidèle au même entraîneur, Régis de Camaret.

En 2000, Nathalie Tauziat a publié Les dessous du tennis féminin[3], ouvrage dans lequel elle relate son quotidien de joueuse professionnelle. Tout en réglant ses comptes personnels, elle y dénonce aussi le business du tennis féminin, où le glamour tendrait selon elle à se substituer exagérément aux strictes performances sportives.

Après-carrière[modifier | modifier le code]

Depuis sa retraite sportive, Nathalie Tauziat dirige un club de tennis au Capbreton, dans les Landes.

Entre juin 2011 et octobre 2013, elle entraîne la jeune espoir canadienne Eugenie Bouchard[4],[5],[6].

Elle fait partie à l'issue de sa carrière sportive du comité directeur de la Fédération française de tennis, mais en raison de son attitude lors du procès pour viols de son entraîneur Régis de Camaret, il lui est demandé de démissionner, ce qu'elle refuse[7].

Depuis 2014, elle entraîne la Canadienne Aleksandra Wozniak.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple dames[modifier | modifier le code]

En double dames[modifier | modifier le code]

Parcours en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe de la Fédération[modifier | modifier le code]

Classements WTA[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les dessous du tennis féminin, Editions J'ai lu, mai 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Premier match officiel connu.
  2. Tauziat détient le record du nombre de saisons (16), de rencontres (40) et de matchs (52) disputés en Fed Cup. Elle demeure aussi la meilleure Tricolore en double (vingt matchs gagnés pour neuf défaites).
  3. En livre de poche (ISBN 2290312193)
  4. http://tenniskalamazoo.blogspot.de/2012/07/eugenie-bouchard-makes-history-with.html
  5. http://fr.canoe.ca/sports/nouvelles/tennis/archives/2012/06/20120613-180254.html
  6. http://tvasports.ca/video/featured/les-plus-recentes/1115972522001/eugenie-bouchard-est-un-diamant-selon-son-entraineuse-nathalie-tauziat/1844030705001/page/3
  7. Nathalie Tauziat refuse de démissionner du comité directeur de la FFT, dans la mesure où il ne lui reste plus que deux mois de mandat à faire, eurosport.fr, le 27novembre 2012.
  8. a, b, c et d Pour chaque tournoi, la date indiquée correspond à la première journée, en général un lundi.
  9. a, b, c et d L'Open d'Australie est organisé en décembre de 1978 à 1985.
  10. a et b L'Open d'Australie n'est pas organisé en 1986.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Meilleures performances des joueuses françaises de tennis

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Navigation[modifier | modifier le code]