Adélaïde (Australie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adélaïde.
Adélaïde
Blason de Adélaïde
Héraldique
Vue aérienne du centre ville.
Vue aérienne du centre ville.
Administration
Pays Drapeau de l'Australie Australie
État Australie-Méridionale
Maire Stephen Yarwood
Code postal SA 5000
Démographie
Population 1 277 174 hab. (2012[1])
Densité 699 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 55′ 48″ S 138° 35′ 59″ E / -34.93, 138.59972 ()34° 55′ 48″ Sud 138° 35′ 59″ Est / -34.93, 138.59972 ()  
Altitude 0 m
Superficie 1 826,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Australie-Méridionale

Voir sur la carte Australie-Méridionale administrative
City locator 12.svg
Adélaïde

Géolocalisation sur la carte : Australie

Voir sur la carte Australie topographique
City locator 12.svg
Adélaïde
Liens
Site web http://www.adelaidecitycouncil.com/

Adélaïde (Adelaide en anglais) ou encore Adelaïde[2] (1 187 466 habitants pour l'agglomération en 2009) est par sa population, la cinquième ville d'Australie[3] et la capitale de l'Australie-Méridionale. C'est une ville côtière située sur la rive du golfe Saint-Vincent dans les plaines d'Adélaïde, au nord de la péninsule Fleurieu, à l'ouest de la chaîne du Mont-Lofty qui culmine à 727 mètres.

Avant l'arrivée des Européens, la région était occupée par les populations aborigènes Kaurnas.

La ville doit son nom à la reine Adélaïde, la reine consort épouse du roi Guillaume IV et elle fut créée en 1836 pour n'accueillir à la différence des autres colonies australiennes que des Britanniques libres. Selon la légende, on dit que c'est le colonel William Light, un des fondateurs de la ville, qui en conçut les plans et en choisit l'emplacement près du fleuve Torrens. Suivant les conceptions de William Penn, Light conçut les plans d'une ville selon un maillage carré avec de larges boulevards et de grands parcs publics, le tout entouré de vastes espaces verts. Ville ayant pratiqué très tôt la liberté religieuse, la ville porte aujourd'hui le nom de « Ville des églises ». Adélaïde est surtout réputée pour ses nombreux festivals, ses équipes sportives et ses vins.

Capitale de l'État, la ville abrite le siège du gouvernement et de nombreux centres commerciaux mais aussi de nombreuses institutions gouvernementales et financières. La plupart d'entre elles se retrouvent au centre ville et notamment dans les environs du boulevard de North Terrace et de la rue du roi Guillaume IV.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le plus grand immeuble d'Adélaïde : Westpac House.
Adélaïde en 1839.

Avant l'arrivée des britanniques, la région d'Adélaïde était habitée par les aborigènes Kaurnas. Outre les plaines d'Adélaïde, les Kaurnas habitaient les régions environnantes depuis Cape Jervis au sud jusqu'à Port Wakefield au nord. Parmi les habitudes de cette tribu figuraient la pratique des brûlis dans les collines d'Adélaïde comme purent le constater les premiers européens avant de les refouler pour s'installer à leur place. En 1852 (date du premier recensement), il y avait encore 650 Kaurnas habitant la région et leur nombre décroissait régulièrement. Pendant les mois d'hiver, ils se réfugiaient dans les collines où ils trouvaient de meilleurs abris et du bois pour se chauffer[4],[5].

L'Australie-Méridionale fut officiellement créée comme colonie britannique le 28 décembre 1836, près du The Old Gum Tree situé maintenant dans le quartier de Glenelg Nord. Ce jour est maintenant commémoré et connu sous le nom de Proclamation Day en Australie-Méridionale. Le site de la ville fut topographié et cartographié par le colonel William Light, le premier topographe en chef du pays bien que les plans détaillés de la ville soient l'œuvre de l'architecte George Strickland Kingston[6]. Light a fait ses plans de la ville en se basant sur la ville sicilienne de Catane avec ses deux grandes rues perpendiculaires, l'une orientée nord-sud, l'autre est-ouest, chacune d'environ 1,5 kilomètre de long et ce choix ne fut pas accepté sans opposition. Il choisit un site sur un terrain en pente près de la « River Torrens » qui devint la principale source d'eau de la ville et ce choix a permis à la ville de croitre et prospérer sans avoir à faire de modifications importantes sur les plans initiaux de la ville.

Adélaïde fut dès le départ une colonie sans forçats, une ville d'hommes libres avec une liberté religieuse et civile basée sur les idées d'Edouard Gibbon Wakefield. Wakefield pouvait savoir ce qu'il se passait dans la colonie australienne[7] alors qu'il était en prison à Londres pour une tentative d'enlèvement et il comprit très vite que les colonies de l'est de l'Australie souffraient d'un manque de terre à distribuer dus à une distribution trop généreuse à tous les nouveaux arrivants[8]. L'idée maitresse de Wakefield était que le gouvernement devait contrôler les terres et ne les vendre que si le prix des terrains à vendre se situait à un niveau assez haut pour le rendre inabordable aux ouvriers agricoles et aux journaliers[9]. L'argent recueilli par la vente des terres était utilisé pour faire venir des émigrants travailleurs qui devaient travailler dur pour les colons déjà installés avant de pouvoir acquérir une propriété[10]. Le résultat de cette politique fut qu'Adélaïde n'eut pas à employer des bagnards, contrairement aux autres capitales coloniales australiennes, Sydney, Perth, Brisbane et Hobart.

The historic home Carclew
Ayre's House

Le début de l'histoire d'Adélaïde fut marquée par une incertitude économique et une direction incompétente. Le premier gouverneur de l'Australie-Méridionale, John Hindmarsh, se heurta souvent aux autres responsables de l'état notamment avec le responsable de la sécurité, James Hurtle Fisher. La région entourant la ville d'Adélaïde fut cadastrée par Light pour préparer la mise en vente de 405 km2 de terre. L'économie de la région commença è tenir debout avec l'arrivée des premiers troupeaux de bétail en provenance de Nouvelle-Galles du Sud et de Tasmanie. Le commerce de la laine prit très rapidement une place importante. Les relevés cadastraux de Light étaient achevés à ce moment-là et les terrains furent rapidement mis en vente pour les premiers colons. Des fermes céréalières s'installèrent d'Encounter Bay au sud à Clare au nord en 1860. George Gawler succéda à Hindmarsh à la fin de 1838 et très rapidement commencèrent la construction de la résidence du gouverneur, la prison, des bâtiments de police, un hôpital, un poste de douanes et un quai de débarquement à Port Adélaïde. En plus, furent aussi construits pendant cette période de gouvernement par Gawler des logements pour les officiels et les missionnaires, des commissariats de police. Adélaïde devint progressivement auto-suffisante mais la ville se trouvait fortement endettée avec tous les travaux et tout reposait sur les cautions de Londres. Gawler fut rappelé et remplacé par George Edward Grey en 1841. Grey coupa dans les dépenses publiques malgré une forte opposition locales mais cette décision eut peu de conséquences à ce moment-là: on avait découvert des mines d'argent à Glen Osmond cette même année et d'autres mines furent découvertes un peu de partout, l'agriculture tait sur les rails et la ville exportait de la viande, de la laine, du vin, des fruits, des céréales de sorte que la ville était en pleine croissance lorsque Grey quitta son poste en 1845 alors que, en 1842, un tiers des maisons de la ville était abandonné.

Le commerce avec le reste des états australiens put se développer lorsqu'un habitant d'Adélaïde, Francis Cadell, montra qu'on pouvait naviguer sur le fleuve Murray.

L'Australie-Méridionale devint une colonie autonome en 1856 avec la ratification d'une nouvelle constitution par le parlement britannique. Le vote à bulletin secret fut introduit et un parlement à deux chambres fut élu le 9 mars 1857, alors que la colonie avait 109 917 habitants[11].

En 1860 le réservoir d'eau du parc Thorndon fut mis en service, permettant à la ville d'avoir une autre source d'eau que les eaux troubles du Torrens. En 1867 commença l'éclairage des rues au gaz, l'université d'Adélaïde fut créée en 1874, le Musée national d'Australie-Méridionale ouvrit en 1881 et le réservoir de la « Happy Valley » fut mis en service en 1896. Dans les années 1890, l'Australie fut affectée par une sévère dépression économique mettant fin à une période de développement tumultueuse. Des institutions financières de Melbourne et des banques de Sydney fermèrent. Le taux de croissance chuta et l'immigration diminua fortement. Les exportations diminuèrent de près de moitié en valeur. La sécheresse de 1884 et les mauvaises récoltes qui s'ensuivirent aggravèrent les problèmes au point que certaines familles quittèrent l'Australie-Occidentale. Adélaïde ne fut pas autant frappée que Sydney ou Melbourne et la découverte d'argent et de plomb à Broken Hill en Nouvelle-Galles du Sud, à la frontière de l(Auistralie-Méridionale, permit d'atténuer la crise. Il n'y eut qu'une année déficitaire mais le prix à payer fut la réduction des dépenses et des investissements publics. Seules l'industrie viticole et la production de cuivre ne souffrirent pas du déclin.

L'éclairage des rues à l'électricité fut mis en service en 1900 et les tramways électriques transportèrent leurs premiers passagers en 1909. Pendant la Première Guerre mondiale, 28 000 hommes partirent au front. Adélaïde profita du boom de l'après guerre, mais avec le retour de la sécheresse et l'arrivée de la Grande Dépression, Adélaïde connut un passage à vide dans les années 1930, avant de retrouver la prospérité sous la direction d'un gouvernement dynamique. Le développement des industries de transformation réduisit la dépendance de l'état vis-à-vis des secteurs primaires. Le recensement de 1933 dénombra 580 949 habitants dans l'état ce qui donnait une croissance plus faible que les autres états mais adaptée aux limitations économiques de l'état. La Seconde Guerre mondiale provoqua un déclic économique et permit la diversification de l'économie de la ville sous le gouvernement de Thomas Playford qui sut mettre en valeur la moins grande vulnérabilité de la ville aux attaques étrangères pour pouvoir fabriquer en sécurité les produits dont le pays avait besoin. 70 000 hommes et femmes furent embauchés et la construction navale prit de l'essor dans le port voisin de Whyalla.

Le gouvernement de l'état sut profiter de l'expérience acquise pour développer les industries de transformation comme General Motors Holden et Chrysler (maintenant Mitsubishi Motors Australia Limited) dont les usines se sont installées aux abords de la ville permettant d'achever la transformation d'Adélaïde d'un grand centre agricole en une ville industrielle moderne. Depuis 1954, une conduite d'eau souterraine prend de l'eau du Murray à Mannum pour alimenter Adélaïde et un aéroport international a été mis en service à West Beach en 1955. Un plan d'immigration a permis de faire rentrer 215 000 immigrants de toute nationalité dans l'état entre 1947 et 1973. Dans les années 1970, le gouvernement Dunstan envisagea de faire de la ville un vaste centre culturel et entreprit un grand programme de réformes économiques. La ville organisa le grand prix d'Australie de formule 1 entre 1985 et 1996 sur un circuit urbain dans les parcs de l'est de la ville avant que ce prix ne soit couru à Melbourne[12]. En 1992, la faillite de la banque d'état, la "State Bank of South Australia" plongea la ville et tout le pays dans une période de récession économique dont les effets durèrent jusqu'en 2004, quand l'agence Standard & Poor's remit le pays dans les clients solvables[13].

Géographie[modifier | modifier le code]

Adélaïde est située au nord de la péninsule Fleurieu, dans les plaines d'Adélaïde entre le golfe Saint Vincent et les collines de la chaîne du Mont-Lofty. La ville s'étire sur 20 km d'est en ouest depuis la côte jusqu'aux premières collines et sur 90 km de Gawler à son extrémité nord jusqu'à Sellicks Beach au sud. Selon le bureau australien des statistiques, la métropole a une superficie de 870 km2 et une altitude moyenne de 50 mètres. Le mont Lofty situé dans les collines à l'est de la ville en est le point culminant avec ses 727 mètres.

La plus grande partie de la ville était couverte de bush avant l'arrivée des européens en dehors des marais de la région côtière. À l'heure actuelle, cette végétation a pratiquement disparu et on doit aller la rechercher dans des parcs comme le parc de conservation Cleland et le parc national Belair. La ville a quelques petits cours d'eau dont les deux plus importants sont le Torrens et l'Onkaparinga. Adélaïde compte sur ses nombreux réservoirs comme ceux du Mont Bold et de l'Happy Valley qui fournissent à eux seuls environ 50 % de l'alimentation en eau de la ville.

Climat[modifier | modifier le code]

Adélaïde a un climat méditerranéen ce qui veut dire que la plupart des pluies tombent en hiver. De toutes les capitales australiennes, Adélaïde est celle qui a la plus faible pluviosité. Les pluies sont imprévisibles, de faible abondance et rares pendant tout l'été. Au contraire, l'hiver a des précipitations plus marquées avec le mois de juin qui est le plus pluvieux de l'année avec 83,1 mm de pluie. Les gelées sont rares avec les plus célèbres en juillet 1908 et juillet 1982. Généralement, il n'y a pas de chutes de neige sauf sur le mont Lofty et quelques autres endroits dans les collines environnantes. On peut parfois relever des températures extrêmes en été (au delà des 40°C), notamment le 16 Janvier 2014 où on a enregistré un record de 44°C.

Thermométrie et pluviométrie à Adélaïde, Source : Bureau of Meteorology[14]
Tableau climatique d'Adélaïde
Mois Jan. Fév. Mar. Avr. Mai Jun. Jul. Aoû. Sep. Oct. Nov. Déc. Année
T. max. moy. (°C) 28.8 29.4 26.1 22.4 18.9 16.1 15.3 16.5 18.8 21.5 24.8 26.8
22,1
T. min. moy. (°C) 16.8 17.2 15.0 12.2 10.1 8.2 7.4 8.2 9.6 11.3 13.8 15.5
12,1
Précipitations (mm) 19.2 13.7 26.2 38.7 62.6 83.1 77.8 68.1 63.6 48.5 29.6 26.8
558,1
Nb moyen de jours de pluie 4.3 3.4 5.7 7.9 12.3 15.4 16.2 16.4 13.2 10.8 8.1 6.7
120,5
Source: Bureau of Meteorology

Gouvernement[modifier | modifier le code]

Le siège du Parlement d'Australie-Méridionale, sur North Terrace

L'agglomération d'Adélaïde est divisée en dix-huit zones d'administration locale avec, notamment, en son centre, la ville d'Adélaïde, qui administre le centre ville, North Adelaide et les parcs environnants. C'est la plus ancienne administration communale d'Australie qui a été créée en 1840, lorsque Adélaïde a été créée et son premier maire, James Hurtle Fisher, a été élu. Depuis 1919, la Ville a un Lord-maire, le maire actuel étant Michael Harbison.

Adélaïde est la capitale de l'Australie-Méridionale et abrite son gouvernement qui coopère activement avec la ville qui abrite plus des deux tiers des habitants du pays. En 2006, a été créé le ministère de la Ville d'Adélaïde pour faciliter la collaboration du gouvernement avec le Conseil municipal d'Adélaïde et le maire et pour améliorer l'image d'Adélaïde. La commission parlementaire de la capitale est également impliquée dans la direction de la ville d'Adélaïde, s'occupant plus particulièrement du développement urbain et de la croissance de la ville.

Démographie[modifier | modifier le code]

Le quartier de Chinatown à Adélaïde.
Chaque point représente 100 personnes nées au
Royaume-Uni (bleu foncé),
Grèce (bleu clair),
Chine (rouge),
Italie (vert clair),
Allemagne (orange),
Irak (violet) et
Viêt Nam (jaune),
au recensement de 2006

Au recensement de 2006, Adélaïde avait une population de 1 105 839 habitants, ce qui en fait la cinquième plus grande ville d'Australie. Durant la période 2002-2003, la population a augmenté de 0,6 %, alors que l'augmentation nationale était de 1,2 %. Quelque 70,3 % des habitants d'Australie-Méridionale habitent la région d'Adélaïde, ce qui fait de l'État l'un des plus centralisés. Les principales zones de croissance de la population au cours des dernières années se situent en grande banlieue, notamment les quartiers de Mawson Lakes et de Golden Grove. 341 227 habitants occupent des maisons individuelles, 54 826 des maisons jumelles et 49 327 des appartements.

Les quartiers résidentiels se situent en bord de mer (comme Brighton et Glenelg), dans la banlieue est (comme Wattle Park, Kensington Gardens, St. Peters, Medindie et College Park) et au sud-est du centre-ville (comme Waterfall Gully et Unley). Près d'un cinquième (17,9 %) de la population a un diplôme universitaire. Le nombre d'habitants ayant une qualification technique professionnelle a chuté de 62,1 % de la main-d'œuvre au recensement de 1991 à 52,4 % au recensement de 2001.

Plus de la moitié de la population s'identifie comme chrétienne, avec par ordre décroissant: catholiques (22,1 %), anglicans (14,0 %), protestants (8,4 %) et orthodoxes (3,8 %). Environ 24 % de la population n'a pas exprimé son appartenance religieuse, comparativement à la moyenne nationale de 18,7 %. Le grand nombre d'églises à Adélaïde a conduit à attribuer à la ville le surnom de "City of Churches" (la ville des églises)[15].

Globalement, le vieillissement de la population d'Adélaïde est plus rapide que celui des autres villes australiennes. Un peu plus du quart (26,7 %) de la population d'Adélaïde est âgée de 55 ans ou plus, alors que la moyenne nationale est à 24,3 %. Adélaïde a la plus faible proportion d'enfants (de moins de 15 ans) : 17,8 % de la population, comparativement à la moyenne nationale : 19,8 %.

Les habitants d'Adélaïde nés à l'étranger représentent 23,7 % (262 367) de la population totale. La banlieue nord-ouest (quartiers de Woodville et Athol Park) et la proche banlieue proche ont un ratio plus élevé de résidents nés à l'étranger. Les cinq plus grands groupes de personnes nées outre-mer viennent d'Angleterre (7,3 %), d'Italie (1,9 %), d'Écosse (1,0 %), du Viêt Nam (0,9 %), et de Grèce (0,9 %). Les langues autres que l'anglais les plus utilisées sont l'italien (3,0 %), le grec (2,2 %), le vietnamien (1,2 %), le mandarin (0,8 %) et le cantonais (0,7 %).

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la ville est principalement basée sur les industries de fabrication, de défense et la recherche, l'exportation et les industries de service correspondantes. La ville a de grandes zones d'entreprises de fabrication, pour l'industrie de la défense et la recherche. Elles abritent les usines de fabrication de voitures de General Motors Holden et des unités de production de systèmes électroniques qui sont vendus dans le monde entier pour des applications en médecine, dans les communications, la défense, l'automobile, les industries alimentaires (vin notamment) et autres industries de transformation. Les recettes de l'industrie électronique ont augmenté de plus de 15 % par an depuis 1990. L'industrie électronique emploie plus de 13 000 personnes, soit plus que l'industrie automobile. Près de la moitié de toutes les voitures produites en Australie sont fabriquées à Adélaïde[16]. La multinationale de médias News Corporation a été créée et a eu son siège dans la ville jusqu'en 2004 qui est toujours considérée comme le siège "spirituel" du groupe par Rupert Murdoch. La plus grande compagnie pétrolière d'Australie, Santos (South Australia Northern Territory Oil Search), la célèbre brasserie Coopers, la principale société de commerce de détail Harris Scarfe et la deuxième plus grande société d'investissement australienne Argo Investments Limited ont leur siège à Adélaïde. La faillite de la Banque d'État en 1992 à la suite de hauts niveaux d'endettement de l'État (plus de 4 milliards de dollars australiens de pertes) a obligé les nouveaux gouvernements à adopter des budgets de crise et donc à réduire les dépenses, ce qui a été un revers pour la poursuite du développement de la ville et de l'État. La dette de l'État a été suffisamment réduite pour que l'État récupère une cote de crédit AAA +[17]. L'économie de l'Australie-Méridionale, très étroitement liée à celle d'Adélaïde, présente toujours un excédent commercial et la croissance par habitant est plus élevée que celle de l'Australie dans son ensemble[18]

Le sous-marin Rankin construit à Adélaïde

Industrie de défense[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Rundle Mall
Plan de la ville d'Adélaïde

Une culture méditerranéenne prédomine, avec brunch (déjeuner pris à 11h pour remplacer le petit déjeuner et le déjeuner) ou lunch (déjeuner) face à la mer à Henley Beach et Glenelg et déjeuner en terrasse pratiquement durant les douze mois de l'année. Adélaïde en elle-même est en fait un carré de 1 mile de côté, entouré de parcs (parklands), dans lesquels le colonel Colonel Light avait juré de n'y laisser bâtir aucune construction. Le reste de la zone urbaine d'Adélaïde est composé d'un patchwork de banlieues (suburbs), qui s'étalent sur 90 km de Seaford au Sud à Smithfield au Nord, et de 20 km d'ouest en est, jusqu'à la chaîne du Mont-Lofty (point culminant : mont Lofty, 727 m).

Les endroits à visiter sont sa rue commerçante (mall) Rundle Street, qui est encore le plus grand mall de l'hémisphère sud à ce jour, les bâtiments d'époque de North Terrace. North Adelaide : le quartier chic. Les plages urbaines : Glenelg, Henley Beach. Il est de bon ton de goûter au fruit dont les Adelaideans (habitants d'Adélaïde) sont très fiers : le vin en particulier dans la vallée Barossa (au nord-est) mais aussi dans la vallée MacLaren (au sud). Il y a aussi les collines d'Adélaïde où on peut trouver beaucoup de petits vignobles. On peut également visiter Hahndorf qui est une petite ville avec beaucoup de sites pour les touristes comme les galeries d'art et la boulangerie Kaffehouse.

On peut également y visiter l'église de la Sainte-Trinité (la Holy Trinity Church), une église bâtie en 1838, ainsi que l'église écossaise (la Scots Church) de North Terrace, l'une des premières églises d'Adélaïde. Le jardin botanique d'Adélaïde a la réputation d'être le plus beau d'Australie. Le musée d'art (Art Gallery) contient des pièces de l'époque coloniale et une collection de céramiques du Sud-est asiatique.

alternative textuelle
Musée de la botanique économique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Mitchell Building, l'Université d'Adélaïde.

L'enseignement représente une part de plus en plus importante de l'économie de la ville, avec la volonté du gouvernement d'Australie-Méridionale et des établissements d'enseignement de tenter de faire d'Adélaïde "le centre de l'Australie en matière d'éducation" et de vendre la ville en tant que Ville de l'érudition -"Learning City"-[19]. Le nombre d'étudiants étrangers à Adélaïde a augmenté rapidement ces dernières années pour atteindre 23 300 dont 2 380 sont des élèves du secondaire[19]. En plus des institutions existantes, les institutions étrangères ont été incitées à créer des campus dans le but d'accroître l'attrait de la ville en tant que centre d'enseignement[20].

Le Hawke Building, partie de l'Université d'Australie-Méridionale

Le système d'enseignement supérieur à Adélaïde est vaste. Il existe plusieurs instituts de formation professionnelle à travers la ville. En outre, il existe trois universités publiques et deux privées, toutes classées dans le top 400 mondial par le magazine Times Higher Education, (anciennement The Times Higher Education Supplement[21]. L'Université d'Adélaïde, avec 20 478 étudiants[22], est la troisième plus vieille université d'Australie et un des principaux membres du Groupe des Huit. Elle possède cinq campus dans l'ensemble de l'État, dont deux dans le centre-ville, et a également un campus à Singapour. L'Université d'Australie-Méridionale, avec 36 000 étudiants[23], dispose de deux campus sur North Terrace, trois autres campus dans la métropole et deux campus hors ville, l'un à Whyalla, l'autre à Mount Gambier. L'université Flinders, avec ses 16 237 étudiants[24], est située dans la banlieue sud, à Bedford Park, à côté du Centre Médical Flinders.

L'université Carnegie-Mellon est la première université étrangère à s'être installée en Australie où elle a créé deux campus universitaires de troisième cycle dans le centre-ville en 2006: le Heinz College Australia à Victoria Square et l'Entertainment Technology Centre à Light Square. L'université de Cranfield a suivi en 2007 et mis en place un campus de troisième à Victoria Square à côté du Heinz College. Une autre institution de premier plan, l'University College de Londres, va créer en 2009 son premier campus à côté des universités Carnegie Mellon et de Cranfield, avec début des cours de troisième cycle en 2010[20].

La Royal Institution de Grande-Bretagne, avec ses deux cents ans d'âge va aussi créer son homologue australienne à Adélaïde, qui ouvrira officiellement en 2009[25].

Au niveau de l'enseignement primaire et secondaire, il existe deux systèmes d'enseignement scolaire. Il existe un système public géré par le gouvernement et un système privé d'écoles indépendantes ou catholiques. Toutes les écoles dispensent un enseignement dans le cadre du South Australian Certificate of Education (SACE), ou, dans une moindre mesure, du baccalauréat international -International Baccalaureate (IB)-, avec Adélaïde ayant le plus grand nombre de d'écoles préparant au baccalauréat international d'Australie. Une école remarquable est l'école secondaire St Peter College, qui a formé plus de prix Nobel que n'importe quelle autre école en Australie et qui, au niveau international, est troisième ex æquo derrière les Bronx High School of Science et Stuyvesant High School de New York.

Transport[modifier | modifier le code]

Adélaïde dispose d'un aéroport international (code AITA : ADL), d'un port (Port Adelaide), et des réseaux routiers et ferroviaires pour rejoindre les autres grandes villes du continent.

Enfin, Adélaïde est réputée être le point de départ pour des expéditions vers Kangaroo Island, à 130 km au sud, et dans le désert (Outback), plus loin vers le nord. Prenez le Ghan, qui vous menera jusqu'à Darwin, ou l'Indian Pacific jusqu'à Perth. Port Augusta, à quelque 300 km au Nord, sera la porte de l'Outback par la route. Un peu plus au nord, on trouve une région montagneuse : Flinders Ranges, dont le point culminant St Mary's Peak est à 1 188 m.

Vue du centre ville avec l'ovale de cricket au premier plan
Adélaïde vue de nuit du sommet du mont Lofty

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 3218.0 - Regional Population Growth, Australia, 2011-12 », sur Bureau australien des statistiques (consulté le 14 avril 2014)
  2. les puristes ne placent pas d'accent aigu sur le e
  3. (en) ,, « Regional Population Growth », Australian Bureau of Statistics,‎ 2006 (consulté le 2006-05-10)
  4. (en) Adelaide Council Naming Practices, courtesy Catholic University online.cesanet.adl.catholic.edu.au
  5. (en) South Australian Place Names. Courtesy Government of South Australia « placenames.sa.gov.au » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  6. (en) Johnson and Langmead, The Adelaide city plan : fiction and fact, Wakefield Press, 1986 catalog.slsa.sa.gov.au
  7. (en) Wakefield cites Edward Curr, An Account of the Colony of Van Diemen’s Land, principally designed for the use of emigrants, George Cowie & Co., London, 1824; Henry Widdowson, Present State of Van Diemen’s Land; comprising an account of its agricultural capabilities, with observations on the present state of farming, &c. &c. pursued in that colony: and other important matters connected with Emigration, S. Robinson, W. Joy and J. Cross, London, and J. Birdsall, Northampton, 1829; and James Atkinson, An Account of the State of Agriculture & Grazing in New South Wales; Including Observations on the Soils and General Appearance of the Country, and some of its most useful natural productions; with an account of the Various Methods of Clearing and Improving Lands, Breeding and Grazing Live Stock, Erecting Buildings, the System of employing Convicts, and the expense of Labour generally; the Mode of Applying for Grants of Land; with Other Information Important to those who are about to emigrate to that Country: The result of several years’ residence iand practical experience in those matters in the Colony., J. Cross, London, 1826
  8. (en) Wakefield, Letter from Sydney, December 1829, p. 99-185, written from Newgate prison. Editor Robert Gouger.
  9. (en) Wakefield wrote about this under a pseudonym, purporting to be an Australian settler. His subterfuge was so successful that he confused later writers including Karl Marx, who wrote 'It is the great merit of E.G. Wakefield to have discovered not anything new about the Colonies, but to have discovered in the Colonies the truth of as to the condition of capitalist production in the mother-country.' Das Kapital, Moscow, 1958, p. 766"
  10. (en) Plan of a Company to be Established for the Purpose of Founding a Colony in Southern Australia, Purchasing Land Therein, and Preparing the Land so Purchased for the Reception of Immigrants, 1832; in WAKEFIELD, Edward Gibbon, PRICHARD, M. F., (ed.) The Collected Works of Edward Gibbon Wakefield, Collins, London, 1968, p. 290.
  11. Blair, Robert D., « Events in South Australian History 1834-1857 », Pioneer Association of South Australia,‎ 2001 (consulté le 10 05 2006)
  12. « Adelaide Street Circuit », Formula 1 Database (consulté le 13 06 2007)
  13. (en) « All-round country », The Australian,‎ 29 septembre 2004, p14
  14. Climat d'Adélaïde
  15. http://travel.nytimes.com/2007/12/23/travel/23next.html?scp=5&sq=adelaide&st=cse
  16. [PDF] South Australia Fact Sheet: Automotive, courtesy Business South Australia
  17. South Australia's Credit Rating the Highest, courtesy Business South Australia
  18. [PDF]South Australia's Economic Performance Update, courtesy Business South Australia
  19. a et b (en) Edwards Verity, « Education attracts record numbers », The Weekend Australian,‎ 3 mai 2008
  20. a et b (en) Lucy Hodges, « Brave new territory: University College London to open a branch in Australia », The Independent,‎ 29 mai 2008 (lire en ligne)
  21. (en) « The world's top 400 universities, [[THES - QS World University Rankings]] », Quacquarelli Symonds (consulté le 20 05 2008)
  22. (en) « Facts & Figures », University of Adelaide (consulté le 20 05 2008)
  23. (en) « Key Statistics », University of South Australia (consulté le 20 05 2008)
  24. (en) « Our facts and figures », Flinders University (consulté le 20 05 2008)
  25. (en) Verity Edwards, « Ri Australia plugs into world science », The Weekend Australian,‎ 3 mai 2008
  26. http://www.dfat.gov.au/facts/nobel_prize_winners.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]