Shenzhen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shenzhen (homonymie).
Shenzhen
深圳
Image illustrative de l'article Shenzhen
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province Guangdong
Statut administratif Ville sous-provinciale
Code postal Ville : 518000[1]
Code aéroport SZX
Indicatif 0755[1]
Démographie
Population 10 470 000 hab.[2] (2011)
Densité 5 257 hab./km2
Géographie
Coordonnées 22° 33′ N 114° 06′ E / 22.55, 114.122° 33′ Nord 114° 06′ Est / 22.55, 114.1  
Superficie 199 164 ha = 1 991,64 km2
Divers
PIB total 5,684 milliards de yuans (2006)
PIB par habitant 8,619 U.S.dollars (2006)
Localisation
Image illustrative de l'article Shenzhen

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Shenzhen

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Shenzhen
Liens
Site web english.sz.gov.cn

Shenzhen (深圳 ; pinyin : Shēnzhèn ; Yale : sàm jan) est une ville sous-provinciale de la province du Guangdong en Chine.

Située en bordure de Hong Kong, la municipalité est encore largement rurale dans les années 1970. En 1979 une partie de son territoire acquiert le statut de zone économique spéciale et devient l'un des principaux lieux d'expérimentation de la politique d'ouverture aux investissements étrangers. Bénéficiant de sa position géographique privilégiée, elle connaît un essor économique et démographique spectaculaire. En 2010, elle compte environ 10 millions d'habitants et constitue une des municipalités les plus riches de Chine. Elle fait partie de la mégalopole chinoise du delta de la Rivière des Perles.

La population, en grande partie immigrée, vient de diverses régions chinoises. Le mandarin, la « langue commune », est autant parlé que le cantonais, langue traditionnelle de la région.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, Shenzhen est un simple village de pêcheurs. Ou plutôt la zone actuelle de l'agglomération de Shenzhen recouvre l'emplacement ancien de divers villages de pêcheurs.

En 1978, Deng Xiaoping lance la modernisation dans le domaine de l'agriculture, de l'industrie, de la défense nationale, et de la science et de la technologie. En 1980, s'ouvrent les premières zones économiques spéciales (Shenzhen, Zhuhai, Shantou, Xiamen) : les compagnies étrangères sont autorisées à y investir avec une fiscalité adaptée. En 1986, la directive Open Door encourage l'investissement et le développement du secteur privé et de l'économie de marché. En 1989 s'ouvrent les bourses de Shanghai et de Shenzhen. En 1990, Dongmen inaugure le premier Mc Donald de Chine.

La croissance économique de Shenzhen est de 25,8 % par an en moyenne depuis 1980.

En 2010, la zone spéciale a été étendue sur presque 2 000 km2[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Shenzhen est située à l'une des extrémités du delta de la rivière des Perles. Le territoire s'étend sur environ quatre-vingt kilomètres d'est en ouest, et une quarantaine de kilomètres du nord au sud aux endroits les plus larges. Le centre-ville, qui correspond approximativement aux districts de Futian et de Luohu, se situe dans le centre-sud, à côté de la frontière hongkongaise. Il se trouve à 160 km au sud-est de Canton, 70 km au sud-est du centre de Dongguan et 35 km au nord de l'île de Hong Kong. Le tissu urbain se densifie, et une mégalopole englobant toutes ces villes tend à se constituer.

La zone du delta de la rivière des Perles incluant Shenzhen

Dans la partie sud de Shenzhen, les districts de Nanshan, Futian, Luohu et Yantian, qui forment une zone économique spéciale, représentent la partie la plus densément urbanisée. Luohu et Futian, qui sont les plus proches de Hong Kong, abritent les plus grands commerces et les plus importants quartiers d'affaires. Le quartier de Shekou, dans le district de Nanshan, compte de nombreux expatriés.

Shenzhen est une des rares villes chinoises où un plan urbanistique au sens moderne du terme[précision nécessaire] est visible : des espaces verts ont été aménagés[4],[5].

Population[modifier | modifier le code]

Répartition au recensement de 2000 des 7 008 831 habitants alors recensés.

  • Han : 6 782 986, soit 96,78 %,
  • Zhuang : 112 559, soit 1,61 %,
  • Tujia : 25 987, soit 0,37 %,
  • Miao : 25 567, soit 0,36 %,
  • Dong : 12 707, soit 0,18 %,
  • Yao : 8 802, soit 0,13 %,
  • Hui : 6 784, soit 0,1 %,
  • Mandchous : 5 061, soit 0,07 %,
  • Mongols : 4 555, soit 0,09 %,
  • Bouyei : 4 398, soit 0,06 %,
  • Coréens : 4 004, soit 0,06 %,
  • Yi : 2 257, soit 0,03 %,
  • Bai : 1 645, soit 0,02 %,
  • She : 1 640, soit 0,02 %,
  • Li : 1 292, soit 0,02 %,
  • Mulam : 1 209, soit 0,02 %,
  • Tibétains : 1 153, soit 0,02 %,
  • Gelao : 1 082, soit 0,02 %,
  • Divers : 5 143, soit 0,07 %,

Politique d’environnement[modifier | modifier le code]

L’expansion de Shenzhen repose en premier lieu sur le développement industriel ; il en résulte des problèmes concernant l’environnement. Ces problèmes deviennent omniprésents à partir des années 1990, période depuis laquelle il est devenu nécessaire d’améliorer la qualité du développement industriel pour protéger l’environnement.

Pour ce faire, l'autorité locale constituant la Dìjíshì Authority (D. A.) a décidé de contrôler et protéger la surface urbaine d’activité avec un plan respectant la ville. En outre, la D. A. a décidé de défricher plus de surface et de perfectionner le système écologique[réf. nécessaire]. Le système écologique a été amélioré par l’engazonnement et la protection de l’espace qui n’était pas prévu pour agrandir la ville. Par ailleurs, un théâtre, une bibliothèque et un centre de sport pour la population ont vu le jour.

Après 1989, ont été construits des bâtiments culturels d’un certain niveau, par ex. « la galerie de Shanyue », de nouveaux quartiers avec des centres sociaux pour les habitants, des salles de musique, des centres pour les jeunes et d’autres services dans les domaines de la santé, du sport, de la religion, de l’éducation et de la culture. L'espace dédié à l'implantation de ces ensembles est très conséquent afin de montrer aux regards extérieurs la place de la culture à Shenzhen.

La D. A. s’est fixé comme but d’accroitre la qualité de la ville et de faciliter l’urbanisation. Au commencement, les besoins de la population étaient peu importants, mais c'était sans compter le développement industriel de Shenzhen.

Depuis 1989, la D. A. essaie de réparer les négligences d'urbanisation concernant les rues commerçantes et les centres commerciaux. De plus, il y a eu de grands projets pour embellir les quartiers avec des mesures telles que la plantation d’arbres et l’éclairage public.

En 2011, Shenzhen apparaît comme une ville plutôt verte : golfs, parcs, jardins, promenades, contre-allées. Les grandes avenues anciennes restent plantées d'arbres, principalement à Nanshan et Shékou. Nombre d'espaces verts ont été créés, des « couloirs verts » ont été aménagés autour des nouveaux grands axes routiers conjointement avec la poursuite du développement des transports collectifs.

La D. A. impose (progressivement) les cycles à moteur électrique. Mais la réflexion continue : interdiction cyclique des cycles motorisés pendant six mois à partir du 5 juin 2011, avec avertissement, amende de 200 RMB et/ou confiscation du cycle. Enfin, en raison de sa grande étendue, la ville de Shenzhen offre encore de grandes zones vertes inhabitées, en dehors des côtes et des axes routiers.

Un réseau de pistes cyclable est également intégré dans le programme des voies vertes du Guangdong, couvrant plusieurs milliers de kilomètres autour du Détroit de la rivière des Perles.

Relation entre Hong Kong et Shenzhen[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Shenzhen entretient avec Hong Kong des relations très étroites. À elles deux, les deux villes comptent une vingtaine de millions d'habitants pour une surface de 3 000 km² et constituent une des grandes métropoles économiques chinoises. Depuis la restitution de Hong Kong à la Chine, les deux villes tendent à se fondre en ce qui concerne l’infrastructure et la vie quotidienne. La frontière n’est plus une grande barrière. La population fait la navette entre les deux villes pour rentrer à la maison, faire des courses et pour les loisirs (p.ex. des concerts). Les quatre célèbres universités de Hong Kong s’installent à Shenzhen[précision nécessaire]. Les projets pour améliorer l’infrastructure soutiennent cette migration de va-et-vient. Les denrées alimentaires viennent en grande partie de Shenzhen[Combien ?][précision nécessaire]. Le différentiel économique cependant reste très fort entre les deux villes. Le rapport en ce qui concerne le revenu et le loyer pour les bureaux est de 3:1[réf. nécessaire].

À cause de certaines restrictions (le personnel, les biens et l’argent), on peut constater un développement asymétrique entre Shenzhen et Hong Kong. Les investissements de Hong Kong sont la source financière principale affluant à Shenzhen. En 2001, les investissements s’élèvent à 1,94 mdUSD, c'est-à-dire 53,84 % de la totalité des investissements[réf. nécessaire] Fin 2000, il y avait 9300 entreprises basées sur des investissements de Hong Kong[précision nécessaire]

Le Delta de la rivière des Perles, ou PRD, est un projet ambitieux et nécessaire de développement de l'ensemble de la région, de Hong Kong à Canton, soit déjà près de 50 millions de personnes.

Transport[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transport à Shenzhen.

Métro[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Métro de Shenzhen.

Le métro de Shenzhen a ouvert en 2004. En 2012, il comptait 5 lignes.

Urbanisme et architecture[modifier | modifier le code]

La ville de Shenzhen ne s'est véritablement développée que dans les années 1980. Elle n'a guère de bâtiments historiques. Comme dans les autres villes chinoises, les immeubles sont souvent de grande hauteur. Dans le centre, on compte de nombreux gratte-ciel. Le plus emblématique est sans doute le Shun Hing Square. À son achèvement en 1996, il était le plus haut immeuble de Chine continentale. Il a constitué un symbole de l'essor économique chinois.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme constitue une importante source de revenus. Deux des principales sources d'attractivité sont les commerces et les parcs à thèmes.

Shenzhen dispose de nombreux centre commerciaux. De nombreux résidents hongkongais sont attirés par les prix généralement inférieurs à ceux pratiqués à Hong Kong.

De nombreux parcs à thèmes ont été construits à partir des années 1990. Parmi les plus célèbres figurent OCT East, Happy Valley, Window of the World et Splendid China Folk Village.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Plusieurs établissements d'enseignement supérieurs sont installés dans la ville. Le principal pôle universitaire est la "ville universitaire de Shenzhen" (anglais : University Town of Shenzhen, chinois : 深圳大学城) qui abrite des antennes de diverses institutions chinoises telles l'Université de Pékin et l'Université Tsinghua.

Économie[modifier | modifier le code]

En 2006, le PIB total était de 568,4 milliards de yuans, et donc un PIB par habitant de 8 619 U.S.dollars[6].

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Les activités industrielles sont très développées à Shenzhen, en particulier le domaine de l'électronique. Le groupe taiwanais Foxconn, plus grand fabriquant mondial de composants électronique, dispose d'un important site de production comptant dans le district de Longhua. En 2010, celui-ci comptait environ 450 000 salariés[7].

Le secteur financier est assez développé à Shenzhen. La ville abrite le siège de société telles que CITIC Securities, China Merchants Bank et Ping An Insurance. La Bourse de Shenzhen, ouverte en 1990, est la troisième du pays après celles de Hong Kong et de Shanghai.

Salaires[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Au premier mars 2011, le salaire minimum serait à Shenzhen de 1100 RMB par mois par employé, contre 1300 à Canton / Guangzhou et environ 900-1000 dans le reste du sud est de la RPC. Cela correspondrait à une augmentation de près de 20 % sur un an, ce qui confirme l'élévation du prix de la vie, localement. Il reste à définir à quoi correspond la charge de travail effective, si les heures supplémentaires sont effectivement payées au tarif officiel, et si les travailleurs de passage bénéficient de ces mesures.

Pour comparaison, début juin 2011, les employé(e)s de maison de Hong-Kong ont obtenu une revalorisation de 16 % des salaires, pour les nouvelles embauches, à hauteur de 3750 dollars HK.

Prostitution[modifier | modifier le code]

La prostitution s'est développée à Shenzhen. Des Chinois enrichis affirment à nouveau leur rang social en exhibant voitures, maisons, costumes et jolies jeunes femmes. Selon Radio86 Shenzhen aurait ainsi développé des « villages de concubines »[8]. Avec un très grand nombre de jeunes filles venues seules de la campagne, Shenzhen est aussi la ville où se retrouve la plus forte concentration de « bao er nai », concubines ou « deuxièmes femmes » chinoises. Les travailleurs en provenance de Hong Kong ont commencé à entretenir des femmes lors de leur passage en Chine continentale, avant que ce phénomène s'étende aux Taïwanais, aux Macanis et enfin aux Chinois continentaux eux-mêmes[9].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Shenzhen administrative divisions (end 2009, fr).svg Chinois
simplifié
Pinyin Superficie
km²
Population ZES
District de Bao'an 宝安区 Bǎo'ān Qū 697,34 3 177 400 Non-inclus
District de Futian 福田区 Fútián Qū 78,04 1 206 100 Inclus
Nouveau district de Guangming 光明新区 Guāngmíng Xīnqū 156,1 415 900 Non-inclus
District de Longgang 龙岗区 Lónggǎng Qū 844,07 1 800 200 Non-inclus
District de Luohu 罗湖区 Luóhú Qū 78,36 885 000 Inclus
District de Nanshan 南山区 Nánshān Qū 182,12 988 900 Inclus
Nouveau district de Pingshan 坪山新区 Píngshān Xīnqū 168 211 000 Non-inclus
District de Yantian 盐田区 Yántián Qū 72,63 227 700 Inclus

Presse anglophone[modifier | modifier le code]

Parmi les journaux et revues,

  • Shenzhen Standard,
  • Shenzhen Daily,
  • that's PRD (Pearl River Delta), mensuel,
  • SACS, Shenzhen Asian Culture Society, trimestriel,

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • L'auteur de bandes dessinées canadien Guy Delisle a raconté dans son livre Shenzhen (2000) son séjour dans la ville, où il a travaillé, insistant sur sa difficulté à communiquer avec les Chinois et les aspects les plus rebutants d'une société en pleine mutation.
  • Le roman français Le Corps immense du président Mao de Patrick Grainville (2011) se passe entièrement à Shenzhen et fait une description haute en couleur de la ville, ses dédales et du nouveau capitalisme chinois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :