Testostérone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Testostérone (émission)
Testostérone
Structure chimique de la testostérone
Structure chimique de la testostérone
Identification
Nom IUPAC 17β-hydroxyandrost-4-èn-3-one
No CAS 58-22-0
No EINECS 200-370-5
Code ATC G03BA03
PubChem 6013
ChEBI 17347
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C19H28O2  [Isomères]
Masse molaire[1] 288,4244 ± 0,0178 g/mol
C 79,12 %, H 9,79 %, O 11,09 %,
Propriétés physiques
fusion 155 à 156 °C
Thermochimie
Δfus
Enthalpie standard de combustion -11080 kJ/mol
Propriétés optiques
Pouvoir rotatoire +110,2 °
Précautions
Directive 67/548/EEC[2]
Toxique
T



SGH[3]
SGH08 : Sensibilisant, mutagène, cancérogène, reprotoxique
Danger
H350, H361, P201, P281, P308, P313,
Données pharmacocinétiques
Métabolisme Testicules, prostate
Demi-vie d’élim. 1 à 12 jours
Excrétion
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La testostérone est une hormone stéroïdienne, du groupe des androgènes. Chez les mammifères la testostérone est sécrétée essentiellement par les testicules des mâles (et en plus faibles quantités par les glandes surrénales et quelques autres tissus). C'est la principale hormone sexuelle mâle et le stéroïde anabolisant « originel ».

Chez l'homme, la testostérone joue un rôle clé dans la santé et le bien-être, en particulier dans le fonctionnement sexuel. Entre autres exemples ces effets peuvent être une libido plus importante, une énergie accrue, une augmentation de la production de cellules sanguines et une protection contre l'ostéoporose. En moyenne, un homme adulte produit environ 40 à 60 fois plus de testostérone qu'une femme adulte, mais les femmes sont d'un point de vue comportemental (plus que d'un point de vue anatomique ou biologique), plus sensibles à l'hormone[4][réf. insuffisante]. Cependant à l'échelle d'une population, les gammes de concentration pour les hommes et les femmes sont très étendues, de telle sorte qu'elles se chevauchent respectivement pour les valeurs basses et hautes.

Cinq pour cent de la production est effectuée par les glandes surrénales, ce qui explique la présence de testostérone chez les femmes.

Développement de l'embryon[modifier | modifier le code]

Suite à la différenciation du gonade en testicule (différenciation induite par la protéine TDF codée par le gène SRY mais dont la formation est activée par l'antigène H-Y), la testostérone intervient au niveau embryonnaire pour induire une masculinisation des organes génitaux. Elle est sécrétée par les cellules de Leydig et a une action permanente et indispensable sur les vésicules séminales et la prostate.

Vers la 12e semaine de grossesse, la régression des canaux de Müller est provoquée par la sécrétion d'HRM (Hormone de régression müllérienne). En même temps, la testostérone qui sera sécrétée quant à elle va favoriser le développement des canaux de Wolff en épididyme. Dans le canal différencié se forment des vésicules séminales et la prostate. Ce sont ces hormones testiculaires qui sont responsables de la différenciation masculine.

Lors de la phase embryonnaire, la testostérone, avec l'hormone de régression müllérienne (HRM), participe à la mise en place des caractères sexuels au niveau des voies génitales et des organes génitaux externes :

Les mesures indirectes de la testostérone prénatale suggèrent qu’elle pourrait jouer un rôle organisationnel dans la structuration des connexions neuronales ou la détermination de la morphologie cérébrale de l'embryon[5].

Lors de la puberté (garçons)[modifier | modifier le code]

À la naissance, les organes génitaux (les gonades) sont différenciés, mais ne sont pas fonctionnels. Des transformations morphologiques ainsi que la mise en fonction des glandes sexuelles s'effectuent à la puberté.

À la puberté (plus ou moins tôt selon les individus, mais globalement entre 12 et 16 ans et majoritairement de 12 à 13 ans), les caractères sexuels secondaires se développent :

  • Accroissement de la taille des testicules et du pénis
  • Pilosité générale
  • Accroissement de la masse musculaire
  • Intérêt envers la sexualité
  • Le taux de testostérone augmente à nouveau fortement
  • Augmentation de la lipolyse
  • Apparition des zones dites érogènes

Complexe hypothalamo-hypophysaire[modifier | modifier le code]

Mise en évidence[modifier | modifier le code]

L’hypothalamus et l'hypophyse sont reliés par la tige pituitaire. L'hypophyse est logée dans la selle turcique.

On a remarqué que la castration du rat mâle entraîne une augmentation de l'activité de l'hypophyse antérieure que l'on peut arrêter par l'injection de broyat de testicule contenant de la testostérone. Une injection de testostérone directement dans l'hypophyse antérieure est sans effet. Par contre, une injection dans l'hypothalamus provoque une baisse de l'activité de l'hypophyse et une régression des testicules si l'expérience est faite sur un rat non castré.

La testostérone produite par le testicule possède une action sur l'axe hypothalamo-hypophysaire. Cette action est inhibitrice puisqu'elle ralentit l'activité de l'hypothalamus.

Le rétrocontrôle intégrateur[modifier | modifier le code]

La testostéronémie est la quantité de testostérone dans 1 mL de sang. Cette valeur est toujours comprise entre 2 et 9 ng·ml-1 chez un individu normal. La testostérone ralentit l'activité secrétrice de l'hypothalamus et de l'hypophyse. Elle se fixe sur des récepteurs cellulaires. Comme elle est fabriquée suite à l'activation de sa libération par les hormones hypophysaires (LH), elle-même libérée suite à une activation par la GnRH, neurohormone hypothalamique, on peut dire que la testostérone modifie le fonctionnement des organes qui la "commandent" d'où le terme de rétrocontrôle. Comme elle ralentit leur fonctionnement, on dit que c'est un rétrocontrôle négatif ou inhibiteur.

Sources de testostérone[modifier | modifier le code]

Flacon de testostérone pour injection

À l'image des autres hormones stéroïdes, la testostérone est un dérivé du cholestérol. C'est dans les testicules que les plus grandes quantités de testostérone sont produites, mais elle est également synthétisée en plus petites quantités par les cellules thécales et les ovaires, la zone réticulée de la cortico-surrénale, et le placenta. Chez la femme, une grande partie de la testostérone est synthétisée par « conversion périphérique », c'est-à-dire sur le site même d'action, dans les tissus. (Cette conversion périphérique est la source principale de testostérone chez la femme ménopausée.) Si on considère l'ensemble des sources de testostérone chez la femme, en comptabilisant la conversion périphérique, on estime que la production chez la femme est d'environ 60 % de la testostérone produite chez l'homme.

Dans les testicules, la testostérone est produite par les cellules de Leydig. Vu la double fonction de la gonade mâle, la testostérone influe directement sur la spermatogénèse.

Comme la plupart des hormones, la testostérone est amenée aux tissus cibles par le sang, dans lequel elle est liée à une protéine plasmatique de transport spécifique, la sex hormone binding globulin (en)(SHBG). Il existe un équilibre entre la fraction de testostérone fixée sur la SHBG et la fraction libre. Seule la testostérone libre et celle liée à l'albumine est biologiquement active.

Influences sur les niveaux de testostérone[modifier | modifier le code]

Cycle quotidien[modifier | modifier le code]

Les niveaux de testostérone dans le système sanguin varient naturellement au cours d'une période de 24 heures, avec des pics tôt le matin[6].

Sommeil[modifier | modifier le code]

Le sommeil contribue à la régénération de la testostérone, et un manque de sommeil peut avoir des conséquences sur celle-ci[6].

L'âge[modifier | modifier le code]

Le mâle humain connaît un pic de testostérone vers l'âge de 25-30 ans[7]. Après ce point, les niveaux commencent à baisser, mais d'une manière douce.

Pression[modifier | modifier le code]

Un mâle tendu connaît une baisse de la production de la testostérone, liée à la surproduction du cortisol[8].

Les aliments et les oligoéléments[modifier | modifier le code]

Certains aliments contiennent des substances qui peuvent avoir un effet positif ou négatif sur le flot de testostérone dans le corps mâle. Également ces éléments, minéraux ou substances chimiques peuvent se trouver dans un état pur en forme de comprimés. Parmi les éléments ayant un effet notoire on compte le zinc[8].

De plus, la proportion de lipides, glucides (en tant que source d'énergie) et protéines consommée a une influence. Une surconsommation de protéines et un manque de calories entraînent une baisse de l'androgène[9]. On souligne aussi l'importance de matières grasses (y compris les saturées) et la nécessité de réduire la consommation de sucres simples[8].

Ensoleillement[modifier | modifier le code]

On a démontré que la vitamine D, dont la production est stimulée par une exposition aux rayons solaires, contribue à une production saine de la testostérone[8].

L'alcool et les drogues[modifier | modifier le code]

L'alcool inhibe la diffusion de testostérone dans le corps humain[10] mais pas chez les rats.

Les pesticides et produits chimiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs études ont démontré que des pesticides dans l'agriculture conventionnelle en plus de produits chimiques dans la vie moderne ont contribué à la baisse générale des niveaux de testostérone[11] (et de la fertilité masculine) mondiale. Une étude démontra que les hommes avec les concentrations les plus élevées de pesticides dans leurs corps avaient 10 % moins de testostérone que ceux avec les moindres concentrations[12]. Une étude britannique a trouvé que 30 sur 37 pesticides examinés sont capables de perturber le flux hormonal mâle[13]

L'entraînement[modifier | modifier le code]

On a démontré que la pratique d'un sport régulier et à haute intensité peut avoir un effet positif sur les niveaux de testostérone dans le corps[8], mais il est noté qu'un régime de surentraînement peut épuiser le corps et réduire la production de testostérone.

Effets psychologiques[modifier | modifier le code]

Une étude émanant d'un laboratoire de psychologie de l'Université du Michigan tend à démontrer que la production d'hormones telles que la testostérone et la progestérone pouvaient être stimulée ou inhibée par des facteurs psychologiques. L'expérience consistait à faire visionner à des hommes et à des femmes des films « romantiques » tels que Sur la route de Madison, d'une part, et des films plus violents, tels que Le Parrain 2. La production d'hormones est immédiatement affectée, de manière différente selon le sexe des sujets, mais aussi selon qu'ils sont naturellement d'importants producteurs d'une hormone ou non. Un troisième film, un documentaire « neutre » sur l'Amazonie, s'est révélé sans effets significatifs sur la production hormonale[14].

L'effet psychologique d'une victoire, même si l'homme ne participe pas physiquement, a été démontré[15]

Effets de la testostérone sur les mammifères[modifier | modifier le code]

La testostérone fait partie du groupe des androgènes qui rassemble la testostérone et la dihydrotestostérone (DHT). Ce sont ces deux hormones qui sont capables d'activer le récepteur aux androgènes, présent sur de nombreux organes. C'est via ce récepteur que les androgènes médient leur action. Il est important de noter que c'est la DHT qui a la plus forte affinité pour ce récepteur, en d'autres termes, c'est la DHT la vraie hormone active. La testostérone est produite par les testicules via la stimulation hypothalamo-hypophysaire puis est ensuite transformée en DHT par une enzyme, la 5alpha-réductase, présente essentiellement dans la prostate chez l'homme. D'autres organes comme la peau, possèdent aussi une activité 5alpha-réductase (faible) leur permettant d'utiliser directement la testostérone.

La testostérone et surtout la DHT interviennent dans la virilisation via leur récepteur (la voix devient plus grave, la pousse des poils est stimulée). La testostérone joue un rôle dans le désir sexuel (la libido), de façon certaine chez l'homme, et plus ou moins chez la femme. Son rôle dans l'activité - voire l'agressivité - est établi chez les rats[16]. Contrairement à une croyance populaire, la testostérone n'est pas associée à une augmentation de l'agressivité sauf l'agressivité territoriale chez les animaux. Cependant, elle est associée à la compétition sociale et aux comportements de dominance. Elle augmente durant l'anticipation d'activités sportives et après la victoire. Elle accentue aussi la réaction autonome aux visages menaçants. Elle produit aussi une réduction des réactions de peur et de stress. Elle réduit le réflexe de sursaut et l'orientation aux stimuli aversifs. Elle réduit aussi la réponse hormonale au stress.

La testostérone participe à la perte de cheveux des hommes avec l'âge.

Le taux de testostérone décroit avec l'âge[17]. La supplémentation en cette hormone chez l'homme âgé n'a pas démontré d'intérêt substantiel dans la prévention du déclin de la force musculaire, de celui des fonctions intellectuelles ou au niveau de la qualité de vie[18]. Elle pourrait même augmenter le risque de survenue de maladies cardio-vasculaires[19]. Chez la femme ménopausée, elle pourrait améliorer la libido[20].

Effets de la testostérone chez le rat mâle[modifier | modifier le code]

Chez le rat mâle, son comportement sexuel dépend du niveau de testostérone. La castration réduit l'activité sexuelle. La testostérone augmente l'activité sexuelle. La transformation de la testostérone en estradiol par l'aromatase produit les effets activateurs de la testostérone sur le comportement sexuel. Avec le blocage de l'aromatase, on observe une baisse des comportements mâles, une hausse des comportements femelles, ainsi qu'une hausse de l'attirance pour les mâles. Le blocage de l'aromatase réduit l'activité sexuelle de 40%.

La testostérone en tant que médicament[modifier | modifier le code]

Présentations[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs formes d'administration : en injection, transdermique, en comprimés.

L'injection intramusculaire d'énanthate de testostérone est efficace durant deux à trois semaines[21] mais les injections peuvent être douloureuse. l'undecanoate de testostérone se fait par une injection toutes les dix semaines[22]. En implant sous cutanée, la durée d'action peu être prolongée quatre à cinq mois après sa mise en place[23].

la voie transdermique peut être utilisée (application de crème contenant l'hormone ou patch). Une rougeur et un prurit sont assez fréquents sur le lieu d'application[24]. La surface utilisée et le lieu d'application sont assez neutres vis-à-vis des concentrations sanguines en hormone obtenues[25]. Dans le même registre il existe une forme à coller sur la muqueuse buccale et semblant donner des taux de testostérone plus stable[26].

Sous forme de comprimés, la testostérone est d'efficacité très variable[27] et n'est pas disponible dans tous les pays.

Efficacité[modifier | modifier le code]

L'ensemble des données concernent les hommes ayant un taux bas de testostérone.

La supplémentation hormonale augmente le désir sexuel, la réussite des rapports, la satisfaction sexuelle ainsi que le nombre d'érections nocturnes. Les résultats tendent toutefois à diminuer avec le temps malgré un taux de testostérone constant[28]. Elle peut aussi améliorer une dysfonction érectile[29]. Dans tous les cas, le bénéfice reste modeste[30] et ne potentialise pas l'action du sildénafil[31].

L'effet préventif sur l'ostéoporose semble être faible, sans données sur la diminution du risque de fracture[32].

Le traitement substitutif est neutre sur la prise de poids, avec toutefois une diminution de la masse graisseuse (et une augmentation par conséquent de la masse non graisseuse), une augmentation de la force musculaire, une diminution du taux de cholestérol mais concernant essentiellement le HDL (« bon cholestérol »)[33]. Il pourrait améliorer l'humeur de patients dépressifs[34] et certaines fonctions cognitives, en rapport pour partie, avec sa transformation en estradiol[35].

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

L'effet secondaire le plus fréquent est une augmentation du taux sanguin de l'hémoglobine avec un hématocrite pouvant dépasser 50%[36], devant rendre prudente la prescription chez les personnes ayant dès le départ un hématocrite élevé. Une acné peut également survenir[37].

Le risque de cancer de la prostate ne semble pas plus élevé chez la population traitée[36]. Le traitement substitutif peut élever très marginalement le taux de PSA[37].

Le risque de survenue de maladies cardio-vasculaires reste discuté[37] : Il existe des cas compliquant un dopage (et donc prise massive de testostérone) mais un traitement substitutif ne semble pas comporter d'augmentation significative du risque.

La prise de testostérone peut inhiber la spermatogenèse[37].

Divers[modifier | modifier le code]

La testostérone fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)[38].

Testostérone et dopage[modifier | modifier le code]

L'apport externe en testostérone a un effet bénéfique sur les sportifs dopés car c'est un psychostimulant qui augmente le potentiel de motivation du sportif. Elle permet également d'augmenter la masse musculaire et la force ainsi que la résistance à la fatigue (augmentation de l'intensité de l'entraînement). La consommation de testostérone exogène à visée de dopage est dangereuse pour la santé. Interdit depuis 1984 l'apport de testostérone exogène est détectable par une analyse qui mesure le rapport testostérone/épitestostérone (proche de 1 pour 90 % des individus). De 1984 à 2004, des rapports T/E jusqu'à 6 étaient tolérés, en 2004 cette limite est descendue à 4.

[réf. nécessaire] En cas de contrôle positif à la testostérone, une analyse complémentaire du rapport isotopique[39] du carbone est effectuée afin de déterminer si la testostérone est d'origine endogène (générée par le corps du sportif de façon naturelle) ou exogène (testostérone synthétique utilisée pour le dopage)…

Testostérone et séduction[modifier | modifier le code]

Dans le cadre d'une étude portant sur des femmes hétérosexuelles, les hommes ayant des concentrations salivaires plus élevées de testostérone ont été plus régulièrement identifiés comme « masculins » mais pas systématiquement comme « attirants ». Cela concorde avec l'idée généralement admise que les préférences des femmes hétérosexuelles ne vont pas nécessairement aux hommes arborant un stéréotype « masculin » et confirme que la testostérone a un impact reconnaissable par des non-spécialistes sur l'apparence du visage[40].

Structure chimique[modifier | modifier le code]

L'épitestostérone est un épimère (isomère) naturel de la testostérone. Bien que souvent considérée comme inactive, elle semble avoir des capacités anti-androgéniques[41].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Entrée dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais) (JavaScript nécessaire)
  3. SIGMA-ALDRICH
  4. James McBride Dabbs, 2000
  5. (en) R. Churaa et al., « Organizational effects of fetal testosterone on humancorpus callosum size and asymmetry Lindsay », Psychoneuroendocrinology, vol. 35, no 1,‎ 2009, p. 123
  6. a et b http://blog.nutrition-outlet.org/2012/02/Comprendre-ce-qu-est-la-testosterone-et-comment-optimiser-sa-production-naturelle---Partie-1.html
  7. http://men.webmd.com/features/low-testosterone-explained-how-do-you-know-when-levels-are-too-low
  8. a, b, c, d et e http://fitness.mercola.com/sites/fitness/archive/2012/07/27/increase-testosterone-levels.aspx
  9. http://www.livestrong.com/article/324768-high-protein-diet-effects-on-testosterone-levels/
  10. http://alcoholism.about.com/cs/abuse/l/blacer030117.htm
  11. http://www.thedailygreen.com/environmental-news/latest/pesticides-residue-testosterone-levels
  12. http://www.peaktestosterone.com/Testosterone_Pesticides.aspx
  13. http://www.inhabitots.com/study-pesticides-sprayed-on-produce-disrupt-male-hormones-and-block-testosterone/
  14. (en) L'étude complète [PDF]
  15. http://www.bodyscience.fr/?Regarder-un-match-de-foot-augmente
  16. Testostérone : préjugés, hormone et influence
  17. (en) Harman SM, Metter EJ, Tobin JD, Pearson J, Blackman MR. « Longitudinal effects of aging on serum total and free testosterone levels in healthy men: Baltimore Longitudinal Study of Aging » J Clin Endocrinol Metab. 2001;86:724-731
  18. (en) Emmelot-Vonk MH, Verhaar HJJ, Nakhai Pour HR. « Effect of testosterone supplementation on functional mobility, cognition, and other parameters in older men » JAMA 2008;299:39-52
  19. (en) Basaria S, Coviello AD, Travison TG et al. « Adverse events associated with testosterone administration » N Eng J Med 2010;363:109-122
  20. (en) Davis SR, Moreau M, Kroll R et al. « Testosterone for low libido in postmenopausal women not taking estrogen » N Eng J Med. 2008;359:2005-2017
  21. (en) Snyder PJ, Lawrence DA, « Treatment of male hypogonadism with testosterone enanthate » J Clin Endocrinol Metab. 1980;51:1335–1339
  22. (en) Wang C, Harnett M, Dobs AS, Swerdloff RS, « Pharmacokinetics and safety of long-acting testosterone undecanoate injections in hypogonadal men: an 84-week phase III clinical trial » J Androl. 2010;31:457–465
  23. (en) Handelsman DJ, Conway AJ, Boylan LM, « Pharmacokinetics and pharmacodynamics of testosterone pellets in man » J Clin Endocrinol Metab. 1990;71:216–222
  24. (en) Arver S, Dobs AS, Meikle AW. et al. « Long-term efficacy and safety of a permeation-enhanced testosterone transdermal system in hypogonadal men » Clin Endocrinol (Oxf). 1997:47;727–737
  25. (en) Wang C, Berman N, Longstreth JA. et al. « Pharmacokinetics of transdermal testosterone gel in hypogonadal men: application of gel at one site versus four sites: a General Clinical Research Center Study » J Clin Endocrinol Metab. 2000;85:964–969
  26. (en) Korbonits M, Slawik M, Cullen D. et al. « A comparison of a novel testosterone bioadhesive buccal system, striant, with a testosterone adhesive patch in hypogonadal males » J Clin Endocrinol Metab. 2004;89:2039–2043
  27. (en) Skakkebaek NE, Bancroft J, Davidson DW, Warner P, « Androgen replacement with oral testosterone undecanoate in hypogonadal men: a double blind controlled study » Clin Endocrinol (Oxf). 1981;14:49–61
  28. (en) Isidori AM, Giannetta E, Gianfrilli D. et al. « Effects of testosterone on sexual function in men: results of a meta-analysis » Clin Endocrinol (Oxf). 2005;63:381-94.
  29. (en) Jain P, Rademaker AW, McVary KT, « Testosterone supplementation for erectile dysfunction: results of a meta-analysis » J Urol. 2000;164:371-5.
  30. (en) Boloña ER, Uraga MV, Haddad RM. et al. « Testosterone use in men with sexual dysfunction: a systematic review and meta-analysis of randomized placebo-controlled trials » Mayo Clin Proc. 2007;87:20-8.
  31. (en) Spitzer M, Basaria S, Travison TG. et al. « Effect of testosterone replacement on response to sildenafil citrate in men with erectile dysfunction: a parallel, randomized trial » Ann Intern Med. 2012;157:681-91.
  32. (en) Tracz MJ, Sideras K, Boloña ER. et al. « Testosterone use in men and its effects on bone health. A systematic review and meta-analysis of randomized placebo-controlled trials » J Clin Endocrinol Metab. 2006;91:2011-6.
  33. (en) Isidori AM, Giannetta E, Greco EA. et al. « Effects of testosterone on body composition, bone metabolism and serum lipid profile in middle-aged men: a meta-analysis » Clin Endocrinol (Oxf). 2005;63:280-93.
  34. (en) Zarrouf FA, Artz S, Griffith J, Sirbu C, Kommor M, « Testosterone and depression: systematic review and meta-analysis », J Psychiatr Pract, vol. 15, no 4,‎ 2009, p. 289-305. (PMID 19625884, DOI 10.1097/01.pra.0000358315.88931.fc, lire en ligne [html]) modifier
  35. (en) Cherrier MM, Matsumoto AM, Amory JK. et al. « The role of aromatization in testosterone supplementation: effects on cognition in older men » Neurology. 2005;64:290-6.
  36. a et b Calof OM, Singh AB, Lee ML et al. Adverse events associated with testosterone replacement in middle-aged and older men: a meta-analysis of randomized, placebo-controlled trials, J Gerontol A Biol Sci Med Sci, 2005;60:1451–1457
  37. a, b, c et d (en) Basaria S, « Male hypogonadism » Lancet 2014;383:1250-1263
  38. WHO Model List of Essential Medicines, 18th list, avril 2013
  39. Apports de la mesure des rapports isotopiques du carbone des stéroïdes dans la détection du dopage sportif
  40. (en) Penton-Voak, Ian S, et Jennie Y Chen. « High salivary testosterone is linked to masculine male facial appearance in humans » Evolution and Human Behavior 25, no 4 (juillet 2004): 229‑241. DOI:10.1016/j.evolhumbehav.2004.04.003
  41. L. Stàrka « Epitesosterone » J Steroid Biochem Mol Biol. 2003;87(1):27-34

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Gonades[modifier | modifier le code]

Système hormonal[modifier | modifier le code]

Malformations ; anomalies[modifier | modifier le code]

Cancers[modifier | modifier le code]

Médecine ; Recherche[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]