Novak Djokovic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Novak Djokovic
Novak Djokovic
Novak Djokovic à Wimbledon en 2014.
Carrière professionnelle
2003
Nationalité Serbie Serbie
Naissance 22 mai 1987 (27 ans)
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Belgrade
Surnom Nole
Joker
Djoko
cosmic tennis[1]
Taille / poids 1,88 m (6 2) / 80 kg (176 lb)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneur Boris Becker & Marián Vajda[2]
Gains en tournois 72 403 908 $[3]
Site Internet novakdjokovic.com
Palmarès
En simple
Titres 48
Finales perdues 22
Meilleur classement 1er (actuel)
En double
Titres 1
Finales perdues 1
Meilleur classement 114e (30/11/2009)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple V (4) F(2) V (2) V (1)
Double 1/32 1/32 1/16 1/32
Mixte 1/8 - - -
Médailles olympiques
Simple - - 1
Titres par équipe nationale
Coupe Davis 1 (2010)

Novak Djokovic (en serbe cyrillique Новак Ђоковић et Novak Đoković en serbe latin, prononcé [ˈnɔ.vaːk ˈd͡ʑɔː.kɔ.vit͡ɕ ])[4], est un joueur de tennis serbe, né le 22 mai 1987 à Belgrade.

Professionnel depuis 2003, il est quadruple vainqueur de l'Open d'Australie en 2008, 2011, 2012 et 2013, double vainqueur de Wimbledon en 2011 et 2014 et vainqueur de l'US Open 2011. Ayant réalisé en 2011 un Petit Chelem, Novak Djokovic a remporté quarante-huit titres en simple dont les Masters 2008, 2012, 2013 et 2014 et vingt Masters 1000, soit trois Masters 1000 de plus qu'Andre Agassi a remporté en carrière et neuf de plus que Pete Sampras. Victorieux à Wimbledon, il atteint le 4 juillet 2011 la première place mondiale, où il termine les saisons 2011, 2012 et 2014.

Djokovic a remporté plusieurs prix de l'ATP : ATP Player of the Year (meilleur joueur de l'année) en 2011 et 2012[5], Most Improved (joueur ayant le plus progressé) en 2006 et 2007, Arthur Ashe Humanitarian (prix humanitaire) en 2012.

Il est considéré avec Roger Federer et Rafael Nadal comme l'un des trois « monstres » du tennis mondial, loin devant les autres joueurs du circuit ATP[6], et fait partie avec les précédents et Andy Murray du « Big Four » du tennis mondial. Avec l'équipe de Serbie, il a remporté la Coupe Davis en 2010.

Personnalité[modifier | modifier le code]

On le sait doté de beaucoup d'humour : on a pu voir un bon nombre de reportages où il « amuse la galerie », même avant certains très gros matchs (notamment en demi-finale de l'US Open en 2007). Il a un certain talent pour imiter la plupart des joueurs du circuit, en particulier Maria Sharapova, Rafael Nadal, Andy Roddick ou même Roger Federer qu'il a imité dans les vestiaires lors d'un tournoi[7].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Fils de skieurs reconvertis dans la restauration, Novak Djoković commence à jouer au tennis à l'âge de quatre ans. Ses deux frères Marko et Đorđe, nés en 1991 et en 1994, ont également pour ambition de devenir joueurs de tennis professionnels ; Marko Djokovic joue d'ailleurs parfois en double avec lui. Novak Djokovic parle serbe, anglais, allemand, français et italien. Il est supporteur de l'Étoile rouge de Belgrade[8] en Serbie, du Milan AC en Italie, de Manchester United en Angleterre, de l'AS Monaco FC à Monaco, du Real Madrid en Espagne[9] et de Benfica au Portugal[10].

Novak Djokovic a acheté les droits de l'Open d'Amersfoort, aux Pays-Bas, pour le transférer à Belgrade[11].

En 2010, il fait une apparition dans le clip de Martin Solveig et Dragonette Hello[12].

Novak Djokovic est intolérant au gluten[13] ; il dévoile cette information en avril 2011 alors qu'il a commencé un régime sans gluten depuis sept mois déjà[8]. Depuis, il a déclaré se sentir mieux sur le terrain[14].

Le 28 avril 2011, il est décoré de la Médaille de Saint Sava du premier ordre : il fait souvent des dons importants pour la rénovation des monastères de Gracanica, Saints-Archanges et surtout pour le monastère de Hilandar[15]. Il déclare à cette occasion que c'est pour lui « le titre le plus important de sa vie, car avant d'être sportif, il est chrétien orthodoxe »[16]. Le même jour, le ministre serbe des affaires étrangères Vuk Jeremić délivre à tous les joueurs et joueuses de tennis serbes un passeport diplomatique[17].

Novak Djokovic est membre du club des « Champions de la Paix », un collectif d'athlètes de haut niveau créé par Peace and Sport, organisation internationale basée à Monaco et œuvrant pour la construction d'une paix durable grâce au sport[18].

Le 30 novembre 2011, il est sélectionné pour faire une brève apparition dans le film Expendables 2 : Unité spéciale de Simon West qui sort en août 2012, aux côtés de Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger, Chuck Norris, Bruce Willis, Jet Li et tant d'autres[19]. Finalement, la scène est coupée au montage.

En 2011, il a reçu le titre de sportif masculin de l'année de l'Académie des Sports des États-Unis, après un grand vote qui a rassemblé des centaines de milliers de fans de sport[20].

En 2012, Novak Djokovic a reçu le prix Arthur Ashe pour le récompenser de son engagement humanitaire en raison de son statut d'ambassadeur de l'UNICEF, mais aussi pour l'importance de son association, la Novak Djokovic Foundation.

Il a été décoré en 2012 de l'Ordre de l'Étoile de Karageorge[21], plus haute distinction serbe, ainsi que de la médaille vermeil de Monaco pour l'éducation physique et les sports, remise personnellement par le prince Albert II[22]. La même année, le Prince William de Cambridge lui a remis un prix pour son engagement humanitaire[23].

Il a reçu le titre de sportif de l'année 2012 aux Laureus World Sport Awards[24]. Depuis 2005, il est en couple avec Jelena Ristic qui l'accompagne durant presque tous ses matchs sur le circuit ATP. Le 24 avril 2014, il annonce sur son compte Twitter, que sa compagne est enceinte et qu'ils auront un enfant en 2014. Le 10 juillet a eu lieu leur mariage civil célébré au Monténégro, puis trois jours plus tard s'est déroulé le mariage religieux au Monténégro près de l'île de Sveti Stefan[25],[26]. Le 21 octobre, Jelena Ristic accouche d'un petit garçon, Stefan : Novak Djokovic devient donc papa pour la première fois[27].

Rapports entre Novak Djokovic et son pays[modifier | modifier le code]

Novak Djokovic s'investit souvent pour son pays, et pas seulement de façon sportive. En novembre 2007, Novak Djokovic a créé une organisation caritative, le Novak Fund, devenu la Novak Djokovic Foundation en février 2012. L'objectif de cette fondation est d'aider la Serbie et le peuple serbe à faire face à certaines difficultés car Novak étant plus jeune a dû échapper aux 80 jours de bombardement de Belgrade par les forces de l'OTAN[28] , bombardements qu'il a dû fuir avec sa famille. Aujourd'hui, la fondation s'oriente prioritairement vers les efforts pour l'éducation des enfants défavorisés. En mai 2014, il fait don de tous ses gains remportés lors de sa victoire au Masters de Rome à tous les sinistrés de son pays, victimes d'inondations sans précédent[29].

Caractéristiques de son jeu[modifier | modifier le code]

Novak Djokovic effectuant une volée.

Novak Djokovic est considéré comme l'un des joueurs les plus complets du circuit. Son équilibre attaque-défense est jugé comme le meilleur du circuit, tant il est performant dans ces deux domaines. Il se caractérise donc par un style de « contreur offensif » basé sur un physique exceptionnel[30]. Sa couverture de terrain est en effet jugée comme excellente, il se déplace très rapidement, change brusquement de direction et sait très bien gérer sa condition physique. Très difficile à déborder, il excelle dans la distribution du jeu en imprimant un rythme à l'échange qui devient difficilement soutenable[31].

Son point fort est le retour de service, considéré comme le plus performant du circuit[30]. Sa très bonne technique, son anticipation et ses réflexes lui permettent en effet de contrer les premières balles adverses et de prendre régulièrement le dessus sur les secondes. De plus, il encaisse peu d'aces ou de services gagnants. Il possède également l'un des meilleurs revers du monde. Si son coup droit est solide, son revers l'est encore plus, à l'instar de Lleyton Hewitt et de David Nalbandian. À plat, surtout, il est capable de faire avancer la balle à une allure très importante et de toucher n'importe quelle zone du terrain. Quelle que soit sa position, il est toujours bien placé pour effectuer ce coup. Il a également appris à le slicer pour monter au filet sur gazon et son amortie de revers, la plupart du temps masquée, est particulièrement redoutable. Côté coup droit, il peut également être très dangereux, que ce soit long de ligne ou dans les diagonales, qu'il soit lifté ou à plat, mais c'est lorsqu'il va chercher le court-croisé que son coup droit est véritablement le plus percutant[31].

Ses principales faiblesses se situent comme la plupart des joueurs actuels, dans le pur jeu d'attaque. Si le Serbe est capable de bien volleyer lorsque les conditions sont favorables, il ne peut pas se permettre contrairement à un spécialiste comme Roger Federer de monter à contre temps ou dans des circonstances difficiles. Cependant, Djokovic est capable de monter régulièrement au filet, comme lors de la finale de l'US Open 2012 face à Andy Murray (39 points gagnés sur 56 approches au filet)[32]. Durant la finale de l'Open d'Australie 2013, remportée face à ce même Murray, il affiche des statistiques exceptionnelles au filet, avec 35 approches victorieuses sur 41 tentatives. À partir de l'US Open 2013, il engage Wojtek Fibak comme conseiller, notamment pour améliorer sa volée. Les effets sont notables, avec une fois encore un taux de réussite au filet excellent contre Juan Martín del Potro lors de leurs affrontements en finale du Masters de Shanghai et en match de poule du Masters de Londres. Bien que relativement performant, le service du Serbe même ayant progressé à l'orée de sa domination en 2010 ne fait pas partie de ses points forts, malgré une première balle pouvant claquer des aces lors des points importants et une seconde balle de grande qualité. Novak Djokovic est souvent comparé à Lleyton Hewitt, avec moins de talent pour le jeu au filet, mais avec un jeu plus puissant en fond de court[33]. Malgré ses succès sur toutes les surfaces de jeu, sa surface favorite reste le dur.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous récapitule le classement mondial de Novak Djokovic dans les différents secteurs de jeu depuis 2007[34] :

Secteur de jeu en 2007 en 2008 en 2009 en 2010 en 2011 en 2012 en 2013 en 2014 en carrière
% ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position
AU SERVICE :
Aces 518 6e 493 10e 502 15e 304 36e 343 26e 512 14e 476 12e 428 16e 3975 38e
Pourcentage de 1er service 64 % 15e 65 % 12e 63 % 15e 64 % 14e 65 % 10e 64 % 16e 66 % 12e 67 % 7e 65 % 57e
Points gagnés sur le 1er service 72 % 26e 74 % 24e 73 % 26e 71 % 37e 74 % 21e 75 % 14e 75 % 14e 75 % 18e 73 % 88e
Points gagnés sur le 2nd service 54 % 6e 57 % 3e 54 % 7e 52 % 27e 56 % 4e 57 % 4e 60 % 1er 56 % 3e 55 % 5e
Jeux de service remportés 84 % 10e 87 % 6e 85 % 8e 82 % 23e 86 % 7e 87 % 6e 88 % 5e 88 % 5e 85 % 19e
Balles de break sauvées 65 % 8e 68 % 2e 66 % 7e 67 % 7e 65 % 7e 66 % 12e 65 % 15e 63 % 21e 65 % 18e
EN RETOUR DE SERVICE :
Points gagnés en retournant le 1er service 32 % 10e 33 % 3e 33 % 4e 34 % 4e 36 % 2e 36 % 2e 35 % 1er 33 % 5e 33 % 21e
Points gagnés en retournant le 2nd service 53 % 10e 53 % 10e 54 % 11e 54 % 5e 58 % 1er 56 % 2e 55 % 2e 58 % 1er 55 % 17e
Jeux de retour remportés 28 % 10e 30 % 4e 31 % 4e 32 % 1er 39 % 1er 35 % 2e 33 % 2e 33 % 2e 32 % 11e
Balles de break converties 43 % 14e 47 % 1er 42 % 14e 45 % 2e 48 % 2e 47 % 2e 42 % 14e 45 % 2e 45 % 14e

Technique[modifier | modifier le code]

La première balle de service de Novak Djokovic lui procure de nombreux points gratuits, et sa deuxième balle est remarquable ; quelle que soit sa position sur le court, il peut jouer court, long, croisé ou long de ligne, avec une capacité égale à tirer le point gagnant du coup droit et du revers avec la patience nécessaire pour attendre le moment idéal. Très difficile à déborder, il excelle dans la distribution du jeu en imprimant un rythme à l'échange, qui devient difficile à soutenir. De plus, il est sans doute le meilleur relanceur de service du circuit, de la même veine qu'un Jimmy Connors ou un Andre Agassi[35].

Équipement et sponsors[modifier | modifier le code]

Logo de Novak Djokovic, figurant sur ses différents accessoires.

Novak Djokovic utilise la raquette Head Youtek IG Speed MP 315. Depuis son arrivée sur le circuit professionnel, Djokovic portait les vêtements et chaussures Adidas. À la fin de l'année 2009, Djokovic signa un contrat de dix ans avec l'équipementier italien Sergio Tacchini[36]. Cependant il continue de porter les chaussures Adidas, et plus précisément depuis 2011, les Red & Blue Adidas Barricade 6.0, aux couleurs du drapeau serbe où il continue à les porter jusqu'à mi 2012 pour ensuite les changer contre des Adidas Barricade 7.0 avec des couleurs choisies par Novak Djokovic lui-même : les Black/Grey, les White/Grey ou bien les White/Blue/Red qui sont les couleurs du drapeau serbe. Le 23 mai 2012, Novak Djokovic signe un contrat de cinq ans avec l'équipementier japonais UNIQLO[37]. Sergio Tacchini, qui était son équipementier depuis plus de deux ans, a mis un terme au contrat qui le liait à Djokovic. La raison invoquée par la marque est le coût devenu trop important que représente le joueur de tennis à la suite de ses différents succès sportifs ; la société n'arrivait plus à alimenter le réseau de distribution en équipements que portait le Serbe. Début 2014, Djokovic annonce deux partenariats : l'un avec Peugeot, marque pour laquelle il devient ambassadeur international pour les trois prochaines années[38], et l'autre avec Seiko, avec qui il signe également un contrat de trois ans[39].

Carrière[modifier | modifier le code]

1993-2004 : Origine[modifier | modifier le code]

Lorsque les parents de Djokovic se sont installés à Kopaonik, il n'y avait pas de terrain de tennis près de leur restaurant. Cependant, vers la fin des années 1980, alors que le petit Djokovic commence à faire ses premiers pas, juste en face du restaurant familial se construisent trois terrains de tennis[40](aujourd'hui détruit par l'Otan en 1999 lors de Opération Allied Force[40]). Jelena Genčić, qui avait déjà découvert Monica Seles et Goran Ivanišević, ouvre dans l'été 1993 un camp de tennis. Novak, alors âgé de six ans, passe sa matinée à regarder les échanges[40]. Jelena le remarque et lui demande de venir s'il veut apprendre « dans la discipline »[40]. Le lendemain matin, le petit Djokovic rejoint Jelena, mais pas seulement avec sa raquette, il avait aussi un gros sac avec ses affaires pliées à l'intérieur, une bouteille d'eau et une banane, comme un professionnel[40]. Jelena lui demande si sa mère lui a préparé son sac. Alors, l'enfant lui jette un regard noir et lui répond : « je veux jouer au tennis »[40].

Après trois jours avec Novak, Jelena veut rencontrer ses parents et leur dit « vous avez un enfant en or ». Les parents, d'abord réticents, sont convaincus par le sérieux de Jelena[40]. Srđan, son père, décide alors de tout sacrifier pour donner à Djokovic toutes les chances de réussir. Pendant les années 1990, la Serbie est en guerre et l'argent est loin de couler à flot chez les Djokovic. À l'âge de douze ans[40], Novak Djokovic rejoint l'Académie de Nikola Pilić à Munich, en Allemagne.

Il passe professionnel en 2003 à l'âge de seize ans. En 2004, il est demi-finaliste de l'Open d'Australie en junior, à la fois en simple et en double associé à Scoville Jenkins.

À noter que Novak Djokovic est devenu, en remportant l'Open d'Australie, l'un des cinq joueurs en activité à avoir atteint les demi-finales des quatre tournois du Grand Chelem (avec Roger Federer, David Nalbandian, Rafael Nadal et Andy Murray) et le plus jeune joueur de l'ère Open à avoir réalisé cet exploit.

2005-2006 : Débuts[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 2005, il est classé no 188 à dix-sept ans.

Au début de l'année 2006, il est classé no 78 à dix-huit ans[41]. C'est cette année-là qu'il se fait connaître auprès du grand public, notamment par sa brillante performance lors du tournoi de Roland-Garros, durant lesquels il élimine trois têtes de série, parvenant en quarts de finale contre Rafael Nadal ; dans ce match, il doit abandonner en raison d'une blessure au dos après avoir perdu les deux premiers sets.

Il remporte deux tournois, à Amersfoort et Metz, et atteint la finale du tournoi d'Umag.

Il joue aussi une demi-finale au tournoi de Zagreb et un quart de finale au tournoi de Rotterdam, où il est battu au jeu décisif du dernier set par le futur vainqueur du tournoi Radek Štěpánek.

Ces belles performances lui permettent de terminer l'année 2006 à la 16e place mondiale à dix-neuf ans.

2007 : Apprentissage accéléré[modifier | modifier le code]

L'année 2007 commence pour lui par une victoire au tournoi d'Adélaïde, où il s'impose en finale face à l'Australien Chris Guccione en trois sets. Il enchaîne ensuite par un huitième de finale à l'Open d'Australie perdu face à Roger Federer (6-2, 7-5, 6-3). Après une défaite au premier tour à Marseille, Djokovic atteint la demi-finale à Rotterdam puis les quarts de finale de l'Open de Dubaï 2007 (ATP), où il s'incline une fois encore contre le no 1 mondial et futur vainqueur de l'épreuve Roger Federer[42].

Il confirme ses bonnes dispositions en mars puisqu'il parvient en finale du Masters d'Indian Wells, finale qu'il perd 6-2, 7-5 contre l'Espagnol Rafael Nadal. C'est la première fois qu'il joue une finale de Masters Series mais il réitère cette performance la semaine suivante à Miami.

Il gagne cette fois-ci le tournoi face à Guillermo Cañas (6-3, 6-2, 6-4)[43] sans perdre un seul set de la quinzaine et en éliminant Rafael Nadal en quart de finale. Il devient alors le plus jeune vainqueur de ce tournoi et fait partie des 18 joueurs de moins de vingt ans à entrer dans le Top 10. Après cette victoire, il devient no 7 mondial et déclare que son objectif est de devenir no 1 mondial.

Grâce à ses 24 victoires en trois mois, il passe à la seconde place du classement Race, à seulement quatre points de Roger Federer et à la 5e place du classement ATP Technique.

Début mai, il gagne à Estoril contre le Français Richard Gasquet : 7-67, 0-6, 6-1[44].

En juin, le tournoi de Roland-Garros commence. Djokovic passe les deux premiers tours sans trop de difficultés puis remporte en cinq sets l'un des plus beaux matchs de la quinzaine face au surprenant joueur français Olivier Patience (7-62, 2-6, 3-6, 7-64, 6-3). En huitième de finale, il élimine rapidement l'Espagnol Fernando Verdasco : 6-3, 6-3, 7-61. Il s'impose ensuite contre le Russe Igor Andreev (6-3, 6-3, 6-3) grâce à de bonnes variations. Il se retrouve donc en demi-finale, la première de sa carrière en Grand Chelem, contre le grand favori de l'épreuve, Rafael Nadal. Après deux sets très disputés, le Serbe craque pour s'incliner 7-5, 6-4, 6-2 en deux heures et demie. Il obtient, lors de cette édition, le Prix Bourgeon, décerné à la « révélation du circuit international, sève du tennis de demain ». Cette performance lui permet de passer de la sixième à la quatrième place mondiale.

À Wimbledon, après avoir disputé 10 tie-breaks (pour 8 gagnés) lors des tours précédents, notamment face à Lleyton Hewitt 7-68, 7-62, 4-6, 7-65 en 4 h 13 et Márcos Baghdatís 7-64, 7-69, 63-7, 4-6, 7-5 en 4 h 59, il arrive en demi-finale où il retrouve à nouveau Rafael Nadal. Cette fois, il parvient à remporter le premier set, mais abandonne dans le troisième set à la suite de blessures, certainement occasionnées par les longs matchs disputés les jours précédents ; le score était de 6-3, 1-6, 1-4[45].

Au tournoi d'Umag (Croatie - terre battue), où Djokovic est tête de série no 1, il passe le premier tour aisément, contre l'Espagnol Pablo Andújar (158e au classement ATP), en deux sets : 6-1, 6-3. Mais au deuxième tour, il se fait éliminer par son compatriote et ami serbe Viktor Troicki, alors 176e joueur mondial, en 3 sets (6-2, 4-6, 5-7). Il participe au double avec son frère cadet, Marko Djokovic. Les deux Serbes ne passent pas l'obstacle de la paire française Mathieu Montcourt/Édouard Roger-Vasselin (5-7, 1-6).

Le 12 août, il emporte le Masters du Canada après avoir battu successivement l'Américain Andy Roddick, l'Espagnol Rafael Nadal en demi-finale sur le score de 7-5, 6-3 et, en finale, le Suisse numéro 1 mondial Roger Federer 7-62, 2-6, 7-62. Depuis que Rafael Nadal et Roger Federer occupent les deux premières places au classement mondial, Djokovic est le premier à les battre dans un même tournoi. Cette performance lui permet de devenir le premier joueur depuis Boris Becker en 1994 à battre trois joueurs du Top 3 mondial dans un même tournoi[46].

Au tournoi de Cincinnati (Ohio/États-Unis - Dur), Djokovic perd face à Carlos Moyà, dès le deuxième tour (6-4, 6-1).

Novak Djokovic, US Open 2007.

L'US Open commence, et Djokovic passe au deuxième tour aux dépens de Robin Haase (qui remplace Mario Ančić, forfait), 6-2, 6-1, 6-3. Dans un match beaucoup plus intense face à Radek Štěpánek, il se qualifie pour les seizièmes de finale (64-7, 7-65, 5-7, 7-5, 7-62), puis se défait de l'Argentin Juan Martín del Potro en 3 sets (6-1, 6-3, 6-4) pour accéder aux huitièmes de finale. Djokovic continue son petit bonhomme de chemin, tout d'abord en accédant aux quarts de finale, grâce à une victoire sur Juan Mónaco (7-5, 7-62, 66-7, 6-1). Puis il prend sa revanche de Cincinnati en éliminant Carlos Moyà (6-4, 7-67, 6-1) pour arriver en demi-finale, où il s'impose facilement face à l'Espagnol David Ferrer (6-4, 6-4, 6-3). Il retrouve ainsi en finale le Suisse Roger Federer, 1er au classement ATP, contre lequel il échoue sur le score de 7-64, 7-62, 6-4[47]. Cette première finale en Grand Chelem lui vaut un accueil triomphal à son retour en Serbie ; le premier ministre Vojislav Koštunica, notamment, l'attend à l'aéroport.

Une semaine après cet exploit, Djokovic et ses collègues serbes Janko Tipsarević, Nenad Zimonjić et Viktor Troicki, font entrer la Serbie dans le groupe mondial de Coupe Davis. Pour cela, ils battent l'Australie emmenée par Lleyton Hewitt sur la terre battue (Indoor) de Belgrade (Serbie). En premier match, Djokovic prend le dessus sur Peter Luczak, puis les Australiens reviennent à 1-1 avec la victoire de Hewitt sur Tipsarević (6-2, 3-6, 4-6, 6-1, 6-1). Grâce au succès de la paire Zimonjić/Djokovic face au binôme Hanley/Hewitt, les Serbes prennent l'avantage à 2-1. Lleyton Hewitt étant forfait à cause d'une infection, c'est Chris Guccione qui tente, en vain, d'empêcher la Serbie d'entrer dans le groupe mondial face à Novak, devant lequel il s'incline 6-3, 7-63, 7-65.

Le 8 octobre, il remporte le tournoi de Vienne, son 5e titre de l'année et 7ede sa carrière, en éliminant l'Américain Robby Ginepri, puis le Tchèque Tomáš Zíb. Djokovic prend le dessus, difficilement, sur l'Argentin Juan Ignacio Chela (en sauvant deux balles de match), puis il bat l'Italien Andreas Seppi en demies, avant de gagner le titre aux dépens du Suisse Stanislas Wawrinka en deux sets, 6-4, 6-0.

À Madrid, Djokovic s'incline en demi-finale face à David Nalbandian sur le score de 4-6, 64-7, après avoir pourtant éliminé Fernando Verdasco, Mario Ančić et Juan Carlos Ferrero.

Au Masters de Paris-Bercy, Djokovic perd dès son entrée en lice face au Français Fabrice Santoro en deux sets, 6-3, 6-2, match dans lequel Djokovic « n'a pas joué dignement de son rang de no 3 mondial » et « est passé à côté de son match », à cause de, notamment, 34 fautes directes, soit la moitié des points du Français[48].

Et c'est une fin d'année difficile pour Djokovic, qui, mal remis d'une opération récente, s'incline en matchs de poule au Masters à Shanghai face à David Ferrer, Richard Gasquet et Rafael Nadal (6-4, 6-4), soit un total de 3 défaites sur 3 matchs joués.

Djokovic termine l'année avec 68 victoires sur 84 matchs joués et atteint les demi-finales à Wimbledon, à Roland-Garros ainsi que la finale de l'US Open pour la première fois de sa carrière. Il atteint la 3e place mondiale, soit son meilleur classement. Par ailleurs, c'est le seul (depuis Boris Becker en 1994) à battre dans un même tournoi (au Masters de Montréal) 3 joueurs du top 5 de l'époque, à savoir Roger Federer (1er), Rafael Nadal (2e) et Andy Roddick (5e). Djokovic atteint aussi son meilleur classement en double, en pointant à la 3e place.

2008 : La consécration[modifier | modifier le code]

Novak Djokovic débute sa saison par la Coupe Hopman, où il se hisse, avec sa compatriote Jelena Janković, en finale contre les Américains Serena Williams et Mardy Fish. Mais ils perdent cette finale, 2 matchs à 1 (Djokovic ayant gagné son simple, Jankovic perdu le sien et tous deux ayant perdu le double).

Novak Djokovic, Australian Open.

Lors de l'Open d'Australie, Novak Djokovic rassure ses fans après une fin d'année 2007 calamiteuse. Il élimine successivement Benjamin Becker, Simone Bolelli, Sam Querrey, Lleyton Hewitt, David Ferrer et se qualifie pour la finale en battant le numéro 1 mondial Roger Federer (7-5, 6-3, 7-65), et tout cela sans perdre la moindre manche[49]. Il devient ainsi le premier joueur à battre Federer en 3 sets dans un tournoi du Grand Chelem depuis Gustavo Kuerten à Roland-Garros 2004, et met ainsi fin à la série de 10 finales consécutives en Grand Chelem du Suisse. Il est opposé, en finale, au Français Jo-Wilfried Tsonga, tombeur de l'Espagnol Rafael Nadal. Après un combat spectaculaire, Djokovic prend finalement le meilleur sur le Français, sur le score de 4-6, 6-4, 6-3, 7-62, succédant ainsi à Roger Federer au palmarès de ce tournoi. À noter qu'il est le premier Serbe de l'histoire du tennis à gagner un tournoi du Grand Chelem en simple (hommes et femmes confondus)[50].

Le premier tour de la Serbie en Coupe Davis se joue alors contre la Russie, tenante du titre. À la suite du forfait de Djokovic - atteint de fièvre - pour le premier simple, et de Janko Tipsarević, malade lui aussi, la Russie prend rapidement le dessus pour mener 2-0, grâce aux victoires de Nikolay Davydenko aux dépens de Viktor Troicki et de Mikhail Youzhny contre Nenad Zimonjić. La paire Novak Djokovic/Nenad Zimonjić s'impose ensuite face à la paire russe Mikhail Youzhny/Dmitri Toursounov et la Serbie revient à 2-1. Contre Nikolay Davydenko, lors du match des numéros 1, Djokovic distance l'indébordable Russe et mène deux sets à rien, avant d'être rattrapé par la fatigue de la maladie et de l'accumulation de matchs, et de devoir abandonner (à la suite de cet abandon, il dut aller passer une visite de contrôle à l'hôpital)[51]. La Serbie est finalement éliminée par la Russie sur le score de 3-2, après la victoire de Viktor Troicki sur Dmitri Toursounov lors du match facultatif.

Djokovic s'aligne ensuite à l'Open 13, contre l'avis de son entourage. Hors de forme, il se fait éliminer dès les quarts de finale par le tenant du titre français Gilles Simon en 3 sets : 2-6, 7-66, 3-6.

Il annule ensuite sa participation au tournoi de Rotterdam, afin de mieux se préparer à l'Open de Dubaï puis défendre les points de sa finale à Indian Wells et ceux de sa victoire à Miami de l'an passé.

À l'Open de Dubaï, Novak Djokovic s'incline en demi-finale face à l'Américain Andy Roddick, numéro 6 mondial, et futur vainqueur du tournoi, en 2 sets : 7-65, 6-3.

La semaine suivante, il se rend à Indian Wells pour disputer le premier Masters Series de la saison. Il réalise le tournoi parfait, battant successivement Andreas Seppi, Philipp Kohlschreiber, Guillermo Cañas, Stanislas Wawrinka et Rafael Nadal, sans perdre un seul set. En finale, il trouve face à lui le revenant américain Mardy Fish, tombeur de Nikolay Davydenko, Lleyton Hewitt, David Nalbandian et du no 1 mondial Roger Federer. Après un match à multiples rebondissements, le Serbe s'impose 6-2, 5-7, 6-3.

Il enchaîne avec une véritable contre-performance en s'inclinant dès le deuxième tour du Masters de Miami, dont il est pourtant tenant du titre, battu par le Sud Africain Kevin Anderson en 3 sets : 61-7, 6-3, 4-6. Cette contre-performance est très préjudiciable à sa volonté de devenir numéro 1 mondial car il perd le bénéfice des points acquis la saison précédente lors de ce même tournoi. Toutefois, Djokovic reste confiant : il est loin devant son premier poursuivant direct au classement, le Russe Nikolay Davydenko, et aura la possibilité de revenir sur Nadal lors de la saison sur terre battue, pendant laquelle l'Espagnol aura plus de 2000 points à défendre.

Il parvient jusqu'en demi-finale au Masters de Monte-Carlo avant d'abandonner face à Roger Federer, alors qu'il était mené 6-3, 3-2. Devant les journalistes, il expliquera avoir été victime de maux de gorge.

Deux semaines plus tard, le 11 mai 2008, il remporte le Masters de Rome face à l'étonnant Suisse Stanislas Wawrinka, au terme d'une finale acharnée (4-6, 6-3, 6-3). Il bat successivement le Belge Steve Darcis, le Russe Igor Andreev, l'Espagnol Nicolás Almagro en quart de finale et le tombeur de Federer, le Tchèque Radek Štěpánek, en demi-finale. C'est le quatrième Masters Series de sa jeune carrière.

Au Masters d'Hambourg, il se hisse sans problème jusqu'en demi-finale, où il affronte Rafael Nadal. Ce match restera dans les annales des matchs de terre battue. En effet, les joueurs évoluent simultanément à un niveau de jeu extraordinaire. Djokovic mène 3-0 dès le premier set en pratiquant un tennis injouable, puis un Nadal que l'on n'avait plus vu depuis bien longtemps revient dans le match et tous deux jouent au plus haut niveau pendant trois sets. Victoire de Nadal (7-5, 2-6, 6-2), qui remportera le lendemain le tournoi aux dépens de Roger Federer.

Roland-Garros 2008 : Novak Djokovic bat successivement l'Allemand Denis Gremelmayr (4-6, 6-3, 7-5, 6-2), puis l'Espagnol López Jaen (6-1, 6-1, 6-3) avant de faire chuter l'Américain Wayne Odesnik (7-5, 6-4, 6-2) puis le Français Paul-Henri Mathieu (6-4, 6-3, 6-4) en 1/8 de finale. En quarts de finale, il rencontre le tout jeune prodige letton Ernests Gulbis. Ce dernier lui pose problème notamment grâce à son redoutable service, fréquemment au-delà des 210 km/h. Nerveux, le Serbe parvient pourtant à le vaincre en trois manches. Il est opposé en demi-finale à Rafael Nadal, terrible tombeur de son compatriote Nicolás Almagro (6-1, 6-1, 6-1), et s'incline en trois sets (6-4, 6-2, 7-63) après un match où l'Espagnol n'a été ébranlé qu'au troisième set[52]. Il rate ainsi l'occasion de ravir à Nadal sa seconde place au classement ATP.

Il participe la semaine suivante au tournoi du Queen's Club. En quart de finale, il bat Lleyton Hewitt en 2 sets secs (6-2, 6-2), et ne laisse aucune chance au numéro 8 mondial David Nalbandian, qu'il étrille en demi-finale (6-1, 6-0) en seulement 45 minutes. Il est battu en finale par Rafael Nadal en pleine confiance à l'occasion d'un match superbe, perdu 7-66, 7-5, 2 sets durant lesquels il avait pourtant réussi à obtenir à chaque fois 1 break d'avance.

Novak Djokovic, Toronto 2008.

À Wimbledon, il élimine Michael Berrer au 1er tour (7-5, 2-6, 6-3, 6-0) mais perd au 2e tour contre Marat Safin en 3 sets : 6-4, 7-63, 6-2, c'est la première fois depuis 5 tournois du Grand Chelem que Novak Djokovic n'arrive pas en demi-finale.

Au Masters du Canada dont il est tenant du titre, il est éliminé en quarts de finale par Andy Murray en 2 sets : 6-3, 7-63.

Au Masters de Cincinnati, Novak Djokovic remporte une somptueuse victoire en demi-finale contre un Rafael Nadal déjà assuré de devenir no 1 mondial et que l'on croyait invincible, 6-1, 7-5. Il met fin à une série de 32 victoires consécutives de l'Espagnol et se qualifie pour la finale. En finale cependant, il péclote et s'incline en deux sets face à Andy Murray : 7-64, 7-65 en 2 h 23 de jeu. À l'issue du tournoi, Djokovic reprend sa place de no 2 du classement ATP Race 2008 (classement des meilleurs joueurs de l'année), derrière Rafael Nadal mais devant Roger Federer.

Novak Djokovic s'incline en demi-finale des Jeux Olympiques face à Rafael Nadal (6-4, 1-6, 6-4) au terme d'un match de plus de 2 heures. Il quitte le court visiblement très touché par cette défaite, mais décrochera néanmoins la médaille de bronze le lendemain lors du match pour la 3e place qui l'oppose à James Blake.

À la suite des bonnes performances de Novak Djokovic à Cincinnati et aux Jeux Olympiques, et aux relatives mauvaises performances de Roger Federer à ces 2 tournois, l'écart de points entre ces 2 joueurs n'est plus que de 825 points à l'issue des JO. Le Serbe a donc la possibilité de ravir au Suisse sa place de no 2 mondial s'il remporte l'US Open, ou s'il atteint la finale et Federer échoue avant les quarts de finale.

À l'US Open, il se qualifie pour les demi-finales après avoir éliminé Arnaud Clément (6-3, 6-3, 6-4), Robert Kendrick (7-66, 6-4, 6-4), Marin Čilić (67-7, 7-5, 6-4, 7-60), Tommy Robredo (4-6, 6-2, 6-3, 5-7, 6-3) et Andy Roddick (6-2, 6-3, 3-6, 7-65). Cependant, il ne réédite pas sa performance de l'année précédente, sorti par Roger Federer (6-3, 5-7, 7-5, 6-2) aux portes de la finale. Ainsi, il ne saisit pas l'occasion de ravir la place de no 2 mondial au Suisse.

Deux semaines plus tard, le Serbe s'aligne au tournoi de Bangkok, en Thaïlande. Il bat Simon Stadler (6-1, 6-3), puis doit batailler au tour suivant pour se défaire du Suédois Robin Söderling (6-4, 7-5), avant de s'imposer en demi-finale face au Tchèque Tomáš Berdych (7-5, 6-1). En finale, il retrouve Jo-Wilfried Tsonga, qu'il avait battu en finale de l'Open d'Australie et qui cette fois prend le meilleur sur le numéro trois mondial (7-64, 6-4).

Il s'incline au Masters de Madrid face à Ivo Karlović, le meilleur serveur du circuit avec Roddick, en 2 tie-breaks. Il participe aux Masters de Paris-Bercy, qui est le dernier tournoi de la saison (hormis les Masters). Il n'y a jamais brillé et veut terminer sa saison sur une bonne note. En effet, l'année précédente, il a été sorti par Santoro au premier tour. Cette année, il passe le premier tour sans encombre contre Dmitri Toursounov sur abandon dans le deuxième set (6-4, 4-3 abandon). En huitièmes de finales, il retrouve Jo-Wilfried Tsonga pour leur troisième confrontation de l'année avec une victoire partout. Il se fait sortir en trois sets par le Français (6-4, 1-6, 6-3) en jouant en dessous de son meilleur niveau. Tsonga sera le futur lauréat de l'épreuve.

À la Masters Cup, Novak Djokovic se retrouve dans le groupe or avec Jo-Wilfried Tsonga, Nikolay Davydenko et Juan Martín del Potro. Il remporte sa première rencontre contre del Potro (7-5, 6-3). Grâce à la défaite de Tsonga contre del Potro et à sa victoire contre Davydenko (7-63, 0-6, 7-5), il se qualifie pour les demi-finales avant même de disputer son troisième match de poule contre Tsonga, match qu'il perdra d'ailleurs 1-6, 7-5, 6-1. En demi-finale, il affronte le Français Gilles Simon, devant lequel il avait dû s'incliner à Marseille. Cette fois-ci, il le bat en 3 sets (4-6, 6-3, 7-5) et se qualifie pour la finale. Il remporte la finale face à Davydenko (6-1, 7-5) et gagne sa première Masters Cup[53].

À 21 ans seulement, Novak Djokovic clôt en apothéose la meilleure saison de sa carrière, marquée par un titre en Grand Chelem (Open d'Australie), 2 titres en Masters Series (Indian Wells et Rome), et le titre en Masters Cup. Il reste no 3 mondial mais se rapproche à 10 points seulement de la place de no 2 occupée par Roger Federer[54].

2009 : Déceptions en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Novak Djokovic débute sa saison à l'Open de Brisbane où, tête de série no 1, il s'incline au premier tour devant Ernests Gulbis (6-4, 6-4)[59]. Bénéficiaire d'une wildcard au tournoi de Sydney, il lui fallait atteindre la finale pour ravir à Roger Federer sa place de no 2 mondial, mais après avoir aisément éliminé Paul-Henri Mathieu et Mario Ančić, il échoue en demi-finale face à Jarkko Nieminen.

Le Serbe tente ensuite de conserver son titre à l'Open d'Australie. Au 1er tour, il se défait du qualifié Andrea Stoppini avant de battre le Français Jérémy Chardy au 2nd tour et Amer Delić au 3e tour plus difficilement. En 1/8 de finale, il s'impose face à Márcos Baghdatís en 4 manches accrochées (6-1, 7-61, 65-7, 6-2). Il abandonne en quart de finale face à Andy Roddick, étant mené 2 manches à une et fatigué par son match face à Márcos Baghdatís.

Après une semaine de repos, il participe à l'Open de Dubaï, où il obtient le 1er titre de sa saison sa demi-finale contre Gilles Simon (3-6, 7-5, 7-5 en 2 h 46). Le week-end suivant, Djokovic est sélectionné pour disputer la rencontre de Coupe Davis entre la Serbie et l'Espagne. Il s'incline lors du premier simple face à David Ferrer, de Dubaï (6-3, 6-3, 7-64). Il participe ensuite au tournoi d'Indian Wells, où il est tenant du titre, mais reproduisant le même scénario qu'à l'Open d'Australie un mois plus tôt, Andy Roddick l'élimine dès les quarts de finale.

Le Serbe connaît un début de saison difficile, mais dès la semaine suivante au Masters de Miami, il se ressaisit en éliminant coup sur coup Jo-Wilfried Tsonga en quarts de finale puis le no 2 mondial Roger Federer en demi-finale. Il s'incline néanmoins en finale face à Andy Murray.

Malgré deux défaites en coupe Davis sur terre battue quelques semaines auparavant, Novak Djokovic entame la saison sur terre battue plutôt bien. Lors du Masters de Monte-Carlo, il redevient convaincant en battant notamment Fernando Verdasco (6-2, 4-6, 6-3) et atteint la finale pour la première fois de sa carrière. Il retrouve en finale Rafael Nadal et réussit à prendre un set au Majorquain qui n'en avait concédé aucun depuis 2006 ; le Serbe est cependant dépassé physiquement sur la fin et finit par craquer (3-6, 6-2, 1-6).

Djokovic enchaîne avec le Masters de Rome, où il atteint la finale en éliminant en demi-finale le no 2 mondial Roger Federer comme à Miami. Mais il s'incline pour la huitième fois d'affilée sur terre battue face à Rafael Nadal (7-62, 6-2). La semaine suivante, il remporte chez lui à Belgrade sur terre battue son deuxième tournoi de la saison contre le Polonais Łukasz Kubot sur le score de 6-3, 7-60. Il quitte la 3e place mondiale au classement ATP le 11 mai, devancé par Andy Murray, place qu'il occupait alors depuis juillet 2007.

Novak Djokovic, Roland-Garros 2009.

Il a la possibilité de retrouver sa 3e place mondiale s'il atteint la finale du Masters de Madrid 2009, pour lui il trébuche en demi-finale face au no 1 mondial Rafael Nadal (3-6, 7-65, 7-69) d'une durée record de 4 h 02, où il obtient pourtant 3 balles de match au tie-break du 3e set. À Roland-Garros, il s'incline dès le 3e tour face à l'Allemand Philipp Kohlschreiber ; le Serbe restait pourtant sur deux demi-finales consécutives à Paris. Il avouera plus tard, que le match à Madrid, contre Nadal, lui a pesé très lourd moralement, jusqu'à Wimbledon.

Sur gazon, la semaine suivante, à l'Open de Halle en Allemagne, il s'incline en finale contre un autre Allemand Tommy Haas, alors 41e à l'ATP, sur le score de 6-3, 64-7, 6-1. C'est contre ce même joueur allemand que Novak Djokovic s'incline au tournoi de Wimbledon, au stade des quarts de finale (7-5, 7-66, 4-6, 6-3)[60].

Sa tournée nord-américaine débute par un quart de finale au Masters du Canada. Après un premier tour face à Peter Polansky, il hausse le ton pour corriger Mikhail Youzhny. Mais il échoue en quarts de finale face à Andy Roddick, en deux sets accrochés. Pas de quoi retrouver sa confiance de l'année précédente. Néanmoins, à Cincinnati, il reprend du poil de la bête. Il élimine successivement Ivan Ljubičić, Jérémy Chardy, Gilles Simon et Rafael Nadal sans perdre une manche. En finale, il est impuissant face à Roger Federer, intouchable du premier au dernier point (6-1, 7-5). Il dit au moment de la remise des trophées : "De tout le match, c'est maintenant que j'aurai été le plus proche du titre". À l'US Open, il est de nouveau défait par le Suisse (7-63, 7-5, 7-5) pour la deuxième année de suite en demi-finale, après avoir éliminé successivement Ivan Ljubičić, Carsten Ball, Jesse Witten, Radek Štěpánek et Fernando Verdasco.

Il ne reprend sa saison qu'au tournoi de Pékin, début octobre. Il effectue sa rentrée, vainqueur successif de Victor Hănescu (6-3, 7-5), Viktor Troicki (6-3, 6-0), Fernando Verdasco (6-3, 1-6, 6-1), Robin Söderling (6-3, 6-3) et d'une des révélations de cette fin de saison, Marin Čilić (6-2, 7-64). Il enchaîne avec le Masters 1000 de Shanghaï. Les retraits de Roger Federer et Murray, la méforme de Nadal et la défaite prématurée de Juan Martín del Potro le placent comme le grand favori du tournoi mais en demi-finale, après trois victoires solides pourtant, il est éliminé au finish par un énorme Nikolay Davydenko (6-4, 4-6, 61-7), qui le lendemain écrasera Rafael Nadal pour le titre.

Novak Djokovic, bien loin de se décourager, est bien décidé à sauver sa saison 2009, jusque-là bien moins brillante que 2008. Il s'aligne donc à Bâle, fief d'un certain Roger Federer. Après deux victoires expéditives face à Andreas Beck (6-3, 7-5) et Jan Hernych (6-0, 6-0), il peine face à Stanislas Wawrinka. Il passe à deux points de l'élimination mais s'en sort (3-6, 7-65, 6-2). Le plus dur est à venir : en demi-finale, il fait face à Radek Štěpánek quasi-intouchable au filet, il sauve trois balles de match et renverse le cours de la partie pour s'imposer en trois manches (64-7, 7-5, 6-2).

Après deux jours de coupure, Novak Djokovic dispute le premier tour du Masters 1000 de Paris-Bercy face à Juan Mónaco (6-3, 7-5). Il s'illustre en 1/8 de finale face à Arnaud Clément (6-2, 6-2), avant de sortir vainqueur d'un quart de finale face au finaliste de Roland-Garros Robin Söderling (6-4, 1-6, 6-3). En demi-finale, il retrouve Rafael Nadal (6-2, 6-3). En finale, le Serbe retrouve Gaël Monfils. Il se grippe à 6-2, 3-0. Il perd le deuxième set et à l'issue d'un troisième set, se retrouve embarqué dans un jeu décisif. Il l'emporte sur le score final de 6-2, 5-7, 7-63[61].

Après une semaine de répit, on le retrouve au Masters de Londres. Djokovic est fatigué, son premier match le voit s'imposer en presque 3 heures face au Russe Nikolay Davydenko (3-6, 6-4, 7-5). Il prend donc sa revanche du Masters 1000 de Shanghaï. Mais Djokovic est fatigué : au match suivant, après un premier set serré, il s'effondre face au Suédois Robin Söderling (7-65, 6-1). Pour son dernier match de poule, Djokovic affronte Rafael Nadal. La première manche est un concours de fautes directes entre le Serbe fatigué et l'Espagnol pas à son meilleur niveau. Novak Djokovic empoche finalement le premier set au jeu décisif, avant d'élever son niveau au second set, il s'impose en un peu plus de deux heures (7-65, 6-3). Mais la victoire de Nikolay Davydenko en soirée contre Robin Söderling élimine le Serbe. Au terme de la saison 2009, Novak Djokovic a disputé pas moins de dix finales, pour cinq victoires. Il s'agit du record de la saison, ainsi que de son record personnel.

2010 : Des hauts et des bas[modifier | modifier le code]

Novak Djokovic commence sa saison par le tournoi exhibition de Kooyong à Melbourne, où il est sèchement battu par Fernando Verdasco, futur vainqueur, en demi-finale (6-1, 6-2).

À l'Open d'Australie, il se qualifie pour les quarts de finale sans grand encombre, ne perdant qu'un seul set en quatre matchs, contre Marco Chiudinelli au deuxième tour. Après avoir éliminé la surprise du tournoi Łukasz Kubot en huitièmes, il se frotte en quarts à son grand rival Jo-Wilfried Tsonga, pour un remake épique de la finale de ce même tournoi qui les avait opposés en 2008. Au terme d'un match indécis de près de quatre heures, le Serbe s'incline pour la cinquième fois en sept matchs face au Français (6-78, 7-65, 1-6, 6-3, 6-1), mais fait part après le combat de problèmes gastriques qui l'auraient handicapé[62]. Néanmoins, la défaite précoce de Rafael Nadal en quarts combinée à celle d'Andy Murray en finale permettent à Novak Djokovic de devenir, le 1er février 2010, no 2 mondial au classement ATP pour la première fois de sa carrière, derrière Roger Federer qui le devance de plus de 3000 points.

Il s'aligne à Rotterdam et s'incline en demi-finale contre Mikhail Youzhny. Il conserve son titre à Dubaï en prenant sa revanche en finale contre ce même Russe.

Sa tournée américaine est très décevante. Il perd à Indian Wells en 1/8 contre Ivan Ljubičić. Il fait même pire à Miami, où il est éliminé d'entrée contre Olivier Rochus.

La saison sur terre battue du Serbe est moins bonne que l'an passé, Djokovic s'incline à Monte-Carlo et à Rome respectivement en 1/2 et en 1/4, les deux fois face à Fernando Verdasco. Il remet son titre en jeu à Belgrade où il laisse les armes en 1/4 après avoir abandonné contre Filip Krajinović.

À Roland-Garros, il démarre le tournoi sans grands repères. Les premiers tours s'enchaînent avec des victoires sans trop de grandes difficultés. Il perdra finalement en quart de finale face à l'Autrichien Jürgen Melzer après avoir pourtant mené deux sets à rien[63].

Il enchaîne avec le tournoi du Queen's mais il sera battu dès son entrée en lice par Xavier Malisse en trois manches et commence sa saison sur gazon de la pire des manières.

À Wimbledon, après une frayeur au premier tour contre Olivier Rochus et une victoire sans convaincre en cinq sets, il échoue aux portes de la finale, battu en trois sets par le Tchèque Tomáš Berdych. Cependant, sa présence dans le dernier carré, couplée à la défaite prématurée de Roger Federer, lui permet de ravir au Suisse sa place de no 2 mondial, Rafael Nadal occupant la place de no 1.

Sa préparation à l'US Open se traduit par une défaite à Toronto en 1/2 contre Roger Federer puis par une élimination en 1/4 à Cincinnati face à Andy Roddick.

Novak Djokovic, US Open 2010.

À l'US Open, Djokovic réalise un très bon tournoi malgré un premier tour délicat face à Viktor Troicki durant lequel il perd deux manches. Après avoir sorti Philipp Petzschner, James Blake, Mardy Fish et Gaël Monfils, il retrouve Roger Federer en 1/2. Lors d'un match sublime de cinq sets, où le Serbe sauve deux balles de match, Djokovic l'emporte après presque quatre heures de jeu (5-7, 6-1, 5-7, 6-2, 7-5). Il n'échouera qu'en finale face au no 1 mondial Rafael Nadal en 4 manches (6-4, 5-7, 6-4, 6-2)[64].

Il reprend sa saison ensuite à Pékin, tournoi dont il est le tenant du titre. Dans la continuité de son bon tournoi à New York, il dispose en finale de David Ferrer en deux manches. Il glane son deuxième trophée de la saison. En outre, il aura su se montrer très régulier tout au long du tournoi.

Lors du Masters 1000 de Shanghai, Novak Djokovic fait un début de tournoi très solide. Il bute cependant sur l'os Roger Federer en demi-finale et ne peut que s'incliner 7-5, 6-4. Le Suisse prend alors sa revanche de l'US Open et dépossède le Serbe de sa place de no 2 mondial pour la conserver jusqu'à la fin de l'année.

Il joue le tournoi de Bâle où il atteint la finale contre le même adversaire que l'an passé, Roger Federer. Alors que Djokovic l'avait emporté l'année précédente, le Suisse s'impose alors en trois manches (6-4, 3-6, 6-1).

Au Masters de Paris-Bercy, il vient dans l'espoir de conserver son titre. Cependant il s'incline contre Michaël Llodra prématurément lors des 1/8 de finale.

Son dernier tournoi avant la Coupe Davis est l'un de ses objectifs les plus importants, la Masters Cup. Il sort des poules en deuxième position après des succès contre Tomáš Berdych et Andy Roddick malgré un accroc au deuxième match contre Rafael Nadal. Sa route sera stoppée par le futur vainqueur Roger Federer au stade des demi-finales en deux sets 6-1, 6-4.

Le 3 décembre, Novak Djokovic bat Gilles Simon 6-3, 6-1, 7-5 en finale de Coupe Davis et égalise ainsi avec la France (1-1). Le 5 décembre, il apporte de nouveau le point d'égalisation pour la Serbie en battant Gaël Monfils 6-2, 6-2, 6-4 (2-2). Le même jour, la Serbie remporte la Coupe Davis pour la première fois de son histoire[65].

2011 : Petit Chelem, première place mondiale et meilleur sportif de l'année[modifier | modifier le code]

Novak Djokovic commence sa saison 2011 lors du tournoi exhibition de la Hopman Cup. Lors de son premier match, il dispose d'Andrey Golubev malgré un début poussif (4-6, 6-3, 6-1). Sa deuxième rencontre se déroule face à Lleyton Hewitt et il se montre convaincant (6-2, 6-4). Contre Ruben Bemelmans, il s'impose sans la moindre difficulté (6-3, 6-2).

Novak Djokovic victorieux à l'Open d'Australie en 2011.

Djokovic démarre l'Open d'Australie du mieux que possible, avec un succès facile contre Marcel Granollers (6-1, 6-3, 6-1). Puis il enchaîne avec une victoire plus difficile face au surprenant Ivan Dodig (7-5, 68-7, 6-0, 6-2). Il accède donc au troisième tour où il dispose de Viktor Troicki par abandon (6-2, ab). Il valide son billet pour les quarts, à la suite d'un match gagné avec la manière contre Nicolás Almagro (6-3, 6-4, 6-0). Il atteint le dernier carré du tournoi après un match rondement mené contre Tomáš Berdych (6-1, 7-65, 6-1). En demi-finale, il affronte le no 2 mondial Roger Federer, pourtant favori du tournoi après l'élimination de Rafael Nadal, et le bat en trois sets (7-63, 7-5, 6-4). Il remporte l'Open d'Australie face au no 5 mondial Andy Murray (6-4, 6-2, 6-3). Le Serbe remporte à 23 ans son deuxième tournoi du Grand Chelem, après son premier triomphe, déjà à Melbourne, en 2008.

Il déclare forfait pour le Tournoi de Rotterdam en raison d'une légère douleur à l'épaule ; il avait été demi-finaliste de ce tournoi l'année précédente.

Il effectue un retour gagnant à l'Open de Dubaï où il conserve son titre malgré un tableau difficile. Il s'impose successivement face à Michaël Llodra (6-3, 6-3), Feliciano López (6-3, 2-6, 6-4), Florian Mayer (7-5, 6-1) et Tomáš Berdych sur abandon (65-7, 6-2, 4-2, ab.). Il bat ensuite aisément Roger Federer en finale (6-3, 6-3), confirmant sa grande forme. Il vient à bout du Suisse pour la deuxième fois consécutive sans perdre le moindre set, comme à l'Open d'Australie.

Djokovic participe ensuite au Masters d'Indian Wells où il bat Andrey Golubev (6-0, 6-4), Ernests Gulbis (6-0, 6-1), Viktor Troicki (6-0, 6-1) et Richard Gasquet (6-2, 6-4) sans perdre le moindre set. Il atteint les demi-finales, où il s'impose face à Roger Federer pour la troisième fois consécutive (6-3, 3-6, 6-2), lui ravissant par la même occasion la place de no 2 mondial. En finale, il s'impose face à Rafael Nadal, no 1 du circuit après trois manches (4-6, 6-3, 6-2). Il bat Nadal pour la première fois dans une finale (après cinq défaites).

Le Masters de Miami fait suite à Indian Wells, avec une surface plus rapide et légèrement moins favorable au jeu du Serbe. Novak Djokovic se qualifie néanmoins pour les huitièmes de finale en battant aisément Denis Istomin (6-0, 6-1) puis l'Américain James Blake, ancien no 4 mondial (6-2, 6-0). Il atteint par la suite la finale en s'imposant contre son compatriote Viktor Troicki (6-3, 6-2), Kevin Anderson (6-4, 6-2) et Mardy Fish (6-3, 6-1). Il décroche son septième Masters 1000 en battant Rafael Nadal en finale (4-6, 6-3, 7-64) terminant la première partie de saison, sur dur, avec une série de 24 victoires en autant de rencontres en 2011[66].

À la suite d'une douleur au genou, et dans l'optique d'être en forme pour la saison sur terre battue, il renonce à participer au Masters de Monte-Carlo et prend quelques jours de repos.

Le retour du Serbe est effectué à l'Open de Belgrade, chez lui. Il remporte son cinquième tournoi de l'année en venant à bout de Adrian Ungur (6-2, 6-3), de Blaž Kavčič (6-3, 6-2), de Janko Tipsarević (par forfait) et de Feliciano López (7-64, 6-2).

Aux Masters de Madrid, il rallie les quarts de finale sans trop de soucis, après des succès contre Kevin Anderson (6-3, 6-4) et Guillermo García-López (6-1, 6-2). En 1/4 de finale, il affronte et bat le no 6 mondial David Ferrer (6-4, 4-6, 6-3), un des hommes forts de la saison sur terre battue. Il se qualifie pour sa 6e finale consécutive en éliminant la surprise du tournoi, le Brésilien Thomaz Bellucci (4-6, 6-4, 6-1). Il bat en finale Rafael Nadal en deux sets (7-5, 6-4), ce qui constitue sa première victoire sur terre battue face à l'Espagnol. Il signe au passage sa 32e victoire consécutive depuis le début de la saison et reste toujours invaincu en 2011.

Lors du Masters de Rome, il poursuit sa superbe série en éliminant successivement Łukasz Kubot (6-0, 6-3), Stanislas Wawrinka (6-4, 6-1), Robin Söderling (6-3, 6-0) et enfin Andy Murray (6-1, 3-6, 7-62) au terme d'un match très disputé qui sera élu en fin d'année comme le plus beau match du circuit ATP de l'année 2011[67]. En finale, il dispose une nouvelle fois de Rafael Nadal (6-4, 6-4) pour s'octroyer son septième titre de suite, avec 37 victoires sans la moindre défaite. Il établit alors un record, celui de la qualification assurée la plus précoce pour les Masters de tennis de fin d'année à Londres.

Novak Djokovic à Roland-Garros en 2011.

Lors de la seconde levée du Grand Chelem de la saison, à Roland-Garros, il bat lors des deux premiers tours le Néerlandais Thiemo de Bakker (6-2, 6-1, 6-3), ainsi que Victor Hănescu (6-4, 6-1, 2-3, ab) pour se qualifier pour le troisième tour. Au tour suivant, au terme d'un match se disputant sur deux jours à cause de l'arrivée de la nuit, il bat l'Argentin Juan Martín del Potro (6-3, 3-6, 6-3, 6-2). Il vient ensuite à bout du Français Richard Gasquet (6-4, 6-4, 6-2) en huitièmes de finales, s'offrant ainsi sa 41e victoire consécutive. Il atteint directement les demi-finales grâce au forfait de l'Italien Fabio Fognini, le privant ainsi d'une potentielle 42e victoire consécutive et donc de l'égalisation du record de John McEnroe. À cause de ce forfait, Djokovic ne joue pas pendant 5 jours. Il reprend la compétition le 3 juin où son invincibilité est stoppée en demi-finale par le no 3 mondial Roger Federer. Le Suisse l'emporte (7-65, 6-3, 3-6, 7-65) et empêche le Serbe d'égaler le record de McEnroe. Cette défaite du Serbe conjuguée à la victoire de Rafael Nadal en finale face au Suisse permettra également à l'Espagnol de rester no 1 mondial à l'issue du tournoi, Djokovic étant distancé de seulement 45 points.

Lors de sa conférence de presse suivant sa demi-finale perdue face au Suisse, Novak Djokovic annonce son forfait au tournoi du Queen's qui débute la semaine suivante.

Il arrive à Wimbledon, avec Rafael Nadal et Roger Federer, comme favori du tournoi. Il se hisse en quart de finale sans difficulté en ne concédant qu'un set en quatre matchs face à Jérémy Chardy (6-4, 6-1, 6-1), Kevin Anderson (6-3, 6-4, 6-2), Márcos Baghdatís (6-4, 4-6, 6-3, 6-4) et Michaël Llodra (6-3, 6-3, 6-3). En quart de finale, il bat difficilement la jeune sensation du tournoi, Bernard Tomic (6-2, 3-6, 6-3, 7-5), puis s'offre une place en finale en sortant Jo-Wilfried Tsonga après un match très accroché (7-64, 6-2, 69-7, 6-3). Il devient à cette occasion le vingt-cinquième no 1 mondial de l'histoire du tennis et atteint sa première finale sur le gazon londonien. En finale, il affronte pour la cinquième fois de l'année Rafael Nadal, et l'emporte en quatre manches (6-4, 6-1, 1-6, 6-3), décrochant ainsi son premier titre à Wimbledon, son troisième en Grand Chelem. Il déclare à l'issue du match, que cette première victoire à Wimbledon est « le plus beau jour de sa vie ».

À la publication du nouveau classement ATP du 4 juillet 2011, Djokovic compte sur Rafael Nadal une marge d'un peu plus de 2000 points. Un accueil monumental a lieu à Belgrade pour fêter sa victoire et sa 1re place mondiale, ainsi qu'une célébration avec plus de 100 000 personnes, avant qu'il ne reprenne le chemin des courts pour la préparation du quart de finale de la Coupe Davis contre la Suède à compter du 8 juillet. La Serbie l'emporte 4-1, la défaite ayant été concédée par Djokovic et Nenad Zimonjić en double. En demi-finale, Djokovic et ses compatriotes affronteront l'Argentine.

Il dispute son premier tournoi en tant que no 1 au Masters 1000 de Montréal, où il est récompensé du trophée de cristal, étant le 25e joueur de l'Histoire en tête du tennis mondial. Il retrouve de nouveau Jo-Wilfried Tsonga en demi-finale, après avoir expédié les matchs l'opposant à Nikolay Davydenko (7-5, 6-1), Marin Čilić (7-5, 6-2) et Gaël Monfils (6-2, 6-1). À ce niveau, il bénéficie du forfait du Français à la suite d'une douleur au coude, alors qu'il menait nettement(6-4, 3-0 ab.). Il remporte son 9e titre de la saison en battant en finale l'Américain Mardy Fish en trois manches (6-2, 3-6, 6-4). Ainsi, il devient le premier joueur à gagner 5 Masters 1000 la même année depuis leur création en 1990, mais aussi le premier joueur depuis Pete Sampras en 1993, à remporter un titre pour ses débuts en tant que patron du Circuit ATP.

Au Masters de Cincinnati, il débute par deux victoires faciles face à Ryan Harrison (6-2, 6-3) et Radek Štěpánek (6-3, 6-3), avant de se qualifier pour les demi-finales après avoir battu plus difficilement Gaël Monfils (3-6, 6-4, 6-3). Une fois de plus, il accède à la finale en bénéficiant de l'abandon de Tomáš Berdych, après avoir remporté la première manche (7-5, ab.). Il retrouve Andy Murray, et pour la seconde fois de l'année, perd la rencontre, après abandon à la suite de problèmes à l'épaule (6-4, 3-0 ab.). Djokovic n'atteint donc pas le dixième titre de la saison lors de ce tournoi.

Lors de l'US Open, il accède au troisième tour après un succès sur abandon dans son opposition à Conor Niland (6-1, 5-0 ab.), puis au terme d'un match maîtrisé face à l'Argentin Carlos Berlocq (6-0, 6-0, 6-2). Il rejoint les 1/8 de finale après sa victoire contre Nikolay Davydenko, en 3 sets (6-3, 6-4, 6-2). Il signe au passage sa 60e victoire de la saison, pour seulement 2 défaites. En 1/8 de finale, il bat plus difficilement le talentueux mais inconstant Ukrainien Alexandr Dolgopolov, qu'il rencontre pour la première fois (7-614, 6-4, 6-2). Les choses se compliquent encore en 1/4 de finale, où face à son compatriote Janko Tipsarević il cède son premier set du tournoi, avant de voir son adversaire abandonner pour cause de douleurs à la cuisse (7-62, 63-7, 6-0, 3-0 ab.). En demi-finales, il passe comme en 2010 tout près de la défaite face à Roger Federer. Avec deux balles de match contre lui dans le cinquième set, Djokovic trouve les ressources nécessaires pour inverser la tendance et finalement l'emporter, au terme d'un match accroché et de toute beauté (67-7, 4-6, 6-3, 6-2, 7-5). Pour la troisième fois de sa carrière, et pour la deuxième année consécutive, Novak Djokovic accède à la finale de l'US Open où il rencontre de nouveau Rafael Nadal. Après plus de 4 heures de jeu, Novak Djokovic s'impose en quatre sets, 6-2, 6-4, 63-7, 6-1, et remporte sa sixième finale en 2011 face à l'Espagnol. C'est la première fois qu'il bat successivement Roger Federer et Rafael Nadal dans un même tournoi du Grand Chelem et devient ainsi l'un des deux seuls joueurs avec Juan Martín del Potro à les battre dans un même tournoi du Grand Chelem. Ce dernier les avait battus lors de sa victoire à l'US Open 2009. Il renforce sa place de no 1 mondial et continue son année exceptionnelle. Avec 10,6 millions de dollars de gains en 2011, il bat le record de gains de toute l'histoire du tennis en une saison, record précédemment détenu par Rafael Nadal. Ensuite, il déclare forfait pour deux tournois : l'Open de Chine et le Masters de Shanghaï. Il revient sur le circuit à l'Open de Bâle mais échoue en demi-finale contre le 32e joueur mondial, Kei Nishikori en trois sets (2-6, 7-6, 6-0). C'est sa quatrième défaite de la saison. Incertain pour disputer le tournoi de Bercy en raison d'une épaule douloureuse, il s'y aligne quand même mais, déclare forfait après deux victoires, peu avant le quart de finale qui devait l'opposer à Jo-Wilfried Tsonga.

Au Masters, il est accompagné par Andy Murray [3], David Ferrer [5] et Tomáš Berdych [7] dans la poule A. Il remporte son premier match face au Tchèque (3-6, 6-3, 7-63) mais perd ensuite en deux sets contre l'Espagnol (3-6, 1-6). Pour son dernier match contre Janko Tipsarević [9], remplaçant de Murray, une victoire ne lui assurerait pas une place en demi-finale. Son compatriote, déjà éliminé de la course aux demi-finales, réduit ses chances de qualifications en infligeant une sixième défaite cette saison au numéro un mondial (6-3, 3-6, 3-6.). La victoire de Berdych sur Ferrer scelle le sort de Djokovic, qui termine donc la saison 2011 avec 3 titres en Grand Chelem et 5 en Masters 1000, pour un bilan victoires-défaites de 70-6.

2012 : Deuxième année consécutive au sommet du tennis mondial[modifier | modifier le code]

Numéro 1 mondial, Novak Djokovic entame une saison capitale, avec deux objectifs principaux. Outre les tournois du Grand Chelem, la médaille d'or aux Jeux olympiques de Londres[68], ainsi que la défense de sa place de leader au classement ATP, convoitée par Roger Federer[69], suscitent ses intérêts. Dans l'optique de se préparer pour l'Open d'Australie, il commence sa saison par l'exhibition d'Abu Dhabi, qu'il remporte en venant à bout du no 5 mondial David Ferrer (6-2, 6-1) en finale.

Lors de la première levée du Grand Chelem de la saison, l'Open d'Australie, il bat lors des premiers tours Paolo Lorenzi (6-2, 6-0, 6-0), Santiago Giraldo (6-3, 6-2, 6-1), Nicolas Mahut (6-0, 6-1, 6-1) et Lleyton Hewitt (6-1, 6-3, 4-6, 6-3), pour se qualifier en quart de finale où il affronte David Ferrer pour la deuxième fois de la saison. Malgré des douleurs à la cuisse gauche, il gagne le match (6-4, 7-64, 6-1) et se qualifie pour les demi-finales où il élimine le Britannique Andy Murray, quatrième mondial, après un match très serré (6-3, 3-6, 64-7, 6-1, 7-5 en h 50). Lors de la finale, il s'impose pour la septième fois consécutive face à Rafael Nadal au terme d'une finale mémorable, la plus longue de l'histoire du Grand Chelem, sur le score de 5-7, 6-4, 6-2, 65-7, 7-5 en h 53[70],[71].

Alors triple tenant du titre à l'Open de Dubaï, il perd cependant en demi-finale contre Andy Murray en 2 sets (2-6, 5-7). Lors du Masters d'Indian Wells, il bat successivement Andrey Golubev (6-3, 6-2), Kevin Anderson (6-2, 6-3), Pablo Andújar (6-0, 65-7, 6-2) et Nicolás Almagro (6-3, 6-4) avant de s'incliner face à l'Américain John Isner (67-7, 6-3, 65-7).

Novak Djokovic, Miami 2012.

Il remporte le 30e titre ATP de sa carrière lors du Masters de Miami, en battant successivement Márcos Baghdatís (6-4, 6-4), Viktor Troicki (6-4, 6-3), Richard Gasquet (7-5, 6-3), David Ferrer (6-2, 7-61), Juan Mónaco (6-0, 7-65) et Andy Murray (6-1, 7-64).

Lors du Masters de Monte-Carlo, il bat au premier tour Andreas Seppi (6-1, 6-4). Le 19 avril, alors qu'il devait affronter dans l'après midi pour le second tour Alexandr Dolgopolov, il apprend dans la matinée, alors qu'il était sur un terrain d'entraînement, le décès de son grand-père. Très touché moralement, il décide finalement de ne pas déclarer forfait pour la suite du tournoi, et bat Dolgopolov (2-6, 6-1, 6-4) dans la douleur. Au tour suivant, il bat Robin Haase (6-4, 6-2). Il bat ensuite Tomáš Berdych (4-6, 6-3, 6-2), pour se qualifier pour la finale où il affronte le septuple gagnant du tournoi, Rafael Nadal. Il perd 6-3, 6-1 et met fin à une série de sept victoires consécutives contre l'Espagnol.

Au tournoi de Madrid, il bat tour à tour Daniel Gimeno-Traver (6-2, 2-6, 6-3) puis Stanislas Wawrinka (7-65, 6-4) avant de céder en quart de finale face à son compatriote Janko Tipsarević (62-7, 3-6).

S'ensuit ensuite le Masters de Rome où il bat d'abord l'Australien Bernard Tomic (6-3, 6-3) suivi de l'Argentin Juan Mónaco (4-6, 6-2, 6-3). Il retrouve ensuite en quarts de finale le Français Jo-Wilfried Tsonga qu'il bat (7-5, 6-1). En demi-finales, il affronte et bat Roger Federer (6-2, 7-64) avant de s'incliner en finale à nouveau face à Rafael Nadal en deux sets (5-7, 3-6).

Pour finir cette saison sur terre battue vient le deuxième Grand Chelem de la saison, Roland-Garros. Il enchaîne sans trop de problèmes les trois premiers tours en battant successivement l'italien Potito Starace (7-63, 6-3, 6-1), le Slovaque Blaž Kavčič (6-0, 6-4, 6-4) et le Français Nicolas Devilder (6-1, 6-2, 6-2). Il rencontre ses premières difficultés en huitièmes de finale face à l'Italien Andreas Seppi qui gagne les deux premiers sets avant que Djokovic ne se reprenne et gagne les trois suivants (4-6, 65-7, 6-3, 7-5, 6-3). Comme à Rome, il retrouve le Français Jo-Wilfried Tsonga en quarts de finale, qui lui offre une belle opposition de 4 h 09, en obtenant pas moins de quatre balles de match dans le quatrième set sur le service du serbe à chaque fois, balles de match qu'il sauve en se montrant très fort et en sortant son meilleur tennis, puis il expédie le cinquième set (6-1, 5-7, 5-7, 7-66, 6-1). Comme en 2011, il retrouve le Suisse Roger Federer en demi-finales. Mais contrairement à l'année passée, il bat le Suisse en trois manches (6-4, 7-5, 6-3) et retrouve l'Espagnol Rafael Nadal pour une finale à enjeu : s'il gagne, il réalise son « Djoko Slam » tandis que Nadal, avec un 7e titre à Roland-Garros, détrônerait le record de Björn Borg. La finale, tendue entre les deux hommes, se déroule sous une bruine grandissante, provoquant de nombreuses fautes techniques inhabituelles des joueurs, et deux interruptions de match. Nadal remporte cependant les deux premiers sets, mais son jeu s'effrite nettement avec la pluie qui gagne encore en intensité. Le Serbe s'adapte mieux à la situation, et enchaîne huit jeux d'affilée dans la troisième manche qu'il remporte, et le début de la quatrième. Nadal, excédé par les conditions climatiques, lance une balle gorgée d'eau vers l'arbitre et demande le report du match. Sa requête est finalement accordée, et la fin de la partie est terminée le lendemain (ce qui n'était pas arrivé depuis 1973 à Roland-Garros). Le quatrième set est serré, mais finalement remporté par un Nadal plus mordant, sur une double faute au service de son adversaire (6-4, 6-3, 2-6, 7-5). Par conséquent, le Grand Chelem ne sera pas réalisable par Djokovic en 2012, il n'accomplira donc pas le Grand Chelem en remportant éventuellement les Jeux Olympiques, ce qui aurait été inédit. Par ailleurs, il en profite pour reprendre de l'avance sur Rafael Nadal au classement ATP, n'ayant pas atteint le dernier dimanche parisien en 2011.

Le 6 juin 2012, il est désigné pour être le porte-drapeau de la Serbie lors des JO de Londres[72].

Il débute sa saison sur herbe lors de Wimbledon, où cette année ce Grand Chelem peut aussi être considéré comme un tournoi de préparation avant les JO de Londres. Il passe les trois premiers tours sans grandes difficultés, en éliminant successivement Juan Carlos Ferrero (6-3, 6-3, 6-1), Ryan Harrison (6-4, 6-4, 6-4) et Radek Štěpánek (4-6, 6-2, 6-2, 6-2), avant de se qualifier en quart de finale en battant son compatriote Viktor Troicki (6-3, 6-1, 6-3). En quarts de finale, il bat l'Allemand Florian Mayer (6-4, 6-1, 6-4). Il perd en quatre manches contre le numéro trois mondial Roger Federer (6-3, 3-6, 6-4, 6-3). Le Suisse parvenant à remporter le tournoi, Novak Djokovic perd la place de numéro un mondial au profit de ce dernier, après 53 semaines.

Lors des Jeux olympiques de Londres, il termine au pied du podium. Il remporte ensuite le Masters du Canada en éliminant successivement Bernard Tomic (6-2, 6-3), Sam Querrey (6-4, 6-4), Tommy Haas (6-3, 3-6, 6-3), Janko Tipsarević (6-4, 6-1) et en finale Richard Gasquet (6-3, 6-2). Il participe la semaine suivante au Masters de Cincinnati, où il s'incline en finale face à Roger Federer sur le score de 6-0, 7-67. C'est la première fois qu'il perd un set sur le score de 6-0 face à Roger Federer.

Lors de l'US Open, il atteint la finale en éliminant successivement Paolo Lorenzi (6-1, 6-0, 6-1), Rogerio Dutra Silva (6-2, 6-1, 6-2), Julien Benneteau (6-3, 6-2, 6-2), Stanislas Wawrinka (6-4, 6-1, 3-1, ab.), le numéro huit mondial Juan Martín del Potro (6-2, 7-63, 6-4) et le numéro cinq mondial David Ferrer (2-6, 6-1, 6-4, 6-2). Il s'incline cependant en finale face au numéro quatre mondial Andy Murray (610-7, 5-7, 6-2, 6-3, 2-6), au terme d'un match très disputé, et ne remporte donc pas son sixième titre du Grand Chelem.

Novak Djokovic, Masters londonien 2012.

Il participe début octobre à l'Open de Chine 2012, qu'il remporte après avoir battu tout au long du tournoi Michael Berrer (6-1, 63-7, 6-2), Carlos Berlocq (6-1, 6-3), Jürgen Melzer (6-1, 6-2), Florian Mayer (6-1, 6-4) et enfin Jo-Wilfried Tsonga (7-64, 6-2). Il participe ensuite au Masters de Shanghai, où il atteint la finale après avoir éliminé Grigor Dimitrov (6-3, 6-2), Feliciano López (6-3, 6-3), Tommy Haas (6-3, 6-3), et le numéro sept mondial Tomáš Berdych (6-3, 6-4). Il remporte son treizième Masters 1000 lors de la finale face à Andy Murray, qu'il bat 5-7, 7-611, 6-3, après avoir gagné le tie-break dans le deuxième set 13-11 et avoir sauvé cinq balles de match[73].

Le 28 octobre, le no 1 mondial Roger Federer déclare forfait pour le Masters de Paris-Bercy, où il était pourtant tenant du titre. Par conséquent, Novak Djokovic est assuré de récupérer le fauteuil de numéro 1 mondial. De plus, incertain lui aussi à cause de soucis familiaux, le Serbe participe finalement au tournoi parisien en faisant une entrée remarquée avec un masque Dark Vador pour le jour d'Halloween mais perd dès son entrée en lice face à Sam Querrey (6-0, 65-7, 4-6), après avoir pourtant largement mené l'Américain dans cette rencontre (6-0, 2-0). Le 5 novembre 2012, le Serbe retrouve donc son trône, amplement mérité, aux dépens du Suisse et prend par la même occasion une assez large avance après avoir fourni un travail régulier tout au long de la saison.

Lors du Masters londonien, il se qualifie en demi-finale après avoir battu ses trois adversaires lors des matchs de poule : Jo-Wilfried Tsonga (7-64, 6-3), Andy Murray (4-6, 6-3, 7-5) et Tomáš Berdych (6-2, 7-66). Malgré avoir été mené d'une manche et d'un break dans le second set, il bat ensuite Juan Martín del Potro (4-6, 6-3, 6-2). Lors de la finale de ce Masters de Londres 2012, il bat Roger Federer (7-66, 7-5) et remporte ainsi son deuxième Masters au terme d'une rencontre de haute volée[74]. Il est le premier joueur depuis Roger Federer (2004-2007) à terminer 2 fois consécutivement l'année no 1 mondial.

2013 : Troisième Open d'Australie consécutif, troisième Masters mais perte de la 1ère place[modifier | modifier le code]

Numéro 1 mondial, Novak Djokovic débute sa saison, comme l'année précédente, par le tournoi d'exhibition d'Abu Dhabi, tournoi qu'il remporte pour la seconde année consécutive en éliminant facilement David Ferrer en demi-finale (6-0, 6-3) puis plus difficilement Nicolás Almagro en finale (64-7, 6-3, 6-4). Il représente ensuite son pays à la compétition mixte Hopman Cup avec Ana Ivanović comme partenaire, où ils s'inclinent en finale face à la paire espagnole composée de Fernando Verdasco et Anabel Medina Garrigues, avant de se diriger vers le premier tournoi majeur de la saison, l'Open d'Australie. Il commence facilement son tournoi en éliminant sans problèmes Paul-Henri Mathieu (6-2, 6-4, 7-5) puis Ryan Harrison (6-1, 6-2, 6-3). Il bat au troisième tour le Tchèque Radek Štěpánek (6-4, 6-3, 7-5). Il se qualifie en quart de finale après avoir battu difficilement le Suisse Stanislas Wawrinka, tête de série no 15 (1-6, 7-5, 6-4, 65-7, 12-10), où il aura été pourtant mené 1-6, 2-5 au terme d'un match splendide d'une durée de 5 h 02. Il se qualifie pour sa onzième demi-finale consécutive en Grand Chelem, après avoir éliminé Tomáš Berdych (6-1, 4-6, 6-1, 6-4). Il se qualifie pour la finale après avoir donné une véritable leçon au numéro quatre mondial, David Ferrer (6-2, 6-2, 6-1), en réalisant un nombre impressionnant de points gagnants (85 contre 41 pour son adversaire) et en n'ayant notamment perdu que sept points sur son service. Il remporte la finale face à Andy Murray en 4 sets : 62-7, 7-63, 6-3, 6-2, et devient ainsi le premier joueur de l'ère Open à remporter trois fois consécutivement l'Open d'Australie[75]. Il participe ensuite à l'Open de Dubaï, où il domine au premier tour son compatriote Viktor Troicki (6-1, 6-4), puis au second tour Roberto Bautista-Agut (6-1, 7-64). Il bat enfin Andreas Seppi (6-0, 6-3) puis en demi-finale Juan Martín del Potro (6-3, 7-64) pour se qualifier pour la finale. Il remporte le titre en battant Tomáš Berdych (7-5, 6-3)[76],[77]. Cette victoire le donne invaincu pendant 18 matchs en compétition officielle, soit depuis sa défaite au 2e tour de Bercy face à Querrey. Il enchaine ainsi son 3e titre consécutif, après le Masters fin 2012, l'Open d'Australie début 2013 et donc Dubaï.

Il commence par la suite sa tournée sur le dur américain, avec le Masters d'Indian Wells. Pour commencer, il bat difficilement l'Italien Fabio Fognini (6-0, 5-7, 6-2) malgré un bon début de match, puis Grigor Dimitrov (7-64, 6-1). Au tour suivant, il bat le dernier homme en date à l'avoir officiellement battu, Sam Querrey (6-0, 7-66), pour s'offrir une place en quart de finale où il affronte Jo-Wilfried Tsonga. Il bat très facilement ce dernier, 6-3, 6-1[78]. Il se fait ensuite éliminer en demi-finale, à la surprise générale, par Juan Martín del Potro, sur le score de 4-6, 6-4, 6-4 et subit ainsi sa première défaite de la saison. Il enchaîne ensuite avec le Masters de Miami, où il bat lors de ses premiers tours Lukáš Rosol (6-1, 6-0) puis Somdev Devvarman (6-2, 6-4), mais s'incline ensuite face à Tommy Haas (2-6, 4-6).

Commence ensuite la tournée sur terre battue. Incertain pour le Masters de Monte Carlo à la suite d'une blessure à la cheville droite pendant la Coupe Davis, Djokovic y participera finalement. Exempté de premier tour, il affronte au 2e Tour Mikhail Youzhny qu'il bat en trois sets (4-6, 6-1, 6-4) puis vient au tour suivant à bout de Juan Mónaco (4-6, 6-2, 6-2). Il rencontre ensuite en quarts de finale Jarkko Nieminen qu'il bat relativement facilement (6-4, 6-3) puis bat ensuite aussi facilement l'italien Fabio Fognini (6-2, 6-1), pourtant tombeur de Tomáš Berdych et Richard Gasquet, pour obtenir sa place en finale du premier Masters 1000 sur terre battue de la saison. Il réalise l'exploit en finale, en battant l'octuple tenant du titre, Rafael Nadal (6-2, 7-61). Il met ainsi fin aux 46 victoires consécutives de ce dernier à Monte-Carlo[79],[80]. Et il devient le joueur qui a battu le plus de fois Rafael Nadal sur terre battue depuis 2005. Après 12 jours sans toucher sa raquette de tennis, il se présente au Masters de Madrid, où il s'incline dès son entrée en lice face à un jeune bulgare Grigor Dimitrov (66-7, 7-68, 3-6). Lors du Masters de Rome il écarte Albert Montañés (6-2, 6-3) au deuxième tour; puis bat Alexandr Dolgopolov (6-1, 6-4) en huitièmes avant de s'incliner en quarts face à Tomáš Berdych (6-2, 5-7, 4-6).

Novak Djokovic à Roland-Garros en 2013.

Lors de Roland Garros, il commence son tournoi de manière convenable en éliminant le jeune belge David Goffin (7-65, 6-4, 7-5), puis au tour suivant Guido Pella (6-2, 6-0, 6-2). Au tour suivant, il prend sa revanche sur Grigor Dimitrov, en le battant cette fois-ci très facilement (6-2, 6-2, 6-3). Lors de son tour suivant face à Philipp Kohlschreiber, il cède le premier set de son tournoi mais se qualifie quand même pour les quarts de finale (4-6, 6-3, 6-4, 6-4). Après cette rencontre, il rend un vibrant hommage à son ancienne entraîneur Jelena Genčić, décédée deux jours plus tôt à Belgrade à l'âge de 77 ans, et indique qu'il va tout faire pour remporter cette édition de Roland Garros en son honneur. Il aborde son quart de finale contre Tommy Haas, le doyen de ces Internationaux de France de tennis âgé de 35 ans. Il remporte ce match en 3 sets, 6-3, 7-65, 7-5, non sans avoir été bousculé. Cette demi-finale tant attendue depuis le tirage au sort, l'opposant au septuple champion Rafael Nadal, aura donc lieu. Il s'incline cependant au terme d'un match incroyablement disputé et riche en rebondissements sur le score de 4-6, 6-3, 1-6, 7-63, 7-9[81].

Il enchaîne directement sa saison sur gazon avec Wimbledon, où il se qualifie sans problèmes pour le troisième tour, en éliminant Florian Mayer (6-3, 7-5, 6-4) puis Bobby Reynolds (7-62, 6-3, 6-1). Il bat ensuite facilement Jérémy Chardy (6-3, 6-2, 6-2) après avoir réalisé un match proche de la perfection, en ayant notamment réalisé trente-huit coups gagnants, pour seulement trois fautes directes[82]. De plus, il n'a perdu que six points sur son service. Il se qualifie pour son 17e quart de finale consécutif en Grand Chelem en battant Tommy Haas (6-1, 6-4, 7-64). Il bat au tour suivant Tomáš Berdych (7-65, 6-4, 6-3), pour s'offrir une nouvelle fois une place dans le dernier carré d'un tournoi du Grand Chelem. Il qualifie cette demi-finale, jouée contre l'Argentin Juan Martín del Potro, comme « le plus grand match qu'il ait joué à Wimbledon ». Il combat pendant quatre heures et quarante-quatre minutes avant de s'octroyer la victoire sur le score de 7-5, 4-6, 7-62, 66-7, 6-3, en ayant notamment eu deux balles de match durant le deuxième tie-break avant que del Potro ne le remporte[83],[84]. En finale, il est battu par Andy Murray lors d'un match surprenant où il produit un tennis bien inférieur à son habitude, notamment en ratant la majorité de ses smashs, en faisant une quarantaine de fautes et en servant de façon médiocre. Il perd sur le score de 6-4, 7-5, 6-4 en à peine plus de trois heures.

Il s'aligne ensuite lors du Masters du Canada, où il se qualifie jusqu'en demi-finale après avoir éliminé Florian Mayer (6-2, 6-1), Denis Istomin (2-6, 6-4, 6-4) et Richard Gasquet (6-1, 6-2). Il ne participe cependant pas à la finale, à la suite de sa défaite face à Rafael Nadal (4-6, 6-3, 62-7). La semaine suivante, au Masters de Cincinnati, seul Masters 1000 manquant à son palmarès, après avoir battu Juan Mónaco (7-5, 6-2) et David Goffin (6-2, 6-0), il s'incline face à John Isner (65-7, 6-3, 5-7).

Il débute ensuite l'US Open, où il va tenter de retrouver la confiance qu'il a perdue dernièrement à la suite de ses résultats légèrement décevants. Lors de son entrée en lice, il vainc Ričardas Berankis (6-1, 6-2, 6-2), puis au second tour Benjamin Becker (7-62, 6-2, 6-2) en ayant toutefois dû écarter deux balles de premier set. Au match suivant, il terrasse João Sousa (6-0, 6-2, 6-2) puis en fait de même avec l'Espagnol Marcel Granollers (6-3, 6-0, 6-0) qu'il vainc en à peine une heure et demie en huitièmes de finale. Il s'offre ensuite une place en demi-finale en éliminant le Russe Mikhail Youzhny (6-3, 6-2, 3-6, 6-0). Il se qualifie pour une quatrième finale consécutive sur ce Grand Chelem américain, en éliminant le Suisse Stanislas Wawrinka au terme d'un match disputé (2-6, 7-64, 3-6, 6-3, 6-4). Il s'incline pour la deuxième fois consécutivement dans une finale de Grand Chelem, au profit de Rafael Nadal.

Il participe ensuite à l'Open de Chine, tournoi qui lui réussit généralement bien puisqu'il est toujours invaincu après ses victoires en 2009, 2010 et 2012. Il bat pour commencer facilement Lukáš Rosol (6-0, 6-3), avant de céder un set contre Fernando Verdasco (7-5, 2-6, 6-2). Ensuite, il élimine l'Américain Sam Querrey (6-1, 6-2) puis le Français Richard Gasquet (6-4, 6-2), tombeur de David Ferrer. Enfin, pour la deuxième fois cette saison, il bat en finale son plus grand ennemi, Rafael Nadal (6-3, 6-4) en maîtrisant bien son match. Cependant, l'Espagnol reprend à l'issue du tournoi la place de numéro 1 mondial au Serbe compte tenu de son meilleur bilan sur les 12 derniers mois. La semaine suivante, au Masters de Shanghai, il bat successivement Marcel Granollers (6-2, 6-0), Fabio Fognini (6-3, 6-3), Gaël Monfils (64-7, 6-2, 6-4) au terme d'un match disputé, puis Jo-Wilfried Tsonga (6-2, 7-5). Il remporte pour la deuxième année consécutive ce tournoi, en l'emportant en finale contre Juan Martín del Potro (6-1, 3-6, 7-63), totalisant 20 victoires de suite en Chine, un record[85].

Il s'aligne ensuite au Masters de Paris-Bercy où il a très peu de points à défendre à la suite de sa contre-performance l'année précédente. Lors de son entrée en lice, il bat le jeune Français Pierre-Hugues Herbert (7-63, 6-3), puis John Isner (65-7, 6-1, 6-2) en concédant un set. Ensuite, il vient facilement à bout de Stanislas Wawrinka (6-1, 6-4), ainsi que de Roger Federer (4-6, 6-3, 6-2) avec plus de difficultés pour s'offrir une place en finale. Il remporte le seizième Masters 1000 de sa carrière en battant l'Espagnol David Ferrer (7-5, 7-5), et se présente ainsi la semaine suivante au Masters à Londres avec le plein de confiance. Lors des matchs de poule, il bat ses trois adversaires, à savoir Roger Federer (6-4, 62-7, 6-2), Juan Martín del Potro (6-3, 3-6, 6-3) et Richard Gasquet (7-65, 4-6, 6-3), à chaque fois au terme d'un match disputé en trois sets. Il bat ensuite le Suisse Stanislas Wawrinka (6-3, 6-3). Au terme d'un match opposant les deux meilleurs joueurs du monde, il s'adjuge le lendemain le troisième Masters de sa carrière, après un match hautement maîtrisé contre Rafael Nadal (6-3, 6-4)[86],[87]. Sa fin de saison a été presque parfaite car, même en la terminant à la 2e place au classement ATP, il a gagné les quatre derniers tournois auxquels il a participé et a totalisé 24 victoires consécutives[88]. Il ajoute deux victoires à cette série quelques jours plus tard, en finale de Coupe Davis, où il bat Radek Štěpánek (7-5, 6-1, 6-4) et Tomáš Berdych (6-4, 7-65, 6-2). Malgré ces deux victoires, sa saison avec la sélection serbe de Coupe Davis ne se termine pas idéalement, puisqu'étant le seul pilier de son équipe, Tipsarević et Troicki étant absent de la finale, ils s'inclinent 2-3 contre la République tchèque. Son principal objectif concernant la saison 2014 sera surtout centré sur les tournois du Grand-Chelem[89].

2014 - Deuxième victoire à Wimbledon, quatre titres en Masters 1000 et quatrième ATP World Tour Finals[modifier | modifier le code]

Comme en 2012 et 2013, Novak Djokovic débute sa saison par le tournoi d'exhibition d'Abu Dhabi qu'il remporte pour la troisième fois consécutive en se défaisant en finale de David Ferrer (7-5, 6-2). Son début de saison en compétition officielle débute par l'Open d'Australie, où il bat pour son entrée en lice Lukáš Lacko (6-3, 7-63, 6-1) et au tour suivant il élimine sans grandes difficultés l'Argentin Leonardo Mayer (6-0, 6-4, 6-4). Il vainc ensuite Denis Istomin (6-3, 6-3, 7-5), puis se qualifie en quart de finale en battant Fabio Fognini (6-3, 6-0, 6-2). Pour son 19e quart de finale consécutif, il joue le Suisse et tête de série no 8 Stanislas Wawrinka pour une revanche du match exceptionnel disputé en 2013, au stade des huitièmes de finale. Il perd ce match d'anthologie sur le score de 6-2, 4-6, 2-6, 6-3, 7-9 au bout de quatre heures d'un match du plus haut niveau, sur une volée ratée et met donc fin à sa série de 28 victoires consécutives depuis sa défaite en finale de l'US Open 2013 et de trois Open d'Australie d'affilée.

Novak Djokovic à Indian Wells.

Il participe ensuite au tournoi de Dubaï dont il est tenant du titre et vainqueur à quatre reprises et passe sans encombre les deux premiers tours en éliminant Denis Istomin (6-3, 6-3) ainsi que Roberto Bautista-Agut (6-1, 6-3). En quart de finale, il gagne par forfait contre le Russe Mikhail Youzhny, avant de chuter en 1/2 contre Roger Federer (6-3, 3-6, 2-6), futur vainqueur du tournoi. Le tournoi suivant auquel il participe ensuite est le premier Masters 1000 de la saison se déroulant à Indian Wells. Il bat pour son premier tour Victor Hănescu (7-61, 6-2), puis se débarrasse difficilement du Colombien Alejandro González (6-1, 3-6, 6-1). Il vainc ensuite l'un des hommes en forme de ce début de saison, le Croate Marin Čilić (1-6, 6-2, 6-3). Il écarte ensuite Julien Benneteau (6-1, 6-3) puis John Isner en demi-finale (7-5, 62-7, 6-1). Il remporte le premier titre de sa saison (le 17e Masters 1000) en prenant sa revanche sur Roger Federer (3-6, 6-3, 7-63) [90]. Il s'aligne la semaine suivante en tant que tête de série no 2 à Miami en Floride. Tout d'abord, il vainc Jérémy Chardy (6-4, 6-3), avant de bénéficier du forfait de l'Allemand Florian Mayer. Il se débarrasse après de Tommy Robredo (6-3, 7-5), ainsi que de Andy Murray (7-5, 6-3) après un match maitrisé, et s'offre ainsi une place dans le dernier carré. Il va directement en finale après un deuxième forfait en sa faveur dans le tournoi, celui du japonais Kei Nishikori qu'il devait rencontrer en demi-finale. En finale, le serbe bat facilement Rafael Nadal dans un match incroyable et hautement maitrisé, en 1 heure et 23 minutes sur le score de 6-3, 6-3[91]. Il réalise donc, pour la deuxième fois de sa carrière, le doublé Indian Wells-Miami[92].

Sa saison sur terre battue commence ensuite mi-avril avec son Masters à domicile, à Monte-Carlo, où il est le tenant du titre. Il écrase Albert Montañés (6-1, 6-0) au premier tour, puis deux jours plus tard il donne une leçon à Pablo Carreño-Busta (6-0, 6-1). Il cède ensuite un set dans un match difficile contre Guillermo García-López (4-6, 6-3, 6-1), avant de s'incliner en demi-finale contre le Suisse Roger Federer (5-7, 2-6), notamment à cause de son poignet dont la douleur s'est grandement ravivée lors de ce match. Cette même douleur le contraint de déclarer forfait pour le Masters de Madrid[93]. Cependant, il peut participer à celui de Rome ayant lieu la semaine d'après. Il se débarrasse pour son premier match de Radek Štěpánek (6-3, 7-5), pour ensuite vaincre Philipp Kohlschreiber (4-6, 6-2, 6-1). Il élimine ensuite l'Espagnol David Ferrer dans un match équilibré en trois sets serrés (7-5, 4-6, 6-3), avant de battre en demi-finale le Canadien Milos Raonic (65-7, 7-64, 6-3) lors d'un duel une nouvelle fois accroché. Il domine en finale son ennemi direct Rafael Nadal (4-6, 6-3, 6-3), signant ainsi une quatrième victoire consécutive. Il devient le joueur ayant le plus grand nombre de victoires sur terre battue contre l'Espagnol, ajoutant par la même occasion un dix-neuvième Masters 1000 à son palmarès.

Pendant Roland-Garros, Djokovic passe sans problèmes le Portugais João Sousa (6-1, 6-2, 6-4) puis le Français Jérémy Chardy (6-1, 6-4, 6-2). Au troisième tour, il laisse échapper un set face à Marin Čilić (6-2, 6-3, 62-7, 6-4). Il expédie ensuite Jo-Wilfried Tsonga en huitièmes de finale (6-1, 6-4, 6-1). En quart, il est opposé au Canadien Milos Raonic (no 8) et se qualifie au terme d'un match solide (7-5, 7-65, 6-4). Pour une place en finale, il se défait du Letton Ernests Gulbis, auteur d'un parcours surprenant, en quatre sets (6-3, 6-3, 3-6, 6-3). Pour la deuxième fois en finale du tournoi Porte d'Auteuil, il est de nouveau opposé à Rafael Nadal (no 1), qui l'a déjà battu 5 fois à Roland-Garros. Après avoir décroché le premier set (3-6), Djokovic cède une seconde manche disputée (7-5). Nadal profite ensuite d'un passage à vide du Serbe et de son jeu exceptionnel pour empocher le troisième set (6-2), et après plusieurs rebondissements, breake finalement pour remporter une cinquième finale de suite à Paris, la neuvième en tout, au terme d'un match de très haut niveau (3-6, 7-5, 6-2, 6-4) en 3 h 31.

Novak entame le tournoi de Wimbledon en tant que tête de série no 1, grâce au classement spécial du tournoi londonien. Il commence son championnat de manière très convaincante en écrasant le Kazakh Andrey Golubev (6-0, 6-1, 6-4) au premier tour. Il remporte ensuite un match plus disputé contre le vétéran tchèque Radek Štěpánek (6-4, 6-3, 65-7, 7-65) en plus de trois heures. Il se qualifie ensuite en quart de finale en éliminant les Français Gilles Simon (6-4, 6-2, 6-4) et Jo-Wilfried Tsonga (6-3, 6-4, 7-65). Il y retrouve le Croate Marin Čilić pour un nouveau match très accroché, toutefois remporté sur le score de 6-1, 3-6, 64-7, 6-2, 6-2 en près de trois heures. Il se qualifie une fois de plus en finale en éliminant le jeune Grigor Dimitrov (6-4, 3-6, 7-62, 7-67) tombeur d'Andy Murray au tour précédant. Pour seulement la deuxième fois de leur carrière, Novak Djokovic et Roger Federer se retrouvent en finale de Grand Chelem. C'est cette fois le Serbe qui prévaut et remporte le tournoi londonien en battant le Suisse (67-7, 6-4, 7-64, 5-7, 6-4), au terme d'un match fort en rebondissement de près de quatre heures. En plus de mettre un terme à cette série de trois finales de Grand Chelem perdues (Wimbledon 2013, US Open 2013, Roland-Garros 2014), Novak redevient numéro un mondial à la place de Rafael Nadal, classement perdu à la fin de l'année 2013. Cette deuxième victoire à Londres continue d'ancrer un peu plus son nom dans la légende du tennis, en portant son nombre de victoires en Grand Chelem à sept, égalant ainsi Mats Wilander et John McEnroe[94],[95].

Après s'être marié durant le mois de juillet, Novak entame la tournée nord-américaine avec le Masters 1000 de Toronto, tournoi dont il est triple vainqueur. Dispensé de premier tour, le Serbe commence par un match compliqué contre le Français Gaël Monfils remporté sur le score de 6-2, 64-7, 7-62 en deux heures et quarante minutes. En huitièmes de finale, Djokovic affronte Jo-Wilfried Tsonga pour la vingtième fois de leur carrière. Après un match médiocre de sa part, il est éliminé contre le Français assez sèchement sur le score de 6-2, 6-2. Il enchaîne directement avec le Masters 1000 de Cincinnati. Au deuxième tour, il doit batailler contre Gilles Simon mais finit par l'emporter sur le score de 6-3, 4-6, 6-4. Cependant, comme à Toronto, Djokovic est éliminé au troisième tour, cette fois-ci contre Tommy Robredo (7-66, 7-5).

Malgré ces surprenants revers essuyés lors des deux précédents Masters 1000, Novak entame le dernier Grand Chelem du calendrier, l'US Open, en tant que grand favori avec Roger Federer. Si certains doutaient de la motivation du Serbe (notamment concernant ses déclarations comme quoi le tennis n'était plus sa priorité), ses quatre premiers matchs dissipent tous les doutes. Il commence par écraser l'Argentin Diego Schwartzman (6-1, 6-2, 6-4) au premier tour puis bat facilement le Français Paul-Henri Mathieu (6-1, 6-3, 6-0) au tour suivant. L'Américain Sam Querrey offre un peu plus d'opposition, mais passe tout de même au rouleau compresseur "Novak" qui gagne ce match 6-3, 6-2, 6-2. Le Serbe affronte ensuite l'Allemend Philipp Kohlschreiber (tête de série no 22), tombeur de John Isner en 1/16 de finale. Novak répond présent pour ce premier vrai test et l'emporte 6-1, 7-5, 6-4. En quarts de finale, il affronte pour la 21e fois l'Ecossais Andy Murray. Après deux sets proprement titanesques, Andy se blesse au dos et n'est plus capable de jouer au même niveau qu'auparavant. Novak l'emporte donc 7-61, 61-7, 6-2, 6-4 et se qualifie pour une huitième demi-finale consécutive à Flushing Meadows. Cependant, le Serbe est éliminé par le Japonais Kei Nishikori sur le score de 6-4, 1-6, 7-64, 6-3. Cela faisait quatre ans de suite qu'il atteignait la finale à New York. Il est à noter que jamais auparavant, Novak n'avait perdu en Grand Chelem contre un adversaire plus jeune. En effet, il a subi l'immense majorité de ses défaites contre Federer, Nadal ou Murray (plus vieux d'une semaine).

Après la déception de l'US Open, Novak entame la tournée chinoise, série de tournois où il a toujours connu d'excellents résultats. L'Open de Chine n’échappe pas à la règle et voit le Serbe triompher pour une cinquième fois consécutive. Il élimine l'Espagnol Guillermo García-López (6-2, 6-1), le jeune Canadien Vasek Pospisil (6-3, 7-5), la tête de série no 5 Grigor Dimitrov (6-2, 6-4) et Andy Murray (6-3, 6-4). Il écrase ensuite le Tchèque Tomáš Berdych en finale (6-0, 6-2).

Après cet excellent tournoi, il participe à l'avant-dernier Masters 1000 de la saison, à Shanghai. Exempt de premier tour, il entame le tournoi en éliminant le jeune Dominic Thiem au deuxième tour (6-3, 6-4). Le Kazakh Mikhail Kukushkin connait le même sort au troisième tour et est battu 6-3, 4-6, 6-4, après avoir tout de même réussi le petit exploit de prendre un set au Serbe. L'Espagnol David Ferrer ne fait pas mieux et Novak l'élimine 6-4, 6-2 lors des quarts de finale. Novak Djokovic rencontre Roger Federer en demi-finale, c'est la 36e fois que les deux joueurs s'affrontent. Malgré un excellent match, Novak est éliminé 6-4, 6-4 en une heure et trente-six minutes. Il est à noter que la dernière défaite de Novak en Chine remontait à sa demi-finale du tournoi de Shanghai 2010, où il avait également été battu par Roger Federer.

Alors que la place de numéro 1 mondial du Serbe est remise en question par l'excellente saison de Roger Federer, Novak entame le Masters de Paris-Bercy, dernier Masters 1000 de la saison. Il y affronte au deuxième tour l'Allemand Philipp Kohlschreiber pour la troisième fois cette saison. Comme les deux fois précédentes, Novak l'élimine facilement (6-3, 6-4). Il bat ensuite le Français Gaël Monfils (6-3, 7-62) pour la dixième fois consécutive. Lors des quarts de finale, il maîtrise parfaitement le Britannique Andy Murray (7-5, 6-2). Il prend alors sa revanche sur le Japonais Kei Nishikori qui l'avait battu à l'US Open quelques semaines auparavant (6-2, 6-3). Il s'impose en finale face à Milos Raonic (6-2, 6-3), égalant donc le record de trois victoires à Paris-Bercy co-détenu avec Marat Safin et son coach Boris Becker, et remporte ainsi son vingtième Masters 1000, ainsi que la 600e victoire de sa carrière[96],[97].

Il participe bien évidemment durant le mois de novembre au "tournoi des maîtres", le masters de Londres. Il réussit pleinement son entrée en lice le 10 novembre en se débarrassant facilement du gagnant de l'US Open, Marin Čilić (6-1, 6-1); puis lors du second affrontement, il bat sèchement Stanislas Wawrinka en réalisant notamment un deuxième set d'exception (6-3, 6-0). Enfin, il vainc Tomáš Berdych (6-2, 6-2) pour terminer les matchs de poule, victoire qui lui assure de finir la saison à la première place mondiale, pour la troisième fois de sa carrière après 2011 et 2012; de plus, il s'agit de sa 30e victoire consécutive en indoor, sa dernière défaite remontant en 2012 contre Sam Querrey à Paris-Bercy [98] [99]. Il se qualifie pour une nouvelle finale au Masters en battant le japonais Kei Nishikori (6-1, 3-6, 6-0), finale qu'il gagne sur forfait du Suisse Roger Federer.

L'année 2014 a été pour lui une année inoubliable, tant professionnellement que personnellement, avec notamment son mariage et la naissance de son premier enfant. En remportant son second Wimbledon, quatre Masters 1000 (Indian Wells, Miami, Rome et Paris-Bercy) et le Masters de fin de saison et en terminant à la première place mondiale, il rentre encore un peu plus parmi les légendes du tennis[100],[101].

Palmarès et records[modifier | modifier le code]

Parcours en Grand Chelem, au Masters et aux Jeux olympiques
Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Open d'Australie 1T 1T 1/8 V 1/4 1/4 V V V 1/4
Roland-Garros 2T 1/4 1/2 1/2 3T 1/4 1/2 F 1/2 F
Wimbledon 3T 1/8 1/2 2T 1/4 1/2 V 1/2 F V
US Open 3T 3T F 1/2 1/2 F V F F 1/2
Masters Cup - - RR V RR 1/2 RR V V V
JO - - - médaille de bronze, Jeux olympiques - - - 4e - -

Dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Victoires (7)[modifier | modifier le code]

Année Tournoi Adversaire en finale Score
2008 Open d'Australie Drapeau : France Jo-Wilfried Tsonga 4-6, 6-4, 6-3, 7-62
2011 Open d'Australie (2) Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 6-4, 6-2, 6-3
2011 Wimbledon Drapeau : Espagne Rafael Nadal 6-4, 6-1, 1-6, 6-3
2011 US Open Drapeau : Espagne Rafael Nadal 6-2, 6-4, 63-7, 6-1
2012 Open d'Australie (3) Drapeau : Espagne Rafael Nadal 5-7, 6-4, 6-2, 65-7, 7-5
2013 Open d'Australie (4) Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 62-7, 7-63, 6-3, 6-2
2014 Wimbledon (2) Drapeau : Suisse Roger Federer 67-7, 6-4, 7-64, 5-7, 6-4

Finales (7)[modifier | modifier le code]

Année Tournoi Adversaire en finale Score
2007 US Open Drapeau : Suisse Roger Federer 64-7, 62-7, 4-6
2010 US Open (2) Drapeau : Espagne Rafael Nadal 4-6, 7-5, 4-6, 2-6
2012 Roland-Garros Drapeau : Espagne Rafael Nadal 4-6, 3-6, 6-2, 5-7
2012 US Open (3) Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 610-7, 5-7, 6-2, 6-3, 2-6
2013 Wimbledon Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 4-6, 5-7, 4-6
2013 US Open (4) Drapeau : Espagne Rafael Nadal 2-6, 6-3, 4-6, 1-6
2014 Roland-Garros (2) Drapeau : Espagne Rafael Nadal 6-3, 5-7, 2-6, 4-6

Parcours en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2005 1er tour (1/64) Drapeau : Russie M. Safin 2e tour (1/32) Drapeau : Argentine G. Coria 3e tour (1/16) Drapeau : France S. Grosjean 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne F. Verdasco
2006 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis P. Goldstein 1/4 de finale Drapeau : Espagne R. Nadal 1/8 de finale Drapeau : Croatie M. Ančić 3e tour (1/16) Drapeau : Australie L. Hewitt
2007 1/8 de finale Drapeau : Suisse R. Federer 1/2 finale Drapeau : Espagne R. Nadal 1/2 finale Drapeau : Espagne R. Nadal Finale Drapeau : Suisse R. Federer
2008 Victoire Drapeau : France J-W. Tsonga 1/2 finale Drapeau : Espagne R. Nadal 2e tour (1/32) Drapeau : Russie M. Safin 1/2 finale Drapeau : Suisse R. Federer
2009 1/4 de finale Drapeau : États-Unis A. Roddick 3e tour (1/16) Drapeau : Allemagne P. Kohlschreiber 1/4 de finale Drapeau : Allemagne T. Haas 1/2 finale Drapeau : Suisse R. Federer
2010 1/4 de finale Drapeau : France J-W. Tsonga 1/4 de finale Drapeau : Autriche J. Melzer 1/2 finale Drapeau : République tchèque T. Berdych Finale Drapeau : Espagne R. Nadal
2011 Victoire Drapeau : Royaume-Uni A. Murray 1/2 finale Drapeau : Suisse R. Federer Victoire Drapeau : Espagne R. Nadal Victoire Drapeau : Espagne R. Nadal
2012 Victoire Drapeau : Espagne R. Nadal Finale Drapeau : Espagne R. Nadal 1/2 finale Drapeau : Suisse R. Federer Finale Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
2013 Victoire Drapeau : Royaume-Uni A. Murray 1/2 finale Drapeau : Espagne R. Nadal Finale Drapeau : Royaume-Uni A. Murray Finale Drapeau : Espagne R. Nadal
2014 1/4 de finale Drapeau : Suisse S. Wawrinka Finale Drapeau : Espagne R. Nadal Victoire Drapeau : Suisse R. Federer 1/2 finale Drapeau : Japon K. Nishikori
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2006 1er tour (1/32)
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
Drapeau : France F. Santoro
Drapeau : Serbie-et-Monténégro N. Zimonjić
1er tour (1/32)
Drapeau : Croatie L. Zovko
Drapeau : France J. Haehnel
Drapeau : France A. Sidorenko
2e tour (1/16)
Drapeau : Italie D. Bracciali
Drapeau : Argentine M. García
Drapeau : Argentine S. Prieto
1er tour (1/32)
Drapeau : Taipei chinois J. Wang
Drapeau : Suède T. Johansson
Drapeau : Suède R. Lindstedt
2007 1er tour (1/32)
Drapeau : Serbie J. Tipsarević
Drapeau : République tchèque M. Damm
Drapeau : Inde L. Paes
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

En double mixte[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2006 2e tour (1/8)
Drapeau : Serbie-et-Monténégro A. Ivanović
Drapeau : Russie E. Likhovtseva
Drapeau : Canada D. Nestor
  • En dessous du résultat se trouve le nom de la partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg puis Madrid[102] Canada Cincinnati Madrid puis Shanghai[103] Paris
2005 1er tour
Drapeau : Chili F. González
1/8 de finale
Drapeau : Espagne T. Robredo
2006 1er tour
Drapeau : France J. Benneteau
2e tour
Drapeau : Argentine G. Coria
1er tour
Drapeau : Suisse R. Federer
2e tour
Drapeau : Espagne F. Verdasco
2e tour
Drapeau : France F. Serra
1/4 de finale
Drapeau : Chili F. González
2e tour
Drapeau : France P-H. Mathieu
2007 Finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
Victoire
Drapeau : Argentine G. Cañas
1/8 de finale
Drapeau : Espagne D. Ferrer
1/4 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/4 de finale
Drapeau : Espagne C. Moyà
Victoire
Drapeau : Suisse R. Federer
2e tour
Drapeau : Espagne C. Moyà
1/2 finale
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
2e tour
Drapeau : France F. Santoro
2008 Victoire
Drapeau : États-Unis M. Fish
2e tour
Drapeau : Afrique du Sud K. Anderson
1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
Victoire
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
1/2 finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/4 de finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
Finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1/8 de finale
Drapeau : Croatie I. Karlović
1/8 de finale
Drapeau : France J-W. Tsonga
2009 1/4 de finale
Drapeau : États-Unis A. Roddick
Finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
Finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
Finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/2 finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/4 de finale
Drapeau : États-Unis A. Roddick
Finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/2 finale
Drapeau : Russie N. Davydenko
Victoire
Drapeau : France G. Monfils
2010 1/8 de finale
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
2e tour
Drapeau : Belgique O. Rochus
1/2 finale
Drapeau : Espagne F. Verdasco
1/4 de finale
Drapeau : Espagne F. Verdasco
1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/4 de finale
Drapeau : États-Unis A. Roddick
1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/8 de finale
Drapeau : France M. Llodra
2011 Victoire
Drapeau : Espagne R. Nadal
Victoire
Drapeau : Espagne R. Nadal
Victoire
Drapeau : Espagne R. Nadal
Victoire
Drapeau : Espagne R. Nadal
Victoire
Drapeau : États-Unis M. Fish
Finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1/4 de finale
Drapeau : France J-W. Tsonga
2012 1/2 finale
Drapeau : États-Unis J. Isner
Victoire
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
Finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
Finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/4 de finale
Drapeau : Serbie J. Tipsarević
Victoire
Drapeau : France R. Gasquet
Finale
Drapeau : Suisse R. Federer
Victoire
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
2e tour
Drapeau : États-Unis S. Querrey
2013 1/2 finale
Drapeau : Argentine J.M. del Potro
1/8 de finale
Drapeau : Allemagne T. Haas
Victoire
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/4 de finale
Drapeau : République tchèque T. Berdych
2e tour
Drapeau : Bulgarie G. Dimitrov
1/2 finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/4 de finale
Drapeau : États-Unis J. Isner
Victoire
Drapeau : Argentine J.M. del Potro
Victoire
Drapeau : Espagne D. Ferrer
2014 Victoire
Drapeau : Suisse R. Federer
Victoire
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
Victoire
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/8 de finale
Drapeau : France J-W. Tsonga
1/8 de finale
Drapeau : Espagne T. Robredo
1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
Victoire
Drapeau : Canada M. Raonic
  • En dessous du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Carole Bouchard, « Stratosphérique Djokovic », sur lequipe.fr,‎ 7 septembre 2012 (consulté le 10 février 2013)
  2. (en) Novak Djokovic: The man who met his match with Murray, www.independent.co.uk
  3. Gains en dollars américains, selon ATP World Tour.
  4. Dans les transcriptions sans signes diacritiques en alphabet latin serbe, le Đ serbe est transcrit par Dj, et ce nom est donc alors écrit Djokovic et non pas Dokovic. Une transcription plus proche de la phonétique en l'absence de diacritiques serait « Djokovitch ».
  5. Djokovic, Federer, Bryan brothers scoop pair of ATP world tour awards
  6. ROLAND GARROS. Djokovic, Nadal et Federer, les trois monstres du tennis mondial, leplus.nouvelobs.com
  7. (it) VIDEO Novak Djokovic - imitazione di Federer, Roddick, Nadal, Volandri, Sharapova, www.opinionepubblica.org
  8. a et b (sr) Đoković: Čestitao sam Troickom na pobedi Partizana, ali još smo u trci!, www.sportal.rs
  9. « Messi ou Cristiano Ronaldo, Djokovic a choisi », sur foot01.com,‎ 23 mai 2011 (consulté le 10 février 2013)
  10. (pt) Djokovic equipado à Benfica, www.record.xl.pt
  11. Yahoo : Tennis : Novak Djokovic achète les droits de l'Open des Pays-Bas, fr.sports.yahoo.com
  12. Martin Solveig & Dragonette - Hello, www.youtube.com
  13. Djokovic se découvre une allergie, www.welovetennis.fr
  14. « Le régime sans gluten de Novak Djokovic : Fini les pâtes ! », sur stop-gluten.com,‎ 1er février 2012 (consulté le 10 février 2013)
  15. « Belgrade : Novak Djokovic a offert 100 000 euros au monastère de Gracanica », sur kipa-apic.ch,‎ 25 mars 2011 (consulté le 10 février 2013)
  16. (sr) Patrijarh Irinej odlikovao Đokovića ordenom Svetog Save, sport.blic.rs
  17. « Djokovic honoré », sur lequipe.fr,‎ 28 avril 2011 (consulté le 10 février 2013)
  18. Franck Ramella, « L'ambassadeur », sur lequipe.fr,‎ 4 juillet 2011 (consulté le 10 février 2013)
  19. Expendables 2 recrute le joueur de tennis Novak Djokovic !, www.reviewer.fr
  20. (en) Djokovic Awarded USSA 2011 Male Athlete Of The Year, the-slice.com
  21. (en) Serbia confers top award to Djokovic, sports.ndtv.com
  22. Le prince Albert II de Monaco et la princesse Charlene étaient lundi 16 avril 2012 au..., www.purepeople.com
  23. (en) Novak Djokovic will be awarded: an inspiration for the youth, www.tennisworldusa.org
  24. (en) World No 1 Djokovic honoured at Laureus Awards as London celebrates sporting year, www.dailymail.co.uk
  25. Blog de Jean-Marc Morandini, « Le numéro 1 du tennis mondial, Novak Djokovic, s'est marié au Monténégro », sur jeanmarcmorandini.com,‎ 11 juillet 2014 (consulté le 11 juillet 2014)
  26. « Le champion de tennis Novak Djokovic s'est marié au Monténégro », sur leparisien.fr,‎ 11 juillet 2014 (consulté le 11 juillet 2014)
  27. Djokovic est papa, lequipe.fr
  28. Syrie: Novak Djokovic se prononce contre tout bombardement, lexpress.fr
  29. Les Balkans frappés par les pires inondations depuis plus d’un siècle, lemonde.fr
  30. a et b US Open : Djokovic a écœuré del Potro, www.lepoint.fr
  31. a et b Description du jeu de Novak Djokovic, tennisdjoko.monipag.com
  32. (en) statistiques de la finale messieurs de l'US Open 2012, usopen.org
  33. pronostiques sur Djokovic/Nadal US Open 2013, fr.tennistemple.com
  34. ATP MATCHFACTS, www.atpworldtour.com
  35. The Best Returners of the Last 20 Years, 19 November 2013
  36. (en) Mamudi, Sam, "Djokovic dominance boosts Sergio Tacchini", MarketWatch, 27 July (originally) & 11 September 2011. Retrieved 27 January 2012.
  37. « Avec Novak Djokovic, Uniqlo monte au filet », Le Figaro,‎ 24 mai 2012
  38. « Sponsoring – Novak Djokovic devient ambassadeur de Peugeot », sur sportbuzzbusiness.fr,‎ 9 janvier 2014 (consulté le 18 mai 2014).
  39. « Sponsoring – Novak Djokovic Ambassadeur des montres Seiko », sur sportbuzzbusiness.fr,‎ 13 janvier 2014 (consulté le 18 mai 2014).
  40. a, b, c, d, e, f, g et h Sur les traces de Novak Djokovic l'enfant roi, www.lematin.ch
  41. « ATP RANKINGS HISTORY »
  42. Australian Open:Federer wins and thinks of France, 29. January 2007
  43. Djokovic past Canas to Miami win, 2. April 2007.
  44. Đoković wins Estoril Open, 7. May 2007.
  45. Nadal in final after Djokovic retires, 7. July 2007.
  46. « La belle semaine de Novak Djokovic », La Page des Sports, publié le 13 août 2007
  47. (fr) US Open: Federer imbattable sur le site www.sports.fr
  48. Masters Series de Paris-Bercy - 4e journée, lequipe.fr
  49. (en)Djokovic crushes Federer to seal final spot, 25 janvier 2008.
  50. Novak Djokovic wins Australian Open, 27 January 2008
  51. Djokovic abdique, www.eurosport.fr
  52. (en)French Open: Ruthless Nadal crushes Djokovic to reach final, 6 juin 2008.
  53. Superb Djokovic wins Masters Cup, 16. November 2008.
  54. Eurosport : Djokovic boucle la saison en Maître, www.eurosport.fr
  55. L'Open de Belgrade n'existait pas en 2008.
  56. En 2008, Djokovic avait participé au tournoi du Queen's durant cette semaine et s'était incliné en finale face à Rafael Nadal.
  57. En 2008, Djokovic avait participé au tournoi de Bangkok durant cette semaine et s'était incliné en finale face à Jo-Wilfried Tsonga.
  58. Pas de tournoi à Shanghai de 2005 à 2008
  59. Djokovic Upset In First Round Match At Brisbane, 17 September 2011.
  60. Haas stuns Djokovic to make semis, 1 July 2009
  61. Djokovic wins superb Paris final, 8 November 2009
  62. Tsonga, l'homme fort, www.lequipe.fr
  63. This page is available to GlobePlus subscribers. The Globe and Mail. 9 March 2011.
  64. Rafael Nadal wins US Open to seal career Grand Slam, 14 September 2010. BBC
  65. Serbia wins first Davis Cup title, 6 December 2010, ESPN
  66. Résultats Miami : Djokovic terrasse Nadal - Le 10 Sport, 4 avril 2011
  67. (en) Best ATP World Tour Matches Of The Year - Nos. 1-2 sur atpworldtour.com le 13 décembre 2011.
  68. La tête à Londres... mais pour 2012 ! sur welovetennis.fr
  69. Roger Federer : "Un long chemin à parcourir" sur welovetennis.fr
  70. « La finale la plus longue du Grand Chelem », sur sport.fr,‎ 29 janvier 2012 (consulté le 10 février 2013)
  71. « Open d'Australie : Djokovic-Nadal, finale la plus longue du Grand Chelem », sur lepoint.fr,‎ 29 janvier 2012 (consulté le 10 février 2013)
  72. JO : Djokovic porte-drapeau de la Serbie, Le Figaro, 6 juin 2012.
  73. (fr) Aurelie Beaudouin, « Novak Djokovic sauve cinq balles de match et s'impose à Shanghaï contre Andy Murray », sur sport365.fr,‎ 14 octobre 2012 (consulté le 10 février 2013)
  74. Le Djokovic nouveau est arrivé, Carnet Sport, 11 novembre 2012.
  75. Open d'Australie: Djokovic gagne à Melbourne pour la 4e fois, nouvelobs.com
  76. Tennis: Djokovic surclasse Berdych pour s'imposer à Dubaï, fr.reuters.com
  77. Rien n’arrête Djokovic, www.sports.fr
  78. Novak Djokovic bien trop fort pour Jo-Wilfried Tsonga, www.eurosport.fr
  79. Djokovic met un terme au règne de Nadal à Monte-Carlo !, fr.tennistemple.com
  80. Djokovic met fin au règne de Nadal, www.sport24.com
  81. Roland-Garros: Rafael Nadal stoppe le rêve de Novak Djokovic, www.rfi.fr
  82. Djokovic fait de Chardy une formalité, www.francetvsport.fr
  83. Wimbledon : Djokovic remporte le combat, www.franceinfo.fr
  84. TENNIS - WIMBLEDON : Djokovic a eu chaud !, lequipe.fr
  85. ATP - Shanghai > Djokovic, empereur de Chine, www.welovetennis.fr
  86. Tennis : Novak Djokovic remporte son troisième Masters, www.liberation.fr
  87. Djokovic reste le maître, www.lefigaro.fr
  88. Djokovic-Nadal, sommet annoncé pour 2014, www.lefigaro.fr
  89. Tennis: priorité aux tournois du Grand Chelem en 2014 pour Djokovic, www.liberation.fr
  90. Novak Djokovic retrouve le chemin, www.lequipe.fr
  91. Attention, le vrai Novak Djokovic est de retour, eurosport.fr
  92. Novak Djokovic domine Rafael Nadal et réalise un second doublé Indian Wells-Miami, eurosport.fr
  93. Novak Djokovic, blessé au poignet, est forfait à Madrid, rtbf.be
  94. Djokovic, sacré à Wimbledon, redevient numéro un mondial, lemonde.fr
  95. Novak Djokovic, un titre et un trône, lequipe.fr
  96. La démonstration de Novak Djokovic face à Milos Raonic, lequipe.fr
  97. Bercy 2014 : Novak Djokovic a affolé les compteurs..., eurosport.fr
  98. http://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Djokovic-numero-un-et-en-demies/514924
  99. http://www.eurosport.fr/tennis/atp-world-tour-finals/2014/masters-djokovic-bat-berdych-6-2-6-2-passe-en-demie-et-est-assure-de-terminer-l-annee-numero-1_sto4477255/story.shtml
  100. Novak Djokovic, une année dans les annales, lequipe.fr
  101. ATP : Bienvenue dans l'ère Novak Djokovic, vainqueur du Masters et numéro 1 mondial, eurosport.fr
  102. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome, de Hambourg (jusqu'en 2008) et de Madrid (depuis 2009) a changé au cours des ans.
  103. Les Masters 1000 de Madrid (2002-2008) et de Shanghai (depuis 2009) se sont succédé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Classements ATP (8 décembre 2014)
Simple
Rang Évolution Nom Points
1 en stagnation Drapeau : Serbie Novak Djokovic 11 360
2 en stagnation Drapeau : Suisse Roger Federer 9 775
3 en stagnation Drapeau : Espagne Rafael Nadal 6 835
4 en stagnation Drapeau : Suisse Stanislas Wawrinka 5 370
5 en stagnation Drapeau : Japon Kei Nishikori 5 025
6 en stagnation Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 4 675
7 en stagnation Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych 4 600
8 en stagnation Drapeau : Canada Milos Raonic 4 440
9 en stagnation Drapeau : Croatie Marin Čilić 4 150
10 en stagnation Drapeau : Espagne David Ferrer 4 045
Double
Rang Évolution Nom Points
1 en stagnation Drapeau : États-Unis Bob Bryan 12 740
1 en stagnation Drapeau : États-Unis Mike Bryan 12 740
3 en stagnation Drapeau : Serbie Nenad Zimonjić 6 430
4 en stagnation Drapeau : Canada Daniel Nestor 6 270
5 en stagnation Drapeau : France Julien Benneteau 5 350
6 en stagnation Drapeau : Brésil Marcelo Melo 5 100
7 en stagnation Drapeau : France Édouard Roger-Vasselin 5 050
8 en stagnation Drapeau : Espagne Marcel Granollers 4 830
9 en stagnation Drapeau : Espagne Marc López 4 650
10 en stagnation Drapeau : Autriche Alexander Peya 4 570
10 en stagnation Drapeau : Brésil Bruno Soares 4 570
Voir et éditer