Skateboard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un skateboard moderne
Skateboard des années 1970 avec imprimé en fibre de verre

Le skateboard ou la planche à roulettes, est composée d'un plateau sous lequel sont fixés deux essieux permettant de maintenir sur chacun d'eux deux roues avec roulements à billes. Elle peut servir à se déplacer en roulant sur ses quatre roues, mais surtout à réaliser certaines figures (tricks), en environnement urbain ou dans des parcs spécialisés, les skateparks. Le pratiquant de ces disciplines est dénommé « skateur » ou « planchiste » ou «rider»

Historique[modifier | modifier le code]

Les premiers skateboards s'appelaient les "patinettes" et étaient en fait les trottinettes de fortune de la fin des années 1930[1]. Les enfants pauvres n'ayant pas les moyens de se payer une trottinette, récupéraient un vieux patin, le sciaient et clouaient les deux morceaux ainsi faits sur un chevron. Avec un cageot et un tasseau ils faisaient le guidon. Par la suite, ils se débarrassèrent du guidon, celui-ci ayant une fonction se limitant à l'appui et non à la direction comme sur les vraies trottinettes, la direction étant assuré par le système des essieux de patin[1]. Dans le film Retour vers le futur on trouve un clin d'œil à l'histoire du skateboard lorsque le héros est pourchassé dans les années 1950, on le voit arracher le guidon d'une de ces patinettes de fortune pour la transformer en Skateboard.

Le « roll-surf » apparaît à la fin des années 1950 en Californie[2]. Les premiers skateboards industriels sont vendus sous la marque Humco[3] en 1956[réf. nécessaire]. Très vite le skateboard sera surnommé « sidewalk surfboard » ou « roll-surf », littéralement « planche à surfer les trottoirs », et deviendra de plus en plus populaire. Dans le film de Billy Wilder sorti en 1966 et tourné en 1965 The Fortune Cookie, une scène montre des enfants roulant sur des skateboards. En France, le magazine pour enfant Le Journal de Tintin tire un article sur le roll'surf en mai 1966, montrant des figures inspirées du surf, de la gymnastique et de l'athlétisme (saut en hauteur). Au Québec, toujours en 1966, Claude Jutra réalise Rouli-roulant, un court-métrage sur la passion de jeunes montréalais pour ce sport et la loi qui en interdit la pratique dans les rues.

La première compétition date de 1963[2]. À cette même date, les premiers skates font leur apparition en Europe et en France notamment, où la première compétition se tient en 1965[2]. Arnaud de Rosnay s'illustre à l'occasion des éditions du championnat de France 1965, 1966 et 1967[4]. Jusqu'en 1973, toutefois, le skate peine à se développer. Une innovation change la donne : les Californiens Frank Nasworthy et Bob Bahn mettent au point la roue en uréthane ; le skate moderne est né[4]. Le succès est immédiat et le phénomène devient mondial dès 1974 avec la vente de plusieurs millions de planches : 15 millions de skates vendus en 1975 aux États-Unis[5]. Les premiers skateparks voient le jour[5]. tandis qu'une presse spécialisée émerge. En France, la discipline est reconnue comme sport par le Ministère en 1974[5]. 27 skateparks sont créés en France entre 1974 et 1978[6].

La discipline s'effondre au début des années 1980[6]. L'innovation, facteur très important, est plus que jamais à l'ordre du jour. Des stars tels que Natas Kaupas (inventeur du Wall ride) ou Mark Gonzales voient très loin : les mains courantes, les rails, etc. Ils poussent leurs boards dans une nouvelle direction, plus folle. La pratique reste essentiellement urbaine, mais cette fois les skateurs utilisent au maximum la configuration de la ville. Si cette époque fait l'apanage de l'utilisation des rails, la nouvelle génération de la fin des années 1980 montre également son niveau sur des gaps : des sauts d'espaces, de marches.

Parallèlement, la pratique sur des rampes a de plus en plus de succès, devenant très vite à la mode.

Apparaissent Mike Carroll, Colin McKay, Salman Agah, des skateurs aujourd'hui moins médiatisés que des skateurs comme Tony Hawk, Rodney Mullen, mais toujours en activité.

Entre 1992 et 1995, le skate met l'accent sur la technique, abandonnant quelque peu le côté esthétique. Cette époque verra l'émergence de centaines de nouveaux tricks : des flips, se créent et s'améliorent, Salman Agah invente le switch (le fait de pratiquer avec la jambe opposée à celle d'appel, à l'envers en quelque sorte).

Rodney Mullen est principalement, avec Natas Kaupas, celui à l'origine du skate moderne et a inventé une vingtaine de figures dont le kickflip et le heelflip.

L'apparence du skateboard a elle aussi évolué. Celui-ci présente dorénavant des roues minuscules et des planches dites « allumettes ». D'un autre côté, peut-être dans une recherche implicite d'unité, les skateurs commencent à adopter un style propre, plus ou moins inspiré de la mode des surfeurs. Cette époque est appelée « big pants, small wheels » (« grands pantalons, petites roues »).

Après ces quelques années passées à parfaire leurs tricks (figures), les skateurs — imitant des stars comme Pépé Martinez— reviennent à leurs premières amours, s'emparant plus que jamais de la rue. Une nouvelle fois, les gros gaps et les handrails sont mis à l'honneur, couplés cette fois-ci à la toute nouvelle technique.

Si la rampe, très à la mode dans les années 1980, semble se marginaliser au début des années 1990, celle-ci voit finalement se dessiner un ciel radieux. C'est l'époque, de Danny Way (considéré par certains comme le « plus grand ramprider de l'Histoire » ou encore le « maître de la vert' »), mais aussi de Rune Glifberg, Bucky Lasek, Tony Hawk, John Cardiel, Tony Trujillo.

L'année 1998 verra le début du festival Jamie Thomas — du nom de son créateur, un skateur qui créa également les marques Zero Skateboards, et Fallen Shoes - toujours en vogue aujourd'hui. Il fut connu et médiatisé grâce à la vidéo Welcome to Hell de la marque Toy Machine.

À partir de cette époque, et aujourd'hui encore, plusieurs styles différents se sont dégagés : skateurs « techniques », « fonceurs », etc. Aujourd'hui, la question qui se pose est de savoir ce qui compte le plus dans la discipline : le style ou la performance ? Cette question est encore moins évidente qu'il n'y paraît. En effet, si certains considèrent la pratique technique comme peu esthétique, d'autres au contraire ne peuvent concevoir technique et style séparément. Heureusement, aujourd'hui, cette question est plus source de diversification que de discorde.

Sport ou art[modifier | modifier le code]

Silhouettes

Le skateboard est-il un sport ou un art ? La question se pose dès que l'on désire aborder le style et la philosophie de la discipline. Un sport est une discipline mettant l'accent sur la performance, tandis qu'un art vise à atteindre un idéal esthétique, par une technique, un style propre. En tant qu'art, le skateboard se rapprocherait de la danse, en ce que la recherche de beauté se fait à travers le mouvement.

Les systèmes d'évaluation des skateurs lors des compétitions montrent l'ambivalence de la discipline. Ainsi, à l'issue de son run (passage, prestation), le skateboarder sera jugé non seulement sur la technique et la performance, mais aussi sur la créativité et le style (l'esthétisme). Limité en temps, un run peut être comparé à un programme de patinage artistique, avec toutefois des règles moins strictes et l'absence de dichotomie entre programme libre et programme imposé.

La plupart des adeptes de skate ne considèrent pas leur discipline comme un sport à part entière. Deux voies différentes, mais néanmoins complémentaires se dessinent donc.Le skateboard est un sport à 100 % — tous les aspects de la discipline n'étant pas quantifiable en termes de performance — la pratique de la discipline comme objet esthétique visuel (en photographie notamment) se répand.

Le style « skateur »[modifier | modifier le code]

Paire de basket Vans très utilisée dans les années 1980

La récupération par les médias de l'image de la planche à roulettes et la profusion des marques de skate (Black label, Enjoi, Blind,DVS, World Industries, Element, Chocolate, éS,Lakai,Supra, etnies, Jart, Flip, toy machine, Girl, Globe, Independent, Matix, Osiris, Spitfire, Venture, Vinkel, Volcom, WESC, circle, Cliché, Emerica, Blend Matoël, Baker Skateboard, Anti Hero, Vans, Bones, Altamont Apparel, Carhartt, DC,BoardBreaker, DGK, popular skateshop, Darkstar, Trauma, S3 , Alien Workshop, et tant d'autres) a également fait du « style skateur » une mode à part entière. En effet, les habitudes stylistiques des adeptes, issues des cultures populaires californienne et urbaine américaine, se voient reproduites par une multitude de jeunes, la plupart n'étant même pas intéressés par la pratique du skate. Cette nouvelle génération est vue d'un drôle d'œil par certains « véritables » skateurs, qui les qualifient alors de « poseurs ». Ce style s'étant développé en mode, l'attirail vestimentaire des skateurs coûte cher, ce qui mène quelquefois à des situations où seuls les « poseurs » portent réellement des habits de skate, tandis que les pratiquants n'en voient pas forcément l'intérêt. Mais il ne faut pas voir là-derrière une imitation désœuvrée ou une reproduction ridicule. La récupération de cette mode est une façon de montrer son adhésion à une philosophie, plus encore qu'à une discipline en soi. L'esprit du skateboard a donc beaucoup inspiré la nouvelle génération, devenant un phénomène de société, et une référence parmi les jeunes.

Dans les années, 2000, le style « skateur » est caractérisé par des vêtements amples (influence Hip Hop) ou des vêtements serrés (influence Rock'n'Roll / Punk). La préférence est ainsi donnée aux t-shirts longs et aux pantalons « baggy », style que l'on qualifiera de « Big pants, small wheels » (littéralement grands pantalons, et petites roues) ou aux pantalons « slim » avec des chaussures fines et des T-shirt serré. Les chaussures de skate, quant à elles, sont très particulières. Conçues à l'origine pour tenir au mieux sur un skateboard et s'abîmer le moins possible, avec de grosses semelles et munies de lacets épais, les "skate-shoes" sont désormais plus fines, privilégiant ainsi la sensibilité pour permettre aux skaters de réaliser des figures qui sont de plus en plus techniques.

Depuis 2010, les skaters représentent souvent le style "à la mode". De nouvelles marques fleurissent autour de ce mouvement plus "hype" plus soigné, avec des marques comme Qhuit, Sixpack, Olow... La société a fait des skaters (à leur insu) "les gens branchés" du moment. Tatouées, Rock n' Roll, fêtards, ils représentent désormais une sorte de fantasme de liberté dans cette société qui tend à être de plus en plus normée.

La musique[modifier | modifier le code]

La culture musicale qui se trouve derrière le skateboard est le résultat d'une longue évolution, et est ainsi très diversifiée. Les styles de musique varient, vers Los Angeles on écoutera les chanteurs de rap de la côte Ouest (dit « West Coast »), alors qu'à New York on écoutera la musique de la côte Est (dit « East Coast »).

Issu du surf, discipline à la culture profondément rock 'n' roll, le skateboard s'est ensuite développé dans la rue. Il n'y a pas de généralité absolue à faire. Le hip-hop est récupéré pour son appartenance à la street culture américaine, tandis que le rock rappelle l'euphorie des débuts. Néanmoins il semblerait que la plupart des skaters écoutent du rock. Mais il faut également noter que certains skateurs, pouvant être qualifiés de roots écoutent des genres musicaux différents, tels que le reggae, le dub ou encore le ska. Une autre branche des skaters écoute du metal. Il semblerait toutefois que les deux styles de musiques les plus ecoutés par les skateurs sont du Rap (hip-hop,rap US,...) ou du Rock (Rock'n'roll,Metal,Hard Rock,...)

Les Skateurs écoutant du rap se caractériseraient en s'habillant avec des jeans baggie, et la plupart aimeraient skater du street (les manuals, curbs, flips parfois très techniques...) Tandis que ceux écoutant du rock feraient plutôt du street du genre hammer (Gros gaps, handrails...) et les plus âgés d'entre eux, écoutant en général du Rock'n'Roll, pratiqueraient de la vert (les débuts du skate) comme du bowl (qui était autrefois des piscines californiennes) et de la rampe. Ceci étant tout de même qu'une image (les skateurs pratiquent ce qu'ils aiment, un skateur qui écoute du rap peut aimer du hammer et vice-versa). La musique (dans les vidéos) a souvent une influence sur les jeunes skaters, qui parfois découvrent et s'ouvrent vers un nouveau genre musical. La musique de chaque part (section de vidéo), étroitement liée à l'image du skateur et de la marque, influencent certains jeunes qui se mettent à s'habiller comme le skateur qu'ils aiment bien et à écouter le même style de musique. Dans les vidéos on peut souvent voir que le skateur enchaîne ses tricks dans les temps. Lorsque le skateur fera un gap ou un trick au ralenti quand il replaquera, il le fera en même temps que la musique. Cela vient aussi des montages vidéos qui sont faits.

Un style de musique apparenté au punk californien, le Skatecore, a pris un nom rappelant le skate.

Lors de compétitions ou sessions, dites AM (amateur) ou Pro (professionnel), il y aura toujours la présence de musique. La musique donne un rythme aux runs des skateurs, ils s'en inspirent et font preuve d'imagination. Tout combiné, le skateur, sa planche et la musique donne un résultat qui sera noté par les jurys. C'est pourquoi la musique joue un rôle assez important pour les runs des skateurs.

Le skateboard et l'image[modifier | modifier le code]

Les vidéos qui ont marqué, à chaque génération, l'histoire du skateboard, témoignent du lien entre skateboard et images. Même si l'innovation dans les figures et leurs enchaînements est devenue la mesure de référence d'une bonne vidéo, l'aspect esthétique de cet enchaînement, l'impression générale rendue, et le style demeurent indispensables pour que celle-ci entre dans l'histoire. Elle est, en général, associée à une bande-son qui « colle » aux séquences de chaque skateboarder.

On note la sortie du film Les Seigneurs de Dogtown, de Catherine Hardwicke, qui retrace l'évolution du skateboard à partir des années 1970 et des fondateurs d'une nouvelle discipline (le poolriding) qui va révolutionner le skateboard et le sport en général: Jay Adams, Stacy Peralta (qui est d'ailleurs scénariste du film, et dont le rôle est joué par le jeune John Robinson, acteur principal de Elephant de Gus Van Sant) et Tony Alva.

Les vidéastes de skate Ty Evans et Spike Jonze, connus pour avoir réalisé la vidéo Yeah Right, sont les premiers à avoir franchi un cap au niveau de la réalisation des vidéos de skate. Ils utilisent des techniques et effets spéciaux de cinéma, et filment maintenant avec des caméras HD.

Anglicismes[modifier | modifier le code]

De par son origine américaine, le vocabulaire lié à la discipline est truffé de néologismes directement empruntés à l'anglais. Au niveau même de son nom, le skateboard, souvent raccourcit en skate, revendique ses origines anglophones, étant aujourd'hui plus utilisé que l'appellation originelle et officielle  : la planche à roulettes.

Il en va de même pour les noms des tricks (figures) : du varial flip au boardslide, toutes les figures sont nommées à l'anglaise. Il n'est pas rare d'entendre un skateur qualifier une simple rotation de 360° de three-sixty (litt. « trois (cent) soixante »).

Certains éléments ont une appellation double. Ainsi, dans un skatepark, on n'hésitera pas à parler de « rampes » (français), mais on précisera de quel type il s'agit en parlant de half-pipe (anglais) et de quarter-pipe (anglais). Dans d'autres cas, l'appellation anglaise côtoie l'appellation française sans que l'une prédomine sur l'autre forme (par exemple fifty-fifty (50-50) en anglais et « cinquante-cinquante (50-50) » en français).

Sport extrême[modifier | modifier le code]

Le skateboard est généralement considéré comme un sport extrême, même s'il peut être pratiqué à des niveaux bien différents. En tant que discipline, il reste proche de ses voisins de « glisse » tels que le skate électrique (Evolve Skateboards, EvoSkate, Maverix, Amperskate, entre autres...), le BMX, le X-board, le longskate, le streetboard, le surf, le skimboard, la trottinette freestyle et ses variantes  : windsurf, kitesurf, le wake board , ou même le snowboard.

Aspects techniques du skateboard[modifier | modifier le code]

Planche à roulettes[modifier | modifier le code]

Un skateboard se compose de plusieurs pièces distinctes, généralement choisies séparément et ensuite assemblées.

La planche[modifier | modifier le code]

Il s'agit de l'élément principal. Il en existe plusieurs formes et tailles. Elle est en bois (érable canadien le plus souvent pour les planches européennes) et composée de sept à douze couches fines ; il existe plusieurs tailles de planches. Pour les classer, on se réfère à la largeur. Celle-ci varie de 7,4 pouces (on parle alors de 7.4 tout simplement), (190 mm) — utilisées généralement pour la discipline en street — jusqu'à 9,5 pouces (pour le bowl en général) et le prix n'a rien à voir avec la qualité du plateau ; il faut regarder le concave (la forme du plateau), pour la « rampe ». La plupart des professionnels n'utilisent que des planches de 8 pouces au minimum. D'autres critères que la largeur permettent de distinguer différentes planches et elles ont aussi des formes uniques (le concave). Premièrement, le motif, lié à une marque ou encore à un skateur célèbre (pro-model), mais également la longueur et la courbure. Les bords et les arêtes des planches sont arrondis, mais généralement ces dernières deviennent coupantes à force d'usure. La planche est recouverte du grip, une feuille adhésive « anti-dérapante » comparable à du papier de verre, tout à fait indispensable pour le ollie et responsable de l'usure rapide des chaussures. L'avant de la planche est appelé le nose côté le plus long du plateau (l'anglais pour nez) et l'arrière de la planche se nomme le tail le plus court du plateau (du mot anglais signifiant queue). Sur la plupart des planches actuelles, il n'y a pas de réelle distinction entre l'avant et l'arrière de la planche (on pourra cependant observer que le nose est légèrement plus long et plus courbé que le tail mais sur certains modèles la différence est très faible). Les mots nose et tail n'interviennent alors qu'en fonction de la position et de la direction que le skateur donne à la planche.

Les trucks[modifier | modifier le code]

Un truck destructo usé par les grinds

Il y en a deux par skate. Ils sont directement vissés à la planche et servent de liaison entre la planche et les roues. Ils sont en aluminium spécial (non soudé, pour la sécurité du skater), afin d'encaisser les chocs sans peser lourd.

Il en existe également de plusieurs couleurs et allures, mais il ne diffèrent pas réellement de celui présent sur la photo. Certaines marques en proposent des formes les plus inattendues, comme les axes de Blind, taillés en forme de personnage entouré de lettres formant le nom de la marque, le tout en relief.

La manière dont l'axe est serré détermine la façon de skater. Pour un maximum de stabilité il faut le serrer, il faudra alors appuyer légèrement sur le tail pour pouvoir tourner. Deserré, le skate tourne juste en penchant le corps. On peut obtenir le même résultat en installant des « gommes » plus ou moins dures, cependant le prix de ces « gommes », ou « doh-doh », du nom de la marque du fabricant le plus populaire, est assez élevé.

Le terme axe (kingpin en anglais) fait également référence à la vis autour de laquelle toutes les parties du truck viennent s'assembler : l'embase, le hanger (partie sur laquelle le grind se fait) et les « gommes ». Le kingpin est la partie qui casse le plus souvent sur un truck.

Les roulements à billes[modifier | modifier le code]

Ce sont tous des roulements à billes. Il existe plusieurs types de qualité, classés selon les normes ABEC qui vont de 1 à 9. Les ABEC1 étant des roulements bas de gamme peu performants mais solides, les ABEC3 et 5 sont les plus courants, solides et rapides tandis que les ABEC7 et 9 ont tendances à être moins solides, mais bien plus rapides. Beaucoup de marques actuelles ne tiennent plus vraiment compte de ces standards pour leurs roulements haut de gamme. Une planche nécessite huit roulements (Deux par roue). Les roulements sont le plus souvent espacés par une entretoise (sorte de petit bout de tuyau métallique qui sert à faciliter le glissement entre l'axe et le roulement).

Les roues[modifier | modifier le code]

En uréthane, elles ont un diamètre qui peut varier de 45 à 60 mm pour les modèles les plus courants. En général les roues de petit diamètre sont préférées par les skateurs de street car elles offrent plus de réactivité au skateboard en abaissant le centre de gravité de la planche qui entre donc plus rapidement en contact avec le sol lorsque le skateur fait son trick. Les roues de grand diamètre offrent au contraire une moindre réactivité mais une plus grande stabilité ainsi qu'une vitesse de ride plus élevée et sont généralement utilisées par les ramp-riders ou les skateurs qui aiment la vitesse. La dureté des roues varie également, les roues de « filmeurs » étant généralement assez molles afin de diminuer les vibrations et le bruit lié au roulement sur le sol dans le but d'améliorer la qualité du film. Enfin, les roulements sont insérés dans la partie centrale des roues. Celle-ci se trouve parfois renforcée par un cœur en matière plastique afin d'améliorer la durée de vie des roulements. Cette dureté est écrite avec un chiffre suivi d'un A correspondant à la dureté Shore. Il en existe plusieurs types: 92A (plus pour le street), 95A, 99A et même 101A pour les plus durs (utilisés surtout pour les skateparks ainsi que les slides en longskate). Certaines compagnies tel que Earthwing ont aussi créé des roues de dureté 52D pour avoir une dureté maximale.

La visserie[modifier | modifier le code]

Des couples vis/boulons sont utilisés pour faire tenir le skateboard aux trucks. Les vis peuvent être de longueurs différentes, selon que le skate possède des pads ou non. La taille classique de la visserie est de 1 pouce (25,4 mm).

Pour serrer les vis on utilise généralement une clé allen et une clé plate (taille 8). Les vis de couleurs différentes sont utiles afin de déterminer où se trouvent le nose et le tail.

Il existe une alternative aux vis, des clous prévus à cet effet qui permettent de se passer de boulons.

Les pads[modifier | modifier le code]

Petits rectangles en plastique à placer entre le truck et la planche. Ils ont la même superficie que la base du truck avec une hauteur d'environ 1 ou 2 mm. Ils permettent l'absorption des vibrations du sol et l'amortissement des chocs et le surélevement des trucks pour accueillir des roues d'un plus gros diamètre pour éviter les wheel-bite (quand les roues touchent la planche). Ces éléments sont optionnels.

Tricks[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tricks.
Frontside lipslide

Il existe un grand nombre de figures, ou tricks. Le plus simple est le ollie (le saut) ou tout simplement le wheeling ou manual (rouler sur les deux roues arrière de la planche en restant en équilibre). Le ollie est le trick qu'un débutant doit apprendre s'il veut pouvoir évoluer. Pour passer à un autre niveau il faut réussir le kickflip ou le heelflip et ainsi avoir accès à une multitude d'autres tricks. Avant son invention, les premiers skateurs s'élevaient dans les airs en effectuant un boneless ou un no comply, consistant à élever la planche en tapant du pied sur le sol, ou en agrippant la planche pour le boneless, et qui sont aujourd'hui considérés comme des tricks old-school. À présent, le ollie permet de sauter sans avoir besoin de toucher la planche avec les mains ni de mettre le pied au sol. Voici la liste des tricks et leurs variantes les plus connus  :

Figures de base  :

  • Ollie : simple saut
  • Shove-it : rotation à 180° du skate sous les pieds du skateur
  • Ollie 180 : rotation à 180° du skateur et de la planche. Il en existe beaucoup de variantes (selon le sens de rotation (backside/frontside), le pied d'appel par rapport à la direction suivie par la planche (normal/fakie/switch/nollie)

Flip (rotation longitudinale) :

  • Kickflip : figure populaire inventée par Rodney Mullen consistant à faire tourner la planche autour de son axe longitudinal dans le sens des aiguilles d'une montre pour un goofy et dans le sens contraire des aiguilles d'une montre pour un regular.
  • Heelflip : rotation longitudinale de sens inverse du kickflip

Ces flips peuvent être couplés avec d'autres tricks pour former des tricks plus complexes :

  • un varial flip est la combinaison d'un backside shove-it et d'un kickflip
  • un hard flip est la combinaison d'un frontside shove-it et d'un kickflip
  • un inward heelflip (souvent appelé inward heel) est la combinaison d'un backside shove-it et d'un heelflip
  • un varial heelflip (souvent appelé varial heel) est la combinaison d'un frontside shove-it et d'un heelflip

Ces variantes peuvent encore être complexifiées en changeant le pied d'appel ou le sens de déplacement du skateur (nollie, switch, fakie) ou en ajoutant une rotation du skateur en plus du trick.

  • Slide (le fait de glisser sur une barre en prenant appuie sur le plateau et non sur les trucks)  :

boardslide, lipslide, tailslide, noseslide, bluntslide, noseblunt, combo slide, crail slide, darkslide... Ces tricks sont réalisables en backside (lors du saut, le skateur a la barre dans le dos) ou en frontside (lors du saut, le skateur a la barre devant lui).

  • Grind (le fait de glisser sur les trucks)  :
  • 50-50, 5-O (prononcer Five-O), nosegrind, smithgrind, feeblegrind, crookedgrind, overcrook, willys grind, over willys, hurricane...
  • Grab (le fait d'attraper la planche en étant en l'air) :

Nosegrab, tailgrab, indy, cannonball, melon, tweak, seatbelt, doublegrab, one foot, benihana,madonna, japan...

Old school

  • No-Comply : consiste à faire glisser son pied avant hors de la planche pour lui faire toucher le sol. Le pied arrière étant sur le tail, la planche va basculer en arrière comme pour un pop. Lors du pop, le pied arrière va "gripper" vers le nose, élevant le skate. En même temps, le pied avant (qui est au sol) propulse le skateur en l'air et va se repositionner à l'avant du skate pour la replaque. Ce trick est souvent associé à d'autres tricks, le plus fréquemment des rotations simples du skateur (No comply Frontside 180 étant la variante la plus populaire, plus populaire encore que le no comply simple qui requiert plus de pratique)
  • Boneless : le pied avant descend au sol, le pied arrière ne quitte pas le tail, le skate bascule donc en arrère. Le skateur attrape son skate sur le côté extérieur et saute en avant, en gardant son pied arrière collé au tail. Le pied avant vient se repositionner à l'avant du skate et le skateur lâche la planche pour la replaque.
  • Caveman : sur le même principe que le No Comply, le pied avant descend au sol mais le pied arrière pop en même temps ce qui propulse la planche à la verticale. Le skateur l'attrape alors par le nose lui faire faire un mouvement de balancier, lance sa planche sous ses pieds au retour du balancier et saute dessus.
  • Primo : il s'agit du fait de se mettre debout en équilibre sur le skate quand il est sur la tranche.
    Skatepark de Plainpalais à Genève

La discipline dans les médias interactifs[modifier | modifier le code]

Plusieurs jeux vidéo ont tenté de recréer les sentiments que l'on peut éprouver en faisant du skateboard. Parmi ces jeux, on trouve entre autres :

  • Top Skater, un jeu d'arcade de simulation créé par Sega en 1997 qui n'est pas vraiment représentatif du skateboard pratiqué par la majorité puisqu'il s'agit de descente.
  • Skate and Destroy, sorti en février 2000 édité par Rockstar Games, qui peine à reproduire les figures au niveau de l'ergonomie des boutons mais qui est amusant pour les chutes où le skater devient un pantin désarticulé.

Mais le premier jeu de skateboard à avoir eu un gros succès est la série des Tony Hawk's Skateboarding développée par Activision et sortie en 1999 ; les personnages ont été créés à partir de skaters pro numérisés à l'aide de capteurs, ce qui ne devait surement pas être le cas sur Top Skater où les skaters ont leurs planches qui restent collées aux pieds. On n'avait jamais atteint ce réalisme dans un jeu de skateboard, tout est une reproduction de l'existant, les figures de bases, les vêtements, le matériels, certains spots. Seuls les enchainements interminables de figures que les joueurs créent peuvent souffrir d'un manque de réalisme, pour le plus grand plaisir de ces derniers. Ce jeu, de par sa diffusion, a énormément contribué à vulgariser les termes techniques de skateboard et le nom des pros auprès du grand public. En septembre 2007, Electronic Arts a publié un nouveau jeu de skate qui présente un gameplay qui imite bien les mouvements qu'on peut effectuer sur une planche.

  • Skate est un jeu vidéo de skateboard d'EA Sports sorti sur PlayStation 3 et Xbox 360 le 24 septembre 2007 aux États-Unis et le 11 octobre 2007 en France et en Europe. Une suite, intitulée Skate 2, est sortie en 2008 ainsi qu'un dérivé pour Nintendo DS et Wii appelé Skate It. Ce jeu a apporté ce qui manquait cruellement à Tony Hawk's Skateboarding. Alors qu'auparavant le réalisme était essentiellement « visuel », Skate se rapproche d'une simulation (si on exclut le fait de jouer avec les mains !). Lorsqu'on jouait à Tony Hawk's Skateboarding, les commandes servaient uniquement à se diriger et pour l'exécution de tricks (figures) si on lâchait la manette, le skater continuait sa route, chaque bouton correspondait à un type de figure différent. Ici le joueur fait face à de nouvelles difficultés, chaque poussée pour avancer doit être exécutée avec la manette. Ainsi, lorsqu'on se trouve a quelques mètres d'un obstacle, on doit gérer l'élan et se préparer à exécuter la figure comme si on était dans la rue. Le joueur doit apprendre à gérer l'espace comme dans la réalité, ce qui rend ce jeu excitant.

Skateurs professionnels renommés[modifier | modifier le code]

Tony Hawk en 1987

Skateurs : droits et devoirs (en France)[modifier | modifier le code]

Le « skateur », lorsqu'il circule sur la voie publique, est un piéton au regard du code de la route. C'est en tous les cas le sens de la réponse du ministre de l'intérieur à une question écrite[7] posée par la députée Marie-Jo Zimmermann : « En l'absence de réglementation spécifique, les utilisateurs d'engins à roulettes sont, lorsqu'ils circulent sur la voie publique, assimilés à des piétons ».

À ce titre, le « skateur » est soumis « aux dispositions des articles R. 412-34 à R. 412-42 du code de la route » poursuit le ministre. Il a donc l'obligation :

  • d'utiliser les trottoirs [article R412-34],
  • lorsqu'il emprunte la chaussée, de circuler près de l'un de ses bords. Hors agglomération et sauf si cela est de nature à compromettre sa sécurité ou sauf circonstances particulières, il doit se tenir près du bord gauche de la chaussée dans le sens de sa marche [article R412-36],
  • de traverser la chaussée en tenant compte de la visibilité ainsi que de la distance et de la vitesse des véhicules [article R412-37],
  • d'utiliser, lorsqu'il en existe à moins de 50 mètres, les passages prévus à son intention. Aux intersections à proximité desquelles n'existe pas de passage prévu à son intention, le skateur doit emprunter la partie de la chaussée en prolongement du trottoir [article R412-37],
  • lorsque la traversée d'une chaussée est réglée par des feux de signalisation, le skateur ne doit s'engager qu'au feu vert [article R412-38],
  • lorsque la traversée d'une chaussée est réglée par un agent chargé de la circulation, il ne doit traverser qu'à son signal [article R412-38],
  • hors des intersections, il est tenu de traverser la chaussée perpendiculairement à son axe [article R412-39],
  • il lui est interdit de circuler sur la chaussée d'une place ou d'une intersection à moins qu'il n'existe un passage prévu à son intention lui permettant la traversée directe [article R412-39],
  • il doit contourner la place ou l'intersection en traversant autant de chaussées qu'il est nécessaire [article R412-39],
  • lorsque la chaussée est divisée en plusieurs parties par un ou plusieurs refuges ou terre-pleins, le longboarder parvenu à l'un de ceux-ci ne doit s'engager sur la partie suivante de la chaussée qu'en respectant les règles prévues par les articles qui précèdent [article R412-40],
  • le fait, pour tout skateur, de contrevenir aux dispositions de la présente section est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la première classe [article R412-43]. « Le montant de l'amende forfaitaire pour les contraventions au Code de la Route de la première classe commises par les piétons était fixé à 30 F par le Code de Procédure Pénale (R. 49). L'ordonnance n° 2000-916 du 19 septembre 2000 fixant la correspondance en euros des montants exprimés en francs dans les textes législatifs prévoyait l'équivalence : 30 F ≈ 4,5 €. Toutefois l'article R-49 du Code de Procédure Pénale réactualisé prévoit bien une amende forfaitaire de 4 € »

Cas de Paris[modifier | modifier le code]

Certaines villes ont mis en place une réglementation spécifique. Ainsi à Paris, les services de la préfecture de police estiment que la pratique de la planche à roulettes est assimilée à un jeu dangereux, au sens de l'article 113 de l'ordonnance du Préfet de Police du 25 juillet 1862[8] et donc, par voie de conséquence, interdite à la fois sur les trottoirs et sur la chaussée.

Il est également interdit d'utiliser sa planche à roulettes pour se déplacer. Pour la préfecture de police, « ce type d'équipement ne peut être utilisé comme un moyen de déplacement ».

La pratique du skateboard ne peut donc se faire que dans des lieux officiellement recensés par la Mairie de Paris. Les arrêtés des 3 février 1978 et 22 mars 1979 ont fixé la liste des emplacements où les utilisateurs peuvent s'adonner à cette activité.

Planches dérivées[modifier | modifier le code]

Au cours des années, la configuration des éléments constitutifs de la planche à roulette a évolué et se sont créées des types de planches plus ou moins différentes du skateclassique :

  • le Longskate ou Longboard : planche est plus longue pour permettre plus de vitesse
  • le Miniboard "ou Cruiserboard" planche très courte, à la fois pratique et rapide
  • la Bladeboard : les roues sont en ligne
  • la Waveboard : Essboard ou Caster board, seulement deux roues en ligne, planche très flexible
  • la Freeboard : innovation marque déposée aux USA (Freebord), 3 roues à l'avant, 3 roues à l'arrière
  • les Freeline skate : innovation marque déposée aux USA, chaque pied a une mini-planche avec deux roues
  • la Cut board : chaque pied a une mini-planche avec une roue
  • le Fingerboard : planche d'une dizaine de cm. de long, elle se manie avec les doigts
  • la mountainboard : planche avec foot straps, 4 roues avec jantes et pneus.
  • le "flowboard" : la planche possede deux rangées de 7 roues à l'avant et à l'arrière de la planche.
  • le "soleskate": la planche possède deux roues à l'avant, une seule à l'arrière.

Événements[modifier | modifier le code]

Le skateboard est une source d'événements que ce soit des contests, des soirées, ou même des concerts où se réunissent les skateurs.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films dans lesquels le skateboard tient une place importante ou centrale :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) The Origins of Skateboarding - HowStuffWorks
  2. a, b et c Sébastien Cretin, La transmission des savoirs du skateboard à l'épreuve des nouvelles technologies de l'information et de la communication, Thèse de sociologie, Université de France-Comté, 2007, p.62 Thèse en ligne [PDF]
  3. [(en) Aloha! Vintage Skateboard Gallery
  4. a et b Sébastien Cretin, op. cit., p.63 Thèse en ligne [PDF]
  5. a, b et c Sébastien Cretin, op. cit., p.64 Thèse en ligne [PDF]
  6. a et b Sébastien Cretin, op. cit., p.65 Thèse en ligne [PDF]
  7. no 45849 publiée au Journal Officiel le 10 août 2004 page 6 189
  8. Avis de la commission de la sécurité des consommateurs relatif à la pratique du patin à roulettes (roller quad), du patin en ligne (roller in line) et de la planche à roulettes (skateboard) sur le site du Bulletin officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]