Martin Solveig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Martin Solveig

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Martin Solveig en 2012 au Futuroscope.

Informations générales
Nom de naissance Martin Picandet
Naissance 22 septembre 1976 (37 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale DJ, producteur
Genre musical House, deep house, musique électronique
Années actives Depuis 1994
Labels Temps d'Avance
Site officiel martinsolveig.com

Martin Picandet[1], dit Martin Solveig, né le 22 septembre 1976 à Paris (France), est un DJ et producteur de musique français. En 2012, il se classe 48e dans le classement des DJ internationaux établi par DJ Mag[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Martin Solveig en live à Misano Adriatico
Martin Solveig en live au festival Pukkelpop

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Martin Solveig intègre durant son enfance la maîtrise des Petits chanteurs de Sainte-Croix de Neuilly[3], où il bénéficie d'une formation musicale classique et devient soliste soprano sous la direction de François Polgar[4]. Adolescent, il construit et nourrit sa culture musicale en fréquentant assidûment les disquaires de son quartier, écoutant aussi bien Marvin Gaye que Serge Gainsbourg, les Beatles ou encore Prince[5]. À l'âge de quatorze ans, il demande à ses parents de lui offrir des platines en guise de cadeau de Noël et leur annonce l'année suivante qu'il souhaite devenir DJ professionnel[6]. Après l'obtention de son baccalauréat, il privilégie dans un premier temps un parcours plus traditionnel et décroche un DUT d'électronique puis poursuit des études de commerce à l'École de Management Léonard-de-Vinci. Il commence à mixer aux Planches de Deauville, qui lui donna la chance de pouvoir commencer une carrière,et par la suite, dans des clubs parisiens comme le Palace, l'Enfer (actuel Redlight), le Queen ou encore Les Bains Douches[7].

Bien qu'on ait longtemps supposé qu'il avait choisi son pseudonyme en hommage à l'actrice Solveig Dommartin, décédée prématurément d'une crise cardiaque, Martin Solveig a en réalité avoué s'être inspiré du prénom d'une amie de sa sœur qui lui plaisait secrètement[8].

Albums[modifier | modifier le code]

Sur La Terre (2002)[modifier | modifier le code]

Tout en poursuivant ses études, Martin Solveig commence à personnaliser ses DJ sets en créant des boucles de percussions et en réalisant ses propres versions de certains titres et ses premiers samples[9]. L'arrivée sur le marché des graveurs de CD lui permet d'intégrer ses créations à ses mixes et de les faire découvrir au public[10]. Pendant un stage, le jeune artiste décide de monter son propre label, Mixture, et sort le titre Heart Of Africa. Celui-ci reflète le statut mixte qui est à l'époque le sien, à la fois étudiant et DJ/producteur semi-professionnel, puisque Martin Solveig l'a créé en enregistrant la voix de son professeur d'anglais[11]. 10 000 vinyles du titre Heart Of Africa s'écoulent, valant au jeune DJ d'être remarqué par Bob Sinclar. Martin Solveig produit pour lui le morceau Edony, figurant sur le tout premier volume du projet Africanism initié par Sinclar. La visibilité offerte par cette association permet à Martin Solveig de conquérir un public plus large et légitime la sortie d'un premier album, Sur La Terre, en juin 2002.

L'artiste bénéficie surtout, à ce stade, de la reconnaissance d'un public de passionnés. La notoriété auprès du grand public arrive un an plus tard, lorsque Martin Solveig réalise un remix du titre Madan, tiré de l'album Moffou de Salif Keïta. Vendu à plus de 100 000 exemplaires en France, le single fait aussi l'objet d'une reprise très médiatisée lors de la Coupe du Monde 2006, où l'animateur Cauet en livre une parodie baptisée Zidane y va marquer[11]. Compilé plus de 500 fois dans le monde l'année de sa sortie[11], le morceau permet aussi à Martin Solveig d'accroître sa notoriété à l'international et d'étoffer son agenda de DJ. Une fois ses études terminées, il s'engage à plein temps dans cette activité.

En 2003, il sort Suite, une compilation sur laquelle figure en bonne place Madan mais aussi des mixes inédits dont "Rocking Music". Faisant la part belle aux voix, le titre sera exploité en single en 2004, appuyé par un clip réalisé par Arno Bani. Intégré à la playlist de la mythique radio anglaise BBC Radio 1, il confirme la capacité de Martin Solveig à séduire au-delà des frontières françaises.

Hedonist (2005)[modifier | modifier le code]

En 2005, le DJ / producteur sort l’opus Hedonist, un disque mêlant électronique, rock, R&B et disco. Martin Solveig reconnaît néanmoins à l'époque que ses influences restent "très black (jazz, world, soul, disco et funk)"[9]. Le titre de l'album est étroitement lié à l'atmosphère entourant son enregistrement : l'artiste confie ainsi en 2005 que ce fut pour lui "un album de plaisirs", écrit d'une manière "naturelle, pas torturée", dénué de l'agressivité qu'on trouvait souvent, selon lui, dans d'autres albums de DJ[12].

Le single qui lance la promotion de l'album s'intitule Everybody et figure parmi les premiers titres composés par l'artiste pour ce nouvel opus. De ce fait, Martin Solveig a eu l'occasion de tester le morceau en club avant même sa sortie, ce qu'il réitérera par la suite pour nombre de ses albums[12]. Hedonist comporte notamment une reprise du titre Requiem pour un con de Serge Gainsbourg. Un choix artistique qui a été fortement déconseillé au producteur mais que celui-ci a souhaité maintenir comme un "clin d’œil avec beaucoup d'humilité"[12].

C'est la Vie (2008)[modifier | modifier le code]

Martin Solveig revient en 2008 avec un single inédit, C'est la vie, issu d'un troisième album éponyme. L'univers visuel entourant le disque utilise comme élément central un œuf. Symbole de renaissance à une période où le DJ/Producteur dit vouloir "bouger à tous points de vue", c'est également le symbole d'une culture du renouvellement permanent où tout ce qui se crée est vite consommé et vite oublié[13]. Martin Solveig invite plusieurs DJ à remixer ce premier single, parmi lesquels Fedde le Grand et John Dahlbäck, ce qui lui permet de faire connaître sa musique au plus grand nombre sans pour autant se couper de son premier public[13].

Les projets qu'il développe autour de C'est la vie sont nombreux : en France, il devient DJ résident sur Radio FG, où il propose chaque semaine aux auditeurs un radio show d'une heure. À la même période, il réalise un remix du nouveau titre de la chanteuse française Mylène Farmer : Dégénération, sous le titre Comatik Club Remix. Le 20 septembre 2008, il est fait chevalier des Arts et des Lettres par la ministre de la Culture Christine Albanel, en reconnaissance du gouvernement français de sa place dans le patrimoine musical national. Quelques mois plus tard, il est récompensé par ses pairs : un collège de professionnels lui décerne une Victoire de la musique le 28 février 2009 dans la catégorie Musique électronique ou Dance de l'année.

Martin Solveig réédite son album C'est la vie en version remixé : C'est la vie remixes. De grands DJ comme Fedde le Grand ou encore Laidback Luke ont remixé ses titres. Laidback Luke a remixé 2 titres sur l'album I Want You, Boys and Girls.

Le single Boys and Girls en collaboration avec Dragonette atteint le 17e rang des ventes single en France.

Smash (2011)[modifier | modifier le code]

En 2010, dans le clip de Hello réalisé en collaboration avec Dragonette, il affronte au tennis Bob Sinclar sur le court central de Roland-Garros, pour un match entre DJ producteurs. Nelson Monfort, célèbre animateur et journaliste sportif français commente le match. Gaël Monfils, joueur de tennis français et Novak Djokovic, joueur de tennis serbe y font une apparition. Alors que l'arbitre prononce Bob Sinclar vainqueur, Novak Djokovic fait son entrée sur le court et demande à l'arbitre de vérifier que la balle est bien sortie du terrain, comme annoncé par Mathilde Johansson, déguisée pour l'occasion en juge de ligne, et donc que Bob Sinclar n'a pas gagné. Martin Solveig se met alors à gagner jeu après jeu, set après set mais alors qu'il joue pour la balle de match, Gaël Monfils embrasse la petite amie secrète de Martin Solveig, qui, dégoûté, abandonne.

Le nouvel album est sorti le 6 juin 2011 en France, Belgique, Suisse sur les plates-formes de téléchargement. Il sort en CD une semaine plus tard.

Sur le 2e single de cet album Ready 2 Go, il collabore avec Kele Okereke, le chanteur du groupe Bloc Party. Le clip de ce single est tourné le 28 mars 2011 au Stade de France pendant la mi-temps du match de football France-Croatie.

Collaborations[modifier | modifier le code]

Le succès du titre Hello outre-Atlantique conduit Guy Oseary, le manager de Madonna, à prendre contact avec Martin Solveig, à qui il demande de soumettre plusieurs démos pour le futur album de la chanteuse [14]. La star américaine enregistre rapidement à Londres un premier titre, Give Me All Your Luvin', aux côtés de M.I.A. et Nicki Minaj. Début novembre 2011, une version non finalisée du morceau est diffusée illégalement sur Internet[15], déclenchant une enquête du FBI.

Finalement, Martin Solveig, produira six titres sur MDNA dont le single Give Me All Your Luvin', Turn up the radio, I don't give a en duo avec Nicki Minaj et les chansons Beautiful killer, I f***ed up et B-Day Song avec M.I.A. présentes sur la version Deluxe de l'album.

Autres projets musicaux[modifier | modifier le code]

Martin Solveig a également sorti en 2006 une compilation intitulée So Far, fruit d'une décision marketing de sa maison de disques. Les albums, quel que soit leur succès, quittant très vite les bacs et les médias quelques mois après leur sortie, c'était une manière de prolonger l'actualité de l'artiste tout en permettant au public de découvrir ou redécouvrir certains titres de son back catalogue. Une décision judicieuse puisque So Far permet à Martin Solveig de décrocher un disque d'or[16].

En 2009, l'artiste sort un album de remixes sobrement baptisé C'est la vie Remixes. Il s'agit de répondre à un paradoxe qui touche de nombreux artistes de musique électronique : bien qu'ayant l'étiquette de "DJ", leur musique telle qu'elle figure sur un album n'est pas nécessairement adaptée à une diffusion dans les clubs, où se trouve pourtant une part de leur public. Proposer un album de remixes permet donc de nourrir ce circuit club mais aussi de mettre en avant de nouveaux talents, un rôle auquel Martin Solveig dit attacher de l'importance[16].

En 2012, Martin Solveig est sollicité par le Parc du Futuroscope, qui lui propose de participer à la transformation d'une attraction existante, Danse avec les Robots[17]. Initialement placée sous la direction artistique de Kamel Ouali, l'attraction subit un lifting visuel et sonore. Martin Solveig élabore en effet une nouvelle playlist de 5 titres dans laquelle on retrouve Beyoncé (Crazy In Love), Duck Sauce (Barbra Streisand), Madonna (Give Me All Your Luvin') ainsi que deux morceaux de l'artiste lui-même, Everybody et Hello. La diffusion de chaque titre est entrecoupée d'interludes durant lesquels Martin Solveig s'adresse aux visiteurs, tant dans la salle que sur la mezzanine qui surplombe l'attraction. L'artiste a également repensé l'univers visuel de Danse avec les Robots, qui comporte désormais de nombreux cubes suspendus diffusant des extraits de clips ou des images d'un avatar miniature de Martin Solveig ou encore un mapping sur la plateforme d'embarquement à bord des robots. L'attraction ouvre ses portes au public le 22 décembre, après une cérémonie d'inauguration en présence de nombreux journalistes et de quelques personnalités, dont Jean-Pierre Foucault[18].

Vidéos[modifier | modifier le code]

Lors de ses clips, Martin Solveig invite plusieurs stars de la scène ou du sport français  : Miko et Cartman, la bande à Cauet pour Rejection, Sylvain Wiltord et Arié Elmaleh pour Something Better, Alice Taglioni pour I Want You, le créateur de mode Jean-Paul Gaultier pour Boys and Girls, Novak Djokovic, Gaël Monfils et Bob Sinclar pour Hello et plus récemment l'actrice Mélanie Laurent pour Big in Japan.


Informations complémentaires[modifier | modifier le code]

Martin Solveig reste plus discret dans les médias que ses homologues français Bob Sinclar et David Guetta[12]. Interrogé sur cette discrétion, il explique choisir soigneusement les supports et les sujets sur lesquels il s'exprime, n'intervenant que sur les thèmes en lien direct avec la musique. Il avoue que son « ambition n'est pas de passer à la télé »[12]. Sur le plan musical, il adopte la même sélectivité en dévoilant de nouveaux titres lorsqu'il estime que ceux-ci présentent un intérêt « même si ce n'est pas systématiquement grand public »[16].

Martin Solveig s'est hissé en 2011 à la 29e place du Top 100 de DJ Mag. Un classement qu'il considère comme un indicateur de notoriété sans valeur artistique, dans la mesure où il est fondé sur le vote du public et dépend largement de la taille des communautés de fans[16].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Année Album Position
Drapeau de la France France Drapeau de la Suisse Suisse Drapeau de la Belgique Belgique
2002 Sur la Terre - - -
2005 Hedonist 43 - 99
2008 C'est la vie 16 59 23
2011 Smash 18 77 37

Albums de remixs[modifier | modifier le code]

Année Album Position
Drapeau de la France France Drapeau de la Suisse Suisse
2003 Suite 84 -

Best of[modifier | modifier le code]

Année Album Position
Drapeau de la France France Drapeau de la Suisse Suisse Drapeau de la Belgique Belgique
2006 So Far 38 85 100

Singles[modifier | modifier le code]

Année Single Position Album
Drapeau de la France France Drapeau de la Suisse Suisse Drapeau de l'Australie Australie Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau de la Belgique Belgique
2003 Madan (vs Salif Keita) 37 66 - - - Suite
2004 Rocking Music 47 - 39 35 -
2004 I'm A Good Man - - - 57 -
2005 Everybody 37 - 33 22 27 Hedonist
2006 Jealousy 36 60 - 62 40
2007 Rejection 34 55 - - -
2007 Something Better - - - - -
2008 Cabo Parano (& Stephy Haïk) - - - - - So Far
2008 C'est la vie - 63 - - - C'est la vie
2008 I Want you 59 - - - 37
2009 One,2,3,Four - - - - -
2009 Boys and Girls (feat. Dragonette) 17 - - - - C'est la vie (édition définitive)
2010 Hello (feat. Dragonette) 5 12 13 - 1 SMASH
2011 Ready 2 Go 20 - - - -
2011 The Night Out - - - - -
2011 Big in Japan (feat. Dragonette & Idoling!!!) - - - - -
2013 Hey Now (feat. Kyle & The Cataracs[19]) - - - -

Reprises[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Le nouveau single de Martin Solveig en téléchargement gratuit » (consulté le 4 septembre 2009)
  2. http://www.djmag.com/top-100-djs
  3. « Sainte Croix - Les petits chanteurs de Sainte-Croix de Neuilly », sur Le site de l'institution Sainte-Croix de Neuilly (consulté le 12 juillet 2011)
  4. Émission C à vous, France 5, 22 février 2012
  5. (fr) « Biographie officielle de Martin Solveig » (consulté le 19 novembre 2012)
  6. Hotpress Magazine (Irlande), juillet 2012
  7. Biographie de Martin Solveig sur web-libre.org
  8. Interview dans Le Nouvel Observateur, 19 juillet 2012
  9. a et b "Martin Solveig : la réussite d'un DJ aux multiples influences", hors-série no 7 du mensuel RTS Mag, février 2006
  10. Ancienne biographie officielle de Martin Solveig (2009), reprise par « Starzik.com » (consulté le 19 novembre 2012).
  11. a, b et c Ancienne biographie officielle de Martin Solveig (2009), reprise par « Starzik.com » (consulté le 19 novembre 2012)
  12. a, b, c, d et e "Martin Solveig : DJ, auteur, compositeur", interview pour Only For DJ's n°106, juin 2005
  13. a et b Interview de Martin Solveig, magazine Going Out n°45, février 2008
  14. (fr)« Martin Solveig, le nouveau Frenchie de Madonna », sur Le Parisien (consulté le 07 mars 2012)
  15. (fr)« Madonna : son prochain single fuite sur Internet », sur Le Figaro (consulté le 07 mars 2012).
  16. a, b, c et d Interview de Martin Solveig, magazine Going Out n°45, février 2008.
  17. Attraction Danse avec les Robots, site du Futuroscope
  18. Le Figaro TV.
  19. Mazière M. : « Martin Solveig : le remède antimorosité », air le mag, n° 43, octobre 2013, p. 24

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]