Kei Nishikori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kei Nishikori
Kei Nishikori
Kei Nishikori aux Jeux olympiques de Londres en 2012.
Carrière professionnelle
2007
Nationalité Drapeau du Japon Japon
Naissance 29 décembre 1989 (24 ans)
Drapeau : Japon Matsue, préfecture de Shimane
Taille / poids 1,78 m (5 10) / 68 kg (150 lb)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneur Brad Gilbert, Dante Bottini, Michael Chang
Gains en tournois 5 408 439 $
Palmarès
En simple
Titres 5
Finales perdues 3
Meilleur classement 9e (12/05/2014)
En double
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 167e (19/03/2012)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/4 1/8 1/8 1/8
Double 1/16 1/16
Mixte 1/8

Kei Nishikori (錦織圭, Nishikori Kei?), né le 29 décembre 1989 à Matsue (préfecture de Shimane) au Japon, est un joueur de tennis japonais, professionnel depuis 2007.

Vainqueur de cinq tournois en simple sur le circuit ATP, il est le seul Japonais à avoir atteint le top 10 du tennis mondial.

Sa surface favorite est le dur et son meilleur résultat en tournoi du Grand Chelem est un quart de finale à l'Open d'Australie perdu face à Andy Murray en 2012.

Carrière[modifier | modifier le code]

2003 - 2007 : des débuts prometteurs[modifier | modifier le code]

À l'âge de treize ans, le Japonais qui ne parle pas un mot d'anglais quitte sa terre natale pour s’installer en Floride (en colocation avec Zach Gilbert, le fils de Brad) afin de profiter du savoir-faire de la réputée Nick Bollettieri Tennis Academy où il est entraîné par Glenn Weiner. Le financement de sa formation est assuré par Masaaki Morita, alors à la tête de Sony et frère d'Akio Morita, cofondateur de l'entreprise. Ses performances en junior sont prometteuses : il se classe numéro sept mondial en 2005 et remporte le double à Roland-Garros la même année. Il se lance parallèlement dans le grand bain du circuit Future.

Une invitation lui permet de faire ses premiers pas en Challenger à Kyoto mais il perd dès le premier tour face à Robert Smeets. Durant cette année 2006, il remporte le Future de Mazatlán et, l’année suivante, finit par atteindre la finale de Little Rock, où il est défait par Donald Young. C'est d'ailleurs associé à ce dernier qu’il soulève son premier trophée en double lors du même tournoi. Il s’attaque alors à l’échelon supérieur avec succès, se frayant un chemin jusqu'en finale du Challenger de Carson (défaite contre Alex Bogomolov Jr.). Ses débuts encourageants lui ouvrent la voie du grand circuit.

En effet, Kei Nishikori bénéficie d’invitations pour entamer la tournée américaine sur dur. Il enchaîne les tournois de Los Angeles (défaite au premier tour face à Wesley Moodie), d'Indianapolis - il y remporte deux matchs face à Alejandro Falla et à Michael Berrer - et de Washington - il bat Teimuraz Gabachvili, son premier top 100. Il s’engage également en double à Miami en compagnie du triple vainqueur de Roland-Garros Gustavo Kuerten, alors à la recherche de son meilleur niveau après de multiples pépins physiques. La paire ne passe néanmoins pas le premier tour. Le Japonais a la chance d’être partenaire d’entraînement de Roger Federer à Wimbledon[1]. Nishikori intègre ensuite le tournoi de qualifications de l’US Open où il franchit une marche en battant Prakash Amritraj.

2008 : le premier titre[modifier | modifier le code]

Nishikori réalise une belle performance à l’orée de la saison 2008 : il se hisse en demi-finale du Challenger de Miami, s'offrant le scalp de l’ancien lauréat de Roland-Garros, Gastón Gaudio, certes fantomatique depuis plusieurs mois. En février, le Japonais poursuit avec un premier coup d’éclat sur le circuit ATP : il se qualifie en finale de Delray Beach en écartant au passage Sam Querrey après avoir sauvé trois balles de match. Opposé au numéro douze mondial James Blake, le rapport de force semble très déséquilibré. Kei Nishikori ne se démobilise pourtant pas et s'adjuge le tournoi avec aplomb en trois sets (3-6, 6-1, 6-4). Il devient du même coup le second Japonais de l'ère Open à remporter un titre (Shūzō Matsuoka avait gagné à Séoul en 1992). Il est également le plus jeune joueur à glaner un trophée depuis Lleyton Hewitt en 1998.

Kei Nishikori est appelé par le capitaine de Coupe Davis Eiji Takeuchi pour prendre part à la demi-finale du groupe Océanie qui oppose le Japon à l'Inde (perdue 3-2). Son bilan est d'une défaite (contre Rohan Bopanna) et d'une victoire (face à Mahesh Bhupathi). Il devient le plus jeune nippon à représenter son pays en Coupe Davis. Deux semaines plus tard, le Japonais remporte le tournoi Challenger des Bermudes.

Le premier Roland-Garros n'est pas mémorable pour le Japonais qui se fait sortir dès le second tour des qualifications par Simon Greul. Présent au Queen's, il prend un set à Rafael Nadal, fraîchement vainqueur de Roland-Garros et futur lauréat du Tournoi de Wimbledon. Après un parcours parfait en qualifications, le plus jeune joueur du grand tableau ne parvient pourtant pas à passer le premier tour du tournoi du Grand Chelem londonien où il a été contraint à l'abandon face à Marc Gicquel à cause d'une blessure aux muscles abdominaux. Battu dès son premier match aux Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin par Rainer Schüttler, il se reprend à l'US Open par un huitième de finale. Il obtient sa victoire la plus probante face au numéro 4 mondial David Ferrer, certes en petite forme, dans un combat de cinq sets 6-4 6-4 3-6 2-6 7-5. C'est la révélation de l'année Juan Martín del Potro qui met un terme à son parcours. Kei Nishikori termine l'année par un troisième tour à Tōkyō et une demi-finale à Stockholm. Il est classé 63e en décembre, gagnant plus de 200 places en un an, soit la progression la plus importante pour un pensionnaire du top 100.

2011[modifier | modifier le code]

En avril 2011, Nishikori se qualifie pour la seconde finale de sa carrière au tournoi de Houston. Il s'incline face à Ryan Sweeting (6-4, 7-6), mais accède au 48e rang mondial.

En juin 2011, il atteint les demi-finales du tournoi d'Eastbourne, également classé 250 Series.

En octobre 2011, Nishikori participe aux prestigieux Masters 1000 de Shanghai. Il passe Jo-Wilfried Tsonga, Santiago Giraldo puis Alexandr Dolgopolov avant de chuter en demi-finale face à Andy Murray (6-3, 6-0).

En novembre 2011, il parvient à éliminer le numéro un mondial Novak Djokovic en demi-finale de l'Open de Bâle (2-6, 7-6, 6-0), mais n'empêche pas Roger Federer de s'imposer pour la 5e fois à domicile.

Il atteint alors la 24e place mondiale et devient à 21 ans le meilleur joueur de l'histoire du tennis japonais, succédant ainsi à Shūzō Matsuoka, ancien 46e mondial[2].

2012 - Quart de finale en Australie et vainqueur à Tokyo[modifier | modifier le code]

En janvier 2012, Kei Nishikori élimine Jo-Wilfried Tsonga en 1/8 de finale de l'Open d'Australie (2-6, 6-2, 6-1, 3-6, 6-3), avant de buter sur l'Écossais Andy Murray en quart de finale (3-6, 3-6, 1-6). Il accède à la 16e place mondiale suite à cette très bonne performance, battant ainsi son propre record national.

Lors des Jeux olympiques de Londres, il atteint les quarts-de-finale en battant notamment David Ferrer (tête de série no 4).

En octobre 2012, Nishikori participe au tournoi de Tokyo. Il bat lors des premiers tours Go Soeda (4-6, 6-2, 6-3) et Tommy Robredo (5-7, 6-1, 6-0). Il crée ensuite la surprise en battant Tomáš Berdych (7-5, 6-4), alors 6e joueur mondial. En demi-finale, il écarte Márcos Baghdatís (6-2, 6-2), puis remporte le deuxième tournoi de sa carrière en battant en finale Milos Raonic (7-65, 3-6, 6-0). Il devient le premier joueur japonais de l'histoire à s'imposer à Tokyo. Il atteint alors la 15e place du classement ATP. À la suite de sa victoire, Nishikori est diminué par une blessure au pied droit, ce qui l'oblige à déclarer forfait à Bâle[3]. Aux Masters de Paris-Bercy, le Japonais, après avoir battu Benoît Paire, doit renoncer à affronter Gilles Simon en huitièmes de finale à cause de cette blessure et s'est excusé auprès de Guy Forget, directeur du tournoi, pour son incapacité à jouer ce match[4].

2013 - Vainqueur à Memphis, huitièmes de finale à Roland-Garros.[modifier | modifier le code]

Kei Nishikori débute sa saison 2013 avec le tournoi de Brisbane, où il élimine lors des trois premiers tours Marinko Matosevic (7-5, 6-2) Tommy Robredo (6-3, 6-3) puis Alexandr Dolgopolov (6-4, 7-63) avant de s'incliner face à Andy Murray (4-6, 0-2, ab). Il enchaîne ensuite avec le premier Grand Chelem de la saison, l'Open d'Australie. Il se qualifie facilement au troisième tour après avoir éliminé Victor Hănescu (65-7, 6-1, 6-3, 6-1) puis Carlos Berlocq (7-64, 6-4, 6-1). Il se qualifie en huitième de finale après avoir battu le Russe Evgeny Donskoy (7-63, 6-2, 6-3). Cependant, il s'incline au tour suivant face à la tête de série numéro quatre, David Ferrer (2-6, 1-6, 4-6).

Il participe ensuite au tournoi de Memphis, où il bat Illya Marchenko (6-4, 7-5) puis Donald Young (6-3, 6-3). Il bat ensuite facilement le douzième joueur mondial, Marin Čilić (6-4, 6-2). Il se qualifie ensuite pour la finale, après avoir bénéficié de l'abandon de Marinko Matosevic, alors qu'il avait remporté le premier set 6-4. En finale, il se défait de l'Espagnol Feliciano López (6-2, 6-3). Il remporte ainsi le tournoi sans perdre le moindre set[5]. La semaine suivante, il s'incline d'entrée à Delray Beach face à Ivo Karlović (4-5, ab).

En mars, il continue son parcours au sein de la tournée américaine en participant aux premiers Masters de la saison. Au Masters d'Indian Wells, il réussit son entrée en lice en éliminant l'Allemand Philipp Petzschner (6-3, 6-2) mais s'incline directement au tour suivant face à Carlos Berlocq (2-6, 2-6). La semaine suivante, il participe au Masters de Miami, où il bat lors de ses deux premiers tours Victor Hănescu (6-3, 6-3) puis Xavier Malisse (6-2, 7-5), mais s'incline ensuite en huitième de finale face au no 4 mondial, David Ferrer (4-6, 2-6) malgré un match beaucoup plus serré que le score ne laisse le penser. Lors du Masters de Madrid, il crée la surprise en éliminant le numéro deux mondial, Roger Federer (6-4, 1-6, 6-2), mais ne confirme pas en s'inclinant dès le tour suivant face à Pablo Andújar (3-6, 5-7).

Il participe ensuite à Roland Garros, où il ne rate pas son entrée en lice en battant facilement Jesse Levine (6-3, 6-2, 6-0) puis plus difficilement en concédant un set à Grega Žemlja (6-1, 5-7, 6-1, 6-4). Il bat ensuite le français Benoît Paire (6-3, 63-7, 6-4, 6-1) pour s'offrir le droit d'affronter le septuple vainqueur de ce tournoi, Rafael Nadal, en huitième de finale. Il s'incline cependant sans surprise contre ce dernier, 4-6, 1-6, 3-6.

Il participe ensuite à Wimbledon, où il se qualifie facilement pour le troisième tour en disposant tout d'abord de Matthew Ebden (6-2, 6-4, 6-3), puis de Leonardo Mayer (7-65, 6-4, 6-2). Cependant, son tournoi est stoppé par Andreas Seppi, contre qui il s'incline en 5 sets (6-3, 2-6, 7-64, 1-6, 4-6). Il s'aligne ensuite pour le Masters du Canada où il bat Peter Polansky (4-6, 6-4, 6-2) puis Andreas Seppi contre qui il prend sa revanche de Wimbledon (4-6, 7-5, 6-1), mais il est stoppé ensuite par Richard Gasquet (6-1, 3-6, 3-6). La semaine suivante, il est éliminé d'entrée par Feliciano López (4-6, 64-7) lors du Masters de Cincinnati. Il subit une très grosse contre-performance lors de l'US Open, en étant éliminé dès son entrée en lice par le modeste Britannique Daniel Evans (4-6, 4-6, 2-6).

2014 - Huitièmes de finale à Melbourne, finale à Madrid[modifier | modifier le code]

La saison débute par le tournoi de Brisbane pour Kei Nishikori. Il bat d'abord le jeune Australien Matthew Ebden (6-2, 6-4). Il se défait ensuite du Croate Marin Čilić (6-4, 5-7, 6-2) mais s'incline en demi-finale contre le futur vainqueur du tournoi l'Australien Lleyton Hewitt sur le score de 5-7, 6-4, 6-3.

Lors de la première levée du Grand Chelem de la saison, l'Open d'Australie, il bat difficilement au premier tour Marinko Matosevic (6-3, 5-7, 6-2, 4-6, 6-2). Lors de ses deux matchs suivants, il gagne avec beaucoup moins de difficultés contre Dušan Lajović (6-1, 6-1, 7-63) et Donald Young (7-5, 6-1, 6-0). Toutefois, il est éliminé en huitième de finale par le numéro un mondial Rafael Nadal, au terme d'un match en trois sets (63-7, 5-7, 63-7) très accroché où il a quand même eu plusieurs opportunités dans chacun des sets.

Lors de la Coupe Davis, il contribue grandement à la qualification de son pays contre le Canada pour les quarts de finale en gagnant ses deux matchs de simple avec autorité contre Peter Polansky (6-4, 6-4, 6-4) et Frank Dancevic (6-2, 1-0 ab.).

Il poursuit sa saison par le tournoi de Memphis. Il remporte son premier match contre l'Allemand Benjamin Becker (6-4, 6-4) puis contre le Russe Alex Bogomolov (3-6, 6-3, 6-2). En demi-finale, il dispose de l'Américain Michael Russell (6-3, 6-2) et enfin s'impose en finale du tournoi contre le géant croate Ivo Karlović (6-4, 7-68) pour s'adjuger son premier titre de l'année.

Un mois plus tard, lors du Masters de Miami, il bat facilement pour son entrée en lice Marinko Matosevic (6-4, 6-1), puis réalise ensuite une bonne performance en éliminant le jeune Bulgare Grigor Dimitrov (7-61, 7-5) au tour suivant. C'est ensuite qu'il crée la sensation du tournoi en vainquant le 4e joueur mondial, David Ferrer (7-67, 2-6, 7-69) dans un match d'une grande intensité, puis deux jours plus tard, récidive avec une victoire sur Roger Federer (3-6, 7-5, 6-4), alors 5e mondial. Pour sa deuxième demi-finale en Masters 1000, il doit déclarer forfait avant son match contre Novak Djokovic à cause d'une blessure à l'aine.

Son retour sur le circuit a lieu le 22 avril, pour le tournoi de Barcelone. Il se débarrasse difficilement de l'Espagnol Roberto Bautista-Agut (6-1, 4-6, 6-3) au premier tour, avant de vaincre avec beaucoup moins de difficultés Andrey Golubev (6-0, 6-4) et surtout Marin Čilić (6-1, 6-3) les jours suivants. Il s'offre ensuite une place en finale aux dépens du Letton Ernests Gulbis (6-2, 6-4); finale où il surclasse Santiago Giraldo (6-2, 6-2) pour s'emparer du titre et succéder à Rafael Nadal au palmarès du tournoi. C'est ainsi son premier titre sur terre battue[6].

Plein de confiance, il arrive à Madrid pour disputer le Mutua Madrid Open. Il écrase Ivan Dodig sur le score de 6-4, 6-4 au premier tour, puis Guillermo García-López (6-3, 6-1). Il bat ensuite le Canadien Milos Raonic pour son premier vrai test (7-65, 7-65). Aucun problème contre Feliciano López qu'il balaie 6-4, 6-4. Lors d'un match épique de près de 3 heures, Kei se défait de l'Espagnol et spécialiste sur terre battue, David Ferrer, sur le score de 7-65, 5-7, 6-3 en demi-finale. Pour sa première finale en Masters 1000, Nishikori se retrouve face au favori Rafael Nadal sur un court entièrement acquis à la cause de l'Espagnol. Il entame le match de la meilleure des façons en remportant le premier set 6-2 et mène très vite 4-2 dans le deuxième. Cependant, sa demi-finale jouée la veille et le rythme de ce match écrasent le Japonais, qui se fait mal au dos. Il est rattrapé et Nadal remporte le deuxième set 6-4. N'étant plus que l'ombre de lui-même, et largement sifflé par le public espagnol, Kei abandonne à 3-0 dans le troisième set[7]. Après le tournoi, il intègre cependant pour la première fois de sa carrière le top 10 (9e).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres en simple (5)[modifier | modifier le code]

No Date[T 1] Nom et lieu du tournoi Catégorie Surface Finaliste Score
1 11/02/2008 Drapeau : États-Unis Delray Beach International Tennis ChampionshipsDelray Beach Int' Series Dur (ext.) Drapeau : États-Unis James Blake 3-6, 6-1, 6-4 Parcours
2 01/10/2012 Drapeau : Japon Rakuten Japan Open Tennis ChampionshipsTokyo ATP 500 Dur (ext.) Drapeau : Canada Milos Raonic 7-65, 3-6, 6-0 Parcours
3 18/02/2013 Drapeau : États-Unis U.S. National Indoor Tennis ChampionshipsMemphis ATP 500 Dur (int.) Drapeau : Espagne Feliciano López 6-2, 6-3 Parcours
4 10/02/2014 Drapeau : États-Unis U.S. National Indoor Tennis ChampionshipsMemphis ATP 250 Dur (int.) Drapeau : Croatie Ivo Karlović 6-4, 7-60 Parcours
5 21/04/2014 Drapeau : Espagne Barcelona Open Banc SabadellBarcelone ATP 500 Terre (ext.) Drapeau : Colombie Santiago Giraldo 6-2, 6-2 Parcours

Finales en simple (3)[modifier | modifier le code]

No Date[T 1] Nom et lieu du tournoi Catégorie Surface Vainqueur Score
1 04/04/2011 Drapeau : États-Unis U.S. Men's Clay Court ChampionshipsHouston ATP 250 Terre (ext.) Drapeau : États-Unis Ryan Sweeting 6-4, 7-63 Parcours
2 31/10/2011 Drapeau : Suisse Swiss Indoors BaselBâle ATP 500 Dur (int.) Drapeau : Suisse Roger Federer 6-1, 6-3 Parcours
3 05/05/2014 Drapeau : Espagne Mutua Madrid OpenMadrid Masters 1000 Terre (ext.) Drapeau : Espagne Rafael Nadal 2-6, 6-4, 3-0 ab. Parcours
  1. a et b Pour chaque tournoi, la date indiquée correspond à la première journée, en général un lundi.

Titre en double (0)[modifier | modifier le code]

Aucun

Finale en double (0)[modifier | modifier le code]

Aucune

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2008 1er tour (1/64) Drapeau : France M. Gicquel 1/8 de finale Drapeau : Argentine J.M. del Potro
2009 1er tour (1/64) Drapeau : Autriche J. Melzer
2010 2e tour (1/32) Drapeau : Serbie N. Djokovic 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne R. Nadal 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne A. Montañés
2011 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne F. Verdasco 2e tour (1/32) Drapeau : Ukraine S. Stakhovsky 1er tour (1/64) Drapeau : Australie L. Hewitt 1er tour (1/64) Drapeau : Italie F. Cipolla
2012 1/4 de finale Drapeau : Royaume-Uni A. Murray 3e tour (1/16) Drapeau : Argentine J.M. del Potro 3e tour (1/16) Drapeau : Croatie M. Čilić
2013 1/8 de finale Drapeau : Espagne D. Ferrer 1/8 de finale Drapeau : Espagne R. Nadal 3e tour (1/16) Drapeau : Italie A. Seppi 1er tour (1/64) Drapeau : Royaume-Uni D. Evans
2014 1/8 de finale Drapeau : Espagne R. Nadal 1er tour (1/64) Drapeau : Slovaquie M. Kližan 1/8 de finale Drapeau : Canada Milos Raonic
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2011 2e tour (1/16)
Drapeau : Argentine M. González
Drapeau : Inde R. Bopanna
Drapeau : Pakistan A-U-H. Qureshi
2e tour (1/16)
Drapeau : Inde S. Devvarman
Drapeau : France M. Llodra
Drapeau : Serbie N. Zimonjić
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

En double mixte[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2012 2e tour (1/16)
Drapeau : Japon K. Date
Drapeau : Italie R. Vinci
Drapeau : Italie D. Bracciali
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg puis Madrid[8] Canada Cincinnati Madrid puis Shanghai[9] Paris
2008 1er tour
Drapeau : Croatie M. Čilić
1er tour
Drapeau : Espagne A. Montañés
2009 1er tour
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
2010
2011 1er tour
Drapeau : Russie I. Andreev
2e tour
Drapeau : Espagne R. Nadal
1er tour
Drapeau : Espagne P. Riba
1er tour
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
1/2 finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1er tour
Drapeau : Ukraine S. Stakhovsky
2012 2e tour
Drapeau : Colombie S. Giraldo
1/8 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/8 de finale
Drapeau : République tchèque T. Berdych
2e tour
Drapeau : États-Unis S. Querrey
1/8 de finale
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
2e tour
Drapeau : États-Unis S. Querrey
1/8 de finale
Drapeau : France G. Simon
2013 3e tour
Drapeau : Argentine C. Berlocq
1/8 de finale
Drapeau : Espagne D. Ferrer
2e tour
Drapeau : France J. Chardy
1/4 de finale
Drapeau : Espagne P. Andújar
1/8 de finale
Drapeau : France R. Gasquet
1er tour
Drapeau : Espagne F. López
1/8 de finale
Drapeau : France J-W. Tsonga
1/8 de finale
Drapeau : France R. Gasquet
2014 3e tour
Drapeau : Allemagne T. Haas
1/2 finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
Finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
  • En dessous du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Caractéristiques de son jeu[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Nishikori est un joueur complet, très technique. Attaquant de fond de court, il aime diriger les échanges avec son coup droit. Doté d'un excellent jeu de jambes et d'une très bonne couverture de terrain, il peut défendre et attaquer, c'est un excellent contreur.

Son service est généralement frappé à une vitesse de 185 km/h environ mais peut dépasser les 200 km/h. A défaut d'avoir une vitesse très élevée, il peut compter sur un bon pourcentage de premières et varie bien ses zones et cherche à se mettre dans une position confortable dans l'échange pour prendre ce dernier à son compte. Excellent relanceur, il a un coup droit puissant et un revers solide, pour devenir un joueur très complet. Endurant, il est doté d'une très bonne vitesse de déplacement, sachant maintenir sa condition physique. Si Nishikori est un joueur fort en fond de court, il s'aventure rarement à la volée, où il est pourtant plutôt adroit. Son envergure modeste ne pardonne pas face aux meilleurs passeurs.

Nishikori a un style de jeu comparable à celui de Novak Djokovic : il retourne très bien, est agressif et solide des deux côtés, a une excellente couverture de terrain et est tactiquement très efficace.

Victoires sur le top 10 (13)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Murray and Butorac suffer defeat », sur le site de BBC Sport, 27 juillet 2007.
  2. Kei Nishikori, celui par qui le tennis japonais arrive, www.tsr.ch, 03 novembre 2011
  3. « Nishikori forfait », sur lequipe.fr,‎ 17 octobre 2012
  4. « Simon en quarts sans jouer », sur lequipe.fr,‎ 1er novembre 2012
  5. « Nishikori décroche le 3e titre de sa carrière », sur journalmetro.com,‎ 24 février 2013
  6. Kei Nishikori triomphe à Barcelone, www.lapresse.ca
  7. Nadal sur abandon, lequipe.fr
  8. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome, de Hambourg (jusqu'en 2008) et de Madrid (depuis 2009) a changé au cours des ans.
  9. Les Masters 1000 de Madrid (2002-2008) et de Shanghai (depuis 2009) se sont succédé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]