Gymnastique rythmique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir GR et GRS.

Gymnastique rythmique

alt=Description de l'image Olympic pictogram Gymnastics (rhythmic).png.
Fédération internationale Fédération internationale de gymnastique
Sport olympique depuis 1984
Autres appellations Gymnastique rythmique et sportive (jusqu'en 1998)
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

L'ensemble de Russie aux rubans en 2004 pendant le tournoi international de Corbeil-Essones

La gymnastique rythmique (GR), anciennement appelée gymnastique rythmique et sportive (GRS) jusqu'en 1998, est une discipline sportive à composante artistique très proche de la danse classique, principalement féminine, utilisant plusieurs engins d'adresse (corde, ruban, cerceau, ballon, massues). En compétition, chaque prestation est notée selon la chorégraphie, l'adresse et le degré de difficulté. Les gymnastes peuvent évoluer individuellement, ou en équipe de 5 gymnastes. Les gymnastes peuvent commencer à tout âge mais la plupart des grandes championnes commencent vers l'âge de 3-4 ans.

Entre grâce et exigence[modifier | modifier le code]

La gymnastique rythmique est un sport très exigeant. Il est considéré comme un véritable mode de vie par les gymnastes. Ce sport demande : force mentale et physique, assouplissements quotidiens et régimes alimentaires stricts.

Origines de la gymnastique rythmique[modifier | modifier le code]

C'est dans les années 1940, au sein des clubs de l'ex-URSS, que se développe ce sport. En 1948, le premier championnat national soviétique est organisé à Moscou.

Un an plus tard, la Fédération internationale de gymnastique (FIG) homologue officiellement la gymnastique rythmique, en tant que sport de compétition chez les femmes.

En 1963, les premiers championnats du monde de gymnastique moderne attirent à Budapest, 28 athlètes représentant une dizaine de pays.

En 1983, la France accueille, pour la première fois, les championnats du monde à Strasbourg.

La discipline devient épreuve olympique l'année suivante lors des Jeux olympiques d'été de 1984 en catégorie individuelle et lors des Jeux olympiques d'été de 1996 pour les ensembles.

Engins utilisés[modifier | modifier le code]

Cinq engins sont utilisés par les gymnastes dans leur enchaînement : la corde, le cerceau, le ballon, les massues et le ruban qui doivent continuellement être maniés par la gymnaste. Parfois, il peut aussi y avoir des enchaînements individuels ou en groupe en main-libre : pour la France en Division fédérale esthétique (DFE) ou Division critérium 3 (DC3) pour une fraction de l'enchaînement et pour la Suisse en catégories Individuelles P1-P3 et Ensembles G1. Durant l'enchaînement, les différentes gymnastes changent d'engins entre elles, par des échanges, ce qui est indispensable dans un groupe. Un groupe peut avoir une ou plusieurs sortes d'engins, cela diffère en fonction de la catégorie.

Composition[modifier | modifier le code]

Selon le code pointage de la FIG, un exercice de gymnastique rythmique peut être exécuté individuellement ou en ensemble de 5 gymnastes[1]. Il doit durer entre 1 minute et 2,45 minutes pour les Championnat par équipes d'établissement et les Excellence N2, et entre 2 minutes et 2,45 minutes pour les Excellence N1 ; il doit être accompagné de musique généralement sans paroles (voix autorisées) mis à part certaines catégories comme le DC3 notamment. Avec le nouveau code de pointage 2013-2016, les internationales ont le droit d'avoir un enchaînement sur une musique avec des paroles. La durée de la composition est différente selon les catégories : en fédéral benjamine, le palier minimum est de 1,15 minute la norme FIG étant de 1,15 minute à 1,30 minute en individuelle et de 2,15 minute à 2,30 minute pour les ensembles.

Chaque enchaînement est noté de la manière suivante : la note finale est donnée par la somme de la note d'exécution et de la note de difficulté. Le total de points atteignable au maximum varie selon les catégories.

Difficulté[modifier | modifier le code]

Selon le nouveau code de pointage 2013-2016, la note de difficulté est composée de 4 parties : les difficultés corporelles, les combinaisons de pas de danse, les éléments dynamiques avec rotation et lancer (aussi appelés risques) et la maîtrise d'engin.

Les difficultés corporelles d'une chorégraphie sont répertoriées dans 3 catégories : les sauts, les équilibres et les rotations. Chaque famille d'éléments techniques (aussi appelée groupe corporel) doit être représentée de manière équilibrée (minimum 2, maximum 4). Le groupe souplesses et ondes ne figure plus dans le nouveau code de pointage. les difficultés de cet ancien groupe sont réparties entre les équilibres et les sauts.

Chaque élément technique (aussi appelé difficulté) possède une valeur particulière mais le nouveau code ne connait plus les groupes de difficultés (de A pour les plus simples jusqu'à I ou J). À chaque difficulté est attribué un nombre de points lorsqu'elle est correctement réalisée (de 0,10 à 0,50). Au début de la compétition, chaque gymnaste ou ensemble doit remplir une fiche de composition où figurent toutes les difficultés qu'elle (il) réalisera lors de son passage, la totalité des points de difficulté ne pouvant dépasser 10 points. En France, ce paragraphe ne concerne que les gymnastes de la FFG et non les gymnastes de l'Union française des œuvres laïques d’éducation physique (UFOLEP).

Équilibres[modifier | modifier le code]

Équilibre sur un pied.

Ils peuvent être effectués debout (maintien sur une jambe et sur demi-pointe) ou au sol (maintien sur un genou, ou pied). Un équilibre doit être nettement maintenu (minimum 3 sec.). Il existe également plusieurs sortes d'équilibres : en retiré, sur le côté, attitude, boucle, fouetté...

Ceux-ci peuvent se mettre en place de deux façons: en relevé ou en piqué. Le relevé consiste à se placer en équilibre sur jambe tendue par une flexion du genou et de la cheville. On part d'un appui du talon au sol à une élévation sur demi-pointe.

Pivots[modifier | modifier le code]

Il s'agit de tourner sur une jambe et sur demi-pointes et de faire au minimum un tour. Les pivots ont les mêmes noms que les équilibres : en retiré, sur le côté, attitude, arabesque, boucle, fouetté...

Sauts[modifier | modifier le code]

Saut.

La gymnaste effectue une figure en l'air en sautant. Il existe plusieurs sortes de sauts : enjambé, 1 ou 2 boucle, carpé, cabriole, cosaque, saut de biche, saut, ciseau, saut groupé, biche boucle, biche battu, saut de chat, crevette… Ils sont en général précédés d'un pas chassé et/ou d'un pied d'appel.

Tous les sauts se réalisent en 3 phases : impulsion, suspension, réception. En fin d’impulsion, il y a une extension complète de la jambe du sol. Lors de l'envol, la position est clairement définie. En réception, il y a une flexion de la cheville et du genou pour amortir.

Exécution[modifier | modifier le code]

L’exécution est très importante car elle détermine la moitié de la note finale de la gymnaste. Cette partie représente les fautes commises par la gymnaste. Avec le nouveau code de pointage et la disparition de la note artistique, la note d’exécution comporte désormais les fautes artistiques et les fautes techniques, c’est-à-dire par exemple les chutes d'engin et les déplacements de la gymnaste, maniement incorrect de l'engin (ballon griffé, altération du dessin du ruban, etc.), technique corporelle incorrecte (pointes, bras ou jambes non tendus, perte d'équilibre, synchronisation…)..

Composantes artistiques[modifier | modifier le code]

L'unité de la composition, l'harmonie entre la musique et le mouvement, l'expression corporelle et l'utilisation de l'espace sont autant de domaines ou des fautes artistiques peuvent entraîner des déductions en exécution.

La chorégraphie de la gymnaste doit être aussi variée que possible, c'est-à-dire utiliser les changements de niveau, d'énergie, de direction, de déplacements et mettre en œuvre tous les groupes corporels et maniements possibles (mouvement en huit, circumductions, lancers, échappés, roulés, etc.). Pour les enchaînements en équipe, en plus de tout cela, un nombre de formations (en cercle, diagonale, quinconce...) est demandé. Mains gauche et droite doivent posséder un travail équilibré.

La gymnaste doit absolument être accompagnée de musique lors de son passage devant le jury. Les musiques utilisées peuvent être instrumentales ou contenir des voix. D'après le nouveau code de pointage entré en vigueur cette année, une gymnaste est autorisée à avoir une musique avec des paroles pour un de ses exercices uniquement. Le manque de relation entre la musique et la chorégraphie est sévèrement pénalisé.

Catégories de compétition en France[modifier | modifier le code]

Catégories FFG[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses catégories, classées par âge et par niveau :

  • classement par âge : poussines, benjamines, minimes, cadettes, juniors, seniors ;
  • classement par catégorie : coupe formation, division régionale, division critérium (1,2,3,4), division critérium zone, division inter-national, division fédérale (1 ou 2), nationale A et B, division nationale (1,2,3,4), avenir, espoir ;
  • classement par groupe : promotion, semi-libre, créatif, libre.

Catégories UFOLEP[modifier | modifier le code]

L' UFOLEP est une fédération affinitaire qui ne dépasse pas les championnats nationaux. Il existe de nombreuses catégories classées par âge et niveau :

  • équipes : masse-chorégraphié, pré-collectif (1, 2), pré-excellence (1, 2), excellence (1, 2, 3, 4), nationale (2, 3, 4), nationale A, festi-jeune, festival ;
  • duos: duo excellence (1, 2), duo nationale, duo nationale A ;
  • individuel : honneur (11-12; 13-14; 15-16; 17 ans et +), excellence (11-12; 13-14; 15-16; 17 ans et +), nationale (11-12; 13-14; 15-16; 17 ans et +), nationale B,

nationale A.

Les plus petites catégories sont débutante, initiée, masse (équipe), confirmée (individuel), espoir (individuel). En individuel, elles sont récompensées par des diplômes de participation pour les catégories débutantes et des diplômes de couleur pour les autres (le rouge étant le meilleur). En équipes, les débutantes et les initiées sont récompensées par des diplômes de participation, les masses peuvent participer à des compétitions départementales et régionales (par équipe de 4) mais elles ne peuvent pas participer au championnat de France. La participation aux championnats nationaux est possible à partir de 11 ans. En individuel, les plus jeunes peuvent aller jusqu'en zone ou inter-région. Pour le classement par âge, il est marqué par des chiffres : 1 pour 11/12 ans, 2 pour 13/14 ans, 3 pour 15/16 ans, 4 pour 17 ans et + (exemple : excellence 1 pour des jeunes de 11/12 ans)

Catégories FSCF[modifier | modifier le code]

La Fédération sportive et culturelle de France (FSCF) propose également de pratiquer la gymnastique rythmique. Il existe différentes divisions selon les âges : poussines, jeunesses (benjamines et minimes), ainées (cadettes, juniors et seniors. Attention, il faut compter une année de décalage par rapport à la FFG.

Les différents niveaux en individuelle et en équipe sont :

  • en poussines :P5, P4, P3, P2, P1 ;
  • en jeunesses : J5, J4, J3, J2, J1 ;
  • en ainées : A5, A4, A3, A2, A1, A fédéral, A+.

Le chiffre indique la difficulté du niveau, 1 pour le plus difficile. A+ est une catégorie spéciale accessible aux gymnastes de plus de 22 ans. Le niveau A fédéral est au-dessus du niveau 1 et n'existe que pour les aînées. Il y a un peu moins de catégories en ensemble et en duo, avec la même logique de noms.

En plus des compétitions départementales et/ou régionales, certaines gymnastes ont accès à des rencontres nationales (il n'y a pas de sélection) :

  • les catégories de niveau 1, 2 en individuelle et en ensemble, ainsi que les A fédérale et les A+ ont accès au championnat national FSCF ;
  • les catégories de niveau 3 et 4 en ensemble ont accès à un challenge fédéral ;
  • des équipes d'individuelles de niveau 3 combinées avec des duos de niveaux 1, 2 ou 3 ont également accès à un challenge fédéral.

Gymnastes célèbres[modifier | modifier le code]

Grandes compétitions[modifier | modifier le code]

Il y a une grande quantité d'événement lié à la gymnastique rythmique, dans le monde et même au niveau national. Ci-dessous vous pouvez voir une liste des principales compétitions de ce sport. Les championnats qui regroupent des gymnastes du monde entier sont les suivants :

  • les Jeux olympiques: les Jeux olympiques se déroulant tous les quatre ans rassemblent les gymnastes qui sont parvenues à se qualifier pour le plus grand événement sportif de la planète. Une nation peut qualifier une équipe et trois participantes individuelles au maximum[2].
  • la coupe du monde, tournoi est organisé par saison, qui est divisé en plusieurs étapes qui se déroule tout au long de l'année civile. Le vainqueur est désigné en additionnant les performances réalisées durant les différentes étapes.
  • les jeux mondiaux qui se déroulent tous les quatre ans rassemblent l'ensemble des disciplines non olympiques mais reconnue par le Comité international olympique (CIO). À défaut d'être un sport olympique la gymnastique rythmique est admise au programme des Jeux mondiaux pour répondre à la grande demande des gymnastes du monde entier.

Il existe aussi des compétitions continentales :

  • les Jeux asiatiques qui ont lieu tous les quatre ans rassemblent toutes les nations du continent asiatique ;
  • les championnats d'Europe, concours organisé tous les deux ans de 1978 à 1998 et devenus annuels depuis 1998 ;
  • les Jeux sud-américains, organisés tous les quatre ans auxquels seuls les pays du continent sud-américain participent.

Œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Code de pointage FIG 2013-16, page 28, paragraphe 1.1
  2. figure CODE DE POINTS 2009 - Gymnastique Rythmique, Article 2 - 2.1.1. Figure, en Suisse en 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Code FIG 2005 de Gymnastique Rythmique.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :