Rafael Nadal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nadal.
Rafael Nadal
Rafael Nadal
Rafael Nadal à Roland Garros en 2012.
Carrière professionnelle
2001
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagne
Naissance (27 ans)
Manacor
Surnom Rafa
Le Roi de la Terre battue (King of Clay)
El Matador
Le Taureau de Manacor
L'Ogre de l'ocre[1]
Taille / poids 1,8 m (5 11) / 80 kg (176 lb)
Prise de raquette Gaucher, revers à deux mains
Entraîneur Toni Nadal
Gains en tournois 66 746 320 $
Site Internet rafaelnadal.com
Palmarès
En simple
Titres 62
Finales perdues 27
Meilleur classement 1er (18/08/2008)(actuel)
En double
Titres 8
Finales perdues 4
Meilleur classement 26e (08/08/2005)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple V (1) V (8) V (2) V (2)
Double 1/16 - 1/32 1/2
Médailles olympiques
Simple 1 - -
Titres par équipe nationale
Coupe Davis 4 (2004, 2008, 2009, 2011)

Rafael Nadal Parera est un joueur de tennis espagnol, professionnel depuis 2001, né le à Manacor, sur l'île de Majorque, dans l'archipel des Baléares.

Il est considéré par de nombreux spécialistes comme le meilleur joueur de terre battue de l'histoire du tennis[2],[3],[4], établissant en effet des records majeurs sur cette surface, et l'un des meilleurs joueurs de simple[5],[6],[7],[8]. Il a remporté treize tournois du Grand Chelem et détient le record de victoires à Roland-Garros où il s'est imposé à huit reprises, en 2005, 2006, 2007, 2008, 2010, 2011, 2012 et 2013[9]. Il a remporté également le tournoi de Wimbledon en 2008 et 2010, l'Open d'Australie 2009 et l'US Open 2010 et 2013. Il est ainsi le septième joueur de l'histoire du tennis à réaliser le « Grand Chelem en carrière » en simple. À ce titre, Rafael Nadal est le troisième joueur et le plus jeune à s'être imposé durant l'ère Open dans les quatre tournois majeurs sur quatre surfaces différentes, performance que seuls Roger Federer et Andre Agassi ont accomplie. En devenant champion olympique en 2008, il est aussi le deuxième à avoir réalisé le Grand Chelem doré en carrière après Agassi. Il est aussi le seul joueur de l'histoire à avoir gagné 3 titres du grand Chelem sur 3 types de surface différentes la même année (gazon, terre battue, dur). Il détient le record de 26 titres en Masters 1000 et de 15 titres en ATP 500.

À noter que c'est le seul joueur à avoir obtenu dans sa carrière toutes les distinctions de l'ATP : Comeback Player of the Year (prix du retour de l'année) en 2013, Newcomer (prix du nouveau-venu) en 2003, Most Improved (joueur ayant le plus progressé) en 2005, Stefan Edberg Sportsmanship (prix du fairplay) en 2010, Arthur Ashe Humanitarian (prix humanitaire) en 2011, N°1 Mondial en 2008, 2010 et 2013[10].

Après avoir été classé no 2 mondial durant 160 semaines consécutives (un record), il est no 1 mondial du 18 août 2008 au 6 juillet 2009, détrônant ainsi Roger Federer pendant quarante-six semaines. Nadal reprend la tête du classement ATP, à nouveau aux dépens de Federer, après sa victoire à Roland-Garros 2010 et l'occupe jusqu'au 3 juillet 2011, date à laquelle il retombe à la deuxième place, détrôné à son tour par Novak Djokovic à l'issue de la finale de Wimbledon 2011. Rafael Nadal redevient no 1 mondial le 7 octobre 2013.

Avec l'Espagne, il a remporté à quatre reprises la Coupe Davis.

Sommaire

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son oncle-entraîneur, Toni Nadal.

Rafael Nadal est né le à Manacor, en Espagne. Il est le premier enfant de Sebastián Nadal et Ana María Parera. Il a une sœur de 5 ans sa cadette nommée María Isabel. Il est fiancé à Maria Franscesa Perello dite « Xisca » qu'il connaît depuis très longtemps. Son oncle Miguel Ángel est un ancien joueur du FC Barcelone, du RCD Majorque et de la sélection espagnole durant les années 1990. Nadal est un supporter des clubs du Real Madrid et du RCD Majorque. Toni Nadal, un autre de ses oncles, est son entraîneur, depuis son plus jeune âge. Il joue aussi au football mais préfère nettement le tennis : « I chose tennis. Football had to stop straight away. » (« J'ai choisi le tennis. J'ai dû arrêter le football immédiatement. »)[11]. Lorsqu'il avait quatorze ans, la fédération espagnole de tennis lui a demandé de quitter sa ville natale pour déménager à Barcelone, dans le but de poursuivre son entraînement. La famille de Nadal a refusé, en partie parce qu'elle craignait pour son enseignement[11], mais aussi parce que Toni Nadal pensait qu'il n'était pas nécessaire que son neveu quitte la maison pour s'améliorer. La décision de rester à la maison a conduit la fédération à revoir à la baisse son appui financier, le père du joueur a donc fourni les fonds non offerts par la fédération[12].

Le , il est désigné par le site internet AskMen trentième homme le plus influent au monde[13],[14].

Le mensuel français Tennis Magazine révèle[réf. nécessaire] que Nadal a effectué une pause dans sa carrière entre les Internationaux de France de tennis et la tournée américaine de 2009 non seulement en raison de ses genoux douloureux mais également parce que le divorce de ses parents l'avait perturbé et qu'il « avait perdu l'envie de jouer ».

Personnalité[modifier | modifier le code]

Il est très apprécié des autres joueurs du circuit pour sa sportivité et son fair-play. Il est l'un des joueurs les plus combatifs du circuit[réf. nécessaire]. Ses pairs lui décernent le prix Stefan Edberg Sportsmanship Award 2010.

Parcours[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Carrière de Rafael Nadal.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Dès son plus jeune âge, Rafael Nadal pratique différents sports, comme le football ou le basketball, mais c'est le tennis qu'il pratique dès ses 3 ans, qui révèle son potentiel sportif. Toni Nadal, son oncle, devient très tôt son entraîneur et apprend à son neveu à jouer avec le bras gauche. Rafael étant droitier, il estime que son revers à deux mains tirerait profit d'un bras droit fort[15]. La première compétition officielle de Rafael Nadal fut celle des Baléares qu'il remporte à l'âge de 8 ans. Il gagne par la suite de nombreux autres tournois de sa catégorie.

En 1998, Nadal remporte l'Open Super 12 d'Auray[16], alors qu'il hésitait encore entre le football et le tennis. C'est à cette date que Rafael Nadal dit aujourd'hui qu'il a commencé sa carrière[17].

En 2000, Nadal remporte le tournoi des « Petits As » à Tarbes, l'officieux championnat du monde des 13-14 ans[18].

En mai 2001, l'ancien vainqueur de grand chelem Pat Cash se rend à Majorque pour jouer un match d'exhibition contre Boris Becker sur terre battue, mais ce dernier se blesse. On choisit Rafael Nadal, vainqueur des Petits As, alors âgé de 14 ans, pour le remplacer. Pat Cash, alors âgé de 36 ans, accepte de jouer contre le jeune Nadal et est battu. Après ce match, Nadal décide de devenir professionnel[19].

Rafael Nadal intègre le circuit mondial ATP après avoir, entre autres, atteint une place de demi-finaliste junior à Wimbledon en 2002 en jouant contre des joueurs de 2 ans de plus que lui. Une fois sur le circuit professionnel, il élimine deux anciens vainqueurs de Roland-Garros sur leur surface favorite, la terre battue ; Albert Costa au Masters de Monte-Carlo 2003 et Carlos Moyà au tournoi de Hambourg, révélant son potentiel sur cette surface.

2003-2004 : débuts[modifier | modifier le code]

En 2003, Nadal participe à ses deux premiers tournois du Grand Chelem. Il atteint le troisième tour de Wimbledon pour sa première participation. Il est éliminé par le Thaïlandais Paradorn Srichaphan à ce stade. Il est ensuite sorti au deuxième tour à l'US Open de 2003 par le Marocain Younès El Aynaoui.

En 2004, Nadal est sélectionné pour la première fois et participe avec l'équipe d'Espagne à la Coupe Davis où il gagne au premier tour contre Radek Štěpánek lors d'Espagne-République tchèque (3-2), puis en demi-finale contre Arnaud Clément lors d'Espagne-France (4-1). En finale face aux États-Unis, il remporte un match contre Andy Roddick lors du second match et l'Espagne l'emporte finalement 3 à 2. Rafael remporte son premier trophée majeur.

Il va jusqu'en finale à Auckland, où il est défait par le Slovaque Dominik Hrbatý en trois manches. Il remporte également son premier tournoi majeur en simple à Sopot, sur terre battue, face à l'Argentin José Acasuso. Il devient, à 17 ans, le deuxième plus jeune joueur, après Michael Chang, à entrer dans le classement des 100 meilleurs joueurs mondiaux. Il est également le deuxième plus jeune joueur à remporter un tournoi de Masters Series, après Michael Chang.

C'est également en 2004 que Nadal affronte et bat pour la première fois Roger Federer, le numéro 1 mondial, au troisième tour du Masters de Miami. Rafael devait ensuite participer aux Internationaux de France mais une blessure l'empêche d'y prendre part. Il participe néanmoins à l'Open d'Australie et à l'US Open mais il est éliminé respectivement au troisième tour puis au second tour par l'Australien Lleyton Hewitt et Andy Roddick.

Il participe aux Jeux olympiques d'Athènes de 2004 en double avec Carlos Moyà où il perd au premier tour.

2005-2006 : deux premières victoires majeures[modifier | modifier le code]

Comme chaque année, l'année 2005 commence par l'Open d'Australie. Nadal est éliminé en huitièmes de finale par l'Australien Lleyton Hewitt, qui l'avait éliminé dans le même tournoi un an plus tôt. Néanmoins, c'est la première fois de sa carrière qu'il atteint la deuxième semaine d'un tournoi majeur.

Au Masters de Miami, Rafael est battu par Roger Federer en finale. Nadal remporte les deux premiers sets et mène dans le troisième avant que Federer ne renverse la situation pour finalement s'imposer en 5 sets sur le score de 2-6, 64-7, 7-65, 6-3, 6-1.

Le 17 avril, l'Espagnol l'emporte sur Guillermo Coria à Monte-Carlo. Il gagne également face au Français Gaël Monfils. En demi-finale, pourtant mené par Richard Gasquet, il s'impose finalement. Sur sa lancée, il l'emporte contre son compatriote Juan Carlos Ferrero en finale du tournoi de Barcelone[22], et remporte le tournoi de Rome le 2 mai, après une dernière victoire contre l'Argentin Guillermo Coria en cinq sets 6-4, 3-6, 6-3, 4-6, 7-66, lors d'un match de h 14. Nadal déclara après le match qu'il venait de gagner « la plus belle victoire de sa carrière »[23]. Il devient le favori des Internationaux de France. Il se qualifie en quart de finale sans grande difficulté. En quart de finale, il élimine son compatriote David Ferrer. En demi-finale, Nadal bat Roger Federer. En finale, l'Espagnol bat Mariano Puerta (6-7, 6-3, 6-1, 7-5)[24], et remporte son premier titre en Grand Chelem à l'issue d'un match disputé. En effet, Puerta s'est offert deux balles de quatrième set, mais ne conclut pas et s'incline. Mariano Puerta sera contrôlé positif à l'étiléfrine (en) et suspendu par la Fédération internationale de tennis[25].

Nadal est éliminé au deuxième tour de Wimbledon par le Luxembourgeois Gilles Müller.

À Båstad, le Majorquin gagne en finale, contre Tomáš Berdych. Il enchaîne par le tournoi de Stuttgart, qu'il remporte. Il gagne également le Masters du Canada, face à Andre Agassi. Il est battu au troisième tour de l'US Open par l'Américain James Blake. Rafael Nadal obtient son dernier titre de la saison au Masters de Madrid, face au Croate Ivan Ljubičić.

Il débute ensuite la saison 2006 en déclarant forfait lors du tournoi de Sydney à la suite d'une blessure au pied occasionnée en octobre 2005 lors du Masters Series de Madrid. Il fait également l'impasse sur les Masters de Shanghai et sur le tournoi ATP de Chennai, épreuve d'ouverture de la nouvelle saison. Il ne participe pas non plus à l'Open d'Australie. Il reprend la compétition au tournoi de Marseille, où il perd en demi-finale face à Arnaud Clément. Son tournoi suivant sera celui de Dubaï où il gagne en finale contre le numéro un mondial Roger Federer. Il va jusqu'en demi-finale du Masters Series d'Indian Wells, où il est éliminé par James Blake.

Nadal (en bas) au service contre Federer (en haut) lors de la finale du tournoi de Wimbledon 2006

Rafael Nadal remporte son deuxième titre de l'année aux Masters de Monte-Carlo contre Roger Federer. Il remporte le 29 avril 2006 son deuxième Open de Barcelone consécutif en battant en finale son compatriote Tommy Robredo. Mi-mai, lors du tournoi de Rome, Rafael affronte à nouveau Federer en finale. Après cinq heures de match, l'Espagnol l'emporte en cinq sets : 60-7, 7-65, 6-4, 2-6, 7-65. Le Majorquin est mené 1-4 dans le cinquième set, et sauve deux balles de match à 5-6 (15-40), et est même mené 3-5 dans le jeu décisif, avant de l'emporter finalement 7-5. Tout comme son adversaire, il déclare forfait par la suite à Hambourg pour la troisième année consécutive pour cause de fatigue. Il arrive aux Internationaux de France de tennis 2006 comme tenant du titre et favori. Mis en difficulté au troisième tour par le Français Paul-Henri Mathieu, il passe finalement en huitième de finale en 4 sets. Rafael remporte son huitième de finale face à Lleyton Hewitt. En quart de finale, il gagne après le forfait de son adversaire, le serbe Novak Djokovic. En demi-finale, il rencontre le croate Ivan Ljubičić, qu'il bat en trois sets. Le dimanche 11 juin 2006, il remporte le tournoi contre Roger Federer en quatre sets. Stefan Edberg, ancien joueur de tennis suédois, vainqueur de six Grands Chelems, lui remet la Coupe des mousquetaires.

Il se qualifie pour les quarts de finale à Wimbledon pour la première fois après avoir battu les Américains Robert Kendrick et Andre Agassi. Il bat le Finlandais Jarkko Nieminen en quart avant d'accéder à la finale grâce à sa victoire en demi-finale sur le Chypriote Márcos Baghdatís. En finale, il est défait en quatre manches par Roger Federer.

Il dispute les deux masters series sur le sol nord-américain (Toronto et Cincinnati) où il s'incline respectivement au troisième tour et en quart de finale. À l'US Open, il est battu par Mikhail Youzhny en quart de finale[26]. Il déclare forfait pour l'Open de Chine à cause d'une foulure à la cheville[26]. Il reprend la compétition au Masters de Madrid mais est défait en quart de finale par Tomáš Berdych. Il finit la saison en atteignant les demi-finales du Masters de Shanghai où il est battu une nouvelle fois par Roger Federer.

2007 : à la conquête de la première place mondiale et troisième succès consécutif à Roland Garros[modifier | modifier le code]

Rafael Nadal débute l'année 2007 comme le principal rival de Roger Federer, surtout parce qu'il fut invaincu sur terre battue en 2006. Dès son premier tournoi de la saison, il atteint la demi-finale de l'Open de Chennai où il perd contre Xavier Malisse. Il participe également au tournoi de Sydney mais, pour cause de douleurs aux adducteurs, abandonne au 1er tour contre Chris Guccione alors qu'il menait, préférant se soigner en vue de l'Open d'Australie débutant la semaine suivante. Il prend part ensuite à l'Open d'Australie où il atteint pour la première fois les quarts de finale après avoir éliminé successivement Robert Kendrick, Philipp Kohlschreiber, Stanislas Wawrinka et Andy Murray. Il s'incline en quart face à Fernando González. Blessé, Rafael Nadal déclare forfait pour le 1er tour de la Coupe Davis contre la Suisse (victoire de l'Espagne 3-2) puis pour l'Open 13. Il fait son retour sur les courts lors de l'Open de Dubaï mais perd pour la deuxième fois consécutive face à Mikhail Youzhny en quart de finale. Il participe ensuite au Masters d'Indian Wells qu'il remporte sans perdre un seul set, en dominant en finale le Serbe Novak Djokovic. Il enchaîne la semaine suivante avec le Masters de Miami où il est battu en quart de finale par Novak Djokovic.

Il remporte son premier tournoi sur terre battue de sa saison, le Masters de Monte-Carlo, en battant Roger Federer sans avoir perdu le moindre set durant le tournoi. Il est ainsi le premier à réaliser le triplé à Roquebrune Cap Martin depuis Ilie Năstase (1971-1973). Il remporte ensuite l'Open de Barcelone pour la troisième année consécutive contre Guillermo Cañas en finale. C'est le 20e titre de sa carrière. Ces résultats lui permettent de prendre la place de Roger Federer en tête du classement ATP Race 2007 le 30 avril. Le 2 mai 2007, il remporte le match d'exhibition organisé sur un terrain recouvert à moitié de terre battue et à moitié de gazon appelé La bataille des surfaces contre Roger Federer à Palma de Majorque.

En battant Nikolay Davydenko en demi-finale du Masters de Rome le 12 mai, Rafael Nadal bat le record détenu par John McEnroe de victoires consécutives sur une seule surface (l'Américain était resté invaincu durant 75 matchs sur surface rapide en salle entre 1983 et 1985). Nadal bat en finale Fernando González et devient le premier joueur à s'imposer trois fois de suite au Foro Italico. La semaine suivante au Masters d'Hambourg, Nadal est en course pour devenir le premier joueur à remporter la même année les trois Masters Series disputés sur terre battue.

Rafael Nadal lors des Internationaux de France de tennis en 2007.

. Il atteint la finale où il est battu par Roger Federer sur le score de 6-2, 2-6, 0-6. Après un début de match laborieux, Federer se reprend et finit par s'imposer. Il s'agit de la première défaite de Nadal après 81 victoires d'affilée sur terre battue, cependant, il conserve la tête du classement ATP Race 2007. À Roland Garros, il arrive en finale et prend sa revanche sur Federer après avoir affronté Juan Martín del Potro, Flavio Cipolla, Albert Montañés, Lleyton Hewitt, Carlos Moyà et Novak Djokovic. Il gagne pour la troisième fois consécutive.

Rafael Nadal à l'US Open en 2007.

Il participe la semaine suivante au tournoi du Queen's afin de se préparer à Wimbledon. Il est battu en quarts de finale par Nicolas Mahut. À Wimbledon, il atteint la finale après avoir battu Mardy Fish, Werner Eschauer, Robin Söderling, Mikhail Youzhny, Tomáš Berdych, et Novak Djokovic sur abandon. À noter que le match contre Robin Söderling a duré 5 jours à la suite des intempéries. Nadal cède en finale en 5 sets (67-7, 6-4, 63-7, 6-2, 2-6) contre Roger Federer, au terme d'un des plus grands matchs de tous les temps, après avoir pourtant obtenu les premières balles de break à 1-1 et 2-2 dans le 5e set. Cette 2e finale consécutive à Londres perdue contre Federer constitue une confirmation de ses bonnes dispositions sur herbe puisqu'il arrive à être en finale sur herbe aussi, et a hérité d'un tableau relevé, comparé au tableau 2006. Il oppose également une plus grande résistance à Federer sur herbe. Il participe une semaine plus tard au tournoi de Stuttgart qu'il remporte face à Stanislas Wawrinka après avoir failli abandonner au 2nd tour pour cause de douleurs aux genoux. C'est son 6e titre de l'année et le 23e de sa carrière. Avec 5 445 points au classement technique ATP, Nadal atteint son meilleur résultat depuis ses débuts en tant que professionnel en 2001.

Il enchaîne avec la tournée américaine, qui débute au Masters du Canada où il s'incline en demi-finale face au futur vainqueur de l'épreuve, Novak Djokovic. La semaine suivante, il participe au Masters de Cincinnati mais il abandonne au cours de son premier match face à l'Argentin Juan Mónaco pour cause de nouvelles douleurs aux genoux. Malgré les blessures récurrentes (tendinites) et le risque de se blesser très sérieusement, il participe au dernier Grand Chelem de l'année, l'US Open. Il se qualifie difficilement pour les huitièmes de finale après avoir éliminé Alun Jones, Janko Tipsarević sur abandon et Jo-Wilfried Tsonga. Il s'inclinera face à son compatriote David Ferrer en huitième de finale et montre une moins bonne réussite à l'US Open. Et avec ces défaites, Federer reprend la première place au classement ATP Race, ayant en plus bien réussi aux trois tournois américains. Par la suite, Nadal déclare forfait pour les trois tournois suivants afin de soigner ses blessures, soit l'Open de Chine, l'Open du Japon et l'Open de Vienne. Il s'aligne au Masters de Madrid où, en jouant sur ses terres, il espère mettre fin à une série de défaites qui dure depuis près de trois mois. Insuffisamment remis de blessures, il s'incline en quart de finale contre l'Argentin David Nalbandian. En novembre, pour sa première participation au Masters de Paris-Bercy, Nadal perd en finale contre David Nalbandian. Lors de la Masters Cup, Nadal s'incline en demi-finale face à Roger Federer.

Nadal reste no 2 mondial, mais n'a plus remporté le moindre titre après juillet 2007. Cependant, avec Roland-Garros, la finale à Wimbledon et cinq autres titres, la saison 2007 a été très forte et il reste au sommet. Nadal garde 5 735 points au classement technique ATP.

2008 : numéro un mondial et triomphe à deux autres tournois majeurs[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 2008, le duel Federer-Nadal reste au centre de toutes les attentions. Rafael Nadal dispute son premier tournoi de l'année à Chennai, où en demi-finale, il bat Carlos Moyà en h 57 de jeu, le plus long match en trois sets de l'histoire du tennis (record battu par la suite en demi-finale du Masters de Madrid 2009). Il s'incline le lendemain en finale face à Mikhail Youzhny sur le score très sévère de 6-0, 6-1.

À l'Open d'Australie, Rafael Nadal a la possibilité de ravir la première place mondiale appartenant à Roger Federer si ce dernier est éliminé avant les demi-finales et que Nadal remporte le titre. L'Espagnol arrive en demi-finales en éliminant Viktor Troicki, Florent Serra, Gilles Simon, Paul-Henri Mathieu (par abandon) et Jarkko Nieminen. La qualification pour les demi-finales lui permet de réaliser sa meilleure performance à l'Open d'Australie et d'atteindre la barre des 6 000 points au classement ATP. Mais il est battu en demi-finale par Jo-Wilfried Tsonga, sensation surprise du tournoi, qui livre un match exceptionnel. À l'issue de l'Open d'Australie, l'écart de points au classement ATP entre Roger Federer et Nadal se réduit de 1 400 points à 650 points[30] mais, parallèlement, l'écart de points avec Novak Djokovic, no 3 mondial, se réduit également puisque l'Espagnol n'a plus que 815 points d'avance et que Djokovic multiplie les bonnes performances. Le Serbe va même passer proche de le dépasser. Ayant renoncé à la Coupe Davis sur les conseils de son entraîneur, le tournoi de Rotterdam est le premier tournoi de Nadal depuis l'Open d'Australie. L'Espagnol s'incline en huitième de finale face à Andreas Seppi.

Au Tournoi de Roland Garros 2008

Rafael Nadal remporte pour la quatrième fois consécutive le Masters de Monte-Carlo en battant Roger Federer en finale. C'est la première fois qu'un joueur remporte quatre fois de suite un Masters Series. Durant le tournoi, l'Espagnol n'a pas perdu le moindre set. Il remporte également la finale en double avec son compatriote Tommy Robredo, devenant ainsi le 2e joueur de l'histoire à remporter la finale du simple et du double au cours d'un même Masters Series ; Nadal-Robredo battent Bhupathi-Knowles (IND/BAH). La semaine suivante, Rafael Nadal remporte l'Open de Barcelone pour la quatrième année d'affilée face à David Ferrer. C'est la première fois qu'un joueur remporte quatre fois ce tournoi. À la suite de cette victoire, il devient no 1 au classement ATP Race 2008 devant Novak Djokovic et Roger Federer. Une semaine plus tard, Rafael Nadal participe au Masters de Rome qu'il tente d'être le premier homme à remporter quatre fois consécutivement. Pour cause d'ampoules aux pieds[31], il s'incline dès le 2e tour face à Juan Carlos Ferrero. Il rétrograde alors à la 2e place du classement ATP Race 2008. Après une semaine de repos, Rafael Nadal fait son entrée au Masters d'Hambourg qu'il remporte pour la première fois face au no 1 mondial Roger Federer. Il remporte ainsi à moins de 22 ans son 11e trophée de Masters Series, et le troisième titre de la saison après Monte-Carlo et Barcelone. Il devient également le 3e joueur à remporter, sur toute une carrière, les trois Masters Series joués sur terre battue (Monte-Carlo, Rome et Hambourg) après Gustavo Kuerten et Marcelo Ríos. À Roland Garros, Rafael Nadal rencontreThomaz Bellucci, Nicolas Devilder, Jarkko Nieminen, Fernando Verdasco, Nicolás Almagro et Novak Djokovic[32]. La finale ne varie pas des précédentes, Nadal gagnant plus facilement encore (6-1, 6-3, 6-0) infligeant à Federer sa défaite la plus lourde en finale de Grand Chelem. Il remporte donc quatre Roland Garros consécutifs, dont trois de suite contre Federer, et égale le record de victoires consécutives de Björn Borg, présent pendant le sacre et qui lui a remis le trophée. Jamais depuis 1977 (et la victoire 6-0, 6-3, 6-0 de Guillermo Vilas contre Brian Gottfried) un joueur n'avait laissé si peu de jeux à son adversaire en finale de Roland Garros. Rafael Nadal est aussi le 5e joueur de l'histoire à remporter un Grand Chelem sans concéder le moindre set à ses adversaires. Enfin, il n'aura concédé que 41 jeux en tout et pour tout durant la quinzaine, soit une moyenne inférieure à six par match. À l'issue du tournoi, il redevient no 1 au classement ATP Race 2008. Total dominateur sur terre, il essaie maintenant de gagner sur herbe.

La semaine suivante, il remporte pour la première fois le Queen's considéré comme le tournoi de préparation pour Wimbledon. Il bat ainsi en demi-finale le tenant du titre et quadruple vainqueur Andy Roddick puis en finale Novak Djokovic. Nadal est le 1er homme depuis 1973 à réaliser le doublé Roland-Garros - Queen's et le 1er Espagnol à remporter un tournoi sur gazon depuis 1972[33]. Il rejoint aussi les joueurs Lleyton Hewitt, Andy Roddick, Roger Federer et Richard Gasquet ayant remporté au moins un tournoi sur chacune des surfaces du tennis : terre battue, dur, gazon, et synthétique. À Wimbledon, Rafael Nadal se qualifie pour la finale après avoir éliminé successivement Andreas Beck, Ernests Gulbis, Nicolas Kiefer, Mikhail Youzhny, Andy Murray et Rainer Schüttler. Il réussit enfinale à vaincre le quintuple tenant du titre Roger Federer au terme d'un des matchs les plus spectaculaires de l'histoire du tennis[34],[35],[36]. Ce fut la finale la plus longue de Wimbledon, elle se conclut après h 48, et est interrompue par deux reprises à cause des intempéries, sur le score 6-4, 6-4, 65-7, 68-7, 9-7, juste avant que la nuit tombe. Nadal devient le 1er joueur depuis Björn Borg à réaliser le doublé Roland-Garros - Wimbledon et l'unique joueur de l'histoire à réaliser le triplé Roland-Garros - Queen's - Wimbledon. À l'issue du tournoi, Nadal est encore à 545 points de Federer au classement ATP. Ainsi l'histoire se répète : Björn Borg avait été privé d'un 6e sacre consécutif à Wimbledon en 1981 par John McEnroe, un gaucher de 22 ans, deuxième au classement. Nadal est également gaucher, 22 ans, dauphin de Federer à l'ATP, et il l'empêche de remporter un 6e Wimbledon consécutif en 2008.

La semaine suivante, il déclare forfait pour le tournoi de Stuttgart, dont il est tenant du titre, afin de se reposer. Il remporte ensuite le Masters du Canada pour la 2e fois de sa carrière en battant Nicolas Kiefer en finale. Il remporte ainsi le 12e Masters Series de sa carrière, devenant le 3e joueur le plus titré de l'histoire en Masters Series derrière Andre Agassi (17) et Roger Federer (14), mais devant Pete Sampras (11). Au Masters de Cincinnati, il bat Nicolás Lapentti 7-63, 6-1 en quart de finale, victoire qui lui permet cette fois de passer no 1 mondial, après être resté durant près de 160 semaines consécutives dauphin de Federer. Il s'incline en demi-finale face au no 3 mondial Novak Djokovic (6-1, 7-5), ce qui met fin à sa série de 32 victoires consécutives toutes surfaces confondues depuis le Masters d'Hambourg. Malgré cette défaite, Rafael Nadal prendra la place de no 1 mondial le 18 août, quels que soient les résultatsdes Jeux olympiques)[37]. Et Nadal remporte les Jeux olympiques en battant en finale Fernando González 6-3, 7-62, 6-3. Il remporte pour la première fois les Jeux olympiques et offre une médaille d'or à son pays, l'Espagne. Nadal est le 1er joueur de l'histoire à réaliser le triplé Roland-Garros - Wimbledon - Jeux olympiques la même année. Lundi , Nadal devient officiellement no 1 mondial, détrônant Roger Federer[38]. À l'US Open, il se qualifie pour la première fois de sa carrière en demi-finale après avoir éliminé Björn Phau, Ryler De Heart, Viktor Troicki, Sam Querrey et Mardy Fish. Il perd ensuite contre Andy Murray. Le 3 septembre, Rafael Nadal remporte le Prix Prince des Asturies[39]. En atteignant les demi-finales de l'US Open, Rafael Nadal devient le premier joueur de l'histoire à avoir disputé, sur une carrière, les demi-finales de toutes les grandes compétitions (Grands Chelems, Masters Series, Masters, Jeux olympiques, Coupe Davis).

Au Masters de Paris-Bercy 2008

Les 19 et 21 septembre, Rafael Nadal apporte en demi-finale de Coupe Davis les premier et troisième points à l'Espagne en dominant les Américains Sam Querrey et Andy Roddick. L'Espagne bat ainsi les États-Unis et se qualifie pour la finale contre l'Argentine. Au Masters de Madrid, il s'incline en demi-finale face à Gilles Simon en 3 sets et h 22 de jeu. Le Français qualifiera cette rencontre comme le plus beau match de sa carrière[40]. Grâce à ses performances, Rafael Nadal creuse l'écart au classement ATP, et s'assure logiquement de finir l'année no 1 mondial quoi qu'il arrive[41]. Au Masters de Paris-Bercy, il abandonne contre Nikolay Davydenko en quart de finale en raison d'une tendinite. Cette blessure au genou l'obligera également à déclarer forfait pour la Masters Cup (remplacé par Gilles Simon) puis la finale de Coupe Davis[42] (remplacé par Marcel Granollers).

Rafael Nadal clôt, à 22 ans, une saison quasiment parfaite marquée par huit titres, dont deux Grands Chelems (Roland Garros et Wimbledon), trois Masters Series (Monte-Carlo, Hambourg et Canada), la médaille d'or en simple aux JO de Pékin, et des victoires dans deux autres tournois (Barcelone et Queen's). Il finit l'année no 1 mondial avec 1 370 points d'avance sur le no 2 Roger Federer qui devance le no 3 Novak Djokovic de 10 points.

Cliquez sur le lien « Dérouler » à droite de l'écran pour développer une rubrique

2009 : perte de la place de numéro un mondial et premier sacre à l'Open d'Australie[modifier | modifier le code]

Rafael Nadal à l'Open d'Australie en 2009.

Rafael Nadal débute l'année 2009 à l'Open de Doha où il perd en quarts face à Gaël Monfils ; il remporte néanmoins le double messieurs avec son compatriote Marc López face aux numéros 1 mondiaux Daniel Nestor / Nenad Zimonjić. Nadal remporte cette fois l'Open d'Australie en battant Roger Federer. Il atteint pour la première fois la finale du tournoi de Rotterdam mais, handicapé par une blessure au genou droit[44], s'incline en finale face à Andy Murray. Cette blessure l'oblige à déclarer forfait pour l'Open de Dubaï deux semaines plus tard[45]. Les 7 et 8 mars, il domine Janko Tipsarević et Novak Djokovic, et qualifie l'Espagne pour les quarts de finale de la Coupe Davis aux dépens de la Serbie. Il remporte ensuite le Masters d'Indian Wells en battant Andy Murray. Le 26 mars, il est désigné joueur de l'année 2008 par l'ATP, succédant à Roger Federer. Il participe ensuite au Masters de Miami mais s'incline en quarts face à Juan Martín del Potro. Sur terre battue, il remporte le Masters de Monte-Carlo pour la cinquième année consécutive (record) en battant Novak Djokovic. Il enchaîne avec un autre quintuplé record à l'Open de Barcelone en battant David Ferrer en finale. La semaine suivante, il remporte son quatrième Masters de Rome (record) en battant Novak Djokovic en finale. Il gagne là le quinzième Masters 1000 de sa carrière, s'approchant du recordman Andre Agassi (17). Il atteint ensuite la demi-finale du Masters de Madrid en éliminant Fernando Verdasco (6-4, 7-5) au cours d'un match où il prouve une nouvelle fois son mental exceptionnel en remontant un handicap de 4-0 au deuxième set. Il bat son compatriote pour la neuvième fois en neuf confrontations et signe sa trente-deuxième victoire consécutive sur terre battue. En demi-finale, il affronte Novak Djokovic qui gagne le premier set et reste maître du jeu un moment. Après un match épique de h 3, l'Espagnol revient sur le « coriace » Novak Djokovic, auteur d'un match sensationnel. Le dernier tie-break montre toute sa force mentale. Il sauve trois balles de match, 3-6 7-6 7-6. Il est de nouveau en difficulté le lendemain face à Roger Federer qui gagne, mettant enfin un terme à cinq défaites consécutives contre l'Espagnol. Cette défaite, une exception pour Federer, peut aussi être considérée comme un tournant dans la saison au vu de la suite. En effet, elle met fin à six mois sans titre pour Federer, qui reprend confiance avant Roland-Garros.

De plus, Rafael Nadal s'essouffle, battu par Robin Söderling en huitième de finale de Roland-Garros en quatre sets[9] (2-6, 7-6, 4-6, 6-7). Il s'était qualifié en éliminant Marcos Daniel, Teimuraz Gabachvili et Lleyton Hewitt. Par cette trente-et-unième victoire consécutive, il a établi un record absolu, hommes et femmes confondus[46]. Il avait également gagné son trente-deuxième set consécutif depuis 2008[46].

Roland-Garros peut donc revenir à Roger Federer, qui bat le tombeur de Nadal Robin Söderling en finale (6-1, 7-6, 6-4).

Blessé aux genoux, Nadal entame une pause. Il déclare forfait[47] au tournoi du Queen's, où il était tenant du titre. Après deux matchs d'exhibition perdus face à Lleyton Hewitt, puis contre Stanislas Wawrinka, il décide d'allonger sa pause en ne participant pas au tournoi de Wimbledon non plus, à la suite d'une annonce donnée lors d'une conférence de presse le 19 juin[48]. Et il déclare forfait pour la rencontre de Coupe Davis de juillet avec l'Espagne.

En son absence, Roger Federer remporte le tournoi de Wimbledon et redevient par la même occasion numéro un mondial, le 6 juillet 2009. Rafael Nadal retombe dès lors à la deuxième place au classement ATP. Il sera resté 46 semaines en tête. Andy Murray va par la suite prendre cette deuxième place au Masters du Canada, où Nadal revient à la compétition mais est vaincu en quarts de finale par Juan Martín del Potro. Andy Murray gagne le tournoi pour atteindre cette deuxième place, après quatre ans passés par Nadal dans le top 2. La semaine suivante, au Masters de Cincinnati, Nadal s'incline en demi-finale face au Serbe Novak Djokovic (6-1, 6-4) et semble toujours privé de son meilleur jeu, malgré des bons efforts et un niveau élevé.

À l'US Open, il se défait au premier tour de Richard Gasquet (faisant lui aussi son retour à la compétition) 6-2, 6-2, 6-3 puis passe le deuxième tour grâce à une victoire face à Nicolas Kiefer (6-0, 3-6, 6-3, 6-4). Grâce à sa victoire sur le Français Gaël Monfils en 1/8 de finale et à la défaite du Britannique Andy Murray dans ce même tour, Rafael Nadal s'assure de reprendre la place de numéro 2 mondial après le tournoi américain. En quart de finale, il élimine Fernando González sur le score de 7-64, 7-62, 6-0 au terme d'un match interrompu plusieurs fois par la pluie. Il s'incline en demi-finale face à Juan Martín del Potro (6-2, 6-2, 6-2) dans un match radical. Ses blessures sont confirmées et il renonce à participer à l'Open de Thaïlande à la suite d'une déchirure abdominale[49]

Il retrouve ensuite la compétition à l'Open de Chine. Il s'impose face à Márcos Baghdatís au premier tour, puis face à James Blake en 3 sets. Il domine ensuite Marat Safin en quart de finale (6-3, 6-1) avant de chuter contre Marin Čilić sur le score de 6-1, 6-3. Il parvient ensuite jusqu'en finale du Masters de Shanghai 2009, où il perd contre Nikolay Davydenko sur le score de 7-63, 6-3.

Il reçoit le 9 novembre 2009 à Paris le Grand Prix de l'Académie des sports « pour l'ensemble exceptionnel de ses performances »[50].

Au Masters de Paris-Bercy qu'il n'a jamais remporté, il se qualifie pour la demi-finale en éliminant Nicolás Almagro (3-6, 7-62, 7-5, match durant lequel Nadal sauvera cinq balles de match), Tommy Robredo (6-3, 3-6, 7-5) et Jo-Wilfried Tsonga, le tenant du titre (7-5, 7-5). Il sera arrêté par Novak Djokovic sur le score de 6-2, 6-3.

Il termine néanmoins l'année de façon décevante aux Masters de Londres, où il se fait éliminer dès les poules.

Cependant, il contribue à la victoire de l'Espagne face à la République tchèque (5-0) en finale de la Coupe Davis, remportant ses deux matchs en simple, face à Tomáš Berdych (7-5, 6-0, 6-2) et à Jan Hájek (6-3, 6-4). L'Espagne conserve ainsi son titre, et enlève la coupe pour la quatrième fois de son histoire.

2010 : retour à la première place mondiale et Grand Chelem doré en carrière[modifier | modifier le code]

Nadal commence sa saison 2010 sur les chapeaux de roues puisqu'il remporte le tournoi exhibition d'Abou Dabi en battant successivement son compatriote David Ferrer puis en finale Robin Söderling, le tombeur de Roger Federer. Il se qualifie ensuite sans problème pour la finale de l'Open de Doha en éliminant Simone Bolelli (6-3, 6-3), Potito Starace (6-2, 6-2), Steve Darcis (6-1, 2-0) qui abandonne alors qu'il est dominé, et enfin Viktor Troicki en demi-finale (6-1, 6-3). Il atteint ainsi la finale de son premier tournoi officiel de l'année, confirmant sa grande forme. Il échoue néanmoins contre Nikolay Davydenko après avoir pourtant obtenu 2 balles de match dans le deuxième set (6-0, 6-7, 4-6).

La veille de l'ouverture de l'Open Australie, il participe à une après-midi d'exhibition à l'initiative de Roger Federer pour récolter des fonds pour les sinistrés du tremblement de terre d'Haïti. Le lendemain, il affronte l'Australien Peter Luczak au premier tour de l'Open d'Australie.

Rafael Nadal à l'Open d'Australie en 2010.

Visant à conserver le seul titre du Grand Chelem dont il est encore détenteur, le Manacori atteint sans grand encombre les quarts de finale à Melbourne, avec sur son chemin pour seule tête de série l'Allemand Philipp Kohlschreiber (no 27), et après avoir sorti le canonnier croate Ivo Karlović. Il dispute son quart de finale face à l'Écossais Andy Murray, et se retrouve mené deux sets à zéro, avec un break de retard dans le troisième set, avant d'abandonner à 6-3, 7-62, 3-0. Nadal sera 4e à la fin de la quinzaine australienne. La blessure responsable de son abandon en quarts étant plus sérieuse que prévue, Nadal sera indisponible pendant au moins un mois, et ne participera pas de ce fait au Tournoi de Rotterdam, où il était finaliste malheureux en 2009 face à Andy Murray, numéro 3 mondial à l'issue de la quinzaine australienne.

Le 15 février 2010, Rafael Nadal repasse devant Andy Murray, ce dernier ayant perdu 500 points et Rafael n'en ayant perdu que 300 du fait de leur non-participation au tournoi de Rotterdam. Rafael Nadal dépasse le Britannique de seulement 70 points. Après avoir déclaré forfait pour le tournoi de Rotterdam, il participe au Masters 1000 d'Indian Wells, où il s'incline en demi-finale face au futur vainqueur du tournoi Ivan Ljubičić,mais où il remporte néanmoins la finale du double avec son compatriote et ami Marc López. Il participe au Masters 1000 de Miami, où il bat aisement au 2e tour Taylor Dent (6-3, 6-4), puis au 3e tour sa bête noire de toujours, David Nalbandian (6-7, 6-2, 6-2). Il se défait ensuite, en 1/8 de finale, de son compatriote et ami David Ferrer 7-6, 6-4, puis bat le Français, pourtant très en forme jusqu'alors, Jo-Wilfried Tsonga, sur le score sévère de 6-3, 6-2. Il se qualifie ainsi pour une nouvelle demi-finale, l'opposant à l'Américain Andy Roddick, mais il est battu en 3 sets sur le score de 4-6, 6-3, 6-3 en h 6 de match.

Le mercredi 14 avril 2010, Nadal effectue son retour sur sa surface de prédilection. Le Masters de Monte-Carlo, dont il est quintuple tenant du titre, représente la première étape de sa saison sur la surface. En moins d'une heure il terrasse le Néerlandais Thiemo de Bakker en deux petits sets, sur le score sans appel de 6-1, 6-0. Au second tour, c'est l'Allemand Michael Berrer qui se dresse sur sa route. Alors 50e joueur mondial, il n'offre à l'instar du Néerlandais la veille qu'une pauvre résistance. En effet, le nombre de jeux que Rafa laisse en route est aussi faible qu'au match précédent, c'est-à-dire 1 ! Nadal offre au public un nouveau récital et à son adversaire une véritable correction (6-0, 6-1, en seulement 54 minutes). En deux jours, Rafa n'aura passé que h 53 sur les courts du Rocher. En quarts de finale, il domine son compatriote Juan Carlos Ferrero en deux sets (6-4, 6-2). Arrivé en demi-finale, le Majorquin se défait de son copain David Ferrer en h 15 en ne perdant à nouveau que cinq jeux (6-2, 6-3), et accède ainsi à sa 6e finale consécutive sur le Rocher, où il étrille l'Espagnol Fernando Verdasco (6-0, 6-1) pour son 6e sacre consécutif, en n'ayant concédé que 14 jeux sur l'ensemble du tournoi, une moyenne de trois par match environ. Il devient le premier joueur de l'ère Open à remporter 6 fois d'affilée un même tournoi[53].

Il déclare ensuite forfait pour l'Open de Barcelone, dont il est quintuple tenant du titre, afin de se reposer. Un repos bénéfique puisqu'une semaine plus tard, il gagne le Masters de Rome en battant David Ferrer en finale (7-5, 6-2). Après une nouvelle semaine de repos, il gagne le Masters de Madrid en battant Roger Federer en finale (6-4, 7-65). Rafael Nadal devient alors à 23 ans seulement le recordman de titres en Masters 1000 (18), devançant Andre Agassi. Il est aussi le premier joueur de l'histoire à remporter les 3 Masters 1000 sur terre battue la même année et le seul à avoir atteint en 2010 les demi-finales de tous les Masters 1000 (Indian Wells, Miami, Monte-Carlo, Rome, Madrid).

Grand favori de Roland Garros où il vient en reconquête à la suite de sa défaite surprise de l'année passée, il élimine successivement Gianni Mina (6-2, 6-2, 6-2), Horacio Zeballos (6-2, 6-2, 6-3), Lleyton Hewitt (6-3, 6-4, 6-3), Thomaz Bellucci (6-2, 7-5, 6-4), Nicolás Almagro (7-62, 7-63, 6-4) et Jürgen Melzer (6-2, 6-3, 7-66) pour se qualifier pour sa cinquième finale à Paris. Le 6 juin 2010, Rafael Nadal remporte Roland-Garros sans perdre le moindre set, tout comme en 2008. En battant Robin Söderling en finale (6-4, 6-2, 6-4), l'Espagnol se venge de sa défaite de l'an passé, remporte son 5e Roland-Garros, redevient no 1 mondial et réalise un Grand Chelem rouge inédit (victoire aux trois Masters 1000 sur terre battue et à Roland-Garros la même année). Ce trop plein d'émotions le fera pleurer de longues minutes dans sa serviette à l'issue du match. Il est ainsi invaincu sur cette surface en 2010, ne perdant que 2 sets en 22 matchs disputés (face à Nicolás Almagro et Ernests Gulbis).

Vient ensuite la saison sur gazon et Nadal est éliminé rapidement du Tournoi du Queen's par Feliciano López (7-65, 6-4), en 1/4 de finale, mettant fin à une série de 24 victoires consécutives. À Wimbledon, il débute par une victoire tranquille sur Kei Nishikori (6-2, 6-4, 6-4). « Rafa » souffre ensuite pour se défaire du néerlandais Robin Haase (5-7, 6-2, 3-6, 6-0, 6-3), puis de l'allemand Philipp Petzschner (6-4, 4-6, 65-7, 6-2, 6-3). Il hausse son niveau de jeu en deuxième semaine et domine Paul-Henri Mathieu (6-4, 6-2, 6-2), Robin Söderling (3-6, 6-3, 7-64, 6-1) et Andy Murray (6-4, 7-66, 6-4) pour atteindre la finale du tournoi londonien pour la quatrième fois de sa carrière. Un mois après Roland-Garros, Nadal remporte donc Wimbledon en battant Tomáš Berdych en finale (6-3, 7-5, 6-4). Il gagne là son 2e Wimbledon (2008, 2010) et réalise le 2e doublé Roland Garros / Wimbledon de sa carrière. L'Espagnol compte désormais 8 titres du Grand Chelem à seulement 24 ans. Il décide de déclarer forfait pour la Coupe Davis afin de soigner des douleurs aux genoux apparues durant le tournoi.

Rafael Nadal fait sensation en acceptant la proposition de Novak Djokovic de jouer ensemble en double au Masters du Canada mais la paire échoue dès son entrée en lice. En simple, Nadal s'incline en demi-finale contre Andy Murray (6-3, 6-4). Il améliore néanmoins deux de ses propres records en Masters 1000 : demi-finales disputées en carrière (34) et demi-finales consécutives (9).

Rafael Nadal à l'US Open en 2010.

La semaine suivante, Nadal se hisse en quarts de finale du Masters de Cincinnati en battant Julien Benneteau en trois sets (5-7, 7-66, 6-2). Il s'incline en quarts de finale contre Márcos Baghdatís (6-4, 4-6, 6-4).

Il se repose et s'entraîne jusqu'à son objectif de cette fin d'année, l'US Open. Après deux premiers tours pas totalement convaincants contre Teimuraz Gabachvili (7-64, 7-64, 6-3) et Denis Istomin (6-2, 7-65, 7-5), il arrive malgré tout au troisième tour où il bat facilement Gilles Simon (6-4, 6-4, 6-2). En huitièmes de finale, il réalise un très bon match contre son compatriote adepte des surfaces rapides Feliciano López (6-3, 6-4, 6-4), dans un match où il réalise le service plus rapide de sa carrière à 217 km/h (135 mph)[54]. Sans jamais avoir concédé son service, il arrive en quarts de finale où l'attend son premier véritable test, Fernando Verdasco. Le début de match le confirme car il est le premier dans ce tournoi à réussir à le breaker, en début de match, mais le taureau de Manacor passe alors la vitesse supérieure pour finalement s'imposer encore une fois en 3 sets (7-5, 6-3, 6-4). En demi-finales, il bat facilement Mikhail Youzhny (6-2, 6-3, 6-4). Il arrive donc pour la première fois de sa carrière en finale de l'US Open, et ce sans avoir concédé le moindre set et en n'ayant été breaké que deux fois tout au long du tournoi. Il y bat Novak Djokovic, tombeur de Roger Federer en demi-finale, (6-4, 5-7, 6-4, 6-2). Rafael Nadal devient ainsi le plus jeune joueur de l'ère Open à avoir remporté les 4 tournois du Grand Chelem, le 7e de toute l'histoire du jeu, le troisième de l'ère Open sur 4 surfaces différentes après Andre Agassi et Roger Federer. Il réalise pour la première fois de sa carrière le petit chelem.

Après cette victoire historique, Rafael Nadal est considéré par une grande partie de la presse[7],[8],[55],[56], des spécialistes[5],[57], et de ses pairs[58],[59],[60], comme l'un des meilleurs joueurs de tous les temps. Pete Sampras le considère d'ores-et-déjà comme l'un des trois meilleurs de l'histoire[58].

Nadal effectue son retour à la compétition à l'Open de Thaïlande, où il s'incline en demi-finale contre son compatriote Guillermo García-López en trois sets. Une semaine plus tard, l'Espagnol remporte l'Open du Japon pour la première fois, en battant Gaël Monfils en finale. Au tour précédent, le no 1 mondial écarte deux balles de match contre Viktor Troicki. Il s'adjuge son 43e titre en simple, le 7e de la saison.

Au Masters de Shanghai, le no 1 mondial enregistre sa 100e défaite en carrière en huitièmes de finale face à Jürgen Melzer. Rafael Nadal restait sur une série de 21 quarts de finale consécutifs en Masters 1000 (un record). Il déclare forfait pour le Masters de Paris-Bercy en raison d'une tendinite à l'épaule gauche qui lui impose un repos d'une semaine.

Il se qualifie pour la première fois de sa carrière en finale de la Masters Cup en battant successivement Andy Roddick (3-6, 7-65, 6-4), Novak Djokovic (7-5, 6-2), Tomáš Berdych (7-63, 6-1) et Andy Murray (7-65, 3-6, 7-66) avant de s'incliner face à Roger Federer (3-6, 6-3, 1-6) en finale.

Après une année 2009 marquée par les blessures, Nadal réussit une saison 2010 exceptionnelle où il remporte sept tournois dont trois Grands Chelems et trois Masters 1000, deux triplés consécutifs. Il finit l'année nettement no 1 avec plus de 3 000 points d'avance sur son dauphin Roger Federer. Ses qualités sportives et humaines lui valent les éloges de la presse et de ses pairs. Il reçoit le trophée du Joueur de l'année par l'ATP[61], le prix de Champion du Monde de tennis par l'ITF[62], mais aussi pour la première fois de sa carrière le Stefan Edberg Sportsmanship Award du joueur le plus intègre, fair-play et professionnel[63]. Élu par ses pairs, il succède ainsi à Roger Federer au palmarès, qui avait obtenu cette dernière récompense les 6 années précédentes. Rafael Nadal est aussi élu Champion des champions par le journal sportif L'Équipe[64], Sportif international de l'année par la BBC[65], Sportif des sportifs par Stade 2[66], Sportif européen 2010 par 25 agences de presse européennes[67], Sportif espagnol de la décennie par Marca[68], Champion de l'année par Eurosport[69], il reçoit enfin le prix de la presse internationale[70].

2011 : sixième titre à Roland-Garros, perte de la place de no 1 mondial et quatrième Coupe Davis[modifier | modifier le code]

Comme en 2010, Nadal commence sa saison par le tournoi d'exhibition d'Abou Dabi, qu'il remporte en battant Roger Federer en finale (7-6, 7-6). Il échoue ensuite en demi-finale de l'Open de Doha face à Nikolay Davydenko (6-3, 6-2) mais remporte le tournoi en double aux côtés de son compatriote et ami Marc López.

Rafael Nadal à l'Open d'Australie en 2011.

Souffrant d'une grippe, il se repose deux jours et reprend l'entraînement[72] en vue de l'Open d'Australie, où il tentera le Rafa Slam[73],[74], devenir le premier joueur de l'histoire à remporter les quatre tournois du Grand Chelem consécutivement, sur trois surfaces différentes. Il se qualifie pour les quarts de finale de l'Open d'Australie sans avoir perdu le moindre set. Il bat le brésilien Marcos Daniel, qui abandonne alors qu'il est mené 6-0, 5-0, Ryan Sweeting (6-2, 6-1, 6-1), Bernard Tomic (6-2, 7-5, 6-3), puis Marin Čilić (6-2, 6-4, 6-3). Touché aux ischio-jambiers, il est éliminé en quarts de finale par le no 7 mondial David Ferrer (6-4, 6-2, 6-3), mais sans abandonner par respect pour son adversaire et ami, malgré sa blessure.

Le 7 février 2011, Nadal obtient le prestigieux prix Laureus World Sports Award du sportif de l'année. Il contribue ensuite à la victoire de l'Espagne face à la Belgique (4-1) en huitièmes de finale de Coupe Davis en battant Ruben Bemelmans (6-2, 6-4, 6-2) et Olivier Rochus (6-4, 6-2) les 5 et 6 mars à Charleroi en Belgique.

Il se qualifie ensuite pour la finale du Masters d'Indian Wells en disposant de Rik De Voest (6-0, 6-2), Ryan Sweeting (6-3, 6-1), Somdev Devvarman (7-5, 6-4), Ivo Karlović (5-7, 6-1, 7-67) et Juan Martín del Potro (6-4, 6-4). Mais il échoue sur la dernière marche face à Novak Djokovic (6-4, 3-6, 2-6).

Une semaine plus tard, il se qualifie avec brio pour la finale du Masters de Miami en éliminant Kei Nishikori (6-4, 6-4), Feliciano López (6-3, 6-3), Alexandr Dolgopolov (6-1, 6-2), Tomáš Berdych (6-2, 3-6, 6-3) et Roger Federer (6-3, 6-2). C'est la première fois qu'il atteint coup sur coup les finales du Masters d'Indian Wells et de Miamila même année, mais s'incline encore face à un excellent Novak Djokovic au terme d'un match de haut niveau (6-4, 3-6, 6-7)[75].

Après une semaine de repos, il participe au Masters de Monte-Carlo qu'il remporte en battant David Ferrer en finale (6-4, 7-5). C'est la première fois dans l'histoire du tennis qu'un joueur remporte un même tournoi 7 années d'affilée. Il améliore de même son propre record de Masters 1000 remportés en carrière en le portant à 19 et le record de Masters de Monte-Carlo remportés, consécutivement ou non (7).

Afin de défendre au mieux sa place de no 1 mondial, Rafael Nadal décide de participer la semaine suivante à l'Open de Barcelone sur sa surface préférée, la terre battue. En contrepartie, il renonce à l'Open de Thaïlande dont il était demi-finaliste en 2010[76] afin d'alléger son calendrier. Sa participation au tournoi espagnol est une réussite puisqu'il remporte le titre sans perdre le moindre set. Il défait notamment le no 9 mondial Gaël Monfils (6-2, 6-2) en quart de finale et le no 6 mondial David Ferrer (6-2, 6-4) en finale, un adversaire qu'il avait vaincu au Masters de Monte-Carlo une semaine plus tôt. Nadal améliore son propre record de titres à l'Open de Barcelone, en le portant à 6, il devient aussi le premier joueur de l'histoire à remporter deux tournois au moins 6 fois.

Après une semaine de repos, il participe au Masters de Madrid où il atteint la finale en battant Márcos Baghdatís (6-1, 6-3), en bénéficiant du forfait de Juan Martín del Potro puis en battant Michaël Llodra (6-2, 6-2) et Roger Federer en demi-finale (5-7, 6-1, 6-3). Il enregistre en finale sa première défaite, pour la dixième confrontation, sur terre battue face à Novak Djokovic (7-5, 6-4), alors qu'il restait sur 37 victoires consécutives sur cette surface.

Il participe la semaine suivante au Masters de Rome. Pourtant, il frôle d'entrée la catastrophe face à l'Italien Paolo Lorenzi, 148e mondial, qui lui prend un set et le domine dans le jeu pendant une manche et demie (6-7, 6-4, 6-0). Il se ressaisira en se qualifiant pour la finale en éliminant en deux sets Feliciano López (6-4, 6-2) (on apprendra ensuite qu'il était fiévreux et qu'il avait tenu à jouer, malgré l'avis inverse de son oncle Toni, car une élimination avant les demi-finale était synonyme de perte de la première place mondiale), Marin Čilić (6-1, 6-3) et Richard Gasquet (7-5, 6-1), tombeur de Federer plus tôt dans le tournoi. Il devient à cette occasion le premier joueur de l'histoire à atteindre 5 finales consécutives en Masters 1000. Mais lors du dernier match, Nadal est à nouveau dominé par Novak Djokovic (6-4, 6-4), qui le bat ainsi pour la 4e fois consécutivement en finale d'un Master, la seconde sur terre battue.

Nadal arrive ensuite à Roland-Garros, où il remet son titre en jeu, mais où il n'est pas favori. Novak Djokovic, fort de son invincibilité depuis le début de la saison et de ses deux victoires sur terre battue, possède lui ce statut. Au premier tour, Nadal est repoussé dans ses derniers retranchements face au géant américain John Isner, qui le pousse à un combat de cinq sets (une première pour "Rafa" porte d'Auteuil) et de h 1 (6-4, 62-7, 62-7, 6-2, 6-4). Au second tour, il vient à bout de son compatriote Pablo Andújar (7-5, 6-3, 7-64) au cours d'un match où il réalise un incroyable renversement de situation en remportant le troisième set au tie-break après avoir été pourtant mené 1-5, 0-40 et sauvé 8 balles de set. Après cette mise en route difficile, il domine plus facilement les Croates Antonio Veić (6-1, 6-3, 6-0) et Ivan Ljubičić (7-5, 6-3, 6-3) et accède aux quarts de finale. Il prend ensuite le dessus sur le no 5 mondial, Robin Söderling, finaliste des deux dernières éditions et seul joueur à l'avoir battu à Roland Garros, (6-1, 6-4, 7-63), puis sur le no 4 mondial, Andy Murray (6-4, 7-5, 6-4), pour se qualifier pour sa sixième finale à Paris. Il y retrouve Roger Federer, tombeur de "l'invincible" Novak Djokovic, pour la 8e fois en Grand Chelem et la 4e fois à Roland-Garros. Il la gagne en 4 sets (7-5, 7-63, 5-7, 6-1), en réalisant, comme face à Pablo Andújar, un retour improbable en remportant le premier set 7-5 après avoir été mené 2-5 et avoir sauvé une balle de set. Voir à ce sujet la section mental plus bas. Nadal rentre dans l'histoire en égalant les 6 titres parisiens de Björn Borg et en s'adjugeant son 10e majeur à seulement 25 ans. Ironie du sort, il parvient à conserver la première place mondiale que Novak Djokovic lui aurait dérobée en cas de qualification pour la finale, lui-même battu par un Federer au sommet de son art.

Nadal prend part au Tournoi du Queen's, où il est sorti en 1/4 de finale, comme l'année précédente. Après avoir dominé Radek Štěpánek (6-3, 5-7, 6-1), il s'incline en effet face à Jo-Wilfried Tsonga (7-63, 4-6, 1-6).

Il dispute cependant le troisième grand chelem de la saison à Wimbledon, dont il est le tenant du titre en position de favori. Rafael Nadal domine aisément les Américains Michael Russell (6-4, 6-2, 6-2) et Ryan Sweeting (6-3, 6-2, 6-3) lors des deux premiers tours. Après avoir été bousculé par Gilles Müller (7-66, 7-65, 6-0), il retrouve en 1/8 de finale l'Argentin Juan Martín del Potro, qu'il bat (7-66, 3-6, 7-64, 6-4) dans un match qui dura h 51, où il faillit abandonner pour cause de douleurs au pied gauche. Il accède une fois de plus au stade des demi-finales, en éliminant l'américain Mardy Fish (6-3, 6-3, 5-7, 6-4), sans dévoiler de faiblesse au pied gauche. En demi-finale il sort pour la deuxième année consécutive le chouchou du public, Andy Murray (5-7, 6-2, 6-2, 6-4). Il retrouve en finale sa bête noire depuis le début de la saison Novak Djokovic, qui vient de devenir le nouveau numéro un mondial après avoir accédé à la finale du tournoi londonien. Il perd à Wimbledon pour la première fois depuis la finale de 2007, (4-6, 1-6, 6-1, 3-6), et concède sa cinquième défaite consécutive face au Serbe, la seule en Grand Chelem jusqu'à présent.

Le 4 juillet 2011, Nadal perd sa place de no 1 au profit de Novak Djokovic.

Rafael Nadal arrive à l'Open du Canada où il était demi-finaliste en 2010 et se fait sortir dès son entrée en lice face au croate Ivan Dodig (6-1, 6-7, 6-7).

Au Masters de Cincinnati 2011, il arrive au troisième tour mais il perd face à Mardy Fish.

Il arrive donc à l'US Open en étant tenant du titre. Après un match accroché face à Andrey Golubev (6-3, 7-6, 7-5) il retrouve le Français Nicolas Mahut pour une place au troisième tour. Le Français ayant une contracture au mollet a préféré abandonner alors qu'il était mené (6-2, 6-2, 0-0). Au tour suivant, il sort David Nalbandian en trois sets (7/65, 6/1, 7/5) et affronte le Luxembourgeois Gilles Müller en huitième de finale. En demi-finale, il bat Andy Murray (6-4, 6-2, 3-6, 6-2), pour arriver en finale face à Novak Djokovic où il échoue pour la sixième fois consécutivement[77], toujours en finale, face au Serbe (2-6, 4-6, 7-6, 1-6) ; il perd pour la première fois un match de plus de 4 h après 9 victoires dans cet exercice.

En Coupe Davis, il permet à l'Espagne de bénéficier de son premier point pour sa demi-finale contre la France en écrasant Richard Gasquet (6-3, 6-0, 6-1). Il retrouve ensuite Jo-Wilfried Tsonga qu'il domine également sans trop de problèmes (6-0, 6-2, 6-4). Cette victoire permet à l'Espagne de se qualifier en finale.

Lors des Masters de fin d'année, il gagne son premier match avec beaucoup de difficultés contre Mardy Fish (6-2, 3-6, 7-63), mais il ne passe finalement pas la phase de poule en s'inclinant d'abord lourdement contre Roger Federer (6-3, 6-0) où il déclarera en conférence de presse d'après-match "Aujourd'hui, il était juste trop bon pour moi"[78], puis contre Jo-Wilfried Tsonga (7-62, 4-6, 6-3) dans le match décisif.

Qualifié pour la finale de la Coupe Davis où son équipe reçoit l'Argentine sur la terre battue de Séville, Nadal s'impose assez nettement pour le match d'ouverture face à Juan Mónaco (6-1, 6-1, 6-2), puis l'Espagne menant 2-1 après la victoire de Ferrer contre Del Potro et la défaite de la paire Lopez-Verdasco face à Nalbandian-Schwank, le Majorquin va apporter le point de la victoire à son équipe[79] en remportant son deuxième simple du week-end (1-6, 6-4, 6-1, 7-60)

2012 : septième titre à Roland-Garros puis blessure[modifier | modifier le code]

Fin décembre 2011, Nadal débute sa saison 2012, par le tournoi d'Abu Dhabi. Commençant en demi-finale (profitant de sa victoire dans le tournoi de l'année précédente, lui faisant bénéficier d'une exemption de premier tour), il s'incline cependant contre Ferrer (6-3, 6-2) et joue alors le match pour la troisième place contre Federer, qu'il remporte sur le score de 6-1 7-5[80], lors de cette « petite finale » du tournoi d'exhibition. Lors de son premier match officiel de 2012 à l'Open de Doha à Doha, le Majorquin s'impose contre Philipp Kohlschreiber (6-3, 6-7, 6-3). Pour son deuxième match à Doha, il gagne sans encombre face à Denis Gremelmayr (6-2, 6-2) et accède aux quarts de finale, qu'il remporte contre le Russe Mikhail Youzhny (6-4, 6-4). Il s'encline ensuite contre Gaël Monfils en demi-finale du tournoi (6-3, 6-4).

Rafael Nadal sur la terre battue de couleur bleue du Masters de Madrid.

À l'Open d'Australie, il accède aux demi-finales grâce à ses victoires successives contre Kuznetsov (6-4, 6-1, 6-1), Haas (6-4, 6-3, 6-4), Lacko (6-2, 6-4, 6-2), Lopez (6-4, 6-4, 6-2), et le tchèque Tomáš Berdych (65-7, 7-65, 6-4, 6-3), au terme d'un match de plus de 4 heures. Il rallie ensuite la finale en battant son rival de toujours, Roger Federer, sur le score de 65/7 6/2 7/65 6/4. Il perdra ensuite face à Novak Djokovic après h 53 de jeu sur le score de 7-5, 4-6, 2-6, 7-65, 5-7, faisant de ce match le plus long de l'histoire de l'Open d'Australie et aussi d'une finale de Grand Chelem.

À Indian Wells, Nadal parvient jusqu'en demi-finale où il s'incline 6/3 6/4 contre Roger Federer. Le lendemain, il se réconforte en gagnant pour la deuxième fois le double avec son compatriote Lopez.

Au Masters de Miami, il se qualifie pour le 3e tour en battant Santiago Giraldo (6-2, 6-0). Il arrive jusqu'en demi-finale où il déclare forfait face à Andy Murray à cause d'une douleur au genou gauche.

Au Masters de Monte-Carlo, Nadal parvient en finale après avoir éliminé successivement Jarkko Nieminen, Mikhail Kukushkin, Stanislas Wawrinka et Gilles Simon sans avoir concédé le moindre set. En finale il bat Novak Djokovic sur le score de 6-3, 6-1. Il met ainsi fin à la série de sept défaites consécutives en finale face au Serbe et s'impose aussi pour la huitième fois consécutivement au Masters de Monte-Carlo, un record[81]. En effet, il y reste invaincu depuis 42 matchs. De plus, il se positionne désormais seul en tête du classement du nombre de Masters 1000 remportés (au nombre de 20).

La semaine suivante il parvient à conserver son titre à Barcelone. Après avoir successivement éliminé Guillermo García-López, Robert Farah, Janko Tipsarević, et Fernando Verdasco sans céder le moindre set, il s'impose en finale face à David Ferrer sur le score de 7-61 7-5, s'adjugeant ainsi le 48e titre de sa carrière. Rafael Nadal porte sa série à 20 victoires consécutives sur la « surface ocre ».

La semaine suivante, il débute le Masters de Madrid, lequel se joue sur une nouvelle terre battue de couleur bleue, que de nombreux joueurs dont lui-même critiquent avant le début du tournoi[82]. Il porte sa série de victoires consécutives sur terre battue à 21 contre Nikolay Davydenko (6-2, 6-2), mais fini par s'incliner contre son compatriote Fernando Verdasco après plus de 3 heures de jeu (6-3, 3-6, 7-5). Contrarié par la nouvelle surface, il déclare ne pas vouloir revenir l'an prochain à Madrid si les conditions ne changent pas[83]. Le numéro 1 mondial Novak Djokovic, également défait tôt dans le tournoi, sous-entend peu ou prou la même chose[84].

Lors du tournoi suivant à Rome, Nadal remporte le 49e trophée de sa carrière et le 21e Masters 1000, un record. Après avoir sorti l'Allemand Florian Mayer, il s'impose face à son compatriote Marcel Granollers très facilement. Son tournoi ne débute véritablement qu'en 1/4 de finale, face au Tchèque Tomáš Berdych, no 7 mondial et en forme après sa finale à Madrid (perdue face à Roger Federer), qu'il domine en deux manches 6-4, 7-5. En demi-finale, le Majorquin domine David Ferrer(tête de série no 6), 7-66 6-0 et retrouve Novak Djokovic en finale, pour un remake de la finale de Monte-Carlo quelques semaines plus tôt. Rafael Nadal l'emporte à nouveau en deux sets 7-5, 6-3 et récupère ainsi sa deuxième place mondiale (abandonnée une semaine auparavant au détriment du Suisse Roger Federer)

À Roland-Garros, Nadal fait figure de favori, avec comme objectif de remporter son 7e titre et de battre ainsi le record de Björn Borg. Après deux premiers tours contre l'italien Simone Bolelli (6-2, 6-2, 6-1) et l'Ouzbek Denis Istomin (6-2, 6-2, 6-0), il domine aisément les Argentins Eduardo Schwank (6-1, 6-3, 6-4) et Juan Mónaco (no 13, 6-2, 6-0, 6-0), contre qui il aligne 17 jeux d'affilée. Puis il se défait facilement de ses compatriotes Nicolás Almagro (tête de série no 12) 7-64, 6-2, 6-3 et David Ferrer (tête de série no 6) 6-2, 6-2, 6-1, et se qualifie pour sa 7e finale à Roland-Garros en 8 participations.

Il y retrouve son rival Novak Djokovic, tête de série no 1, contre qui il a perdu ses trois dernières finales de Grand Chelem. Mais l'Espagnol le domine en quatre manches (6-4, 6-3, 2-6, 7-5), après un match interrompu plusieurs fois par la pluie et qui s'est terminé le lundi — une première depuis 1973, où la finale s'était même jouée le mardi. Il s'agit là de son septième succès sur la terre battue de la Porte d'Auteuil, battant ainsi le record de Björn Borg, et de son onzième en Grand Chelem.

Avant d'aborder Wimbledon, Nadal fait son retour à Halle, tournoi qu'il n'avait plus disputé depuis 2005. Le Majorquin est sorti en 1/4 de finale par l'Allemand Philipp Kohlschreiber, tenant du titre.

Il bat ensuite Thomaz Bellucci au 1er tour du Tournoi de Wimbledon 2012, puis s'incline à la surprise générale au tour suivant face au Tchèque Lukáš Rosol (100e mondial), en cinq sets (7-69, 4-6, 4-6, 6-2, 4-6). C'est la première fois depuis 2005, déjà à Wimbledon, que Rafael Nadal est éliminé si tôt lors d'un tournoi du Grand Chelem.

Le , il déclare forfait pour les Jeux Olympiques alors qu'il devait être porte-drapeau de la délégation espagnole. N'étant pas prêt physiquement à faire son retour, il déclare forfait pour les US Open Series (Toronto et Cincinnati) puis pour l'US Open (27 août - 12 septembre 2012) où il était finaliste l'an dernier. Il dit pouvoir faire son retour pour la demi-finale de Coupe Davis face aux États-Unis qui se jouera du 15 au 17 septembre 2012 à Gijón mais y renonce aussi finalement. Toujours blessé au genou gauche, il dit tenter de tout faire pour effectuer son retour sur le circuit en 2013, notamment pour l'open d'Australie.

À l'issue d'une saison interrompue sur blessure au mois de juillet, il rétrograde au classement et finit à la quatrième place mondiale à l'ATP[85].

2013 : 8e succès à Roland-Garros (record), 4 victoires lors de la tournée nord-américaine (Indian Wells, Cincinnati, Montréal, US Open) et retour à la 1re place mondiale[modifier | modifier le code]

Normalement prévu au tournoi d'exhibition d'Abu Dhabi, puis à l'Open de Doha, et enfin à l'Open d'Australie, mais à chaque fois repoussé pour des raisons médicales, le retour à la compétition de Rafael Nadal a lieu au tournoi ATP 250 Series du Chili à Viña del Mar, sur terre battue, début février.

Forfait, donc perdant ses 1 200 points gagnés grâce à sa finale atteinte lors de l'Open d'Australie 2012, il cède sa 4e place mondiale à David Ferrer[86] à l'issue du tournoi australien fin janvier.

Le cinquième joueur mondial reprend donc finalement la compétition à l'Open du Chili, à Viña del Mar, en tant que tête de série no 1 et wild card du tournoi. Il bat successivement Federico Delbonis (6-3, 6-2), Daniel Gimeno-Traver (6-1, 6-4), Jérémy Chardy (6-2, 6-2), avant de s'incliner en finale contre Horacio Zeballos (7-6, 6-7, 4-6).

Il joue ensuite le tournoi de São Paulo lors duquel il dispute un match en double avec David Nalbandian avant de déclarer forfait pour se consacrer au simple. Il l'emporte tout d'abord contre le qualifié brésilien et 140e mondial João Souza (6-3, 6-4). En quarts de finale, il affronte un joueur argentin spécialiste de terre battue, Carlos Berlocq, en forme en ce début de saison. Rafa réussit à l'emporter à l'arraché en faisant preuve d'une admirable ténacité (3-6, 6-4, 6-4). Ce match a aussi permis de voir que Rafa est encore loin de son meilleur niveau ; néanmoins, il a gardé son caractère hyper combatif d'antan. Il remporte sa demi-finale, là encore difficilement, contre le lucky loser Martín Alund (6-3, 6-7, 6-1). En finale, alors qu'on s'attend à un combat difficile, il s'impose aisément face à David Nalbandian (6-2, 6-3). À noter que Rafa était mené (3-0) dans le deuxième set avec un double break contre lui. Cette victoire lui permet de remporter son premier titre depuis sept mois, le 51e de sa carrière et le 37e sur terre battue. Après une semaine de repos, Nadal entame l'ATP 500 d'Acapulco dont il est tête de série no 2. Après de très larges victoires face aux Argentins Schwartzman, Alund et Mayer, il accède aux demi-finales lors desquelles il élimine son compatriote Nicolás Almagro (7-5, 6-3) avant de remporter son 52e titre le lendemain face à David Ferrer, alors 4e mondial, sur le score sans appel de 6-0, 6-2.

Après quelques incertitudes, Nadal se rend en Californie pour participer au tournoi d'Indian Wells. Après un premier tour bien négocié contre l'espoir américain Ryan Harrison (7-6, 6-2), il bénéficie du forfait de Leonardo Mayer, avant de battre le joueur en forme du moment, Ernests Gulbis (4-6, 6-4, 7-5), après être passé à 2 points de la défaite. En quart de finale, il remporte sa 19e victoire en 29 confrontations face à son grand rival Roger Federer (légèrement diminué par une douleur dorsale) sur un score de 6-4, 6-2. En demi-finale, Nadal continue sa bonne semaine en s'offrant Tomáš Berdych (6-4, 7-5), ce qui constitue sa troisième victoire contre un top 10 depuis son retour.

En finale, il défait en trois manches l'Argentin Juan Martín del Potro (4-6, 6-3, 6-4), et redevient ainsi le seul détenteur du record de titres en Masters 1000 (22), qu'il codétenait avec Roger Federer depuis août 2012. Lors de ce match, le Majorquin remonte un déficit d'un set et un break avant de refaire son retard et de s'imposer. Cette victoire, la troisième en quatre tournois depuis son retour, correspond à sa 600e victoire sur le circuit principal et lui permet de récupérer la quatrième place au dépens de David Ferrer. C'est aussi son premier titre sur dur depuis 29 mois (Tokyo en 2010 contre Gaël Monfils). Afin de préserver son genou pour la tournée européenne sur terre battue qui commence début avril à Monte Carlo (où il est octuple tenant du titre), il décide de déclarer forfait à Miami (Master 1000).

Nadal fait son retour à Monte-Carlo où il domine Marinko Matosevic (6-1, 6-2) puis Philipp Kohlschreiber (6-2, 6-4). En quarts de finale, il affronte la valeur montante Grigor Dimitrov. Abordant le match avec des bandes dans la bas du dos (il avouera après la rencontre souffrir du dos), Nadal s'impose difficilement en trois sets (6-2, 2-6, 6-4). Dimitrov entre dans la catégorie des rares joueurs à avoir pris un set à l'Espagnol à Monte-Carlo, Nadal ayant remporté avant cette rencontre 67 des 69 derniers sets disputés sur ce tournoi. En demi-finale, Nadal prend la mesure de Jo-Wilfried Tsonga (6-3, 7-63). Durant ce match, l'Espagnol a mené 5-1 dans la seconde manche avant de voir le Français revenir. Il dispute sa 9e finale consécutive sur le Rocher, un record, mais s'incline cependant lors de cette finale pour la première fois depuis dix ans à Monte-Carlo, face à Novak Djokovic (2-6, 61-7).

Nadal continue sa route au tournoi de Barcelone. Il gagne le tournoi en remportant la finale contre Nicolás Almagro (6-4, 6-3).

Après son succès à Barcelone, Rafa participe au Masters de Madrid. Lors des quarts de finale, son compatriote David Ferrer le domine pendant près de 2 h, passant à 2 points du match lors du second set (6-4, 6-5 - 15/30 sur le service de Nadal) mais échoue au tie-break (7 points à 3 pour Nadal). Finalement, Nadal remporte le 3e set 6-0 et se qualifie ainsi pour les demi-finales, où il rencontre à nouveau un compatriote Pablo Andújar. Au terme d'un match beaucoup moins disputé que la veille (6-0, 6-4 en 1 h 16), Nadal file vers sa 7e finale en autant de tournoi depuis son retour à la compétition en février. En finale, Rafael Nadal l'emporte contre le Suisse Stanislas Wawrinka (6-2, 6-4) sans avoir à sauver la moindre balle de break. Il met ainsi fin à une très bonne série de victoire pour le Suisse, qui venait de remporter le tournoi d'Estoril avant cette finale. C'est le troisième titre au Masters de Madrid pour Nadal (le second depuis qu'il se joue sur terre battue) et son cinquième titre en 2013.

Après Madrid, il enchaîne par une victoire au Masters de Rome. Il élimine successivement Fabio Fognini (6-1, 6-3), Ernests Gulbis (1-6, 7-5, 6-4), puis en quarts de finale David Ferrer (6-4, 4-6, 6-2), et en demi-finale Tomáš Berdych (6-2, 6-4). En finale, il retrouve Roger Federer, qu'il bat en 2 sets (6-1, 6-3) en 1 h 9. C'est son septième titre à Rome.

Il aborde les Internationaux de France de tennis 2013 comme grand favori. Le tirage au sort le place dans la même partie de tableau que le no 1, Novak Djokovic, annonçant alors une demi-finale explosive entre les deux rivaux. Rafa passe le premier tour contre l'Allemand Daniel Brands en perdant au passage le premier set, ce qui étonne étant donné son absolue domination pendant l'édition précédente. C'est la première fois qu'il perd le premier set de son premier match à Roland Garros. Il gagne tout de même en quatre manches (4-6, 7-64, 6-4, 6-3). Au deuxième tour, Nadal perd encore le premier set face au Slovaque Martin Kližan, qu'il bat également en quatre manches (4-6, 6-3, 6-3, 6-3). Au troisième tour, il est encore bousculé par l'Italien Fabio Fognini, no 27, mais gagne son premier match en 3 sets du tournoi (7-65, 6-4, 6-4). Il continue son chemin en dominant le Japonais Kei Nishikori, no 15, (6-4, 6-1, 6-3) en huitièmes de finale, puis en balayant ensuite le Suisse et tête de série no 9 Stanislas Wawrinka (6-2, 6-3, 6-1) en quarts de finale, dissipant tous les doutes sur son niveau de jeu. Il atteint alors le dernier carré et est opposé au Serbe Novak Djokovic en demi-finale. Les deux joueurs disputent un match en cinq sets épique et truffé de rebondissements dont il sort finalement vainqueur, après 4 h 37 de combat (6-4, 3-6, 6-1, 63-7, 9-7). Durant le 5e set, Nadal perd son service dès le premier jeu. Djokovic mène 4-3, lorsqu'une erreur à la volée lui fait toucher le filet et offre à Nadal une possibilité de debreak qu'il concrétise. Revenu à égalité de score, Nadal reprend l'avantage sur le Serbe qu'il ne lâchera plus. Djokovic à trois reprises sert pour rester dans le match, avant de s'incliner à la quatrième cédant sur un service blanc. Le 9 juin 2013, il gagne pour la 8e fois en 9 participations le tournoi de Roland-Garros en battant son compatriote David Ferrer en finale en 2 h 17 de jeu (6-3, 6-2, 6-3). Rafael Nadal remporte à cette occasion le 12e titre du Grand Chelem de sa carrière et devient le seul joueur de l'histoire du tennis à détenir huit coupes d'un même tournoi du Grand Chelem.

Le 24 juin 2013, Rafael Nadal débute son premier tournoi de l'année sur gazon à Wimbledon, sans avoir participé à aucun tournoi de préparation sur gazon. Il est battu dès le premier tour en trois manches par le Belge Steve Darcis (7-6, 7-6, 6-4), classé 135e mondial qui devient ainsi le premier joueur à éliminer l'Espagnol au premier tour d'un Grand Chelem. Rafael Nadal met ainsi un terme à sa série de neuf finales consécutives depuis son retour à la compétition.

Il reprend la compétition début août 2013, au Masters du Canada. Il s'extrait aisément des premiers tours en 2 sets jusqu'en demi-finales où il affronte le Serbe Novak Djokovic pour la première fois sur dur depuis l'Open d'Australie 2012. Nadal domine les échanges breakant par 2 fois Djokovic dans le premier set, menant 5-2. Il se fait surprendre et débreaker mais confirme sa mise en jeu pour conclure ce set 6-4. Dans le deuxième set, Novak hausse son niveau de jeu, breakant l'Espagnol alors que celui-ci est mené 4-3. Le no 1 mondial ne se prive pas pour égaliser à une manche partout sur le score de 6-3. Dans le dernier set, aucun des 2 joueurs ne lâche son engagement. La rencontre finit au tie-break où Rafa impose son rythme et se permet de mener 6-0 face à Novak. Il termine ce jeu décisif 7-2, lui permettant ainsi d'accéder à sa 3e finale à Montréal (après 2005 et 2008) face à la tête de série no 11, Milos Raonic[87]. Il domine de la tête et des épaules le jeune Canadien en 1 h 8 sur le score de 6-2, 6-2, remportant ainsi son 25e Masters 1000[88].

Il enchaîne la semaine suivante avec le Masters de Cincinnati, tournoi qu'il n'a jamais remporté. Il accède jusqu'en quart de finale face à son rival préféré, Roger Federer. Les deux hommes livrent un match de haut niveau, avec un Suisse agressif et déterminé. Il remporte le premier set 7-5. Mais Nadal arrive à contrer Roger, le poussant à la faute et à empocher les 2 sets suivants, 6-4, 6-3 pour un match d'une durée de 2 h 15[89]. En demi-finale, Rafa affronte Tomáš Berdych, tête de série no 6. Les deux hommes, servant très bien dans le premier set, se répondent coup sur coup. Mais Nadal maîtrise la plupart des échanges et breake le Tchèque au meilleur moment pour conclure ce set 7-5. Le début du deuxième set ressemble au premier, mais Berdych parvient à breaker Nadal, qui commet davantage de double-fautes, pour mener 4-2. Cependant, Rafa réagit rapidement en débreakant puis en concluant laborieusement son service pour revenir à 4-4. Le set file vers un tie-break où Nadal mène rapidement au score. Il conclut finalement à 7-4 sur une faute de Berdych. Nadal affronte en finale l'Américain John Isner, tombeur de Richard Gasquet, Novak Djokovic et Juan Martín del Potro[90]. Il a désormais atteint dans sa carrière la finale de tous les Masters 1000, ce que seuls Novak Djokovic et Roger Federer avaient réalisé. La finale est très disputée face au géant américain (2,08 m), excellent serveur obligeant même Nadal à sauver 3 balles de set dans la première manche. Finalement, l'Espagnol s'adjuge un nouveau titre en disposant d'Isner 7-68, 7-63[91].

Nadal gagne là son 26e Masters 1000, améliorant son propre record de Masters 1000 remportés en carrière, et le 5e de la saison, égalant celui de Novak Djokovic en 2011. Il conserve son invincibilité sur dur avec sa 15e victoire en autant de matchs cette saison.

Il arrive en tant que grand favori à l'US Open. Au premier tour, il affronte Ryan Harrison qui bénéficie d'une wild card qu'il bat sans difficultés (6-4, 6-2, 6-2). Il bat également largement au deuxième tour le qualifié Rogério Dutra Silva sur le score de (6-2, 6-1, 6-0). Au troisième tour, il fait un match solide et gagne sans problème face à Ivan Dodig (6-4, 6-3, 6-3). Pour son premier vrai test du tournoi, il affronte Philipp Kohlschreiber, tombeur de John Isner au tour précédent. L'Allemand va prendre le premier set du tournoi à l'Espagnol mais Nadal va finalement remporter ce match (6-7, 6-4, 6-3, 6-1). En quarts de finale, il balaie en 1 h 40 son compatriote Tommy Robredo, vainqueur de Roger Federer au tour précédent, sur le score sans appel de (6-0, 6-2, 6-2). C'est le quart de finale le plus rapide de l'US Open depuis celui d'Ivan Lendl face à Derrick Rostagno en 1988. En demi-finale, il retrouve Richard Gasquet qu'il a déjà battu 10 fois en 10 confrontations. Le Français est le premier joueur à breaker l'Espagnol dans ce tournoi au cours du 2e set, mais va finalement le perdre au tie break et Nadal va s'imposer en 3 sets (6-4, 7-61, 6-2).

Il rejoint en finale le numéro 1 mondial, Novak Djokovic pour une 37e confrontation ce qui est un record dans l'ère Open. Le Serbe est assuré de rester au sommet du classement ATP mais si Nadal gagne, il n'aurait plus que 120 points d'avance. Rafa remporte le premier set de cette finale 6-2 en dominant Novak dans tous les compartiments du jeu mais, dans le deuxième set, le Serbe se réveille et joue à un très haut niveau. Il breake Rafa après un échange de 54 coups et gagne le set 6-3. Le troisième set voit Novak breaker d'entrée sur un jeu blanc pour s'envoler mais Rafa débreake. À 4-4 service Nadal, Djokovic obtient 3 balles de break et mène 0-40. Rafa sauve ces balles notamment la dernière sur son premier ace du match et valide son jeu. Sur le service du Serbe, l'Espagnol parvient à breaker et empoche ce troisième set 6-4. Ce jeu perdu à 4 partout par Novak va être le tournant de cette rencontre. Novak perd complètement pied dans ce quatrième set et Rafa remporte la finale de l'US Open (6-2, 3-6, 6-4, 6-1) et conclut l'année 2013 sur dur par 22 victoires en autant de matchs. L'Espagnol remporte ainsi son 13e titre du Grand Chelem, son deuxième titre à l'US Open et par la même occasion l'US Open Series, qui prime le joueur victorieux de l'US Open d'un montant d'un million de dollars.

Rafael Nadal devient le 3e joueur le plus titré de l'histoire en Grand Chelem, à seulement 1 longueur de Pete Sampras et 4 de Roger Federer.

Il enchaine le week-end suivant avec la Coupe Davis, où il aide l'équipe d'Espagne à se maintenir dans le groupe mondial contre l'Ukraine en battant Serhiy Stakhovsky (6-0, 6-0, 6-4) et en remportant le double aux côtés de Marc López (6-2, 6-7, 6-3, 6-4) contre Denys Molchanov et Serhiy Stakhovsky. C'est sa 21e victoire consécutive en simple, contre une défaite, en Coupe Davis et sa 3e victoire en double. Il était prévu au départ qu'il joue le simple du vendredi et celui du dimanche, mais il a finalement joué le double et laissé sa place pour le dernier simple, la qualification de l'Espagne étant déjà acquise (5-0 score final).

Rafa participe ensuite à l'Open de Chine où il peut retrouver la première place mondiale en cas de finale ou en cas de non victoire de Djokovic. Il remporte ses deux premiers tours en deux sets (contre Santiago Giraldo (6-2, 6-4) malgré deux breaks contre lui et face à l'Allemand Philipp Kohlschreiber (6-4, 7-63)). En quarts de finale, il remonte une situation désespérée : mené 6-2, 4-1 par Fabio Fognini, il remporte finalement le match (2-6, 6-4, 6-1). En demi-finale, son adversaire Tomáš Berdych abandonne après 6 jeux (4-2, ab.), ce qui assure à Rafa de redevenir numéro 1 mondial le lundi suivant, quel que soit le résultat de la finale. Il n'avait plus atteint cette place depuis le 3 juillet 2011. En finale donc, l'Espagnol affronte Novak Djokovic pour la 38e fois de sa carrière. C'est Novak Djokovic qui remporte le match (6-3, 6-4) et ainsi le tournoi.

Il poursuit sa route au Masters de Shanghai où il sort consécutivement Alexandr Dolgopolov (6-3, 6-2), Carlos Berlocq (6-1, 7-6) et Stanislas Wawrinka (7-6, 6-1) mais il finit par perdre en demi-finale face à un Juan Martín del Potro de gala (6-2, 6-4). Après Shanghai, il arrive au Masters de Paris-Bercy où il élimine successivement son compatriote Marcel Granollers (7-5, 7-5), le finaliste de la dernière édition Jerzy Janowicz (7-5, 6-4) et le Français Richard Gasquet qu'il bat devant son public (6-4, 6-1) en quarts de finale. Il est cependant battu en demi-finale par un excellent David Ferrer (6-3, 7-5). Rafael Nadal prévoit ensuite de jouer la Masters Cup de Londres qu'il tente de remporter pour la première fois, après une finale en 2010 perdue contre Federer en 3 sets.

Lors de cette Masters Cup, il remporte ses trois matches de poule contre David Ferrer (6-3, 6-2), Stanislas Wawrinka (7-6, 7-6) et Tomáš Berdych (6-4, 1-6, 6-3), ce qui lui permet d'être assuré de terminer l'année à la place de no 1 mondial. Il termine donc premier de son groupe. En demi-finales, il se défait de Roger Federer (7-5, 6-3) avant de s'incliner en finale face à Novak Djokovic (6-3, 6-4).

Il termine l'année en jouant un match-exhibition le 23 novembre contre David Nalbandian au stade de La Rural, à Buenos Aires en Argentine, pour ce qui est le dernier match de la carrière de Nalbandian, celui-ci décidant d'arrêter, handicapé par de nombreuses blessures à l'épaule. Novak Djokovic est également présent lors de cette exhibition.

Rafael Nadal a réalisé une année 2013 remarquable avec 10 titres à la clé et la reconquête de la place de numéro 1 mondial. Il est notamment élu Champion des champions par L'Équipe pour la 2e fois de sa carrière après 2010 et obtient le trophée de no 1 mondial par ATP pour la 3e fois après 2008 et 2010. Il est également désigné plus grand sportif espagnol de l'histoire par le quotidien sportif Marca [92] ou encore athlète de l'année aux United States Sports Academy[93].

Caractéristiques de son jeu[modifier | modifier le code]

Rafael Nadal base son jeu en premier lieu sur une défense redoutable, étant très difficile à déborder. Il est un des meilleurs relanceurs du circuit[95]. Sa principale tactique consiste à exploiter le point faible de son adversaire (par exemple le revers de Roger Federer ou le coup droit d'Andy Murray) grâce à son lift, l'empêchant ainsi de passer à l'attaque, pour pouvoir défendre le plus facilement possible. Si l'adversaire décide de se décaler pour se protéger, il doit alors laisser une grande ouverture, qu'exploite Nadal, l'obligeant à courir sans arrêt.

La première caractéristique du jeu de Nadal est donc son lift et sa défense. En effet, ses balles jouées en coup droit reviennent très vite vers le sol, et rebondissent très haut après le rebond, ce qui lui permet une grande marge de manœuvre contrairement à la plupart des joueurs qui ont une frappe plus plate, plus puissante, mais aussi plus sujette aux fautes directes. La seconde est d'être gaucher[96]. Effectivement, les gauchers posent souvent problème aux droitiers, que ce soit sur le service (les balles reviennent sur le corps à cause de l'effet de gauche à droite) ou dans le jeu (le coup droit croisé de gaucher de Nadal arrive sur le revers de son adversaire). Il détient par ailleurs le meilleur pourcentage de victoires contre des gauchers dans l'histoire de l'ATP[97]. La troisième caractéristique de son jeu est son service. L'effet qu'il met dans ses frappes peut lui permettre de faire des aces même à 160 km/h (slice), ou de mettre son adversaire en difficulté, mais il est aussi capable depuis 2010 de servir régulièrement au-dessus des 200 km/h et ainsi de bénéficier de plus de points rapides. Ces trois spécificités sont pour beaucoup dans l'hégémonie que Nadal entretient dans les tournois sur terre battue. On peut aussi y ajouter son passing, et des qualités de combativité exceptionnelles. En effet, Nadal joue chaque point comme s'il s'agissait d'une balle de match, et par conséquent, il faut que son adversaire joue son tout meilleur tennis pour pouvoir le battre, et ce d'autant plus que Nadal commet peu de fautes directes.

Enfin, la grosse majorité des spécialistes s'accordent à dire que Nadal est un redoutable tacticien[98]. Sa connaissance du court et la maîtrise de sa frappe de balle lui valent de jouer le long des lignes avec régularité[99].

Évolution de son jeu[modifier | modifier le code]

Alors qu'au début de sa carrière il se contentait presque exclusivement de défendre, son jeu se porte de plus en plus vers l'avant. À score égal, ses matchs sont d'ailleurs beaucoup plus courts aujourd'hui qu'à ses débuts mais il commet un peu plus de fautes.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous récapitule le classement mondial de Rafael Nadal dans les différents secteurs de jeu au fil des années[100].

Secteurs de jeu en 2004 en 2005 en 2006 en 2007 en 2008 en 2009 en 2010 en 2011 en 2012 en 2013
(01/01 au 09/09)
% ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position % ou Nb Position
Nombre de matches joués 47 89 76 85 93 80 81 78 48 63
AU SERVICE :
Aces 57 136e 219 54e 240 48e 238 45e 283 39e 219 53e 310 33e 267 36e 160 64e 172 55e
Pourcentage de 1er service 70 % 1er 69 % 1er 69 % 4e 68 % 5e 69 % 4e 68 % 5e 67 % 7e 68 % 6e 67 % 6e 70 % 3e
Points gagnés sur le 1er service 67 % 52e 71 % 31e 72 % 27e 73 % 25e 72 % 33e 71 % 35e 75 % 16e 71 % 29e 75 % 14e 74 % 27e
Points gagnés sur le 2nd service 54 % 10e 57 % 2e 57 % 2e 56 % 3e 60 % 1er 57 % 3e 60 % 1er 57 % 2e 57 % 2e 57 % 2e
Jeux de service remportés 77 % 43e 84 % 11e 86 % 4e 86 % 5e 88 % 5e 84 % 16e 90 % 2e 83 % 15e 88 % 4e 89 % 3e
Balles de break sauvées 61 % 30e 64 % 11e 68 % 4e 67 % 5e 67 % 5e 65 % 16e 69 % 2e 64 % 12e 71 % 4e 71 % 2e
EN RETOUR DE SERVICE :
Points gagnés en retour de 1er service 33 % 10e 37 % 1er 32 % 17e 35 % 3e 34 % 1er 33 % 4e 31 % 14e 34 % 4e 38 % 1er 36 % 1er
Points gagnés en retour de 2nd service 53 % 8e 57 % 1er 54 % 7e 54 % 4e 55 % 1er 57 % 1er 55 % 1er 57 % 2e 55 % 3e 55 % 5e
Jeux de retour remportés 30 % 9e 38 % 1er 29 % 12e 33 % 2e 33 % 1er 34 % 1er 29 % 6e 34 % 3e 38 % 1er 35 % 1er
Balles de break converties 43 % 10e 46 % 4e 43 % 18e 44 % 11e 45 % 6e 47 % 1er 44 % 8e 46 % 3e 49 % 1er 47 % 2e


Le service[modifier | modifier le code]

Nadal au service

Le service est un des secteurs de jeu de Rafael Nadal ayant le plus progressé au fil des années[101],[102]. Alors qu'il ne servait en moyenne qu'à 158 km/h en 2003, il est monté à 184 km/h de moyenne en 2008[103]. À l'US Open 2010, il sert en moyenne à 190 km/h et réalise face à son compatriote Feliciano López le service le plus rapide de sa carrière mesuré à 217 km/h[104]. Un mois plus tard, il totalise 18 aces en demi-finale de l'Open du Japon contre Viktor Troicki, l'un des meilleurs résultats de sa carrière dans un match en 2 sets gagnants[105]. Son service s'est amélioré grâce à un changement de prise de raquette[106]. Ses principales statistiques au service sont en hausse en 2010 (voir tableau ci-dessus), il est notamment le deuxième joueur du circuit à avoir remporté le plus facilement ses engagements, cependant son pourcentage de premières balles a légèrement baissé du fait de cette prise de risque[107]. Rafael Nadal sert rarement sur le T ; il préfère son long service slicé de gaucher qui est capable, même à faible puissance, de faire sortir l'adversaire du court sur son côté revers pour remporter le point en deux coups de raquette. Il fait relativement peu d'aces mais travaille énormément les effets, rendant la balle difficile à contrôler pour le receveur.

Le coup droit[modifier | modifier le code]

Nadal s'apprêtant à effectuer un coup droit lifté

Le coup droit de Rafael Nadal est son meilleur coup[108]. Le joueur espagnol fut le premier à utiliser le coup droit lasso, qui permet d'imprimer énormément d'effet à la balle. Son coup droit long de ligne sort sur les côtés avant de revenir dans le court grâce au puissant effet lifté qu'il imprime à sa frappe, mettant la balle hors de portée de ses adversaires. Il est considéré comme l'un des meilleurs passeurs au monde. Le type de cordage qu'il utilise lui permet de frapper la balle avec puissance de n'importe quel angle sans commettre de faute (voir rubrique « Équipement » plus bas). Il est capable de relever et réaccélérer les balles slicées comme on a pu le constater lors de ses matchs à Wimbledon contre Roger Federer notamment. Le coup droit de Nadal est l'arme grâce à laquelle il prépare sa stratégie d'attaque : parallèle, croisé ou long afin de maintenir l'adversaire à distance, puis tirer profit des mauvais retours pour conclure le point.

Le revers[modifier | modifier le code]

Nadal effectuant un revers

Longtemps considéré comme l'un des points faibles de Rafael Nadal, il s'est amélioré au fil du temps jusqu'à être capable de faire des points gagnants, mais a su surtout avoir une bonne longueur de balle. Sa prise de raquette à deux mains lui permet de trouver des angles profonds, notamment en passing de revers. Cependant lorsqu'il s'engage dans une bataille en revers contre son adversaire, il se contente très souvent de renvoyer une balle croisée très profonde, mais peut aussi trouver des angles extraordinaires. Sa tactique, dans ce cas précis, est de repousser son adversaire hors des limites du court avant de conclure le point en coup droit dans le côté opposé[108]. Contrairement à son coup droit qui est long et fluide, le revers de Nadal est parfois court. Depuis 2008, il bénéficie d'une belle qualité de slice de revers lui permettant de casser le rythme des échanges ou de se replacer.

La volée[modifier | modifier le code]

Nadal effectuant une volée de revers

Rafael Nadal est essentiellement un joueur de fond de court qui ne monte au filet que lorsqu'une occasion claire se présente. Il fait rarement des service/volée[108]. Nadal est pourtant un volleyeur très correct[101] comme il l'a montré lors de ses matchs de double avec ses compatriote Tommy Robredo ou Marc López. Sa volée sur dur est cependant un peu moins nette que sur terre où il a essentiellement à jouer des volées posées[99]. Il est intéressant de noter que pour son retour de blessure lors de la tournée américaine de terre battue de février 2013, Nadal a utilisé plus souvent la tactique du service-volée afin de soulager dans un premier temps ses genoux meurtris durant 7 mois.

Défense[modifier | modifier le code]

Au-delà de ses coups, la principale qualité de Rafael Nadal est qu'il se bat sur tous les points comme si le sort du match en dépendait. Sa couverture de terrain fait de lui le meilleur joueur au monde sur terre battue où il est pratiquement indébordable. Il sait néanmoins adapter son style de jeu à la surface, il se montre ainsi beaucoup plus agressif sur dur et tente de terminer les points plus rapidement, même si son jeu reste basé sur une défense puissante. Ses matchs sont moins longs que par le passé et il se tient désormais plus à l'intérieur du court, se montrant agressif et prenant l'échange à son compte. Nadal est devenu au fil des années un joueur toutes surfaces[109], même si sa surface favorite reste la terre battue. Ses titres en Grand Chelem autres que Roland-Garros le prouvent bien (2 Wimbledon, 1 Open d'Australie, 2 US Open). Nadal est considéré comme le meilleur joueur sur terre battue en défense au monde.

Physique[modifier | modifier le code]

Rafael Nadal a hérité de bonnes qualités physiques. Au repos, son cœur bat à 60 pulsations par minute. En match, il atteint 180 et jusqu'à 200 en cas d'effort très intense. Ses résultats au test Bosco - évaluation de la force, et plus particulièrement de la force des jambes - montrent une puissance au-dessus de la moyenne des joueurs du circuit. Sa vitesse de course peut atteindre celle d'un sauteur en longueur et son endurance celle d'un coureur cycliste ou d'un marathonien, ce qui explique en partie sa résistance à l'effort[110]. Nadal entretenait cette condition physique par de nombreuses séances de footing qui ont été remplacées en 2005 par des séances de nage, de rame et de vélo, à la suite d'une blessure au pied apparue cette année-là[111]. En 2007 et 2008, il réduit ses séances physiques afin de s'affiner et éviter les risques de blessures liés à l'usure des articulations[112]. En 2009, Nadal connait une saison sur terre battue très intense avec pas moins de quatre tournois disputés presque consécutivement en moins d'un mois. Ce surmenage est en partie la cause de son échec à Roland-Garros et l'a également contraint à déclarer forfait pour le tournoi du Queen's ainsi qu'à Wimbledon. Ces mauvais résultats lui ayant coûté sa place de numéro 1 mondial, il a déclaré qu'il se concentrerait à présent sur les tournois majeurs[113]. L'année suivante, il applique ces déclarations en renonçant au tournoi de Barcelone dont il est pourtant quintuple tenant du titre, afin de se reposer. Grâce à cela, il réalise une saison parfaite sur terre battue en remportant les trois Masters 1000 et Roland Garros, et redevient no 1 mondial. Il remporte même dans la foulée Wimbledon et l'US Open.

Cependant, en dépit de ce physique exceptionnel, Rafael Nadal a dû composer avec de nombreuses blessures durant sa carrière, principalement aux genoux, qui l'ont parfois tenu éloigné durant de longs moments des courts[114]. Nadal, alors qu'on l'interrogeait à ce sujet, a évoqué les dangers des courts en dur : « J'ai gagné assez sur cette surface maintenant pour être capable de donner mon avis. Rien ne va changer pour moi, mais pour les générations futures, s'ils veulent des carrières longues, les joueurs doivent moins jouer sur dur. Les surfaces en dur sont plus agressives pour le corps. C'est une vérité médicale. Ils sont plus durs pour les articulations, les genoux, les pieds, les chevilles et le dos, pour tout. »[115]

Sang-froid[modifier | modifier le code]

Rafael Nadal sait faire preuve de sang-froid lorsqu'il se retrouve mené. Il parvient à élever son niveau de jeu alors que la majorité de joueurs perdraient leurs moyens. Ce mental d'acier[116] pendant les instants décisifs a occasionné d'étonnants retournements de situation comme au Masters d'Indian Wells 2009 où, mené 3-5 au deuxième set par David Nalbandian, il sauve 5 balles de match et gagne 6-0 au troisième, ou encore au Masters de Hambourg 2008 face à Roger Federer où Nadal réussit à remporter le premier set 7-5 après avoir pourtant été mené 1-5. Au Masters d'Indian Wells 2008, il remonte même un déficit de 2-5 au 3e set face à Jo-Wilfried Tsonga pour l'emporter 7-5, un scénario en tout point identique au premier set de la finale de Roland Garros 2011 face à Roger Federer, tournoi au cours duquel il remportait déjà un set en étant mené 1-5, 0-40 par Pablo Andújar au 2e tour. Si Nadal parvient à gagner en défiant la logique du score ou les qualités du jeu adverse, c'est parce qu'il ne joue pas en fonction du score : il joue tous les points avec la même intensité tout en étant particulièrement concentré sur les points importants[96]. Il sent parfaitement la fébrilité adverse quand il s'agit de conclure, car il est lui-même soumis à cette même pression. S'il se retrouve derrière au score, il essaie de ne pas reculer, obligeant l'adversaire à tenter l'impossible pour le déborder et souvent il revient grâce à la précipitation de ses adversaires s'échinant à conclure trop vite et à déjouer. Lorsqu'il mène dans les grands événements, il se relâche rarement mentalement ou physiquement : il n'a dans sa carrière perdu que trois matchs de Grand Chelem après avoir remporté le premier set (contre David Ferrer à l'US Open 2007, contre Novak Djokovic à l'Open d'Australie 2012 et à la surprise générale, contre Lukáš Rosol à Wimbledon 2012). Il détenait même, en mai 2011, le meilleur ratio de victoires en 5 sets dans l'histoire de l'ATP avec 82,4 % de victoires[117],[118] (parmi les 200 joueurs ayant joué le plus de matchs en cinq sets). En janvier 2014, il n'est plus que 9e de ce classement.

Les routines[modifier | modifier le code]

Rafael Nadal est réputé pour avoir une capacité de concentration[119], et un mental hors normes[116]. Il entretient notamment cette concentration en effectuant les mêmes gestes régulièrement pendant un match. Ses tocs sont notamment : placer méticuleusement deux bouteilles d'eau toujours au même endroit, en buvant autant dans chacune, déposer toujours de la même manière sa raquette sur sa serviette lors d'un changement de côté, repasser la ligne du fond de court avant chaque échange, tirer sur l'arrière de son short avant chaque échange, se toucher le nez puis les cheveux et rajuster son maillot[120].

Équipement[modifier | modifier le code]

Logo de Rafael Nadal, figurant sur ses différents accessoires.

Rafael Nadal joue actuellement avec la raquette Babolat AeroPro Drive 2005[121]. Maquillée en AeroPro Drive GT 2010, celle-ci se caractérise par sa grande surface de frappe (645 cm2), son poids relativement léger (300 grammes non cordée) et son épaisseur de profil (26 mm). Cependant, au niveau professionnel, la plupart des joueurs utilisent des raquettes personnalisées, des cadres de série, anciens ou actuels, mais avec un équilibre, une inertie et un poids différent. La raquette utilisée par Nadal dans la réalité n'a donc rien à voir avec celle que l'on peut trouver dans le commerce.

Son cordage est le Babolat RPM Blast[122] qui est un copolyester monofilament, cordé à ~24,5 kg~ qui accentue les effets et lui apporte un maximum de contrôle. Ce cordage a été testé chez les plus grands joueurs de la Team Babolat (Rafael Nadal, Andy Roddick et Jo-Wilfried Tsonga), mais seul Rafael Nadal continue à l'utiliser en montage entier. Il est sponsorisé par la marque de montres de luxe Richard mille avec une série limitée a son propre nom qu'il porte à chaque match.

Il joue avec les accessoires de Babolat et les habits que lui prépare Nike[123]. Il porte un bandana Nike dont la couleur est assortie à ses vêtements, et des chaussures de la même marque où son prénom est inscrit Rafa[124] et où est dessiné un taureau (soit sur l'intérieur des chaussures, soit sur la languette arrière). Alors qu'il portait au début de sa carrière des habits au style décontracté (débardeur, pantacourt), il a opté en 2009, c'est-à-dire depuis son accession à la première place mondiale, pour une tenue plus classique : polo et short. Ce changement de style n'est pas sans rappeler Andre Agassi qui, lui aussi, avec la maturité, a opté pour des tenues classiques. Depuis 2011, il laisse transparaître sur ses tenues Nike son logo, représentant une face de taureau, en référence à l'un de ses surnoms (le « taureau de Manacor »), que l'on retrouve également sur son site officiel par exemple[125].

Palmarès et statistiques[modifier | modifier le code]

Parcours en Grand Chelem, au Masters et aux Jeux olympiques à partir de 2003
Année 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Open d'Australie A 3T 1/8 A 1/4 1/2 V 1/4 1/4 F A F
Roland-Garros A A V V V V 1/8 V V V V
Wimbledon 3T A 2T F F V A V F 2T 1T
US Open 2T 2T 3T 1/4 1/8 1/2 1/2 V F A V
Masters Cup - - A 1/2 1/2 A RR F RR A F
JO - A - - - médaille d'or, Jeux olympiques - - - A -

Parcours en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Palmarès en Grand Chelem
Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2003 3e tour (1/16) Drapeau : Thaïlande P. Srichaphan 2e tour (1/32) Drapeau : Maroc Y. El Aynaoui
2004 3e tour (1/16) Drapeau : Australie L. Hewitt 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis A. Roddick
2005 1/8 de finale Drapeau : Australie L. Hewitt Victoire Drapeau : Argentine M. Puerta 2e tour (1/32) Drapeau : Luxembourg G. Müller 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis J. Blake
2006 Victoire Drapeau : Suisse R. Federer Finale Drapeau : Suisse R. Federer 1/4 de finale Drapeau : Russie M. Youzhny
2007 1/4 de finale Drapeau : Chili F. González Victoire Drapeau : Suisse R. Federer Finale Drapeau : Suisse R. Federer 1/8 de finale Drapeau : Espagne D. Ferrer
2008 1/2 finale Drapeau : France J-W. Tsonga Victoire Drapeau : Suisse R. Federer Victoire Drapeau : Suisse R. Federer 1/2 finale Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
2009 Victoire Drapeau : Suisse R. Federer 1/8 de finale Drapeau : Suède R. Söderling 1/2 finale Drapeau : Argentine J.M. del Potro
2010 1/4 de finale Drapeau : Royaume-Uni A. Murray Victoire Drapeau : Suède R. Söderling Victoire Drapeau : République tchèque T. Berdych Victoire Drapeau : Serbie N. Djokovic
2011 1/4 de finale Drapeau : Espagne D. Ferrer Victoire Drapeau : Suisse R. Federer Finale Drapeau : Serbie N. Djokovic Finale Drapeau : Serbie N. Djokovic
2012 Finale Drapeau : Serbie N. Djokovic Victoire Drapeau : Serbie N. Djokovic 2e tour (1/32) Drapeau : République tchèque L. Rosol
2013 Victoire Drapeau : Espagne D. Ferrer 1er tour (1/64) Drapeau : Belgique S. Darcis Victoire Drapeau : Serbie N. Djokovic
2014 Finale Drapeau : Suisse S. Wawrinka
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Palmarès en Grand Chelem
Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2003 1er tour (1/32)
Drapeau : Espagne D. Sánchez
Drapeau : Bahamas M. Knowles
Drapeau : Canada D. Nestor
2004 1/8 de finale
Drapeau : Espagne T. Robredo
Drapeau : Zimbabwe W. Black
Drapeau : Zimbabwe K. Ullyett
1/2 finale
Drapeau : Espagne T. Robredo
Drapeau : Inde L. Paes
Drapeau : République tchèque D. Rikl
2005 1/8 de finale
Drapeau : Espagne A. Costa
Drapeau : Inde M. Bhupathi
Drapeau : Australie T. Woodbridge
2e tour (1/16)
Drapeau : Espagne F. López
Drapeau : Slovaquie D. Hrbatý
Drapeau : Slovaquie M. Mertiňák
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

Année Lieu Résultat Tour Adversaires Victoire / Défaite Scores
2005 Shanghai Forfait
2006 Shanghai Demi-finale Demi-finale
RR
RR
RR
Drapeau : Suisse Roger Federer
Drapeau : États-Unis James Blake
Drapeau : Espagne Tommy Robredo
Drapeau : Russie Nikolay Davydenko
Défaite
Défaite
Victoire
Victoire
4-6, 5-7
4-6, 6-70
7-62, 6-2
5-7, 6-4, 6-4
2007 Shanghai Demi-finale Demi-finale
RR
RR
RR
Drapeau : Suisse Roger Federer
Drapeau : France Richard Gasquet
Drapeau : Espagne David Ferrer
Drapeau : Serbie Novak Djokovic
Défaite
Victoire
Défaite
Victoire
4-6, 1-6
3-6, 6-3, 6-4
6-4, 4-6, 3-6
6-4, 6-4
2008 Shanghai Forfait
2009 Londres Round Robin RR
RR
RR
Drapeau : Suède Robin Söderling
Drapeau : Russie Nikolay Davydenko
Drapeau : Serbie Novak Djokovic
Défaite
Défaite
Défaite
4-6, 4-6
1-6, 64-7
65-7, 3-6
2010 Londres Finale Finale
Demi-finale
RR
RR
RR
Drapeau : Suisse Roger Federer
Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray
Drapeau : États-Unis Andy Roddick
Drapeau : Serbie Novak Djokovic
Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych
Défaite
Victoire
Victoire
Victoire
Victoire
3-6, 6-3, 1-6
7-65, 3-6, 7-66
3-6, 7-65, 6-4
7-5, 6-2
7-63, 6-1
2011 Londres Round Robin RR
RR
RR
Drapeau : France Jo-Wilfried Tsonga
Drapeau : Suisse Roger Federer
Drapeau : États-Unis Mardy Fish
Défaite
Défaite
Victoire
62-7, 6-4, 3-6
3-6, 0-6
6-2, 3-6, 7-63
2012 Londres Forfait
2013 Londres Finale Finale
Demi-finale
RR
RR
RR
Drapeau : Serbie Novak Djokovic
Drapeau : Suisse Roger Federer
Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych
Drapeau : Suisse Stanislas Wawrinka
Drapeau : Espagne David Ferrer
Défaite
Victoire
Victoire
Victoire
Victoire
3-6, 4-6
7-5, 6-3
6-4, 1-6, 6-3
7-65, 7-66
6-3, 6-2

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg
puis Madrid *
Canada Cincinnati Madrid
puis Shanghai *
Paris
2003 - - 1/8 de finale
Drapeau : Argentine G. Coria
- 1/8 de finale
Drapeau : Argentine G. Gaudio
- - 1er tour
Drapeau : Espagne À. Corretja
-
2004 3e tour
Drapeau : Argentine A. Calleri
1/8 de finale
Drapeau : Chili F. González
- - - 1er tour
Drapeau : Australie L. Hewitt
1er tour
Drapeau : Argentine J.I. Chela
2e tour
Drapeau : États-Unis V. Spadea
-
2005 - Finale
Drapeau : Suisse R. Federer
Victoire
Drapeau : Argentine G. Coria
Victoire
Drapeau : Argentine G. Coria
- Victoire
Drapeau : États-Unis A. Agassi
1er tour
Drapeau : République tchèque T. Berdych
Victoire
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
-
2006 1/2 finale
Drapeau : États-Unis J. Blake
2e tour
Drapeau : Espagne C. Moyà
Victoire
Drapeau : Suisse R. Federer
Victoire
Drapeau : Suisse R. Federer
- 1/8 de finale
Drapeau : République tchèque T. Berdych
1/4 de finale
Drapeau : Espagne J.C. Ferrero
1/4 de finale
Drapeau : République tchèque T. Berdych
-
2007 Victoire
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1/4 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
Victoire
Drapeau : Suisse R. Federer
Victoire
Drapeau : Chili F. González
Finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/2 finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
2e tour
Drapeau : Argentine J. Mónaco
1/4 de finale
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
Finale
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
2008 1/2 finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
Finale
Drapeau : Russie N. Davydenko
Victoire
Drapeau : Suisse R. Federer
2e tour
Drapeau : Espagne J.C. Ferrero
Victoire
Drapeau : Suisse R. Federer
Victoire
Drapeau : Allemagne N. Kiefer
1/2 finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1/2 finale
Drapeau : France G. Simon
1/4 de finale
Drapeau : Russie N. Davydenko
2009 Victoire
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1/4 de finale
Drapeau : Argentine J. M. del Potro
Victoire
Drapeau : Serbie N. Djokovic
Victoire
Drapeau : Serbie N. Djokovic
Finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/4 de finale
Drapeau : Argentine J. M. del Potro
1/2 finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
Finale
Drapeau : Russie N. Davydenko
1/2 finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
2010 1/2 finale
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
1/2 finale
Drapeau : États-Unis A. Roddick
Victoire
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Victoire
Drapeau : Espagne D. Ferrer
Victoire
Drapeau : Suisse R. Federer
1/2 finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1/4 de finale
Drapeau : Chypre M. Baghdatís
1/8 de finale
Drapeau : Autriche J. Melzer
-
2011 Finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
Finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
Victoire
Drapeau : Espagne D. Ferrer
Finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
Finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
2e tour
Drapeau : Croatie I. Dodig
1/4 de finale
Drapeau : États-Unis M. Fish
1/8 de finale
Drapeau : Allemagne F. Mayer
-
2012 1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/2 finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
Victoire
Drapeau : Serbie N. Djokovic
Victoire
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1/8 de finale
Drapeau : Espagne F. Verdasco
- - - -
2013 Victoire
Drapeau : Argentine J. M. del Potro
- Finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
Victoire
Drapeau : Suisse R. Federer
Victoire
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
Victoire
Drapeau : Canada M. Raonic
Victoire
Drapeau : États-Unis J. Isner
1/2 finale
Drapeau : Argentine J. M. del Potro
1/2 finale
Drapeau : Espagne D. Ferrer
2014 3e tour
Drapeau : Ukraine A. Dolgopolov
Finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1/4 de finale
Drapeau : Espagne D. Ferrer
  • En dessous du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.
  • L'année 2009 s'est accompagnée d'un ballet de changements dans l'organisation des Masters 1000 :
Madrid Shanghai Hambourg
2002 à 2008 sur dur
intérieur
Pas un Masters 1000 sur terre battue
extérieur
2009 à actuel sur terre battue
extérieur
sur dur
extérieur
Pas un Masters 1000

Pour plus de détails :

Article connexe : Masters de Madrid.
  • Pour les matchs en double voir ici

Parcours en Coupe Davis[modifier | modifier le code]

Rafael Nadal a joué avec l'Armada de 2004 à 2009 et en 2011. Remportant le saladier d'argent en 2004 puis consécutivement en 2008 et 2009 et enfin en 2011 et participant au maintien de l'Espagne dans le groupe mondial en 2005 et 2006. Bien qu'absent de la finale de 2008 à cause d'une blessure, le trophée lui a été remis puisqu'il a contribué au titre (notamment lors de la demi finale face aux États-Unis en remportant ses 2 simples).

Titres[126][modifier | modifier le code]

Édition Drapeau : Espagne Équipe espagnole Rounds/Adversaires
Coupe Davis 2004 Rafael Nadal
Carlos Moyà
Tommy Robredo
Juan Carlos Ferrero
Feliciano López
Alberto Martín
1R: République tchèque 2-3 Espagne
QF: Espagne 4-1 Pays-Bas
SF: Espagne 4-1 France
FN: Espagne 3-2 États-Unis
Coupe Davis 2008 Rafael Nadal
David Ferrer
Feliciano López
Fernando Verdasco
Tommy Robredo
Nicolás Almagro
1R: Pérou 0-5 Espagne
QF: Allemagne 1-4 Espagne
SF: Espagne 4-1 États-Unis
FN: Argentine 1-3 Espagne
Coupe Davis 2009 Rafael Nadal
Fernando Verdasco
David Ferrer
Feliciano López
Tommy Robredo
Juan Carlos Ferrero
1R: Espagne 4-1 Serbie
QF: Espagne 3-2 Allemagne
SF: Espagne 4-1 Israël
FN: Espagne 5-0 République tchèque
Coupe Davis 2011 Rafael Nadal
David Ferrer
Feliciano López
Fernando Verdasco
Marcel Granollers
1R: Belgique 1-4 Espagne
QF: États-Unis 1-3 Espagne
SF: Espagne 4-1 France
FN: Espagne 3-1 Argentine

Matchs principaux[modifier | modifier le code]

Quelques-uns des matchs les plus importants dans la carrière de Rafael Nadal :

  • Masters de Miami 2004 (seizième de finale) : bat Roger Federer (6-3, 6-3). Pour leur première rencontre, Rafael Nadal, alors âgé de seulement 17 ans, bat le no 1 mondial de l'époque.
  • Coupe Davis 2004 (finale) : bat Andy Roddick (6-7, 6-2, 7-6, 6-2). Déjà vainqueur des deux matchs décisifs aux tours précédents face au Tchèque Radek Štěpánek en 1/8e et au Français Arnaud Clément en 1/2, Nadal, préféré à Juan Carlos Ferrero, permet à l'Espagne de mener 2-0 face aux États-Unis à l'issue de la première journée en dominant Andy Roddick, numéro 2 mondial, en quatre sets, malgré la perte du premier. L'Espagne gagne finalement 3-2 et "Rafa", à seulement 18 ans, remporte sa première Coupe Davis.
  • Masters de Miami 2005 (finale) : perd face à Roger Federer (6-2, 7-64, 65-7, 3-6, 1-6). Nadal remporte les 2 premiers sets et mène 4-1 dans le troisième, mais Federer renverse la situation et s'impose en 5 sets.
  • Masters de Rome 2005 (finale) : bat Guillermo Coria (6-4, 3-6, 6-3, 4-6, 7-66). Deux semaines après son premier succès en Masters à Monte-Carlo, Nadal bat à nouveau Coria, mais cette fois-ci en cinq sets et après plus de cinq heures de jeu. Nadal dira après coup que c'est "le plus grand match" de sa carrière à ce jour.
  • Roland-Garros 2005 (finale) : bat Mariano Puerta (66-7, 6-3, 6-1, 7-5). Nadal remporte son premier titre du Grand Chelem à l'issue d'un match qu'il qualifiera en 2008 comme le plus difficile à Roland-Garros. En effet, Puerta avait obtenu 2 balles de 4e set. Contrôlé positif à l'étiléfrine (un stimulant cardiaque) le soir même de la finale, Puerta est suspendu de toute compétition pendant 8 ans le 21 décembre suivant par la Fédération internationale de tennis (peine réduite à 2 ans en appel). La Fédération internationale de tennis précise cependant que la quantité d'étiléfrine retrouvée dans son corps était trop infime pour avoir un quelconque effet sur ses performances.
  • Masters de Rome 2006 (finale) : bat Roger Federer (60-7, 7-65, 6-4, 2-6, 7-65). Nadal s'impose en 5 heures de jeu, après avoir sauvé 2 balles de match dans le 5e set et avoir été mené 3-5 dans l'ultime tie-break. Les deux hommes, totalement exténués à la suite de ce combat acharné, ont déclaré forfait pour le Masters d'Hambourg, qui débutait le lendemain.
  • Roland-Garros 2006 (troisième tour) : bat Paul-Henri Mathieu (5-7, 6-4, 6-4, 6-4). Nadal l'emporte après près de cinq heures d'une lutte acharnée. Cette rencontre reste à ce jour le plus long match en quatre sets de l'histoire en Grand Chelem, et sera qualifiée comme la plus belle du tournoi par ses organisateurs cette année-là.
  • Roland-Garros 2006 (finale) : bat Roger Federer (1-6, 6-1, 6-4, 7-64). Nadal remporte son deuxième titre consécutif à la Porte d'Auteuil, le premier face au numéro un mondial.
  • Tournoi de Wimbledon 2006 (finale) : perd face à Roger Federer (0-6, 65-7, 7-62, 3-6). Première rencontre de l'Espagnol et du Suisse à Wimbledon. À noter qu'il remporte tout de même la 3e manche après s'être sèchement incliné 6-0 dans la 1re.
  • Wimbledon 2007 (finale) : perd face à Roger Federer (67-7, 6-4, 63-7, 6-2, 2-6). Nadal s'incline face à Federer pour la deuxième année consécutive en finale de Wimbledon, au cours d'un match très disputé, et après obtenu des balles de break dans le 5e set.
  • Masters de Hambourg 2008 (demi-finale) : bat Novak Djokovic (7-5, 2-6, 6-2). Djokovic mène 3-0 dans le premier set avant que Nadal ne revienne pour finalement l'emporter 7-5. Rafael Nadal sauve sa place de no 2 grâce à cette victoire et bat le lendemain Roger Federer sur un score similaire.
  • Roland-Garros 2008 (finale) : bat Roger Federer (6-1, 6-3, 6-0). Pour cette troisième finale consécutive face à Federer, Nadal inflige au Suisse sa défaite la plus lourde en finale de Grand Chelem, ainsi que son premier set blanc depuis neuf ans. Nadal remporte son 4e Roland-Garros consécutif au terme d'un tournoi où il ne perd pas la moindre manche.
  • Wimbledon 2008 (finale) : bat Roger Federer (6-4, 6-4, 65-7, 68-7, 9-7) au terme d'un match qualifié par John McEnroe comme étant le « plus grand match de l'histoire du tennis »[127]. Après avoir laissé filer 2 balles de match au tie-break du 4e set, un bras de fer s'engage dans un 5e set intense qui tournera en faveur de l'Espagnol (la plus longue finale de l'histoire en Grand Chelem jusqu'à l'Open d'Australie 2012)[128], qui remporte finalement ce tournoi après s'être incliné contre Federer en 2006 et 2007.
  • Open d'Australie 2009 (demi-finale) : bat Fernando Verdasco (64-7, 6-4, 7-62, 61-7, 6-4). Ce match d'anthologie au niveau de jeu exceptionnel, qui a duré h 14, était le plus long de l'histoire de l'Open d'Australie jusqu'à la finale de l'Open d'Australie 2012, où ce record sera à nouveau battu par Nadal.
  • Masters de Madrid 2009 (demi-finale) : bat Novak Djokovic (3-6, 7-65, 7-69) au terme d'un match extraordinaire d'une durée record de h 2, où il sauve 3 balles de match au tie-break du 3e set[129]. Le Serbe qualifiera cette rencontre comme le plus grand match de sa vie[130].
  • Roland-Garros 2009 (huitième de finale) : perd face à Robin Söderling (2-6, 7-62, 4-6, 62-7). Quadruple tenant du titre, Rafael Nadal s'incline en quatre sets face au Suédois Robin Söderling au 4e tour, à la surprise générale. Blessé aux genoux, Nadal déclare forfait aux tournois du Queen's puis de Wimbledon, et doit céder la place de numéro 1 à Roger Federer.
  • Roland-Garros 2010 (finale) : bat Robin Söderling (6-4, 6-2, 6-4). Rafael Nadal récupère sa couronne parisienne en disposant du Suédois, qui l'avait battu au cours de l'édition précédente. Pour la seconde fois de sa carrière, il ne concède aucun set durant le tournoi et en profite pour reprendre sa place de numéro un mondial.
  • US Open 2010 (finale) : bat Novak Djokovic (6-4, 5-7, 6-4, 6-2). Rafael Nadal devient le 7e joueur de l'histoire à gagner les 4 titres du Grand Chelem en carrière, le 3e joueur après Agassi et Federer sur 4 surfaces différentes. Nadal devient aussi le 10e joueur à réussir le Petit Chelem (trois titres du Grand Chelem sur une saison).
  • Masters de Madrid 2011 (finale) : perd contre Novak Djokovic (5-7, 4-6). Alors qu'il restait sur 37 victoires consécutives sur terre battue (depuis son élimination à Roland-Garros en 2009) et 9 succès en autant de matchs sur cette surface face à son adversaire du jour, Nadal, qui plus est tenant du titre, est battu par un Djokovic encore invaincu depuis le début de la saison. Une semaine plus tard, Nadal sera encore battu par Djokovic à Rome (4-6, 4-6).
  • Roland-Garros 2011 (1er tour) : bat John Isner (6-4, 62-7, 62-7, 6-2, 6-4). Pour son entrée dans le tournoi face au géant (2m08) américain, Nadal remporte son premier match en cinq sets sur l'ocre parisien, après une bataille de h 1.
  • Roland-Garros 2011 (finale) : bat Roger Federer (7-5, 7-63, 5-7, 6-1). Mal embarqué dans la compétition, Nadal hausse progressivement son niveau de jeu pour retrouver son meilleur ennemi en finale. Encore mal parti, puisqu'il est mené 2-5 dans le premier set, il retourne la situation pour triompher en 4 sets et égaler les 6 titres de Björn Borg.
  • Coupe Davis 2011 : bat Juan Martín del Potro (1-6, 6-4, 6-1, 7-6). Dominé par Novak Djokovic tout au long de la saison et absent pour cause de blessures aux genoux lors des tours précédents, Nadal joue un rôle prépondérant dans la victoire finale face à l'Argentine à Séville (3-1). Il remporte en effet son premier simple face à Juan Mónaco puis celui, décisif, face à Juan Martín del Potro. Bousculé en début de partie, "Rafa" monte en puissance et l'emporte finalement en infligeant un 7-0 à son adversaire dans le tie-break du 4e set, pour s'adjuger sa quatrième Coupe Davis, et la cinquième de l'histoire de l'Espagne.
  • US Open 2011 (finale) : perd face à Novak Djokovic (2-6, 4-6, 63-7, 6-1). Après sa défaite en finale de Wimbledon, Nadal s'incline de nouveau contre Djokovic, au terme d'un match au niveau de jeu exceptionnel.
  • Open d'Australie 2012 (finale) : perd face à Novak Djokovic (5-7, 6-4, 6-2, 65-7, 7-5). Nadal s'incline pour la troisième fois consécutive en finale de Grand Chelem contre Djokovic, après avoir mené 4-2 dans le dernier set. Cette finale de près de h 53 est le plus long match disputé à l'Open d'Australie et la plus longue finale de Grand Chelem[131].
  • Roland-Garros 2012 (finale) : bat Novak Djokovic (6-4, 6-3, 2-6, 7-5). Rafa retrouve le numéro 1 mondial pour la quatrième fois consécutive en finale d'un Grand Chelem. Après trois échecs, il prend sa revanche en quatre sets et deux jours (la finale s'est terminée le lundi à cause de la pluie), remportant son septième titre en huit ans à Roland-Garros, et privant au passage son rival d'un Grand Chelem sur deux ans et en carrière. Avec ce 7e succès porte d'Auteuil, Nadal bat le record de Björn Borg.
  • Wimbledon 2012 (2e tour) : perd contre Lukáš Rosol (7-69, 4-6, 4-6, 6-2, 4-6). Cette surprenante défaite est le plus mauvais résultat de Nadal en Grand Chelem depuis Wimbledon 2005. Avant cette élimination, il avait atteint la finale des 5 derniers tournois majeurs. Blessé au genou gauche, Nadal ne fait son retour sur le circuit qu'en février 2013.
  • Open du Chili 2013 (finale) : perd contre Horacio Zeballos (6-72,7-66,6-4). Après 8 mois d'absence, Nadal reprend la compétition au Chili, à Viña del Mar. Après s'être facilement qualifié pour la finale, il affronte le surprenant Argentin Horacio Zeballos, qui lui tient tête pendant le premier set mais qu'il perd au tie-break. Le deuxième est tout aussi accroché, et se décide une nouvelle fois au tie-break. Après avoir sauvé deux balles de set, Nadal craque sur la troisième sur un contre-pied puissant. Après h 46 de jeu intense de la part des deux gauchers, Zeballos breake Nadal à 5-4 pour s'adjuger le premier titre de sa carrière.
  • Roland-Garros 2013 (demi-finale) : bat Novak Djokovic (6-4, 3-6, 6-1, 63-7, 9-7). Au terme d'un combat épique de h 37, après avoir manqué plusieurs occasions de conclure dans le 4e set et avoir été mené 4-2 dans la dernière manche, Nadal s'impose et s'offre une 8e finale à Roland-Garros, privant ainsi Novak Djokovic d'un premier sacre à Paris.
  • Roland-Garros 2013 (finale) : bat David Ferrer (6-3, 6-2, 6-3). Nadal dispose aisément de son compatriote Ferrer en 3 manches (6-3, 6-2, 6-3) et remporte son 12e Grand Chelem et son 8e Roland Garros. Il devient le premier joueur à remporter huit fois le même majeur dans l'ère Open, battant les sept titres de Pete Sampras et Roger Federer à Wimbledon.
  • Wimbledon 2013 (1er tour) : perd contre Steve Darcis (64-7, 68-7, 4-6). Nouvelle contre-performance de Nadal sur le gazon londonien face à un Steve Darcis (alors 135e mondial) exceptionnel. Cependant, ce dernier déclarera forfait au tour suivant pour cause de blessure à l'épaule.
  • Masters du Canada 2013 (demi-finale) : bat Novak Djokovic (6-4, 3-6, 7-62). Il s'agit de la première victoire de Nadal contre Djokovic sur surface dure depuis la finale de l'US Open 2010. Dans la foulée, Nadal remporte la finale en disposant facilement du Canadien Milos Raonic sur le score de 6-2, 6-2.
  • US Open 2013 (finale) : bat Novak Djokovic (6-2, 3-6, 6-4, 6-1). En atteignant la finale du tournoi, Novak Djokovic et Rafael Nadal s'affrontent pour la 37e fois : il s'agit de la rivalité la plus fréquente du tennis moderne. Après un 1er set facilement remporté par Nadal, le match est extrêmement disputé pendant les deux manches suivantes. Le tournant du match se situe dans le 3e set : après avoir été breaké et avoir écarté une balle de double break à 3-1, Nadal revient à 3-3 puis, mené 0-40 sur son service à 4-4, il parvient à conserver sa mise en jeu pour finalement remporter la manche 6-4. Touché mentalement et physiquement, Djokovic s'effondre dans le 4e set. En remportant le tournoi pour la 2e fois, Rafael Nadal ajoute un 13e tournoi du Grand Chelem à son palmarès, ce qui le place à une unité de Pete Sampras et à quatre unités du record de Roger Federer, le plus titré en simple messieurs. Il est aussi le 3e joueur après Patrick Rafter en 1998 et Andy Roddick en 2003 à réaliser le triplé Masters du Canada / Masters de Cincinnati / US Open la même année.

Confrontations avec ses principaux adversaires[modifier | modifier le code]

Confrontations avec ses principaux adversaires[132] (minimum 10 confrontations, voir l'article détaillé pour davantage d'adversaires). Situation au 27 janvier 2014 :

Joueur Meilleur classement Confrontations Victoires Défaites Pourcentage de victoires Dernière confrontation Bilan
Drapeau : Russie Nikolay Davydenko 3 11 5 6 45,5 % victoire (6-2, 6-2) Masters de Madrid 2012 [2]
Drapeau : Serbie Novak Djokovic 1 40 22 18 55 % défaite (3-6, 3-6) au Masters de Miami 2014 [3]
Drapeau : Australie Lleyton Hewitt 1 11 7 4 63,6 % victoire (6-1, 6-3) au Masters de Miami 2014 [4]
Drapeau : Argentine Juan Martín del Potro 4 12 8 4 66,7 % défaite (2-6, 4-6) au Masters de Shanghai 2013 [5]
Drapeau : Suisse Roger Federer 1 33 23 10 69,7 % victoire (7-64, 6-3, 6-3) à l'Open d'Australie 2014 [6]
Drapeau : États-Unis Andy Roddick 1 10 7 3 70,0 % victoire (6-2, 6-1, 6-3) à l'US Open 2011 [7]
Drapeau : Chili Fernando González 5 10 7 3 70,0 % victoire (7-64, 7-62, 6-0) à l'US Open 2009 [8]
Drapeau : Russie Mikhail Youzhny 8 14 10 4 71,4 % victoire (6-2, 6-3) au Masters de Madrid 2013 [9]
Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 2 18 13 5 72,2 % défaite (6-3, 2-6, 0-6) à l'Open du Japon 2011 [10]
Drapeau : France Jo-Wilfried Tsonga 5 11 8 3 72.7 % victoire (6-3, 7-63) au Masters de Monte-Carlo 2013 [11]
Drapeau : Espagne David Ferrer 3 26 21 5 80,8 % victoire (6-3, 6-2) aux Masters 2013 [12]
Drapeau : Espagne Feliciano López 15 11 9 2 81,8 % victoire (6-4, 6-4, 6-2) a l'Open d'Australie 2012 [13]
Drapeau : France Gaël Monfils 7 12 10 2 83,3 % victoire (6-1, 6-2, 6-3) à l'Open d'Australie 2014 [14]
Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych 5 20 17 3 85,0 % victoire (6-4, 1-6, 6-3) aux Masters 2013 [15]
Drapeau : Allemagne Philipp Kohlschreiber 16 12 11 1 91,7 % victoire (6-4, 7-6) à l'Open de Chine 2013 [16]
Drapeau : Suisse Stanislas Wawrinka 3 13 12 1 92,3 % défaite (3-6, 2-6, 6-3, 3-6) à l'Open d'Australie 2014 [17]
Drapeau : Espagne Fernando Verdasco 7 14 13 1 93,0 % défaite (3-6, 6-3, 5-7) au Masters de Madrid 2012 [18]
Drapeau : France Richard Gasquet 7 11 11 0 100 % victoire (6-4, 7-6, 6-2) à l'US Open 2013 [19]
Drapeau : Espagne Nicolás Almagro 9 10 10 0 100 % victoire (6-4, 6-3) à Open de Barcelone 2013 [20]
Drapeau : France Paul-Henri Mathieu 12 10 10 0 100 % victoire (6-4, 6-2, 6-2) à Wimbledon 2010 [21]
Total - 307 233 74 75,99 %

Records personnels[modifier | modifier le code]

Rafael Nadal a établi de nombreux records dans le monde du tennis. Les plus significatifs étant :

  • Record de 26 titres en Masters 1000.
  • Record de 15 titres en ATP 500.
  • Record de 8 titres consécutifs dans un même tournoi (Monte Carlo).
  • Record de 8 titres dans un même tournoi du Grand Chelem (Roland Garros).
  • Record de 59 matches gagnés à Roland-Garros[133].
  • Record de 31 matches gagnés consécutivement à Roland-Garros[46].
  • Record de victoires consécutives sur une même surface, avec 81 victoires d'affilée sur terre battue.
  • L'unique joueur à avoir réalisé le Grand Chelem rouge en remportant les trois Masters 1000 sur terre battue et Roland-Garros la même année (2010).

Liste détaillée des records de Rafael Nadal :

Classement ATP de fin d'année[modifier | modifier le code]

Rafael Nadal est le troisième joueur dans l'ère Open à récupérer la place de no 1 en fin d'année après l'avoir perdue (en 2009) et le seul à la récupérer deux fois après sa saison 2013. Auparavant, seuls Ivan Lendl (1989) et Roger Federer (2009) y étaient parvenus[134].