République populaire biélorusse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RPB.

République populaire biélorusse
Белару́ская Наро́дная Рэспу́бліка by

1918 – 1919 (en exil)

Drapeau Blason
Description de cette image, également commentée ci-après

La république en 1918

Informations générales
Statut république
Capitale Minsk, puis Hrodna et Prague
Langue biélorusse
Monnaie rouble
Histoire et événements
25 mars 1918 Indépendance
5 janvier 1919 Invasion soviétique

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La République populaire biélorusse (RPB, en biélorusse: Белару́ская Наро́дная Рэспу́бліка ; Belaruskaya Narodnaya Respublika ou BNR) est le premier État indépendant biélorusse. La RPB est proclamée en 1918. L'arrivée des soviétiques au pouvoir en 1919 est à l'origine de la disparition de la RPB remplacée par la République socialiste soviétique lituano-biélorusse. Le gouvernement de la RPB part en exil en 1919 à Prague.

Histoire[modifier | modifier le code]

La République Populaire Biélorusse a été proclamée le 25 mars 1918 à la fin de la Première Guerre mondiale. Conformément au traité de Brest-Litovsk, la Biélorussie a été livrée par Lénine à l'Allemagne, qui l'occupait déjà depuis la guerre.

Dans ces conditions la RPB n'est pas parvenue à constituer un État à part entière pourvu d'une constitution, de forces armées, de frontières définies. Après le retrait de l'armée allemande et l'avancée de l'Armée rouge, la République socialiste soviétique lituano-biélorusse est créée ; elle réunit la Biélorussie et la Lituanie au sein d'un même État communiste. En décembre 1918, la Rada, c'est-à-dire le conseil ou le gouvernement de la RPB, s'installe à Hrodna, ville alors en Lituanie.

Pendant l'offensive polonaise de 1919, la Rada part définitivement en exil et s'installe à Prague. Pour autant, elle ne cesse pas son activité et soutient activement les dissidents démocrates pendant les années 1920, en s'appuyant notamment sur sa reconnaissance officielle par l'Allemagne de Weimar, la Tchécoslovaquie et la Lituanie. Aujourd'hui, ce gouvernement existe toujours, mais reste exilé.

En effet, la Rada n'a jamais pu, comme les gouvernements parallèles démocratiques qui revinrent en Pologne, en Ukraine ou en Lituanie en 1990, revenir dans son pays. Elle reste opposée à la politique du dictateur Alexandre Loukachenko et soutient l'opposition biélorusse qui, le 25 mars 2008, a fêté les 90 ans de la création de la République populaire biélorusse.

Frontières et territoire[modifier | modifier le code]

Dans sa troisième charte constituante, la république revendique le gouvernement de Moguilev, de Minsk, Hrodna, Vitebsk, Vilnius et Smolensk. Outre ces deux dernières villes exclues aujourd'hui de la Biélorussie, la RPB comptait Białystok, ville polonaise.

Ce découpage s'appuyait sur la proportion de Biélorusses vivant dans chaque région, mais, comme certains endroits étaient également habités par d'autres peuples, la RPB comprenait également de fortes minorités polonaises, lituaniennes et juives.

Les présidents du Conseil[modifier | modifier le code]

Le premier gouvernement de la RPB

Symboles[modifier | modifier le code]

La république avait choisi comme blason le Pahonie, autrefois symbole du Grand-duché de Lituanie, et le drapeau de la république était décliné de celui-ci.

Ces symboles furent adoptés par la Biélorussie indépendante en 1991, puis furent abandonnés par Alexandre Loukachenko en 1994 au profit d'emblèmes évoquant ceux de la RSS de Biélorussie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]