Expédition de Salonique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Expédition de Salonique
De gauche à droite : un soldat indochinois, français, sénégalais, anglais, russe, italien, serbe, grec et indien.
De gauche à droite : un soldat indochinois, français, sénégalais, anglais, russe, italien, serbe, grec et indien.
Informations générales
Date du 5 octobre 1915
au 29 septembre 1918
Lieu Macédoine : Albanie Bulgarie Grèce et République de Macédoine (appartenant alors à la Serbie)
Issue Victoire de l’Entente;
Armistice de Thessalonique.
Belligérants
Triple-Entente, Alliés :
Drapeau de la France France
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Flag of Russian Empire for private use (1914–1917) 3.svg Russie impériale
Drapeau : Royaume de Serbie Royaume de Serbie
Flag of Italy (1861-1946).svg Royaume d’Italie
Flag of Greece (1822-1978).svg Royaume de Grèce
Flag of the Kingdom of Montenegro.svg Royaume du Monténégro
Flag of Japan.svg Japon (soutien logistique)
Triple-Alliance, Empires centraux :
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Drapeau bulgare Royaume de Bulgarie
Commandants
France Maurice Sarrail
France Adolphe Guillaumat
France Franchet d'Esperey
Flag of the United Kingdom.svg Charles Monro
Flag of the United Kingdom.svg George Milne
Flag of Russian Empire for private use (1914–1917) 3.svg Maxime Léontieff
Flag of Russian Empire for private use (1914–1917) 3.svg Mikhaïl Dieterichs
Flag of Italy (1861-1946).svg Carlo Petitti di Roreto
Flag of Greece (1822-1978).svg Panagiotis Danglis
State Flag of Serbia (1882-1918).svg Alexandre Ier de Yougoslavie
State Flag of Serbia (1882-1918).svg Radomir Putnik
Flag of the Kingdom of Montenegro.svg Nikola I du Monténégro
Flag of the German Empire.svg August von Mackensen
Flag of the German Empire.svg Otto von Below
Flag of the German Empire.svg Friedrich von Scholtz
Flag of the Habsburg Monarchy.svg Franz Graf Conrad von Hötzendorf
Ottoman flag.svg Mehmed V
Flag of Bulgaria.svg Nicolas Jékov
Flag of Bulgaria.svg Gueorgui Todorov
Flag of Bulgaria.svg Clement Boyadjiev
Forces en présence
717 000 hommes

+ 200 avions

Drapeau de la Bulgarie 550 000 hommes

Ottoman flag.svg 25 000 hommes Drapeau de l'Allemagne 18 000 hommes
+ 30 avions

Batailles
Front d'Europe de l’Ouest

Frontières (8-1914) · Liège (8-1914) · Dinant (8-1914) · Anvers (9-1914) · Grande Retraite (9-1914) · 1re Marne (9-1914) · Course à la mer (9-1914) · Yser (10-1914) · 1re Ypres (10-1914) · 1re Messines (10-1914) · Hartmannswillerkopf (1-1915) · Neuve-Chapelle (3-1915) · 2e Ypres (4-1915) · Artois (5-1915) · Artois (9-1915) · Loos (9-1915) · Verdun (2-1916) · Hulluch (4-1916) · Somme (7-1916) · Arras (4-1917) · Vimy (4-1917) · Chemin des Dames (4-1917) · 2e Messines (6-1917) · 3e Ypres (7-1917) · Cote 70 (8-1917) · 1re Cambrai (11-1917) · Offensive du printemps (3-1918) · 4e Ypres (4-1918) · Michael (5-1918) · 2e Marne (5-1918) · Aisne (5-1918) · Bois Belleau (6-1918) · Château-Thierry (7-1918) · Le Hamel (7-1918) · Amiens (8-1918) · Cent-Jours (8-1918) · L'Ailette (9-1918) · 2e Cambrai (10-1918)


Front italien
1re Isonzo (6-1915) · 2e Isonzo (7-1915) · 3e Isonzo (10-1915) · 4e Isonzo (11-1915) · 5e Isonzo (3-1916) · 6e Isonzo (8-1916) · 7e Isonzo (9-1916) · 8e Isonzo (10-1916) · 9e Isonzo (11-1916) · 10e Isonzo (5-1917) · Mont Ortigara (6-1917) · 11e Isonzo (8-1917) · Caporetto (12e Isonzo) (10-1917) · Piave (6-1918) · Vittorio Veneto (10-1918)


Front d'Europe de l’Est
Stallupönen (8-1914) · Gumbinnen (8-1914) · Tannenberg (8-1914) · Lemberg (8-1914) · Krasnik (8-1914) · 1re lacs de Mazurie (9-1914) · Przemyśl (9-1914) · Vistule (9-1914) · Łódź (11-1914) · Bolimov (1-1915) · 2e lacs de Mazurie (2-1915) · Gorlice-Tarnów (5-1915) · Varsovie (6-1915) · Lac Narotch (3-1916) · Offensive Broussilov (6-1916) · Turtucaia/Tutrakan (9-1916) · Offensive Flamanda (9-1916) · Offensive Kerensky (7-1917) · Marasesti (8-1917)


Front du Moyen-Orient
Afrique du Nord · Caucase · Perse · Dardanelles · Mésopotamie · Sinaï et Palestine · Ctésiphon (11-1915) · Kut-el-Amara (12-1915) · Magdhaba (12-1916) · Révolte arabe · Rafa (1-1917) · Bagdad (3-1917) · 1re Gaza (3-1917) · 2e Gaza (4-1917) · Aqaba (7-1917) · Beer-Sheva (10-1917) · 3e Gaza (11-1917) · Megiddo (9-1918)


Front des Balkans
Campagne de Serbie · Bataille du Cer · Bataille de la Kolubara
Expédition de Salonique ·
Bataille de Doiran · Bataille de Monastir · Bataille de Monastir (1917) · Bataille de Skra-di-Legen · Bataille du Dopbropolje


Front africain
Laï (8-1914) · Sandfontein (9-1914) · Tanga (11-1914) · Naulila (12-1914) · Jassin (1-1915) · Gibeon (4-1915) · Bukoba (6-1915) · Mongua (8-1915) · Salaita (2-1916) · Beringia (5-1916) · Negomano (11-1917)


Bataille de l'Atlantique
1re Heligoland (8-1914) · Penang (10-1914) · Coronel (11-1914) · Falklands (12-1914) · Dogger Bank (1-1915) · Gotland (7-1915) · Juttland (5-1916) · Funchal (12-1916) · Pas-de-Calais (4-1917) · Détroit de Muhu (10-1917) · 2e Heligoland (11-1917) · Zeebruges (4-1918) · 1er Ostende (4-1918) · 2e Ostende (5-1918)

L'expédition de Salonique, autrement dénommée Front d'Orient, Front de Salonique ou Front de Macédoine est une opération menée par les armées alliées à partir du port grec macédonien de Salonique pendant la Première Guerre mondiale et destinée :

  • dans un premier temps, à soutenir l'armée serbe lors de l'invasion de la Serbie, à l'aide, notamment, des troupes évacuées des Dardanelles ;
  • dans un deuxième temps, à reconstituer cette armée après sa déroute à travers l'Albanie et son évacuation par les ports de la côte Adriatique ;
  • dans un troisième temps, à fixer les troupes des Empires centraux et des Bulgares, en particulier après la capitulation de la Russie à Brest-Litovsk ;
  • dans un quatrième temps, à ouvrir un front en Orient pour délester le front occidental.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Elle se déroula de 1915 à 1918[1]. L'opération est un peu oubliée par les opinions publiques des puissances belligérantes, voire méprisée. Toutefois, son intérêt stratégique dans le cadre de la lutte contre les puissances centrales n'est plus à démontrer.
Pour l'armée française, les opération sur le front de Macédoine se décomposent ainsi :

Opérations Batailles Combats
Opérations du Vardar
et retraite sur Salonique
(octobre à décembre 1915)
Aucune bataille mais des combats Stroumitza (octobre 1915)
Kosturino (octobre 1915)
Krivolak-Gradsko (octobre et novembre 1915)
Cicevo (novembre 1915)
Demir-Kapou (décembre 1915)
Merzenci (décembre 1915)
Doiran (Anglais) (décembre 1915)
Organisation du camp retranché de Salonique

(décembre (1915-1916)

Déploiement des armées alliées après la reconstitution et le transport de l’armée serbe.
(mai à août 1916)
Bataille de Doiran
(Français - Anglais)
(août 1916)
Manœuvre bulgare sur les deux ailes
(août 1916)
La Strouma (Français)
(18-20 août 1916)
Ostrovo (Serbes)
Contre-offensive alliée
Manoeuvre de Monastir
(septembre à novembre 1916)
Bataille du Kaîmaktchalan-Florina
(Français-Serbes-Russes)
(septembre 1916)
Bataille de la Cerna-Monastir
(Français-Serbes-Russes, puis Italiens)
(octobre et novembre 1916)
Extension du front vers l’Albanie
(décembre 1916 à mars1917)
Tentative pour dégager Monastir
(mars 1917)
Bataille du Lac Prespa
(mars 1917)
Bataille de la cote 1248
(mars 1917)
Offensives d’ensemble
(mai 1917)
Bataille de la Boucle de la Cerna
(Français-Italiens-Russes-Serbes)
(mai 1917)
Bataille du Vardar
(Français - Anglais)
(mai 1917)
Opérations de Pogradec
(septembre - octobre 1917)
Devoli (septembre 1917)
Cerava (septembre 1917)
Kamia-est (septembre 1917)
Golik (octobre 1917)
Opérations du Skra di Legen Bataille du Skra di Legen
(Français-Grecs)
(31 mai 1918)
Opérations d’Albanie
(mai à juillet 1918)
1. Ostrovitza (mai 1918)
2. Kamia-ouest (juin 1918)
3. Bofnia (juillet 1918)
Opérations sur la Strouma
(Anglais - Grecs)
(juin – juillet 1918)
Rupture du front ennemi de Macédoine
(15-30 septembre 1918)
Bataille du Dopbropolje
(Français - Serbes)
(15 - 16 septembre 1918)

Bataille de Monastir-Doiran
(Français-Anglais-Italiens-Grecs)
(18 au 24 septembre 1918)

Lac Doiran (18-19 septembre 1918)
La Dzena (18-20 septembre 1918)
La Cerna (19-20 septembre 1918)
La Semnica (22-24 septembre 1918)
Manoeuvre d’Uskub
(Français)
(24 - 30septembre 1918)
Armistice avec la Bulgarie
30 septembre 1918
Opération des deux Armées serbes
(octobre - novembre 1918)
Leskovats (Artillerie française)
Nich
Kraguievatz
Opérations de l’A.F.O. et de l’Armée du Danube
(Français - Italiens -Grecs)
(octobre - novembre1918)
Kajanic (octobre 1918)
Engagement sur le Danube
Opération d’Albanie
(Français - Serbes)
(octobre - novembre 1918)

Tentative de soutien à l'armée serbe[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Campagne de Serbie (1915).

À la suite de l'invasion par les armées austro-allemandes et bulgares de la Serbie, les alliés débarquent à Salonique avec des troupes repliées de l'expédition des Dardanelles. L'idée politique est de se porter au secours des troupes serbes qui se replient vers le sud et de maintenir ainsi le deuxième front que Winston Churchill a tenté de faire ouvrir sur les Détroits, sans succès.

L'invasion de la Serbie et les tentatives alliées pour la soutenir, 1915.

Dès le 5 octobre 1915, les troupes françaises et britanniques débarquent sous le commandement du général Maurice Paul Emmanuel Sarrail avec l'accord du premier ministre grec Elefthérios Venizélos mais violant aussi la neutralité de la Grèce. L'idée stratégique est de se porter sur Niš pour prendre les troupes bulgares de flanc et arrêter ainsi leur progression en Serbie. En fait, avec l'évolution de la situation, les objectifs sont revus à la baisse. Il s'agit de conserver le contrôle de la voie ferrée qui remonte la vallée du Vardar pour garder ouverte la seule voie de communication des Serbes vers l'extérieur qui sert de ravitaillement depuis des mois (munitions, vivres, équipements). Dès le 14 octobre, les troupes du général Bailloud tentent donc de se porter vers le Nord par voie ferrée, elles entrent en contact avec les flanc-gardes bulgares à la gare de Stroumitza. Le 25 octobre la 57e Div. Inf. continuent à progresser le long de la vallée de la Tcherna jusqu'à Gradsko. L'idée est de faire jonction avec les troupes serbes à Veles. Mais le plan initial échoue. Les Bulgares coupent la ligne de retraite des Serbes vers le sud. L'armée serbe doit se replier vers l'ouest sous leur pression.

Combats de la Babouna, décembre 1915, extrême avance des Alliés vers le nord.

Les 122e et 57e divisions françaises s'arrêtent donc devant Gradsko, le 7 novembre, se fortifient dans le triangle de Kavadartsi, formé à l'ouest par la Tcherna et à l'est par le Vardar ; les points extrêmes de l'avancée alliée lors de cette phase étant Mrzen sur la rive gauche de la Tcherna et la côte 850 entre Kosturino et Ormanli sur la frontière bulgare occupée par les Anglais du XVIe corps du général Charles Monro, la 156e division s'appuyant autour de la gare de Stroumitsa.

Du 1er au 12 décembre, faute de n'avoir pu progresser, les troupes alliées se replient sur Salonique dans des conditions climatiques difficiles[2], des chutes de neige et des températures négatives (-23 °C ?)[3]. Afin de permettre le retrait de tous les moyens engagés pour la bataille, des combats retardateurs ont lieu sur des lignes prédéterminées jusqu'à la frontière grecque que les Bulgares refusent de franchir à la demande expresse des Allemands. En effet, la Grèce n'a toujours pas choisi son camp, c'est pourquoi l'Alliance cherche à la ménager.

L'armée serbe durant la retraite d'Albanie.

Pendant ce temps, l'armée serbe subit une cruelle retraite à travers les montagnes du Monténégro et de l'Albanie et doit être évacuée par les ports de Medua, Durrazzo et Valona, puis amenée par les navires alliés via Corfou à Salonique, où elle se reconstitue.

Constitution et la défense du camp retranché[4][modifier | modifier le code]

l'emprise du camp retranché de Salonique (carte Le Pays de France, 1915).

Salonique devient ainsi une ville refuge encerclée de loin par les troupes de l'Alliance et avec l'armée grecque en interposition le long de la frontière. Transformée en camp retranché solidement tenu à l'est, le long de la Strouma, et, à l'ouest, sur le Vardar, elle accueille, mi-1916, près de 300 000 hommes (Français, Britanniques, Serbes, Italiens et Russes). Les troupes se fortifient autour de la ville dans ce que les Britanniques appellent la cage aux oiseaux (the birdcage). Les Serbes arrivent de l’Adriatique pour être équipés et formés à la française, casques, canons, uniformes et ravitaillés.

La présence des troupes alliées à Salonique est âprement discutée au niveau politique. Les Britanniques dirigés par le général Monro, souhaiteraient se retirer[5] pour disposer de plus de troupes au profit de la Palestine et de l'Irak, sources vitales de ravitaillement en hydrocarbure et cibles prioritaires des troupes de l'Entente. Aristide Briand, président du Conseil intervient personnellement pour la maintenir en vue de soutenir une entrée en guerre de la Roumanie hésitante, ceci contre l'avis même du général Joffre. La situation est difficile avec le ravitaillement, La Provence II coulé le 26 février 1916, les dissensions politiques en Grèce, la coordination des alliés...

Le 30 décembre 1916, un Aviatik allemand bombarde Salonique, tuant 1 pâtre et 5 moutons.

La ville fait l'objet d'attaques aériennes fréquentes. Un Aviatik allemand la bombarde le 30 décembre 1916, tuant 1 pâtre et 5 moutons, mais la bombe, lancée sur une troupe grecque en manœuvre sous les ordres du prince Alexandre et explosant à 50 m de Emmanuel Zymvrakakis. Profitant de cette première agression bulgare sur la ville, Sarrail fait arrêter les consuls de la Triplice et les expédie par bateau le jour même[6]. Il s'ensuit d'autres incursions, cette fois-ci de nuit : le 7 janvier, le 1er février et le 27 mars 1916, les magasins de l'armée française sont gravement atteints par ses bombes. Ces nouveaux bombardements provoquent l'incendie d'une partie de la ville et des pillages durement réprimés. Le 5 mai, le Zeppelin est touché par les canons de l'HMS Agamemnon (1906), ancré dans la rade de Salonique. Il est alors contraint de se poser dans le delta du Vardar, avant d'être finalement détruit par son équipage.

Soldats français au bivouac à Thessalonique, 1915.

Pendant que les instances politiques prennent leur temps pour décider du niveau d'intervention de chaque allié, de nombreuses incertitudes demeurent. Les Grecs hésitent à prendre parti pour les alliés ou pour l'Entente. Les Anglais menacent de se retirer pour renforcer leurs troupes en Palestine. Joffre hésite à envoyer des troupes française en renfort. Les Roumains hésitent à entrer en guerre. Par ailleurs, la troupe subit les affres de la région, grands froid l'hiver, forte chaleur l'été et une importante attaque du paludisme[7]. Les routes ne sont pas adaptées au nombre croissant de troupes et à l'activité d'un front en temps de guerre. Les armées alliées passent donc un grand temps en préparation avec la construction de routes, de puits, de points d'eau, une voie de chemin de fer à reconstruire pour aller vers Florina.

Fixation des armées des Empires centraux et bulgares (1916-1917)[modifier | modifier le code]

Malgré des effectifs militaires importants, le front de Salonique ne joue qu'un rôle mineur pendant l'année 1916 et 1917.

Élargissement du front[modifier | modifier le code]

Les combats le long de la frontière grecque, 1916

À partir de mars 1916, le général Sarrail s'aperçoit que les forces d'interposition grecques se dégarnissent, vraisemblablement à la suite d'accords entre les Grecs, les Allemands et les Bulgares. Le 4 mai, il fait envoyer un fort détachement sur Flórina en direction de Monastir pour prévenir tout débordement des troupes germano-bulgares vers l'ouest. Le 27 mai, les Bulgares pénètrent en territoire grec. Dans un premier temps, ils prennent, avec l'assentiment des Grecs, le fort du Rupel, sur la route de Salonique à Serrès, qui commande toute la Macédoine orientale.

Dans un deuxième temps, à partir du 18 août : à l'est, ils débouchent du Rupel et envahissent toute la Macédoine orientale ; à l'ouest, ils reprennent Florina et marchent sur Ostrovo et Verria, pour verrouiller l'accès à la Macédoine occidentale.

Après une phase défensive autour de Doiran, de la Strouma et du Vardar pendant laquelle ils connaissent un certain nombre de problèmes de coordination, les Alliés reprennent l'initiative. Le plus haut sommet de la Moglena, le Kaymakchalan, qui domine la plaine de Salonique, est conquis le 20 août par les Serbes. Ceux-ci empêchent les Bulgares de couper la route de Monastir par la bataille d'Ostrovo (Vegoritida), le 28 août. La ville de Monastir elle-même et son environnement immédiat, la boucle de la Tcherna, sont investis le 19 novembre par les troupes françaises.

À l'est, les Alliés lancent une opération sur la Struma en direction de Serrès. Ils reprennent le fort Rupel mais doivent s'arrêter à quelques distances de la ville. Le front se stabilise alors. Sur le plan tactique, l'offensive est une victoire. En revanche, sur le plan stratégique, elle ne peut empêcher l'offensive des Puissances centrales qui se déroule simultanément de fin août à début décembre et qui s'achève par l'invasion totale de la Roumanie.

À la fin de 1916, le front passe donc sur les hauteurs qui dominent le camp retranché, notamment au sud du lac Doiran, dans la vallée du Vardar, au-dessus de Gevgueli, sur les crêtes de la Moglena autour de Monastir et de la boucle de la Tcherna jusqu'au lac Prespa. Les Allemands et les Bulgares se fortifient sur ces positions dominantes.

Parallèlement, et pour faire cesser l'attitude ambiguë du roi et du gouvernement grecs, les troupes du général Sarrail investissent Athènes le 2 décembre, en raison d'incidents importants où sont tués des marins français : ce sont les vêpres grecques.

La fixation du front (année 1917)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Monastir (1917).
Poste français à Athènes en 1917.

Pendant toute l'année 1917, l'activité des troupes se résume à une guerre de position le long du front atteint fin 1916, notamment autour de Monastir et du Lac Dojran. Quelques combats émergent de cette période :

  • bataille du Lac Doiran, Petit Couronné, Horseshoe ridge (9-10 février ; 22 avril-9 mai 1917),
  • Kirkilisse (18 mars 1917),
  • le Skra di Legen (10 au 14 mai),
  • le Piton Jaune (9 mai),
  • la boucle de la Cerna, près de Monastir (11 mai),
  • le Piton Rocheux (16 mai),
  • les opérations entre le Lac Prespa et le Lac d'Ohrid dans la région de Pogradec (Septembre 1917), etc.

En outre, les soldats sont très affectés par la dysenterie, le scorbut, les maladies vénériennes et le paludisme. La concentration de réfugiés, les marécages qui font de la Macédoine le dernier point d'Europe où le paludisme sévit, un service médical peu développé favorisent toutes sortes d'épidémies (cf. Camp de Salonique).

Reprise de la guerre de mouvement, offensive finale[modifier | modifier le code]

Contexte politique, diplomatique et militaire de l'été 1918[modifier | modifier le code]

Depuis le printemps 1918, le front est tenu, côté bulgare, essentiellement par l'armée bulgare, appuyée certes par quelques unités autrichiennes et allemandes, mais en situation d'infériorité numérique face à une armée d'Orient commandée par Franchet d'Espérey, et composée de troupes françaises, anglaises, grecques et serbes[8].

À partir de l'été 1918, l'état-major de l'armée de Salonique propose une offensive contre les ligne bulgares, malgré les réserves britanniques, qui souhaitent un accord politique avec la Bulgarie, accord qui aboutirait à la sortie de la Bulgarie du conflit[9].

Préparation de l'offensive[modifier | modifier le code]

Peu à peu, cependant, les forces alliées s'étoffent. Le général Adolphe Guillaumat qui a remplacé Sarrail prend des mesures pour lutter contre les maladies et le mauvais moral. Il fait notamment assainir la région par un plan "paludisme". Venu pour conclure à l'inutilité du théâtre d'opération, il convainc les autorités françaises de continuer à le renforcer. En outre, il organise une véritable superstructure multinationale qui lui permet de donner des ordres sans froisser les particularismes. Dans un premier temps, il améliore ses relations personnelles avec les différents chefs alliés. Dans un deuxième temps, il crée un véritable état-major interallié où la France joue le rôle de nation-cadre mais où il laisse un certain nombre de responsabilités aux officiers étrangers. Dans un troisième temps, il fait mettre en place des procédures communes qu'il diffuse sous forme de cours dans des centres d'instruction ad hoc. Dans un quatrième temps, il soutient les efforts de l'armée grecque pour se mettre au niveau. En mai 1918, il dispose de 650 000 hommes à savoir, d'Ouest en Est :

  • l'Armée française d'Orient, sous les ordres du général Henrys (dont le Ier groupement de division commandé par le général d'Anselme : 122e division d'infanterie et 16e division coloniale françaises, avec la division Archipel de l'armée grecque de la Défense Nationale)
  • l'armée serbe aux ordres du prince Alexandre, régent de Serbie,
  • une armée britannique sous les ordres du général Milne (quatre divisions Britanniques, 24e, 27e, 28e, 29e les divisions Crète et Serrès de l'Armée de la Défense Nationale, les 1re, 2e et 13e divisions de la Vieille-Grèce).

Les Russes ont disparu à la suite des évènements dans leur pays. Leurs bataillons ont été dissous en janvier 1918 et ils ont été désarmés. Certains soldats sont restés comme ouvriers, d'autres, les plus radicaux, ont été emmenés en Afrique du Nord. Par ailleurs, les Italiens ont le 16e Corps d'armée en Albanie, qui n'obéit qu'à Rome et n'est donc pas sous commandement opérationnel de l'Armée d'Orient.

En juin, le général Guillaumat est rappelé à Paris par Clemenceau. Il est remplacé par le général Louis Franchet d'Espérey.

Celui-ci prépare avec ardeur une offensive majeure. Il fait construire des routes et des voies ferrées de 60 pour amener l'artillerie et les munitions le long du front. Il fait effectuer des relevés cartographiques et fait mettre en place des réseaux filaires de communication.

En septembre, l'armée grecque reconstituée et qui s'est illustrée lors de la prise du Skra di Legen le 16 mai 1918, se joint aux forces alliées. En face, la XIe Armée allemande du général von Steuben, essentiellement composée de Bulgares, et trois armées bulgares, la I°, II° et IV°, sont sous la direction stratégique du Feld-maréchal Mackensen de son QG de Bucarest.

Offensive et rupture[modifier | modifier le code]

Le 15 septembre, Le général Louis Franchet d'Espérey lance une offensive vers le nord, en direction de la Serbie. Il fait progresser ses troupes sur deux axes Ouest et Est. Pour conquérir la vallée du Vardar et progresser profondément en Serbie occupée, une alternative s'offre à lui :

  • soit porter son effort sur le Lac Dojran et contourner les défenses bulgares concentrées le long de la vallée du Vardar par l'Est ;
  • soit porter son effort dans la montagne macédonienne et contourner ces mêmes défenses par l'Ouest.

Franchet d'Esperey choisit la seconde option. Français et Serbes coupent donc à travers la montagne de la Moglena pour surprendre les germano-bulgares sur leurs lignes de ravitaillement dans la région de Prilep.

À l'Ouest[modifier | modifier le code]

Le 15 septembre, après une préparation d'artillerie intense, les divisions françaises et serbes s'emparent du Dobro Polje (1 830 m), du Sokol (1 825 m), de la Djena et du Vetrenik, sommets fortifiés par les Bulgares et les Allemands qui ouvrent la route de Prilep, objectif des Français et de Gradsko objectif des Serbes. À la suite de ce succès, les Français s'emparent de Prilep le 23 septembre. Puis, la brigade des Chasseurs d'Afrique suivie par la brigade coloniale chevauchent à travers la montagne afin de créer la surprise. Le 29 septembre, elles s'emparent d'Uskub (aujourd'hui Skopje) où se trouve la zone arrière de théâtre de la XI° Armée. Celle-ci est obligée de replier ce qui lui reste sur Kalkandelen (aujourd'hui Tetovo). Elle se voit donc obligée de capituler. L'armée bulgare est ainsi coupée en deux. La route de Sofia est ouverte. La Bulgarie demande alors, sans délai, un armistice qui est ratifié le 5 octobre.

À l'Est[modifier | modifier le code]

Article connexe : Bataille de Doiran (1918).

Sur une aile formée par les Britanniques et les Grecs, l'attaque est plus frontale. Il s'agit de s'emparer des positions extrêmement solides qui se sont améliorées progressivement autour du Lac Dojran et le long de la Struma. Le 18 et 19 septembre, la bataille fait rage. Les Alliés ont beaucoup de difficultés, se heurtent aux défenses bulgares et ne progressent quasiment pas sur les objectifs qui leur ont été assignés, « Pip Ridge » et le « Grand-Couronné ». Après une bataille très meurtrière et peu concluante, la situation se débloque rapidement, le 20 septembre dès que les Bulgares se retirent, à la suite de la rupture des Serbes et des Français sur Prilep. Les Grecs et les Britanniques s'emparent alors de Kosturino et de Strumitza.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Pour contrer immédiatement la disparition de la Bulgarie du théâtre, les Allemands et les Autrichiens cherchent à rétablir un nouveau front en Roumanie alors que les Turcs se couvrent avec cinq divisions sur la Thrace. La continuité entre l'Alliance et les Turcs est rompue. La ligne de chemin de fer Berlin-Bagdad est coupée.

  • À l'Ouest, sous la pression des Italiens et à la suite de la rupture vers le nord, les troupes allemandes et autrichiennes évacuent l'Albanie (Libération de l'Albanie).
  • Au centre, Français et Serbes, progressent en direction de Belgrade. Nich est enlevée le 14 octobre, le Danube est atteint le 19 octobre à Lom Palanka. Belgrade est reprise le 1er novembre.
  • À l'est, les défenses du Doiran abandonnées permettent aux Français, aux Britanniques et aux Grecs d'entrer en Bulgarie puis, pour les Britanniques, de pivoter en direction de Constantinople.

Une Armée du Danube est créée le 28 octobre avec deux divisions françaises sous les ordres du général Berthelot. Elle se dirige vers la Roumanie pour affronter les forces allemandes qui s'y sont regroupées. Elle atteint Bucarest le 1er décembre. Elle est appuyée vers l'ouest par les Serbes qui remontent le Danube par les Portes de Fer. Au 11 novembre, l'armée d'Orient est étirée sur un front de 1 200 km, de la Thrace aux frontières nord de la Serbie en passant par la Roumanie.

À la fin de la campagne, du 18 au 25 décembre, une partie de l'armée d'Orient est redéployée à Odessa contre les Soviets en Ukraine. Ce n'est qu'en 1919 qu'elle est rapatriée et démobilisée.

Décoration[modifier | modifier le code]

  • MACEDOINE 1916-1918 est inscrit sur le drapeau des régiments français cités lors de cette campagne.


Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Michel Mourre P 4603
  2. Deux mois avec l'armée d'Orient, Ferri Pisani
  3. Makédonia, Souvenirs d'un officier de liaison en Orient, Jean-José Frappa, Ernest Flammarion, Paris, 1921, pp 91-93
  4. Marcelle Tinayre, « Un Été à Salonique » in Balkans en Feu à l'Aube du XXesiècle, Edition Omnibus, 2004.
  5. Général Sarrail, Mon commandement en Orient (1916-1918), Flammarion, 1920 page 49
  6. 20 Autrichiens, 17 Turcs, 12 Bulgares, 5 Allemands sont arrêtés à 16 heures.
  7. Jacques Ancel, Les travaux et les jours de l’Armée d’Orient, Paris, 1921
  8. Renouvin, La crise européenne et la Première Guerre Mondiale, p. 594
  9. Renouvin, La crise européenne et la Première Guerre Mondiale, p. 595

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  • Commandant Desmazes, Cours d'Histoire Militaire, Guerre de 1914-1918, École Spéciale Militaire de Saint Cyr, juillet 1920.
  • Jean-José Frappa, Makédonia, souvenirs d'un officier de liaison en Orient, 1921, Ernest Flammarion.
  • Roger Vercel, Capitaine Conan, Prix Goncourt, Éditions Albin Michel 1934

Sources secondaires[modifier | modifier le code]

  • Jacques Ancel, 1921, Les Travaux et les jours de l'Armée d'Orient. 1915-1918, Bossard.
  • Gérard Fassy, Le Commandement français en Orient (1915-1918), Economica, 2003.
  • Fritz Fischer, Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale (1914-1918), Paris, Editions de Trévise,‎ 1970, 654 p.
  • G. Ward Price, The Story of the Salonica Army, http://www.gwpda.org/memoir/Salonica/salonpix.htm
  • Pierre Renouvin, La crise européenne et la Première Guerre mondiale, Paris, Presses universitaires de France,‎ 1962, 779 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Cartographie d'état-major[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir