Poti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poti (homonymie).
Poti
ფოთი
Blason de Poti
Héraldique
Drapeau de Poti
Drapeau
Port de Poti
Port de Poti
Administration
Pays Drapeau de la Géorgie Géorgie
Subdivision Mingrélie-Haute Svanétie
Maire Vakhtang Alania
Indicatif téléphonique +995 293
Démographie
Population 53 000 hab. (2007)
Densité 898 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 09′ N 41° 40′ E / 42.15, 41.6742° 09′ Nord 41° 40′ Est / 42.15, 41.67  
Altitude 0 m
Superficie 5 900 ha = 59 km2
Histoire
Fondation VIIe siècle av. J.-C.
Première mention Ve siècle av. J.-C.
Statut Ville depuis 1858
Ancien(s) nom(s) Phazissi (Antiquité)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Géorgie

Voir la carte administrative de Géorgie
City locator 14.svg
Poti

Géolocalisation sur la carte : Géorgie

Voir la carte topographique de Géorgie
City locator 14.svg
Poti
Liens
Site web www.poticity.ge

Poti (en géorgien : ფოთი) est une ville de Géorgie située dans la province de Mingrélie-Haute Svanétie (Samegrelo-Zemo Svaneti), sur la côte est de la mer Noire. En 2002, elle a 47 000 habitants. Poti est l'un des trois grands ports du pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cathédrale de Poti vers 1910

Poti a été fondée, selon Strabon, au VIIe siècle avant Jésus-Christ en tant que colonie grecque de Colchide par des colons venant de Milet. Elle fut nommée Phasis, à l'endroit où le fleuve Phase (d'où vient le nom du faisan), aujourd'hui Rioni, un des plus grands cours d'eau de l'ouest de la Géorgie, se jette dans la mer Noire. Pour les anciens Grecs, il marquait la limite de l'Europe et de l'Asie. Du temps d'Ammien Marcellin, il y avait une garnison de 400 soldats et un temple réputé voué à la déesse Cybèle.

Ensuite, la forteresse fut la partie la plus orientale du royaume du Pont. Après avoir été protectorat romain, la région est finalement annexée par les Romains, en 63 après JC. La ville est un point commercial important avec l'orient. Sous la période byzantine, Phaisis dut lutter plusieurs fois contre les envahisseurs, notamment les Perses sassanides au VIe siècle. Pendant les siècles suivants, Phaisis (appelée Fasso par les commerçants génois (qui l'occupent pendant le XIVe siècle) sert de port commercial avec le royaume de Géorgie, situé plus à l'est.

En 1578, Poti ou Phaisis est prise par les Ottomans qui la nomment Faş, édifient une nouvelle forteresse et font du port un marché d'esclaves important. Une armée de princes géorgiens des principautés occidentales de cette région prend la ville à son tour en 1640, jusqu'en 1723 où elle est reprise par les Turcs. Les Russes, qui se considèrent comme protecteurs des chrétiens orientaux et ont des objectifs stratégiques en mer Noire, tentent vainement à plusieurs reprises de libérer Poti du joug ottoman. Le traité de Bucarest de 1812 confirme la possession de Poti aux Turcs de la Sublime Porte, tandis que la diplomatie anglaise, craignant pour la route des Indes, s'oppose aux Russes dans le Grand Jeu.

Après la guerre russo-turque de 1828-1829, les Russes chassent les Ottomans de Poti et l'intègre progressivement à l'Empire russe. Elle obtient le statut de ville-port plus tard en 1858 et sera reliée par le chemin de fer à Tiflis (aujourd'hui Tbilissi en 1872. Lorsque le maire de la ville (de 1894 à 1912), Niko Nikoladzé, fait reconstruire le port, Poti se couvre d'édifices modernes, dont une grande cathédrale de style néo-byzantin (1906). À l'époque, Poti était l'un des principaux ports de l'Empire russe en mer Noire pour l'exportation de charbon et de manganèse.

Après la révolution russe de 1917, la Géorgie connaîtra une brève période d'indépendance. Poti sera envahie par l'Armée rouge, le 14 mars 1921, et dès lors son destin sera lié à celui de l'U.R.S.S.. Le port sera de plus en plus industrialisé au cours du XXe siècle, ce qui fera venir des travailleurs d'autres nationalités, caucasienne ou non.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Lors de la guerre d'Ossétie du Sud de 2008, le port, quartier général de la marine géorgienne est la cible dans la nuit du 8 août 2008 au 9 août 2008 d'une frappe de deux missiles sol-sol OTR-21 Tochka à sous-munitions qui tue 5 marins, en blessent une trentaine d'autres, tue également 5 ouvriers civils, cause des dommages mineurs aux installations au sol et coule une vedette hydrographique civile[1].

Il est occupé sans combat par l'armée russe à partir du 11 août et la dizaine de navires militaires, surtout de petits patrouilleurs, fut sabordée par les forces russes, le 13 août. Quatre ont totalement coulé, les autres à moitié. De nombreux équipements furent pris par les Russes

Utilisation militaire[modifier | modifier le code]

Poti abrite les quartiers généraux de la Marine géorgienne et constitue un endroit stratégique sur la mer Noire.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rouslan Poukhov, Les chars d'Août, Moscou, Russie, Centre d'analyse des stratégies et des technologies,‎ 15 avril 2010, 144 p. (lire en ligne), p. 66

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :