Mourmansk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mourmansk
Мурманск
Blason de Mourmansk
Héraldique
Vue de Mourmansk.
Vue de Mourmansk.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Nord
District fédéral Nord-Ouest
Sujet fédéral Oblast de Mourmansk
Maire Alexeï Weller
Code postal 183000 — 183075, 183099
Code OKATO 47 401
Indicatif (+7) 8152
Démographie
Population 302 468 hab. (2013)
Densité 2 009 hab./km2
Géographie
Coordonnées 68° 58′ N 33° 05′ E / 68.967, 33.083 ()68° 58′ Nord 33° 05′ Est / 68.967, 33.083 ()  
Altitude 100 m
Superficie 15 055 ha = 150,55 km2
Fuseau horaire UTC+04:00 (MSK)
Heure de Moscou
Divers
Fondation 1912
Statut Ville depuis 1916
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Russie

Voir sur la carte administrative de Russie
City locator 14.svg
Mourmansk

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Mourmansk

Voir sur la carte administrative de l'Oblast de Mourmansk
City locator 14.svg
Mourmansk

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte administrative de Russie européenne
City locator 14.svg
Mourmansk

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte topographique de Russie européenne
City locator 14.svg
Mourmansk
Liens
Site web www.gov-murman.ru
Sources
Liste des villes de Russie

Mourmansk (en russe : Мурманск) est une ville de Russie et la capitale de l'oblast de Mourmansk. Il s'agit aussi d'un port important situé sur la rive orientale du golfe de Kola[1], dans la mer de Barents. Sa population s'élevait à 302 468 habitants en 2013. Cinquante-sixième par sa population dans la Fédération de Russie, il s'agit de la plus grande ville au monde au nord du cercle Arctique. La ville vit principalement de l'exploitation du gaz de la mer de Barents et des activités portuaires (son port a la propriété, rare en Russie arctique, d'être libre de glaces tout l'hiver, malgré sa latitude élevée, ceci grâce au courant chaud du Gulf Stream).

Étymologie[modifier | modifier le code]

À l’origine, le terme « Mourmans » sert à qualifier les peuples vikings qui débarquaient sur les rives de la mer de Barents. Par association, le nom en vient à qualifier ces rives, puis toute la péninsule de Kola. Le nom Mourmansk signifie « ville-sur-Mourman ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Mourmansk est la plus grande ville du monde au nord du cercle polaire arctique, dans une zone où le sol reste gelé à l’année (pergélisol). La ville se situe sur la péninsule de Kola à 1 448 km au nord de Moscou et 1 014 km au nord de Saint-Pétersbourg.

Elle s’étend sur plus de 20 km le long de la berge orientale du golfe de Kola ou fjord de Mourmansk, dont l'ouverture sur la mer de Barents se situe à 50 km au nord. À 16 km au nord de la ville, se trouve la ville fermée de Severomorsk, qui sert de base militaire à la Flotte du Nord. Au nord, les plus proches voisins de Mourmansk sont les localités urbaines de Roskliavo et Safonovo, alors qu’au sud, les faubourgs de la ville s’étendent jusqu’aux limites de la ville de Kola. À l’est et à l’ouest, la ville est entourée de forêts. Le plus haut sommet de la ville est une colline sans nom située sur sa limite orientale et qui culmine à 305 m. Le nord de la ville est baigné par la Rosta.

Fuseau horaire[modifier | modifier le code]

La ville de Mourmansk, comme tout l’oblast qui porte son nom, est située dans le fuseau horaire de l’« heure de Moscou » (Moscow Time Zone : MSK/MSD), qui, en hiver, est en avance de trois heures par rapport au temps universel coordonné, et de quatre heures en été.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Fondation de Mourmansk et de l'église Saint-Nicolas, le 4 octobre 1916

Le projet de construire une ville portuaire au nord du cercle Arctique est élaboré en Russie dès les années 1870. Cependant, ce n’est qu’en 1912 que des prospecteurs sont envoyés pour reconnaître les lieux en vue d’une installation future. C’est d’abord le port maritime de Mourmansk qui est fondé, en 1915, alors que la Première Guerre mondiale bat son plein, sur la rive droite du golfe de Kola. L’intérêt de ce port est avant tout stratégique. Il vise à garantir à la Russie l’accès à la mer de Barents par un golfe protégé des glaces et, ainsi, de permettre un approvisionnement constant de matériel militaire de la part des alliés en contournant le blocus de la mer Baltique et de la mer Noire. Finalement, la ville est officiellement fondée le 4 octobre 1916. Ce jour-là, sur la petite colline où se dresse aujourd’hui la Maison de la Culture et de la Technologie, a lieu une cérémonie solennelle pour inaugurer le chantier d’une église en l’honneur du protecteur des navigateurs, saint Nicolas. La ville, la dernière fondée par l’Empire russe, prend le nom de Romanov-sur-Mourman. Un an et demi plus tard, le 3 avril 1917, après la Révolution de Février, la ville change de nom pour celui de Mourmansk.

Révolution et intervention étrangère[modifier | modifier le code]

Escadre anglaise à Mourmansk en 1918

En 1917, la Révolution d'Octobre, provoque l'apparition à Mourmansk d'un comité révolutionnaire provisoire dirigé par les bolcheviks. Or, en mars 1918, les marins des alliés de la Triple-Entente, dont les navires chargés d’approvisionner la Russie avaient jeté l’ancre dans le golfe de Kola, font un débarquement armé dans la ville. Cet acte marque le début de l’intervention des forces étrangères dans la guerre civile russe. En 1919, l’armée blanche institue un gouvernement provisoire de l’oblast du Nord, mais elle est bientôt abandonnée par ses alliés étrangers qui évacuent la ville à l’automne de la même année. Le 21 février 1920, un soulèvement redonne le pouvoir aux bolcheviks.

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Jusqu’au début des années 1920, Mourmansk connaît une période de déclin et sa population stagne sous la barre des 2 500 habitants. À cette époque, la petite ville qui n’a pour industrie que des associations d’artisanat et l’industrie de la pêche est quant à elle en profonde déliquescence. Le paysage urbain est d’un rare délabrement : deux ou trois ruelles bordées de maisons d’un seul étage, de pauvres baraquements surpeuplés, quelques entassements anarchiques de cabanes, etc.

Cependant, dans les années 1920, la ville se développe de façon intensive. Dans le cadre des premiers plans quinquennaux, Mourmansk acquiert une flotte moderne et, de simple base côtière, elle devient une ville industrielle. Des usines sont bâties, ainsi qu’un port de pêche industrielle, desservie par une flotte de chalutiers. Ce port se développe rapidement et, après quelques années, Mourmansk fournit annuellement au pays deux millions de quintaux de poisson.

À la même époque, de nouvelles rues sont bâties, dotées de trottoirs de bois et bordées de rangées de maisons en rondins. En 1927, est construit le premier édifice en pierre de plusieurs étages, qui abrite de nos jours le Musée d’art de l’oblast de Mourmansk. En 1934, la ville inaugure sa première ligne d’autobus, qui la traverse du nord au sud. La même année, le train express « Étoile polaire » entre en fonction et relie Mourmansk à Léningrad.

Vue aérienne de Mourmansk en 1936

Dans les années 1920 et 1930, la ville change plusieurs fois de statut administratif, au gré des modifications des délimitations territoriales. En 1921, la ville devient le chef-lieu administratif de la province de Mourmansk, puis, à partir de 1927, le chef-lieu d’une région comprise à l’intérieur de l’oblast de Léningrad. Finalement, à partir de 1938, elle devient la capitale d’un oblast qui porte son nom. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, la ville compte environ 120 000 habitants[2].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Habitants de la ville construisant des remblais de défense à Mourmansk à la fin de l'été 1941
Incendie après un bombardement aérien en 1942.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Mourmansk résista pendant quarante mois aux attaques allemandes. Composée de 150 000 hommes, cette armée avait reçu d’Hitler la directive de prendre la ville afin d’interrompre l’approvisionnement dе l'Union soviétique par les États-Unis et d'établir un blocus de la mer de Barents. D'après les calculs du commandement allemand, la ville devait tomber en quelques jours. Par deux fois, les troupes allemandes lancèrent une attaque terrestre généralisée contre la ville, mais elles furent repoussées.

Les Allemands changèrent alors de stratégie et entamèrent un long et lourd bombardement aérien de la ville. Au total, la Luftwaffe mena 792 attaques aériennes contre Mourmansk, larguant 185 000 bombes. Ces bombardements détruisirent les trois quarts des bâtiments de la ville, en particulier les constructions en bois. Le plus terrible bombardement eut lieu le 18 juin 1942. Les Allemands larguaient sur la ville des bombes incendiaires, puis de fortes bombes explosives. Ce jour-là, le vent et le temps sec se conjuguèrent pour contribuer à la propagation de l’incendie, qui s’étendit du centre de la ville jusqu’à la banlieue nord-est. La scène de dévastation immortalisée quelques mois plus tard par le photographe Yevgeny Khaldei est éloquente : d'un quartier entier, seules les cheminées, en pierre, ont résisté à l'incendie[3]. Finalement, le 7 octobre 1944, l’Armée rouge lança l’opération Petsamo-Kirkenes contre les forces allemandes dans l’Arctique. Malgré les ouvrages défensifs qu’elle avait eu le temps d’élever pendant ses trois années d’occupation du territoire, l’armée allemande fut vaincue en moins d’un mois.

Après la guerre, militarisation et croissance[modifier | modifier le code]

À la fin de la guerre, la ville est presque entièrement détruite. Seuls les installations portuaires et quelques édifices sont toujours en place. En novembre 1945, Mourmansk figure, aux côtés de Moscou et de Léningrad dans la liste dressée par le gouvernement des villes dont la reconstruction est prioritaire. Le budget alloué à la reconstruction atteint les 100 millions de roubles. Parallèlement, la ville, de même que toute la péninsule de Kola, se donne résolument une vocation militaire. Le premier brise-glace nucléaire y est mis à l'eau en 1959 et, la même année, le quartier général de la Flotte du Nord s'installe dans la ville voisine de Severomorsk. De nouvelles villes sont fondées aux alentours de Poliarny qui se spécialise déjà dans la construction de sous-marins nucléaires: Gadjievo en 1956 et Snejnogorsk en 1964, qui portent respectivement les noms de code Mourmansk-130 et Moursmansk-60[2].

Dopée par l'arrivée de nouveaux habitants, principalement des militaires, la ville se reconstruit assez rapidement. Dans la première décennie suivant la guerre, Mourmansk se dote à nouveau d’entreprises industrielles, des quais de débarquement, de quais d'amarrage, d’écoles, de crèches et de garderies, de cinémas, de Maisons de la culture et d’un complexe de télédiffusion. Le secteur de la construction résidentielle n’est pas en reste. En effet, dès 1952, l’espace résidentiel disponible retrouve son niveau d’avant la guerre. La construction se poursuit ensuite à un rythme effréné, si bien que cet espace triple en l’espace de dix ans. En 1963, le Conseil des ministres de l’URSS formule un décret « Pour le développement des villes d’Arkhangelsk et Mourmansk » afin de planifier le développement ultérieur de ces villes.

De fait, la ville connaît sa plus forte période de croissance à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Les édifices de neuf étages, qui forment la plus grande partie du quartier du Premier Mai et de la partie orientale du quartier d’Octobre sont construits à cette époque. Aujourd’hui, l’architecture de Mourmansk témoigne de ses différentes périodes de développement. Le centre de la ville est surtout composé d’édifices staliniens, alors que la banlieue Lénine est composée de « khrouchtchevka » (édifices de trois à cinq étages construits à l’initiative de Nikita Khrouchtchev). Quelques demeures de bois datant d’après la guerre subsistent aussi en certains endroits.

Période post-soviétique : déclin et transition[modifier | modifier le code]

Les années qui suivent la dislocation de l'Union soviétique sont difficiles pour Mourmansk, qui doit désormais compter sans la politique volontariste de développement du Grand Nord qui a fait ses heures de gloire. L'évolution démographique reflète le grave déclin que subit la ville. Alors que la population était en croissance pendant la période soviétique et avait atteint un pic de 468 000 habitants en 1989, la tendance s'inverse ensuite, alors que la ville voit sa population diminuer presque du tiers, principalement à cause d'une forte migration vers les régions centrales de la Russie.

La démilitarisation de la région constitue une des causes directes de cette crise. L'effondrement du complexe militaro-industriel et le déclin des chantiers militaires ont provoqué un exode massif de militaires, qui ont laissé derrière eux de nombreuses installations à l'abandon. Parallèlement, l'industrie de la pêche a chuté au point de ne représenter que 5 % de la production nationale, si bien que 90 % de la consommation régionale est importée[2].

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[4]

Évolution démographique
1920 1926* 1931 1939* 1959* 1970*
2 500 8 777 29 200 119 369 221 874 308 642
1979* 1989* 2002* 2010* 2012 2013
380 817 468 039 336 137 307 257 305 034 302 468

Cultes[modifier | modifier le code]

Vue de la cathédrale Saint-Nicolas aujourd'hui (août 2013)

La majorité de la population de la ville est de religion orthodoxe et dipose d'une dizaine d'églises, dont la plus importante est la cathédrale Saint-Nicolas, siège de l'éparchie (diocèse chez les orthodoxes) de Mourmansk et de Montchegorsk, érigée en 1995[5] à partir d'un territoire de l'éparchie d'Arkhangelsk.

Il existe aussi des communautés protestantes dynamiques dont la plus importante est la communauté luthérienne d'Ingrie[6], formée à l'origine autour des Finnois d'Ingrie. Des communautés à capitaux américains se sont installées récemment, comme les baptistes et les Témoins de Jéhovah. La communauté catholique se réunit dans la petite paroisse Saint-Michel-Archange.

Il est également question de construire une mosquée.

Répartition ethnique[modifier | modifier le code]

Selon le recensement de 2010[7], les habitants[8] de la ville se répartissent ainsi:

Économie[modifier | modifier le code]

Les principaux secteurs de l’économie de Mourmansk sont la pêche et le traitement des poissons, la réparation navale, le transport maritime, ferroviaire et automobile, la métallurgie de transformation, l'industrie alimentaire, la géologie marine et la prospection géologique.

Industrie[modifier | modifier le code]

À partir des années 1990, le déclin des industries militaire et halieutique conduit la ville à réorienter son économie vers le transport maritime dédié à l'exportation de matières premières, une reconversion couronnée de succès dans la mesure où Mourmansk figure aujourd'hui parmi les cinq plus importants ports de Russie en termes de tonnage[2]. À ce titre, la ville s'est d'abord engagée dans l'exportation de minerai — apatite pour les engrais, charbon et nickel, le tout en direction de Rotterdam —, puis, de plus en plus, dans celle des hydrocarbures. Depuis le début des années 2000, la ville bénéficie d'une politique étatique visant à compenser la saturation des oléoducs en direction des marchés de Russie centrale et de l'étranger par l'ouverture de nouvelles voies d'acheminement par les ports des mers Blanche et de Barents. Les hydrocarbures sont ainsi acheminés par voie fluviale ou ferroviaire jusqu'à ces ports, où ils sont transbordés sur des pétroliers. Dans ce nouveau jeu d'exportation du pétrole, Mourmansk est de surcroît favorisée par l'exploitation de nouveaux gisements dans la région, la création de nouveaux terminaux sur la côte arctique, la proximité de la frontière norvégienne et son port libre de glace à l'année.

S'il est devenu l'une des activités économiques principales de la ville, le chargement de pétrole n'a pas encore créé le boom économique promis à la région. Les installations portuaires sont généralement inadaptées à ce type de transbordement — la plus grande partie du port de pêche y est désormais consacrée — et les nouvelles installations sont construites de manière provisoire, principalement sous forme de terminaux pétroliers flottants, symptôme de l'hésitation des investisseurs face à la reconversion économique de la ville. Les administrateurs locaux ont bien conscience de ce problème et, depuis la visite de Poutine en 2007, ils se sont vu promettre un projet d'investissement visant à doubler ses infrastructures d'ici 2015. Ces nouvelles infrastructures devraient entre autres comprendre un nouveau terminal pétrolier central qui devrait se substituer aux terminaux flottants, une nouvelles centrale marémotrice et les installations nécessaire à l'exploitation des gisements en mer de Barents. Le gisement de Chtokman, situé à 500 km de Mourmansk, constituerait à lui seul une grande opportunité pour la région. En effet, Gazprom nourrit le projet de le relier à Mourmansk par un gazoduc sous-marin, qui se prolongerait sur terre jusqu'à l'oblast de Léningrad, d'où il serait acheminé vers les marchés étrangers. Ces grands projets sont très attendus dans la région, où ils sont censés apporter de grands bienfaits économiques et réduire la dépendance énergétique au nucléaire[2].

Transports[modifier | modifier le code]

Transport maritime[modifier | modifier le code]

Le port de Mourmansk.

L'économie de Mourmansk repose principalement sur son port maritime, l'un des plus grands ports de Russie libre des glaces à l’année. Le port de Mourmansk se divise en trois parties : le port de pêche, le port de commerce et la gare maritime. Ces derniers temps, le port de commerce tend à prendre le dessus sur les deux autres, en raison de la brusque augmentation de l'exportation de houille, produit pour lequel Mourmansk sert de centre de transbordement (la houille est acheminée par chemin de fer à Mourmansk, où elle est chargée sur des bateaux pour l'exportation). Simultanément, le débit de poissons déchargés a grandement diminué, car il est devenu plus rentable de les exporter que de les vendre sur le marché national.

Le Sedov, le plus grand voilier du monde.

Mourmansk est le port d'attache du plus grand voilier au monde, le Sedov.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Malgré l’important développement des transports maritime et routier, le chemin de fer demeure le principal moyen de transport de marchandises. La majorité des transports ferroviaires, de marchandise comme de passagers, s’effectue en direction du sud.

Trafic routier[modifier | modifier le code]

L'autoroute fédérale « Kola » (M18), qui débute à Saint-Pétersbourg, prend fin à Mourmansk. La ville est aussi le point de départ de la route A138 pour la Norvège et de la route P12 pour la Finlande. En 2005, un pont a été construit au-dessus du golfe de Kola ; il s'agit du plus grand pont au nord du cercle Arctique, grâce auquel il est devenu beaucoup plus simple de se rendre dans les parties isolées de la ville, situées sur la rive ouest du fjord.

Trafic aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Mourmansk est situé à Mourmachi, à 28 km de la ville elle-même. En plus, des vols quotidiens pour Moscou et Saint-Pétersbourg, l'aéroport dessert quelques villes de Russie et de Norvège.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Les transports urbains sont assurés par des trolleybus et des autobus. En 2007, le service de trolleybus, qui est le plus au nord dans le monde, compte cinq circuits, alors que le réseau d’autobus dessert la ville et ses banlieues à travers 20 circuits.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Décorations reçues par la ville (façade d'un bâtiment situé sur la place des Cinq-Angles).
  • En 1971, pour souligner les succès de Mourmansk dans le domaine de la production industrielle, la ville reçoit l'Ordre du Drapeau rouge du Travail.
  • En 1982, pour le courage et la ténacité dont ont fait preuve ses habitants dans la lutte aux envahisseurs allemands et pour ses succès économiques et culturels, la ville est décorée de l'Ordre de la Guerre patriotique de première classe.
  • En 1985, pour service émérite rendu à la patrie pendant la Grande Guerre patriotique (1941-1945), la ville reçoit officiellement le titre de « Ville héros » et les plus prestigieuses récompenses de l'Union soviétique, soit l'Ordre de Lénine et la médaille de l'« Étoile d’or ».

Climat[modifier | modifier le code]

La gare maritime de Mourmansk en septembre
La gare maritime de Mourmansk en février

Bien qu’elle soit située dans une zone arctique, la ville de Mourmansk jouit d’un climat tempéré grâce à la proximité de la mer de Barents et surtout grâce à l’effet adoucissant de la dérive nord atlantique. Ce dernier facteur explique l’importante différence de climat entre Mourmansk et la majorité des villes situées au nord du cercle Arctique, notamment l'hiver (-10 à -11 °C en moyenne pour les mois de janvier et février, ce qui est relativement chaud pour ces latitudes). De plus, à Mourmansk, le vent prend des airs de mousson : un vent glacial et sec souffle du continent l'hiver, alors qu'un vent venu du nord apporte à la ville l’air frais et humide de la mer de Barents l'été. Ce changement se produit en juin et en septembre. En juin, la température moyenne est de 12 à 13 °C et le temps est habituellement pluvieux. D’ailleurs, la majeure partie des précipitations, qui totalisent environ 500 mm par an, se produisent de juin à septembre, avec un sommet en août. La plus basse température jamais enregistrée à Mourmansk est de -39,4 °C, le 27 janvier 1999, alors que la plus haute est de 33,1 °C, le 9 juin 1972. À cette latitude, la nuit polaire dure environ du 2 décembre au 10 janvier, et le jour polaire approximativement du 21 mai au 23 juillet.

  • Nombre moyen de jours avec de la neige dans l'année : 168
  • Nombre moyen de jours de pluie dans l'année : 131
  • Nombre moyen de jours avec de l'orage dans l'année : 7
  • Nombre moyen de jours avec du blizzard dans l'année : 46
Relevé météorologique de Mourmansk
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −13,9 −12,6 −7,6 −4,2 0,8 5,5 9 7,3 4,2 −1,4 −8,8 −12,3 −2,8
Température moyenne (°C) −10,5 −9,9 −5,5 −1,3 3,7 9,2 12,7 10,9 6,7 0,8 −5,4 −8,7 0,2
Température maximale moyenne (°C) −7,4 −6,5 −1,2 2,1 7,4 13,7 17,4 14,4 9,5 2,7 −3,8 −6,3 3,5
Précipitations (mm) 28 22 20 23 31 57 65 68 52 45 41 34 486
Source : Le climat à Mourmansk (en °C et mm, moyenne mensuelles)[9]


Divisions administratives[modifier | modifier le code]

Le territoire de la ville couvre une superficie de 139,98 km2. La ville est divisée en trois districts : les districts de Lénine, d’Octobre et du Premier Mai. Chacun de ces districts comprend lui-même plusieurs quartiers.

Aménagement urbain[modifier | modifier le code]

Place des Cinq-Angles, en centre-ville, avec l'hôtel Arktika à gauche.

Les particularités de l’aménagement urbain de Mourmansk sont déterminées par le relief du terrain, caractérisé par la présence de nombreuses collines escarpées. Pour cette raison, de nombreux édifices situés dans des pentes sont dotés de fondations en forme d’escalier et d’un nombre d’étages variable selon le niveau. De plus, la présence du pergélisol à l’année empêche de creuser de profondes fondations, et c’est pourquoi aucun édifice de la ville n’a plus de 16 étages. Le plus haut édifice de la ville, l’hôtel Arktika, en compte précisément 16.

Administration[modifier | modifier le code]

Photographie du bâtiment de l'administration locale

Selon le règlement municipal, le maire de la ville est élu pour un mandat de cinq ans au suffrage universel. Le pouvoir législatif est quant à lui exercé par le Conseil des députés municipaux (Совет депутатов), dont les 30 membres sont eux aussi élus pour un mandat de cinq ans.

En 1996, Oleg Naïdionov devient le premier maire de Mourmansk. Sous son mandat, qui prend fin en 2003, plusieurs programmes sociaux sont adoptés et apparaissent les « cartes de visite » de Mourmansk : le phare, l’église du Sauveur-sur-les-eaux et le parc sur l’île Semionovski. Guennadi Gourianov succède à Oleg Naïdionov le 7 septembre 2003, mais un infarctus l’oblige à interrompre son travail à peine un mois plus tard, puis à renoncer à son poste. À l’automne 2004, des élections anticipées ont lieu, au terme desquelles Mikhaïl Savtchenko devient le nouveau maire de Mourmansk. Son successeur sans parti, Sergueï Soubbotine, exerce son mandat de mars 2009, jusqu'au 24 juin 2010, date à laquelle il donne sa démission. Stepan Tananykine, du parti Russie unie, lui succède[10], puis Alexeï Weller, du même parti Russie unie, est élu à la tête de la municipalité le 30 novembre 2010.

Recherche[modifier | modifier le code]

Mourmansk est dotée de plusieurs instituts de recherche, dont l'Institut de biologie marine de Mourmansk, l'Institut de géophysique polaire, l'Institut de recherche polaire de pêche et d'océanographie.

Éducation[modifier | modifier le code]

Photographie du quatre-mâts Sedov appartenant à l'université technique d'État de Mourmansk pour l'éducation de ses élèves cadets.

Au cours des dernières années, le nombre d'institutions d'enseignement tend à diminuer. Ainsi, de 2005 à 2007, quatre des 56 écoles générales de la ville ont fermé leurs portes. Les autres écoles ont vu quant à elles le nombre de leurs élèves baisser sensiblement. Cette tendance à la baisse est due à la faible natalité de la population, ainsi qu'au solde migratoire négatif que connaît la ville depuis le début des années 1990.

À Mourmansk, le calendrier scolaire est adapté pour tenir compte de l'effet de la nuit polaire sur les élèves. Par suite des recommandations de médecins, les cours sont donnés deux heures plus tard de décembre à février et chaque leçon est raccourcie de cinq minutes. Des congés en février ont aussi été rajoutés.

Les institutions d’enseignement supérieur de Mourmansk comptent au total environ 30 000 étudiants, dont la moitié fréquente les deux universités de la ville : l'Université technique d'État de Mourmansk, qui possède le quatre-mâts Sedov pour ses élèves cadets, et l'Université pédagogique d'État de Mourmansk.

Culture[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Il existe dans la ville deux musées régionaux : un musée consacré à l’histoire et à l’environnement de la région, fondé en 1926, et un musée des beaux-arts, aménagé en 1989 dans l’un des plus anciens édifices de pierre de la ville.

Théâtres[modifier | modifier le code]

Vue du théâtre de la Flotte du Nord

Il y a trois théâtres professionnels en activité à Mourmansk. Le plus vieux des trois est le Théâtre de marionnettes, fondé en 1933 à Kirovsk, puis déménagé ici en 1946. Le plus grand théâtre est cependant le Théâtre d’art dramatique de l'oblast de Mourmansk, ouvert en 1939. Le Théâtre d’art dramatique de la Flotte du Nord, fondé en 1936 à Poliarny, a déménagé à Mourmansk la même année que le Théâtre de marionnettes.

Cinémas[modifier | modifier le code]

À la toute fin de la période soviétique, sept cinémas sont en activité à Mourmansk et un huitième est en construction. Cependant, la crise économique touche durement ce secteur et, quelques années après la chute de l’Union soviétique, il ne demeure qu’un seul cinéma dans toute la ville. Avec le retour d’une certaine stabilité économique, deux cinémas de l'époque soviétique, qui avaient été transformés en magasins, retrouvent leur fonction première. En 2006, un quatrième cinéma ouvre ses portes.

Santé[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de la santé, la situation de Mourmansk est paradoxale. En effet, le fait que la ville compte plus de médecins et de lits d’hôpital par habitants que la moyenne nationale n’empêche pas que le taux de mortalité y soit supérieur à celui du reste du pays. Ce taux augmente de façon continue à partir de 1992 jusqu'en 2001, puis la tendance s'inverse. La tendance à la baisse de cette seconde période n’est cependant pas très prononcée, puisqu'en 2004 le taux de mortalité est encore supérieur à celui de 1997.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Vue de l'hôtel « Arktika » derrière la patinoire
L'église du Saint-Sauveur-sur-les-eaux, au bord du lac Semionovskoïe.

Parmi les monuments de Mourmansk, le plus impressionnant est assurément le « Monument aux défenseurs de l'arctique soviétique pendant la Grande Guerre patriotique », dont la statue monumentale mesure 35,5 m de hauteur.

Situé en pleine ville, le lac Semionovskoïe est entouré de nombreuses attractions, dont l’aquarium océanique de Mourmansk.

À leur manière, de nouvelles constructions telles que le pont au-dessus du golfe de Kola et l'église du Sauveur-sur-les-eaux revêtent elles aussi un intérêt touristique.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Mourmansk possède des accords de jumelage avec:

Illustrations[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Également appelé « fjord de Mourmansk ».
  2. a, b, c, d et e Céline Bayou et Éric Le Bourhis, « Norilsk et Mourmansk. Quel avenir pour deux villes du Grand Nord russe ? », Le Courrier des Pays de l'Est, no 1066,‎ mars-avril 2008, p. 35-47
  3. Photographie de décembre 1942, Khaldei, Murmansk.
  4. « Recensements et estimations de la population depuis 1897 sur », sur pop-stat.mashke.org(ru) « Office fédéral de statistiques, Recensement de la population russe de 2010 », sur www.ru(ru) « Population résidente par municipalité de la Fédération de Russie au 1er janvier 2012 » [rar], sur gks.ru(ru) « Population résidente par municipalité de la Fédération de Russie au 1er janvier 2013 » [rar], sur gks.ru
  5. (ru) Site officiel de l'éparchie de Mourmansk
  6. Dont le siège est la cathédrale luthérienne Sainte-Marie de Saint-Pétersbourg
  7. (ru) Répartition ethnique
  8. La Fédération de Russie distingue la nationalité, c'est-à-dire l'origine ethnique et la citoyenneté, c'est-à-dire le fait d'être citoyen de la Fédération de Russie, toutes origines confondues
  9. Pogoda.ru.net
  10. (ru) Ria Novosti: Annonce de la démission du maire de Mourmansk
  11. (de) « Partnerstädte …in Russland », sur www.austausch.org (consulté le 24 octobre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :