1918 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Années :
1915 1916 1917  1918  1919 1920 1921

Décennies :
1880 1890 1900  1910  1920 1930 1940
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Nunavut, Ontario, Québec, Saskatchewan, Terre-Neuve-et-Labrador, Territoires du Nord-Ouest, Yukon), États-Unis) • Asie • Europe (Belgique, France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Droit Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1918 du calendrier grégorien.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Cartes d’alimentation.
  • Création des Chèques postaux.
  • La guerre a tué 1 450 000 soldats. La surmortalité civile est de 250 000 environ. Les naissances se sont effondrées, inférieures de 1,4 million à la normale. Au total, la population a diminué de 3 millions. Alfred Sauvy chiffre à 28 milliards-or l’ampleur des destructions matérielles dues à la guerre.
  • Les combats qui se déroulent encore sur le territoire national empêchent la tenue des élections législatives du printemps pour renouveler la chambre. Elles sont repoussées au mois de décembre 1919.

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

  • 14 février : le gouvernement français envoie une lettre officielle à Nahum Sokolow dans laquelle il affirme que « l'entente est complète entre les gouvernements français et britanniques en ce qui concerne la question d'un établissement juif en Palestine ». Le 9 mai, c'est au tour du gouvernement italien d'envoyer une lettre à Sokolow, qui parle de la formation « d'un centre national israélite » et mentionne le respect des « droits politiques » des communautés non juives. Le président Wilson ne prend pas position officiellement.

Mars[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

  • 3 avril : loi réglementant des exportations de capitaux et des importations de titres ou de valeurs mobilières
  • 14 avril : Foch est nommé commandant en chef des armées alliées.
  • 26 avril : les forces allemandes cessent leur offensive infructueuse en Picardie.

Mai[modifier | modifier le code]

Juin[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

Août[modifier | modifier le code]

Septembre[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

Novembre[modifier | modifier le code]

Cette photographie a été prise après la signature de l'armistice à la sortie du « wagon de l'Armistice » du train d'État-Major[2] du maréchal Ferdinand Foch (deuxième à partir de la droite).

Décembre[modifier | modifier le code]

  • 9 décembre : l’Alsace-Lorraine est restituée à la France.
  • 13 décembre : arrivée en France du président américain Woodrow Wilson.
  • La CGT, jusqu’alors hostile à toute nationalisation, inscrit dans son plan de décembre 1918 la revendication immédiate d’une « nationalisation industrialisée » des chemins de fer.

Économie[modifier | modifier le code]

  • La guerre a engendré d'importantes dépenses militaires, ce qui explique le fort endettement de la France (180 % du PIB).
  • Les dépenses budgétées pour la guerre étaient évaluées à 20 milliards de francs (le budget pour 1914 est de 5 milliards) : les dépenses réelles furent de 140 milliards. Seuls 15 % furent couvertes par l'impôt (dont l'impôt sur le revenu voté en 1914 et appliqué en 1916-1917). La part des dépenses publiques dans le PIB est passée de 8,8 % en 1912 à 27,8 % en 1920. On eut d'abord recours à l'augmentation de la masse monétaire : en 1914, il y avait 6 milliards de francs en circulation ; en 1919 : 25,5 milliards. La Banque de France utilisa le stock d'or pour gager les premières dépenses à hauteur de 5 % à 8 % comme il était d'usage. Cependant, l'encaisse-or diminua fortement du fait des transactions interbancaires et internationales. Une autre solution pour couvrir les frais de guerre fut l'emprunt : auprès de la population française sous forme de « bons de la défense » (75 milliards à court terme, mais toujours renouvelés) et 25 milliards en emprunts à long terme.
  • La richesse nationale du pays atteint 260 milliards de francs.
  • L'inflation atteint 29,3 %.
  • Le déficit public atteint le niveau abyssal de 54 milliards de francs (20,5 % du PIB).
  • Le chômage reste faible à 4 %.
  • Croissance du PIB.

Culture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Article connexe : 1918 en littérature.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films français sortis en 1918[modifier | modifier le code]

  • x

Autres films sortis en France en 1918[modifier | modifier le code]

  • x

Naissances en 1918[modifier | modifier le code]

  • x

Décès en 1918[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Historique des changements d'heure pour : Paris (France)
  2. Typographie selon le Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale, 2007 (ISBN 978-2-7433-0482-9), p. 79 et 133, car il s'agit du Grand État-Major du généralissime des armées alliées le maréchal Foch, ou de l'État-Major allemand.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]