Freetown

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Libreville.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Freetown (homonymie).
Freetown
Panorama de Freetown
Panorama de Freetown
Administration
Pays Drapeau de Sierra Leone Sierra Leone
Région Zone de l'Ouest
District Western Area Urban District (en)
Maire Herbert George-Williams
Démographie
Population 1 070 200 hab.
Densité 2 998 hab./km2
Géographie
Coordonnées 8° 29′ 04″ N 13° 14′ 04″ O / 8.484444, -13.2344448° 29′ 04″ Nord 13° 14′ 04″ Ouest / 8.484444, -13.234444  
Altitude 26 m
Superficie 35 700 ha = 357 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sierra Leone (administrative)

Voir sur la carte Sierra Leone administrative
City locator 12.svg
Freetown
Freetown vu par le satellite Spot

Freetown (en français, « la ville libre ») est la capitale et la plus grande ville de Sierra Leone. La ville portuaire est située au nord du pays dans la Western Area Urban District. En 2004 sa population était d'environ 1 070 200 habitants. La ville est le centre économique, financier et culturel de la Sierra Leone. La plupart des plus grandes entreprises du pays localisent leur siège social à Freetown ainsi que la majorité des sociétés internationales. L'économie de la ville tourne largement autour de son port, occupant une partie de l'estuaire de la rivière de Sierra Leone dans l'un des plus grand ports en eau profonde naturel du monde. Le Queen Elizabeth II Quay (le quai de la Reine Elizabeth II) est capable de recevoir des navires de très gosses capacités et gère les principales exportations de Sierra Leone.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières personnes qui ont commencé à construire la ville furent d'anciens esclaves libérés par des abolitionnistes britanniques en 1787. C'est en 1792 que la ville fut baptisée Freetown.

Corps expéditionnaire britannique à Freetown en 1919

De 1808 à 1874, la ville est la capitale de l'Afrique occidentale britannique.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le port a servi de base navale militaire pour les Britanniques.

La ville a été le théâtre de violents combats de rue dans les années 1990, lors de la guerre civile sierra-léonaise.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un port sur l'océan Atlantique, ce qui en fait la ville la plus importante pour l'économie du pays.

L'industrie locale tourne autour de l'exportation de poissons, de riz et de cigarettes, du raffinage du pétrole et de la taille de diamants.

La ville abrite une cimenterie du groupe allemand HeidelbergCement.

Religion[modifier | modifier le code]

Freetown est le siège d'un archevêché catholique.

L'archidiocèse de Freetown est métropolitain des autres diocèses de Sierra Leone.

Développements récents[modifier | modifier le code]

La capitale sierra-léonaise Freetown s’illuminera en décembre 2007, ont annoncé les autorités le 14 novembre 2007, après deux décennies d’aléas dans la fourniture électrique, partielle et irrégulière, imputés à la guerre civile (1991-2001) et à une mauvaise gestion.

Un contrat a été attribué le 13 novembre 2007 à la compagnie belge Global Trading Group, dont le siège est à Anvers, pour la production de 15 mégawatts d’électricité à Freetown, pendant les 12 mois suivants, a déclaré à l’AFP la ministre de l’Énergie et de l’Électricité, Hafsatu Kabbah.

« La société a soumis l’offre la plus basse de 32 429 873 dollars », a précisé la ministre. Le projet doit être financé principalement par la Banque mondiale, pour une somme de 30 millions de dollars, selon la même source.

Particularités[modifier | modifier le code]

Les Créoles, ont un rôle important dans la ville, même s'ils ne représentent qu'une minorité.

C'est dans cette ville que se trouve l'université de Sierra Leone.

La ville est jumelée avec Kingston-upon-Hull au Royaume-Uni.

Personnalités nées à Freetown[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) L. Bonnet, Salone, roman historique, Editions Vents d'Ailleurs, 2012, (ISBN 978 2364130173)
  • (en) Michael Banton, West African city: a study of tribal life in Freetown, International African Institute, Oxford University Press, 1957, 228 p.
  • (en) Arthur T. Porter, Creoledom : a study of the development of Freetown society, Oxford University Press, Londres, 1963, 151 p. (texte remanié d'une thèse de doctorat)
  • (fr) Odile Goerg, Pouvoir colonial, municipalités et espaces urbains : Conakry-Freetown des années 1880 à 1914, L'Harmattan, Paris, 1997, 2 vol., 719-535 p. (texte remanié d'une thèse de doctorat d'Histoire)
  • (fr) Sylvie Kandé, Terres, urbanisme et architecture créoles en Sierra Leone: XVIIIe-XIXe siècles, Paris, L'Harmattan, 1998, 253 p. (texte remanié d'une thèse de doctorat d'Histoire)

Article connexe[modifier | modifier le code]