Déclaration Balfour de 1917

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Déclaration Balfour.
Balfour et le texte de la Déclaration.
La table de travail de Balfour au Musée de la Diaspora (Tel Aviv).

La Déclaration Balfour de 1917 est une lettre ouverte adressée à Lord Lionel Walter Rothschild (1868-1937), publiée le 2 novembre 1917 par Arthur James Balfour, le ministre britannique des Affaires Étrangères. Par cette lettre, le Royaume-Uni se déclare en faveur de l'établissement en Palestine d'un foyer national juif. Cette déclaration est considérée comme une des premières étapes dans la création de l'État d'Israël[1].

Contexte historique et motivations[modifier | modifier le code]

À l'aube de la Première Guerre mondiale, la Palestine fait partie de l'Empire ottoman. Les troupes britanniques, emmenées par le Général Sir Edmund Allenby, s'engagent dans une campagne contre les Turcs en 1917. Le 31 octobre, les Britanniques remportent une victoire décisive, dans la ville de Beer-Sheva, ce qui conduit à la capitulation de l'empire ottoman.

C'est aussi l'époque du « Grand Jeu » selon Kipling pour maîtriser les zones riches en pétrole et protéger l'accès aux Indes.

Plusieurs raisons différentes ont été évoquées par les historiens pour justifier la décision de Lord Balfour :

  1. Favoriser l'engagement des États-Unis dans la Guerre mondiale par la publication d'une lettre secrète de l'Allemagne vers le Mexique afin de planifier une attaque (cf. télégramme Zimmermann)[réf. souhaitée] ;
  2. Créer un prétexte altruiste pour préempter la Palestine face à la France ;
  3. Protéger les routes commerciales de l'Empire britannique ;
  4. Favoriser le recrutement des Juifs de Russie pour la Guerre mondiale, plutôt que pour la Révolution bolchévique ;
  5. Remercier Chaim Weizmann pour la synthèse de l'acétone, un composant de la cordite (selon Lloyd George dans ses Mémoires) ;
  6. Satisfaire les protestants fondamentalistes du courant dit sioniste chrétien (d'après Jill Hamilton) ;
  7. Créer un « État tampon » entre Suez et le Liban français, afin d'avoir un État ami dans le monde Arabe, en cas de troubles postérieurs ;
  8. Sauvegarder le canal de Suez ;
  9. Limiter les dépenses du Royaume-Uni, écrasé sous le poids de l'effort de guerre ;
  10. Assurer une présence d'origine européenne au Moyen-Orient, région arabe et musulmane[2] ;

Controverse[modifier | modifier le code]

La déclaration Balfour s'inscrit en contradiction avec les engagements pris auprès des nationalistes arabes qui revendiquent un grand État indépendant (accords Hussein-McMahon en 1915), et surtout avec les accords Sykes-Picot de 1916 qui prévoyaient la mise sous tutelle internationale des possessions ottomanes au Moyen-Orient [3].

Lors du démantèlement de l'empire ottoman, le monde arabe s'attendait à l'indépendance promise, mais une partie de la population prend connaissance de la déclaration qu'on essayait de lui cacher. Le 7 novembre 1918, une déclaration franco-britannique est diffusée dans toutes les villes et villages contrôlés par les Alliés ainsi que dans les journaux. Les gouvernements britanniques et français y affirment que « l'objectif recherché par la France et la Grande Bretagne [est] l'établissement de gouvernements et d'administrations nationaux qui détiendront leur autorité de l'initiative et du choix libre des populations indigènes »[4].

Texte de la Déclaration[modifier | modifier le code]

La déclaration.

« Cher Lord Rothschild,

J'ai le plaisir de vous adresser, au nom du gouvernement de Sa Majesté, la déclaration ci-dessous de sympathie à l'adresse des aspirations sionistes, déclaration soumise au cabinet et approuvée par lui.

Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays.


Je vous serais reconnaissant de bien vouloir porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste.

Arthur James Balfour »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Cette lettre ouverte n'a pour les Anglais d'autre intérêt que de rassurer les juifs américains, plus portés à soutenir les Puissances centrales qu'une alliance où figure la Russie au passé lourdement antisémite. Mais elle va légitimer trente ans plus tard la création de l'État d'Israël." http://www.herodote.net/2_novembre_1917-evenement-19171102.php
  2. [Yeredor Jacob. La Palestine et la politique des grandes puissances. In: Politique étrangère no 3 - 1948 - 13e année p. 235- 244. doi : 10.3406/polit.1948.2854 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polit_0032-342X_1948_num_13_3_2854]
  3. universalis.fr
  4. Xavier Baron : Les Palestiniens, Genèse d'une nation. p 21