Dörtyol (Hatay)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dörtyol.
Dörtyol
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Région méditerranéenne
Province Hatay
District Dörtyol
Indicatif téléphonique international +(90)
Indicatif téléphonique local 326
Plaque minéralogique 31
Démographie
Population 71 651 hab.
Géographie
Coordonnées 36° 50′ 43″ N 36° 13′ 22″ E / 36.8453, 36.222836° 50′ 43″ Nord 36° 13′ 22″ Est / 36.8453, 36.2228  
Altitude 59 m
Localisation
Districts de la province de Hatay
Districts de la province de Hatay

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 14.svg
Dörtyol

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 14.svg
Dörtyol
Liens
Site de la mairie http://www.dortyol.bel.tr
Site du district http://www.dortyol.gov.tr
Sources
« Index Mundi/Turquie »

Dörtyol est un chef-lieu de district de la province de Hatay. C'est un port et un terminal pétrolier dans le golfe d'İskenderun (autrefois golfe d'Issos) sur la côte méditerranéenne à 26 km au nord de la ville d'İskenderun. Dörtyol signifie carrefour, mot-à-mot quatre chemins en turc.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dörtyol est sur la E 91 d'Adana vers İskenderun, Antakya (Antioche) puis vers Alep ou Lattaquié en Syrie. Dörtyol est à l'embouchure de la rivière Deli Çay (rivière folle). Environ 10 km plus au sud, la rivière Payas (Payas Çayı) près de Yakacık (Payas) constitue la frontière entre les districts de Dörtyol et d'İskenderun.

Le port de Dörtyol sert de terminal pétrolier. C’est le point d’arrivée d’un oléoduc d’environ 1 000 km de long, venant de Kirkuk en Irak et ouvert en 1978. Celui-ci a connu quelques vicissitudes et fonctionne très en dessous de ses capacités. Un autre oléoduc de 500 km de long provient des champs pétroliers de la province de Batman[1].

La campagne environnante produit du coton et des agrumes.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 401 av. J.-C., Cyrus passe dans la région avant de rejoindre la Syrie. Il y est rejoint par une flotte grecque

La plaine autour de Dörtyol a été le théâtre de plusieurs batailles. La rivière Deli Çay et la rivière Payas (Payas Çayı) sont citées comme identifiées avec le Pinarus dont parle Strabon à propos de la bataille d'Issos victoire d’Alexandre le Grand contre le roi de Perse Darius III en 333 av. J.-C..

En 194, la plaine voit la victoire de l’empereur romain Septime Sévère contre son rival Pescennius Niger.

En 622, c’est l’empereur byzantin Héraclius qui y vainc l'empereur sassanide Khosro II.

Un peu au sud de Dörtyol se trouve la ville de Payas (Baïesses pour les croisés, en arménien : Payas, Պայաս, en arabe bâ’yas بائس qui marquait la frontière entre le royaume de Cilicie et la principauté d’Antioche[2]. Deux forteresses appelées Cin Kulesi et Payas Kalesi défendent le passage. La construction de la plus petite, Cin Kulesi, daterait du VIIIe siècle et serait génoise ou vénitienne. La plus grande aurait une origine templière, mais les constructions actuellement visibles sont de style ottoman[2]

En 1137, l’empereur byzantin Jean II Comnène, après avoir conquis le royaume arménien de Cilicie avance vers la principauté d'Antioche. Il occupe rapidement Dörtyol puis İskenderun, puis il déploie son armée aux portes d'Antioche le 29 août 1137.

Avril 1909, Dörtyol est un des villes où se produisent les massacres de Cilicie qui ont fait environ vingt mille victimes dans le seul vilayet d'Adana[3]

Le 11 décembre 1918, un bataillon français occupe Dörtyol. 19 décembre 1918, à Hatay (Antakya/Antioche) et à Dörtyol, la première résistance contre les occupants commence. Le 4 janvier 1922, Adana est libérée. L'armée turque entre à Adana le 5 janvier. Mersin et Dörtyol sont libérées[4].

Le 27 janvier 1937, reconnaissance de l'indépendance de Hatay lors de la session de la Société des Nations à Genève. 14 juin 1937, ratification par l'assemblée nationale du Traité sur l'indépendance de Hatay[4].

Les 3-4 juillet 1938, conclusion entre la Turquie et la France d'un accord sur le stationnement d'un nombre égal de soldats à Hatay. Les troupes y entrent le 4 juillet[4].

La rivière de Payas a constitué la frontière entre la Turquie et le Sandjak d'Alexandrette, puis la république du Hatay, qui n’a été rattaché à la Turquie qu’en 1939. Avant cette date, le district de Dörtyol faisait déjà partie de la république turque et n’a été rattaché à la province de Hatay qu’après l’annexion de ce dernier à la Turquie.

Sites touristiques[modifier | modifier le code]

Ces trois monuments sont situés à Payas, environ dix kilomètres au sud de la ville de Dörtyol.

Cin Kulesi[5]

Cin Kulesi[6] (tour des djinns) est une construction carrée d’environ 20 m de côté à 100 m de la mer et à 700 m au nord de la forteresse et du caravansérail, près d’un petit port. Elle est située sur un tertre à 40 m d’altitude ce qui en fait un poste de guet. La construction actuelle est contemporaine des deux autres monuments voisins mais elle aurait été construite à l’origine par les Génois. Une thèse d’études très détaillée de cet édifice, en vue de sa restauration, est consultable en ligne[7],

Sokullu Mehmet Paşa Külliyesi

Sokullu Mehmet Paşa Külliyesi (Complexe de Sokullu Mehmet Paşa) est un grand caravansérail construit vers 1570 pour Sokollu Mehmet Paşa grand vizir de Soliman le Magnifique puis de Selim II. Il est situé au centre de Payas (Yakacık). Il comprend un hammam, une mosquée, une medersa et un bazar couvert. C'était une ville fortifiée construite dans un territoire récemment conquis par les Ottomans.

Payas Kalesi

Payas Kalesi (Forteresse de Payas) est entre le caravansérail et la mer. C’est une forteresse entourée de fossés avec une enceinte qui comporte huit tours. Les murs ont été restaurés mais l’intérieur ne contient qu’une petite mosquée[8]. Cette forteresse existait avant l’arrivée des Ottomans au début du XVIe siècle. Probablement construite par les templiers au XIIe siècle, puis occupée par les Mamelouks comme poste frontière entre leur territoire et celui du royaume arménien de Cilicie, après la prise d’Antioche par Baybars en 1268. De halte sur la route de Jérusalem pour les pèlerins chrétiens, la forteresse devient une étape sur la route du pèlerinage à la Mecque.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dörtyol », sur Encyclopædia Britannica Online
  2. a et b Maxime Goepp, Benjamin Saintamon, « Baïesses (Turquie) :: Principauté d'Antioche », sur « Forteresses d'Orient »
  3. Gérard Dédéyan, Histoire du peuple arménien, Toulouse, Privat,‎ 2007 (ISBN 978-2-7089-6874-5), p. 518.
  4. a, b et c « Chronologie », sur « Ministère de la Culture et du Tourisme de la République de Turquie »
  5. Cin Kulesi : 36° 45′ 36″ N 36° 12′ 01″ E / 36.759963, 36.200198.
  6. Cin Kulesi est parfois appelé Cin Kalesi, kule signifie tour, kale signifie forteresse.
  7. (en) Bora Işik, « Restoration project of Cin Kule in Payas, Antakya », sur « Middle East Technical University ».
  8. (tr) « Turizm », sur « Site du district de Dörtyol »