Bataille de Cambrai (1918)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pour la bataille qui vit la première utilisation massive des chars voir Bataille de Cambrai (1917).
Bataille de Cambrai
Informations générales
Date du 8 au
Lieu sud-ouest de Cambrai, France
Issue Victoire des Alliés
Belligérants
Drapeau du Canada Canada
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Drapeau de Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Empire allemand Empire allemand
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni Henry Horne
Drapeau du Royaume-Uni Julian Byng
Drapeau du Royaume-Uni Henry Rawlinson
Drapeau de l'AllemagneOtto von Below
Forces en présence
Drapeau du Royaume-Uni 21 divisions
Drapeau du Canada Canada 3 divisions
Drapeau de Nouvelle-Zélande 1 division
180 000 hommes
Pertes
12 000 tués, blessés, capturés ou disparus 10 000 tués, blessés, capturés ou disparus
Première Guerre mondiale
Batailles
Front d'Europe de l’Ouest

Liège (8-1914)Frontières (8-1914)Anvers (9-1914)Grande Retraite (9-1914)Marne (9-1914)Course à la mer (9-1914)Yser (10-1914)Ypres (10-1914)Messines (10-1914)Givenchy (12-1914)Champagne (12-1914) - Hartmannswillerkopf (1-1915)Neuve-Chapelle (3-1915)2e Ypres (4-1915)Artois (5-1915)Festubert (5-1915)Linge (7-1915)2e Artois (9-1915)2e Champagne (9-1915) - Loos (9-1915)Verdun (2-1916)Hulluch (4-1916)Somme (7-1916)Fromelles (7-1916)Arras (4-1917)Vimy (4-1917)Chemin des Dames (4-1917)2e Messines (6-1917)Passchendaele (7-1917)Cote 70 (8-1917)2e Verdun (8-1917)Cambrai (11-1917)Offensive du printemps (3-1918)Lys (4-1918)Aisne (5-1918)Bois Belleau (6-1918)2e Marne (7-1918)Château-Thierry (7-1918)Le Hamel (7-1918)Amiens (8-1918)Cent-Jours (8-1918)2e Somme (9-1918)Bataille de la ligne Hindenburg - Meuse-Argonne (10-1918)Cambrai (10-1918)


Front italien


Front d'Europe de l’Est


Front du Moyen-Orient


Front africain


Bataille de l'Atlantique

La bataille de Cambrai de 1918, connue également comme deuxième bataille de Cambrai, opposa des troupes du Corps canadien, des première, troisième et quatrième armées britanniques, le Corps américain, et des forces de l'Empire allemand. Elle appartient à une longue série de batailles sur la ligne Hindenburg. La bataille se déroula du 8 octobre au 10 octobre 1918.

Elle fit appel à plusieurs des nouvelles tactiques de 1918, notamment les chars, ce qui explique qu'elle fut menée en un temps très court, fit peu de victimes et se conclut par un succès éclatant.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Les Allemands avaient trois lignes qui s'étendaient sur 7 000 m environ. Le secteur étant calme jusque-là, il était peu garni : le 20e Landwehr et la 54e Reserve, soutenus par moins de 150 pièces d'artillerie[1]. Les défenseurs allemands n'étaient pas prêts pour faire face au déferlement de 324 chars d'assaut[2].

  • 1er octobre : Le corps canadien brise la résistance de von Below acculé près de Ramillies au nord et obligé d'abandonner Rumilly au sud.
  • 8 octobre : La 57e division britannique entre dans les faubourgs sud de Cambrai, la 63e et les 2e et 3e divisions canadiennes enlèvent les villages de Niergnies, Forenville et Seranvillers, les Néo-Zélandais occupent Esnes.
  • 9 octobre : Dès 4 heures du matin, la 2e Division canadienne entrait dans Cambrai en ne rencontrant que peu de résistance. Elle poursuivit vers Cattenières sans attendre, laissant le « nettoyage » de la ville à la 3e Division canadienne qui la suivait de près.
  • 10 octobre : La 3e Division canadienne entre dans la ville qu'elle trouve déserte. Il y eut au total moins de 20 morts.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Soldats canadiens sur la route Arras-Cambrai en 1918

Bien que la prise de Cambrai ait été nettement plus rapide que prévue, la résistance des troupes allemandes au nord-est de la ville se durcit, ralentissant l'avance des Canadiens et obligeant le Corps Canadien à se retrancher.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Keegan (édition UK), p. 396.
  2. Keegan (édition UK), p. 397.

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]