Chemin de fer du Hedjaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Syrie billet de 100 Livres 1998: Une locomotive moderne du Chemin de fer du Hedjaz à gauche de la gare el-Hedjaz à Damas
Chemin de fer du Hedjaz
Ligne de Damas à Acre, Naplouse, Bosra et Médine
via Amman
⇒ Voir la carte de la ligne ⇐
Carte de la ligne
⇒ Voir l'illustration ⇐
La gare el-Hedjaz à Damas, terminus historique de la ligne
Pays Syrie Syrie,
Drapeau de la Jordanie Jordanie,
Drapeau d’Israël Israël,
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite
Villes desservies Damas, Amman, Médine, Haïfa, Acre, Bosra, Naplouse
Historique
Mise en service 1908
Fermeture 1918 (fermeture partielle)
Caractéristiques techniques
Longueur 1 320 km
Écartement Voie étroite (1 050 mm)
Électrification

Non électrifiée

Pente ou rampe maximale 13 ‰
Schéma de la ligne

Le chemin de fer du Hedjaz est une ligne à voie étroite (écartement de 1 050 mm) qui reliait Damas en Syrie à Médine, en traversant le Hedjaz, région du nord-ouest de l'Arabie saoudite. Il fut construit sur l'ordre du sultan Abdul Hamid II.

Origine[modifier | modifier le code]

Il fut présenté comme un chemin de fer religieux, destiné à faciliter le pèlerinage à la Mecque, mais aussi dans le but de renforcer l'emprise des Ottomans sur l'ensemble de la région et de favoriser les échanges commerciaux entre Damas et Médine.

Construction[modifier | modifier le code]

Les travaux de construction commencèrent en 1900 et furent financés principalement par l'État ottoman, avec l'assistance de l'Allemagne, et dirigés par l’ingénieur allemand August Meissner, dit August Pacha. Ce chemin de fer présentait deux particularités remarquables : il ne supportait aucune dette lorsqu'il fut mis en service, et la voie se trouvait sous le niveau de la mer sur plusieurs kilomètres.

La ligne atteignit Médine le 1er septembre 1908, jour anniversaire de l'accession au trône du sultan. Malheureusement, pour respecter impérativement cette date, il fallut faire au plus vite et des tronçons de voies furent posés directement sur des remblais dans le lits de certains oueds.

Le projet annoncé au début de prolonger la ligne jusqu'à la Mecque ne fut jamais réalisé. La ligne n'alla pas plus au sud que Médine, à 1 300 km au sud de Damas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès le début, le chemin de fer fut l'objet d'attaques par les tribus arabes voisines. Même si ces attaques ne réussirent jamais, les Turcs ne réussissaient pas à contrôler le terrain sur plus d'un ou deux kilomètres de part et d'autre de la voie. Certains tronçons furent posés sur des traverses métalliques pour contrer les habitudes locales qui consistaient à se servir des traverses en bois pour alimenter les feux de camps.

La ligne fut endommagée à plusieurs reprises au cours des combats de la Première Guerre mondiale, en particulier du fait des attaques des bandes arabes dirigées par Lawrence d'Arabie. Après l'éclatement de l'empire ottoman, le chemin de fer du Hedjaz ne fut jamais remis en exploitation au sud de la frontière entre la Jordanie et l'Arabie saoudite.

Une tentative de réouverture de la ligne fut faite au milieu des années 1960, mais elle fut abandonnée à cause de la guerre des Six Jours.

Deux parties de la ligne du Hedjaz fonctionnent toujours à l'heure actuelle, en Syrie et en Jordanie, et constituent d'ailleurs l'essentiel des chemins de fer jordaniens. Une ligne relie Damas à Amman, et l'autre les mines de phosphates de Ma'an au golfe d'Aqaba. En 2004, le terminus historique de la gare du Hedjaz à Damas fut fermé, et la ligne finit maintenant à la gare Qadam, dans la banlieue de Damas.

En Arabie saoudite, des vestiges du chemin de fer, voie, bâtiments et matériel roulant, sont conservés comme attractions touristiques à Médine. Les trains détruits par Lawrence d'Arabie peuvent encore se voir.

Toutefois, en août 2005, la municipalité de Médine a démoli un pont de l'ancienne ligne au prétexte de sécurité, malgré l'opposition des habitants et des historiens[1]. Le Prince Sultan ibn Salman, ministre du tourisme, suite à ces protestations, a évoqué la reconstruction de ce pont et la rénovation de la ligne à des fins touristiques[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) d'arabe news 31/08/2005
  2. (en) Arab news 05/09/2005

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]