Premier raid sur Ostende

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Premier raid sur Ostende
Informations générales
Date du 23 au 24 avril 1918
Lieu Ostende, Belgique
Issue Victoire allemande
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Commandants
Hubert Lynes inconnu
Première Guerre mondiale
Batailles
Bataille de l'Atlantique

Blocus allié de l'Allemagne · Odensholm (08-1914) · 1re Heligoland (08-1914) · Penang (10-1914) · Coronel (11-1914) · Falklands (12-1914) · Dogger Bank (01-1915) · Gotland (07-1915) · Golfe de Riga (08-1915) · Yarmouth et Lowestoft (04-1916) · Jutland (05-1916) · Funchal (12-1916) · Combat entre le Leopard et le HMS Achilles · Pas-de-Calais (04-1917) · Combat entre le HMAS Sydney et le LZ92 · Détroit de Muhu (10-1917) · 2e Heligoland (11-1917) · Croisière de glace (02/03-1918) · Zeebruges (04-1918) · 1er Ostende (04-1918) · 2e Ostende (05-1918) · Sabordage allemand à Scapa Flow (06-1919)


Bataille de la mer Noire
12 octobre 1914 · Odessa (10-1914) · Novorossiysk · Sébastopol · Feodosia · Cap Sarytch · île Kirpen (1) · île Kirpen (2)


Front italien


Front d'Europe de l’Est


Front d'Europe de l’Ouest


Front du Moyen-Orient


Front africain

Le premier raid sur Ostende fait partie de l'Opération Zo. C'est la première des deux attaques de la Royal Navy sur le port d'Ostende aux mains de l'Allemagne à la fin de l'été 1918 pendant la Première Guerre mondiale.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de l'Atlantique (1917).

Au début de la guerre, aussi bien la Royal Navy que la Kaiserliche Marine attribuaient un rôle prépondérant aux cuirassés. La Grand Fleet britannique, la plus puissante du monde, espérait couler la Hochseeflotte, la flotte allemande, en une seule bataille décisive. Cette dernière, consciente de son désavantage, se réfugia et se barricada dans ses ports lourdement protégés.

Mais la Royal Navy ne contrôlait pas pour autant la mer du Nord, du moins pas à partir de septembre 1914, où les U-Boote coulèrent 4 croiseurs britanniques. Le U-9 torpillant à lui seul 3 croiseurs le 22 septembre 1914 : le HMS Aboukir, le HMS Hogue, et le HMS Cressy. Les Britanniques durent donc adopter la même stratégie que les Allemands et barricader leurs escadres de cuirassés. La bataille entre les deux marines ne se jouaient que par petites unités interposées. Les escadres de surface, jadis arme traditionnelle de l'offensive, étaient contraintes à la défensive et n'effectuaient que des sorties rapides à la trajectoire aléatoire afin d'éviter de se faire intercepter par les U-Boote. Elles avaient essentiellement un rôle dissuasif et n'avaient qu'un rôle de « flotte en vie », constituant par sa seule présence une menace hypothétique.

Déroulement du raid[modifier | modifier le code]

Le plan d'attaque des Britanniques était de couler deux croiseurs dans la bouche du canal d'Ostende et trois à Zeebrugge, afin d'empêcher les navires allemands de quitter leur port d'attache. Le canal d'Ostende est le plus petit et plus étroit des deux canaux donnant accès à Bruges et a donc été considéré comme une cible secondaire derrière le raid de Zeebrugge. Par conséquent, moins de ressources ont été fournies au raid sur Ostende. Alors que l'attaque de Zeebrugge résulte en un succès limité, le raid sur Ostende fut un échec complet. La marine allemande qui a défendu le port avait pris des préparatifs minutieux et chassa les navires britanniques égarés, forçant la Royal Navy à abandonner son opération. Les pertes sont toutefois inconnues.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Second raid sur Ostende.

Ostende sera le théâtre d'un nouveau raid le 9 mai 1918.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Max Arthur, Symbol of Courage. Sidgwick & Jackson, 2004. (ISBN 0-283073-51-9).
  • (en) Geoffrey Bennett, Naval Battles of the First World War (ISBN 0-141390-87-5).
  • (en) John Ellis & Michael Cox, The World War I Data Book. Aurum Press, 1993. (ISBN 1-854107-66-6).
  • (en) Dwight R. Messimer, Find and Destroy ; Antisubmarine Warfare in World War I, Naval Institute Press, Annapolis, 2001. (ISBN 1-55750-447-4).
  • (en) Bryan Perrett, For Valour. Wiedenfeld & Nicolson, 2003. (ISBN 0-297846-62-0).
  • (en) Stephen Snelling, The Naval VCs. Sutton Publishing, 2002. (ISBN 0-750913-95-9).