Révolte basmatchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Révolte basmatchi
Informations générales
Date 1916 à 1931
Lieu Asie centrale
Issue Victoire soviètique
Belligérants
Flag of Russia.svg Empire russe puis Flag of the Soviet Union.svg URSS basmatchi
Commandants
Flag of the Soviet Union.svgMikhaïl Frounze Ismail Enver
Guerre civile russe

La Révolte basmatchi (en russe : Восстание басмачей, Vosstanie basmatcheï, ou Басмачество, Basmatchestvo) est un soulèvement des peuples musulmans, notamment turcs, de l'Asie centrale contre la domination coloniale exercée par l'Empire russe, puis la Russie soviétique, entre 1916 et les années 1920.

Histoire[modifier | modifier le code]

La révolte éclata en 1916, quand le pouvoir tsariste tenta de soumettre les musulmans au service militaire et à la mobilisation générale pour la Première Guerre mondiale.

Ismail Enver

La lutte continua contre la Russie soviétique après la Révolution d'Octobre. Contrairement aux armées blanches anti-bolcheviques de Russie d'Europe, les Basmatchis ne reçurent aucun soutien des puissances occidentales, qui se méfiaient de l'idéologie pan-turque qui animaient certains de leurs leaders. Ismail Enver, dit Enver Pacha, ancien ministre de la guerre de l'Empire ottoman, qui s'était rapproché des bolcheviks et avait été envoyé par Lénine comme parlementaire auprès des révoltés, prit d'ailleurs la tête du mouvement en 1921, avec pour objectif la création d'un État turc et musulman unifié dans la région.

Drapeau du Turquestan entre 1921 et 1924.

La fin de la guerre civile russe permit cependant aux bolcheviks de consacrer des forces importantes à la réduction de la révolte à partir de 1922. Dès cette année, Enver fut tué. À partir de 1923, les lambeaux de l'armée basmatchi furent contraints de se replier dans les montagnes, d'où ils menèrent des actions de guérilla pendant encore plusieurs années, pourchassés impitoyablement par les troupes soviétiques et la Guépéou.

La lutte contre les Basmatchis fit l'objet de nombreux films soviétiques à coloration « exotique », surnommés easterns en référence aux westerns américains.