Corfou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corfou (homonymie).
Corfou
Κέρκυρα (el)
Île de Corfou
Île de Corfou
Géographie
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Archipel Îles-Ioniennes
Localisation mer Ionienne (mer Méditerranée)
Coordonnées 39° 40′ 00″ N 19° 45′ 00″ E / 39.666667, 19.75 ()39° 40′ 00″ N 19° 45′ 00″ E / 39.666667, 19.75 ()  
Superficie 641 km2
Côtes 217 km
Point culminant Pantokrator (906 m)
Administration
Périphérie Îles Ioniennes
District régional Corfou
Dème Corfou
Démographie
Population 107 879 hab. (2001)
Densité 168,3 hab./km2
Plus grande ville Corfou
Autres informations
Découverte Grèce antique
Fuseau horaire UTC+02:00
Site officiel www.corfu.gr

Géolocalisation sur la carte : Îles Ioniennes

(Voir situation sur carte : Îles Ioniennes)
Corfou
Corfou

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Corfou
Corfou
Îles de Grèce

Corcyre ou Corfou (de l'italien : Corfù[1] ; en grec : Κέρκυρα / Kérkyra ; grec ancien : Κέρκυρα ou Κόρκυρα ; latin : Corcyra) est une île grecque située en mer Ionienne, sur la façade occidentale de la Grèce, à proximité de sa frontière avec l'Albanie. Elle est la capitale de la périphérie des îles Ioniennes.

En grec Κέρκυρα (Kérkyra), l’île est connue dans l'histoire de la Grèce antique en tant que cité grecque sous le nom de Corcyre.

Origine du nom de l’île[modifier | modifier le code]

Le nom grec de l’île est Κέρκυρα (Kérkyra). Ce nom dériverait :

  • Selon la légende, de la nymphe Korkyra (en) (Κόρκυρα) ou Kerkyra (Κέρκυρα). (voir 2. Mythes)
  • Du grec κέρκος (kérkos, « anse ») en référence à la forme de l’île.

L’île fut également appelée δρέπανον (drépanon) ou δρεπάνι (drepaní), littéralement « la faucille ». Le nom français Corfou viendrait du grec Κορυφαί (Koryphaí, « cimes »). Le nom fut ensuite déformé en Corfou par les colons européens.

Dans l'Antiquité, elle s'appelait Corcyre. La ville byzantine serait devenue Korypho (à partir de Κορυφαί, les deux pics sur lesquels est construite la forteresse de la ville ou Πόλις τῶν Κορυφῶν) vers le XIVe siècle. Le nom aurait été corrompu lors de la présence vénitienne en Stous Korphous puis Corfou[2].

Gentilé[modifier | modifier le code]

Les habitants de l'île de Corfou sont appelés les Corfiotes.

Mythes[modifier | modifier le code]

Origine de son nom[modifier | modifier le code]

Corfou doit son nom à Korkyra, une nymphe fille du fleuve Asopos et de la rivière-nymphe Métopé (en). Poséidon, étant tombé amoureux d'elle, l’aurait emmenée sur cette île. De leurs amours est né Phéax (en). Ce dernier nom pourrait également expliquer l’origine du nom des Phéaciens.

Périples d’Ulysse[modifier | modifier le code]

Corfou, habité par les Phéaciens, aurait été l'ultime étape d'Ulysse avant son retour à Ithaque. Ulysse se serait échoué sur le rocher qui se trouvait sur l'îlot de Pondikonissi (el), à la pointe de Kanoni au sud de la ville de Corfou. Les Phéaciens, très bons marins l'auraient aidé et Nausicaa, fille du roi des Phéaciens, Alcinoos, l'aurait accueilli.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Corfou

Corfou (592 km2) est l'île la plus septentrionale des îles Ioniennes (2 307 km2), qui comprennent aussi Céphalonie, Cythère, Ithaque, Leucade, Paxos et Zante. Ce chapelet, qui suit la trame du relief continental, est plissé et haché de failles gigantesques nées au tertiaire. D'où l'étrange beauté des rochers qui plongent à pic dans la mer et la présence des gouffres d'Argostoli où les flots se précipitent. Corfou mesure 58 km de long et 27 km au point le plus large.

En regardant du nord vers le sud, elle a la forme d'une anse ou d'une faucille.

On peut diviser l'île en trois régions : le nord avec les montagnes, le centre avec les collines, le sud avec les plaines. Les côtes sont principalement constituées de galets et de sable. Le point culminant de Corfou est le Mont Pantokrator (906 m d'altitude). Il se situe au nord de l'île.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Corfou est une petite île. Elle ne possède donc pas réellement de vrais cours d'eau. Néanmoins, la plus importante des petites rivières est la Ropa. Elle irrigue une plaine fertile au centre de l'île. Dans cette plaine, poussent des vignes et des céréales.

Il y a aussi trois grandes lagunes. La première est Andinioti qui se situe sur la côte nord. La seconde est celle d'Halikiopoulos. Elle se situe au sud de Corfou (ville) et est traversée aujourd'hui par l'aéroport. Enfin, Korission se situe dans le sud.

Faune et Flore[modifier | modifier le code]

Oliveraie à Corfou

Faune[modifier | modifier le code]

La faune sur l'île de Corfou est très riche. D'ailleurs, le zoologiste britannique Gerald Durrell, qui passa son enfance sur l'île, en fut fort marqué.

Les oiseaux[modifier | modifier le code]

Les mammifères[modifier | modifier le code]

Les reptiles[modifier | modifier le code]

  • On trouve plusieurs tortues dont les tortues de mer. Cette dernière espèce est assez rare.
  • Certaines espèces de serpents et de lézards vivent aussi sur l'île. La plupart des serpents ne sont pas venimeux.

Les mammifères marins[modifier | modifier le code]

  • Les eaux autour de Corfou abritent un petit nombre de phoques moines. C'est une des espèces les plus menacées d'Europe. On peut aussi apercevoir quelques dauphins non loin des côtes.

Les poissons[modifier | modifier le code]

  • L'anguille de sable est un poisson très venimeux. Mais elle s'active plutôt la nuit.

Flore[modifier | modifier le code]

Les pentes du Mont Pantokrator sont couvertes d'un grand nombre de variétés de fleurs dont plusieurs espèces d'orchidées. Sur l'île, on trouve de grandes oliveraies qui occupent 30 % des terres, et des bosquets de cyprès. La formation végétale la plus importante est le maquis. À Corfou, il y a beaucoup de bougainvillées (la fleur la plus populaire).

L'existence de roses blanches sur cette île a été célébrée par une chanson interprétée par Nana Mouskouri : "Roses blanches de Corfou".

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Corfou est très agréable et très favorable.

  • En été, la température est d'environ 31 °C. Au cœur de cette saison, il y a environ 11 à 12 heures d'ensoleillement par jour.
  • En hiver, surtout en janvier et février, le climat est très froid. Cependant, même en décembre, le soleil brille en moyenne 3 heures par jour.

Les précipitations sont régulières à Corfou. Quelques averses sont possibles en été. Corfou est aussi la région la plus humide de Grèce. C'est pour cette raison qu'elle est si verdoyante et fertile. C'est en juillet que le climat est le plus sec bien qu'il y ait quelques averses réparties en moyenne sur deux jours.

De novembre à mars, les précipitations sont assez régulières. En octobre ou en novembre, se produit une courte période d'orage entre la fin de la chaleur de l'été et le début du froid de l'hiver.

Comme dans la majorité des pays méditerranéens, soufflent à Corfou des vents violents. Mais ils sont moins réguliers et moins prévisibles qu'ailleurs.

Tableau de données météo durant les douze mois à Corfou :

Modèle:Big
Température
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc Moyenne
Température max (°C) 14 16 18 20 25 29 32 30 28 24 20 16 22, 7
Température min (°C) 9 8 11 12 16 20 23 22 19 17 12 9 14, 8
Moyenne °C 9,6 10,3 12,1 15,1 19,6 23,8 26,4 26,1 22,7 18,4 14,2 11,1 17, 5
Précipitation et ensoleillement
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc Total
Précipitation (mm) 132 136 98 62 36 14 7 18 75 148 181 180 1087
Ensoleillement (j/h) 5 6 7 7 9 10 11 12 9 6 4 3 2600 h/an
Source : Relevé des données météorologiques à Corfou

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture est dominée par la culture extensive de l'olivier ; l'olivier recouvre l'essentiel des collines voire des montagnes de l'île.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de Corfou en 1488.
Article détaillé : Histoire de Corfou.

L'île est à la frontière (symbolique) entre l'Occident et l'Orient. Corfou est la région grecque la plus proche de l'Italie. Elle est aussi à moins de trois kilomètres de la côte albanaise. Sa position géographique lui confère une riche histoire[3]. Elle était une étape évidente sur la route du Levant, dans les deux sens, et à la sortie de la mer Adriatique[4].

Antiquité grecque[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Corcyre.

Dans son passé mythique, Corfou est l'île des Phéaciens. Corfou est colonisée par les Corinthiens vers 734 av. J.-C.. Plus tard, les Corfiotes instaurent leur propre politique, voulant se libérer de l'autorité des Corinthiens. Une lutte s'engage entre les Corinthiens et les Corfiotes. Ces derniers vainquent les Corinthiens en 664 av. J.-C. lors d'une bataille navale.

Les relations difficiles de Corfou avec sa métropole sont considérées comme une des causes de la guerre du Péloponnèse. Corfou s'allie avec Athènes en -431 et un peu plus tôt lors de la bataille de Sybota. Les pertes de la guerre du Péloponnèse entraînent le déclin de l'île. Les armées de Sparte envahissent l'île en 375 av. J.-C.. Les Athéniens portent secours à leur anciens alliés et chassèrent les Spartiates.

Antiquité romaine[modifier | modifier le code]

En 229 av. J.-C., Corfou se place sous la protection de Rome.

Saint Jason et Saint Sosipater (en) introduisent, au Ier siècle ap. J.-C., le christianisme à Corfou.

Après le partage de l'Empire, l'île se trouve à la frontière entre l'Empire d'Occident et l'Empire d'Orient, faisant partie de ce dernier.

Époque byzantine[modifier | modifier le code]

En 455 ap. J.-C., les Vandales ravagent l'île mais n'arrivent pas à prendre la ville. En 540 ou 551 ap. J.-C., pendant la Guerre des Goths, les Ostrogoths de Totila envahissent Corfou et la pillent, puis l'utilisent comme base pour attaquer les îles proches et les côtes de Grèce continentale.

Aux XIe et XIIe siècles, les Normands du Royaume de Sicile s'emparent de Corfou à plusieurs reprises, mais l'île est à chaque fois reconquise par les Byzantins parfois aidés des Vénitiens: elle est normande de 1081 à 1085, de 1147 à 1149 puis de 1185 à 1191.

De 1199 à 1204 (ou 1206), Corfou fait partie du domaine des héritiers de Margaritus de Brindisi, sous l'autorité de l'amiral génois Léon Vetrano (it).

En 1204, l'Empire byzantin est partagé entre les participants de la Quatrième croisade. Corfou connait alors une première domination vénitienne de 1204 à 1210, appartient ensuite au Despotat d'Épire, est conquise en 1257 par Manfred de Sicile et fait partie du Royaume de Naples des Angevins de 1266 à 1386.

Domination vénitienne (1386-1797)[modifier | modifier le code]

La nouvelle citadelle vénitienne à Corfou (ville).

En 1386, quelques notables de Corfou demandent la protection du doge de Venise. En 1401, Venise versa au roi de Naples Ladislas 30 000 ducats d'or pour officialiser la possession de l'île.

Après l'expansion de l'Empire ottoman, l'île constitue la dernière terre chrétienne avant le monde musulman. Les Vénitiens fortifient Corfou érigent la Vieille Citadelle en 1550, le Fort Neuf une trentaine d'année plus tard et dégageant l'Esplanade.

Grâce à toutes ces défenses, l'île ne tombe jamais aux mains des Ottomans lors des luttes qui se déroulent du XVe au XVIIIe siècle. Pendant le siège de 1716, elle est défendue par Johann Matthias von der Schulenburg.

Pendant cette période, les Vénitiens encouragent les Corfiotes à exploiter davantage les oliviers. L'influence vénitienne sur l'île reste marquée dans l'architecture.

Domination française[modifier | modifier le code]

Après avoir occupé Venise et mis fin au Dogat, Napoléon Bonaparte décide, au printemps 1797, d'occuper les Îles Ioniennes. Le 27 mai, le général Gentilli atteint la rade de Corfou et s'empare de la citadelle. Sur l'île, Pierre-Jacques Bonhomme de Comeyras est le commissaire pour le Directoire en 1798. Conquises en 1799 par une flotte russo-turque commandée par l'amiral Ouchakov, les îles Ioniennes sont rendues à la France en 1807 au traité de Tilsit.

Domination britannique (1814-1864)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : République des îles Ioniennes.

L'île a un statut de protectorat britannique entre 1814 et 1864. Le 21 mai 1864, Corfou, ainsi que les autres îles Ioniennes, est officiellement remise à la Grèce.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Corfou accueille l'armée serbe en déroute lors de la Première Guerre mondiale et est occupée « pacifiquement » par les armées française et britannique.

En 1923, l’incident de Corfou oppose la Grèce à l'Italie fasciste. Le 29 août, près l'agression d'un groupe de militaires Italiens (Il s'agissait du général Enrico Tellini, du major Luigi Corti, du lieutenant Luigi Bonacini et d'un interprète albanais[5]) chargés de reconnaître la frontière gréco-albanaise, Benito Mussolini envoie un ultimatum à la Grèce, exigeant 50 millions de lires de réparation et l’exécution des tueurs. La Grèce étant dans l'incapacité d'identifier les assassins, les forces italiennes bombardent et occupent l'île grecque de Corfou le 31 août 1923, tuant au moins quinze civils. Le motif officieux pour l'invasion était sans aucun doute la position stratégique de Corfou à l'entrée de la mer Adriatique, ainsi que les volontés irrédentistes de Mussolini. Cet incident fut un des premiers grands tests de la Société des Nations, qui exigea de la Grèce le paiement d'une indemnité financière à l'Italie. Celle-ci se retira de Corfou le 27 septembre 1923[6].

L'île est occupée par l'Italie lors de la Seconde Guerre mondiale et est l'objet de combats entre les troupes allemandes et italiennes après le retrait de l'Italie.

En 1946, un différend international oppose l'Albanie au Royaume-Uni à propos de la circulation maritime dans le détroit de Corfou et la présence de mines marines mises en place par l'Albanie, dans le contexte de la guerre civile grecque et de tentatives américaines et britanniques de déstabiliser le régime albanais (Projet Valuable). L'affaire du détroit de Corfou fait l'objet du tout premier jugement rendu par la Cour internationale de justice le 9 avril 1949[7],[8],[9].

Le Traité de Corfou est signé le 24 juin 1994. Il consacre le quatrième élargissement de l'Union européenne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Sous la domination vénitienne Corfou arborait le lion de Saint-Marc et le conserva sous domination française puis anglaise et enfin lors de la République des Sept-Îles.

Lion of Saint Mark.svg.

Actuellement Corfou a pour emblème ce blason avec une trière antique: Blason Corfou.svg

Personnalités originaires de Corfou[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Ioánnis Kapodístrias et Albert Cohen.
  • Nicandre de Corcyre (el), de son vrai nom Andronic Nouccios (Corfou, première décennie du XVIe s. - après 1556) est un copiste grec, auteur d'un récit : Le Voyage d'Occident, d'une traduction en grec moderne des Fables d'Ésope (publiée en 1543), ainsi que d'une satire théâtrale de style italien : Tragédie sur la réfutation du libre arbitre. D'une famille aisée de Corfou, il s'installe, vers 1540, à Venise, alors métropole des îles Ioniennes, où il copie des manuscrits pour de riches commanditaires, comme l'Espagnol Hurtado de Mendoza. L'été 1545, l'humaniste Gérard van Veltwyck, envoyé comme ambassadeur à Constantinople auprès du sultan Soliman par l'empereur Charles Quint, fait étape à Venise. Andronic, qui, semble-t-il, le connaît, se propose de l'accompagner et suivra van Veltwyck jusqu'en Allemagne, à la cour de Charles Quint, à qui le rapport d'ambassade doit être présenté. C'est alors qu'Andronic commence à rédiger un compte-rendu de son voyage d'un an et demi à travers l'Europe occidentale et qu'il adopte, à l'instar des écrivains humanistes de l'époque, l'anagramme patronymique Nicandre, plus antique et respectable. De retour à Venise, probablement avant 1547, il est envoyé à Rome (d'octobre 1547 à janvier 1548) pour une mission diplomatique au Vatican[10].
  • Le prince Philip Mountbatten, mari de la reine Élisabeth II, né prince Philippe de Grèce et de Danemark à Corfou en 1921.

Architecture[modifier | modifier le code]

Vue du vieux centre-ville de Corfou

L'architecture fut fort influencée par la domination vénitienne. C'est notamment à Corfou (ville) que cela se remarque.

De nombreux hauts bâtiments ont des balcons et des volets qui ont été peints en couleur vert italien.
Une bonne partie des églises ont aussi un style vénitien. Celles-ci ont un toit de tuiles rouges et un clocher séparé.

Linguistique[modifier | modifier le code]

Les Corfiotes parlaient et pour certains d'entre eux – les plus vieux notamment – parlent encore un idiome gréco-vénitien où abondent les vocables italiens[12], comme par exemple :

  1. Fenêtre : corfiote = φανέστρα (fanéstra), grec démotique = παράθυρο (paráthyro), italo-vénitien = fanestra
  2. Rue : corfiote = στράτα (stráta), grec démotique = oδός (odόs), italo-vénitien = strata
  3. Maison : corfiote = κάζα (káza), grec démotique = σπίτι (spíti), italo-vénitien = casa
  4. Bougie : corfiote = καντηλέτο (kandiléto), grec démotique = κερί (kerí), italo-vénitien = candiletto
  5. Grand-mère : corfiote = νόννα (nóna), grec démotique = γιαγιά (yayá), italo-vénitien = nonna
  6. Critiquer : corfiote = στ(ρ)ουδιάρω (st(r)oudiáro), grec démotique = επικρίνω (epikríno), italo-vénitien = studiare

Coutumes[modifier | modifier le code]

La Procession de Saint Spyridon, Georgios Samartzis (el), 1912
Maisons décorées de l'Esplanade et cruches peintes prêtes à être jetées des balcons, tradition du Samedi saint à Corfou
  • Carnaval : Le carnaval se déroule le dimanche précédant le Carême. On brûle l'effigie représentant l'esprit du carnaval à la fin d'un défilé.
  • Festival de Corfou : Lors de ce festival, qui a lieu en septembre, sont donnés des ballets, des pièces de théâtre, des concerts et des opéras.
  • Saint Spyridon : Spyridon de Trimythonte (Άγιος Σπυρίδων) fut un évêque de Chypre, qui vécut au IVe siècle ; il est le saint patron de Corfou. Il aurait sauvé cette île de la famine, de la peste et d'un siège turc en 1716. Les fidèles transportent sa dépouille quatre fois par an dans les rues de la vieille ville. Cet événement se déroule le dimanche des Rameaux, le Samedi Saint, le 11 août et le premier dimanche de novembre.
  • Pâques : les festivités de Pâques à Corfou, sont réputées dans toute la Grèce. Durant les trois jours précédant le jour de Pâques, toutes les écoles de musique, en grand uniforme, défilent dans les rues de la ville, jusque tard le soir. Une coutume, sans doute d'origine pré-chrétienne, veut que le samedi de Pâques, à onze heures exactement, les Corfiotes jettent, par la fenêtre, des cruches et pots pleins d'eau, spectacle particulièrement pittoresque, en ville de Corfou et dans tous les villages de l'île. Cet évènement bruyant et haut en couleur ne dure pas plus de 5 minutes et recouvre les rues de tessons brisés.
  • Cricket : la domination britannique a laissé quelques traces, dont ce sport, toujours pratiqué à Corfou (ville) par quelques jeunes citadins, sur la pelouse de la Spianada, devant le palais du gouverneur et le Vieux Fort.
  • Gastronomie : Pastitsado (παστισάδα), Sofrito (σοφρίτο), Bourdeto (μπουρδέτο).

Villes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villes de Corfou.

La ville de Corfou est la capitale de l'île.

À voir[modifier | modifier le code]

Pontikoníssi

Sur les autres projets Wikimedia :

  • La résidence des gouverneurs britanniques, édifiée à proximité du Vieux Fort, par sir Thomas Maitland, devenue palais d'été du roi de Grèce. Aujourd'hui, outre certaines salles intéressantes (comme la salle du Sénat de la République des Sept-Îles) y est installé le musée des arts asiatiques qui offre, notamment, une très belle collection de statuettes du Gandhara
  • L'Achilleion, résidence édifiée par l'impératrice Élisabeth d'Autriche (dite Sissi) pour sa convalescence et rachetée par le Kaiser Guillaume II qui en fit un palais d'été, souvent fréquenté.
  • Le palais de Mon Repos, résidence de villégiature des hauts-commissaires britanniques et lieu de naissance de plusieurs princes de la famille royale grecque, dont Philippe, duc d'Édimbourg
  • Les monastères des Vlachernes et de Pontikoníssi (l’île de la souris, ainsi nommée en raison de sa taille minuscule)
  • La baie et le monastère de Palaiokastrítsa.
  • Le château angevin d'Angelókastro.
  • Le Vieux fort et le fort Neuf (Palaiό Phroúrio et Néo Phroúrio).
  • Les sentiers de randonnées autour du mont Pantokrator.
  • Les plages de Glyfáda, Sidári, Rhóda, Ágios Stéphanos, Ágios Górdios, Palaiokastrítsa.
  • Le plus vieux village de l'île, Palaía Peritheia.
  • L'île de Vido : elle se situe en face de la ville de Corfou. Elle abritait un pénitencier pour mineurs. On y trouve aujourd'hui un centre aéré, un camp scout, ainsi qu'un mausolée érigé en l'honneur de 3000 soldats serbes, tombés au cours de la Première Guerre mondiale. Cette histoire est également commémorée au Musée serbe de Corfou.
  • L'Université Ionienne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Cherpillod, Dictionnaire étymologique des noms géographiques, éd Masson, 1986, 1991, (ISBN 2-225-81038-9).
  2. Guide Joanne, p. 467.
  3. Thucydide, I, 1, 36 : « Corcyre est heureusement placée sur la route maritime, le long de la côte, vers l'Italie et la Sicile. Elle peut empêcher les cités de là-bas d'envoyer une flotte (…) ou au contraire faciliter le voyage d'une flotte partie d'ici pour se rendre dans ces pays. »
  4. Pierre Daru, Histoire de la République de Venise., tome 1, p. 352 : « Pour un État qui prétendait exercer le droit de souveraineté sur toute la surface de l'Adriatique, Corfou, qui garde ou menace l'entrée de ce golfe, était une possession indispensable. »
  5. (en) Michael Brecher et Jonathan Wilkenfeld, A study of crisis, Ann Arbor, University of Michigan Press,‎ 1997, 1e éd., relié (ISBN 978-0-472-10806-0, lire en ligne), p. 583
  6. Peter J. Yearwood, « Consistently with Honour : Great-Britain, the League of Nations and the Corfu Crisis of 1923. », in Journal of contemporary History., vol. 21, no 4, octobre 1986.
  7. (fr) « Corfu Channel (United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland v. Albania) », Cour internationale de justice,‎ 30 septembre 1947–15 décembre 1949 (consulté le 14 juin 2011)
  8. (fr) (en) « Affaire du détroit de Corfu : Arrêt du 9 avril 1949 », Cour internationale de justice (consulté le 14 juin 2011)
  9. (en) « South West Warship Commemorates WWII Corfu Naval Battle » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Site officiel de la Royal Navy', 2006
  10. Nicandre de Corcyre, Le Voyage d'Occident, traduction et introduction de Paolo Odorico, postface de Yves Hersant, Toulouse : Anacharsis Éditions, 2002, ISBN 2-914777-07-8, p. 9-32.
  11. Christopher M. Woodhouse, Capodistria: The Founder of Greek Independence, Londres, 1973 ; Christina Koulouri et Christos Loukos, Τα πρόσωπα του Καποδίστρια. Ο πρώτος Κυβερνήτης της Ελλάδας και Η νεοελληνική ιδεολογία (1831-1996), Athènes, 1996. Voir, également, John L. Koliopoulos et Thanos M. Veremis, Greece: the Modern Sequel, from 1831 to the Present, Londres : éd. C. Hurst & Co. Ltd., 2002, p. 45-47.
  12. Gerásimos Chytíris, Κερκυραïκό γλωσσάρι, ακατάγραφες και δίσημες λέξεις, Corfou : Société des Études Corfiotes, 1987, 285 p.