Croisière de glace de la flotte de la Baltique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Yermak en mer Baltique en 1917.

La Croisière de glace de la flotte de la Baltique fut une opération russe de la Première Guerre mondiale, organisant le transfert des navires de la flotte de la Baltique de la Russie soviétique à partir des ports de Revel et d'Helsinki entre février et mars 1918. En effet, à cette époque l'Empire allemand déclencha la dernière offensive contre la Russie, cette expédition eut pour but d'éviter la capture des navires russes par les forces allemandes.

Lorsque les troupes allemandes effectuèrent leur entrée à Revel le 25 février 1918, une grande partie des navires escortés par un brise-glace avait déjà été transférée. Le 5 mars 1918, les bâtiments de guerre russe avaient atteint le port d'Helsinki, excepté un sous-marin resté prisonnier des glaces.

Timbre postal soviétique de 1976 honorant le Yermak.

Le 12 mars 1918, placés sous les ordres du commandant en chef de la flotte de la Baltique, le capitaine 1re classe Alexeï Mikhaïlovitch Tchastny (1881-1918), 236 navires de la flotte russe escortés par les brise-glaces Yermak (Ермак) et Volynets parcoururent une distance de 300 kilomètres sur une mer recouverte d'une épaisse couche de glace. Au bout de cinq jours, les bâtiments de guerre atteignirent le port de Kronstadt.

Cette flotte russe était composée de :

D'autres navires furent également transférés à Kronstadt.

En Finlande, les marins russes sabordèrent quatre sous-marins dans le port de Hanko.

Après avoir effectué cette expédition, sur les ordres de Trotsky, Alexeï Mikhaïlovitch Tchastny fut arrêté sur l'accusation d'« actions révolutionnaires ». Il fut condamné à mort et fusillé après le procès. Il s'agissait de la première peine de mort prononcée par la Russie soviétique. Selon l'historien Sergueï Petrovitch Melgounov (1879-1956) cette condamnation fut formulée ainsi : Tchastny a réalisé des exploits héroïques créant ainsi un certain succès avec l'intention de l'utiliser plus tard contre le pouvoir soviétique. Dans les ouvrages d'Histoire de l'armée soviétique, le rôle du capitaine 1re classe dans la Croisière de glace de la flotte de la Baltique n'a pas été mentionné.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]