Empires centraux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alliances militaires en Europe en 1914. Les empires centraux sont en pourpre, les Alliés en gris et les pays neutres en jaune.
La carte du monde avec les participants à la Première Guerre mondiale. Les Alliés et leurs colonies sont en vert, les empires centraux et leurs colonies en orange et les pays neutres en gris.
Diagramme circulaire montrant le nombre de militaires morts pour le compte des empires centraux.

Les Empires centraux (en anglais : Central Powers ; en italien : Imperi centrali ; en allemand : Mittelmächte ; en russe : Центральные силы, Tsentralnye sily ; en hongrois : Központi hatalmak ; en turc : İttifak Devletleri ou Bağlaşma Devletleri ; en bulgare : Централни сили, Tsentralni sili) est le nom de la coalition constituée de l'Empire allemand, de l'Autriche-Hongrie, de l'Empire ottoman et du Royaume de Bulgarie et opposée aux Alliés pendant la Première Guerre mondiale.

Le terme « Empires centraux » vient de la position géographique de l'Allemagne et de l'Autriche en Europe — les deux éléments de la coalition présents dès le début de la guerre — situés entre l'Empire russe à l'est, la France et le Royaume-Uni à l'ouest. Le terme est resté faute de nom officiel à la coalition formée avec l'Empire ottoman et la Bulgarie.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'Allemagne et l'Autriche-Hongrie s'allièrent le 7 octobre 1879. Ils furent rejoints le 20 mai 1882 par le Royaume d'Italie et formèrent alors la Triplice, qui se proposait d'établir une alliance de nature seulement défensive. Lorsque la Première Guerre mondiale éclata, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie sollicitèrent le Royaume d'Italie pour qu'il participe aux combats, ce qu'il refusa, car les deux autres pays avaient attaqué le Royaume de Serbie, brisant ainsi le pacte initial de nature défensive. L'Italie entra en guerre le 23 mai 1915 en combattant l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie. De plus l'Italie n'avait rien à gagner à combattre aux côtés de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie, tandis qu'elle pouvait espérer des gains territoriaux sur l'Autriche-Hongrie en rejoignant le camp des Alliés.

Après le début de la guerre en Europe, en août 1914, l'Empire ottoman s'engagea en octobre de la même année en attaquant la Russie, ce qui conduisit la Triple-Entente à lui déclarer la guerre.

Le Royaume de Bulgarie, vindicatif après avoir été battu lors de la Deuxième Guerre balkanique en juillet 1913, par le Royaume de Serbie, le Royaume de Grèce, le Royaume de Roumanie et l'Empire ottoman, fut le dernier à entrer en guerre contre la Triple-Entente. Il envahit la Serbie en conjonction avec l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie en octobre 1915.

D'autres forces apportèrent leur soutien aux Empires centraux pour diverses raisons, tels les nationalistes irlandais qui lancèrent l'Insurrection de Pâques à Dublin en avril 1916. En 1917 et 1918, les Finlandais sous la conduite de Mannerheim, les Ukrainiens et les nationalistes lituaniens combattirent les Russes pour une cause commune. L'Empire ottoman avait aussi des alliés en Azerbaïdjan et au Caucase : les trois pays combattirent côte à côte dans l'Armée de l'Islam lors de la bataille de Bakou.

La Bulgarie signa un armistice avec les Alliés le 29 septembre 1918, à la suite d'une percée majeure de ceux-ci en Macédoine. L'Empire ottoman fit de même le 30 octobre 1918 après les avancées des Britanniques et des Arabes en Palestine et en Syrie. L'Autriche et la Hongrie conclurent un cessez-le-feu séparément pendant la première semaine de novembre en raison de la dislocation de l'Empire des Habsbourg. L'Allemagne signa un armistice le matin du 11 novembre 1918, ce qui signifia la fin de la guerre, après une série d'avancées des armées canadienne, belge, britannique, française et américaine au nord-est de la France et en Belgique.

Articles connexes[modifier | modifier le code]