Nicole Kidman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kidman.
Nicole Kidman
Description de cette image, également commentée ci-après
Nicole Kidman lors du Festival de Cannes 2017.
Nom de naissance Nicole Mary Kidman
Surnom Nicole Kidman
Naissance (51 ans)
Honolulu, Hawaï, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Drapeau de l'Australie Australienne
Profession Actrice
Productrice
Films notables Prête à tout
Eyes Wide Shut
Moulin Rouge !
Les Autres
The Hours
Australia
Rabbit Hole
Séries notables Big Little Lies
Site internet Site officiel de l'actrice

Nicole Kidman (prononciation anglaise [nɪˈkol ˈkɪdmən]) est une actrice et productrice australo-américaine, née le à Honolulu (Hawaï).

Considérée comme l'une des plus grandes actrices de sa génération, elle est reconnue pour l'intensité dramatique de ses compositions, sa capacité à s'effacer derrière ses personnages et l'audace de ses choix, alternant entre films populaires et cinéma indépendant. Elle a ainsi remporté de multiples récompenses, parmi lesquelles un Oscar, cinq Golden Globes, deux Emmy Awards, un BAFTA, un Ours d'argent, le Prix anniversaire du Festival de Cannes pour l'ensemble de son œuvre, et possède une étoile sur le Hollywood Walk of Fame.

Au cours de sa carrière, elle interprète de nombreux rôles marquants, notamment dans Prête à tout (1995) de Gus Van Sant, film qui la révèle au grand public et où elle tient le rôle d'une jeune journaliste obsédée par la célébrité. Ses compositions mémorables incluent le rôle d'une femme dont le mariage est en difficulté dans le sulfureux dernier film de Stanley Kubrick, Eyes Wide Shut (1999), son interprétation d'une danseuse de cabaret dans le film musical de Baz Luhrmann, Moulin Rouge (2001), pour lequel elle reçoit sa première nomination à l'Oscar, ou encore sa performance inquiétante dans le thriller d'Alejandro Amenábar, Les Autres (2001). Son incarnation de Virginia Woolf dans The Hours en 2002 lui vaut l'Oscar, le Golden Globe, le BAFTA et l'Ours d'argent de la meilleure actrice.

Devenue l’une des actrices les plus célèbres et les mieux payées d’Hollywood, Kidman est dirigée par les plus grands réalisateurs et s’essaie à différents genres, passant du drame historique d'Anthony Minghella, Retour à Cold Mountain (2003), au drame expérimental de Lars von Trier, Dogville (2003), du film fantastique À la croisée des mondes : La Boussole d'or (2007) à la fresque de Baz Luhrmann, Australia (2008), du drame intimiste Rabbit Hole (2010) au thriller sulfureux de Lee Daniels, Paperboy (2012). Son interprétation d'une femme victime de violences conjugales dans la série Big Little Lies (2017) lui vaut deux Emmy Awards et le Golden Globe de la meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm.

Depuis plusieurs années, Nicole Kidman met sa notoriété au service de la défense des droits des femmes et des enfants. Elle est devenue ambassadrice de bonne volonté pour l'Unicef en 1994 et pour l'UNIFEM en 2006. Divorcée de l'acteur Tom Cruise, avec qui elle a adopté deux enfants, Nicole Kidman vit ensuite avec le chanteur country Keith Urban, avec qui elle se marie en 2006. Le couple a deux enfants.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse (1967-1983)[modifier | modifier le code]

Nicole Mary Kidman est l'aînée de deux enfants. Sa sœur, Antonia Kidman, deviendra journaliste. Son père, le Dr Anthony David Kidman est biochimiste, psychologue et écrivain. Il possède un cabinet à Lane Cove, Nouvelle-Galles du Sud, Australie[1],[2],[3]. Sa mère, Janelle Ann Glenny, est enseignante dans une école d'infirmières et membre de la Women's Electoral Lobby. Elle édite les livres de son mari. À la naissance de Nicole Kidman en 1967, son père est professeur invité au National Institute of Mental Health des États-Unis. La famille retourne en Australie lorsque la petite Nicole a quatre ans. Ses parents habitent North Shore, près de Sydney. Nicole Kidman a des ascendants irlandais par ses aïeux, James et Bridget Callachor, établis à Sydney en 1842[4].

Nicole Kidman fait ses études à l'école publique de Lane Cove puis au North Sydney Girls' High School. Elle se découvre très jeune une véritable passion pour la danse classique, avant de se tourner vers le théâtre qui lui permet de combattre sa timidité (elle est complexée par sa grande taille : 5 pieds 10 pouces à l'âge adulte, soit environ 1,78 m)[5]. En 1984, un cancer du sein diagnostiqué chez sa mère contraint Nicole Kidman, alors âgée de 17 ans, à interrompre ses études et à travailler comme masseuse kinésithérapeute pour subvenir aux besoins de la famille[6]. Elle reprend ses cours au Victorian College of the Arts de Melbourne puis, avec Naomi Watts, au Phillip Street Theatre de Sydney avant de postuler avec succès à l'Australian Theatre for Young People.

Révélation (1983-1994)[modifier | modifier le code]

En 1983, Nicole Kidman fait ses débuts au cinéma à l'âge de 16 ans lorsqu'elle décroche un rôle dans le drame australien Bush Christmas, qui rencontre un certain succès dans son pays d'origine. La même année, elle figure au générique du Gang des BMX et tient un second rôle dans la série télévisée Diligence Express. Elle continue à mener sa carrière en Australie en apparaissant dans plusieurs films pour le cinéma et la télévision avant de tenter l'aventure hollywoodienne.

En 1989, Nicole Kidman joue sous la direction de Phillip Noyce dans le thriller australo-américain Calme blanc, pour lequel elle donne la réplique à Sam Neill et Billy Zane. Variety écrit : « Tout au long du film, Kidman est excellente. Elle donne à son personnage une réelle ténacité et énergie »[7]. Le critique Roger Ebert souligne de son côté l'alchimie entre les personnages et estime que « Kidman et Zane génèrent une véritable haine palpable dans leurs scènes ensemble »[8]. Après avoir vu le film, Tom Cruise impose Nicole Kidman pour être sa partenaire l'année suivante dans le film d'action Jours de tonnerre de Tony Scott[9]. Les deux acteurs tombent amoureux et se marient le jour du Réveillon de Noël 1990, devant ainsi l'un des couples les plus médiatisés d'Hollywood[10]. Ils se retrouvent devant la caméra de Ron Howard deux ans plus tard avec la fresque fresque Horizons lointains.

La même année, Nicole Kidman est nommée pour la première fois de sa carrière aux Golden Globes, dans la catégorie « meilleure actrice dans un second rôle », pour sa performance dans Billy Bathgate, où elle joue face à Dustin Hoffman. En 1993, elle joue une manipulatrice dans le thriller psychologique Malice, face à Alec Baldwin et Bill Pullman, et apparaît aux côtés de Michael Keaton dans le drame My Life.

Progression (1995-2000)[modifier | modifier le code]

En raison de la célébrité de son mari, la critique et le public considèrent l'actrice principalement comme étant « Madame Cruise ». Afin de se défaire de cette image, Nicole Kidman cherche à s'imposer comme actrice à part entière et voit, dans le scénario de Prête à tout, le moyen d'y parvenir[11]. Elle réussit à convaincre le réalisateur Gus Van Sant, d'abord réticent, de lui confier le rôle principal, celui de Suzanne Stone, une jeune femme qui, pour atteindre son rêve de devenir une star du petit écran, ira jusqu'à manipuler un adolescent pour assassiner son mari[12]. Pour se préparer à jouer le personnage, l'actrice passe trois jours entiers enfermée dans une chambre d'hôtel avec Tom Cruise, la télévision allumée en permanence[5]. Le film permet à Nicole Kidman d'être reconnue comme une grande actrice[11]. Elle devient plébiscitée à Hollywood et remporte, grâce à sa performance, son premier Golden Globe, dans la catégorie « meilleure actrice dans un film musical ou une comédie ». Lorsque les nominations pour les Oscars sont annoncés, son nom ne figure pas sur la liste des nommées dans la catégorie « Oscar de la meilleure actrice ». Elle reçoit alors un télégramme de la part de Sean Penn, lui affirmant : « Vous avez été volée ».

La même année, Nicole Kidman joue dans le film de super-héros Batman Forever, réalisé par Joel Schumacher, troisième volet de la saga Batman, avec Val Kilmer dans le rôle-titre. Le film est un grand succès commercial, avec plus de 336 millions de dollars de recettes. En 1996, Nicole Kidman tient le rôle principal du drame intimiste de Jane Campion, Portrait de femme, d'après le roman éponyme de Henry James, avec également John Malkovich et Mary-Louise Parker. L'actrice joue ensuite face à George Clooney dans le film d'action, Le Pacificateur, en 1997, puis face à Sandra Bullock dans la comédie fantastique, Les Ensorceleuses, en 1998.

En 1999, Nicole Kidman joue dans Eyes Wide Shut, le film testament de Stanley Kubrick, un thriller psychologique pour lequel elle donne la réplique à Tom Cruise une troisième et dernière fois. Le film, une adaptation de la nouvelle de l'écrivain autrichien Arthur Schnitzler, La Nouvelle rêvée, est un voyage entre le réel et l'imaginaire, et suit l'errance dans la nuit d'un médecin, obsédé par la révélation de sa femme d'avoir failli céder à la tentation d'un autre et à la recherche de ses propres fantasme. Le tournage a lieu dans le plus grand secret à Londres et dure quinze mois, en raison de la personnalité méticuleuse et perfectionniste du réalisateur, comme le confirmera l'actrice : « Stanley ne se pressait pas. Le temps était ce qu'il y avait de plus important pour lui. Il était prêt à renoncer à certains extérieurs pour économiser de l'argent, mais pas à sacrifier du temps »[13]. Eyes Wide Shut est également l'un des tournages les plus éprouvants de sa carrière : « Tous les deux, nous devions affronter la jalousie et le sexe c'était toujours là, dans un coin de notre tête. Nous avons tourné pendant dix mois et demi mais sommes restés là pendant un an et demi. C'était vraiment un drôle de truc d'avoir ça à l'esprit tout le temps, jour après jour. On ne s'en débarrasse jamais complètement. Stanley non plus »[13]. Le film est un succès, avec plus de 205 millions de recettes, et l'actrice se voit acclamée par la critique pour sa performance. Variety écrit : « Kidman est sensationnelle et lumineuse par la façon dont elle habite son personnage »[14]. Eyes Wide Shut lui permet également de sortir définitivement de l'ombre de son mari :

« C'était la première fois que ma sensualité se trouvait au centre d'un film, pas un élément périphérique, c'était le sujet du film, et c'était l'idée de Kubrick[15]. »

Pendant son temps libre sur le tournage d'Eyes Wide Shut, Nicole Kidman voit plusieurs pièces de théâtre[16]. Elle rencontre le dramaturge David Hare ainsi que le metteur en scène Sam Mendes et leur parle de son désir de jouer sur scène. Sam Mendès demande alors à Hare d'adapter la pièce de Arthur Schnitzler, La Ronde, qu'il rebaptise The Blue Room[17]. Nicole Kidman a pour seul partenaire l'acteur britannique Iain Glen et les deux doivent jouer chacun cinq personnages. Kidman interprète une jeune femme naïve, une fille au pair, une épouse, un mannequin et une actrice[17]. La pièce, jouée en 1998 au théâtre Donmar Warehouse de Londres, est un triomphe et la performance de l'actrice est célébrée aussi par la presse que le public. La critique devenue célèbre du The Daily Telegraph la décrit comme du « pure theatrical Viagra »[18].

Consécration (2001-2004)[modifier | modifier le code]

Nicole Kidman au Festival de Cannes 2001 pour la présentation de Moulin Rouge.

En 2001, l'année de son divorce très médiatisé d'avec Tom Cruise, Nicole Kidman est l'héroïne du film musical de Baz Luhrmann, Moulin Rouge, dans lequel elle joue Satine, une danseuse de cabaret dont tombe amoureux un jeune poète anglais, Christian, interprété par Ewan McGregor. Elle commence un long processus de préparation en prenant des cours de chant et de danse. Au cours d'une répétition précédant le tournage, Ewan McGregor manque de la rattraper alors qu'elle se lance dans ses bras pour les besoins d'une scène[19]. Malgré une côte fracturée, Kidman est rétablie lorsqu'elle commence les prises du vues en novembre 1999. Le tournage dure huit mois et l'expérience et s'avère difficile pour elle. Elle doit porter tous les jours un corset serré au maximum afin d'avoir la taille la plus fine possible[20]. Vers la fin du tournage, elle chute d'un escalier servant au décor. Elle se froisse alors un cartilage et deux de ses côtes sont fracturées. Malgré la souffrance qu'elle ressent, Kidman revient sur le plateau après deux semaines de convalescence[19]. Le film, qui fait l'ouverture du Festival de Cannes 2001, est un triomphe tant sur le plan artistique que commercial et devient l'un des films populaires de l'actrice. Dans sa critique du film, Variety la compare aux « déesses de l'écran » Marlene Dietrich, Greta Garbo et Marilyn Monroe[21]. Pour son interprétation, Nicole Kidman reçoit sa première nomination à l'Oscar de la meilleure actrice et remporte son second Golden Globe, dans la catégorie « meilleure actrice dans un film musical ou une comédie ».

La même année, Alejandro Amenábar lui offre le rôle principal de son thriller Les Autres. L'actrice commence par refuser d'interpréter Grace Stewart, une femme dont les deux enfants craignent la lumière du jour et qui est persuadée que sa maison est hantée par un esprit. Le personnage est une mère infanticide et Nicole Kidman décline tous les rôles qui lui demande d'être violente envers un enfant[22]. Amenábar parvient finalement à la convaincre et l'actrice choisit de rendre son personnage fragile afin que le spectateur puisse comprendre son acte : « J'ai trouvé la motivation en me mettant du point de vue de Grace qui décide d'ôter la vie de ses enfants parce qu'elle estime que le monde est un endroit trop cruel pour eux. »[23] Le film est un grand succès et Nicole Kidman, qui obtient des avis élogieux de la part de la critique, reçoit se voit proposer pour un Golden Globe et un BAFTA. La même année, l'actrice apparaît dans le drame intimiste Nadia, avec également Vincent Cassel et Mathieu Kassovitz. Elle y joue le rôle-titre et apprend pour l'occasion à parler le russe[24]. Le film connaît un succès modéré mais Nicole Kidman est applaudie par la critique.

En 2002, elle partage l'affiche du film de Stephen Daldry, The Hours, avec Meryl Streep et Julianne Moore. Elle y interprète la romancière Virginia Woolf durant les années 1920 au moment où, accablée par la maladie mentale, elle commence l'écriture de son roman, Mrs Dalloway. Nicole Kidman accepte de tourner le film en raison des parallèles qu'elle voit entre sa vie et celle de Woolf. La scène où son personnage fuit le domicile conjugal et une vie qui lui est devenue insupportable la touche particulièrement : « Je me souviens mot pour mot de ce qu'elle dit à ce moment : « Je mène une existence que je n'ai plus le moindre désir de poursuivre. J'habite dans une ville où je n'ai plus la moindre volonté de vivre. » Je m'en souviens car, jamais, les mots placés dans la bouche d'un de mes personnages n'avaient à ce point semblé m'appartenir »[15]. Pour jouer Woolf, Kidman porte un faux nez et apprend à écrire de la main droite. En pleine dépression au moment du tournage, elle avoue plus tard avoir eu des idées de suicide. C'est en tournant la scène où Woolf met fin à ses jours que Kidman choisit de vivre : « À cette époque, j'étais au plus bas et jouer Woolf m'a permis d'apprécier la vie. »[25] Le film est un succès aussi bien critique que commercial. Nicole Kidman remporte plusieurs prix pour sa prestation, un Ours d'argent de la meilleure actrice, qu’elle partage avec Streep et Moore, un BAFTA, son troisième Golden Globe, dans la catégorie « meilleure actrice dans un film dramatique », et devient la première actrice australienne à recevoir l'Oscar de la meilleure actrice. Lors de son discours de remerciements à la 75e cérémonie des Oscars en 2003, Nicole Kidman rappelle l'importance de l'art, alors que la Guerre d'Irak a débuté quelques jours plus tôt :

« Pourquoi venons nous aux Oscars à un moment où le monde est dans une telle agitation ? Parce que l'art est important. Et parce qu'il faut croire en ce que l'on fait, il faut l'honorer et c'est une tradition qui doit être perpétuée[26]. »

Nicole Kidman au Festival de Cannes 2003 pour la présentation de Dogville.

En 2003, elle tient le rôle principal du drame expérimental de Lars von Trier, Dogville, tourné dans un décor minimaliste. Elle y joue une jeune femme poursuivie par des gangsters, Grace, qui trouve refuge dans la ville minière de Dogville et finit par devenir l'esclave de ses habitants. Nicole Kidman est fascinée par le scénario, que Von Trier a écrit spécialement pour elle, et reste dans la peau de son personnage tout le long du tournage. La scène qui lui est le plus difficile à tourner est celle où Grace doit marcher une chaîne nouée autour de son cou et attachée à une lourde roue en métal. L'actrice manque de s'étouffer et l'équipe se rend compte à la fin de la prise qu'elle souffre réellement[27]. Présenté au Festival de Cannes, le film et la prestation de Kidman sont acclamés par la critique. The Guardian trouve l'actrice « formidable »[28] tandis que The New York Times estime qu'elle arrive à « combiner parfaitement ruse et vulnérabilité »[29].

La même année, elle joue aux côtés d'Anthony Hopkins dans le drame La Couleur du mensonge, réalisé par Robert Benton. Le film est présenté hors compétition à la Mostra de Venise et reçoit des critiques mitigées. Toujours en 2003, Kidman tient l'un des rôles principaux du drame historique, Retour à Cold Mountain, de Anthony Minghella, avec également Jude Law et Renée Zellweger. Le tournage a lieu en Roumanie et est une expérience « profonde » et « magique » pour elle malgré les conditions extrêmes auxquelles l'équipe doit faire face. Le réalisateur se voit contraint de couper certaines scènes à cause de pluies torrentielles et une inondation du plateau. L'équipe doit également tourner en hiver sous des températures pouvant atteindre les - 40 degrés[30]. Le film est un succès critique et public avec 173 millions de dollars de recettes. Pour sa prestation, Nicole Kidman reçoit une nouvelle nomination pour un Golden Globe, dans la catégorie « meilleure actrice dans un film dramatique ».

En 2004, l'actrice se voit proposer le rôle principal du drame Birth. L'histoire est celle d'Anna, une jeune femme perturbée par un garçon de dix ans qui prétend être la réincarnation de son défunt mari. Bien qu'elle aime le scénario, Nicole Kidman n'est pas sûre de vouloir faire le film mais change d'avis lorsqu'elle découvre que Jonathan Glazer, dont elle admire le précédent film Sexy Beast, doit en être le réalisateur[31]. Le film suscite la controverse à la Mostra de Venise, où il est présenté en compétition, en raison d'une scène où le personnage de Kidman prend un bain avec le jeune garçon. L'actrice déclare alors à la conférence de presse : « Ce n'est pas que je voulais faire un film où j'embrasse un garçon de dix ans. Je voulais faire un film où l'on comprend l'amour »[32]. Alors que le film divise la critique, la performance de l'actrice est à nouveau saluée et lui permet d'être proposée pour la septième fois de sa carrière aux Golden Globes, dans la catégorie « meilleure actrice dans un film dramatique ». Les Inrocks écrivent dans leur critique du film : « Nicole Kidman se révèle une fois de plus absolument géniale. Elle est aujourd'hui la plus grande star du cinéma mondial et aussi une des plus grandes actrices contemporaines, alignant les performances remarquables mais surtout, ce qui est encore plus précieux, choisissant les bons films et les vrais cinéastes »[33].

Déconvenues (2004-2009)[modifier | modifier le code]

L'actrice doit ensuite refuser la proposition de Martin Scorsese d'incarner Katharine Hepburn dans son film Aviator. Nicole Kidman s'est en effet déjà engagée sur la comédie fantastique Et l'homme créa la femme, seconde adaptation du roman satirique d'Ira Levin, Les Femmes de Stepford, décision qu'elle ne tarde pas à regretter. L'actrice, tout comme ses partenaires Christopher Walken, Glenn Close et Bette Midler, ne s'entend pas avec le réalisateur Frank Oz[34]. À la suite de projections test désastreuses, le film est réécrit et de nouvelles scènes sont tournées[35]. Mécontente du nouveau scénario, Nicole Kidman songe même à quitter le projet. Le film reçoit un accueil désastreux de la part de la critique et n'obtient pas le succès commercial escompté. L'année suivante, l'actrice joue sous la direction de Sydney Pollack dans le thriller politique L'Interprète et donne pour l'occasion la réplique à Sean Penn. Elle y tient le rôle d'une interprète à l'ONU traquée par des tueurs après avoir surpris une conversation révélant un complot contre un chef d'État africain. Le film reçoit des critiques mitigées mais est un succès public. La même année, Nicole Kidman reprend le rôle d'Elizabeth Montgomery dans l'adaptation au cinéma de Ma sorcière bien-aimée. Le scénario narre l'histoire d'Isabel, une jeune sorcière déterminée à vivre sans sorcellerie et à qui un jeune acteur, joué par Will Ferrell, propose de jouer à ses côtés dans le remake de la série Ma sorcière bien-aimée. Le film reçoit en majorité des critiques négatives et n'obtient pas le succès escompté au box-office.

Nicole Kidman en 2006.

En 2006, Nicole Kidman prête ses traits à la photographe américaine Diane Arbus dans le drame intimiste Fur : Un portrait imaginaire de Diane Arbus de Steven Shainberg. L'actrice joue aux côtés de Robert Downey Jr. et reste dans la peau de son personnage tout le long du tournage[36]. Le film n'est pas un succès commercial mais la critique loue son interprétation, à l'image du Chicago Tribune qui affirme dans sa critique qu'il s'agit là de sa performance « la plus profondément émouvante ». La même année, Nicole Kidman est la voix de Norma Jean, un manchot femelle, dans le film d'animation Happy Feet. Elle est ensuite l'héroïne du film Invasion, réalisé par Oliver Hirschbiegel, nouvelle version du classique de science-fiction de Don Siegel, L'Invasion des profanateurs de sépultures. Le premier montage du réalisateur ne satisfait pas le distributeur Warner Bros. qui engage les Wachowski pour réécrire le scénario et le réalisateur James McTeigue pour retourner plusieurs scènes[37]. Nicole Kidman est brièvement hospitalisée à la suite d'un accident de voiture survenu pendant le tournage et, malgré plusieurs côtes fêlées, retourne rapidement sur le plateau[38]. Lors de sa sortie en 2007, le film récolte une majorité de critiques négatives et est un échec commercial. L'actrice apparaît la même année dans la comédie dramatique Margot va au mariage de Noah Baumbach, avec également Jack Black et Jennifer Jason Leigh. Pour parfaire leurs interprétations, Nicole Kidman et ses partenaires emménagent ensemble le temps du tournage[39]. Le film est présenté pour la première fois au Festival du film de Telluride où il reçoit des critiques mitigées. Nicole Kidman est cependant nommée pour un Satellite Award de la meilleure actrice.

Suite à l'échec relatif de ses derniers films, l'actrice est surnommée « poison du box-office » par la presse[40]. Variety constate, qu'à l'instar de George Clooney, Brad Pitt ou Angelina Jolie, son nom ne garantit plus les entrées en salles pour les studios et ce, malgré son immense popularité[41]. Après l'échec d'Invasion, dont elle refuse d'assurer la promotion, Nicole Kidman confie dans un entretien avec USA Today avoir beaucoup tourné, sans beaucoup de discernement, pour compenser son divorce d'avec Tom Cruise et déclare à propos de ses derniers films : « On ne sait jamais ce qu'un film va donner. On donne tout ce qu'on peut pour qu'il soit bon, mais le temps est trop précieux pour qu'on le passe à agoniser sur les films qui n'ont pas marché ». En 2007, Nicole Kidman joue dans le film À la croisée des mondes : La Boussole d'or, réalisé par Chris Weitz et adapté du livre Les Royaumes du Nord, premier tome de la trilogie À la croisée des mondes écrite par Philip Pullman. N'étant pas fan du genre fantastique, elle commence par refuser d'interpréter la méchante Marisa Coulter. Weitz et Pullman lui font alors parvenir chacun une lettre lui demandant de reconsidérer le rôle et l'actrice, saisissant la complexité du personnage, finit par accepter[42]. L'accueil critique du film est mitigé mais le jeu de Nicole Kidman est une nouvelle fois salué. Pour The Guardian, l'actrice est « à son meilleur dans ce genre de rôle : sculpturale, élégante, séduisante, avec une certaine froideur »[43], tandis que The New York Times estime qu'elle est une « déesse de glace parfaite » et loue sa grande beauté[44]. Malgré plus de 372 millions de dollars de recettes, le film n'est pas le succès commercial escompté par le studio New Line Cinema, qui abandonne l'idée d'en faire une suite.

Le seul film dans lequel apparaît Nicole Kidman l'année suivante est la fresque Australia, pour laquelle elle retrouve le réalisateur Baz Luhrmann. L'actrice donne son accord sans même avoir lu le scénario. L'histoire se déroule dans le nord de l'Australie et narre la romance entre une aristocrate anglaise, qu'elle incarne, et un cow boy, joué par Hugh Jackman au moment où les japonais s'apprêtent à bombarder Darwin pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour les besoins du film, Kidman apprend à rassembler un troupeau et à castrer des jeunes taureaux[45]. L'expérience se révèle épuisante pour l'équipe en raison des longues journées de travail et des conditions extrêmes de tournage. Nicole Kidman, comme Hugh Jackman, s'évanouit même au cours d'une scène à cheval en raison de la chaleur[46]. L'actrice sauve également la vie de son partenaire en lui enlevant un scorpion venimeux de la jambe[47]. Annoncé comme le nouveau Autant en emporte le vent, Australia reçoit un accueil mitigé de la part de la critique lors de sa sortie et engendre plus de 211 millions de dollars de recettes au niveau mondial. L'année suivante, Nicole Kidman tourne dans le film musical de Rob Marshall, Nine, adapté du Huit et demi de Federico Fellini. Elle y joue un rôle écrit spécialement pour elle, celui d'une star de cinéma inspirée par Anita Ekberg dans La dolce vita[48]. Le film n'est pas un succès mais Nicole Kidman partage une nomination pour le Screen Actors Guild Award de la meilleure distribution avec ses partenaires du film, Daniel Day-Lewis, Marion Cotillard, Penélope Cruz, Judi Dench ou encore Sophia Loren.

Cinéma indépendant (2010-2016)[modifier | modifier le code]

Lors de la promotion d'Australia, et alors qu'elle a déjà terminé le tournage de Nine, Nicole Kidman annonce qu'elle songe à mettre un terme à sa carrière d'actrice pour se consacrer entièrement à sa famille[49]. Sa mère réussit cependant à l'en dissuader[50]. L'actrice fonde alors sa société de production, Blossom Films, et ne se lance désormais que dans les projets qu'elle choisit : « Je veux des grands réalisateurs ou des projets qui m'intriguent, des films sur l'exploration de l'âme humaine, sans la juger ». Elle achète les droits de la pièce Rabbit Hole de David Lindsay-Abaire, lauréat du Prix Pulitzer, après y avoir vu le potentiel d'un grand rôle et passe un an à réunir le budget d'environ cinq millions de dollars[51]. L'histoire est celle d'un couple qui tente de redonner un sens à sa vie après la mort de son enfant. Sam Raimi est engagé à la réalisation mais se désiste finalement au profit de John Cameron Mitchell. Le tournage est pour Nicole Kidman « émotionnellement épuisant » et « perturbant » : « Je savais que le faire serait dangereux, mais je ne pouvais pas prévoir que cela me dérangerait à un niveau aussi profond. En même temps, il s'agissait d'aller vers ce qui est probablement l'une de mes plus grandes peurs, et ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose. Le film et la pièce ont été construits d'une telle façon qu'il se dégage énormément d'espoir de l'histoire »[52]. Rabbit Hole est pour la première fois présenté au Festival international du film de Toronto 2010 où l'équipe reçoit une ovation debout de la part du public. Le film est également plébiscité par la presse et la prestation de Nicole Kidman fait l'unanimité. Elle est jugée « exceptionnelle » par le Los Angeles Times[53], « remarquable » pour Les Inrocks[54], « stupéfiante - subtile, féroce, brutalement drôle et tendre lorsque l'on s'y attend le moins » pour Rolling Stone[55] tandis que The Telegraph estime qu'il s'agit là de son meilleur rôle depuis Birth[56]. L'actrice reçoit sa troisième nomination à l'Oscar et est aussi proposée pour un Screen Actors Guild Award et un Golden Globe.

Nicole Kidman lors du Festival de Cannes 2013.

L'année suivante, Nicole Kidman souhaite tourner un film léger après Rabbit Hole et fait une apparition dans Le Mytho, une comédie avec Adam Sandler et Jennifer Aniston[57]. Elle retrouve ensuite Joel Schumacher pour le thriller Effraction où elle joue face à Nicolas Cage[58]. L'actrice estime être « arrivée à un stade de ma carrière où j’ai envie de me mettre davantage en danger » et cherche des « rôles forts » pour « être bousculée et poussée au-delà de mes limites »[59]. Ainsi, elle accepte de jouer sous la direction de Lee Daniels pour le film policier Paperboy, dans lequel elle interprète une nymphomane amoureuse d'un prisonnier, condamné à mort, qu'elle tente de sauver avec l'aide de deux journalistes : « Je trouve formidable que Lee ait pris le risque et m’ait crue capable de le faire, car la plupart des réalisateurs ne penseraient pas que je puisse jouer un tel personnage ». Le réalisateur prévient son actrice que le tournage sera difficile et lui fait tourner dès le premier jour une brutale scène de sexe avec John Cusack, mimer une fellation au parloir d'une prison le deuxième jour et uriner sur Zac Efron le troisième[60]. Nicole Kidman s'immerge intensément dans son personnage, au point de ne plus se rappeler de la scène avec Cusack avant de voir le film terminé[61]. Elle refuse cependant de prendre du poids et de dire le mot « nègre », ayant un fils afro-américain[62]. Le film suscite la controverse en raison de son caractère sulfureux lors de sa présentation en compétition officielle au Festival de Cannes 2012. La performance de Nicole Kidman suscite les louanges de la critique et lui permet d'être proposée pour un Screen Actors Guild Award et un Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle. La presse salue également son incarnation de la correspondante de guerre Martha Gellhorn dans Hemingway and Gellhorn, film biographique retraçant la vie de cette dernière avec l'écrivain Ernest Hemingway, incarné par Clive Owen. The Hollywood Reporter la trouve « remarquable » et ajoute, en faisant référence à son incarnation de Virginia Woolf dans The Hours, qu'elle « excelle à interpréter les écrivains du 20e siècle »[63].

En 2013, Nicole Kidman est membre du jury des longs métrages du Festival de Cannes, présidé par le réalisateur américain Steven Spielberg. La même année, elle joue aux côtés de Mia Wasikowska et Matthew Goode dans le thriller psychologique Stoker. Bien qu'aimant le scénario et malgré son envie de travailler avec le réalisateur Park Chan-wook, l'actrice commence par refuser le rôle qui lui ait proposé, celui d'une femme devant faire face à la mort soudaine de son mari, pour passer du temps avec sa famille. Chan-wook lui propose alors de tourner à Nashville où elle habite. Kidman accepte et commence le tournage une semaine après avoir terminé celui de Paperboy[64]. Le film est présenté au Festival du film de Sundance 2013 et reçoit des critiques positives. Pour le Chicago Sun-Times, l'actrice est « merveilleuse dans un rôle qu'aurait pu écrire Tennessee Williams »[65]. La même année, Colin Firth la sollicite pour être sa partenaire dans Les Voies du destin, d'après l'histoire vraie d'Eric Lomax. Nicole Kidman accepte d'incarner la femme de ce dernier, Patti. Cette dernière découvre que l'officier japonais qui a traumatisé et torturé son époux durant la construction de la « voie ferrée de la mort » est toujours vivant. Afin de s’imprégner du personnage, l'actrice regarde en boucle un entretien de plusieurs heures entre le producteur du film et la femme qu'elle doit incarner[66]. Sa rencontre avec la véritable Patti Lomax a lieu pendant le tournage du film. Le film est présenté au Festival international du film de Toronto où il reçoit de très bonnes critiques. Patti Lomax se déclare « très impressionnée » par la prestation de l'actrice[67].

Nicole Kidman au Festival de Cannes 2014 pour la présentation de Grace de Monaco.

L'année suivante, Nicole Kidman incarne Grace Kelly, actrice américaine devenue princesse de Monaco, dans le film biographique Grace de Monaco. Deux ans plus tôt, elle est emballée par la lecture du scénario et demande à son agent de prendre contact avec le réalisateur Olivier Dahan. Ce dernier s’apprête à faire son choix parmi une dizaine d’actrices, dont Charlize Theron, Gwyneth Paltrow et Jessica Chastain, et n’est pas convaincu que Kidman soit l’interprète idéale pour jouer le rôle-titre[68]. Il accepte tout de même de la rencontrer et décide de lui offrir le rôle après avoir vu les similitudes entre sa vie et celle du personnage[69]. L'histoire, située en 1962 sur fond de conflit fiscal entre Monaco et la France, évoque, de manière fictive, le conflit intérieur de Grace Kelly sur le choix entre son devoir de princesse et sa carrière d'actrice. Pour se préparer au rôle, Nicole Kidman, qui se dit fascinée par le personnage et honorée de pouvoir l’interpréter, revoit en boucle tous les films dans lesquels a joué Kelly et lit une dizaine de biographies[70]. Le film est dans l'ensemble mal accueilli par la critique lors de sa présentation au Festival de Cannes 2014 et Nicole Kidman elle-même reconnaît sa déception quant au résultat final[71],[72]. La même année, l'actrice est à l’affiche du thriller psychologique Avant d'aller dormir de Rowan Joffé pour lequel elle retrouve Colin Firth. Elle y joue le rôle d'une femme amnésique qui, à la suite d'un accident de voiture, ne se rappelle plus de ce qu’elle a fait la veille. Sa performance est saluée par la presse, à l'instar de The Guardian qui qualifie son jeu « de premier ordre » alors qu'elle doit exprimer « à la fois incertitude et paranoïa »[73]. Toujours en 2014, Nicole Kidman tient le rôle de Millicent Clyde, une taxidermiste, qui poursuit un petit ours pour l'empailler, dans le film pour enfant Paddington. Pour les besoins du tournage, Kidman assure la plupart de ses cascades et apprend à lancer des couteaux[74]. Le film reçoit de très bonnes critiques et connaît un grand succès commercial.

En 2015, Nicole Kidman tient le rôle principal du drame intimiste Strangerland, celui d'une femme confrontée avec son mari, joué par Joseph Fiennes, à la disparition de ses deux enfants[75],[76]. L'actrice joue ensuite sous la direction de Werner Herzog dans Queen of the Desert, aux côtés de James Franco, Damian Lewis et Robert Pattinson. Elle y incarne Gertrude Bell, femme de lettres, archéologue et espionne britannique, travaillant sous couverture au Moyen-Orient au début du XXe siècle. Elle est chargée en 1915, pendant la Première Guerre mondiale, de rejoindre Lawrence d'Arabie, afin de rallier les tribus arabe à la cause de la Triple-Entente et d'installer la dynastie des Hachémites en Irak. Le film est pour Nicole Kidman une expérience « magnifique » qu'elle décrit comme « un rêve passé dans le monde de Herzog »[77]. Ce dernier, connu pour ses conditions de tournage extrêmes, tourne au Maroc pendant de véritables tempêtes de sable[78]. Le réalisateur est conquit par son actrice, qu'il décrit comme « phénoménale ». Il estime également qu'il y a « quelque chose en elle qui n'a pas été assez découvert » et ajoute que sa prestation dans le film est « sans précédent » : « Je ne connais aucun film de la décennie passée avec une performance féminine de son calibre »[79]. Nicole Kidman accepte ensuite la proposition de Julia Roberts d'être sa partenaire dans le thriller Aux yeux de tous[80].

La même année, l'actrice fait son retour au théâtre, dix-sept ans après The Blue Room, dans Photograph 51. Dans cette pièce écrite par Anna Ziegler et mise en scène par Michael Grandage, elle prête ses traits à la biologiste britannique Rosalind Franklin, qui a participé de manière déterminante à la découverte de la structure de l'ADN. Jouer Franklin est pour Kidman une manière de rendre hommage à son père, biochimiste renommé, disparu un an plus tôt[81]. La pièce, jouée du 5 septembre au au Théâtre Noël Coward de Londres, est acclamée par la critique, tout comme la performance de Nicole Kidman que The New York Times décrit comme « proche de la perfection »[82]. The Guardian estime qu'elle est « intelligente, réussissant à rendre aussi bien l’humanité, le côté chaleureux de la scientifique que sont agitation vis-à-vis du sexisme qu’elle rencontrait dans sa vie professionnelle. Il s’agit véritablement d’une performance remarquable dans laquelle Kidman nous rappelle que les scientifiques sont souvent animés par la passion »[83]. L'actrice se voit décerner le Prix Natasha Richardson de la meilleure actrice par le quotidien londonien Evening Standard pour sa performance dans la pièce[84].

Séries télévisées (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

L'année 2017 marque un retour triomphal pour Nicole Kidman. L'actrice est nommée pour la quatrième fois à l'Oscar, cette fois dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle, pour sa performance dans le film Lion de Garth Davis. Le film retrace l'histoire vraie d'un enfant indien adopté par un couple d'Australiens qui, avec l'aide de Google Earth, tente de localiser son village natal et sa famille, se fiant à quelques bribes de souvenirs d'enfance. Nicole Kidman accepte d'incarner la mère adoptive en raison des similitudes qu'elle y trouve avec sa propre vie : « C’est l’histoire vraie d’une femme qui aurait pu avoir des enfants mais qui a choisi d’en adopter car elle portait en elle une idée encore plus grande de la maternité, l’histoire d’un amour totalement inconditionnel. Ensuite, il y a beaucoup de points d’ancrage entre elle et moi. Déjà, c’est une Australienne. Et comme elle, je suis la mère adoptive de deux enfants. Pour le film, je me suis transformée physiquement — j’adore les métamorphoses. Voilà en quoi réside notre travail. Être actrice, c’est se mettre au service d’un film, quitte à y sacrifier quelque chose — son mystère ou sa beauté supposée, c’est un devoir »[85]. Le film est chaleureusement accueilli par la presse et rencontre un succès commercial. La prestation de Nicole Kidman est également saluée, à l'image du Chicago Sun-Times qui écrit dans sa critique du film que l'actrice délivre « une performance puissante et émouvante. C'est à la hauteur que tout ce qu'elle a fait dans la dernière décennie »[86].

Nicole Kidman au Festival de Cannes 2017, pour la présentation de Mise à mort du cerf sacré.

Nicole Kidman tient ensuite l'un des rôles principaux de la série Big Little Lies, aux côtés de Reese Witherspoon, Shailene Woodley et Laura Dern. L'actrice est également productrice exécutive de cette adaptation du roman Petits secrets, grands mensonges de Liane Moriarty dont elle est, avec Reese Witherspoon, à l'initiative[87]. L'intrigue se concentre sur trois mères de familles dont les vies, en apparence parfaites, sont bouleversées par un meurtre. Nicole Kidman y incarne Celeste Wright, une femme enfermée dans une relation abusive, victime de violences physiques et psychologiques de la part de son mari. L'actrice s'immerge intensément dans son rôle et ressort profondément marquée par les scènes violentes qu'elle doit jouer : « Je me souviens avoir été étendue sur le sol dans le dernier épisode, en sous-vêtements, et j'avais été particulièrement maltraitée. Je suis juste restée sur le sol, je ne pouvais pas me lever, je ne voulais pas me lever. Je me souviens que le réalisateur est venu et m'a couverte d'une serviette entre les prises. Je me sentais complètement humiliée et dévastée. Et en colère à l'intérieur »[88]. Big Little Lies est acclamé par la critique et rencontre un grand succès lors de sa diffusion sur la chaîne HBO et dans le reste du monde. La série permet à Nicole Kidman de remporter deux Primetime Emmy Awards : celui de la meilleure mini-série ou du meilleur téléfilm et celui de la meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm pour sa performance. Lors de la remise de ce dernier prix, l'actrice dénonce les violences domestiques qu'elle qualifie de « maladie compliquée, insidieuse, qui existe bien plus souvent que ce que nous voulons nous avouer. Elle est remplie de honte et empreinte de secret »[89]. Elle est également récompensée par un Golden Globe (le quatrième de sa carrière), celui de la meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm. En recevant cette distinction, Kidman célèbre la « puissance des femmes » et déclare dans son discours : « Je suis persuadée et j’espère vraiment que nous pouvons provoquer des changements grâce aux histoires que nous racontons et à la façon dont nous les racontons »[90].

La même année, Nicole Kidman présente quatre œuvres lors du 70e Festival de Cannes : deux films en compétition (Mise à mort du cerf sacré et Les Proies), un film hors-compétition (How to Talk to Girls at Parties), ainsi que la série Top of the Lake: China Girl, présentée en séance spéciale. Le soir du palmarès, le jury présidé par Pedro Almodóvar lui attribue le Prix anniversaire du Festival de Cannes pour l'ensemble de son œuvre. Dans Mise à mort du cerf sacré, l'actrice incarne, sous la direction de Yórgos Lánthimos, la femme d'un chirurgien, joué par Colin Farrell, qui prend sous son aile un adolescent perturbé et se retrouve conduit à un impensable sacrifice. Le film, qu'elle juge « profondément dérangeant » et dont le tournage s'est révélé être une « expérience vraiment éprouvante », permet à Nicole Kidman de travailler avec un cinéaste qui, selon elle, n'a « pas peur de repousser les limites, de défricher des territoires interdits »[91]. L'actrice reçoit des critiques positives pour sa performance, à l'image de Vanity Fair, qui estime que cette « tragédie grecque d’une violence inouïe où chaque plan provoque un vertige » Nicole Kidman « prouve une nouvelle fois que la déesse du malaise et de la stupéfaction, c’est elle. Comme une couronne posée sur son grand front de biche »[92]. L'actrice donne une nouvelle fois la réplique à Colin Farrell dans Les Proies de Sofia Coppola, seconde adaptation éponyme du roman de Thomas P. Cullinan, dans lequel elle joue la directrice d'un pensionnat pour jeunes filles durant la Guerre de Sécession. La prestation de Nicole Kidman est jugée à la fois « magistrale » et « remarquable » par la presse. Le film est également bien reçu, à l'image de Numéro qui voit dans Les Proies un « film aussi sensible et fascinant que les précédentes œuvres de cette cinéaste d’exception »[93]. L'actrice retrouve ensuite le réalisateur de Rabbit Hole, David Cameron Mitchell, pour la comédie de science-fiction How to Talk to Girls at Parties, dans laquelle elle interprète une extraterrestre punk, avant de jouer un second rôle dans la série Top of the Lake: China Girl, qui marque ses retrouvailles avec Jane Campion, plus de vingt ans après Portrait de femme.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le , Nicole Kidman se marie avec l'acteur américain Tom Cruise, son partenaire dans le film Jours de tonnerre. Leur couple devient l’un des plus en vue d'Hollywood. Ils adoptent une petite fille, Isabella, née le , puis un garçon, Connor, né le . Leur séparation est rendue publique en février 2001[94] et le divorce, demandé par Tom Cruise pour « différends irréconciliables », est prononcé le 8 août de la même année[95]. La cause invoquée par la presse est celle d'une incompatibilité d'ordre religieux, Nicole Kidman souhaitant voir leurs enfants élevés dans la tradition catholique alors que Tom Cruise voulait suivre les préceptes de l'Église de Scientologie dont il est un fervent défenseur. Nicole Kidman est sous le choc lorsque son mari lui annonce son intention de la quitter[36]. Elle se concentre alors sur sa carrière et enchaîne les films. Lorsqu'elle reçoit son Oscar en 2003 pour son rôle dans The Hours, elle est au sommet de sa carrière et de sa popularité, mais lutte en privé contre la dépression[25]. Lors du sommet Women In the World auquel elle participe à Londres en 2015, Nicole Kidman déclare au cours d'un entretien : « J’étais assise dans le salon du Beverly Hills Hotel avec cette statuette dorée à la main. C’était extraordinaire et pourtant je me sentais plus seule que jamais. Pour être vraiment honnête, je fuyais ma vie à ce moment-là. Je n'étais pas capable de faire face à la réalité de ma vie. »[96]

En 2015, Marty Rathbun, ancien scientologue, déclare dans le documentaire Going Clear avoir été chargé par la Scientologie de faciliter la séparation entre les deux acteurs[97]. Depuis le début de leur relation, Nicole Kidman est vue comme une « source potentielle de problème » par la secte en raison de sa religion catholique et du fait que son père soit psychologue, discipline à laquelle s'oppose la Scientologie. Toujours d'après Marty Rathbun, Nicole Kidman réussit à convaincre son mari de s'éloigner de la secte pendant le tournage d'Eyes Wide Shut. La Scientologie décide alors de mener une « campagne agressive » contre Kidman pour mettre fin à son mariage, engage un détective privé pour la suivre et fait mettre son téléphone sur écoute. Marty Rathbun estime également qu'après avoir convaincu Tom Cruise de divorcer, la Scientologie aurait réussi à retourner les deux enfants adoptés du couple contre leur mère[97]. Nicole Kidman ne s'est jamais exprimée publiquement sur la Scientologie et refuse d'en parler par respect pour ses enfants[98].

En janvier 2005, Nicole Kidman rencontre le chanteur et guitariste de country australien, Keith Urban, au G'Day USA, un événement honorant les Australiens. Leur relation débute six mois plus tard et le couple se marie le dans une chapelle de Manly, la Cardinal Cerretti Memorial Chapel, à Sydney[99]. Au cours d'une interview réalisée en 2015, Nicole Kidman déclare : « On ne savait pas grand-chose l'un de l'autre. On a appris à se connaître pendant notre mariage. »[96] Elle considère Urban comme étant « l'amour de sa vie. »[25] Nicole Kidman donne naissance à une fille Sunday à Nashville le [100]. Le couple annonce en février 2011 la naissance de leur deuxième fille, Faith, née le à Nashville d'une mère porteuse[101]. Nicole Kidman et Keith Urban résident principalement à Nashville et possèdent une propriété à Sydney[102].

Popularité[modifier | modifier le code]

Nicole Kidman est présente dans le monde des médias depuis le début des années 1990. Son mariage avec Tom Cruise devient l'un des événements « people » les plus médiatisés au monde. Son agent la prévient du risque que cette relation peut avoir si elle veut imposer sa propre identité d'actrice : « Si tu deviens Madame Cruise aux yeux des critiques, ta carrière est morte »[103]. C'est avec Prête à tout (1995) que son talent est reconnu et Janet Maslin, dans sa critique du film pour The New York Times, écrit : « Avec ce film, Kidman s'est réinventée miraculeusement »[104]. Sa carrière connaît une ascension fulgurante l'année même de son divorce et sa prestation dans Moulin Rouge (2001) fait d'elle une icône du cinéma[25].

Le critique Roger Ebert distingue « deux Kidman » : « la star glamour de Moulin Rouge et Nine, et l'actrice aux choix risqués et audacieux de Birth, The Hours et Eyes Wide Shut ». Ebert estime également que « la célébrité a assombri son image; si elle était moins glamour, elle serait plus encensée. L'âge sera pour elle un véritable atout »[105]. L'année 2017 marque un véritable tournant dans la carrière de Nicole Kidman. Le succès critique et public de Big Little Lies amène plusieurs journaux à s'interroger sur les difficultés rencontrées par l'actrice tout au long de sa carrière afin d'être prise au sérieux, malgré son talent et sa capacité à se réinventer[106],[107],[108],[109]. The Washington Post estime qu'elle appartient au « panthéon des grandes actrices » et conclut : « Son génie est tout aussi stratégique que technique, dans la façon dont elle met à profit sa célébrité, avec goût et sophistication. Grâce à ses dons techniques et physiques surnaturels, elle aurait pu facilement somnoler au cours des trente dernières années. Au lieu de cela, elle a choisi de garder les yeux grands ouverts »[110].

Il est possible d'analyser sa carrière grâce à certains thèmes qui reviennent régulièrement dans ses rôles : « une œuvre qui est la sienne, traverse celles de tous les cinéastes qui l'ont dirigée, et constitue un texte propre, extrêmement articulé[11]. » Un premier thème qui revient régulièrement est celui de la femme vue comme une sorcière, ce thème étant en rapport avec le mythe de la femme au foyer parfaite[11]. Prête à tout est un film qui a des allures de conte de fée où la psychopathe qu'elle incarne envoute un adolescent pour lui faire tuer son mari avant de finir dans un lac glacé, « cercueil de glace qui n'est pas sans évoquer Blanche-Neige[11]. » Dans Les Ensorceleuses elle incarne une sorcière responsable de la mort de plusieurs hommes, dans À la croisée des mondes : La Boussole d'or elle est une « magicienne maléfique » alors que dans Ma sorcière bien-aimée elle joue une sorcière qui essaye de rester une femme au foyer aussi ordinaire que possible à la demande de son mari[11]. Enfin dans Les Autres, elle est une mère de famille qui se révèle finalement infanticide et déjà morte[11]. « Peu d'actrices ont à ce point réfléchi sur l'identité féminine comme pure construction fabuleuse [...], monstrueuse dans son obsession de se conformer à une norme, puis aux confins de la criminalité et de la folie, lorsqu'elle sort des gonds de cette norme[11]. »

Kidman en 2012.

Kidman est aujourd'hui considérée comme l'une des plus grandes actrices du cinéma. Elle est reconnue pour l'audace de ses choix, alternant entre films populaires et cinéma indépendant, et n'hésite pas à « casser » son image de beauté froide en jouant des rôles à contre-emploi comme dans Paperboy. Sa prestation dans le film de Lee Daniels est jugée choquante et provocante, notamment à cause des scènes de sexe[111]. En 2002, elle est désignée comme la plus belle femme du monde par le magazine People[112]. Elle est également connue pour son style, chic et sophistiqué, et est régulièrement classée parmi les célébrités les mieux habillées[113]. Dans le documentaire Lagerfeld Confidential de Rodolphe Marconi, le grand couturier Karl Lagerfeld déclare : « Nicole, c'est la star absolue. » En 2004, elle est sélectionnée par le magazine Time dans sa liste des « 100 personnes les plus influentes dans le monde »[114]. En 2006, The Hollywood Reporter classe Kidman à la première place des actrices les mieux payées, empochant en moyenne 17 millions de dollars par film[115]. Sa fortune personnelle est estimée en 2015 à 331 millions de dollars[116]. En 2009, la poste nationale australienne sort un timbre à son effigie et à celle de son personnage de Satine dans Moulin Rouge ![117].

En 2010, à l'occasion de la sortie de Rabbit Hole, le magazine Entertainment Weekly publie « The return of Nicole Kidman's face ». L'article revient sur certaines critiques reprochant à l'actrice son visage devenu figé comme lorsque David Edelstein, écrivant pour le magazine New York en 2008 au moment de la sortie d'Australia, regrettait que son front soit « immobile »[118]. Dans sa critique de Rabbit Hole, Edelstein parle de Kidman comme d'une « révélation » et se réjouit que son visage soit redevenu naturel[119]. En 2011, Kidman déclare à ce sujet : « J'ai essayé le Botox. Et je n'ai pas aimé le résultat. Je n'utilise donc plus cette substance. D'ailleurs, le fait de ne plus faire d'injections sert beaucoup mieux mon jeu d'actrice. »[120].

Parallèlement à son métier d'actrice, Kidman est l'égérie de plusieurs marques. En 2004, elle succède entre autres à Marilyn Monroe et Catherine Deneuve et devient le nouveau visage du parfum No 5 de Chanel. Retenue « pour son exceptionnelle élégance et pour sa capacité à incarner l'esprit et la modernité de la griffe », Kidman joue également dans un court-métrage promotionnel de trois minutes réalisé par Baz Luhrmann pour un cachet record de 12 millions de dollars[121]. La publicité, qui la montre en star de cinéma oppressée et fuyant la célébrité, est la plus chère de l'histoire avec un budget de 47 millions de dollars entièrement financé par Chanel. En 2005, Kidman devient l'ambassadrice d'Omega[122]. Elle apparaît dans plusieurs campagnes et participe régulièrement à des événements organisés par la marque d'horlogerie suisse[123]. En 2007, Kidman accepte de jouer dans des spots publicitaires pour Nintendo visant à promouvoir le jeu vidéo Programme d'entraînement cérébral avancé du Dr Kawashima : Quel âge a votre cerveau ?. Elle est choisie par la marque pour « son immense popularité auprès d'un large public mais aussi pour son image de femme intelligente, pleine de vie et sincère. » [124] En 2009, Kidman devient la nouvelle égérie de la marque de boisson Schweppes. Pour la campagne de publicité axée sur le thème de la séduction et la sensualité, le réalisateur Shekhar Kapur dirige Kidman dans un clip où on la voit délaisser son compagnon avant de s'enfermer dans sa chambre d'hôtel pour boire du Schweppes. Elle prononce alors le slogan devenu culte, « What did you Expect ? » (« À quoi vous attendiez-vous ? »)[125].

Humanitaire[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs années, Nicole Kidman met sa notoriété au service de diverses causes humanitaires à travers le monde. Elle devient ambassadrice de bonne volonté pour l'Unicef en 1994 et s'attache à mettre en lumière la condition des enfants défavorisés. En 2006, elle est nommée ambassadrice pour l'UNIFEM (« Fonds de développement des Nations unies pour la femme ») et consacre ses efforts à la sensibilisation de l'atteinte aux droits fondamentaux des femmes[126]. Dans le cadre de ses fonctions, Kidman effectue de nombreux déplacements, notamment au Kosovo en 2006, pour rencontrer des victimes de la violence sexuelle et faire entendre leur voix[127]. En 2007, elle devient la porte-parole internationale de l’initiative « Dites NON – Tous UNIS pour mettre fin à la violence contre les femmes ». La campagne, qui recueille plus de cinq millions de signatures, réclame des gouvernements qu'ils mettent en œuvre des mesures de protection des femmes[128].

En 2009, elle apparaît devant le Comité des affaires étrangères du Sénat des États-Unis afin de faire adopter l'International Violence Against Women Act (IVAWA)[129]. L'objectif de cette législation est d'influencer la politique étrangère des États-Unis vis-à-vis des pays où les droits des femmes ne sont pas respectés. Kidman évoque alors les viols systématiques dans les conflits ethniques, les mariages forcés à un très jeune âge ainsi que la violence au foyer, et déclare « La violence contre les femmes et les filles est peut-être l'une des violations des droits de l'homme les plus répandues dans le monde. Elle ne connaît ni frontière, ni race, ni classe. Je suis loin d'être une experte mais je me fie aux gens que j'ai rencontrés pour faire avancer cette cause. »

En 2010, à la suite du séisme dévastateur qui a frappé Haïti, Kidman, avec Keith Urban, finance la construction d'une école à Port-au-Prince pour les enfants haïtiens[130]. En juillet de la même année, soit six mois après la catastrophe, elle effectue un voyage humanitaire en Haïti afin d'apporter son soutien à la population et témoigne : « Pendant ce voyage, j'ai vu de mes propres yeux à quel point ce désastre humanitaire affectait les femmes et les filles du pays. Le manque d'abris et de sécurité les rend plus vulnérables à la violence, en particulier les violences sexuelles. Malgré tout, j'ai tout de même remarqué la détermination et la résilience des hommes et des femmes d'Haïti pour reconstruire leur pays. J'ai visité un abri pour femmes et filles qui ont été victimes de violences sexuelles, où d'autres femmes se battent pour être sûres qu'elles aient un suivi médical et légal, du conseil. Mais ceci doit être élargi et elles ont besoin de notre aide. »[131]

Pour son action humanitaire, Kidman bénéficie d'une grande reconnaissance. En 2004, elle est récipiendaire du Citizen of the World Award, attribué par l'United Nations Correspondents Association. En 2012, elle se voit décerner le Prix de l'aide humanitaire de la « Kuwait-America Foundation »[132] et, en 2013, la Cinema for Peace Foundation lui attribue un prix spécial honorifique pour le travail qu'elle a réalisé au nom des femmes autour du monde[133].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]
Années 1990[modifier | modifier le code]
Années 2000[modifier | modifier le code]
Années 2010[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]
Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Productrice[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Nicole Kidman interprète les chansons suivantes :

  • 2001 : Nadia (Birthday Girl) : Somethin' Stupid
  • 2001 : Les Autres (The Others) : I Only Have Eyes for You (1934)
  • 2001 : Moulin Rouge ! de Baz Luhrmann :
    • Sparkling Diamonds (medley)
    • The Pitch (medley)
    • One Day I'll Fly Away (medley)
    • Gorecki
    • Elephant Love (medley)
    • Come What May
    • El Tango De Roxanne (medley)
    • Fool To Believe
    • The Show Must Go On
    • Hindi Sad Diamonds (medley)
  • 2006 : Happy Feet : Kiss

Discographie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Nicole Kidman a reçu plusieurs récompenses et a été nommée pour de nombreuses autres.

Elle s'est ainsi vu remettre l'Oscar de la meilleure actrice en 2003 pour sa performance dans The Hours, ainsi qu'un BAFTA et un Ours d'argent. Nommée à treize reprises aux Golden Globes, elle en a reçu cinq : celui de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie pour Prête à tout en 1996 et Moulin Rouge en 2002, celui de la meilleure actrice dans un film dramatique pour The Hours en 2003, celui de la meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm pour sa performance dans Big Little Lies en 2018, série qui lui a également valu le Golden Globe de la meilleure mini-série ou du meilleur téléfilm en tant que productrice ainsi que deux Emmy Awards : celui de la meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm et celui de la meilleure mini-série ou du meilleur téléfilm.

Depuis le , une étoile lui est attribuée sur le Hollywood Walk of Fame au 6800 Hollywood Boulevard. En 2017, elle reçoit le Prix anniversaire du Festival de Cannes pour l'ensemble de son œuvre.

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Danièle Douet est la voix française régulière de Nicole Kidman[134].

Au Québec, Anne Bédard est la voix française régulière de l'actrice[135].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Thomas Keneally « Film; Nicole Kidman, From Down Under to 'Far and Away' », The New York Times, (consulté le 30 janvier 2011).
  2. (en) David Thomson (critique de films) « Nicole Kidman », Knopf, .
  3. (en) David Thomson, Nicole Kidman, Knopf, 2006 (ISBN 1-4000-4273-9).
  4. Matt Sun « Ancestry website reveals Kidman´s heritage », news.com.au, .
  5. a et b (en) Richard Corliss, « AN ACTRESS TO DIE FOR », sur Time, (consulté le 9 janvier 2018).
  6. « Kidman bio – Yahoo Movies », Movies.yahoo.com (consulté le 30 janvier 2011).
  7. (en) « Dead Calm », sur Variety, (consulté le 9 janvier 2018).
  8. (en) Roger Ebert, « Dead Calm », sur RogerEbert.com, (consulté le 9 janvier 2018).
  9. (en) Jess Cagle, « Nicole Kidman Remembers the First Time She Met Tom Cruise », sur People, (consulté le 9 janvier 2018).
  10. (en) Ingrid Sischy, « Nicole’s New Light », sur Vanity Fair, (consulté le 9 janvier 2018).
  11. a b c d e f g et h Stéphane Bouquet et Jean-Marc Lalanne, Gus Van Sant, Cahiers du cinéma, , 203 p. (ISBN 978-2-86642-538-8), p. 85-86.
  12. (en) « Nicole Kidman Begged for Her 'To Die For' Role », sur Variety, (consulté le 9 janvier 2018).
  13. a et b « Cruise et Kidman : "Nous savions que le tournage d'Eyes Wide Shut serait difficile" », sur Les Inrocks, (consulté le 9 janvier 2018).
  14. (en) Todd McCarthy, « Eyes Wide Shut », sur Variety, (consulté le 9 janvier 2018).
  15. a et b Samuel Blumenfeld, « Nicole Kidman à corps perdu », sur Le Monde, (consulté le 13 octobre 2015).
  16. (en) Mick Brownluck, « Nicole Kidman returns to the West End: 'I've always danced to the beat of my own drum' », sur The Telegraph, (consulté le 11 novembre 2015).
  17. a et b (en) Matt Wolf, « Naked in the warehouse », sur The Guardian, (consulté le 13 octobre 2015).
  18. (en) « Charles Spencer's six most memorable reviews », sur The Telegraph, (consulté le 11 novembre 2015).
  19. a et b (en) Liane Bonin, « EW.com answers your Moulin Rouge burning questions », sur Entertainment Weekly, (consulté le 13 octobre 2015).
  20. (en) Valli Herman-Cohen, « Clothes With Real Kick », sur Los Angeles Times, (consulté le 13 octobre 2015), p. 2.
  21. (en) Todd McCarthy, « Moulin Rouge », sur Variety, (consulté le 9 janvier 2018).
  22. Bruno Jacquot, « Nicole Kidman : «J'adore les défis» », sur Le Figaro, (consulté le 13 octobre 2015).
  23. (en) « The Others Q&A with Nicole », sur Nicole Kidman Official, (consulté le 13 octobre 2015).
  24. (en) Paul Fischer, « Kidman's still a girl at heart », sur Femail (consulté le 13 octobre 2015).
  25. a b c et d (en) Sam Kashner et Jessica Diehl, « Nicole's State of Grace », sur Vanity Fair, (consulté le 13 octobre 2015).
  26. (en) [vidéo] Nicole Kidman winning Best Actress sur YouTube.
  27. (en) « Dogville Q&A with Nicole », sur Nicole Kidman Official, (consulté le 13 octobre 2015).
  28. (en) Peter Bradshow, « Review: Dogville », sur The Guardian, (consulté le 13 octobre 2015).
  29. (en) A. O. Scott, « 'Dogville': It Fakes a Village », sur The New York Times, (consulté le 27 novembre 2015).
  30. (en) « Cold Mountain Q&A with Nicole », sur Nicole Kidman Official, (consulté le 13 octobre 2015).
  31. (en) « Birth », sur Nicole Kidman Official, (consulté le 13 octobre 2015).
  32. (en) Matt Born, « Bacall delivers a legendary snub to Kidman », sur The Telegraph, (consulté le 13 octobre 2015).
  33. « Birth », sur Les Inrocks, (consulté le 9 janvier 2018).
  34. (en) World Entertainment News Network, « Frank Oz's Tense Remake », sur The Telegraph, (consulté le 13 octobre 2015).
  35. (en) Nancy Griffin, « FILM; Can This Film Be Fixed? », sur The New York Times, (consulté le 13 octobre 2015).
  36. a et b (en) Patricia Bosworth, « Becoming Nicole Kidman », sur DuJour, (consulté le 13 octobre 2015).
  37. (en) Nicole Sperling et Christine Spines, « Who's behind Invasion? », sur Entertainment Weekly, (consulté le 13 octobre 2015).
  38. (en) Patrick Lee, « Kidman Talks Invasion Injuries », sur Sci Fi Wire, (consulté le 13 octobre 2015).
  39. (en) WENN, « Kidman, Black And Leigh Turn Housemates To Perfect Roles », sur Contact Music, (consulté le 13 octobre 2015).
  40. (en) David Thomson, « Nicole Kidman is queen of the flops », sur The Guardian, (consulté le 9 janvier 2018).
  41. (en) Peter Bart, « Does star power equal box office? », sur Variety, (consulté le 9 janvier 2018).
  42. (en) Paul Fischer, « Kidman Charts a New Course », sur Film Monthly, (consulté le 13 octobre 2015).
  43. (en) Peter Bradshow, « Review: The Golden Compass », sur The Guardian, (consulté le 27 novembre 2015).
  44. (en) Manohla Dargis, « Bless the Beasts and Children », sur The New York Times, (consulté le 27 novembre 2015).
  45. (en) Baz Bamigboye, « Kidman follows the herd », sur Daily Mail, (consulté le 13 octobre 2015).
  46. (en) Anthony Quinn, « Nicole Kidman: 'I've been through a lot in my life' », sur Independant, (consulté le 13 octobre 2015).
  47. (en) Narelle Muller, « Nicole wins scorpian encounter », sur Express, (consulté le 13 octobre 2015).
  48. (en) Donna Freydkin, « There's perfect harmony among the all-star cast of 'Nine' », sur USA Today, (consulté le 13 octobre 2015).
  49. (en) « Nicole Kidman: 'Making more films just doesn't interest me' », sur The Telegraph, (consulté le 9 janvier 2018).
  50. (en) [vidéo] Nicole Kidman says her mother persuaded her not to quit acting sur YouTube.
  51. (en) [vidéo] The Hollywood Reporter Actress Roundtable (Full Hour) sur YouTube.
  52. (en) « Nicole Kidman deeply disturbed by Oscar-nominated role », sur BBC, (consulté le 13 octobre 2015).
  53. (en) Kenneth Turan, « Movie review: 'Rabbit Hole' », sur The Los Angeles Times, (consulté le 24 novembre 2015).
  54. Léo Soesanto, « Nicole Kidman remarquable dans "Rabbit Hole" », sur Les Inrocks, (consulté le 9 janvier 2018).
  55. (en) Peter Travers, « Rabbit Hole », (consulté le 24 novembre 2015).
  56. (en) Tim Robey, « Rabbit Hole, review », (consulté le 24 novembre 2015).
  57. (en) « Nicole Kidman Reveals Keith Urban's Reaction To Her Steamy 'Just Go With It' Scenes With Dave Matthews », sur Access Hollywood, (consulté le 13 octobre 2015).
  58. (en) Jason Barr, « Nicolas Cage, Nicole Kidman, and Joel Schumacher Talk TRESPASS; Plus a Ton of Images from the Film », sur Collider, (consulté le 13 octobre 2015).
  59. Barbara Théate, « Nicole Kidman en mode provoc », sur Le JDD, (consulté le 13 octobre 2015).
  60. (en) Reed Tucker, « Hot, twisted & tawdry », sur New York Post, (consulté le 13 octobre 2015).
  61. (en) Husam Sam Asi, « Nicole Kidman: I am very shy », sur UKScreen, (consulté le 13 octobre 2015).
  62. (en) Natasha Greeves, « Kidman Takes A Stand On The N-Word », sur Indiewire, (consulté le 13 octobre 2015).
  63. (en) Todd McCarthy, « Hemingway & Gellhorn: Cannes Review », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 24 novembre 2015).
  64. (en) Steven Zeitchik, « With Chan-wook Park's 'Stoker,' Nicole Kidman does an about-face », sur Los Angeles Times, (consulté le 13 octobre 2015).
  65. (en) Richard Roeper, « Stoker Movie Review & Film Summary (2012) », sur RogerEbert.com, (consulté le 24 novembre 2015).
  66. (en) Addam Corré, « Nicole Kidman Talks About Her Role In 'The Railway Man' », sur Inquisitr, (consulté le 13 octobre 2015).
  67. (en) Leslie Felperin, « Nicole Kidman: 'I try never to be governed by fear' », sur The Guardian, (consulté le 13 octobre 2015).
  68. Christophe Carrière, « "Grace de Monaco": coulisses d'une aventure mouvementée », sur L'Express, (consulté le 13 octobre 2015).
  69. « "Grace de Monaco" - dossier de presse », sur Unifrance (consulté le 13 octobre 2015).
  70. Emmanuèle Frois, « Nicole Kidman : «Grace Kelly me fascine !» », sur Le Figaro, (consulté le 13 octobre 2015).
  71. (en) Martyn Palmer, « Nicole Kidman interview: 'Putting family first is no sacrifice' », sur The Telegraph, (consulté le 13 octobre 2015).
  72. (en) Simon Mayo, « Nicole Kidman interviewed by Simon Mayo », sur BBC, (consulté le 9 janvier 2018).
  73. (en) Mark Kermode, « Before I Go to Sleep review – enjoyably preposterous », sur The Guardian, (consulté le 13 octobre 2015).
  74. (en) Fernando Esquivel, « Interview: Talking 'Paddington' With Nicole Kidman & Director Paul King », sur Latino Review, (consulté le 13 octobre 2015).
  75. (en) Philippa Hawker, « How Strangerland's rookie director landed Nicole Kidman in Australian thriller », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 13 octobre 2015).
  76. (en) « Nicole Kidman wows at Sundance in Strangerland », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 13 octobre 2015).
  77. (en) Derrik J. Lang, « Q&A: Nicole Kidman keeping it real in latest roles », sur TheSan Diego Union-Tribune, (consulté le 13 octobre 2015).
  78. (en) Philippa Hawker, « Nicole Kidman stars as Gertrude Bell in Werner Herzog's Queen of the Desert », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 13 octobre 2015).
  79. (en) THR Staff, « Berlin: Werner Herzog on What "Hasn't Been Discovered Enough" in Nicole Kidman », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 13 octobre 2015).
  80. (en) Natasha Wolff, « NICOLE KIDMAN ON FAMILY, TIME AND TECHNOLOGY », sur DuJour (consulté le 30 novembre 2015).
  81. (en) Mark Brown, « Nicole Kidman admits to nerves before stage return in Photograph 51 », sur The Guardian, (consulté le 13 octobre 2015).
  82. (en) Ben Brantley, « Review: In ‘Photograph 51,’ Nicole Kidman Is a Steely DNA Scientist », sur The New York Times, (consulté le 13 octobre 2015).
  83. (en) Michael Billington, « Photograph 51 review – Nicole Kidman captures the ecstasy of scientific discovery », sur The Guardian, (consulté le 13 octobre 2015).
  84. (en) Ben Norum, « Evening Standard Theatre Awards 2015: Nicole Kidman and James McAvoy named best in show », sur Evening Standard, (consulté le 22 novembre 2015).
  85. Richard Gianorio, « Nicole Kidman : "Tout se résume à l’amour" », sur Madame Figaro, (consulté le 22 décembre 2017).
  86. (en) Richard Roeper, « Beautifully told ‘Lion’ an inspirational story sure to draw tears », sur Chicago Sun-Times, (consulté le 22 décembre 2017).
  87. (en) Anthony D'Alessandro, « ‘Big Little Lies’: How Nicole Kidman Sealed The Deal To Make The HBO Series & Kept The Sex Honest – Emmys », sur Deadline, (consulté le 22 décembre 2017).
  88. (en) Lacey Rose, « Drama Actress Roundtable: Oprah Winfrey, Reese Witherspoon on "Rage, Sorrow, Grief" and Sexism in Hollywood », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 22 décembre 2017).
  89. « Le discours poignant de Nicole Kidman sur les violences conjugales lors des Emmy Awards », sur Madame Figaro, (consulté le 22 décembre 2017).
  90. (en) [vidéo] Nicole Kidman Wins Best Actress in a Limited Series at the 2018 Golden Globes sur YouTube.
  91. Olivier Bonnard, « Nicole Kidman: "Je ferais n'importe quoi par amour" », sur L'Express, (consulté le 22 décembre 2017).
  92. « Nicole Kidman, déesse du malaise et de la stupéfaction », sur Vanity Fair, (consulté le 22 décembre 2017).
  93. Olivier Joyard, « “Ce film a été une lutte” : Sofia Coppola se confie sur “Les Proies” », sur Numéro, (consulté le 22 décembre 2017).
  94. (en) Alex Tresniowski, « Hearts Wide Shut », sur People, (consulté le 13 octobre 2015).
  95. (en) Stephen M. Silverman, « Nicole Kidman: I Still Love Tom Cruise », sur People, (consulté le 13 octobre 2015).
  96. a et b (en) Lexi Finnigan et Louisa Loveluck, « Nicole Kidman: Divorcing Tom Cruise was the best thing to happen to my career », sur The Telegraph, (consulté le 13 octobre 2015).
  97. a et b (en) Borys Kit, « Tom Cruise Wiretapped Nicole Kidman and 5 More Revelations from 'Going Clear' », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 13 octobre 2015).
  98. (en) Jason Gay, « Nicole Kidman, in a Rare, Down-to-Earth Interview, on Her New Adventure », sur Vogue, (consulté le 13 octobre 2015).
  99. (en) Karen Thomas, « Kidman weds Urban in intimate ceremony », sur USA Today, (consulté le 13 octobre 2015).
  100. (en) Brenda Rodriguez et Stephen M. Silverman, « Nicole Kidman and Keith Urban Welcome a Baby Girl », sur People, (consulté le 13 octobre 2015).
  101. (en) « Nicole Kidman and Keith Urban have second child through surrogate », sur The Telegraph, (consulté le 13 octobre 2015).
  102. (en) Justin Enriquez, « Nicole Kidman gives a tour of her sprawling idyllic Australian farmhouse as she answers 73 rapid-fire questions for Vogue », sur Daily Mail, (consulté le 13 octobre 2015).
  103. (en) The Associated Press, « Kidman Was Secretly Engaged Post-Cruise », sur The Washington Post, (consulté le 13 octobre 2015).
  104. (en) Janet Maslin, « To Die For (1995) FILM REVIEW; She Trusts in TV's Redeeming Power », sur The New York Times, (consulté le 13 octobre 2015).
  105. (en) Roger Ebert, « Rabbit Hole », sur RogerEbert.com, (consulté le 19 janvier 2018).
  106. (en) Charles Bramesco, « How to stage a Hollywood comeback », sur The Guardian, (consulté le 19 janvier 2018).
  107. (en) Matthew Jacobs, « Nicole Kidman Delivered A Career-Defining Performance On ‘Big Little Lies’ », sur Huffington Post, (consulté le 19 janvier 2018).
  108. (en) Anne Helen Petersen, « How Many Times Does Nicole Kidman Have To Prove Herself? », sur BuzzFeed, (consulté le 19 janvier 2018).
  109. (en) Anne Thompson, « Why Nicole Kidman Is a Full-Fledged Badass, Even Before ‘Big Little Lies’ — Career Watch », sur Indiewire, (consulté le 19 janvier 2018).
  110. (en) Ann Hornaday, « Nicole Kidman belongs in our pantheon of great actresses », sur The Washington Post, (consulté le 19 janvier 2018).
  111. (en) Ann Lee, « The Paperboy shocks Cannes as Nicole Kidman urinates over Zac Efron », sur Metro, (consulté le 13 octobre 2015).
  112. (en) « All-Time Beautiful Women - NICOLE KIDMAN », sur People, (consulté le 13 octobre 2015).
  113. (en) Lilah Ramzy, « Nicole Kidman and Hamish Bowles Talk Fashion and Film at the Met », sur Vogue, (consulté le 13 octobre 2015).
  114. (en) « The 2004 TIME 100 », sur Time, (consulté le 5 décembre 2015).
  115. (en) Stephen M. Silverman, « Nicole Kidman Now Highest Paid Actress », sur People, (consulté le 13 octobre 2015).
  116. (en) « Bridges among Australia's richest women », sur Sky News, (consulté le 13 octobre 2015).
  117. (en) Stephen M. Silverman, « Nicole Kidman, Cate Blanchett Happy to Be Licked – on Stamps », sur People, (consulté le 13 octobre 2015).
  118. (en) EW Staff, « 'Rabbit Hole': The return of Nicole Kidman's face », sur Entertainment Weekly, (consulté le 11 novembre 2015).
  119. (en) David Edelstein, « Movie Review: Rabbit Hole Finds a New, Powerful Perspective on Grief », sur Vulture, (consulté le 11 novembre 2015).
  120. (en) Aaron Parsley, « Nicole Kidman: I Used Botox But Didn't Like It », sur People, (consulté le 11 novembre 2015).
  121. (en) « Chanel No.5 Commercial: The Film (Nicole Kidman) », sur Funny Commercials World, (consulté le 13 octobre 2015).
  122. (en) « OMEGA et les légendes du grand écran », sur OMEGA (consulté le 13 octobre 2015).
  123. (en) « Nicole Kidman: actress, humanitarian, OMEGA Brand Ambassador », sur Her Time by Omega Watches (consulté le 13 octobre 2015).
  124. « Nicole Kidman entraîne son cerveau avec... », sur Nintendo, (consulté le 13 octobre 2015).
  125. (en) « Nicole Kidman as brand ambassador for Schweppes », sur Schweppes (consulté le 13 octobre 2015).
  126. (en) « UN Women Goodwill Ambassador Nicole Kidman », sur UN Women (consulté le 13 octobre 2015).
  127. (en) « UN Women Goodwill ambassador Nicole Kiddman visits Kosovo », sur UN Women, (consulté le 13 octobre 2015).
  128. (en) « Millions join UN in urgent call to step up and eliminate violence against women », sur UN News Centre, (consulté le 13 octobre 2015).
  129. (en) « Nicole Kidman testifies at IVAWA hearing », sur Women Thrive Worldwide, (consulté le 21 octobre 2009).
  130. (en) « Nicole Kidman's Haiti school », sur ABS-CBN News, (consulté le 13 octobre 2015).
  131. (en) « UN ambassador Nicole Kidman spotlights needs of women in post-quake Haiti », sur UN Women, (consulté le 13 octobre 2015).
  132. (en) « UN Women Goodwill Ambassador Nicole Kidman receives award, donation for women’s economic empowerment », sur UN Women, (consulté le 13 octobre 2015).
  133. (en) « UN Women Goodwill Ambassador Nicole Kidman receives award for work on women’s rights », sur UN Women, (consulté le 13 octobre 2015).
  134. a b c d e f g et h « Comédiennes ayant doublé Nicole Kidman en France », sur RS Doublage, .
  135. a b c et d « Commédiennes ayant doublé Nicole Kidman au Québec », sur Doublage.qc.ca, .
  136. « Fiche du doublage français du film Grace de Monaco », sur Alterego75 (consulté le 13 octobre 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]