Uma Thurman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thurman.
Uma Thurman
Description de cette image, également commentée ci-après
Uma Thurman lors du Festival de Cannes 2017.
Nom de naissance Uma Karuna Thurman
Naissance (48 ans)
Boston, Massachusetts, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis américaine
Profession Actrice
Scénariste
Productrice
Mannequin
Films notables Les Liaisons Dangereuses
Pulp Fiction
Bienvenue à Gattaca
Kill Bill
Nymphomaniac

Uma Thurman est une actrice, scénariste, productrice et ancienne mannequin américaine, née le à Boston (Massachusetts).

Elle est surtout connue pour ses rôles dans des films écrits et réalisés par Quentin Tarantino : Pulp Fiction (1994) et le diptyque Kill Bill (2003-2004).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Uma Karuna Thurman, née le 29 avril 1970 à Boston, dans le Massachusetts, est la première enfant de la seconde femme de Robert A.F. Thurman. Son père était professeur de religion à Amherst College dans la petite ville d'Amherst, dans l'ouest du Massachusetts. Il fut le premier Américain ordonné moine suivant la tradition du bouddhisme tibétain en 1964. Il a étudié avec le Dalaï-lama. Uma, dont les trois frères, Dechen, Ganden et Mipam, ont reçu un prénom tibétain, reçut pour sa part celui de « Uma » (sanskrit : उमा), l'un des noms de la déesse Parvati. Sa mère, Nena von Schlebrugge (en), née d'un père allemand et d'une mère suédoise[1], a été mannequin de haute couture pour Ford Models avant de devenir psychothérapeute. Elle avait épousé en premières noces Timothy Leary, le « pape du LSD », qui lui avait été présenté par le peintre Salvador Dalí. La mère d'Uma Thurman divorça en 1965 et se remaria avec l'enseignant bouddhique en 1967.

Ainsi, dans l'ambiance d'une famille intellectuelle et bohème, marquée par la Beat generation, l'éducation d'Uma Thurman ne pouvait que l’inciter à développer son indépendance et sa liberté d’esprit.

Elle a grandi à Amherst mais a passé aussi quelque temps en Inde avec ses parents. C'est à 15 ans qu'elle décide de voler de ses propres ailes et part pour New York pour y devenir mannequin (taille : 1,81 m). Elle signe avec l'agence Click Models. Par la suite, elle est remarquée par un producteur.

Révélation (1987-1994)[modifier | modifier le code]

L'actrice au Festival du film de Venise 1994.

Elle apparait pour la première fois à l'écran en 1987, avec un premier rôle, celui d'une femme fatale dans le thriller indépendant Kiss Daddy Goodnight. Elle enchaîne avec la comédie Johnny Be Good, où elle seconde un jeune Robert Downey Jr.. Mais c'est en 1988, avec ses films suivants, qu'elle s'impose auprès du grand public : d'abord avec Les Aventures du baron de Münchhausen, où elle campe une déesse Vénus juvénile, pulpeuse et libérée, puis surtout le drame en costumes Les Liaisons dangereuses où, incarnant la naïve Cécile de Volanges, elle apporte le soupçon de perversité requis par le rôle, et donne la réplique à un casting haut de gamme : Glenn Close, John Malkovich et Michelle Pfeiffer.

Elle enchaîne dès lors les projets misant fréquemment sur son image sexy et froide : elle incarne ainsi une criminelle psychopathe face à Kim Basinger et à Richard Gere dans Sang chaud pour meurtre de sang-froid (1992), une jeune prostituée timide aux côtés de Robert De Niro dans Mad Dog and Glory (1993) et une auto-stoppeuse aux pouces démesurés dans le film de Gus Van Sant, Even Cowgirls Get the Blues (1993).

Mais c'est en 1994, avec l’immense succès de Pulp Fiction, de Quentin Tarantino, Palme d'or à Cannes, qu'elle s'impose comme une star internationale et sa performance dans le rôle de Mia Wallace lui vaut une nomination à l’Oscar du meilleur second rôle féminin. La même année, elle est membre du jury de la Mostra de Venise 1994, sous la présidence de David Lynch.

Confirmation difficile (1995-2000)[modifier | modifier le code]

Elle apparaît ensuite dans deux comédies, une indépendante, Beautiful Girls et une plus populaire, Entre chiens et chats. Mais le succès de Pulp Fiction lui permet surtout de décrocher des rôles dans des grosses productions : en 1997, elle prête ses traits à la vénéneuse Dr Pamela Isley / Poison Ivy dans le quatrième Batman, Batman et Robin. Puis elle est choisie par Andrew Niccol pour tenir le premier rôle de son ambitieux thriller de science-fiction, Bienvenue à Gattaca. Le premier est cependant un échec critique cuisant, et rapidement considéré comme un ratage artistique. En revanche, le second est un flop commercial, mais reçoit d'excellentes critiques et devient un film culte.

L'année suivante, elle alterne aussi les genres : elle prête ses traits à Fantine dans Les Misérables, de Bille August, mais elle incarne aussi une nouvelle Emma Peel dans l'adaptation de la série britannique Chapeau melon et bottes de cuir, signée Jeremiah S. Chechik. Le film connait cependant de nombreux problèmes de production et le résultat final est éreinté par la critique et flope au box-office.

L'actrice au Festival de Cannes de 2000, pour La Coupe d'or.

En 1999, elle tente donc de revenir vers un cinéma plus proche de ses débuts : elle est au casting du Woody Allen du moment, Accords et Désaccords, mais surtout ré-endosse des robes d'époque pour tenir les premiers rôles féminins de Vatel, de Roland Joffé et La Coupe d'or, de James Ivory. Les critiques et le public accueillent tièdement ces deux long-métrages.

En 2000, elle renoue donc avec un cinéma indépendant avec un film sombre et intimiste, Chelsea Walls, première réalisation de l'acteur Ethan Hawke, son mari à la vie. Et fait partie des trois têtes d'affiche de l'expérimental Tape, de Richard Linklater. Les deux films passent inaperçus. C'est alors que Quentin Tarantino vient relancer sa carrière.

Kill Bill puis nouveaux échecs (années 2000)[modifier | modifier le code]

En 2003, le cinéaste la révèle en effet une nouvelle fois avec Kill Bill : Volume 1. Cette ambitieuse grosse production rendant hommage au cinéma d'action japonais fait de l'actrice une héroïne des temps modernes, toute en violence et en colère. Elle incarne celle qu'on appelle La Mariée, alias Beatrix Kiddo, dans une seconde partie, Kill Bill : Volume 2, dévoilée en 2004. Cette fois, c'est le western spaghetti que le réalisateur parodie à travers des scènes de combat une fois encore spectaculaires et chorégraphiées avec soin.

Thurman capitalise cependant sur ce nouveau succès avec des projets bancals : tout d'abord, le film d'action Paycheck, de John Woo, l'opposant à Ben Affleck, déçoit critiques et public. Puis en 2005, la suite de Get Shorty, Be Cool, réalisée par F. Gary Gray, est également reçue fraichement par la critique. Ensuite, la comédie romantique Petites Confidences (à ma psy), l'opposant à la valeur sûre Meryl Streep passe inaperçue. Enfin, la comédie musicale Les Producteurs, adaptation cinématographique de Susan Stroman de la pièce de Broadway, est un flop au box-office.

En 2006, elle revient dans un film d'action : Ma super ex, comédie romantique parodiant les films de superhéros, mise en scène par le vétéran Ivan Reitman. Le film divise la critique et connait un box-office modeste.

En 2007, elle s'aventure dans le thriller fantastique La Vie devant ses yeux, de Vadim Perelman, mais défend aussi une nouvelle comédie romantique, Un mari de trop, de Griffin Dunne. Deux nouveaux flops. En 2009, elle n'a pas plus de chance avec la comédie Maman, mode d'emploi, de Katherine Dieckmann. Le film, dont elle est la tête d'affiche, est mal reçu par la critique et le public. Les années 2010 seront donc placées sous le sceau des seconds rôles.

Seconds rôles (années 2010)[modifier | modifier le code]

Uma Thurman, membre du jury du Festival de Cannes 2011.

En 2010, elle apparaît dans le spot TV de publicité pour la dernière Alfa Romeo Giulietta. Côté cinéma, elle joue le rôle de Méduse dans le blockbuster pour enfants, Percy Jackson : Le Voleur de foudre, de Chris Columbus. Elle est aussi à l'affiche d'une nouvelle romance, Le Fiancé de trop, de Max Winkler.

En 2011, elle est membre du jury des longs métrages présidé par Robert De Niro lors du Festival de Cannes. Elle y retrouve également le réalisateur français Olivier Assayas, avec qui elle avait déjà partagé le jury de la Mostra de Venise 1994.

La même année, elle apparaît dans le nouveau spot TV de la marque Schweppes dont la réalisation est confiée au photographe David LaChapelle. Elle devient, après Nicole Kidman, la nouvelle égérie de la marque de boisson[2]. En 2014, elle sera remplacée par Penélope Cruz.

En 2012, elle tente un retour en costumes avec l'adaptation Bel Ami, de Declan Donnellan et Nick Ormerod. Dans cette co-production européenne, elle incarne Madeleine Forestier, face au jeune Robert Pattinson dans le rôle-titre. Le film passe inaperçu. Elle fait aussi partie de la distribution féminine entourant Gerard Butler dans la comédie romantique Love Coach, de Gabriele Muccino : un film éreinté par la critique. Enfin, ses scènes du thriller Savages, d'Oliver Stone, sont finalement coupées au montage.

Uma Thurman, à la conférence de presse de Nymphomaniac lors du Festival de Berlin 2014.

En 2013, elle fait partie de la large distribution de l'expérimental et controversé Nymphomaniac, de Lars von Trier. Le film est présenté au 64e Festival de Berlin, en février 2014. Mais elle fait aussi partie du casting du film à sketchs aux critiques catastrophiques, My Movie Project, de James Duffy.

En 2015, elle tient un petit rôle dans la comédie dramatique À vif !, avec Bradley Cooper dans le rôle principal.

En 2016, elle devait jouer dans L'Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea[3] de Marjane Satrapi, mais le film est finalement réalisé par Ken Scott, avec un casting totalement différent.

Lors du Festival de Cannes 2017 elle préside le jury Un certain regard, succédant ainsi à Marthe Keller. Quelques semaines plus tard, en juillet, elle fait ses premiers pas à Broadway dans la pièce The Parisian Woman, de Beau Willimon, avant de retrouver Lars von Trier pour un nouveau projet attendu pour 2018, le thriller horrifique The House that Jack Built.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle a été mariée de 1990 à 1992 à l'acteur anglais Gary Oldman.

Elle épouse ensuite l'acteur américain Ethan Hawke avec lequel elle a deux enfants, une fille, Maya Ray, née le 8 juillet 1998 et un garçon, Levon Roan, né le 15 janvier 2002. Ils sont divorcés depuis 2004.

En juin 2008, elle se fiance avec le milliardaire français Arpad Busson, ex-mari d'Elle Macpherson. Après avoir rompu leurs fiançailles en 2009, l'actrice révèle à la presse fin février 2012 qu'elle est enceinte de son troisième enfant à l'âge de 41 ans. Elle accouche le 15 juillet 2012 d'une petite fille nommée Rosalind Arusha Arkadina Altalune Florence Thurman-Busson (elle est surnommée Luna)[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]
Années 1990[modifier | modifier le code]
Années 2000[modifier | modifier le code]
Années 2010[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Juliette Degenne[5] et Odile Cohen sont les voix françaises régulières en alternance d'Uma Thurman. À ses débuts, l'actrice était doublée par Laurence Crouzet[6],[7], qui l'a doublée à sept reprises. Séverine Morisot[7] l'a également doublé à deux reprises.

Au Québec, Uma Thurman est majoritairement doublée par Nathalie Coupal[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.wargs.com/other/thurman.html
  2. Uma Thurman, sensuelle égérie Schweppes - Elle.fr
  3. lefigaro.fr, « Uma Thurman dans L'extraordinaire voyage du fakir », sur Le Figaro (consulté le 10 février 2016)
  4. http://www.news-de-stars.com/uma-thurman/uma-thurman-maman-d-039-une-petite-fille_art71064.html
  5. a, b, c, d, e et f « Comédiennes ayant doublé Uma Thurman en France », sur RS Doublage.
  6. a, b et c « Comédiennes ayant doublé Uma Thurman en France », sur Doublagissimo.
  7. a, b, c, d et e Carton du doublage français sur le DVD zone 2.
  8. a, b, c, d, e et f « Comédiennes ayant doublé Uma Thurman au Québec » sur Doublage.qc.ca, consulté le 10 juin 2015.
  9. Le doublage québécois a été conservé lors de la sortie DVD zone 2 du film.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]