Revoir Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Revoir Paris
Description de l'image Revoir Paris.png.
Réalisation Alice Winocour
Scénario Alice Winocour
Jean-Stéphane Bron
Marcia Romano
Musique Anna von Hausswolff
Acteurs principaux
Sociétés de production Dharamsala
Darius Films
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 105 minutes
Sortie 2022

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Revoir Paris est un film français réalisé par Alice Winocour, sorti en 2022. Le film explore les traumatismes des victimes d'un attentat, inspiré par les attentats de à Paris, et la reconstruction psychique nécessaire qui peut être aidée par la mise en commun de ses souvenirs pour aller au delà.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Mia est interprète de russe, son compagnon chef de service à l'hôpital. À Paris, un soir au restaurant avec son compagnon, le repas est interrompu par une « urgence ». Sur le chemin du retour chez elle, l'orage surprend Mia à moto. Elle se réfugie au hasard dans un restaurant, L'Étoile d'or. Mia attend seule, en prenant un verre. Quelques instants plus tard, le destin bascule. Rien ne le présageait. Le restaurant est attaqué par des terroristes, qui mitraillent la clientèle et achèvent tout ce qui bouge ; Mia, sous la table, demeure face à l'atroce.

Traumatisée, Mia passe les trois mois suivants à la campagne chez sa mère. Désireuse de guérir et de comprendre ce qui s'est passé, Mia, partiellement amnésique, décide de retourner à Paris. Elle ne se souvient plus de la plus grande partie des événements. Elle rejoint une association de victimes qui s'entraident, rencontre une adolescente en deuil de ses parents, se fait insulter par une femme qui l'accuse de s'être enfermée dans les toilettes sans laisser entrer d'autres personnes. Elle rencontre aussi Thomas, qui fêtait ce soir-là son anniversaire avec des collègues. Il est grièvement blessé aux jambes, mais a conservé toute sa mémoire.

Peu à peu, Mia retrouve des bribes de souvenir. Elle se rend compte qu'elle a passé un long moment dans une cachette en compagnie d'un employé de cuisine du restaurant qui lui a tenu la main. Elle veut le retrouver, être sûre qu'il a survécu, mais sa recherche est compliquée par le fait qu'il s'agit d'un immigré sans papiers. Elle s'éloigne de son compagnon Vincent, qui n'arrive pas à comprendre ce qu'elle traverse, pour se rapprocher de Thomas. Elle découvre que ce n'est pas elle qui s'était enfermée dans les toilettes, mais la femme qui l'en avait accusée. Elle retrouve finalement Assane, le cuisinier qui lui avait tenu la main pendant qu'ils attendaient la police, et peut enfin l'enlacer.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

icône image Médias externes
Images
Affiche officielle sur Allociné
Vidéos
Bande-annonce officielle sur le compte YouTube des cinémas Pathé Gaumont

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données Allociné.

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

À l'origine du sujet du film, se trouve une blessure personnelle. Alice Winocour avait son frère au Bataclan lors des attentats. Elle révèle d'ailleurs qu'elle a communiqué avec lui par SMS ; ce dernier lui demandant de ne pas lui écrire « parce que l’endroit avait été pris d'assaut par des terroristes ». La réalisatrice a par la suite nourri son scénario à partir de ses propres souvenirs de cette nuit-là, mais également des discussions qu'elle a eues avec son frère, frère d'ailleurs présent comme figurant sur le tournage[3]. Par ailleurs, la cinéaste a rencontré des psychiatres et des victimes pour mieux approfondir le script[4].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Revoir Paris
Score cumulé
SiteNote
Allociné4 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Critique Film.fr4 étoiles sur 5
Ecran Large3.5 étoiles sur 5
Paris Match4 étoiles sur 5
aVoir-aLire.com4 étoiles sur 5
Première3 étoiles sur 5
Rolling Stone3 étoiles sur 5

En France, le site Allociné propose une moyenne de 4,05, après avoir recensé 37 critiques de presse[5].

Dans sa globalité, la presse, qui s'est très intéressée à la sortie du film, a estimé très réussie cette nouvelle réalisation d'Alice Winocour. La critique du site Bande à Part est très enthousiasmée par le rendu final du film : « la beauté de Revoir Paris est de toujours savoir mettre en résonance cinématographiquement sa protagoniste et ce qui l’entoure – ce que met aussi en relief la musique envoûtante ». La critique souligne également un « un remarquable travail de la lumière » ; un seul « bémol » a été trouvé, celui de « quelques plans face caméra, (...) qui semblent un peu artificiels et nuisent légèrement à la fluidité de l’ensemble »[6].

Pour le site Ecran Large, la critique ne partait pas tellement confiante sur les propos du film. Pour autant, elle fut séduite et et se laissa convaincre de la réussite de la mise en scène de la cinéaste : « Revoir Paris parvient contre toute attente à renouveler notre regard sur une Cité et ceux qui la peuplent, y compris dans la douleur. Et tant pis si cette errance parfois lumineuse se paie au prix de quelques approximations narratives. »[7].

« Récit poignant sur la reconstruction, la résilience et la réparation », pour Dernières Nouvelles d'Alsace, 20 Minutes retient une Virginie Efira et un Benoît Magimel « exceptionnels dans la peau d’êtres traumatisés mais courageux face à l’épreuve qu’ils ont vécue »[8]. Pour le site Critique-Film, Alice Winocour signe « son film le plus abouti, un film remarquablement mis en scène, très documenté, émouvant et passionnant de bout en bout », avec peut-être le « plus beau rôle dans une carrière déjà très riche » pour Virginie Efira[9]. C'est aussi le point de vue de FranceInfo Culture pour qui, « troublante de crédibilité dans sa quête de résilience, Virginie Efira, survivante de l'attentat, forme avec Benoît Magimel un duo complémentaire et réjouissant »[10]. Paris Match salue la mise en scène de la cinéaste qui « traite avec une rare pudeur et une grande intelligence dans cet hymne à la vie » des sujets comme celui de ressortir, de se réapproprier la ville[11].

Si la presse donne ses lettres de noblesse au long-métrage, on peut retenir de certaines critiques le travail sur le son, comme celle de Première qui, en plus de saluer encore une fois la mise en scène et l'interprétation des rôles, salue un « remarquable travail sur le son », ou encore Rolling Stone qui, « outre la superbe photographie de Stéphane Fontaine, la BO [bande originale] est assurée par Anna von Hausswolff, dont l’étrange post-métal gothique sert le propos, tout en clair-obscur, de Revoir Paris. »[12],[13].

Dans les rares critiques négatives, on peut citer celle de la revue spécialisée les Cahiers du Cinéma, pour qui le « problème du film vient plutôt de sa focalisation : la centralité de l’héroïne personnalisant à l’excès la question de l’attentat, ramenée à une trame purement psychologique et débouchant sur une bien pâle romance ‘‘résiliente’’ (...). ».

Box-office[modifier | modifier le code]

Pour son premier jour d'exploitation en France, le film réalise 24 752 entrées, dont 5 986 en avant-première, pour 279 copies. Avec ces chiffres, le film est classé troisième du box-office des nouveautés derrière Kompromat (37 034) et devant Le Tigre et le Président (17 272)[14]. Au bout d'une première semaine d'exploitation en France, le film se classe en troisième position du box-office avec 142 841 entrées, derrière Le Visiteur du futur (147 188) et devant Everything Everywhere All at Once (76 098)[15]. Le film se maintient en troisième position en semaine 2 avec ses 114 784 entrées supplémentaires, derrière Chronique d'une liaison passagère (119 790) et devant Le Visiteur du futur (83 842)[16].

En troisième semaine, le film perd trois places au classement en réalisant 117 695 entrées supplémentaires, pour une sixième place, derrière Kompromat (126 665) et devant Chronique d'une liaison ordinaire (82 643)[17]. Le film continue sa chute au box-office en semaine 4 en réalisant 82 084 entrées supplémentaires, derrière Don't Worry Darling (91 621) et devant Kompromat (81 146)[18].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 457 404 entrées 4

Distinction[modifier | modifier le code]

Sélection[modifier | modifier le code]

"Revoir Paris" est présenté à la Quinzaine des réalisateurs 2022 en sélection parallèle du Festival de Cannes 2022[19].

Le film fait partie des 5 films pré-sélectionnés pour représenter la France aux Oscars 2023 dans la catégorie du meilleur film international[20].

Analyse[modifier | modifier le code]

La cinéaste interroge dans ses films la stabilité des relations affectives. En particulier dans Revoir Paris, l'événement met à distance les proches ne l'ayant pas vécu de l'intérieur et tend à rapprocher la communauté des victimes[21].

Selon les propos de la réalisatrice, le titre possède plusieurs significations. Selon elle, on peut l'interpréter comme une prise de recul sur la ville, une sorte de seconde opinion. Le titre peut également être interprété comme un besoin viscéral du personnage Mia. Revoir Paris devient alors la nécessité de faire le point sur son existence, comprendre ses traumas, se remémorer pour se reconstruire et démarrer une nouvelle vie[5],[3].

La tenue arborée par le personnage de Mia tout au long du film, sa combinaison de moto, donne une sorte de « carapace », une armure de guerrière à l'héroïne. Une sorte de tenue de combat. Comme l'a imaginé Virginie Efira, le personnage de Mia, qui revient trois mois après les évènements sur les lieux de l'attentat, est vulnérable. Pour elle, « [la cinéaste] ne voulait pas quelqu’un qui s’apitoie sur son sort. Elle imaginait une personne solide »[22]. La moto — et donc la combinaison — est aussi un moyen de vivre Paris et la reconstruction du personnage de Mia, d'une manière différente de l'accoutumée : « c'est une question d’esthétique. »[22].

Autour du film[modifier | modifier le code]

L'actrice Virginie Efira s'est préparée pour le film en allant consulter un psychiatre spécialiste des traumas. Elle explique que pour son rôle elle a dû « comprendre ce qui est cette forme de dissociation que tu peux avoir avec toi-même. L’idée que tu n’appartiens plus tellement au monde »[22]. En plus d'un spécialiste, Virginie Efira a écouté des émissions de radio et des récits de personnes présentes, victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et à Saint Denis, mais elle n'en a rencontré aucun[22].

« Comme la réalisatrice a réellement vécu cette histoire, je voulais que ce soit porté par son récit. Le film est très intime et non généralisé ou historique. C’est une fracture personnelle. »

Paris joue un rôle singulier dans le film. La ville est presque un personnage à part entière. C'est l'une des volontés de la réalisatrice pour qui il a par ailleurs été difficile d'y tourner. La cinéaste considère la ville comme le catalyseur de l'émotion des Parisiens et des Parisiennes[3]. L'hyperpersonnalisation de la ville étant également une réalité lors des attentats, avec des mots, affiches et autres, proclamant « Paris est une fête », « Je suis Paris », comme un moyen d'exorciser le trauma collectivement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la Quinzaine des réalisateurs [1]
  2. Source : Pathé Films [2]
  3. a b et c Jan Lumholdt, « CANNES 2022 Quinzaine des Réalisateurs - Alice Winocour • Réalisatrice de Revoir Paris », sur cineuropa.org, (consulté le )
  4. « Production ciné-TV soutenue : Revoir Paris en salles », sur iledefrance.fr, (consulté le )
  5. a et b « Revoir Paris », sur Allociné (consulté le ).
  6. Anne-Claire Cieutat, « Revoir Paris. Un diamant au cœur du trauma », sur bande-a-part.fr, (consulté le )
  7. Simon Riaux, « Revoir Paris : critique qui retient (un peu) ses larmes », sur Ecran Large, (consulté le )
  8. Caroline Vié, « « Revoir Paris » : Virginie Efira et Benoît Magimel survivront-ils au traumatisme d'un attentat ? », sur 20 Minutes, (consulté le )
  9. Jean-Jacques Corrio, « Critique : Revoir Paris », sur critique-film.fr, (consulté le )
  10. Anthony Jammot, « "Revoir Paris" : la quête de résilience de Virginie Efira, bouleversante survivante d'un attentat », sur FranceInfo Culture, (consulté le )
  11. Fabrice Leclerc, « Revoir Paris d'Alice Winocour - la critique et la bande-annonce » Inscription nécessaire, sur Paris Match, (consulté le )
  12. Thierry Chèze, « Les critiques de Première - Revoir Paris », sur Première (consulté le )
  13. La Rédaction, « [Cinéma] Revoir Paris d’Alice Winocour », sur Rolling Stone, (consulté le )
  14. Brigitte Baronnet, « Le Visiteur du futur démarre fort pour son 1er jour France » Accès libre, sur Allociné, (consulté le )
  15. Brigitte Baronnet, « Box-office France : Kompromat avec Gilles Lellouche s'impose devant Le Visiteur du futur », sur Allociné, (consulté le )
  16. Maximilien Pierrette, « Box-office France : Kompromat conserve la tête, un podium 100% français », sur Allociné, (consulté le )
  17. Maximilien Pierrette, « Box-office France : ce film retrouve la tête du classement 13 ans après son triomphe en salles », sur Allociné, (consulté le )
  18. Vincent Formica, « Box-office France : Avatar toujours en tête devant le film d'horreur Smile », sur Allociné, (consulté le )
  19. « «  Revoir Paris » : attentats, filmer l’après », sur Radio France,France Culture, (consulté le )
  20. « Cinq films présélectionnés pour représenter la France aux Oscars 2023 », sur Boxoffice, (consulté le )
  21. Jacques Mandelbaum, « Alice Winocour, réalisatrice de Revoir Paris, habitée par les forces de l'inconscient », (consulté le )
  22. a b c et d Fabio Dell'Anna, « Virginie Efira: «Pour «Revoir Paris», j’ai discuté longuement avec un psychiatre» », sur Le Matin, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Didier Péron, « Revoir Paris souffre de ses souffrances », Libération, 23 mai 2022 [3]
  • Serge Kaganski, « Identification d'une faille », Transfuge, no 160, septembre 2022, p. 78
  • Mathieu Macheret, Cahiers du cinéma, no 790, septembre 2022, p. 46
  • Ariane Allard, « On se prend la main », Positif, no 739, septembre 2022, p. 23

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Audio[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]