Charlotte Valandrey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charlotte Valandrey
Description de cette image, également commentée ci-après
Charlotte Valandrey au festival du livre de Mouans-Sartoux 2012.
Nom de naissance Anne-Charlotte Pascal
Naissance
Paris
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 53 ans)
Paris 13e
Profession Actrice, écrivaine
Films notables Rouge Baiser de Vera Belmont, Orlando de Sally Potter
Séries notables Les Cordier, juge et flic
Demain nous appartient

Charlotte Valandrey, nom de scène d'Anne-Charlotte Pascal, née le à Paris et morte le dans la même ville, est une actrice, chanteuse et écrivaine française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Anne-Charlotte Pascal naît le [1] à Paris. Son père, Jean-Pierre Pascal, est développeur logiciel et sa mère, Anne-Marie, pianiste. En 1973, elle est suivie par une autre fille, Aude[2].

Elle grandit en Bretagne au sein d'une famille aisée[3]. Le pseudonyme, qu'elle choisit au début de sa carrière, est, d'ailleurs, un hommage au Val-André, station balnéaire des Côtes-d'Armor où elle vit à partir de l’âge de six ans[4],[5]. Au début des années 1980, la famille s'installe dans le 12e arrondissement de Paris et elle étudie au lycée Paul-Valéry.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1985, Charlotte Valandrey décroche son premier rôle dans le film dramatique Rouge Baiser de Véra Belmont, pour lequel elle est récompensée, l'année suivante, de l'Ours d'argent de la meilleure actrice au Festival de Berlin. Elle est également nommée pour le César du meilleur espoir féminin pour ce rôle[3].

En 1989, elle est pressentie pour tenir le rôle principal du film Noce blanche, réalisé par Jean-Claude Brisseau. Selon elle, la production n'aurait pas voulu l'assurer après avoir été informée de sa séropositivité. Le rôle échoit finalement à Vanessa Paradis[6]. Elle se dirige alors vers la télévision, en jouant le rôle de la journaliste, Myriam Cordier, fille de commissaire et sœur de juge, dans la série télévisée Les Cordier, juge et flic, aux côtés de Pierre Mondy et Bruno Madinier, de 1991 à 2000[3]. En 2006, elle fait une apparition, le temps d'un épisode, dans Commissaire Cordier.

En 1993, elle présente l'émission Flashback, sur M6, puis Mes années clips[7].

En 2005, elle publie un livre L'Amour dans le sang, dans lequel elle révèle sa séropositivité[8]. Elle y parle également des deux infarctus qui ont failli lui coûter la vie en et à la suite desquels elle a subi une greffe du cœur[9],[6]. En , son livre étant vendu à plus de 280 000 exemplaires, elle donne son aval à son adaptation en téléfilm, produit par Dominique Besnehard et dont la première diffusion a lieu le sur la Une (RTBF) et le sur France 3.

En 2008, elle devient la marraine de la fondation Greffe de vie et s'engage pour la cause du don d'organes et de la greffe[10].

Durant l'été 2009, avec Jean-Michel Zecca, elle anime une émission de solidarité sur RTL, intitulée On peut vous aider… même l'été[4].

En 2011, elle sort un nouveau livre De cœur inconnu[2].

De à , elle est la directrice de la neuvième saison de Star Academy sur NRJ 12[11].

En , le livre autobiographique Vers le 8e ciel sort[12].

En , elle publie Bombay mon amour, coécrit avec Jean Arcelin, qui relate son séjour humanitaire en Inde aux côtés de Valérie Trierweiler, en .

En 2017, elle renoue avec la télévision avec la mini-série Les Innocents[13]. En , elle interprète J'adore, première chanson de son premier album. Le titre est diffusé pour la première fois à la radio, par Rom Juan, sur les ondes de Radio Ondaine et RCF Haute-Loire.

De à , elle incarne le rôle de la juge Laurence Moiret dans la série Demain nous appartient. En , en accord avec la production de la série, elle annonce qu'elle ne reprend pas son rôle, car les histoires autour de son personnage ne se renouvellent pas assez. Elle déclare alors souhaiter se consacrer à de nouveaux projets[14].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1984, à l'âge de seize ans, après avoir été révélée par le film Rouge Baiser, elle vit seule dans un studio que ses parents lui ont acheté. Alors « insouciante » et peu informée sur les dangers encourus, elle a des liaisons avec « un musicien toxico, et d'autres garçons à risques ».

En 1986, quelques jours avant son dix-huitième anniversaire[6], elle apprend qu'elle est séropositive au VIH[8],[15].

En 1999, elle rencontre Arthur Lecaisne, avec qui elle se marie le au Val-André[16],[17]. Au début de l'année 2000, ils ont une fille, Tara[3].

Alors qu'elle se sépare d'Arthur, elle sent une nouvelle alerte en  : à la suite de sa trithérapie qui a abîmé son cœur et lui a occasionné deux infarctus[17], son cœur s'est nécrosé, et il ne lui reste que 10 % de capacité cardiaque[18]. Une transplantation cardiaque est nécessaire. Le , elle bénéficie d'une greffe[19]. Dans son livre De cœur inconnu, elle raconte ses autres histoires d'amour, avec son cardiologue ou Yann, un architecte qu'elle croit intimement être le mari de sa défunte donneuse[2].

Mort[modifier | modifier le code]

Le , Charlotte Valandrey annonce attendre une seconde greffe de cœur à cause de nouveaux problèmes de santé, son cœur étant arrivé en « bout de course »[20]. Elle le reçoit le à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, mais la greffe ne prend pas[21].

Le , à l'âge de 53 ans, elle meurt à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière[22],[23]. Ses obsèques ont lieu à Pléneuf-Val-André (Côtes-d'Armor), où elle est inhumée[24]. Dans le communiqué annonçant le décès, la famille indique qu'un hommage lui sera également rendu à Paris en [25].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2021 : À tout à l'heure, album autoproduit grâce à une campagne de financement participatif[27]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

Après son décès, Guy Konopnicki, qui fut co-scénariste de Rouge Baiser, écrit[31] :

« Charlotte Valandray, partie si tôt, après tant de souffrances ! Je me souviens de cette ado, sans la moindre expérience du cinéma, que Véra Belmont avait choisie après des dizaines d'auditions, pour incarner un personnage inspiré de sa propre histoire. Pas de recommandation, ni de copinage, elle s'était présentée au casting…. […] L'actrice choisie par Véra découvrait elle-même cette époque dont elle ignorait tout. Quand je suis venu sur le tournage, […] il y avait là un monstre sacré, Laurent Terzieff et Charlotte, la petite débutante, jouant avec un naturel époustouflant. […] J'ai compris que le choix de Véra était le bon, Charlotte portait bien cette candeur qui, trente ans plus tôt, s'exprimait par l'engagement communiste. […] Charlotte, avait réussi un exploit, porter le film de bout en bout, être cette jeune stalinienne de 1952-53, découvrant l'amour et un peu de l'atroce réalité cachée sous le mensonge stalinien. Prix d'interprétation à Berlin, Charlotte était une révélation. […] »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ils sont nés un 29 novembre », sur Les Échos, .
  2. a b et c Céline Walter, « Charlotte Valandrey, l'attrape-cœur », sur liberation.fr, (consulté le ).
  3. a b c et d « Charlotte Valandrey », sur gala.fr (consulté le ).
  4. a et b « Le Val-André de Charlotte Valandrey », sur Le Télégramme, .
  5. « Charlotte Valandrey affectionne son cher Val-André », sur Ouest-France, .
  6. a b et c Marie Huret, « Charlotte Valandrey brise les tabous », sur L'Express, .
  7. « Un nouveau rendez-vous hebdomadaire, au cours duquel la séduisante Charlotte Valendrey nous propose une sélection des meilleurs vidéo-clips de ces dix dernières années. » Télé 7 Jours no 1756, semaine du 22 au 28 janvier 1994, page 79.
  8. a et b « Charlotte Valandrey révèle sa séropositivité », sur Libération, .
  9. (en) Colin Randall, « Actress tells of her life with HIV in French best-seller », sur The Telegraph, .
  10. « Charlotte Valandrey : ses confidences sur son célibat, sa fille, sa maladie… », Femme Actuelle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « La comédienne Charlotte Valandrey, nouvelle directrice de la Star Ac' », sur L'Obs, .
  12. « C à vous du mercredi 16 avril : les invités reçus par Anne-Sophie Lapix », sur Les Coulisses de la télévision, .
  13. « Les Innocents : qui sont les acteurs de la série évènement de TF1 ? », Télé Loisirs,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Charlotte Valandrey : 5 choses à savoir sur l'actrice », programme-tv.net,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. Claire Chartier, « Charlotte Valandrey : “Je suis allée puiser très loin en moi” », sur L'Express, .
  16. Marie Huet, « Charlotte Valandrey brise les tabous », sur lexpress.fr, .
  17. a et b Jean Arcelin et Charlotte Valandrey, L'Amour dans le sang, Le Cherche midi, , p. 87.
  18. « Charlotte Valandrey : la fureur de vivre », sur letelegramme.fr, .
  19. « Charlotte Valandrey, un cœur pour deux », sur Le Parisien, .
  20. « Charlotte Valandrey attend une nouvelle greffe du cœur », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  21. « L’actrice Charlotte Valandrey est morte, après une nouvelle opération du cœur », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  22. « L'actrice Charlotte Valandrey, connue pour son rôle dans la série Les Cordier, juge et flic, est morte à l'âge de 53 ans », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  23. « L'actrice Charlotte Valandrey est morte à l'âge de 53 ans », sur closermag.fr, (consulté le ).
  24. « parismatch.com/People/Charlotte-Valandrey-ses-obseques-en-toute-discretion-a-Pleneuf-Val-Andre »
  25. « Mort de Charlotte Valandrey : où et quand se dérouleront ses obsèques ? », sur gala.fr, (consulté le ).
  26. Doublage relevé lors de sa diffusion télévisée.
  27. Arnold Derek, « Avec l’album “A tout à l’heure”, Charlotte Valandrey dévoile une nouvelle facette d’elle même », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  28. Jean Leymarie, « Charlotte Valandrey, chevalier des arts et lettres », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  29. (de) « Preise & Auszeichnungen 1986 », sur berlinale.de (consulté le ).
  30. « Charlotte Valandrey », sur academie-cinema.org (consulté le ).
  31. Voir sur facebook.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :