Halle Berry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berry (homonymie).
Halle Berry
Description de cette image, également commentée ci-après

Halle Berry en 2013.

Nom de naissance Maria Halle Berry
Naissance (50 ans)
Cleveland, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Actrice, Productrice, Mannequin
Films notables Opération Espadon
À l'ombre de la haine
X-Men (saga)
Gothika
Meurs un autre jour
Catwoman
The Call

Halle Berry, née Maria Halle Berry, le à Cleveland (Ohio), est une actrice, productrice et ancienne mannequin américaine.

Elle a remporté l'Oscar de la meilleure actrice en 2002 pour sa performance dans le film dramatique À l'ombre de la haine (2001). Elle est la première afro-américaine à avoir reçu ce prix.

Elle a été l'une des actrices les mieux payées à Hollywood au cours des années 2000 et a pris des parts dans la production de nombreux films dans lesquels elle a joué. Elle est aussi le porte-parole de Revlon. Avant de devenir actrice, elle a commencé dans le mannequinat et a participé à plusieurs concours de beauté. Elle perce au cinéma dans la comédie romantique Boomerang (1992), aux côtés de Eddie Murphy, qui l'a dirigée dans les films tels que la comédie La Famille Pierrafeu (1994), la comédie politique Bullworth (1998) et le film Introducing: Dorothy Dandridge (1999) pour lequel elle a emporté le Emmy Award et le Golden Globe Award de la meilleure actrice.

En plus de sa victoire aux Oscars, Halle Berry a joué des rôles principaux dans les années 2000 dans des productions comme Tornade, la série de films X-Men, le film d'action Opération Espadon en 2001 en compagnie de Hugh Jackman et de John Travolta, le film d'espionnage Meurs un autre jour où elle joue le rôle de la James Bond girl, Jinx.

Divorcée du joueur de baseball David Justice, puis du chanteur de soul Eric Benet, elle a eu une fille appelée Nahla Ariela Aubry avec le mannequin Gabriel Aubry et un fils Maceo Robert Martinez avec le comédien français Olivier Martinez.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Le deuxième prénom « Halle » fut choisi par ses parents en référence au Halle Building (en) qui se situait à Cleveland, sa ville natale. À l'âge de cinq, sa mère fit modifier son État civil en inversant l'ordre de ses deux prénoms

Son père, Jérôme Jesse Berry, était un infirmier afro-américain, travaillant dans le service psychiatrique d'un hôpital, avant de devenir, plus tard, chauffeur d'autobus. Sa mère, Judith Ann Hawkins était infirmière blanche d'origine anglaise et allemande opérant dans le service où son père travaillait.

La grand-mère maternelle de Berry, Nellie Dicken, est née de Sawley (en) dans le Derbyshire au Royaume-Uni, tandis que son grand-père maternel, Earl Ellsworth Hawkins, est né en Ohio.

Alors qu'elle n'est âgée que de 4 ans, Halle et sa sœur aînée, Heidi Berry-Henderson, ont été élevées exclusivement par leur mère après la séparation de ses parents. L'actrice a affirmé que sa mère était battue par son père tous les jours, jetée dans les escaliers et frappée à la tête avec une bouteille de vin. Elle ajouta : « Je n'ai pas entendu parler de lui depuis qu'il a quitté le domicile familial. Peut-être qu'il n'est plus vivant ».

Halle Berry est diplômée du lycée de Bedford où elle était une pom-pom girl, étudiante d'honneur, rédactrice en chef du journal de l'école et reine du bal. Puis, elle a étudié à Cuyahoga Community College. Dans les années 1980, elle participe à plusieurs concours de beauté, remportant Miss Teen All American en 1985 et Miss Ohio USA en 1986. En 1986, elle devient dauphine de Miss USA et est finaliste au concours Miss America et Miss Monde quelques années plus tard. Elle ne remporte pas les concours mais elle se démarque par son charisme et son talent d'actrice[1]. Durant cette participation, elle a dit qu'elle espérait devenir animatrice ou avoir quelque chose à voir avec les médias. Cette interview lui permet de décrocher le plus haut score par les juges. Elle a été la première afro-américaine à participer à Miss Monde en 1986.

Carrière[modifier | modifier le code]

1989-1999[modifier | modifier le code]

L'actrice en décembre 1996, en Bosnie-Herzégovine.

En 1989, Berry déménage à New York pour réaliser son rêve de devenir actrice. Lors de son premier séjour là-bas, elle manque d'argent et a dû vivre temporairement dans un refuge pour les sans-abri.

Elle entame une brève carrière de mannequin, notamment à Chicago, avant de décrocher le rôle d'Emily Franklin son premier rôle à la télévision dans la série The Living Dolls en 1989. Au cours de l'enregistrement de Living Dolls, elle tombe dans le coma et est diagnostiquée diabétique. Après l'annulation de Living Dolls, elle déménage à Los Angeles et enchaîne avec Côte ouest en 1991.

La même année, Halle commence au cinéma au côté de Samuel L. Jackson dans Jungle Fever. Spike Lee lui accorde ainsi son premier rôle important, séduit par la persévérance de l'actrice[2]. Elle incarne une prostituée avec une addiction au Crack. Elle décroche, en 1992, le rôle d'Angela Lewis dans la mémorable comédie romantique Boomerang, portée par Eddie Murphy, qui la met sur le devant de la scène. Forte de cette nouvelle visibilité, elle décroche l’Image Award de la NAACP et le Prix du meilleur espoir féminin du Club des Journalistes d'Hollywood dans la mini-série d’Alex Haley Queen. Halle Berry participe également au film familial La famille Pierrafeu en prêtant son apparence à « Sharon Stone », une secrétaire sensuelle qui séduit Fred Pierrafeu.

Ensuite, elle aborde un rôle plus sérieux, en jouant une ancienne toxicomane qui lutte pour la garde de son fils dans Losing Isaiah en 1995), se mettant en vedette face à Jessica Lange. Elle interprète Sandra Beecher dans La course du Soleil en 1996. Ce film basé sur une histoire vraie est tourné en Australie. Elle y partage l'affiche aux côtés de Kurt Russell qu'elle retrouve en hôtesse de l'air dans le film d'action Ultime Décision de Stuart Baird, avec Steven Seagal. Ce qui lui permet de décrocher le Blockbuster Award[3]. Grâce à cette exposition médiatique, elle enchaîne les projets à la fin des années 1990 : Elle tient le rôle principal du thriller Sombres Soupçons. Elle enchaîne avec la comédie loufoque B.A.P.S et la comédie dramatique Bulworth aux côtés et sous la direction de Warren Beatty. Halle Berry fait également partie du trio féminin de la comédie dramatique Why do Fools Fall in Love, aux côtés de Vivica A. Fox[4].

À noter qu'à partir de 1996, elle devient la porte-parole de Revlon pendant sept ans et a renouvelé son contrat en 2004.

2000 - 2010[modifier | modifier le code]

L'année 2000 marque un tournant, récompensant des choix risqués : une incursion à la télévision est couronnée par un succès critique - elle remporte le Golden Globe de la meilleure actrice dans un téléfilm ou une mini-série pour son incarnation de Dorothy Dandridge dans un biopic à prestige diffusé par la chaîne HBO. Puis côté cinéma, elle fait partie de la distribution réunie par Bryan Singer pour son blockbuster X-Men, adaptation du comics éponyme des éditions Marvel. Elle y prête ses traits à Tornade / Ororo Monroe, aux côtés de Famke Janssen, James Marsden et Hugh Jackman. Le film connait un succès critique[5] et commercial surprise[6], et lance les studios sur la production d'adaptations de comics-books. Bryan Singer avouera avoir été séduit par Halle Berry suite à sa prestation dans le biopic consacré à Dorothy Dandridge[4].

Elle confirme l'année suivante avec deux longs-métrages tout aussi différents : d'abord le thriller d'action Opération Espadon, de Dominic Sena, où elle incarne les femmes fatales au sein d'une distribution masculine menée par Hugh Jackman et John Travolta. L'actrice y interprète sa première scène topless, pour laquelle elle reçoit 500 000 dollars de bonus à un salaire déjà estimé à 2 millions[7].

Cette interprétation sexy ne fait pas d'ombre à son autre projet de l'année : le drame À l'ombre de la haine, premier projet hollywoodien du réalisateur germano-suisse Marc Forster. Sa prestation de femme mariée à un condamné à mort, lui vaut un large plébiscite critique, au point de décrocher en 2002 l'Oscar de la meilleure actrice[8]. Le NAACP a fait la déclaration: « Félicitations à Halle Berry et Denzel Washington pour nous donner espoir et nous rendre fiers. Si cela est un signe que Hollywood est enfin prêt à donner l'opportunité et la performance du juge basé sur la compétence et non sur la couleur de la peau. Alors c'est une bonne chose ». En acceptant son prix, elle a prononcé un discours d'acceptation honorant les précédentes actrices noires qui n'avaient jamais eu l'occasion : « Ce moment me dépasse, ce moment, je le vis pour Dorothy Dandridge, Lena Horme, Diahann Carroll... Ce moment, je le vis pour les femmes qui sont à mes côtés : Jada Pinkett Smith, Angela Bassett, Vivica A. Fox... Et ce moment, je le vis pour toutes les femmes de couleur qui ont désormais une chance. Car ce soir, une porte s'est ouverte ». Elle remporte la même année l'Ours d'argent de la meilleure actrice au Festival de Berlin et le Screen Actors Guild Award de la meilleure actrice.

Son exposition médiatique culmine cette année-là, lorsqu'elle est choisie pour donner la réplique à Pierce Brosnan dans le 20e James Bond, Meurs un autre jour, mis en scène par le néo-zélandais Lee Tamahori. Son personnage de Jinx, conçu comme un alter-ego féminin à l'agent secret britannique, est même envisagé comme l’héroïne d'un film dérivé[9], finalement annulé. Après que celle-ci ait remporté l'Oscar, les scènes ont été réécrites pour lui donner plus de temps de passage à l'écran.

L'année 2003 la voit revenir dans le rôle de Tornade dans X-Men 2, toujours mis en scène par Bryan Singer, un succès critique[10] qui surpasse son prédécesseur au box-office. Cependant, un autre film va marquer le début de certaines embûches.

En cette même année, elle a été nommée n° 1 des 100 femmes les plus sexy du Monde par le magazine FHM.

L'actrice à Los Angeles, en février 2007.

Ensuite, en novembre 2003, elle joue dans le thriller psychologique - fantastique Gothika au côté de Robert Downey, Jr, mis en scène par le français Mathieu Kassovitz. Durant le tournage, elle s'est cassé le bras. La production a été arrêtée pendant huit semaines. Le film a été un succès au box - office aux États-Unis, en générant plus de 60 millions de dollars sur son territoire et plus de 80 millions de dollars à l'étranger. Et bien que les critiques soient mitigé, la performance d'Halle est saluée, elle remporte le Black Reel Award et le Teen Choice Award de la meilleure actrice.

Elle tente de revenir aux films de super-héros en 2004, cette fois en unique tête d'affiche, pour Catwoman, une fois encore réalisé par un Français, Pitof. La critique est désastreuse[11], et le film est cette fois un échec commercial, tuant dans l’œuf les espoirs d'une franchise basée sur le personnage. L'actrice remporte le Razzie Award de la pire actrice.

L'année 2005 est seulement marquée par sa participation au film d'animation Robots de Chris Wedge, et l'année 2006 lui permet de revenir dans les hauteurs du box-office grâce au dernier volet de la première trilogie X-Men, avec X-Men : L'Affrontement final de Brett Ratner. Le blockbuster est le volet le moins bien reçu de la franchise[12], mais il est aussi le plus lucratif.

En 2007, elle s'éloigne des grosses productions avec deux œuvres tentant de renouer avec la drame réaliste de son succès critique. D'abord avec le thriller Dangereuse Séduction, de James Foley, puis le drame Nos souvenirs brûlés de Susanne Bier. Pour ces deux films, elle partage de nouveau l'affiche avec des acteurs plus expérimentés : Bruce Willis pour le premier, et Benicio Del Toro pour le second. Le premier laisse les critiques de marbre[13], et rembourse tout juste son budget, quand le second convainc davantage[14], mais est un échec commercial.

Le 3 avril 2007, elle a reçu une étoile sur le Hollywood Walk of Fame devant le Kodak Theatre au 6801 Hollywood Boulevard pour sa contribution à l'industrie cinématographique.

Elle a été nommée par Esquire magazine « Sexiest Woman Alive » en octobre 2008, à ce sujet elle déclare : « Je ne sais pas exactement ce que cela signifie, ayant 42 ans et juste après avoir eu un bébé, je pense que je vais me contenter de l'accepter et de vous remercier ». La même année, le rappeur Hurricane Chris a publié une chanson intitulée Halle Berry (She's fine), vantant la beauté et le sex-appeal de l’actrice. Toujours en 2008, elle a été nommée « Sexiest Black Woman » par d'Access Hollywood TV One Accès.

2010 - Présent[modifier | modifier le code]

Halle Berry, en 2010 lors de la New York Fashion Week.

Elle prend ses distances avec le cinéma hollywoodien, avant de revenir en 2011 en tête d'affiche du drame historique canadien Frankie et Alice, de Geoffrey Sax. Pour ce film, Halle Berry a déjà reçu le Prix de la Meilleure Actrice aux African-American Film Critics Association et la performance de l'actrice est saluée, et lui vaut même une nomination au Golden Globe de la meilleure actrice[15]. C'est d'ailleurs la quatrième fois qu'elle est nommée à cette cérémonie, ce qui fait d'elle la première actrice noire à être nommée plusieurs fois dans cette catégorie[16].

Cette même année, elle peut compter sur la nouvelle comédie romantique chorale de Garry Marshall, Happy New Year pour remplir un peu les salles, à défaut de convaincre la critique[17].

Son année 2012 est marquée par deux productions radicalement différentes : elle partage d'abord l'affiche du thriller d'action Dark Tide, de John Stockwell, avec son époux Olivier Martinez, qui ne reçoit pas une seule critique positive[18], puis elle participe à l'ambitieuse fresque de science-fiction Cloud Atlas, co-réalisée par Tom Tykwer et Andy et Lana Wachowski. Ce long-métrage ambitieux, co-produit internationalement, lui permet de jouer plusieurs rôles, comme ses collègues Tom Hanks, Hugh Grant ou encore Susan Sarandon. Le film rembourse difficilement son budget mais il reçoit majoritairement des critiques élogieuses, reconnaissant l'effervescence créative de l'œuvre[19].

En 2013, elle retourne à ses premières amours avec le thriller The Call, de Brad Anderson, doté d'un budget très modeste, le film est un franc succès au box office mondial bien qu'il divise la critique[20]. Elle participe également à l'un des segments de la comédie à sketch-es, très mal reçue[21], My Movie Project. Elle est pressentie pour le rôle d'Audrey Hepburn dans un remake du film de 1959 de Fred Zinnemann, Au risque de se perdre, mais l'idée est finalement abandonnée.

L'année 2014 lui permet enfin de revenir dans des productions de premier plan.

Elle retrouve son rôle de Tornade dans le blockbuster X-Men: Days of Future Past, pour lequel le réalisateur Bryan Singer convoque l'ensemble de la distribution originale de la franchise. Le film est le plus gros succès critique de la franchise à ce jour[22], et rapporte 748 millions de dollars pour un budget de 200 millions[23]. Elle table sur ce succès en étant l’héroïne de sa propre série télévisée, le drame de science-fiction Extant, sur la chaîne CBS. La série, produite par Steven Spielberg, est bien accueillie par la critique et le public, mais les audiences faiblissent de façon constante. Elle est arrêtée en octobre.

La sortie du thriller d'action Kidnap, de Luis Prieto, dont elle est l’héroïne, est reportée à 2017, suite aux difficultés financières du distributeur[24]. Elle rejoint la même année la distribution de la très attendue suite Kingsman: The Golden Circle, sous la direction du britannique Matthew Vaughn. Prévu pour juin 2017, ce blockbuster lui permettra d'évoluer aux côtés d'autres Oscarisés : Julianne Moore, Jeff Bridges et Colin Firth. Ce film signe les retrouvailles entre l'actrice et la FOX. Son rôle devrait être conservé pour les prochains volets de la franchise.

Fort du succès surprise de son premier film Mustang (primé au Festival de Cannes et aux Césars, puis sélectionné aux Golden Globes et Oscars), la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven engage Halle pour son second long métrage Kings[25], l'actrice tiendra le premier rôle féminin aux côtés de Daniel Craig, le tournage débute fin décembre 2016[26] et le film raconte la vie d'une famille dans un quartier de Los Angeles, quelques semaines avant les émeutes qui ont embrasé la ville en 1992, suite au verdict de l'affaire Rodney King.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Née d'un père afro-américain et d'une mère blanche, Halle Berry a déclaré que son passé biracial était « douloureux et confus » quand elle était jeune. Elle a pris la décision dès le début de s'identifier comme une femme noire parce qu'elle savait que ce serait la manière dont elle serait perçue par les gens. 

Halle Berry a quasiment perdu l'usage de l'oreille droite suite aux violences répétées qu'elle a subies au début des années 1990 (souvent attribuées à Wesley Snipes qu'elle fréquentait alors). 

Elle s'est mariée successivement à David Justice, un joueur de baseball[27]. Suite à leur séparation en février 1996, Halle Berry a déclaré publiquement qu'elle était si déprimée qu'elle a envisagé de se suicider. Halle Berry et David Justice ont officiellement divorcé le 24 juin 1997. 

De 2001 à 2005, Berry est mariée au chanteur-compositeur et interprète Eric Benét, qui suivait un traitement pour dépendance au sexe en 2002. De 2005 à 2010 l'actrice fréquente le mannequin québécois Gabriel Aubry dont elle a eu une fille prénommée Nahla, née le 16 mars 2008. Halle avouera avoir subi pas moins de 33 tests de grossesse négatifs[28] avant de réaliser son vœu le plus cher : devenir maman. En 2012, elle fréquente l'acteur français Olivier Martinez qu'elle épouse en 2013[29] et avec qui elle a un fils prénommé Maceo, né le 5 octobre 2013. Le 22 novembre 2012, Gabriel Aubry et Olivier Martinez en viennent aux mains peu après une fête de Thanksgiving : Olivier Martinez s'en sort avec une blessure à la main et au cou tandis que Gabriel Aubry a une côte cassée et des ecchymoses au visage et à la tête. Halle et Olivier annoncent leur divorce en octobre 2015. Un an plus tard, la procédure est suspendue[30]. En effet, le couple tente une réconciliation mais le divorce devient officiel fin décembre 2016[31].

Concernant l'exposition médiatique, réputée pour être l'une des stars les plus discrètes à Hollywood, Halle Berry s'est exprimée sur son compte Instagram pour répondre à un internaute qui lui demandait pourquoi elle cachait le visage de ses enfants sur les réseaux sociaux : « Laissez-moi être claire : je n'ai pas du tout honte de mes enfants. J'essaie de trouver des moyens créatifs de les intégrer sur ma page car ils constituent la plus grande partie de ma vie, mais je travaille aussi très dur pour que leur identité reste la plus privée possible car ce ne sont que des enfants. J'ai la conviction, et je ne critique pas ceux qui ont un avis différent, que c'est mon travail de mère de protéger leur intimité du mieux que je peux. Lorsqu'ils seront grands et qu'ils seront en âge et qu'ils voudront partager leur image sur internet, ce sera à eux de faire ce choix, pas à moi. Vous me comprenez ? Passez une bonne journée »[32].

Concernant la chirurgie esthétique, Halle évoque la pression que subissent les actrices à Hollywood et n'hésite pas à comparer cela à de la drogue : « La pression existe. Quand vous voyez tout le monde en faire autour de vous, il y a des moments où vous pensez : pour rester dans le business, est-ce que je dois faire la même chose? Je ne vais pas vous mentir et vous dire que cela ne m’a jamais traversé l’esprit. Mais vieillir c'est naturel et cela arrive à tout le monde ». Heureusement, l'actrice garde la tête sur les épaules et confie, lors de son interview à Yahoo Beauty, préférer vieillir sans avoir recours à ces pratiques. L’ambassadrice de Revlon qui souhaite « toujours ressembler à ce qu’elle est, même si c’est une version plus âgée » pense que « trop de chirurgie finit par vous changer »[33].

Philanthropie[modifier | modifier le code]

Halle Berry n’est pas novice en matière de philanthropie. L'actrice soutient de nombreuses causes : depuis plus de 15 ans, elle est ambassadrice du Jenesse Center, une association de lutte contre les violences domestiques, basée à Los Angeles[34]. L'actrice a renouvelé son engagement aux côtés du créateur Michael Kors et du programme alimentaire mondial de lutte contre la famine dans le monde (PAM), en participant à de nombreuses campagnes publicitaires, en accompagnant l'association sur le terrain, pour visiter des écoles, des fermes[34].

En 2009, elle reçoit de l'organisation Love Our Children USA le prix « Mothers Who Make a Difference » (« Les mères qui font la différence ») et est nommée porte-parole de la Fondation des enfants atteints de diabète[35]. Halle Berry est aussi porte-parole de la firme pharmaceutique Novo Disk qui fabrique des produits pour diabétiques, et participe régulièrement à des conférences pour sensibiliser le public à cette maladie[36].

Elle est également très engagée dans la lutte contre le cancer[37],[38]. Ambassadrice de la marque de cosmétiques Revlon depuis 1995, elle participe notamment aux marches annuelles des Femmes pour la recherche contre le cancer du sein à Los Angeles. Pour l'édition 2016 de la campagne destinée à récolter des fonds de la chaîne de magasin Saks Fifth Avenue, Halle Berry devient ambassadrice officielle aux côtés du créateur Christian Louboutin[39].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Living Dolls (une sitcom dérivée de Madame est servie) : Emily Franklin (12 épisodes)
  • 1991 : Amen : Claire (saison 5, épisode 10)
  • 1991 : Campus Show : Jaclyn (saison 4, épisode 15)
  • 1991 : They Came from Outer Space : Rene (saison 1, épisode 16)
  • 1991 : Côte Ouest : Debbie Porter (6 épisodes)
  • 1998 : Frasier : Betsy (saison 5, épisode 15)
  • 1993 : Queen (mini série télévisée) : Queen (3 épisodes)
  • 2011 : Les Simpson : elle-même (saison 22, épisode 14, voix)
  • 2014-2015 : Extant : Molly Woods (26 épisodes)

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Note : Cette section récapitule les principales récompenses et nominations obtenues par Halle Berry. Pour une liste plus complète, se référer au site IMDb[40].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Image Awards 1995 : Meilleure actrice dans une mini-série où un téléfilm pour Queen
  • Black Reel Awards 2000 : Meilleure actrice dans une série dramatique pour Dorothy Dandridge
  • Golden Globes 2000 : Meilleure actrice dans une mini-série pour Dorothy Dandridge
  • Image Awards 2000 :
    • Meilleure artiste de l'année
    • Meilleure actrice dans une mini-série où un téléfilm pour Dorothy Dandridge
  • Primetime Emmy Awards 2000 : Meilleure actrice dans une mini-série où un téléfilm pour Dorothy Dandridge
  • Screen Actors Guild Awards 2000 : Meilleure actrice dans une mini-série pour Dorothy Dandridge
  • BET Awards 2004 :
  • ShoWest Convention 2004 : Star féminine de l'année lors des
  • Teen Choice Awards 2004 : Meilleure actrice dans un drame d'action pour Gothika
  • Christopher Awards 2006 : Meilleure producteur exécutif pour Lackawanna Blues, partagé avec George C. Wolfe (réalisateur), Ruben Santiago-Hudson (scénariste/producteur exécutif), Nellie Nugiel (productrice), Vince Cirrincione (producteur exécutif) et Shelby Stone (productrice exécutif)
  • Hasty Pudding Theatricals 2006 : Femme de l'année

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Image Awards 1999 :
    • Meilleure actrice dans une mini-série où un téléfilm pour The Wedding
    • Meilleure actrice pour Bulworth
  • AFI Awards 2002 : Meilleure actrice de l'année pour À l'ombre de la haine
  • Chicago Film Critics Association Awards 2002 : Meilleure actrice pour À l'ombre de la haine]
  • Dallas-Fort Worth Film Critics Association Awards 2002 : Meilleure actrice de l'année pour À l'ombre de la haine
  • Golden Globes 2002 : Meilleure actrice pour À l'ombre de la haine
  • MTV Movie Awards 2002 : Meilleure actrice pour À l'ombre de la haine
  • Satellite Awards 2002 : Meilleure actrice pour À l'ombre de la haine
  • BAFTA Awards 2003 : Meilleure actrice de l'année pour À l'ombre de la haine
  • BET Awards 2003 : Meilleure actrice pour Meurs un autre jour
  • Black Reel Awards 2003 : Meilleure actrice dans un second rôle pour Meurs un autre jour
  • Empire Awards 2003 : Meilleure actrice dans un second rôle pour Meurs un autre jour
  • Kids' Choice Awards 2003 :
    • Meilleure actrice pour Meurs un autre jour
    • Meilleure cible pour Meurs un autre jour
  • London Critics Circle Film Awards 2003 : Meilleure actrice de l'année pour À l'ombre de la haine
  • MTV Movie Awards 2003 : Meilleure actrice pour Meurs un autre jour
  • Teen Choice Awards 2003 :
    • Meilleure actrice dans un drame d'action pour Meurs un autre jour
    • Meilleure actrice dans un drame d'action pour X-Men 2
  • Saturn Awards 2003 : Meilleure actrice dans un second rôle pour Meurs un autre jour
  • Black Reel Awards 2004 : Meilleure actrice dans un second rôle pour Gothika
  • Image Awards 2004 : Meilleure actrice pour Gothika
  • Kids' Choice Awards 2004 :
    • Meilleure actrice pour X-Men 2
    • Meilleure actrice pour Gothika
  • MTV Movie Awards 2004 : Meilleure actrice pour Gothika
  • BET Awards 2005 : Meilleure actrice pour Catwoman
  • Kids' Choice Awards 2005 : Meilleure actrice pour [Catwoman
  • People's Choice Awards 2005 : Meilleure actrice de film
  • Razzie Awards 2005 : Meilleur duo à l'écran pour Catwoman
  • BET Awards 2006 : Meilleure actrice dans une série dramatique Their Eyes Were Watching God) (en)
  • Black Movie Awards 2006 : Meilleure actrice pour X-Men : L'Affrontement final
  • Black Reel Awards 2006 : Meilleure actrice pour Their Eyes Were Watching God
  • Golden Globes 2006 : Meilleure actrice dans une mini-série pour Their Eyes Were Watching God
  • Image Awards 2006 : Meilleure actrice dans une mini-série où un téléfilm pour Their Eyes Were Watching God
  • Independent Spirit Awards 2006 : Meilleur producteur exécutif pour Lackawanna Blues, partagé avec George C. Wolfe (réalisateur), Vince Cirrincione (producteur), Ruben Santiago-Hudson (producteur), Nellie Nugiel (productrice) et Shelby Stone (productrice)
  • PGA Awards 2006 : Meilleur producteur exécutif pour Lackawanna Blues, partagé avec George C. Wolfe, Vince Cirrincione, Ruben Santiago-Hudson, Nellie Nugiel et Shelby Stone
  • Primetime Emmy Awards 2006 :
    • Meilleure actrice dans une mini-série où un téléfilm pour Their Eyes Were Watching God
    • Meilleure réalisatrice d'une mini-série où un téléfilm pour Their Eyes Were Watching God, partagé avec Vince Cirrincione (producteur exécutif), Shelby Stone (producteur exécutif), Ruben Santiago-Hudson (producteur exécutif) et Nellie Nugiel (producteur exécutif)
  • Teen Choice Awards 2006 : Meilleure actrice dans un drame d'action pour X-Men : L'Affrontement final
  • Kids' Choice Awards 2007 : Meilleure actrice pour X-Men : L'Affrontement final
  • People's Choice Awards 2007 : Meilleure actrice de film
  • Image Awards 2008 : Meilleure actrice pour Nos souvenirs brûlés
  • People's Choice Awards 2008 : Meilleure actrice de film
  • BET Awards 2013 :
  • Black Reel Awards 2013 : Meilleure actrice pour Cloud Atlas
  • Image Awards 2013 : Meilleure actrice pour Cloud Atlas
  • Teen Choice Awards 2013 : Meilleure actrice dans un drame pour The Call
  • Saturn Awards 2014 : Meilleure actrice pour The Call
  • Acapulco Black Film Festival 2014 : Meilleure actrice pour The Call
  • Black Reel Awards 2014 : Meilleure actrice pour The Call
  • NAACP Image Awards 2014 : Meilleure actrice pour The Call
  • People's Choice Awards 2014 : Actrice préférée dans un film dramatique pour The Call
  • Teen Choice Awards 2014 : Meilleure actrice dans un film de science fiction/fantastique pour X-Men : Days of Future Past
  • Kids' Choice Awards 2015 : Actrice préférée dans un film d'action pour X-Men : Days of Future Past

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Géraldine Asselin est la voix française la plus régulière de Halle Berry[41]. Annie Milon l'a également doublé à quatre reprises[41]. Auparavant et au début de l'actrice, il y a eu Maïk Darah lors des années 1990 sauf pour Meurs un autre jour[41] (2002).

et aussi

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Halle Berry », sur purepeople.com (consulté le 14 décembre 2016)
  2. « Halle Berry: handicapée par sa beauté », sur TVA Nouvelles (consulté le 14 décembre 2016)
  3. « Halle Berry » (consulté le 29 décembre 2016)
  4. a et b « Les visages d'Halle Berry », sur allocine.fr, (consulté le 29 décembre 2016)
  5. (en) « X-Men », sur rottentomatoes.com
  6. (en) « X-Men (2000) », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 7 avril 2017)
  7. (en) « Halle Berry's $500,000 Bonus », sur ABC News, (consulté le 7 avril 2017)
  8. « Le sacre des Noirs à Hollywood », sur rfi.fr, consulté le 22 janvier
  9. (en) « Halle Berry lined up for Bond spin-off », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  10. (en) « X2: X-Men United », sur rottentomatoes.com (consulté le 7 avril 2017)
  11. (en) « Catwoman » (consulté le 7 avril 2017)
  12. (en) « X-Men: The Last Stand », sur rottentomatoes.com (consulté le 8 avril 2017)
  13. (en) « Perfect Stranger », sur rottentomatoes.com (consulté le 8 avril 2017)
  14. (en) « Things We Lost in the Fire », sur rottentomatoes.com (consulté le 8 avril 2017)
  15. « Golden Globes 2011 : Nos favoris », sur parismatch.com
  16. AlloCine, « Les secrets de tournage du film Frankie & Alice » (consulté le 29 décembre 2016)
  17. (en) « New Year's Eve », sur rottentomatoes.com (consulté le 8 avril 2017)
  18. (en) « Dark Tide », sur rottentomatoes.com
  19. (en) « Cloud Atlas », sur rottentomatoes.com (consulté le 8 avril 2017)
  20. (en) « The Call », sur rottentomatoes.com (consulté le 8 avril 2017)
  21. (en) « Movie 43 », sur rottentomatoes.com (consulté le 8 avril 2017)
  22. (en) « X-Men: Days of Future Past », sur rottentomatoes.com (consulté le 8 avril 2017)
  23. (en) « X-Men: Days of Future Past », sur boxofficemojo.com (consulté le 8 avril 2017)
  24. (en) « Ryan Kavanaugh's Embattled Relativity Pushes Halle Berry's 'Kidnap' to Next Year », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  25. «Kings»: La réalisatrice de «Mustang» s'offre Halle Berry et Daniel Craig, sur 20minutes.fr, (consulté le 28 décembre 2016)
  26. Alicia Paulet, « La réalisatrice de Mustang débute le tournage de Kings », sur Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 28 décembre 2016)
  27. « Halle Berry et sa mère : deux femmes battues », sur marieclaire.fr
  28. « Halle Berry - Biographie », sur purepeople (consulté le 29 décembre 2016)
  29. « Mariage de Halle Berry et Olivier Martinez : Ils se sont dit oui, en France ! », sur PureMédias, (consulté le 29 juillet 2013)
  30. « Halle Berry et Olivier Martinez, plus l'ombre d'un divorce », sur parismatch.com (consulté le 11 octobre 2016)
  31. « Halle Berry, Olivier Martinez Divorce Final », sur TMZ (consulté le 29 décembre 2016)
  32. « Halle Berry, maman protectrice : "Je n'ai pas honte de mes enfants, mais..." », sur purepeople.com, (consulté le 29 décembre 2016)
  33. Léa Berquet, « Halle Berry: « C’est presque comme du crack » », sur gala.fr, (consulté le 29 décembre 2016)
  34. a et b « Halle Berry poursuit son combat contre la faim dans le monde », sur parismatch.com, (consulté le 17 janvier 2017)
  35. « 5 stars féminines atteintes du diabète », sur selection.readersdigest.ca (consulté le 17 janvier 2017)
  36. « Halle Berry : "le diabète m'a prise de court" », sur grioo.com,
  37. « Halle Berry collabore avec Christian Louboutin pour la lutte contre le cancer », sur public.fr (consulté le 14 décembre 2016)
  38. « Halle Berry et Emma Stone s'engagent avec Revlon pour la lutte contre le cancer du sein » (consulté le 14 décembre 2016)
  39. « Halle Berry collabore avec Christian Louboutin pour la lutte contre le cancer », sur public.fr, (consulté le 2 août 2016)
  40. (en) « Halle Berry - Awards - IMDb », sur http://www.imdb.com/
  41. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Comédiennes ayant doublé Halle Berry en France » sur RS Doublage.
  42. a, b et c Carton du doublage français télévisuel.
  43. Ultime Décision sur Voxofilm.
  44. a et b Carton du doublage français sur le DVD zone 2.
  45. Nos souvenirs brûlés sur Voxofilm.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]