Jessica Chastain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chastain.
Jessica Chastain
Description de cette image, également commentée ci-après

Jessica Chastain lors du Festival de Cannes 2016.

Nom de naissance Jessica Michelle Chastain
Naissance (40 ans)
près de Sonoma, Californie, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Actrice, productrice
Films notables The Tree of Life
La Couleur des sentiments
Zero Dark Thirty
Interstellar

Jessica Chastain est une actrice et productrice américaine née le près de Sonoma (Californie)[A 1],[1],[2].

Développant très jeune l'intérêt de devenir actrice, elle fait ses débuts professionnels en 1998 avec la pièce Roméo et Juliette. Elle continue d'étudier l'art dramatique à la Julliard School, puis signe un contrat avec le producteur John Wells. Elle fait ses premières apparitions télévisées au début des années 2000 dans les séries Urgences et New York, cour de justice. Parallèlement, elle tient des rôles au théâtre dans La Cerisaie en 2004 et Salomé en 2006. Chastain fait ses débuts au cinéma en 2008 dans le film indépendant Jolene, mais trouve peu de succès au départ.

Tout change en 2011 lorsqu'elle acquiert une large reconnaissance du public pour ses rôles dans une demi-douzaine de films comprenant Take Shelter, The Tree of Life et La Couleur des sentiments, où sa performance d'aspirante mondaine dans ce dernier film lui vaut d'être nommée pour le Golden Globe, le Screen Actors Guild Award, le BAFTA et l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle. En 2012, elle tient le rôle principal d'un agent de la CIA dans le thriller Zero Dark Thirty, qui lui vaut le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique, ainsi qu'une nomination à l'Oscar de la meilleure actrice. Chastain fait ses débuts à Broadway la même année dans une reprise de la pièce The Heiress. Tout en continuant d'attirer les éloges de la critique avec les longs-métrages The Disappearance of Eleanor Rigby et A Most Violent Year, elle obtient ses plus grands succès commerciaux avec les films de science-fiction Interstellar et Seul sur Mars.

Chastain est le récipiendaire de plusieurs prix, dont un Golden Globe ; elle a également été nommée pour deux Oscars et deux British Academy Film Awards. Elle est connue pour préparer intensivement ses rôles, qui sont généralement de nature éprouvante émotionnellement. Chastain est la fondatrice de la société de production Freckle Films, consacré aux questions sociales telles que l'égalité des sexes et la santé mentale. En 2012, le magazine Time l'a sélectionnée dans sa liste des « 100 personnes les plus influentes dans le monde[3] ». Le critique de cinéma Richard Roeper (en) l'a rangée parmi les meilleures actrices de sa génération[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jessica Chastain est née dans une petite ville près de Sonoma, en Californie[A 1],[5],[6],[7]. Son père, Michael Monasterio, était musicien de rock, et sa mère, Jerri Hastey (née Chastain), est une chef cuisinière végétalienne[6],[8]. Ses parents étaient tous les deux adolescents quand elle est née. Jessica Chastain est réticente à parler publiquement de cet aspect de son enfance, elle s'était éloignée de son père et a indiqué qu'il ne figure pas sur son certificat de naissance[6],[9]. Elle a une sœur cadette, Juliet, née de la relation entre Monasterio et sa mère, qui, après des années d'abus de drogues, s'est suicidée en 2003[10]. Chastain a un demi-frère du côté de sa mère et deux demi-sœurs du côté de son père[10],[11].

La Juilliard School de New York, où Jessica Chastain a étudié.

Elle a grandi à Sacramento, en Californie avec sa mère et son beau-père, Michael Hastey, qui est pompier[7],[12],[13],[11]. Elle considère Hastey comme l'« une des plus grandes personnes » qu'elle connaît et qu'il était la première personne avec qui elle s'est sentie en sécurité[9]. Elle est proche de sa grand-mère maternelle Marilyn, qu'elle a attribue à son crédit comme une personne qui a toujours cru en elle[12],[14] . Des années plus tard, Marilyn est venue avec elle aux Oscars en 2012 avec sa petite-fille[15],[16]. « Je n'ai pas grandi avec beaucoup d'argent, et nous avons été expulsés quelques fois quand j'étais enfant. Une fois même, je rentrai de l'école et quelqu'un avait bloqué nos portes. Et il se sentait super coupable, et il m'a demandé, "voulez-vous rentrer et prendre certaines choses?". J'ai toujours eu cette peur d'être sans-abri. J'ai décidé de devenir actrice [...] parce que j'ai grandi sans argent, donc je savais que je pouvais vivre sans argent. Mais j'ai toujours eu ces choses-là, de ne pas être capable de payer mon loyer », dira-t-elle plus tard au sujet de son enfance[17].

Lorsqu'elle est étudiante au El Camino Fundamental High School de Sacramento a lutté sur le plan scolaire[6],[18]. Elle était solitaire et se décrit elle-même comme inadaptée à l'école, trouvant par la suite un débouché dans les arts de la scène[19]. Elle dit qu'elle s'absenta de l'école pour lire Shakespeare, comprenant qu'elle ne voulait pas abandonner[20]. Elle a développé un intérêt à être actrice à sept ans, lorsque sa grand-mère l'a emmené voir Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat[7]. Elle s'est régulièrement lancée dans des spectacles amateurs avec d'autres enfants, se considérant elle-même comme étant leur « directeur artistique »[12]. Avec trop d'absences durant sa dernière année, Chastain n'a pas obtenu son diplôme, mais a finalement obtenu un diplôme d'adulte[18]. Plus tard, elle est scolarisée à la Sacramento City College entre 1996 et 1997, au cours de laquelle elle a été membre de leur équipe de débat[21]. En 1998, Chastain fait ses débuts professionnels sur scène que Juliette dans une production de Roméo et Juliette mis en scène par TheatreWorks, une entreprise située dans la région de la baie de San Francisco[22],[23]. La production l'a amenée à passer une audition à la Juilliard School à New York, où elle est rapidement acceptée et obtient une bourse d'étude financée par Robin Williams[12],[18],[24]. Durant sa première année, elle se décrit comme « une loque d'anxiété », car elle avait constamment peur d'être écartée du programme et passait la plupart de son temps à lire et à regarder des films[12],[23]. Elle se fait remarquer dans une production couronnée de succès de La Mouette, et elle participe au cours de deuxième année, ce qui l'aide à bâtir sa confiance[23]. En 2003, Chastain sort diplômée de la Juilliard School avec un BFA[23],[25].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts et ascension[modifier | modifier le code]

Au Mill Valley Film Festival 2010, pour L'Affaire Rachel Singer.

Peu de temps avant sa remise de diplôme d'école d'art dramatique, Jessica Chastain participe à un essai pour étudiants en dernière année d'étude à Los Angeles, ce qui lui permet de signer rapidement un contrat avec le producteur de télévision John Wells[26]. Elle déménage alors en Californie, à Venice Beach, et commence à auditionner pour des rôles[26]. Face à la difficulté, rencontrée à ses débuts, d'obtenir des auditions, Chastain déclare qu'« être une rousse et ne pas avoir un style moderne habituel, est source de confusion pour les gens lesquels ne savent pas exactement comment m'employer[27]. » En 2004, elle joue son premier rôle professionnel dans le téléfilm Dark Shadows, pilote d'une possible série commandée par la chaîne The WB et remake d'un feuilleton des années 1960, dans lequel elle incarne Carolyn Stoddard[28]. Réalisé par P.J. Hogan, le pilote n'obtient pas de bons résultats et n'obtient pas de diffusion[28]. Plus tard, elle apparaît comme actrice invitée dans la série Urgences, en jouant une femme qu'elle décrit comme « psychotique », ce qui l'a conduite à trouver un créneau dans les rôles de névrotiques[26],[27]. Elle dira même qu'elle joua « beaucoup de filles qui avait quelque chose de fermé », qui étaient « peut-être été victime d'un accident horrible » ou « étaient fous »[26]. Elle continue à apparaître dans de tels rôles dans Veronica Mars, Close to Home, New York, cour de justice[29],[30],[31].

En 2004, elle tient le rôle d'Anya dans La Cerisaie, production de la Williamstown Theatre Festival, dans le Massachusetts, où elle joue aux côtés de Michelle Williams[32]. La même année, elle travaille avec Playwrights Horizons à New York dans la production Rodney's Wife dans le rôle de la fille d'un acteur de film d'âge moyen en difficulté. Sa performance n'est pas bien reçue par le critique Ben Brantley du New York Times qui pense qu'elle « semble en quelque sorte continuer à perdre la couleur pendant que progresse la soirée »[33]. Tout en travaillant sur la pièce, elle est recommandée par son metteur en scène Richard Nelson à Al Pacino, qui cherchait une actrice pour jouer dans sa production de Salomé d'Oscar Wilde[26]. Salomé raconte l'histoire tragique de l'exploration sexuelle de son personnage. Bien que le rôle soit écrit pour une jeune de 16 ans, Chastain, qui approchait de la trentaine, fut choisie pour le rôle-titre[34]. La pièce est jouée au Wadsworth Theatre de Los Angeles en 2006 et Chastain a noté plus tard que cela l'a aidée à attirer l'attention de plusieurs directeurs de casting[34]. Cependant, sa prestation est critiquée par Steven Oxman de Variety, écrivant que « Chastain est si mal à l'aise avec Salomé, n'étant pas tout à fait certain si elle est une séductrice capable ou une gosse de riche geignarde, n'étoffant pas l'un ou l'autre choix »[35].

Chastain a fait ses débuts au cinéma en 2008 dans Jolene, réalisé par Dan Ireland et basé sur une nouvelle de E. L. Doctorow qui a été inspiré par la chanson Jolene de Dolly Parton, dans lequel elle tient le rôle-titre[36]. Il suit la vie d'une adolescente abusée sexuellement au cours d'une décennie. Bien que le film ait obtenu des critiques mitigées, la performance de Chastain a été saluée par une critique pour le New York Observer, qui note que « non seulement, elle tient son propre coin de chaque scène, mais elle est la seule chose que vous voulez voir »[37],[38]. Elle reçoit le prix de la meilleure actrice du festival international du film de Seattle[39]. L'année suivante, elle incarne un rôle mineur dans le thriller Stolen, mal reçu par la critique et ayant obtenu une sortie limitée en salles en 2009[40],[41]. Toujours en 2009, elle joue Desdémone dans Othello, tragédie de Shakespeare jouée au Public Theater avec John Ortiz et Philip Seymour Hoffman[42]. Hilton Als du New Yorker félicite Chastain pour avoir trouvé « une belle profondeur maternelle dans Desdémone »[43].

En 2010, elle est la vedette du thriller L'Affaire Rachel Singer, dépeignant une jeune agent du Mossad envoyé à Berlin-Est dans les années 1960 pour capturer un ancien médecin nazi qui a effectué des expériences médicales dans les camps de concentration[44]. Chastain partage le rôle avec Helen Mirren, qui incarne le personnage trente ans plus tard, en l'incarnant à différentes étapes de sa vie[44]. Elles ont travaillé ensemble avant le tournage pour parfaire la voix et les manières du personnage et les rendre compatibles. En outre, Chastain prend des cours d'allemand et de krav maga, tout en étudiant des livres sur Josef Mengele et l'histoire du Mossad[44]. William Thomas d'Empire écrit que le film est un « suspense intelligent, tendu et bien joué », ajoutant que Chastain impulse « force et vulnérabilité » dans son rôle[45]. Elle apparaît aussi dans Le Crime de l'Orient-Express, épisode de la série télévisée britannique Hercule Poirot, d'après Agatha Christie, qui marque son dernier rôle de guest-star à la télévision[46].

Révélation critique internationale[modifier | modifier le code]

Après avoir connu des difficultés pour obtenir une percée dans un film depuis plusieurs années, Jessica Chastain se retrouve à l'affiche de six films rien qu'en 2011, dont plusieurs d'entre eux lui permettent d'obtenir de nombreuses acclamations et la reconnaissance pour ses rôles[26],[47]. Le premier de ces rôles est dans Take Shelter de Jeff Nichols, un drame centré sur un père troublé, incarné par Michael Shannon, qui tente de protéger son épouse, incarnée par Chastain, et sa famille d'une tempête imminente. Le long-métrage est projeté au festival du film de Sundance, le critique Tim Robey du Daily Telegraph pense que le personnage de Chastain aide le récit, écrivant qu'elle est « derrière [Shannon] avec une inquiétude lumineuse »[48]. Elle obtient une nomination à l'Independent Spirit Award du meilleur second rôle féminin[49].

Le 61e festival du film de Berlin a vu la présentation d'Ennemis jurés, adaptation d'une tragédie de Shakespeare réalisé par Ralph Fiennes, qui tient l'un des rôles principaux, dans lequel Chastain tient le rôle de Virgilia[50]. Son rôle suivant l'oppose à Brad Pitt dans le drame expérimental The Tree of Life de Terrence Malick. Pour ce film où elle incarne une mère aimante de trois enfants dont elle a tourné ses scènes en 2008[51],[52] , Chastain a signé pour le long-métrage sans recevoir de scénario traditionnel de la part de Malick et a improvisé sur plusieurs scènes et dialogues avec Pitt[53]. Elle considère son rôle comme « l'incarnation de la grâce et le monde des esprits », et pour s'y préparer, elle pratique la méditation, étudie des peintures de la Vierge et lit des poèmes de Thomas d'Aquin[53]. Après plusieurs retards concernant sa sortie, The Tree of Life est présenté en avant-première au Festival de Cannes et obtient une réception polarisée de la salle, mais est salué par la critique et remporte la Palme d'or[54]. Justin Chang de Variety appelle le film « un hymne à la gloire de la création, exploratoire et un poème souvent mythifié » et honore Chastain en jouant son rôle avec une « vulnérabilité déchirante »[55].

Le plus grand succès de l'année pour l’actrice est venu avec la comédie dramatique La Couleur des sentiments, où elle a Viola Davis, Emma Stone, Octavia Spencer et Bryce Dallas Howard pour co-vedettes. Dans cette adaptation du roman du même nom de Kathryn Stockett, Chastain incarne Celia Foote, une aspirante personnalité mondaine dans le Mississippi des années 1960, qui développe une amitié avec sa femme de chambre noire. Elle est attirée par la position anti-raciste de son personnage et s'est sentie connectée avec un « zeste et l'amour pour la vie ». Pour se préparer, elle regarde les films de Marilyn Monroe et fait des recherches sur l'histoire de Sugar Ditch, dans le Mississippi, où son personnage a grandi[56]. La Couleur des sentiments totalise 216 millions de dollars de recettes au box-office mondial, devenant à ce moment-là le plus grand succès commercial de Chastain[57]. Manhola Dargis du New York Times fait l'éloge de l'alchimie entre Chastain et Spencer, tandis que Roger Ebert l'a félicitée pour être « simple et communicative dans son interprétation »[58],[59]. La distribution des Couleurs des sentiments remporte le Screen Actors Guild Award de la meilleure distribution, tandis que Chastain obtient sa première nomination aux Oscars dans la catégorie meilleure second rôle féminin, en plus d'une nomination aux BAFTA, aux Golden Globes et aux Screen Actors Guild Awards dans cette même catégorie, mais a perdu face à Spencer[12],[60].

Ses deux derniers rôles en 2011 sont Wilde Salomé, documentaire basé sur sa pièce Salomé et le thriller Killing Fields, qui est mal reçu par la critique[61],[62],[63]. Ce dernier film, dont elle partage l'affiche avec Sam Worthington et Jeffrey Dean Morgan, relate de manière romancée les événements dans la zone de Killing Fields au Texas et dans lequel elle incarne une détective au département des homicides. Le travail de Chastain, en particulier sur La Couleur des sentiments, Take Shelter et The Tree of Life lui permet de gagner des prix de plusieurs organisations de critiques, y compris la New York Film Critics Circle, la National Society of Film Critics et la Los Angeles Film Critics Association[64],[65],[66].

En 2011, elle fait partie des membres du jury des longs métrages du Festival international du film de Marrakech, présidé par Emir Kusturica.

En avril 2012, elle entre dans la liste des 100 personnes les plus influentes du monde[67].

Consécration[modifier | modifier le code]

Chastain apparaît dans deux films présentés lors de la 65e édition du festival de Cannes en 2012 : le film d'animation Madagascar 3 et le drame criminel Des hommes sans loi[68]. Pour le premier film, troisième opus de la série de films lucratives Madagascar, Chastain prête sa voix à un jaguar avec un accent italien[69]. Avec des recettes atteignant les 747 millions de dollars de recettes mondiales, Madagascar 3 se classe parmi les films les plus rentables de l'actrice[70]. Des hommes sans loi, réalisé par John Hillcoat, est basé d'un roman se déroulant durant la Prohibition écrit par Matt Bondurant. Chastain y incarne une danseuse de Chicago impliqué dans un conflit entre trois contrebandiers, incarnés par Tom Hardy, Shia LaBeouf et Jason Clarke[71]. Le long-métrage reçoit des critiques positives, Richard Corliss trouvant l'actrice est chargée par une « séduction pleine de gravité et posé » [72],[73]. Dans un biopic expérimental de l'auteur CK Williams intitulé The Color of Time, réalisés par des étudiants de l'acteur James Franco de l'université de New York, Chastain tient le rôle de la mère de Williams. Initialement titré Tar lors de sa présentation au Festival de Rome en 2012, il est renommé pour sa sortie en salles deux ans plus tard[74],[75].

Au festival de Cannes 2012, pendant lequel sont présentés deux de ses films, Madagascar 3 et Des hommes sans loi.

Sa courte participation dans le drame À la merveille de Terrence Malick, tourné face à Ben Affleck, a été coupée au montage et en raison de problèmes d'emploi du temps, elle renonce à des rôles dans Oblivion et Iron Man 3[76],[77],[78]. Elle choisit plutôt de faire ses débuts à Broadway dans une reprise de la pièce de 1947 The Heiress, dans lequel elle incarne Catherine Sloper, une jeune femme naïve qui se transforme en une femme puissante[79]. L'actrice était d'abord réticente à accepter le rôle, craignant la forte anxiété à laquelle avait dû faire face au cours de ses précédentes performances théâtrales[79], avant de finalement accepter après avoir trouvé une connexion avec son personnage, disant que Sloper est « extrêmement mal à l'aise », tout en ajoutant que l'actrice en a l'habitude[79]. La production est jouée au Walter Kerr Theatre de novembre 2012 à février 2013[80]. Sa prestation a déçu le critique Ben Brantley, notamment en assimilant sa livraison de dialogue comme « des lectures froides de script »[80].

Le thriller Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow marque le dernier film de Chastain sorti en 2012. Le film raconte la chasse à l'homme, en partie romancée, d'Oussama Ben Laden après les attentats du 11 septembre qui dura une dizaine d'années. Chastain incarne Maya, une analyste du renseignement de la CIA émotionnellement endurcie qui aide à capturer Ben Laden. Le sujet difficile du film fut désagréable pour Chastain, qui considérera plus tard comme la « pire expérience » de sa vie[81]. Elle a souffert de dépression pendant le tournage et un jour, elle s'est excusée et s'est éloignée du plateau de tournage pour fondre en larmes[81]. Chastain a été incapable de rencontrer l'agent d'infiltration dont est tiré le personnage de Maya et compte sur les recherches du scénariste Mark Boal[81]. Zero Dark Thirty rencontre un accueil critique unanimement favorable, mais a fait l'objet d'une controverse pour sa représentation de la technique d'interrogatoire renforcée contribuant le plus efficacement possible à la recherche de Ben Laden[82],[83]. Le critique Pete Travers de Rolling Stone écrit que « Chastain est une merveille », jouant « Maya comme une tempête menaçante » et qu'elle livre une « une performance implosive indélébile »[84]. Roger Ebert note la polyvalence de Chastain et compare favorablement sa capacité et sa gamme de jeu à celle de Meryl Streep[85]. Pour sa prestation, l'actrice obtient le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique et est nommée à l'Oscar, au BAFTA et au Screen Actors Guild dans la catégorie « meilleure actrice »[12],[86],[87].

En 2013, elle tient le rôle principal d'une musicienne forcée de prendre soin des deux nièces tourmentées de son petit ami dans le film d'horreur Mama. Elle est attirée par l'idée de jouer une femme radicalement différente des rôles de « mère parfaite » qu'elle avait joués dans Take Shelter et The Tree of Life et s'est inspirée du look de la chanteuse Alice Glass pour son personnage[28]. Le critique Richard Roeper note sur la différence de son rôle par rapport à ceux qu'elle a déjà joués, décrivant comme « une preuve supplémentaire qu'elle est l'une des meilleures actrices de sa génération »[88]. Lors du week-end d'ouverture en salles de Mama, Chastain signe l'une des rares performances d'avoir deux films dans lesquels elle tient le rôle principal, à savoir Mama et Zero Dark Thirty, occuper les deux premières places du box-office[89] Mama engrange 146 millions de dollars de recette mondiales[90]. Elle tient le rôle-titre d'une femme déprimée qui se sépare de son mari, incarné par James McAvoy après un tragique incident dans le drame The Disappearance of Eleanor Rigby, pour lequel elle est également productrice[91]. Initialement écrit par le réalisateur et scénariste Ned Benson du point de vue du mari de Rigby, Benson écrit une version distincte de l'histoire du point de vue de Rigby, sur l'insistance de l'actrice[92] .

Le film est présenté au Festival de Toronto en 2013 en deux parties, sous-titrés Him et Her, tandis qu'une troisième partie, sous-titré Them et réunissant les deux premières parties, est sortie séparément[92],[93]. La prestation de l'actrice est saluée[94], mais le film ne trouve pas son public[95].

Succès dans les films de science-fiction[modifier | modifier le code]

Son année 2014 s'avère particulièrement chargée puisque Jessica Chastain est à l'affiche de trois films. Elle tient le rôle de la protagoniste éponyme dans Mademoiselle Julie, adaptation d'une pièce du même nom d'August Strindberg écrite et réalisée par Liv Ullman[96], qui relate l'histoire tragique d'une aristocrate sexuellement réprimée qui commence une relation avec le valet de son père, joué par Colin Farrell. Chastain fut séduit par le projet en raison de la saisie du féminisme dans le sujet d'Ullmann[97]. Bien que saluant la prestation de Chastain, la qualifiant de « travail nuancé », le critique David Rooney du Hollywood Reporter est déçu par le film, trouvant que cette adaptation est « lourde » et « qui manque de pertinence »[98]. Le film obtient une sortie limitée et n'est pas largement considérée[99]. Pendant le tournage de Mademoiselle Julie en Irlande, le scénario du film de science-fiction Interstellar de Christopher Nolan est remis à Chastain[100]. Avec un budget de 165 millions de dollars, ce qui est une production de haut-profil, et des co-vedettes tels que Matthew McConaughey et Anne Hathaway, le film est considérablement filmé avec des caméras IMAX[101],[102]. Chastain tient le rôle de la fille adulte de McConaughey, partagée avec Mackenzie Foy dans la période jeune et Ellen Burstyn dans la période âgée, et a été appelée sur le projet par la stature émotionnelle qu'elle a trouvé dans la relation père-fille[103]. Drew McWeeny du site de divertissement HitFix trouve le film « ambitieux et étonnant » et prend note de la performance de Chastain qui se détache dans un rôle de soutien[104]. Interstellar rapporte 675 millions de dollars de recettes mondiales devenant le film le plus rentable de la carrière de Chastain dans un film à prise de vues réelles[101].

Son dernier film de l'année 2014 est le drame criminel A Most Violent Year, troisième long-métrage de J. C. Chandor, dont l'action se situe à New York en 1981, année où la ville avait le taux de criminalité le plus élevé. Le long-métrage narre l'histoire d'un entrepreneur de livraison de fuel domestique, joué par Oscar Isaac et son épouse impitoyable, joué par Chastain[105]. Pour sa préparation, l'actrice fait des recherches sur l'époque et travaille avec un coach pour développer un accent de Brooklyn[106]. Elle collabore la costumière du film, Kasia Walicka-Maimone, afin de travailler sur la garde-robe du personnage et tend la main à Armani pour utiliser des costumes d'époque[106]. Mick La Salle du San Francisco Chronicle estime que Chastain est « l'incarnation d'une femme de nouveau riche de New York », tandis que Mark Kermode du Guardian trouve que l'actrice est « formidable comme le pouvoir de Lady Macbeth derrière le trône »[107],[108]. Elle reçoit une nomination au Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle[109]. De plus, elle reçoit un hommage lors du Festival du cinéma américain de Deauville 2014[110]. Pour son travail en 2014, elle reçoit un prix d'accomplissement spécial de la part du Broadcast Film Critics Association[111].

Jessica Chastain au Comic-Con de San Diego, en juillet 2015.

L'année 2015 a vu Chastain incarner un commandant dans le film de science-fiction Seul sur Mars, réalisé par Ridley Scott, d'après le roman d'Andy Weir et qui met Matt Damon en vedette dans le rôle d'un botaniste resté coincé sur Mars. L'actrice a rencontré des astronautes au Jet Propulsion Laboratory et au Centre spatial Lyndon B. Johnson et s'est basé sur Tracy Caldwell Dyson pour son personnage[112]. Chastain passe du temps avec Dyson à Houston. Elle dit que son personnage « est face à la culpabilité de laisser derrière elle un membre d'équipage, mais elle est toujours responsable de la vie de cinq autres équipiers », ajoutant qu'elle a « essayé de la jouer comme aurai été Tracy dans ces moments »[113]. Avec un bénéfice de 630 millions de $ dans le monde, Seul sur Mars est son deuxième film à faire de grosses recettes en deux ans[114]. La même année, elle joue une infâme comtesse complotant avec son frère, joué par Tom Hiddleston, pour terroriser sa nouvelle épouse, interprétée par Mia Wasikowska dans le film fantastique Crimson Peak, de Guillermo Del Toro.

Malgré les mauvaises actions de son personnage, Chastain approche le rôle avec empathie, se préparant en lisant des poésies de cimetière et en regardant les films Rebecca et Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?[113]. Del Toro l'a choisi afin de fournir l'accessibilité à un rôle qu'il considère comme « psychopathe », mais le critique Peter Debruge de Variety trouve qu'il s'agit d'« un mauvais choix de casting alarmant », écrivant qu'elle « patauge pour transmettre [à son personnage] l'insécurité vicieuse et la cruauté d'une veuve noire »[113],[115]. En revanche, David Sims de Slate fait son éloge en dépeignant « jusqu'au bout une intensité jalouse »[116].

Les films récents et autres projets[modifier | modifier le code]

Après avoir joué une série de rôles intenses, Chastain exprime activement un intérêt pour un rôle léger[117]. Elle le trouve avec le film Le Chasseur et la Reine des glaces en 2016, à la fois suite et préquelle de Blanche Neige et le Chasseur, dans lequel elle partage l'affiche avec Chris Hemsworth, Charlize Theron et Emily Blunt. L'actrice est intéressée par l'idée de jouer une guerrière dont les capacités sont égales avec le rôle principal masculin, toutefois le film génère des critiques négatives et un résultat décevant au box-office[117],[118],[119]. En février 2016, elle lance sa maison de production Freckle Films, dirigée par une équipe exécutive exclusivement féminine, Freckle Films travaille en partenariat avec Maven Pictures, société de Trudie Styler et Celine Rattray, pour développer les adaptations cinématographiques de deux livres[117],[120].

Elle joue ensuite le rôle d'une lobbyiste du contrôle des armes à feu dans le thriller Miss Sloane, qui lui permet de retrouver le réalisateur John Madden[117],[121]. Pour se préparer, Chastain a rencontré des femmes lobbiystes pour étudier leurs manières et leur sens du style et a également lu le roman Capitol Punishment de Jack Abramoff dans sa recherche sur la pratique du lobbyisme en Amérique[122]. Bien que le film n'a pas trouvé son public sur le territoire américain[123], le film obtient des critiques généralement favorables[124]. De sa performance, Peter Travers de Rolling Stone note que « Chastain est l'une des meilleures actrices de la planète. Elle nous attire, nous faisant voir ce que le personnage conserve à l'intérieur par la seule force de sa performance en boule de feu »[125]. Sa prestation lui vaut d'être nommée au Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique.

Chastain commence l'année 2017 en étant la productrice exécutive et narratrice de I Am Jane Doe, documentaire sur le trafic sexuel[126]. Elle a ensuite joué le rôle-titre du film dramatique The Zookeeper's Wife, adaptation du livre non-fictionnelle du même nom réalisé par Niki Caro, dans lequel elle interprète, avec Johan Heldenbergh, le couple Jan et Antonia Żabiński, qui ont sauvé des vies humaines et animales pendant la Seconde Guerre Mondiale[120],[127]. Le long-métrage reçoit des critiques mitigées, bien que Stephen Holden du New York Times ait pris note de la « vigilante et en couches » de l'actrice[128],[129]. Le film est classé à ce jour par Indiewire à la première place des meilleures recettes pour un film indépendant en 2017[130] et fait un résultat modeste au box-office américain[131].

En mars 2017, Jessica Chastain a six projets à venir : elle a achevé le tournage du film du réalisateur québécois Xavier Dolan intitulé The Death and Life of John F. Donovan où elle fait partie d'un casting incluant Kit Harington, Kathy Bates, Susan Sarandon et Natalie Portman[132],[133]. Elle sera également en vedette de trois films biographiques : No Show Jones consacré à George Jones, dans lequel elle jouera la chanteuse country Tammy Wynette aux côtés de Josh Brolin, Woman Walks Ahead, dans lequel elle incarnera l'activiste Caroline Wheldon et Molly's Game, première réalisation d'Aaron Sorkin[134],[135],[136]. Elle devrait également apparaître dans la comédie Plus One, qui l'opposera à Cecily Strong[137] et va produire et être la vedette de l'adaptation cinématographique de Painkiller Jane[138],[139].

En mai 2017 elle fait partie du jury du 70e Festival de Cannes, présidé par le réalisateur Pedro Almodovar[140],[141],[142], aux côtés de l'actrice Fan Bingbing, des réalisatrices Maren Ade et Agnès Jaoui, de l'acteur Will Smith, du compositeur Gabriel Yared et des réalisateurs Park Chan-wook et Paolo Sorrentino.

Vie privée et philanthropie[modifier | modifier le code]

Malgré l'attention portée par les médias, Jessica Chastain protège sa vie personnelle et choisit de ne pas assister à des événements sur les tapis rouges avec un petit ami[143],[144]. Elle se considère comme une personne « timide » et en décrivant sa routine en 2011, elle dit qu'elle promène son chien, joue du ukulélé et cuisine, ajoutant qu'elle ne va jamais à de grandes fêtes[145]. Elle cite l'actrice française Isabelle Huppert, qu'elle a découverte dans La Pianiste[146], comme étant une influence dans sa vie pour gérer une famille et être capable de jouer des rôles dans un film[145]. Dans les années 2000, Chastain entame une relation avec le réalisateur Ned Benson, avant de se séparer en 2010[147]. Depuis 2012, elle est en couple avec Gian Luca Passi de Preposulo, cadre d'origine italienne pour la marque de mode française Moncler[148]. Elle vit depuis 2016 à New York avec son compagnon[149],[150]. Jessica Chastain aime les animaux et a adopté trois chiens des refuges : Chaplin, qui a la particularité d'avoir trois pattes ; Radley, croisement entre un épagneul et un corgi et Roman, mélange de chihuahua[144],[151],[152]. Durant une partie de sa vie, elle est une adepte du pesco-végétarisme, mais suite à des problèmes de santé, elle est devenue végétarienne[144],[153]. Sa meilleure amie est l'actrice Jess Weixler[154],[155], qu'elle a rencontré à Julliard School où elles étaient colocataires[156],[157]. Elle est également proche de la productrice Megan Ellison, rencontrée sur le tournage de Zero Dark Thirty[158] et de l'actrice Michelle Williams, rencontrée à la Juillard School[146].

Féministe[159], Chastain parle souvent de la discrimination envers les femmes et des minorités à Hollywood[12],[160],[161]. Elle écrit une chronique sur le déséquilibre entre les sexes dans l'industrie dans le numéro d'Hollywood Reporter de décembre 2015[162]. Elle apporte également son soutien à l'égalité dans la rémunération dans le lieu de travail, elle dira : « je pense que les gens savent que s'ils vont m'embaucher, je ne vais pas juste être reconnaissante. Il y a eu des situations où j'ai manqué des films parce que je l'ai dit, ce n'est pas un accord équitable, et je me suis éloignée »[12]. En 2013, elle apporte son appui à la campagne Got Your 6, qui contribue à l'autonomisation des anciens combattants de l'armée des États-Unis, tandis qu'en 2016, elle est devient membre du conseil consultatif à l'organisation We Do It Together, qui produit des films et des émissions de télévision pour promouvoir des productions cinématographiques et télévisuelles qui favorisent une autre vision de la femme[163],[164],[165].

Ayant souffert du suicide de sa sœur, Jessica Chastain vise à sensibiliser sur la dépression, disant faire tout son possible pour aider « quelqu'un à se déplacer à travers toute obscurité »[166]. Elle soutient des associations caritatives qui favorisent la santé mentale et s'est impliquée avec l'association à but non lucratif To Write Love on Her Arms pour aider les lycéens à surmonter les insécurités concernant leur identité sexuelle[166]. Enfant, Chastain a été taquinée en raison de la couleur de ses cheveux et de ses tâches de rousseur et depuis, elle a pris position contre l'intimidation et l'humiliation du corps[19].

Image dans les médias[modifier | modifier le code]

En septembre 2010, elle pose pour le magazine W sous les objectifs du couple Inez & Vinoodh et de Steven Klein en 2015.

Elle devient en septembre 2012 l'égérie publicitaire du parfum Manifesto d'Yves Saint Laurent[167].

Elle est ambassadrice internationale de la maison Piaget pour sa bague Possession, créée en 1990 et revisitée en 2015[168].

Jessica Chastain n'aurait jamais révélé son âge aux médias, si bien que les journaux donnent des versions contradictoires de celui-ci[169].

Elle a été nommée la personnalité végétarienne la plus sexy (avec Woody Harrelson) le 28 juin 2012 par PETA, association de défense des animaux à laquelle elle apporte régulièrement son soutien et sa sympathie[170].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Année Titre Titre original Auteur Date d'écriture Théâtre Référence
1998 Roméo et Juliette Romeo & Juliet William Shakespeare 1591-1595 Mountain View Center for the Performing Arts, Mountain View (Californie) [22]
2004 La Cerisaie The Cherry Orchard Anton Tchekhov 1901-1903 Williamstown Theatre Festival, Williamstown (Massachusetts) [171]
Rodney's Wife Rodney's Wife Richard Nelson Playwrights Horizon, New York [172]
2006 Salomé Salome Oscar Wilde 1891 Wadsworth Theatre, Los Angeles [173]
2009 Othello Othello William Shakespeare 1603 Public Theater, New York [174]
2012-2013 The Heiress The Heiress Ruth et Augustus Goetz
d'après le roman Washington Square d'Henry James
1947 Walter Kerr Theater, New York [175]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Prochainement

Films d'animations[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Publicité[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Jessica Chastain au Festival du cinéma américain de Deauville 2014, au cours duquel elle reçoit un hommage pour sa carrière.

Nominations[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Jessica Chastain est doublée par plusieurs comédiennes. Parmi les plus fréquentes, il y a Rafaèle Moutier qui l'a doublée à cinq reprises[178] et Ingrid Donnadieu à trois reprises[179].

Au Québec, Aline Pinsonneault est la voix française la plus régulière de l'actrice[180].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Il y a eu une certaine incohérence au sujet de son nom de naissance et son lieu de naissance. Des sources affirment qu'elle est née soit Jessica Howard ou Jessica Michelle Chastain et certaines parutions mentionnent son lieu de naissance comme Sacramento, en Californie.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tar est écrit et réalisé par douze étudiants de l'Université de New York.
  2. The Disappearance of Eleanor Rigby est le titre collectif de trois longs-métrages : Him, Her et Them. Les deux premiers ont été projetés au Festival international du film de Toronto en 2013 comme « work in progress », alors que le troisième est présenté dans la sélection Un certain regard au Festival de Cannes en 2014. Version montée à partir de Him et Her, Them sort aux États-Unis en , tandis que Him et Her sortent ensemble comme un double long-métrage en dans certaines salles de cinéma d'art et essai.
  3. Le doublage du film s'est fait en Belgique, utilisé pour son exploitation dans les salles françaises, puis en DVD et Blu-ray.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tirdad Derakhshani, « Sideshow: Jessica Chastain, uneasy star », Philadelphia Daily News, (consulté le 17 janvier 2013).
  2. (en) Evgenia Peretz, « Jessica Chastain on Her Rise in Hollywood », Vanity Fair, (consulté le 17 janvier 2013)
  3. (en) Gary Oldman, « Jessica Chastain – 2012 TIME 100: The Most Influential People in the World », sur Time, (consulté le 17 janvier 2013)
  4. (en) Richard Roeper.Reviews: Mama. Chicago Sun-Times. 16 janvier 2013. Consulté le 13 juin 2016.
  5. (en) David Thomson, The New Biographical Dictionary of Film: Sixth Edition, Knopf Doubleday Publishing Group, (ISBN 978-1-101-87470-7, lire en ligne), p. 510
  6. a, b, c et d (en) Tim Walker, « Jessica Chastain: The slow road to overnight success », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  7. a, b et c (en) Jane Mulkerrins, « Jessica Chastain interview: on Interstellar, her rise to fame and being an outsider », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Daniel, Hugo, « Estranged biological father of 'Zero Dark Thirty's' Jessica Chastain died earlier this month; source said star had 'no plans' to attend memorial », New York Daily News,‎ (lire en ligne)
  9. a et b (en) « Jessica Chastain lands first Vogue cover, breaks silence about biological father's death », New York Daily News,‎ (lire en ligne)
  10. a et b (en) Lindsay Kimble, « Jessica Chastain on Her Sister's 2003 Suicide: 'You Never Really Think This Is Going to Happen' », People,‎ (lire en ligne)
  11. a et b (en) Margy Rochlin, « A Star Not Quite Overnight », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  12. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Sophie Heawood, « Jessica Chastain: ‘It’s a myth that women don’t get along’ », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  13. (en) Tim Masters, « Is Jessica Chastain Hollywood's best kept secret? », BBC News, (consulté le 25 janvier 2012)
  14. (en) Lynn Hirschberg, « Jessica Chastain: Transformer », W,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Martyn Palmer, « Jessica Chastain: Meet the actress who's firing up the A-list », Londres, november 21 novembre 2011 (consulté le 2 décembre 2011)
  16. (en) Alynda Wheat, « Picks and Pans Main: Movies », People, (consulté le 25 janvier 2012)
  17. (en) Andrea Mandell, « Jessica Chastain is on the clock », USA Today,‎ (lire en ligne)
  18. a, b et c (en) Joe McGovern, « Jessica Chastain on her early life: 'Nobody knows this about me' », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  19. a et b (en) Logan Hill, « Glamour Cover Star Jessica Chastain on the Benefits of Being a Late Bloomer and How Robin Williams Changed Her Life », Glamour,‎ (lire en ligne)
  20. (en) Lea Goldman, « Jessica Chastain: Supernova », Marie Claire,‎ (lire en ligne)
  21. (en) Joseph Hall, « Debating greatness: City College Speech and Debate team scores a winning streak », Sacramento City College,
  22. a et b (en) Heather Zimmerman, « Bard's Pair as Dublin Duo », Metro Silicon Valley,‎ (lire en ligne)
  23. a, b, c et d (en) Charles McGrath, « Off to Broadway and Back to School », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  24. (en) Amanda Crum, « Jessica Chastain: Robin Williams Put Her Through College », sur WebProNews, (consulté le 7 décembre 2015)
  25. (en) « Juilliard School Newsletter », (consulté le 6 avril 2012)
  26. a, b, c, d, e et f (en) Guy Adams, « Red hot: How Jessica Chastain became Hollywood's most wanted », The Independent, (consulté le 1er mars 2013).
  27. a et b (en) « Jessica Chastain: I Don't Look 'Modern' », The Huffington Post, (consulté le 1er mars 2013).
  28. a, b et c (en) Drew Taylor, « Jessica Chastain Reveals How Crystal Castles Inspired Her 'Mama' Role, Says She Wants To Be A Bond Villain », Indiewire, (consulté le 24 avril 2016)
  29. (en) « Veronica Mars  – Season 1, Episode 17: The Girl Next Door », TV.com (consulté le 22 juillet 2015)
  30. (en) « Close to Home  – Season 1, Episode 13: The Rapist Next Door », TV.com (consulté le 22 juillet 2015)
  31. (en) « Law & Order: Trial by Jury », TV.com (consulté le 22 juillet 2015)
  32. (en) Frank Rizzo, « Review: 'The Cherry Orchard' », Variety,‎ (lire en ligne)
  33. (en) Ben Brantley, « The Strain of Politeness as Irritation Drives a Plot », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  34. a et b (en) Jones, Emma, « Jessica Chastain mulls breakthrough role as Salome », BBC, (consulté le 24 septembre 2014)
  35. (en) Oxman, Steven, « Review: ‘Salome’ », Variety,‎ (lire en ligne)
  36. (en) Jeanette Catsoulis, « Searching for Stability », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  37. (en) « Jolene (2008) », Rotten Tomatoes (consulté le 22 juillet 2015)
  38. (en) Rex Reed, « Jolene Was Worth the Wait: A Two-Year-Old Film Finally Gets the Spotlight », New York Observer,‎ (lire en ligne)
  39. (en) « News in 2008 », Seattle International Film Festival, (consulté le 30 juillet 2015)
  40. (en) « Stolen (2010) », Rotten Tomatoes (consulté le 22 juillet 2015)
  41. (en) Jordan Mintzer, « Review: ‘Stolen Lives’ », Variety,‎ (lire en ligne)
  42. (en) Ben Brantley, « The General in His High-Tech Labyrinth », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  43. (en) Ben Brantley, « The Black Man Cometh », The New Yorker,‎ (lire en ligne)
  44. a, b et c (en) Sheryl Garratt, « Hollywood's hidden treasure: Jessica Chastain interview », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  45. (en) William Thomas, « The Debt review », sur empireonline.com, Empire, 2008-2015 (consulté le 23 avril 2016)
  46. (en) « Agatha Christie's Poirot  – Season 12, Episode 3: Murder on the Orient Express », TV.com (consulté le 22 juillet 2015)
  47. (en) Matt Prigge, « Interview: Jessica Chastain wanted 'Eleanor Rigby' to have more of the female side », Metro New York,‎ (lire en ligne)
  48. (en) « Take Shelter, review », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  49. (en) Gregg Kilday, « The Artist, Take Shelter Dominate Indie Spirit Award Nominations », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  50. (en) Manohla Dargis, « He’s the Hero of the People, and He Hates It », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  51. (en) « Jessica Chastain joins Sam Worthington film », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  52. (en) Porter, « Femme Fatale », InStyle, vol. 383, no 6603,‎ , p. 781 (DOI 10.1038/383781b0, Bibcode 1996Natur.383R.781P, ASIN B00S5BP41Q)
  53. a et b (en) Hunter Daniels, « Jessica Chastain Interview Tree of Life », Collider.com, (consulté le 24 avril 2016)
  54. (en) « 'Tree of Life' Sets Off Mixed Frenzy of Boos, Applause, Glowing Reviews (Cannes 2011) », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  55. (en) Chang, Justin, « Cannes Competition: The Tree of Life », Variety,‎ (lire en ligne)
  56. (en) Brad Balfour, « Actress Jessica Chastain Has The Help to Get Her Award Noms », The Huffington Post, (consulté le 24 avril 2016)
  57. (en) « The Help (2011) », Box Office Mojo (consulté le 24 avril 2016)
  58. (en) Dargis, Manohla, « ‘The Maids’ Now Have Their Say », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  59. (en) Ebert, Roger, « The Help Movie Review », RogerEbert.com, (consulté le 24 avril 2016)
  60. (en) « 2012 Screen Actors Guild Awards nominees & winners list », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  61. (en) « Jessica Chastain joins Sam Worthington film », The Hollywood Reporter, (consulté le 24 mars 2012).
  62. (en) Uncle Creepy, « Jessica Chastain Takes Up Residence in The Fields », Dreadcentral.com, (consulté le 24 mars 2012).
  63. (en) « Texas Killing Fields (2011) », Rotten Tomatoes (consulté le 22 juillet 2015)
  64. (en) Camille Mann, « New York Film Critics name The Artist Best Picture », CBS, (consulté le 20 février 2014)
  65. (en) « 2011 Awards: Melancholia, Pitt, Dunst, Brooks, Chastain, Malick », National Society of Film Critics, (consulté le 20 février 2014)
  66. (en) « 37th Annual Los Angeles Film Critics Associations Awards », Los Angeles Film Critics Association (consulté le 20 février 2014)
  67. (en) « Academy Invites 176 to Membership », The Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le 29 juin 2012).
  68. (en) Jada Yuan, « Cannes: Jessica Chastain Still Hasn’t Taken That Vacation », Vulture.com, (consulté le 24 avril 2016)
  69. (en) Todd McCarthy, « Madagascar 3: Europe's Most Wanted: Cannes Review », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  70. (en) « Madagascar 3: Europe's Most Wanted », Box Office Mojo (consulté le 23 juillet 2015)
  71. (en) Leslie Felperin, « Review: ‘Lawless’ », Variety,‎ (lire en ligne)
  72. (en) « Lawless (2012) », Rotten Tomatoes (consulté le 18 septembre 2012)
  73. (en) Richard Corliss, « Lawless: A Crime Drama That's Remorseless—and Often Lifeless », Time,‎ (lire en ligne)
  74. (en) Nicholas Rapold, « 12 at the Easel, Painting a Poet’s Life », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  75. (en) « Tar: Rome Review », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  76. (en) Bryan Enk, « Rachel Weisz, Jessica Chastain and Other Stars Cut From ‘To the Wonder’ », Yahoo!, (consulté le 24 avril 2016)
  77. (en) Kevin Jagernauth, « Olga Kurylenko In, Jessica Chastain Out For Tom Cruise's 'Oblivion'/'Horizons'; Andrea Riseborough Also Joins », Indiewire, (consulté le 24 avril 2016)
  78. (en) Jordan Zakarin, « Jessica Chastain Passes on 'Iron Man 3' Role », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  79. a, b et c (en) Evgenia Peretz, « Jessica Chastain on Her Rise in Hollywood », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)
  80. a et b (en) Ben Brantley, « Interior Designs Conceal a House’s Dark Corners », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  81. a, b et c (en) Celia Walden, « Jessica Chastain interview for Zero Dark Thirty », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  82. (en) « Zero Dark Thirty », Rotten Tomatoes (consulté le 12 avril 2014)
  83. (en) Glenn Greenwald, « Zero Dark Thirty: CIA hagiography, pernicious propaganda », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  84. (en) Peter Travers, « Zero Dark Thirty », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  85. (en) Roger Ebert, « Zero Dark Thirty Movie Review », RogerEbert.com, (consulté le 24 avril 2016)
  86. (en) « Baftas 2013: full list of nominations », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  87. (en) Sarah Karmali, « SAG Awards 2013 Nominations Announced », Vogue,‎ (lire en ligne)
  88. (en) Richard Roeper, « Mama Movie Review », RogerEbert.com, (consulté le 6 février 2013)
  89. (en) Corliss, Richard, « The Chastain Perfecta: Mama and Zero Score While Arnold Stands Down », Time,‎ (lire en ligne)
  90. (en) « Mama (2013) », Box Office Mojo (consulté le 24 avril 2016)
  91. (en) Mike Fleming, « Cannes: How New Version Of Toronto Pic 'Disappearance Of Eleanor Rigby' Found Its Way To Croisette In Un Certain Regard », Deadline.com, (consulté le 13 septembre 2014)
  92. a et b (en) Nigel M. Smith, « Jessica Chastain Explains How She Helped Shape TIFF Wonder 'The Disappearance of Eleanor Rigby' With Director Ned Benson », Indiewire, (consulté le 24 avril 2016)
  93. (en) Andrew O'Hehir, « "The Disappearance of Eleanor Rigby": A mesmerizing marriage drama — in three different versions », Salon, (consulté le 23 juillet 2015)
  94. (en) Scott, A. O., « When Sorrow Is Deeper Than Love », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  95. (en) « The Disappearance of Eleanor Rigby (2013) », Box Office Mojo (consulté le 24 avril 2016)
  96. (en) Mike Boehm, « Jessica Chastain to star in Liv Ullmann's film of 'Miss Julie' », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  97. (en) Victoria Ahearn, « Jessica Chastain talks emotionally draining 'Miss Julie' », CTV Television Network, (consulté le 24 avril 2016)
  98. (en) David Rooney, « 'Miss Julie': Toronto Review », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  99. (en) Ryan Lattanzio, « Jessica Chastain Deserves Awards Attention for the Unforgettable 'Miss Julie' », Indiewire, (consulté le 24 avril 2016)
  100. (en) Dave Itzkoff, « Flight Club: Matthew McConaughey, Anne Hathaway and Jessica Chastain on 'Interstellar' », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  101. a et b (en) « Interstellar (2014) », sur Box Office Mojo (consulté le 7 décembre 2015)
  102. (en) Mike Fleming, « Christopher Nolan Starts 'Interstellar' », Deadline.com, (consulté le 13 août 2013)
  103. (en) Jane Mulkerrins, « Jessica Chastain interview: on Interstellar, her rise to fame and being an outsider », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  104. (en) Drew McWeeny, « Review: McConaughey gives heart to Nolan's ambitious and amazing 'Interstellar' », HitFix, (consulté le 24 avril 2016)
  105. (en) « A Most Violent Year explores ethics, ambition and love in 1981 New York », The National,‎ (lire en ligne)
  106. a et b (en) Michael Arbeiter, « Interview: Jessica Chastain Talks 'A Most Violent Year,’ Avoiding Brooklyn Cliches & An Unlikely Political Inspiration », Indiewire, (consulté le 24 avril 2016)
  107. (en) Mark Kermode, « A Most Violent Year review – 1980s New York comes to life in all its murky brilliance », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  108. (en) Mick LaSalle, « 'A Most Violent Year’ review: Scary city, satisfying film », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne)
  109. (en) « Golden Globe Awards 2015: Complete list of nominees and winners », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  110. (en) « Jessica Chastain Feted at Deauville American Film Festival » (consulté le 31 août 2015)
  111. (en) Scott Feinberg, « Critics' Choice Awards: Jessica Chastain Named 2014's MVP of Film », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  112. http://movieweb.com/movie/the-martian/jessica-chastain-tracy-dyson-junket-interview/
  113. a, b et c (en) Josh Rottenberg, « Heady days for Jessica Chastain as 'The Martian' and 'Crimson Peak' loom », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  114. (en) « The Martian (2015) », Box Office Mojo (consulté le 13 avril 2016)
  115. (en) Peter Debruge, « Film Review: ‘Crimson Peak’ », Variety,‎ (lire en ligne)
  116. (en) David Sims, « Crimson Peak: A Gothic Romance to Die For », Slate,‎ (lire en ligne)
  117. a, b, c et d (en) Alexandra Wolfe, « Jessica Chastain, Hollywood Warrior », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  118. (en) « The Huntsman: Winter's War (2016) », Rotten Tomatoes (consulté le 24 avril 2016)
  119. (en) Pamela McClintock, « Box Office: 'Huntsman' Flops With $20M; 'Jungle Book' Roars to $61M », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  120. a et b (en) Dave McNary, « Jessica Chastain Launching Freckle Films Production Company », Variety,‎ (lire en ligne)
  121. (en) Matt Donnelly, « Jessica Chastain Gun-Control Thriller ‘Miss Sloane’ Sells to EuropaCorp in Toronto », TheWrap, (consulté le 26 janvier 2016)
  122. (en) Jermey Kay, « Jessica Chastain made a depressing discovery while researching new film 'Miss Sloane' », Screen Daily,‎ (lire en ligne)
  123. http://www.ozap.com/actu/bande-annonce-jessica-chastain-est-la-redoutable-miss-sloane/518103
  124. (en) « Miss Sloane », Metacritic (consulté le 15 décembre 2016)
  125. (en) Peter Traves, « 'Miss Sloane' Review: Jessica Chastain Goes Cutthroat in Political Thriller », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  126. (en) Ann Hornaday, « ‘I Am Jane Doe’: A disturbing look at Internet-enabled exploitation », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  127. (en) Borys Kit, « Jessica Chastain Attached to Star in 'The Zookeeper's Wife' », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  128. (en) « The Zookeper's Wife (2017) », Rotten Tomatoes (consulté le 30 mars 2017)
  129. (en) Stephen Holden, « Review: In ‘The Zookeeper’s Wife,’ the Holocaust Seems Tame », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  130. (en) Katie Erbland, « The 20 Highest Grossing Indies of 2017 (A Running List) », sur IndieWire, (consulté le 25 avril 2017)
  131. (en) « The Zookeeper's Wife (2017) », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 31 mars 2017)
  132. (en) Pamela McClintock, « Berlin: Natalie Portman Joins Jessica Chastain in 'The Death and Life of John F. Donovan' », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  133. (en) « Xavier Dolan Talks Louis Vuitton, Movies & Adele », Da Man,‎ (lire en ligne)
  134. (en) Meera Jagannathan, « Josh Brolin and Jessica Chastain to play George Jones and Tammy Wynette in ‘No Show Jones’ biopic », New York Daily News,‎ (lire en ligne)
  135. (en) Dave McNary, « Jessica Chastain to Star in Sitting Bull Movie ‘Woman Walks Ahead’ », Variety,‎ (lire en ligne)
  136. (en) Oliver Gettel, « Idris Elba joins Jessica Chastain in Aaron Sorkin-directed Molly's Game », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  137. (en) Ali Jafaar, « Cecily Strong To Join Jessica Chastain In Searching For Their ‘Plus One’ – Cannes », Deadline.com, (consulté le 10 mai 2016)
  138. (en) Dave McNary, « Jessica Chastain to Star in and Produce Vigilante Drama ‘Painkiller Jane’ », sur Variety, (consulté le 14 novembre 2016)
  139. (en) Diana Lodderhouse, « Jessica Chastain Boards ‘Painkiller Jane’ For Lotus Entertainment & Solipsist Films », Deadline.com, (consulté le 14 novembre 2016)
  140. (en) Diana Lodderhouse, « Jessica Chastain To Join Cannes Film Festival Jury », Deadline.com, (consulté le 14 avril 2017)
  141. Alix Fourcade, « Jessica Chastain, membre du jury au Festival de Cannes 2017 », sur Le Figaro, (consulté le 18 avril 2017)
  142. Mathilde Cherel, « Cannes 2017 : Jessica Chastain sera membre du jury de Pedro Almodovar », sur Premiere, (consulté le 18 avril 2017)
  143. (en) Andrea Mandell, « Jessica Chastain does fame on her own terms », USA Today,‎ (lire en ligne)
  144. a, b et c (en) Michele Manelis, « Actress Jessica Chastain earns her place in Hollywood’s celebrity A-list », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  145. a et b (en) « Interview: Jessica Chastain », Stylist (consulté le 26 avril 2016)
  146. a et b « Le destin de Jessica Chastain », sur Elle, (consulté le 9 mars 2017)
  147. (en) Jada Yuan, « Jessica Chastain on Cannes, Her Wonderful Facebook Page, and Having to Keep Interstellar Secrets », Vulture.com, (consulté le 14 septembre 2014)
  148. (en) « Jessica Chastain’s Boyfriend, Gian Luca Passi De Preposulo », Huffington Post, (consulté le 30 mai 2016).
  149. (en) Richard Lawson, « Jessica Chastain Buys the Perfect Apartment », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)
  150. (en) Michael Rothman, « Jessica Chastain Opens Up About the 'Love of My Life' », American Broadcasting Company, (consulté le 25 avril 2016)
  151. (en) Lindsay Champion, « Why Can’t We Be More Like Jessica Chastain? Six Reasons Why The Heiress Star Is the Most Awesome Woman Alive », sur Broadway.com, (consulté le 22 mars 2017)
  152. (en) « Jessica Chastain brings her three-legged doggy Chaplin to the set of new movie », sur DailyMail, (consulté le 27 mars 2017)
  153. (en) « Jessica Chastain: Gaining 15 Pounds for The Help Was "Torture" », Us Weekly, (consulté le 15 octobre 2011)
  154. Coline Chavaroche, « Jess Weixler : Mariage en bord de mer pour la meilleure amie de Jessica Chastain », sur PurePeople, (consulté le 9 mars 2017)
  155. (en) Hedi Parker, « Good Wife star Jess Weixler weds longtime boyfriend Hamish Brocklebank on the beach in front of guest Jessica Chastain », sur DailyMail, 6 décembre 2015 (m-à-j le 7 décembre 2015) (consulté le 9 mars 2017)
  156. Cindy Pearlman, « Jessica Chastain, Jess Weixler like sisters in ‘Rigby’ and real life », sur Chicago Sun-Times, (consulté le 9 mars 2017)
  157. Mara Siegler, « Jessica Chastain and co-star were college roommates », sur PageSix, (consulté le 9 mars 2017)
  158. Norine Raja, « Megan Ellison : qui est la jeune productrice qui bouscule Hollywood ? », sur Elle, (consulté le 9 mars 2017)
  159. « Jessica Chastain : féministe revendiquée », sur covermg.com, Cover Média (consulté le 30 mai 2015)
  160. (en) Nigel M. Smith, « Jessica Chastain on 'A Most Violent Year' and Hollywood's Woman Problem », Indiewire, (consulté le 16 décembre 2014)
  161. (en) Tim Masters, « Jessica Chastain: Hollywood has a diversity problem », BBC, (consulté le 28 avril 2016)
  162. (en) Jessica Chastain, « Jessica Chastain Pens Essay From Female-Helmed Movie Set: No One Feels "Left Out or Bullied" », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  163. (en) Raphael Chestang, « Stars to Veterans: We Got Your Back », Entertainment Tonight,‎ (lire en ligne)
  164. (en) Dave McNary, « Jessica Chastain, Queen Latifah and More Launch Female-Empowerment Production Company », Variety,‎ (lire en ligne)
  165. Lucie Quillet, « Juliette Binoche et Jessica Chastain lancent une société de production féministe », sur Madame Le Figaro, Le Figaro, (consulté le 22 mars 2017)
  166. a et b (en) Thelma Adams, « Jessica Chastain Talks About Getting Through a Painful Year — and How 'Interstellar' Made Matthew McConaughey Cry », Yahoo!, (consulté le 30 septembre 2014)
  167. (en) « Jessica Chastain Named YSL Fragrance Face », Women's Wear Daily, (consulté le 8 juin 2012).
  168. « Jessica Chastain, la nouvelle ambassadrice Piaget », (consulté le 23 juillet 2015)
  169. (en) Borys Kit, « Jessica Chastain joins Prohibition era drama », Reuters Canada, (consulté le 31 mai 2012).
  170. Anaïs Giroux, « Jessica Chastain élue végétarienne la plus sexy par la PETA », sur L'Express, (consulté le 7 décembre 2015)
  171. (en) Frank Rizzo, « Review: 'The Cherry Orchard' », Variety,‎ (lire en ligne)
  172. (en) Ben Brantley, « The Strain of Politeness as Irritation Drives a Plot », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  173. (en) Charles McNulty, « `Salome'? Oy vey! », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  174. (en) Ben Brantley, « The General in His High-Tech Labyrinth », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  175. (en) Ben Brantley, « Interior Designs Conceal a House’s Dark Corners », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  176. a et b « Fiche de Jessica Chastain », sur IMDb (consulté le 24 mars 2016)
  177. (en) Justin Kroll, « Stephen Gaghan to Direct ‘The Division’ Movie Starring Jake Gyllenhaal and Jessica Chastain (EXCLUSIVE) », sur Variety, (consulté le 24 mars 2017)
  178. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Comédiennes ayant doublé Jessica Chastain en France », sur RS Doublage (consulté le 26 janvier 2013).
  179. a et b « Fiche d'Ingrid Donnadieu », sur AlloDoublage (consulté le 12 août 2016)
  180. a, b et c « Comédiennes ayant doublé Jessica Chastain au Québec », sur Doublage.qc.ca (consulté le 4 novembre 2014).
  181. « Fiche du doublage français du film Zero Dark Thirty » sur AlloDoublage, consulté le 4 novembre 2014
  182. « Fiche du doublage français du film Le Chasseur et la Reines des glaces », sur Alterego75.fr, .
  183. « Comédiennes ayant doublées Jessica Chastain en France », sur Doublagissimo (consulté le 3 décembre 2016)
  184. « Fiche de doublage VF de The Three of Life » (consulté le 28 janvier 2017)
  185. « Marie Van Ermengem », sur latourdesheros.com (consulté le 13 décembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :