Amy Adams

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adams.
Amy Adams
Description de cette image, également commentée ci-après

Amy Adams au Comic-Con de San Diego (Californie), en juillet 2015.

Nom de naissance Amy Lou Adams
Naissance (41 ans)
Drapeau de l'Italie Vicence, Vénétie, Italie
Nationalité Drapeau : États-Unis Américaine
Profession Actrice, chanteuse
Films notables Arrête-moi si tu peux
Il était une fois
Fighter
Man of Steel
American Bluff
Big Eyes
Séries notables The Office

Amy Lou Adams[1] est une actrice américaine née le à Vicence, en Vénétie (Italie)[2].

Elle commence sa carrière dans des spectacles dans des cafés-théâtres et fait ses débuts au cinéma en 1999 avec la comédie Belles à mourir. Après avoir déménagé à Los Angeles, elle enchaîne une série d'apparitions et des rôles d'invités à la télévision et dans des films de série B. En 2002, Adams tient le rôle de Brenda Strong dans Arrête-moi si tu peux, biopic consacré à Frank Abagnale réalisé par Steven Spielberg. Sa carrière d'actrice fait une percée avec le rôle d'Ashley Johnsten dans le film indépendant Junebug, en 2005, pour lequel elle obtient des critiques élogieuses et une première nomination à l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle. En 2007, elle tient le rôle de Giselle dans la comédie musicale Il était une fois, des studios Disney, qui remporte à la fois un succès critique et commercial, lui permettant d'obtenir une nomination pour le Golden Globes. Elle reçoit une seconde nomination pour les Oscars et les Golden Globes, ainsi qu'une première au BAFTA pour le rôle de Sœur James, dans Doute, en 2008.

Adams a reçu deux autres nominations aux Golden Globes, au BAFTA et aux Oscars pour le drame sportif Fighter en 2010 et le drame psychologique The Master en 2012. Elle remporte des nouveaux succès en 2013 avec le rôle de Loïs Lane dans Man of Steel, nouvelle adaptation cinématographique de Superman, suivi d'un rôle de soutien dans la comédie dramatique Her de Spike Jonze et celui d'un escroc dans le film policier American Bluff, pour lequel elle remporte le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie[3] et une quatrième nomination au BAFTA et une cinquième nomination aux Oscars, la première dans la catégorie actrice. En 2014, elle incarne Margaret Keane dans Big Eyes de Tim Burton, qui lui vaut d'obtenir son second Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie [4].

Apparaissant dans des films comiques ou dramatiques, Adams a acquis une réputation de jouer des personnages joyeux au tempérament optimiste, mais a depuis joué une grande variété de rôles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amy Lou Adams est née le à Vicence, dans la région de Vénétie, en Italie[5] et est la quatrième des sept enfants de Kathryn (née Hicken) et Richard Kent Adams[1]. Elle a quatre frères et deux sœurs[6]. Son père était un militaire américain stationné à la Caserma Ederle (en), une base américaine située à Vicence[7]. Par la suite, elle déménage de bases militaires en bases militaires suivant les affectations de son père avant de partir aux États-Unis, à Castle Rock, dans le Colorado, à l'âge de huit-neuf ans[8]. Aux États-Unis, son père se lance dans une carrière de chanteur professionnel tandis que sa mère est une semi-culturiste professionnelle[8],[9]. Amy est élevée dans une famille mormone jusqu'au divorce de ses parents lorsqu'elle a onze ans[10]. Aujourd'hui encore, elle déclare que son éducation religieuse l'a inculqué un système de valeurs qui sont toujours valables pour elle! « Le basique "ne faites pas à autrui...", ce qui a été martelé en moi. Et l'amour », dit-elle[11].

Amy suit une scolarité au lycée Douglas County High School où elle pratique le chant et a également pris des cours de danse au David Taylor Dance Company, une compagnie locale avec l'ambition de devenir ballerine[12]. Ses parents avaient espéré qu'elle continuerait son entraînement sportif, laquelle a renoncé à poursuivre la danse, ce qui lui aurait donné une chance d'obtenir une bourse d'études universitaires. Adams reflète sur sa décision de ne pas aller à l'université : « Je n'était pas un de ceux qui ont appréciés d'aller à l'école, je regrette de ne pas avoir eu une éducation[N 1] »[13]. Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires, elle déménage à Atlanta avec sa mère[8]. Elle estime qu'elle n'est pas assez douée pour être une ballerine professionnelle et entre dans le monde du théâtre musical, qui selon elle, était « beaucoup mieux adapté » à sa personnalité[11]. Elle a dit que le ballet était trop « discipliné et trop restreint et on m'a toujours réprimandé dans la troupe »[14] et que son corps était à l'époque « juste brisée en dansant durant toutes ces années »[11].

Âgée de 18 ans, elle enchaîne alors les petits boulots afin de gagner de l'argent, notamment comme réceptionniste à Gap, tout en jouant dans le théâtre communautaire[12]. Après le lycée, son premier travail à plein temps est comme serveuse chez Hooters durant plusieurs semaines[15],[16], fait qui est devenu son « communique de presse de sa carrière » pendant un certain temps[16]. Elle quitte son emploi trois semaines plus tard après avoir économisé assez d'argent pour acheter sa première voiture[8]. Elle a admis qu'« il y avait certainement une innocence à mon interprétation de ce qui concerne le Hooters. Bien que j'ai appris, rapidement, que des shorts et de la bière ne se mélangent pas[N 2] »[8].

La jeune femme trouve du travail professionnellement en tant que danseuse, d'abord au Boulder Dinner's Theatre puis au Country Dinner Playhouse où elle est remarquée en 1995 par Michael Brindisi, le directeur d'un théâtre de Minneapolis[17]. Elle déménage à Chanhassen, dans le Minnesota et travaille au Chanhassen Dinner Theatre pendant les trois années suivantes.

Aujourd'hui, toujours membre de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours, elle enseigne a ses enfants les principes d'une vie juste et vertueuse[réf. nécessaire].

Carrière[modifier | modifier le code]

1998 à 2004 : des débuts difficiles[modifier | modifier le code]

Michael Nelson, producteur de cinéma, remarque Amy lors d'un spectacle et lui fait passer une audition, même si elle était en congé pour un muscle froissé, pour un film intitulé Belles à mourir, tourné dans le Minnesota. Le long-métrage - tourné en 1998 et sorti en salles en 1999 - montre des jeunes femmes prêtes à tout pour gagner un concours de beauté. Elle n'y incarne qu'un rôle secondaire, Leslie Miller, jeune candidate au concours. Persuadée par Kirstie Alley, sa partenaire sur ce long-métrage, à poursuivre sa carrière d'actrice, elle met un terme à sa carrière de danseuse, quittant même un spectacle et déménage à Los Angeles en , où elle s'y installe avec son frère Eddie[9],[17]. Décrivant sa première année comme une « année triste » et « morne »[11], elle se rappelle qu'elle « s'ennuya à ce moment-là » de Chanhassen parce qu'elle a « vraiment aimé cette sécurité et le planning[N 3] » et dit que « les gens avec qui j'ai travaillé étaient là aussi une grande famille pour moi[N 4] »[18].

Par la suite, elle obtient le rôle de la diabolique Kathryn Merteuil dans Sexe Intentions 2 (Cruel Intentions 2), personnage interprété dans le premier volet (1999) par Sarah Michelle Gellar[19]. Ce second volet devait être à l'origine une série télévisée dérivée du film intitulée Manchester Prep, mais elle n'a pas répondu aux attentes du réseau initialement à l'origine de la diffusion, la Fox, et à la suite des révisions de nombreux scripts et deux arrêts de production, il a été annulé[19]. Les épisodes qui ont été filmés furent remontés en un film, distribué par Columbia Tristar et sorti directement en vidéo[19]. Elle enchaîne d'autres rôles secondaires dans des petits films dont Psycho Beach Party et à la télévision dans des séries à succès tels que That '70s Show, Buffy contre les vampires, À la Maison-Blanche, Charmed et Smallville. En 2002, elle est apparue dans le film Arrête-moi si tu peux, de Steven Spielberg, dans lequel elle joue Brenda Strong, infirmière qui tombe amoureuse de Frank Abagnale Jr. (incarné par Leonardo DiCaprio). Le film remporte un large succès critique et public[20],[21]. Selon Spielberg, c'était « le rôle qui aurait pu lancer sa carrière », mais après cela, elle était sans emploi pendant une année[6],[22]. Cependant, Adams a dit : « C'était la première fois que je savais que je pouvais jouer à ce niveau avec ces gens. Être crue par Steven Spielberg… c'était un booster de confiance énorme[N 5]. »[23]. En 2004, elle joue dans The Last Run et double quelques personnages de la série d'animation Les Rois du Texas. Elle a également été lancé comme actrice régulière dans la série télévisée Dr Vegas, dans le rôle d'Alice Doherty, mais est renvoyée après un différend contractuel[24].

2005 à 2007 : la révélation et la consécration[modifier | modifier le code]

En à New York, lors du tournage d’Il était une fois….

Avant de quitter Dr Vegas, elle avait reçu le scénario de Junebug, film indépendant à faible budget et auditionna pour le rôle d'Ashley Johnsten, une jeune femme enceinte et joyeuse, mais assez bavarde, qu'elle obtient[8]. Le réalisateur, Phil Morrison, explique sa décision de choisir la jeune actrice car « beaucoup de gens regardé Ashley et ont pensé, «Quelle est la tristesse qu'elle cache ? » Pour moi, le fait qu'Amy n'a pas abordé sous l'angle de «Qu'est-ce qu'elle couvre? » a été la clé[N 6] »[25]. Le film fut tourné en vingt-et-un jours à Winston-Salem, en Caroline du Nord[26]. Au moment du tournage, Adams a 30 ans et se préoccupe de sa carrière cinématographique, elle dira « Je pensais que peut-être je devrais déménager à New York, peut-être que je devrais faire autre chose. Ce n'est pas que je renonce ou faire une déclaration dramatique. C'était plus comme peut-être ce n'était tout simplement pas convenable[N 7] »[27]. Sur son expérience de tournage sur Junebug, elle dit : « C'était vraiment l'autonomisation. À la fin de l'été, j'étais au chômage, mais j'étais heureuse et je suis fière. J'étais comme, vous savez quoi, j'en ai fini d'être bousculé[N 8]. »[26] Junebug est présenté en avant-première au Festival de Sundance en , ce qui vaut à la jeune comédienne d'obtenir le Prix Spécial du Jury pour sa prestation[28].

Après la sortie en salles de L'Escorte, dans lequel elle partage l'affiche avec Debra Messing et Dermot Mulroney, Junebug sort en salles et distribué par Sony Pictures Classics. Adams obtient les louanges de la critique pour sa prestation dans ce film. Carina Chocano du Los Angeles Times a noté que le rôle de la jeune femme « aurait pu être facilement dévolu dans la caricature ». Joe Leydon, de Variety, a commenté : « En partie à cause de la générosité de son personnage […] mais surtout en raison de son charisme, Adams domine avec son image séduisante avec optimisme sans trop porter de jugement pour reconnaître les défauts des autres, mais assez pure pour offrir des encouragements, pas la condamnation »[29]. Amy reçoit plusieurs prix comme meilleure actrice de second rôle au National Society of Film Critics et au Independent Spirit Awards. Elle est également proposée pour le Screen Actors Guild Awards et pour les Oscars. L'Academy of Motion Pictures Arts and Sciences l'a invitée pour devenir membre en 2006.

Junebug, bien qu'ayant eu un public restreint[20] mais acclamé par la critique, notamment pour la prestation de l'actrice, a contribué à accroître l'intérêt pour sa carrière d'actrice. Elle apparaît ensuite dans des films comme Standing Still et Ricky Bobby : Roi du circuit et incarne en guest le rôle récurrent de Katy dans la série The Office.

Après avoir prêté sa voix au personnage de Polly Purebread pour le film Underdog, chien volant non identifié, produit par Walt Disney Pictures, elle obtient en 2007 le rôle principal féminin — celui de Giselle — du film Il était une fois, également produit par Disney. Mélange d'animation et de prise de vue réelle, ce film, où elle partage la vedette avec Patrick Dempsey, James Marsden et Susan Sarandon, tourne autour de Giselle, forcée de quitter son monde de conte de fées pour se retrouver dans le monde des humains à Manhattan. Adams était l'une des 300 actrices qui ont auditionné pour incarner Giselle[30], mais elle s'est distinguée auprès de Kevin Lima par sa capacité à incarner une jeune fille naïve de manière naturelle, sans avoir l’air de jouer[31]

Il était une fois est un succès commercial, récoltant 340 millions de recettes mondiales[32]. La prestation de l'actrice est saluée par la critique, notamment par Todd McCarthy de Variety, qui assimile son interprétation à celle de Julie Andrews dans Mary Poppins[33], et Roger Ebert du Chicago Sun-Times[34] et par Wesley Morris du Boston Globe, qui note qu'elle « démontre l'ingéniosité d'une véritable artiste pour le timing comique et physique »[35].

Adams obtient une proposition pour le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou de comédie, ainsi qu'une proposition pour le Critics Choice Award de la meilleure actrice, et reçoit le Saturn Award de la meilleure actrice.

Trois des chansons du film sont proposées pour l'Oscar de la meilleure chanson originale, dont deux interprétées par la comédienne et qui figurent sur la bande originale du film, montrant ainsi une autre facette de son talent. Elle interprète même Happy Working Song, en direct sur scène lors de la 80e cérémonie des Oscars. That's How You Know, chantée à l'origine par Adams dans le film, a été interprétée par Kristin Chenoweth lors de la cérémonie. Dans une interview, Adams a fait remarquer que la chanson était « parfaite » pour Chenoweth et qu'elle a été « une source d'inspiration dans la manière dont [elle] a approché Giselle »[23].

Après Il était une fois, elle a joué l'assistante du rôle titre dans La Guerre selon Charlie Wilson, avec Tom Hanks, Julia Roberts et Philip Seymour Hoffman. Concernant son expérience sur ce tournage, elle dit que « regarder Philip Seymour Hoffman et Tom Hanks faire ces scènes étonnantes ensemble, réalisées par Mike Nichols, pour moi, ça a été comme aller à l'école »[36].

Le succès d’Il était une fois a augmenté l'exposition médiatique d'Adams au cours des récompenses cinématographiques de la saison 2007-2008. En plus d'apparaître sur les couvertures d’Interview, Elle et le Hollywood Issue de Vanity Fair, qui l'a désignée comme l'un des 10 nouveaux visages de l'année 2008[37], elle est l'invitée en mars 2008 du septième épisode de l'émission Saturday Night Live. Elle y joue différents personnages, y compris Heidi Klum et chante What is this Feeling, de la comédie musicale Wicked, dans un simulacre de bataille avec Kristen Wiig (membre de la distribution du Saturday Night Live) durant le monologue d'ouverture.

2008 à 2009 : seconde nomination pour les Oscars[modifier | modifier le code]

Amy Adams, lors de la 81e cérémonie des Oscars, le .

Son premier film de l'année 2008 est la comédie sentimentale Miss Pettigrew, incarnant l'actrice et chanteuse Delysia Lafosse dans le Londres de la fin des années 1930 qui voit sa vie changer à la suite de la rencontre d'une gouvernante (incarnée par Frances McDormand). Alors que le film a obtenu des critiques positives en général[38], certains notent toutefois que son personnage est semblable à ceux de Junebug et d’Il était une fois[39],[40]. Elle interprète la chanson du film If I Didn't Care, qui figure sur la bande originale.

Quand on lui demande si sa carrière est en danger en raison des rôles de jeunes femmes naïves ou innocentes qu'elle incarne, elle a répondu : « Pas à ce point… En ce moment, je fais juste ce que je préfère et que j'ai fait des films différents, j'ai fait différents types de rôles. Le drame que j'ai fait cette année, nous avions un film au festival de Sundance, mais j'aime jouer des personnages optimistes, je le crois vraiment parce que vous prenez vos personnages à la maison avec vous si vous avez l'intention ou non[41]. »

Dans une autre interview, Adams déclare : « Je pense que je réponds seulement aux types de personnages… Ils sont tellement en couches, et j'aime le fait qu'ils ont fait ce choix d'être joyeux… Je m'identifie vraiment avec ce sens de l'espérance ». Elle a aussi noté qu'avant qu'elle ne se teigne les cheveux en roux, elle jouait le rôle de garce (elle était alors blonde, sa couleur de cheveux naturelle[42]).

La même année, elle interprète Sœur James, jeune et innocente religieuse qui enseigne dans une école catholique dans Doute, réalisé par John Patrick Shanley[43]. Adaptation d'une pièce de théâtre de Shanley, le film lui permet de jouer avec Meryl Streep et Philip Seymour Hoffman. Bien accueilli par la critique, dont Mick LaSalle du San Francisco Chronicle qui écrivit : « Adams fournit l'un des avantages singulier du film »[44] et bien que son rôle ait été noté comme le « moins voyant » des quatre parties du film[45], Doute obtient un succès public assez modeste aux États-Unis[20], mais obtient plusieurs distinctions.

Le film vaut à Amy une nomination pour le BAFTA de la meilleure actrice dans un second rôle, une nomination pour le Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle, ainsi qu'une seconde nomination pour l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle[46].

Owen Wilson, Amy Adams et Ben Stiller lors de la promotion de La Nuit au musée 2, le 14 mai 2009.

L'année 2009, elle est à l'affiche de trois films différents les uns des autres : Sunshine Cleaning, film indépendant à l'humour noir, présenté dans des festivals un an auparavant[N 9], dans lequel elle joue une mère célibataire qui crée avec sa sœur (incarnée par Emily Blunt) une société de nettoyage de scènes de crimes afin de payer l'inscription de son fils dans une école privée. Bien accueilli à sa sortie en salles[21], Mick LaSalle, du San Francisco Chronicle a donné au film une critique positive, en disant : « Le jeu de l'émotion sur le visage d'Amy Adams est la raison principale de voir Sunshine Cleaning »[47].

Ensuite elle incarne l'aviatrice Amelia Earhart dans la comédie familiale La Nuit au musée 2, suite du film sorti en 2006, jouant avec Ben Stiller. Dès sa sortie en salles, le film remporte un fort succès, avec 412 millions de dollars de recettes mondiales, devenant le plus grand succès de sa carrière, avant d'être dépassé par Man of Steel en 2013[20]. En dépit de commentaires mitigés, la prestation de la comédienne est saluée par la critique[21].

Enfin, elle devient une secrétaire frustrée qui entreprend en un an de faire les 524 recettes de la célèbre cuisinière Julia Child, dans Julie et Julia, film dans lequel elle partage la vedette avec Meryl Streep (sans toutefois avoir de scène avec elle dans ce film contrairement à Doute)[N 10]. Le film est salué par la critique[21], et par le public[20].

2010 à 2012 : nouvelles nominations aux Oscars[modifier | modifier le code]

Après s'être désistée pour jouer le rôle principal féminin dans Greenberg (finalement attribuée à Greta Gerwig), la comédienne multiplie les projets cinématographiques en tournant la comédie sentimentale Donne-moi ta main[48], où elle est Anna, une jeune femme partie en Irlande afin de demander la main de son compagnon le jour d'une fête traditionnelle, suivi du biopic sportif Fighter — d'après l'histoire du boxeur Micky Ward — où elle interprète Charlene Fleming, la petite amie du personnage principal, incarné par Mark Wahlberg et dans lequel elle partage également la vedette avec Christian Bale. Donne-moi ta main et Fighter sortent respectivement en salles en janvier et en décembre 2010 et obtiennent des accueils divers : le premier est éreinté par la critique et ne rencontre pas un franc succès commercial, tandis que le second est largement saluée par la critique et obtient un triomphe au box-office[20],[21], lui permet d'obtenir une proposition pour le Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle[49] et d'être proposée pour d'autres prix, dont une troisième proposition pour l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

Ayant renoncé à tourner les films Dos au mur[50] et People Like Us[51] – pour lesquels elle est remplacée par Elizabeth Banks[52],[53] – car voulant passer du temps avec sa famille[51], elle retourne sur un plateau de tournage trois mois après son accouchement pour l'adaptation cinématographique de Sur la route de Jack Kerouac[54], suivi des Muppets, le retour, nouvelle adaptation cinématographique de l'univers de l'émission du même nom, en incarnant la petite amie du personnage de Jason Segel, également scénariste du film[55] et dans lequel elle chante certains titres. Lors de sa sortie en , Les Muppets, le retour remporte un accueil critique favorable et un succès au box-office[21],[20]. De plus, le long-métrage remporte l'Oscar de la meilleure chanson.

En 2012, Amy Adams a reçu quelques-unes des meilleures critiques de sa carrière pour sa performance dans le film The Master, de Paul Thomas Anderson, dans lequel elle tient le rôle de Peggy Dodd, femme impitoyable et manipulatrice d'un leader d'un mouvement religieux, incarné par Philip Seymour Hoffman[56],[57],[58]. Elle est nommée pour ce rôle dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle aux Oscars, aux Golden Globes et au BAFTA. Par la suite, elle incarne le rôle principal féminin, celui Mickey Lobel, ambitieuse avocate et fille d'un recruteur de talents de baseball vieillissant, interprété par Clint Eastwood, dans Une Nouvelle Chance[59],[60]. Bien que le film ait reçu des avis mitigées, la performance d'Adams dans ce film a été salué par la critique[61] .

En , elle joue la femme du boulanger dans Into the Woods, de Stephen Sondheim, mis en scène au Public Theater dans le cadre du festival annuel estival Shakespeare in the Park et qui sera joué au Delacorte Theater, à Central Park[62], marquant ses débuts dans un théâtre new-yorkais, ainsi que son retour sur scène treize ans après son premier spectacle[63].

Depuis 2013 : succès avec Man of Steel et American Bluff[modifier | modifier le code]

Adams en lors de la première du film Her, à New York.

En 2013, Adams tient le rôle de Lois Lane dans Man of Steel, reboot de Superman. Le réalisateur Zack Snyder confie que l'actrice a toutes les qualités que les fans apprécient chez Loïs Lane[64],[65],[66]. Le film, sorti en salles en , obtient dans l'ensemble un accueil critique mitigé[67], mais obtient un énorme succès commercial, avec 668 millions de dollars de recettes mondiales au box-office, devenant ainsi le plus grand succès commercial d'Adams [20]. La même année, elle obtient des critiques élogieuses aux côtés de ses partenaires Christian Bale, Bradley Cooper et Jennifer Lawrence pour le film policier American Bluff de David O. Russell, inspiré de l'affaire l'affaire Abscam[68]. Adams y incarne Sydney Prosser, ancienne strip-teaseuse devenue escroc, contraint avec son associé et amant de collaborer avec le FBI dans une opération visant à confondre des politiciens corrompus. Sa prestation dans American Bluff est saluée[69] et lui vaut de remporter le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie[70] et d'obtenir sa cinquième nomination aux Oscars, cette fois-ci dans la catégorie meilleure actrice. Le film est également un triomphe au box-office avec 251 millions de dollars de recettes mondiales[20]. Elle est également à l'affiche du film de Spike Jonze, Her, qui est largement acclamé par la critique[71].

En 2014, Adams fait partie des 100 personnes les plus influentes, selon le magazine Time[72] et est classé à la 81e place du classement Forbes des personnalités les plus puissantes au monde avec une fortune estimée à 13 millions de dollars[73],[74]

La même année, elle prête ses traits à l'artiste Margaret Keane dans le film Big Eyes, de Tim Burton, aux côtés de Christoph Waltz[75],[76]. Sa prestation lui vaut d'obtenir son second Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie[77],[78].

Elle reprendra le rôle de Lois Lane dans la suite de Man of Steel, Batman vs. Superman, dont la sortie est prévue pour 2015[79].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est en couple avec l'acteur et artiste Darren Le Gallo depuis 2001[8], rencontré dans un cours de comédie. Le couple se fiance en juillet 2008[80]. De cette union naît une fille Aviana Olea, le 15 mai 2010[81],[82],[83]. Adams et Le Gallo se sont mariés le 2 mai 2015 en Californie[84].

Elle est une amie proche de l'actrice britannique Emily Blunt, sa partenaire dans Sunshine Cleaning[85].

Résultats au box-office[modifier | modifier le code]

Amy Adams, lors de la première du film Man of Steel en juin 2013.

Les films dans lesquels Amy Adams tient un rôle notable, premier ou second rôle, ont rapporté un total de 3,1 milliards de dollars au box-office mondial, dont 1,7 milliard rien qu'aux États-Unis[20],[86]. Six de ses films ont atteint le cap des 100 millions de dollars de recettes sur le territoire américain et dix d'entre eux l'ont atteint au box-office mondial [20]. Son plus grand succès commercial reste à ce jour Man of Steel, sorti en 2013, qui a totalisé 668 millions de dollars de recettes mondiales, dont 291 millions sur le territoire américain[20].

Parmi ses autres succès notables, on peut citer La Nuit au musée 2 (413,1 millions de dollars de recettes mondiales, dont 177,2 millions sur le sol américain), Arrête-moi si tu peux (352,1 millions de dollars au box-office mondial, dont 164,6 millions aux États-Unis), Il était une fois, son premier véritable rôle en tant que tête d'affiche (340,5 millions de dollars de recettes mondiales, dont 127,8 millions aux États-Unis), Fighter (129,2 millions de dollars de recettes mondiales, dont 93,6 millions aux États-Unis) et plus récemment American Bluff (251,2 millions de dollars de recettes mondiales, dont 150,1 millions aux États-Unis)[20].

En France, les films dans lesquels elle tient un rôle notable totalisent 13,6 millions d'entrées, que ce soit pour un premier ou un second rôle[87]. Quatre d'entre eux ont atteint ou dépassé le cap du million d'entrées [87]. Son meilleur score sur le territoire français reste à ce jour Arrête-moi si tu peux, qui totalisa 3,6 millions d'entrées lors de sa sortie en 2003[87]. Man of Steel, son plus grand succès au niveau mondial, a totalisé 2,3 millions d'entrées en 2013, se positionnant en troisième position des meilleures entrées en France de la comédienne derrière Il était une fois et ses 2,8 millions d'entrées en 2007[87].

On peut également citer La Nuit au musée 2 (1,6 million d'entrées) et dans, une moindre mesure, La Guerre selon Charlie Wilson (près de 563 000 entrées) et American Bluff (644 298 entrées)[87]. Contrairement à son succès américain, Fighter n'est parvenu qu'à fédérer 287 000 entrées[87].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Prochainement

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Caroline Victoria[89],[90] est la voix française régulière d'Amy Adams (sur huit films et une série télévisée[89]). Il y a également Valérie Siclay[91],[90] qui l'a doublé à cinq reprises et Chloé Berthier à deux reprises[90].

Au Québec, Viviane Pacal[92] est la voix française régulière de l'actrice (sur dix films). Il y a également Aline Pinsonneault qui l'a doublée sur quatre films[92], tandis que Camille Cyr-Desmarais et Éveline Gélinas l'ont fait sur deux films[92].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Années Albums Chansons interprétées Label
2007 Enchanted
(Bande originale du film Il était une fois)
True Love's Kiss, (duo avec James Marsden)
Happy Working Song
That's How You Know (duo avec Marlon Saunders)
Walt Disney Records
2008 Miss Pettigrew Lives for a Day (Original Motion Picture Soundtrack)
(Bande originale du film Miss Pettigrew)
If I Didn't Care (duo avec Lee Pace) Varèse Sarabande
2011 The Muppets: Original Soundtrack
(Bande originale du film Les Muppets, le retour)
Life's a Happy Song (duo avec Jason Segel)
Me Party
Life's a Happy Song (Finale)
Walt Disney Records

Spectacles[modifier | modifier le code]

Sources : amyadamsfan.com[95] et IMDB[96]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Les prestations d'Amy Adams au cinéma sont régulièrement distingués par des nominations à plusieurs prix. Au cours de sa carrière, surtout à partir de Junebug en 2005, l'actrice a obtenu, selon le site IMDb, 61 récompenses et 123 nominations[97]. Sa prestation dans Junebug lui a valu de décrocher plus d'une dizaine de prix, dont celui du Prix Spécial du Jury au Festival de Sundance et d'être nommé une première fois à l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

Elle sera nommé à trois autres reprises à l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle avec Doute, Fighter et The Master et une fois à l'Oscar de la meilleure actrice pour American Bluff, mais n'a jamais été récompensé. Elle est également nommé aux Golden Globes à six reprises, quatre dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle pour Doute, Fighter et The Master et trois dans la catégorie meilleure actrice dans une comédie ou un film musical pour Il était une fois, American Bluff et Big Eyes. Grâce à American Bluff et Big Eyes, elle remporte à deux reprises et sur deux années consécutives le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie (2014 et 2015)[98].

Parmi les autres prix, elle est nommé à cinq reprises au BAFTA Awards, sept fois au MTV Movie Awards, six fois aux Screen Actors Guild Awards, dont une récompense et quatre fois aux Teen Choice Awards[51].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation originale : « I wasn't one of those people who enjoyed being in school. I regret not getting an education, though. »
  2. Citation originale : « ... there was definitely an innocence to my interpretation of what Hooters was about. Though I did learn, quickly, that short shorts and beer don't mix! »
  3. Citation originale : « […] really loved that security and schedule ».
  4. Citation originale : « The people I worked with there were also a great family to me ».
  5. Citation originale : « It was the first time I knew I could act at that level with those people. To be believed in by Steven Spielberg… it was a huge confidence booster. »
  6. Citation originale : « Lots of people looked at Ashley and thought, 'What's the sorrow she's masking?' To me, the fact that Amy didn't approach it from the angle of 'What's she covering up?' was key. »
  7. Citation originale : « I thought maybe I should move to New York, maybe I should do something else. It wasn't that I was quitting or making a dramatic statement. It was more like maybe this just wasn't a good fit. »
  8. Citation originale : « It was really empowering. At the end of the summer I was unemployed but I was happy and I was proud. I was like, you know what, I'm done with being pushed around »
  9. Tourné début 2007, Sunshine Cleaning a été présenté dans des festivals comme celui de Deauville et de Sundance, en 2008, avant de sortir en salles sur le territoire national aux États-Unis en mars 2009.
  10. Dans Doute (2008), Amy et Meryl Streep avaient des scènes communes.
  11. Film sorti directement en vidéo en 2009.
  12. Le film est également connu sous le titre The Ex.
  13. Il s'agit d'un montage d'une vingtaine de minutes des scènes coupées de The Master publié sur le DVD du film.
  14. a et b Re-titré L'Escorte en France, le doublage québécois a été conservé lors de la sortie du film en DVD.
  15. a et b Le doublage québécois a été conservé pour la sortie du film en DVD et disque Blu-ray en France, ainsi que pour sa diffusion télévisée.
  16. Elle a quitté à mi-chemin le spectacle pour poursuivre sa carrière d'actrice à Hollywood.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Biographie d'Amy Adams », sur imdb.com (consulté le 25 juin 2014)
  2. (en) « Amy Adams Biography: Actress (1974) », Biography.com (A&E Networks) (consulté le 23 décembre 2014) : « Actress Amy Lou Adams was born August 20, 1974, in Vicenza, Italy. »
  3. (en) Steven Zeitchik, « Golden Globes 2014: Amy Adams wins best actress in a comedy or musical », sur Los Angeles Times,‎ (consulté le 23 décembre 2014)
  4. (en) Brian Truitt, « 'Boyhood' wins top honors at Golden Globes », sur USA Today,‎ (consulté le 12 janvier 2015)
  5. (en) « Gold Derby by Tom O'Neil: Transcript of our chat with critics' award winner Amy Adams », Los Angeles Times,‎ (consulté en 30 décembre 2008)
  6. a et b (en) Rachael Combe, « Chasing Amy », Elle,‎ (lire en ligne)
  7. « Biografia di Amy Adams » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 20130318
  8. a, b, c, d, e, f et g (en) Michael Shnayerson, « Some Enchanted Amy », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)
  9. a et b (en) Barry Koltnow, « 'Enchanted' with Amy Adams. », The Orange County Register,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Killian Fox, « Amy's fairytale of New York », The Observer,‎ (lire en ligne)
  11. a, b, c et d (en) Naomi West, « Amy Adams: Happily ever after », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  12. a et b (en) Margy Rochlyn, « A Disney Princess, Not Winking but Floating », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  13. Stephen Galloway et Elizabeth Guider, « Oscar Roundtable: The Actresses », sur The Hollywood Reporter,‎ (consulté le 10 septembre 2011)
  14. « Amy Adams Wanted to be a Dancer », showbizspy.com,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Steve Head, « An Interview with Amy Adams », IGN Movies, IGN Entertainment,‎ (lire en ligne)
  16. a et b "From Hooters to Hollywood" (slide show, page 2), FoxNews.com, September 30, 2010 Modèle:WebCite
  17. a et b (en) Jeff Strickler, « Former Chanhassen actor becomes reluctant star », Star Tribune,‎ (lire en ligne)
  18. Brad Goldfarb, « Amy Adams », Interview, Brant Publications, Inc., vol. 38, no 1,‎ , p. 100–107, 150 (ISSN 0149-8932).
  19. a, b et c (en) Joe Flint, « On The Air », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne).
  20. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m « Box-office des films avec Amy Adams », sur Box Office Mojo (consulté le 20 août 2013).
  21. a, b, c, d, e et f (en) « Amy Adams », sur Metacritic.com,‎ .
  22. Jamie Painter Young, « Amy Adams: Little Breaks », Back Stage West,‎ (lire en ligne).
  23. a et b Larry Getlen, « Q&A: Amy Adams », New York Post,‎ (lire en ligne).
  24. (en) Wendy Ide, « Presumed innocent », The Times, London,‎ (lire en ligne).
  25. Janice Page, « For actress Amy Adams, role was a turning point », The Boston Globe,‎ (lire en ligne)
  26. a et b (en) Matt Wolf, « And she did go to the ball », The Sunday Times, London,‎ (lire en ligne)
  27. Donna Freydkin, « Rising star Amy Adams' career seems enchanted », USA Today,‎ (lire en ligne)
  28. Rebecca Murray, « Why We Fight and Forty Shades of Blue Take Home Wins at Sundance », About Movies, Park City, UT,‎ (lire en ligne)
  29. (en) Joe Leydon, « Junebug », Variety,‎ (lire en ligne)
  30. Cindy White, « Amy Adams and Patrick Dempsey help director Kevin Lima bring back classic Disney in Enchanted », Sci Fi Weekly,‎ (lire en ligne)
  31. Jennifer M. Wood, « Amy Adams Enchants Kevin Lima », MovieMaker,‎ (lire en ligne)
  32. (en) « Enchanted », Box Office Mojo,‎ (consulté en 20 décembre 2008)
  33. « Enchanted » (consulté en 20130318)
  34. (en) Roger Ebert, « Enchanted », Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne)
  35. (en) Wesley Morris, « Enchanted: A movie princess is born », The Boston Globe,‎ (lire en ligne)
  36. (en) Rebecca Murray, « Amy Adams Transforms Into a Princess for Enchanted », About.com,‎ (lire en ligne)
  37. (en) « V.F.'s Hollywood Issue: The Annie Leibovitz Covers », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)
  38. (en) « Miss Pettigrew Lives for a Day », Metacritic (consulté en 28 mars 2008)
  39. (en) Carina Chocano, « Movie Review: Miss Pettigrew Lives for a Day », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  40. « Miss Pettigrew Lives for a Day » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 20130318
  41. (en) Stephen Whitty, « For Amy Adams, being nice is the best revenge », The Star-Ledger,‎ (lire en ligne)
  42. (en) Josh Freedom du Lac, « 'The Real Thing': Amy Adams Enchants, Impresses in Nun's Role », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  43. (en) Jim Slotek, « The other side of Amy... it's about time », Toronto Sun, Sun Media Corporation,‎ (lire en ligne)
  44. (en) Mick LaSalle, « Movie review: Doubt », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne)
  45. (en) Frank Gabrenya, « Nun vs. priest a cerebral feast », The Columbus Dispatch,‎ (lire en ligne)
  46. La liste des nominations aux 81e Oscars sur le Nouvel Observateur.com. Consulté le .
  47. Sunshine Cleaning sur San Francisco Chronicle.com. Consulté le .
  48. (en) « Amy Adams Leap Year », Pajiba.com (consulté le 23 octobre 2009)
  49. « 68e Golden Globes : les nominations », sur Allocine.fr,‎ (consulté le 27 décembre 2012).
  50. (en) Jamie Bell Joins Thriller 'Man On A Ledge' sur Deadline.com. Consulté le 5 septembre 2010.
  51. a, b et c (en) Amy Adams sur l’Internet Movie Database (consulté le 12 novembre 2010)
  52. « Elizabeth Banks : elle rejoind Sam Worthington sur Man on a Ledge ? », sur www.premiere.fr (consulté le 27 septembre 2010)
  53. Elizabeth Banks remplacera Amy Adams dans le drame familial "Welcome to People" sur Commeaucinéma.com. Consulté le 12 novembre 2010
  54. (en) « Biographie de l'actrice », sur IMDb.com (consulté le 27 décembre 2012).
  55. (en) Brian Warmoth, « Jason Segel's 'Muppet' Movie Adds Amy Adams, Chris Cooper And Rashida Jones », sur MTV Movie Blog,‎ (consulté le 18 janvier 2015)
  56. (en) « The Master », sur Metacritic (consulté le 28 mai 2013).
  57. (en) « The Master », sur Rotten Tomatoes (consulté le 28 mai 2013).
  58. (en) « Amy Adams Joins Paul Thomas Anderson pic », sur Deadline.com (consulté le 23 juillet 2011).
  59. (en) Sandy Schaefer, « Amy Adams & Matthew Lillard Join Clint Eastwood in ‘Trouble with the Curve’ », sur screenrant.com,‎ 2012 (consulté le 29 décembre 2014)
  60. (en) Laura Herzfeld, « Matthew Lillard in talks to star opposite Clint Eastwood in 'Curve' -- EXCLUSIVE », sur Entertainment Weekly,‎ (consulté le 29 décembre 2014)
  61. « Trouble with the Curve », Rotten Tomatoes, Flixter (consulté le 21 septembre 2012)
  62. "Into The Woods, Starring Amy Adams, Denis O'Hare & Donna Murphy, Extends Central Park Run" broadway.com, August 7, 2012
  63. « Amy Adams to Play 'Baker's Wife' in Shakespeare in the Park's INTO THE WOODS; Oliver Platt, Robert Joy Join Cast of AS YOU LIKE IT » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2014-01-18
  64. (en) Jenna Mullins, « Amy Adams Cast as Lois Lane », E! Online,‎ (lire en ligne)
  65. « Amy Adams rejoint le reboot de Superman », sur Commeaucinéma,‎ .
  66. (fr) « « Superman » : Et Lois Lane est... », sur EcranLarge,‎ .
  67. (en) « Man Of Steel (2013) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 18 janvier 2015)
  68. « 'American Hustle' Character Posters Plunge Us Into the Late 1970s », Hollywoodreporter.com,‎ (consulté le 10 octobre 2013)
  69. Peter Travers, « American Hustle », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  70. (en) Madeline Boardman, « Amy Adams Wins Best Actress - Musical Or Comedy At 2014 Golden Globe Awards », sur Huffington Post,‎ (consulté le 13 janvier 2014)
  71. Natalie Stone, « Joaquin Phoenix, Amy Adams and Olivia Wilde Salute Spike Jonze at 'Her' Premiere », Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  72. (en) Emily Blunt, « Amy Adams », sur time.com, Time,‎ (consulté le 18 décembre 2014)
  73. http://www.forbes.com/profile/amy-adams/
  74. http://www.parismatch.com/Culture/Cinema/Il-etait-une-fois-Amy-Adams-Big-Eyes-725788
  75. (en) Mike Fleming, Jr., « Tim Burton To Direct ‘Big Eyes'; The Weinstein Company Putting Finishing Brush Strokes On Deal For Painting Saga », sur Deadline,‎ (consulté le 18 janvier 2015)
  76. (en) Borys Kit, « Tim Burton to Direct Christoph Waltz, Amy Adams in 'Big Eyes' », sur Hollywood Reporter,‎ (consulté le 18 janvier 2015)
  77. http://www.aninews.in/newsdetail5/story199293/billy-bob-thornton-amy-adams-win-big-at-golden-globes.html
  78. (en) Jake Coyle, « 'Boyhood' leads Golden Globes, 'Grand Budapest' upsets », sur North Jersey,‎ (consulté en 1er août 2015)
  79. (en) Josh Wilding, « SDCC '13: Zack Snyder Announces BATMAN/SUPERMAN; Check Out The Official Logo », sur ComicBookMovie,‎ (consulté en 1er août 2015)
  80. « Names & Faces », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  81. (en) « It's a Girl for Amy Adams », sur People (consulté le 23 juillet 2011).
  82. « Amy Adams a accouché d'une petite fille », sur Paris Match.com,‎ (consulté le 26 décembre 2012).
  83. (fr) Gina Serpe, « Amy Adams met au monde une petite fille », sur E! Online.com,‎ (consulté le 27 décembre 2012).
  84. (en) Michael Miller, « Amy Adams Marries Darren LeGallo », People,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  85. http://www.wordandfilm.com/2014/02/american-favorite-16-facts-about-amy-adams-facts/
  86. (en) « Amy Adams Box Office Results », sur The Numbers (consulté le 20 octobre 2013).
  87. a, b, c, d, e et f « Amy Adams : Box-office », sur Jp Box-Office (consulté le 20 octobre 2013)
  88. (en) Love and Distrust - Distribution et équipe complète sur IMDb, consulté le 29 janvier 2011
  89. a, b, c, d, e, f et g « Comédiennes ayant doublé Amy Adams en France », sur RS Doublage,‎ (consulté en 31 mars 2015 (m-à-j)).
  90. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Comédiennes ayant doublé Amy Adams en France » sur AlloDoublage, 13 août 2013 (consulté le 31 mars 2015 (m-à-j)).
  91. a, b, c et d « Comédiennes ayant doublé Amy Adams en France », sur Doublagissimo,‎ .
  92. a, b, c, d, e, f, g et h « Comédiennes ayant doublé Amy Adams au Québec », sur Doublage.qc.ca,‎ .
  93. « Fiche du doublage français du film La Guerre selon Charlie Wilson », sur Voxofilm.free.fr (consulté le 26 décembre 2012)
  94. « Fiche du doublage français du film », sur Alterego75.fr (consulté le 5 avril 2014).
  95. Site consacré à l'actrice. Consulté le
  96. Fiche IMDb - Catégorie Other Works. Consulté le
  97. (en) Amy Adams sur l’Internet Movie Database (consulté le 15 janvier 2015)
  98. (en) « Browse Results - Golden Globe Awards Website : Amy Adams », sur hfpa.org (consulté le 16 janvier 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :