Amy Adams

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adams.
Amy Adams
Description de cette image, également commentée ci-après
Amy Adams en 2016.
Nom de naissance Amy Lou Adams[1]
Naissance (44 ans)
Drapeau de l'Italie Vicence (Vénétie, Italie)
Nationalité Drapeau : États-Unis Américaine[2]
Profession Actrice
Productrice
Chanteuse
Danseuse
Films notables Il était une fois
Fighter
Man of Steel
American Bluff
Premier Contact
Vice
Séries notables Sharp Objects

Amy Adams [ˈeɪmi ˈædəms][3] est une actrice, productrice, chanteuse et danseuse américaine née le à Vicence, en Vénétie (Italie)[4]. Apparaissant dans des films comiques ou dramatiques, Adams a acquis une réputation d'interpréter des personnages joyeux au tempérament optimiste, mais a depuis joué une grande variété de rôles.

Elle commence sa carrière dans des spectacles dans des cafés-théâtres et fait ses débuts au cinéma en 1999 avec la comédie Belles à mourir. Après avoir déménagé à Los Angeles, elle enchaîne une série d'apparitions et des rôles d'invités à la télévision et dans des films de série B. En 2002, Adams tient le rôle de Brenda Strong dans Arrête-moi si tu peux, biopic consacré à Frank Abagnale réalisé par Steven Spielberg. Sa carrière d'actrice fait une percée avec le rôle d'Ashley Johnsten dans le film indépendant Junebug, en 2005, pour lequel elle obtient des critiques élogieuses et une première nomination à l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

En 2007, elle tient le rôle de Giselle dans la comédie musicale Il était une fois, des studios Disney, qui remporte à la fois un succès critique et commercial, lui permettant d'obtenir une nomination pour le Golden Globes. Elle reçoit une seconde nomination pour les Oscars et les Golden Globes, ainsi qu'une première au BAFTA pour le rôle de Sœur James, dans Doute, en 2008.

Adams a reçu deux autres nominations aux Golden Globes, au BAFTA et aux Oscars pour le drame sportif Fighter en 2010 et le drame psychologique The Master en 2012. Elle remporte des nouveaux succès en 2013 avec le rôle de Lois Lane dans Man of Steel, nouvelle adaptation cinématographique de Superman, suivi d'un rôle de soutien dans la comédie dramatique Her de Spike Jonze et celui d'un escroc dans le film policier American Bluff, pour lequel elle remporte le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie[5] et une quatrième nomination au BAFTA et une cinquième nomination aux Oscars, la première dans la catégorie actrice. En 2014, elle incarne Margaret Keane dans Big Eyes de Tim Burton, qui lui vaut d'obtenir son second Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie [6].

En 2016, son interprétation d'une spécialiste en linguistique dans le film de science-fiction acclamé par la critique et le public Premier Contact lui permet d'obtenir une nomination au Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amy Adams, fille de Richard et Kathryn Adams, est née le 20 août 1974 alors que son père est affecté au complexe militaire de l'armée américaine Caserma Ederle (en) à Vicence, en Italie[4],[7]. Elle vit au milieu de sept enfants, composée de quatre frères et deux sœurs[8].

Après avoir déménagé d'une base militaire à une autre, la famille d'Adams s'est installée à Castle Rock, dans le Colorado, à l'âge de huit ans[7]. Après avoir quitté l'armée, son père a chanté professionnellement dans les night clubs et les restaurants[8],[9]. Adams a décrit le fait de se rendre aux spectacles de son père et de boire des cocktails Shirley Temple au bar comme l'un de ses plus beaux moments[10]. La famille était pauvre, ils campaient et faisaient de la randonnée ensemble et exécutaient des sketches amateurs généralement écrits par son père et parfois par sa mère[7],[9],[11]. Adams était enthousiasmé de jouer toujours le rôle principal[12].

Adams a été élevée dans la religion mormone jusqu'à ce que ses parents divorcent en 1985 et quittent l'église[9],[13]. Elle n'avait pas de croyances religieuses fortes, mais a déclaré qu'elle valorisait son éducation pour lui avoir enseigné l'amour et la compassion[8]. Après le divorce, son père a déménagé en Arizona et s'est remarié, tandis que les enfants sont restés avec leur mère[7],[11]. Sa mère est devenue une culturiste semi-professionnel qui a emmené les enfants avec elle au gymnase lorsqu'elle s'est entraînée[9],[11]. Adams a comparé ses premières années sans tabou avec ses frères et sœurs à Sa majesté des mouches[8]. Se décrivant elle-même comme une « gamine rebelle et coriace », elle a affirmé s'être battue fréquemment avec d'autres jeunes enfants[14].

Adams a fréquenté le Douglas County High School. Elle n'était pas encline aux études, mais s'intéressait aux arts créatifs et chantait dans la chorale de l'école. Elle a concouru en chant et en gymnastique, avait l'ambition de devenir ballerine et avait suivi une formation d'apprenti à la compagnie locale David Taylor Dance[8],[12]. Elle n'a pas aimé le lycée et est restée surtout pour elle-même[9]. Après avoir obtenu son diplôme, elle et sa mère ont déménagé à Atlanta, en Géorgie[9]. Elle n'est pas allée à l'université, ce qui a déçu ses parents et elle a regretté par la suite de ne pas poursuivre d'études supérieures[7],[15]. À dix-huit ans, Adams s'est rendu compte qu'elle n'était pas assez douée pour devenir une ballerine professionnelle et a trouvé le théâtre musical plus à son goût[8]. L'un de ses premiers rôles sur scène était dans une production de théâtre communautaire de la comédie musicale Annie, ce qu'elle a fait bénévolement[7]. Pour subvenir à ses besoins, elle a travaillé en tant que réceptionniste dans un magasin Gap[12]. Elle a également travaillé comme serveuse chez Hooters, où elle devait porter des vêtements serrés et traiter avec des clients indisciplinés[9],[16]. Elle a quitté son travail peu de temps après avoir économisé assez d'argent pour acheter une voiture d'occasion[17].

Carrière[modifier | modifier le code]

1994 à 2004 : spectacles et premières apparitions à l'écran[modifier | modifier le code]

Adams a débuté sa carrière professionnelle en tant que danseuse dans la production de A Chorus Line à Boulder, dans le Colorado, en 1994[7],[18],[19]. Ce travail l'obligeait à servir les clients avant de monter sur scène pour jouer. Elle aimait chanter et danser, mais n'aimait pas être serveuse et a eu des ennuis lorsqu'une autre danseuse, qu'elle considérait comme une amie, a fait de fausses accusations au directeur[20]. Adams a déclaré: « Je n'ai jamais vraiment su quels étaient les mensonges. Je savais seulement que je n'arrêtais pas de me faire appeler et que j'étais sermonné sur mon manque de professionnalisme »[7]. Elle a perdu son emploi mais a continué à se produire dans un théâtre-restaurant au Heritage Square Music Hall et au Country Dinner Playhouse de Denver[18]. Lors d’une représentation de Anything Goes au Country Dinner Playhouse en 1995, elle a été remarquée par Michael Brindisi, président et directeur artistique du Chanhassen Dinner Theatre, situé à Minneapolis, qui lui a proposé un emploi[18],[21]. Adams a déménagé à Chanhassen, dans le Minnesota, où elle a joué dans le théâtre pour les trois prochaines années[21]. Elle aimait la « sécurité et le planning » de son travail et a déclaré qu'elle avait énormément appris de ce travail[20],[21]. Néanmoins, le travail épuisant lui a fait du tort : « J'ai eu beaucoup de blessures récurrentes - une bursite aux genoux, des muscles tirés à l'aine, mon adducteur et mon abducteur. Mon corps était épuisé »[17].

Steven Spielberg, qui a confié à Adams son premier rôle majeur dans Arrête-moi si tu peux (2002), a été surpris que sa carrière n'ait pas éclaté après la sortie du film.[22]

Au cours de son séjour à Chanhassen, Adams a joué dans son premier film - un court-métrage satirique en noir et blanc nommé The Chromium Hook[21]. Peu de temps après, alors qu’elle était en congé, elle a assisté aux auditions tenues localement pour le film hollywoodien Belles à mourir (1999), une satire de reconstitutions des concours de beauté mettant en vedette Kirsten Dunst, Ellen Barkin et Kirstie Alley[7]. Adams obtient le rôle secondaire d'une pom-pom girl légère[8],[12]. Elle a estimé que la personnalité de son personnage était très éloignée de la sienne et s'inquiétait de la façon dont les gens la percevraient[23]. La production a été filmée localement, ce qui a permis à Adams de tourner pour son rôle tout en interprétant Brigadoon sur scène[24]. L'encouragement d'Alley a incité Adams à poursuivre activement une carrière dans le cinéma et elle a déménagé à Los Angeles en janvier 1999[17],[21]. Elle a décrit son expérience initiale dans la ville comme étant « sombre » et « morne », se languissant pour sa vie à Chanhassen[20].

À Los Angeles, Adams a auditionné pour toutes les rôles qui venaient à sa rencontre, mais on lui a surtout donné le rôle de « la garce »[17],[23],[24]. Son premier rôle est survenue une semaine après son déménagement dans la série télévisée Manchester Prep de la Fox, spin-off du film Sexe Intentions, dans le rôle principal de Kathryn Merteuil (joué par Sarah Michelle Gellar dans le film)[7]. Après de nombreuses révisions de scénario et deux arrêts de production, la série est annulée[25]. Adams a dit plus tard qu'une scène controversée dans laquelle son personnage encourageait une fille à se masturber sur un cheval était la principale raison de son annulation[23]. Les trois épisodes filmés ont été réédités et publiés plus tard en 2000 en tant que film sorti directement en vidéo intitulé Sexe Intentions 2[7]. Malgré un accueil critique négatif, Nathan Rabin de AV Club écrit qu'Adams jouait son rôle d'« alpha-salope avec une joie vicieuse qui fait largement défaut à la vision stérile de Sarah Michelle Gellar sur le personnage »[26],[27].

Adams incarne ensuite le rôle secondaire de l'adolescente ennemie d'une star de cinéma (interprétée par Kimberly Davies) dans Psycho Beach Party (2000), une parodie d'horreur entre film de plage et slasher[28]. Elle a joué le rôle en hommage à l'actrice Ann-Margret[29]. De 2000 à 2002, Adams a été invité à jouer dans plusieurs séries télévisées, notamment dans That 70's Show, Charmed, Buffy contre les vampires, Smallville et À la Maison-Blanche[30],[31].

Après de brefs rôles dans trois petits films de 2002, The Slaughter Rule, Pumpkin et Au service de Sara, Adams a trouvé son premier rôle de premier plan dans la comédie dramatique Arrête-moi si tu peux de Steven Spielberg[16],[32]. Elle a été choisie pour incarner Brenda Strong, une infirmière qui tombe amoureux de Frank Abagnale, Jr. (joué par Leonardo DiCaprio) . Le film a augmenté sa confiance[33]. Malgré le succès et les éloges du film pour sa « chaleureuse présence » selon Todd McCarthy dans sa critique pour Variety, celui-ci n’a pas pu lancer sa carrière. Elle est restée au chômage pendant un an après sa sortie, ce qui l’a presque fait abandonner sa carrière[22],[34]. Au lieu de cela, Adams s'est inscrite à des cours de théâtre, réalisant qu'elle avait « beaucoup à apprendre et beaucoup de croissance personnelle pour pouvoir travailler »[7],[22]. Ses perspectives de carrière se sont apparemment améliorées un an plus tard, lorsqu'elle a reçu une offre lucrative de vedette régulière dans la série télévisée de CBS, Dr. Vegas, mais elle a été écartée après quelques épisodes[7]. Au cinéma, elle a eu seulement un rôle mineur en tant que fiancée du personnage de Fred Savage dans The Last Run (2004)[35].

2005 à 2007 : percée avec Junebug et Il était une fois[modifier | modifier le code]

Désillusionnée par son licenciement de Dr. Vegas, Adams, âgée de 30 ans, envisage de chercher une autre carrière après avoir terminé le travail sur le seul projet pour lequel elle a été signée. C'est la comédie dramatique indépendante Junebug, dont le budget de production était inférieur à 1 million de dollars[7],[36]. Réalisé par Phil Morrison, le film a présenté Adams dans le rôle d'Ashley Johnsten, une femme enceinte guillerette et bavarde. Morrison était impressionné par la capacité d'Adams à ne pas remettre en question les motivations intrinsèques de son personnage[37]. Elle a trouvé une connexion avec la foi de Johnsten en Dieu et a passé du temps avec Morrison à Winston-Salem, en Caroline du Nord (où le film est tourné), à l'église[8]. Elle a décrit le film comme « l'été où je suis devenu moi-même » et, après s'être teinte les cheveux en roux pour le rôle, elle a décidé de ne pas revenir à sa couleur blonde naturelle[8]. Junebug a été présenté au Festival de Sundance en 2005, où Adams a remporté un prix spécial du jury[18]. Tim Robey du Daily Telegraph a qualifié le film de « petit miracle silencieux » et a écrit qu'Adams avait donné « l'une des performances les plus délicates et drôles que j'ai eu le plaisir de passer en revue »[38]. Ann Hornaday du Washington Post a estimé que son « portrait radieux » reflétait le « cœur profondément humaniste » du film[39]. Adams a reçu sa première nomination à l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle et a remporté un Independent Spirit Award[8],[40].

Adams sur le tournage du film Il était une fois en 2006.

Plus tard en 2005, Adams a joué dans deux films mal reçu par la critique: la comédie romantique L'Escorte, mettant en vedette Debra Messing et Dermot Mulroney, et le film sur le passage à l'âge adulte, Standing Still[41],[42]. Aussi cette année-là, elle a rejoint la distribution de la série télévisée The Office, pour un rôle récurrent sur trois épisodes[43]. Dans Ricky Bobby : roi du circuit, une comédie sportive d'Adam McKay, Adams a interprété l’intérêt romantique du personnage de Will Ferrell, que la critique Peter Travers a qualifié de « tout à fait comique » depuis son rôle dans Junebug[44]. Elle a également joué un rôle mineur dans la comédie sur le milieu de travail Son ex et moi avec Zach Braff et Amanda Peet[45].

Après avoir doublé un personnage dans Underdog : Chien volant non identifié (2007), comédie d’animation de Walt Disney Pictures, Adams tient le rôle de Giselle dans la comédie musicale romantique Il était une fois[12],[46]. Elle était parmi 250 actrices qui ont auditionné pour le personnage; le studio a préféré le casting d'une grande star, mais le réalisateur Kevin Lima a insisté pour engager Adams pour son engagement dans le rôle et sa capacité à ne pas porter de jugement sur la personnalité de son personnage[47]. Patrick Dempsey et James Marsden tiennent les rôles de ses intérêts romantiques. Une robe de bal qu'elle devait porter pour le film pesait vingt kilos et Adams tomba plusieurs fois sous son poids[48]. Elle a également chanté trois chansons pour la bande originale du film, True Love's Kiss, Happy Working Song et That's How You Know[49]. Le critique Roger Ebert] a félicité Adams pour sa « fraîcheur et son charme » dans un rôle qui « dépend absolument de son amabilité sans effort », et Wesley Morris du Boston Globe a écrit qu'elle « démontrait l'ingéniosité d'une véritable interprète pour son timbre comique et son éloquence physique »[50],[51]. Todd McCarthy a considéré le rôle comme étant la percée d'Adams et a comparé son ascension à la célébrité à celle de Julie Andrews[52]. Il était une fois rencontre un succès commercial, rapportant plus de 340 millions de dollars dans le monde entier[53]. Adams a reçu une nomination au Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie[54]. Après le succès d'Il était une fois, Adams tient le rôle de Bonnie Bach, assistante du membre du Congrès Charlie Wilson, dans le drame politique de Mike Nichols, La Guerre selon Charlie Wilson (2007), mettant en vedette Tom Hanks, Julia Roberts et Philip Seymour Hoffman[55]. Kirk Honeycutt, du Hollywood Reporter, a félicité Adams pour sa « douceur », mais Peter Bradshaw a été déçu de voir son talent gaspillé dans un rôle qu'il considérait comme d'une importance minime[56],[57].

2008 à 2012 : des rôles d'ingénues à l’expansion aux rôles dramatiques[modifier | modifier le code]

Amy Adams, lors de la 81e cérémonie des Oscars, le .

Lors du Festival du film de Sundance 2008 a vu la sortie de Sunshine Cleaning, une comédie dramatique sur deux sœurs (interprétées par Adams et Emily Blunt) qui lancent une entreprise de nettoyage de scènes de crimes. Adams était attiré par l'idée de jouer quelqu'un qui essaye constamment de s'améliorer[58],[59]. Mick LaSalle du San Francisco Chronicle a considéré Adams comme « magique », ajoutant qu'elle « nous donne un portrait du besoin déchaîné sous un vernis de méfiance superficielle »[60]. Dans la comédie Miss Pettigrew, Adams joue à Londres en tant qu'actrice américaine en herbe vivant à Londres et qui rencontre une gouvernante d'âge moyen (interprétée par Frances McDormand). Stephen Holden du New York Times a rapproché son rôle à celui d'Il était une fois et écrit que la « magie de l'écran » qu'elle affiche dans des rôles aussi attachants « n'a plus été aussi intense depuis l'époque de Jean Arthur »[61].

Adams a ensuite joué dans Doute, une adaptation de la pièce du même nom de John Patrick Shanley. La production raconte l'histoire de la directrice d'une école catholique (interprété par Meryl Streep) qui accuse un prêtre (interprété par Philip Seymour Hoffman) de pédophilie. Adams se présente comme une nonne innocente impliquée dans le conflit. Shanley a d'abord approché Natalie Portman pour le rôle, mais a offert le rôle à Adams après l'avoir trouvée innocente, mais intelligente, au même titre que celle d'Ingrid Bergman[62]. Adams a identifié la capacité de son personnage à trouver le meilleur chez les personnes, elle a décrit sa collaboration avec Streep et Hoffman comme une « master class » de l'interprétation[22],[62]. Amy Biancolli a écrit pour le Houston Chronicle qu'Adams « avait des étincelles de compassion éprouvée » et Ann Hornaday était d'avis qu'elle « exsudait l'innocence juste aux yeux écarquillés »[63],[64]. Pour sa prestation, Adams est nominée pour un Oscar, un Golden Globe et un BAFTA de la meilleure actrice dans un second rôle[65].

Comme pour Junebug et Il était une fois, les rôles d'Adams dans ses trois sorties en 2008 étaient celles de l'ingénue, des femmes innocentes à la personnalité enjouée.[17],[58]. Lorsqu'on lui a demandé si elle était cataloguée dans de tels rôles, Adams a répondu qu'elle répondait aux personnages joyeux et identifiés avec leur sens de l'espoir[66]. Elle croyait que malgré certaines similitudes dans leur disposition, ces personnages étaient très différents les uns des autres; elle a dit que « la naïveté n'est pas une stupidité et les innocents sont souvent très complexes »[9],[67].

Le film d'aventure fantastique de 2009 La nuit au musée 2 , avec Ben Stiller, met également en vedette Adams dans le rôle de l'aviateur Amelia Earhart. C'était le premier film à être filmé à l'intérieur du National Air and Space Museum de Washington[68]. Le réalisateur Shawn Levy a déclaré que le rôle a permis à Adams de la mettre en valeur dans sa carrière d'actrice. Adams pensait que c'était la première fois qu'elle était autorisée à jouer un personnage confiant à l'écran[68],[69]. En dépit des critiques mitigées, le travail de Adams a été loué[70]. La qualifiant de « présence étincelante à l'écran », Michael Phillips du Chicago Tribune pensait que le film « s'améliorait radicalement à chaque sortie d'Amy Adams »[71]. Cette même année, Adams a joué dans la comédie dramatique Julie et Julia dans le rôle de la secrétaire du gouvernement mécontente Julie Powell, qui décide de créer un blog au sujet des recettes du livre de recettes de Julia Child (incarnée par Meryl Streep)[72]. Adams s'est inscrit à l'Institute of Culinary Education pour se préparer pour le rôle[73]. Carrie RicKey du Philadelphia Inquirer, pensait que le film était « aussi délicieux que la cuisine française » et a découvert qu'Adams était « la plus séduisante ». La Nuit au musée 2 et Julie et Julia ont tous deux connu un succès commercial, le premier engrangeant plus de 400 millions de dollars[74].

Adams a entamé la nouvelle décennie avec un rôle de premier plan aux côtés de Matthew Goode dans la comédie romantique Donne-moi ta main (2010), qui, selon le critique Richard Roeper a été sauvé d'un « statut vraiment abominable » par la présence d'Adams[75]. Son prochain long-métrage de l'année - le drame de boxe Fighter - a été beaucoup mieux accueillie. Réalisé par David O. Russell, le film raconte l'histoire des demi-frères boxeurs Micky Ward et Dicky Eklund (interprétés respectivement par Mark Wahlberg et Christian Bale), tandis que leur mère est jouée par Melissa Leo. Adams dépeint la petite amie agressive de Ward, une serveuse nommée Charlene Fleming. Décrivant le rôle d'Adams comme une « salope dure et sexy », Russell l'a projetée à contre-sens pour la débarrasser de son image de girl next door[67],[76]. Le rôle marque un départ significatif pour elle et elle a été mise au défi par l'insistance de Russell pour retrouver la force de son personnage en silence[77]. Elle s'est inscrite à un cours de danse exotique dispensé par la formatrice Sheila Kelley pour trouver l'érotisme de son personnage[76]. Joe Morgenstern du Wall Street Journal a écrit qu'elle était « aussi dure, tendre, intelligente et drôle qu'elle était éthérée et ravissante dans Il était une fois. Quelle actrice et quelle portée! »[78]. Elle a reçu les nominations à l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle, aux Golden Globes et aux BAFTA; elle a perdu les deux contre Leo[79]. Elle a exprimé le désir de jouer des rôles plus dramatiques à l’avenir[80].

La comédie musicale de Disney Les Muppets, le retour (2011) met en vedette les marionnettes éponymes mais aussi Adams et Jason Segel dans des rôles dans les prises de vue réelles[81]. Lisa Schwarzbaum de Entertainment Weekly a fait remarquer que ce rôle la marquait dans son retour à son personnage de « de la chérie du comédien »[82]. Elle a également enregistré sept chansons pour la bande originale du film[83]. L'année suivante, Adams a joué dans la reprise de la comédie musicale Into the Woods de Stephen Sondheim, dans le cadre du festival Shakespeare in the Park, dans le théâtre en plein air Delacorte Theater. C'était ses débuts sur scène à New York et sa première apparition au théâtre en treize ans[84]. Elle a accepté que la production d'un mois «relève un défi qui semblait insurmontable», même si elle était submergée et intimidée par cela[84],[85]. Elle s'est préparée avec un coach de chant privé, mais son emploi du temps lui a permis de ne passer que quatre semaines en répétition[84]. Ben Brantley, critique de théâtre au New York Times, a fait l’éloge du « spectacle chanté et parlé avec lucidité » d’Adams mais lui a reproché de manquer de « la nervosité insatisfaite » de son rôle[86].

Adams a joué un autre rôle de « femme féroce » dans le drame psychologique de Paul Thomas Anderson, The Master (2012)[87]. Elle joue Peggy Dodd, l'épouse impitoyable et manipulatrice du chef d'un culte (joué par Philip Seymour Hoffman). Ce fut sa troisième et dernière collaboration avec Hoffman, qu'elle admirait profondément, avant sa mort deux ans plus tard[88]. Selon les journalistes, l’organisation décrite dans le film était basée sur la Scientologie; Adams considérait que la comparaison était trompeuse, mais était heureux de l'attention qu'elle portait au film[87],[89]. Bien que n'étant pas une actrice de méthode, Adams pensait que le rôle intense l'avait laissée sur le bord dans sa vie personnelle[90]. Comparant son personnage à Lady Macbeth, le critique Justin Chang a écrit que « le côté affectueux d'Adams semblait rarement aussi malfaisant », et Donald Clarke de l'Irish Times l'a félicitée pour avoir joué le rôle avec une « menace discrète »[91],[92]. John Patterson de The Guardian a noté qu'une scène dans laquelle elle réprimandait le personnage de Hoffman tout en le masturbant furieusement constituait l'une des séquences les plus significatives du film[67]. Encore une fois, Adams a reçu des nominations aux Oscars, Golden Globe et BAFTA pour sa prestation[93].

Le drame sportif Une nouvelle chance, dans lequel elle incarne la fille d’un recruteur de baseball (Clint Eastwood), était le deuxième film d’Adams sorti en 2012. Elle admirait la personnalité « chaleureuse et généreuse » d’Eastwood et se félicitait de sa collaboration[67]. Elle s'est préparée au rôle en apprenant à attraper, lancer et frapper de la part d'un entraîneur de baseball[67]. Le film a reçu des critiques mitigées et Roger Ebert a pris note de la façon dont Adams avait fait en sorte qu'un rôle standard paraisse précieux[94],[95]. Elle a également joué le rôle d’une toxicomane dans Sur la route, un drame basé sur le roman du même nom de Jack Kerouac[96].

2013-2017 : une actrice établie[modifier | modifier le code]

Adams en octobre 2013 lors de la première du film Her, à New York.

Après avoir perdu le rôle de Lois Lane dans deux films précédents sur le personnage de Superman, Adams a obtenu le rôle dans Man of Steel, reboot de Zack Snyder en 2013, mettant en vedette Henry Cavill dans le rôle de super-héros[97]. Elle a joué Lane avec un mélange de dureté et de vulnérabilité, mais Peter Bradshaw a pensé que le personnage était « sommairement conçu » et a critiqué son manque d'alchimie avec Cavill[97],[98]. Le film a rapporté plus de 660 millions de dollars pour devenir l’un de ses plus grands succès au box-office[99]. Adams a ensuite figuré dans Her, un drame du scénariste-réalisateur Spike Jonze à propos d'un homme solitaire (Joaquin Phoenix) qui tombe amoureux d'un système d'exploitation (doublée par Scarlett Johansson). Adams joue son amie proche. Elle avait auditionné sans succès pour le film de Jonze Max et les Maximonstres et avait été embauchée pour elle après que Jonze eut regardé ces cassettes[100]. Adams a été attirée par l’idée de dépeindre une amitié platonique entre hommes et femmes, qu’elle croyait rare au cinéma[100].

Adams connaît un autre succès lorsqu'elle revient tourner avec David O. Russell dans le film policier American Bluff, aux côtés de Christian Bale, Bradley Cooper et Jennifer Lawrence. Inspiré par le scandale Abscam des années 1970, le film présentait Adams comme une séduisante arnaqueuse, bien qu'elle l'ait joué de manière que « tout se justifie et qu'elle n'ait pas l'impression d'être une sociopathe sexy »[100],[101]. Elle a collaboré étroitement avec Bale pour créer leurs personnages et a proposé des suggestions hors écran à Russell, notamment pour une scène dans laquelle elle est agressivement embrassée sur les lèvres par la femme de son amant (joué par Lawrence)[100],[101]. Le travail sur ce film était exténuant pour Adams, qui confirma plus tard que Russell avait été dure avec elle et l'avait fait pleurer fréquemment; elle a dit qu'elle craignait de rapporter à sa fille une expérience aussi négative[11]. American Bluff a été acclamé par les critiques[102], Manohla Dargis du New York Times a estimé qu'Adams « va plus loin que ce qui lui a été permis » et a écrit qu'elle avait réussi à « transformer un personnage imprévisible en un personnage extrêmement sauvage »[103]. Elle a remporté le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie et a reçu sa cinquième nomination aux Oscars (sa première dans la catégorie meilleure actrice)[104],[105] . Her et American Bluff ont été considérées par les critiques comme faisant partie des meilleurs films de 2013 et ont toutes deux été nominées pour l'Oscar du meilleur film[104],[106].

Après une apparition dans le drame mal reçu par la critique Lullaby[107], Adams a joué dans Big Eyes (2014), une biographie de l'artiste troublée Margaret Keane, dont les peintures de « grands yeux » ont été plagiées par son mari, Walter Keane[108]. Quand on lui a offert le rôle pour la première fois, elle l'a refusée pour éviter de jouer une autre femme naïve[108],[109]. La naissance de sa fille en 2010 a incité Adams à trouver sa force dans le personnage passif et elle a tiré profit d'expériences de sa vie où elle ne s'était pas défendue[109]. Durant la préparation, elle a pratiqué la peinture et étudié le fonctionnement de Keane[109]. Keane a apprécié la représentation d'Adams d'elle[110] et Mark Kermode de The Guardian a qualifié sa performance de « puissant mélange de feu intuitif et de vulnérabilité sensible »[111]. Elle remporté un deuxième Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie consécutif et a été nommée au BAFTA pour la meilleure actrice[112],[113].

L'actrice au festival de Toronto en 2016 pour Nocturnal Animals et Premier contact.

Après une année d'absence sur grand écran, Adams est à l'affiche de trois films en 2016. Elle reprend pour la première fois le rôle de Lois Lane dans Batman v Superman : L'Aube de la justice, qui marque le deuxième volet de DC Extended Universe après Man of Steel. Malgré un accueil critique négatif, le film a gagné plus de 870 millions de dollars et est considéré comme le film ayant fait le plus de recettes dans sa carrière[114],[115]. Dans ses deux prochains films, le film de science-fiction Premier contact et le thriller psychologique Nocturnal Animals, Adams interprète des femmes « gardées émotionnellement, farouchement intelligentes » qui lui permet d'obtenir des critiques positives[116],[117]. D’après le roman d’Austin Wright , Tony & Susan , Nocturnal Animals, réalisé par Tom Ford raconte l’histoire d’une marchande d’arts mal marié, Susan (joué par Adams), traumatisé par la lecture d’un roman violent écrit par son ex-mari (joué par Jake Gyllenhaal). Adams a trouvé peu de ressemblance entre elle et son personnage « en équilibre » et « distante », et a modelé la personnalité de Susan sur celle de Ford[118]. Stephanie Zacharek, de Time, a estimé que le film était visuellement saisissant, mais thématiquement faible, toutefois a félicité Adams et Gyllenhaal d'avoir rendu la douleur de leur personnage réelle[119].

Premier Contact, réalisé par Denis Villeneuve et basé sur la nouvelle de Ted Chiang, Story of Your Life, figure parmi les films les plus acclamés de la carrière d'Adams[120]. Le long-métrage parle de Louise Banks, une linguiste (interprétée par Adams), qui éprouve des visions étranges lorsqu'elle est embauchée par le gouvernement américain pour interpréter le langage des extraterrestres. Elle a été attirée par l'idée de jouer un rôle féminin intellectuel et liée au thème du film : l'unité et la compassion[121]. Elle a regardé des documentaires sur la linguistique pour se préparer pour le personnage[122]. Christoper Orr a écrit pour The Atlantic que la performance d'Adams était «fascinante, tour à tour édifiante et douloureuse», et Kenneth Turan du Los Angeles Times a estimé que le film était une « vitrine pour sa capacité à fusionner de manière silencieuse et efficace intelligence, empathie et réserve »[123],[124]. Premier Contact a été un succès commercial, rapportant plus de 200 millions de dollars contre un budget de 47 millions de dollars[125]. Adams a reçu sa sixième nomination aux BAFTA et sa septième nomination aux Golden Globes, toutes deux dans la catégorie Meilleure actrice[126],[127]. Plusieurs journalistes ont exprimé leur déception devant le fait qu’elle n’ait pas été nominée aux Oscars[117],[128]. Adams a joué le rôle de Lois Lane pour la troisième fois dans Justice League (2017), un film sur l'équipe de super-héros. Le critique Tim Grierson de Screen International a commenté que, malgré la « résonance émotionnelle » du film, les talents d'Adams étaient gaspillés dans un rôle de soutien ingrat[129].

Depuis 2018 : Sharp Objects et autres projets[modifier | modifier le code]

Adams à la 72e cérémonie des BAFTA, pour laquelle elle est nommée pour son rôle dans Vice.

Adams est revenu à la télévision en 2018 avec Sharp Objects, une mini-série diffusée sur HBO basée sur le roman à suspense du même nom de Gillian Flynn. Elle y est productrice déléguée pour la série et a joué le rôle principal de Camille Preaker, une journaliste autodestructrice qui retourne dans sa ville natale pour couvrir l'enquête sur le meurtre de deux jeunes filles[130],[131]. Pour le rôle, Adams a pris du poids et a dû subir trois heures de maquillage prothétique pour créer le corps marqué de son personnage[132],[133]. Le rôle dysfonctionnel s'est avéré difficile pour l'actrice, qui a eu du mal à prendre ses distances et souffrait d'insomnie. Elle a lu A Bright Red Scream pour se renseigner sur l'automutilation et a effectué des recherches sur l'état psychologique du syndrome de Munchausen par procuration[134]. La série et la performance d'Adams ont reçu des critiques positives[135]. James Poniewozik a fait l'éloge de la caractérisation complexe de Preaker et a appelé la performance d'Adams «transfixante»[136]. Daniel D'Addario de Variety l'a trouvée « opérant au sommet de ses capacités » et a ajouté qu'avec « sa voix retombait d'une octave, au ralenti et accentuée par la méfiance, [elle] était simplement superbe »[137].

Elle fait équipe Christian Bale pour la troisième fois dans la satire politique d'Adam McKay, Vice (2018), dans laquelle ils incarnent respectivement l'ancien vice-président des États-Unis, Dick Cheney, et son épouse Lynne. Elle lut les livres de Lynne afin de se préparer. En dépit de son désaccord avec ses opinions politiques, Adams a abordé le rôle avec empathie et a trouvé un lien avec le courage de son personnage[138],[139]. Richard Lawson de Vanity Fair a établi des comparaisons avec le rôle d’Adams dans The Master, il a loué « sa rigueur habituelle » mais a critiqué le « timbre paresseux de l'idée d'un homme d'une femme à côté du pouvoir »[140]. Eric Kohn de IndieWire était plus reconnaissant d'elle pour « l'incarnation d'une Lady Macbeth souscrite avec une énergie féroce »[141]. Adams a été nominée aux Golden Globes pour ses performances dans Sharp Objects et Vice et pour ce dernier, elle a reçu sa sixième nomination aux Oscars[142],[143].

En 2019, Adams incarnera une femme agoraphobe qui assiste à un meurtre dans The Woman in the Window de Joe Wright, basé sur le roman policier du même nom[144]. Elle reprendra ensuite le rôle de Giselle dans Disenchanted, suite d’Il était une fois[145] .

Vie privée[modifier | modifier le code]

Adams a rencontré l'acteur et peintre Darren Le Gallo lors d'un cours de théâtre en 2001, et ils ont commencé à se fréquenter un an plus tard tout en collaborant à un court métrage intitulé Pennies[7] ,[146]. Ils se sont fiancés en 2008 et elle a donné naissance à leur fille, Aviana, deux ans plus tard[147]. Sept ans après leurs fiançailles, le couple s'est marié lors d'une cérémonie privée dans un ranch près de Santa Barbara, en Californie[148],[149]. Adams a déclaré en 2016 qu'elle appréciait les nombreux sacrifices que Le Gallo avait faits en tant que principal dispensateur de soins pour leur famille[13]. Ils vivent à Beverly Hills, en Californie[150]. Adams a décrit sa vie de famille comme « assez discrète » et a déclaré que sa routine impliquait d'aller au travail, d'emmener sa fille au parc et d'avoir des soirées avec lui chaque semaine[9].

Hyperactive, elle est sous traitement à la Ritaline depuis l'enfance[151].

Adams trouve peu de valeur dans la célébrité et affirme que « plus les gens en savent sur moi, moins ils me croiront, moi et mes personnages »[149]. Elle attire peu l'attention des commérages ou des tabloïds et s'efforce de maintenir un bon équilibre travail-vie personnelle[9],[152]. Adams fait un effort pour rester insensible à sa renommée, croyant que cela entraverait sa capacité à jouer des rôles avec honnêteté. Elle a parlé de son insécurité et de son manque de confiance en soi dès son plus jeune âge et de la façon dont la maternité l'avait rendue plus calme[9],[13]. Elle se met souvent à chanter lorsqu'elle est stressée au travail[11]. Adams s'est associée à d'autres acteurs pour réclamer un salaire égal pour les femmes dans l'industrie cinématographique, mais elle constate que les actrices sont trop souvent invitées à expliquer l'écart de rémunération entre les hommes et les femmes et estime que les questions devraient plutôt être adressées aux producteurs[11],[153].

Après avoir connu des difficultés au cours de ses premières années dans l'industrie du cinéma, Adams travaille en étroite collaboration avec des étudiants défavorisés de la Ghetto Film School de New York[154]. Variety l'a honorée pour son travail avec eux en 2010[155]. Elle soutient The Trevor Project, une organisation à but non lucratif qui aide les adolescents LGBT en difficulté, et a joué le rôle de présentatrice pour l'édition 2011 de "Trevor Live"[156]. En 2013, elle a lancé le livre The Beauty Book for Brain Cancer pour aider à collecter des fonds pour les organisations caritatives de lutte contre le cancer du cerveau, Snog and Headrush[157]. L'année suivante, elle a participé à un événement de charité au centre médical de l'UCLA, à Santa Monica, afin de collecter des fonds pour les enfants victimes d'abus sexuels[158].

Image médiatique et style de jeu[modifier | modifier le code]

Dans The Guardian, Hadley Freeman a décrit la personnalité d'Adams comme « extrêmement engageante, sérieuse mais avec un soupçon de franc-parler une fois qu'elle est partie »[13]. Carl Swanson du New York Magazine l'a qualifiée de « soupçon d'antinarcissisme pour une star hollywoodienne, gracieuse, travailleuse et décente au point de ne presque pas être une célébrité »[159]. Alex Bilmes, d’Esquire, a écrit que sa capacité à être à la fois « une star de cinéma glamour et une personne normale et agréable est la clé de son succès »[9].

Adams travaille en étroite collaboration avec son entraîneur par intérim, Warner Loughlin, et le félicite de l’avoir aidée à organiser et structurer ses pensées[160]. Elle utilise une méthode d'acteur que Loughlin enseigne, dans laquelle elle tente de comprendre la psychologie de son personnage en créant l'histoire de son personnage à partir de trois ans[161]. Adams préfère travailler avec des réalisateurs confiants qui lui donnent l’espace de penser par elle-même[162]. Elle reste dans le personnage tout en tournant et a du mal à se détacher des rôles et des accents[162],[163]. Elle n'est pas influencée par la taille d'un rôle et est attirée par les deux catégories, principale et secondaire[163]. Elle s'est décrite comme une interprète obsessionnelle[162].

Jake Coyle, du Washington Times, considère Adams comme une actrice qui ne se transforme pas pour ses rôles, mais qui habite « un personnage chaleureux et intelligent tout en restant, à des degrés divers, elle-même »[164]. Meryl Streep, sa co-vedette dans Doute et Julie et Julia, a déclaré qu'Adams arrive très bien préparée sur le plateau et possède « une intelligence gigantesque » dans le développement de l'arc de son personnage[7]. Paul Thomas Anderson, le réalisateur de The Master, a loué son dévouement et son investissement dans ses projets[162]. Les journalistes ont commenté son personnage « de petite amie américaine » dans ses rôles dans les années 2000 tout en prenant note de sa polyvalence accrue dans les années 2010[11],[14],[100],[165]. En 2016, le romancier Stephen Marche a nommé Adams la plus grande actrice de sa génération.[166]. Le journaliste et critique Anthony Lane du New Yorker a décrit sa carrière cinématographique dans son article de 2016 sur Premier Contact, écrit : « La bienveillance qui la portait à travers un film comme Il était une fois (2007) a été traversée au cours des dernières années par la ferme résolution de The Master (2012) et le cliché de American Bluff (2013), et maintenant, dans Premier Contact, son don pour le chagrin, sa force et sa douceur instinctive sont réunis »[167].

Forbes a déclaré qu'Adams figurait parmi les actrices les mieux payées au monde, avec un bénéfice de plus de 13 millions de dollars en 2014 et 2016 et de plus de 11 millions de dollars en 2017[168],[169],[170]. Le magazine l'a présentée dans sa liste annuel du Celebrity 100 en 2014, et l'a également classée parmi les actrices les plus puissantes du secteur[171],[172]. Aussi cette année-là, elle a été nommée l'une des 100 personnes les plus influentes au monde par le magazine Time[173]. Adams a reçu une étoile sur le Walk of Fame à Hollywood en 2017[174]. En 2017, ses films avaient rapporté plus de 4,7 milliards de dollars dans le monde[175]. Robert Ito du New York Times estime que la propension d'Adams à mener des projets risqués l'empêche de faire un plus gros succès au box-office[100].

Stuart McGurk de GQ considère que ses cheveux auburn et son style de conversation doux et sérieux font partie de ses marques de fabrique[11]. Elle a été nommée l'une des plus belles personnes d'Amérique par Elle en 2011 et plusieurs publications ont présenté ses apparitions sur le tapis rouge dans leurs listes de célébrités bien habillées[176],[177]. Adams a annoncé le parfum Eau de Lacoste de Lacoste en 2012, et deux ans plus tard, elle a approuvé les accessoires et les sacs à main de Max Mara[178]. En 2015, elle a collaboré avec Max Mara pour concevoir et promouvoir une ligne de sacs à main[179].

Résultats au box-office[modifier | modifier le code]

Amy Adams, lors de la première du film Man of Steel en juin 2013.

Les films dans lesquels Amy Adams tient un rôle notable, premier ou second rôle, ont rapporté à ce jour un total de 5 milliards de dollars au box-office mondial, dont 2,4 milliards rien qu'aux États-Unis, la classant à la 87e place des acteurs/actrices et à la 17e place des actrices ayant rapportés le plus d'argent au box-office américain[114],[175],[180]. Huit de ses films ont atteint le cap des 100 millions de dollars de recettes sur le territoire américain et douze d'entre eux l'ont atteint au box-office mondial [175]. Son plus grand succès commercial dans le monde est Batman v Superman : L'Aube de la justice, sorti en 2016, avec 873,3 millions de recettes (dont 330,4 millions sur le territoire américain), devant Man of Steel, sorti en 2013, qui a totalisé 668 millions de dollars de recettes mondiales (dont 291 millions sur le territoire américain)[175] et récemment Justice League (657,9 millions de dollars de recettes mondiales, dont 229,4 millions sur le territoire américain)[175].

Parmi ses autres succès notables, on peut citer La Nuit au musée 2 (413,1 millions de dollars de recettes mondiales, dont 177,2 millions sur le sol américain), Arrête-moi si tu peux (352,1 millions de dollars au box-office mondial, dont 164,6 millions aux États-Unis), Il était une fois, son premier véritable rôle en tant que tête d'affiche (340,5 millions de dollars de recettes mondiales, dont 127,8 millions aux États-Unis), Fighter (129,2 millions de dollars de recettes mondiales, dont 93,6 millions aux États-Unis) et plus récemment American Bluff (251,2 millions de dollars de recettes mondiales, dont 150,1 millions aux États-Unis) et Premier Contact (203,3 millions de dollars de recettes mondiales, dont 100,5 millions aux États-Unis)[175].

En France, les films dans lesquels elle tient un rôle notable totalisent 19,7 millions d'entrées, que ce soit pour un premier ou un second rôle[181]. Quatre d'entre eux ont atteint ou dépassé le cap du million d'entrées [181]. Son meilleur score sur le territoire français reste à ce jour Arrête-moi si tu peux, qui totalisa 3,6 millions d'entrées lors de sa sortie en 2003[181]. Man of Steel et Batman v Superman, ses deux plus grands succès au niveau mondial, ont totalisés respectivement 2,3 millions d'entrées en 2013 et 2,5 millions d'entrées en 2016, se positionnant en troisième et quatrième position des meilleures entrées en France de la comédienne derrière Il était une fois et ses 2,8 millions d'entrées en 2007[181].

On peut également citer La Nuit au musée 2 (1,6 million d'entrées), Justice League (1,7 million d'entrées)[181]. et dans, une moindre mesure, La Guerre selon Charlie Wilson (près de 563 000 entrées), American Bluff (644 298 entrées) et Premier Contact (866 769 entrées)

Contrairement à son succès américain, Fighter n'est parvenu qu'à fédérer 287 000 entrées[181].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Prochainement

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Autres activités[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Années Albums Chansons interprétées Label
2007 Enchanted
(Bande originale du film Il était une fois)
Walt Disney Records
2008 Miss Pettigrew Lives for a Day (Original Motion Picture Soundtrack)
(Bande originale du film Miss Pettigrew)
Varèse Sarabande
2011 The Muppets: Original Soundtrack
(Bande originale du film Les Muppets, le retour)
  • Life's a Happy Song (duo avec Jason Segel)
  • Me Party
  • Life's a Happy Song (Finale)
Walt Disney Records

Spectacles[modifier | modifier le code]

Sources : amyadamsfan.com[185] et IMDB[186]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des distinctions d'Amy Adams.
Amy Adams lors de la première de Nocturnal Animals au Festival de Toronto en septembre 2016.

Les prestations d'Amy Adams au cinéma sont régulièrement distingués par des nominations à plusieurs prix. Au cours de sa carrière, surtout à partir de Junebug en 2005, l'actrice a obtenu, selon le site IMDb, 66 récompenses et 198 nominations[187]. Sa prestation dans Junebug lui a valu de décrocher plus d'une dizaine de prix, dont celui du Prix Spécial du Jury au Festival de Sundance et d'être nommé une première fois à l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

Elle sera nommée à trois autres reprises à l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle avec Doute, Fighter et The Master et une fois à l'Oscar de la meilleure actrice pour American Bluff, mais n'a jamais été récompensée. Elle est également nommée aux Golden Globes à six reprises, quatre dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle pour Doute, Fighter et The Master et trois dans la catégorie meilleure actrice dans une comédie ou un film musical pour Il était une fois, American Bluff et Big Eyes. Grâce à American Bluff et Big Eyes, elle remporte à deux reprises et sur deux années consécutives le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie (2014 et 2015)[188]. En 2016, elle est nommée au Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique pour sa prestation dans Premier Contact[189].

Parmi les autres prix, elle est nommée à six reprises au BAFTA Awards, sept fois au MTV Movie Awards, sept fois aux Screen Actors Guild Awards, dont une récompense et sept fois aux Teen Choice Awards[190].

Voix francophones[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Caroline Victoria et Viviane Pacal.

Dans les versions françaises, Caroline Victoria est la voix régulière d'Amy Adams notamment pour Fighter, Man of Steel, American Bluff, Batman v Superman : L'Aube de la justice et Justice League[191],[192]. Valérie Siclay l'a également doublée notamment pour Il était une fois, Doute, Julie et Julia et Premier Contact[192]. Chloé Berthier l'a doublée à trois reprises sur Arrête-moi si tu peux, Miss Pettigrew et Vice[191]. À noter que Rachel Pignot double l'actrice en français pour les chansons issues du film Il était une fois.

Au Québec, Viviane Pacal double l'actrice notamment sur L'Homme d'acier et Arnaque américaine[193]. Aline Pinsonneault l'a également doublée notamment sur Le Coup de Grâce. Camille Cyr-Desmarais et Éveline Gélinas l'ont doublée respectivement sur deux films[193].

Versions françaises
Versions québécoises

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Film sorti directement en vidéo en 2009.
  2. Le film est également connu sous le titre The Ex.
  3. Il s'agit d'un montage d'une vingtaine de minutes des scènes coupées de The Master publié sur le DVD du film.
  4. Elle a quitté à mi-chemin le spectacle pour poursuivre sa carrière d'actrice à Hollywood.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie d'Amy Adams », sur imdb.com (consulté le 25 juin 2014)
  2. (en) « Amy Adams », sur nndb.com (consulté le 17 mars 2016)
  3. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  4. a et b (en) « Amy Adams Biography: Actress (1974) », Biography.com (A&E Networks) (consulté le 23 décembre 2014) : « Actress Amy Lou Adams was born August 20, 1974, in Vicenza, Italy. »
  5. (en) Steven Zeitchik, « Golden Globes 2014: Amy Adams wins best actress in a comedy or musical », sur Los Angeles Times, (consulté le 23 décembre 2014)
  6. (en) Brian Truitt, « 'Boyhood' wins top honors at Golden Globes », sur USA Today, (consulté le 12 janvier 2015)
  7. a b c d e f g h i j k l m n o et p Michael Shnayerson, « Some Enchanted Amy », Vanity Fair,‎ (lire en ligne[archive du ])
  8. a b c d e f g h i et j Naomi West, « Amy Adams: Happily ever after », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ])
  9. a b c d e f g h i j k et l Alex Bilmes, « Amy Adams Interview: Esquire Meets The Star Of 'American Hustle' », Esquire,‎ (lire en ligne[archive du ])
  10. Barry Koltnow, « 'Enchanted' with Amy Adams. », The Orange County Register,‎ (lire en ligne[archive du ])
  11. a b c d e f g et h Stuart McGurk, « Amy Adams: David O Russell made me cry every day on American Hustle », GQ,‎ (lire en ligne[archive du ])
  12. a b c d et e Margy Rochlyn, « A Disney Princess, Not Winking but Floating », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  13. a b c et d Hadley Freeman, « Amy Adams: 'I thought, if I can't figure this out, I can't work any more' », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ])
  14. a et b Sophie Heawood, « Amy Adams: punching above her weight », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ])
  15. Stephen Galloway et Guider, Elizabeth, « Oscar Roundtable: The Actresses », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne[archive du ]) (inscription nécessaire)
  16. a et b Steve Head, « An Interview with Amy Adams » [archive du ], IGN Entertainment, (consulté le 26 janvier 2008)
  17. a b c d et e Josh Freedom du Lac, « 'The Real Thing': Amy Adams Enchants, Impresses in Nun's Role », The Washington Post,‎ (lire en ligne[archive du ])
  18. a b c et d John Moore, « "Junebug" role takes flight », The Denver Post,‎ (lire en ligne[archive du ])
  19. Tom Rowan, A Chorus Line FAQ: All That's Left to Know About Broadway's Singular Sensation, Applause Theatre & Cinema Books, (ISBN 978-1-4950-4602-5, lire en ligne), p. 392
  20. a b et c Brad Goldfarb, « Amy Adams profile », Brant Publications, Inc., vol. 38, no 1,‎ , p. 100–107, 150 (ISSN 0149-8932)
  21. a b c d et e Covert Colin, « 'Minnesota is my adopted home,' says Hollywood star Amy Adams », Star Tribune,‎ (lire en ligne[archive du ])
  22. a b c et d Rachael Combe, « Chasing Amy » [archive du ], Elle, (consulté le 9 décembre 2016)
  23. a b et c Brandon Voss, « Big Gay Following: Amy Adams », The Advocate,‎ (lire en ligne[archive du ])
  24. a et b Maloney Darby, « Telluride: How Amy Adams went from dinner theater to Hollywood star » [archive du ], KPCC, (consulté le 19 septembre 2017)
  25. Joe Flint, « On The Air », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne[archive du ])
  26. « Cruel Intentions 2 (2000) » [archive du ], Rotten Tomatoes (consulté le 22 septembre 2017)
  27. Rabin Nathan, « Cruel Intentions 2 » [archive du ], The A.V. Club, (consulté le 22 septembre 2017)
  28. Stephen Holden, The New York Times Film Reviews 1999–2000, Taylor & Francis, (ISBN 978-0-415-93696-5, lire en ligne), p. 359
  29. « Gold Derby by Tom O'Neil: Transcript of our chat with critics' award winner Amy Adams » [archive du ], Los Angeles Times, (consulté le 30 décembre 2008)
  30. « That '70s Show Season 2 Episode 15 », TV Guide (consulté le 24 mars 2015)
  31. « Series 2 – 16 » [archive du ], Radio Times (consulté le 24 mars 2015)
    « Buffy the Vampire Slayer Season 5 Episode 6 » [archive du ], TV Guide (consulté le 24 mars 2015)
    « Smallville, Season 1 » [archive du ], iTunes (Apple Inc.) (consulté le 24 mars 2015)
    Kase Wickman, « 21 People You Didn't Know Were On 'The West Wing' » [archive du ], MTV, (consulté le 24 mars 2015)
  32. « Amy Adams talks about her struggling beginnings », Backstage,‎
  33. Larry Getlen, « Q&A: Amy Adams », New York Post,‎ (lire en ligne[archive du ])
  34. Todd McCarthy, « Review: 'Catch Me If You Can' », Variety,‎ (lire en ligne[archive du ])
  35. « The Last Run (2004) », Rotten Tomatoes (consulté le 24 mars 2015)
  36. Donna Freydkin, « Rising star Amy Adams's career seems enchanted », USA Today,‎ (lire en ligne[archive du ])
  37. Janice Page, « For actress Amy Adams, role was a turning point », Boston Globe,‎ (lire en ligne[archive du ])
  38. Robey Tim, « A small, quiet miracle », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ])
  39. Hornaday Ann, « 'Junebug': Welcome to the Rural World », The Washington Post,‎ (lire en ligne[archive du ])
  40. « Independent Spirit Awards » [archive du ], Independent Spirit Awards (consulté le 24 mars 2016)
  41. « The Wedding Date (2005) » [archive du ], Rotten Tomatoes (consulté le 19 septembre 2017)
  42. « Standing Still (2005) » [archive du ], Rotten Tomatoes (consulté le 19 septembre 2017)
  43. « 5 Things You Don't Know About Amy Adams », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne[archive du ])
  44. Peter Travers, « Talladega Nights: The Ballad of Ricky Bobby », Rolling Stone,‎ (lire en ligne[archive du ])
  45. Stephen Holden, « Chasing an Old Flame, Taking No Prisoners », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  46. Larry Carroll, « Sam Jackson Reunites With Willis, 'Underdog' Gets Real: Sundance File » [archive du ], MTV, (consulté le 24 mars 2015)
  47. Jennifer Wood, « Amy Adams Enchants Kevin Lima » [archive du ], MovieMaker, (consulté le 12 mai 2015)
  48. Susan Wloszczyna, « Enchanted princess steps out of cartoon, into Manhattan », USA Today,‎ (lire en ligne[archive du ])
  49. « Enchanted (Soundtrack from the Motion Picture) » [archive du ], iTunes (Apple Inc.) (consulté le 19 septembre 2017)
  50. Roger Ebert, « Enchanted », Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  51. Wesley Morris, « Enchanted: A movie princess is born », Boston Globe,‎ (lire en ligne[archive du ])
  52. McCarthy Todd, « Review: 'Enchanted' », Variety,‎ (lire en ligne[archive du ])
  53. « Enchanted » [archive du ], Box Office Mojo, (consulté le 20 décembre 2008)
  54. Mike Bruno, « Golden Globes nominees are ... », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne[archive du ])
  55. J.W. Whitehead, Mike Nichols and the Cinema of Transformation, McFarland & Company, , 288–289 p. (ISBN 978-1-4766-1642-1, lire en ligne[archive du ])
  56. Kirk Honeycutt, « Charlie Wilson's War », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne[archive du ])
  57. Peter Bradshaw, « Charlie Wilson's War », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ])
  58. a et b Sue Zeidler, Reuters, « Just a Minute With: Amy Adams for "Sunshine Cleaning" » [archive du ], (consulté le 19 septembre 2017)
  59. Bob Tourtellotte, Reuters, « Docs are hot at Sundance » [archive du ], (consulté le 31 décembre 2008)
  60. Mick LaSalle, « Movie review: Amy Adams in 'Sunshine Cleaning' », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne[archive du ])
  61. Stephen Holden, « Can a Screwball Fable Have an Eye for Detail and a Heart for Fun? Discuss », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  62. a et b Donna Freydkin, « A 'Bergman thing' going on with Doubt star Amy Adams », USA Today,‎ (lire en ligne[archive du ])
  63. Biancolli Amy, « Doubt », Houston Chronicle,‎ (lire en ligne[archive du ])
  64. Hornaday Ann, « Movie Review: Meryl Streep and Philip Seymour Hoffman in 'Doubt' », The Washington Post,‎ (lire en ligne[archive du ])
  65. Chad Schlegel, « Oscars 2009: All the nominees », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne[archive du ])
    « Baftas 2009: full list of nominations », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ])
    « Complete List of Nominations for 2009 Golden Globes » [archive du ], E!, (consulté le 25 juillet 2015)
  66. Stephen Whitty, « For Amy Adams, being nice is the best revenge », The Star-Ledger,‎ (lire en ligne[archive du ])
  67. a b c d et e John Patterson, « Amy Adams: 'David O Russell said to me: 'You are so not the princess type' », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ])
  68. a et b Beth Py-Lieberman, « Q and A: Amy Adams », Smithsonian,‎ (lire en ligne)
  69. Chris Kaltenbach, « Amy Adams can play saintly, sweet and saucy », The Baltimore Sun,‎ (lire en ligne[archive du ])
  70. « Night at the Museum 2: Battle of the Smithsonian » [archive du ], Metacritic (consulté le 12 juin 2009)
  71. Michael Phillips, « Toys in the nation's attic », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne[archive du ])
  72. « You Can Now Watch Julie and Julia Without Julie », Vanity Fair,‎ (lire en ligne[archive du ])
  73. Cole Haddon, « Interview: Amy Adams on Julie & Julia », MTV, (consulté le 22 septembre 2017)
  74. Carrie Rickey, « A film as delicious as French cuisine », The Philadelphia Inquirer,‎ (lire en ligne[archive du ])
  75. Leap Year Review () RichardRoeper.com. Consulté le .
  76. a et b Lennon Christine, « Amy Adams on Playing Against Type », Marie Claire,‎ (lire en ligne[archive du ])
  77. Sophie Heawood, « Amy Adams: punching above her weight », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ])
  78. Joe Morgenstern, « Family Saga 'Fighter' Stings Like a Bee », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne[archive du ])
  79. « Winners and Nominees for the 83rd Academy Awards » [archive du ], Academy of Motion Pictures Arts and Sciences (consulté le 26 janvier 2014)
    « Baftas nominations 2011: full list », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ])
    « Golden Globes 2011: full list of nominees », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ])
  80. « Interview: Amy Adams » [archive du ], Stylist (consulté le 22 septembre 2017)
  81. Stephen Holden, « Getting the Gang Together Again », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  82. Lisa Schwarzbaum, « Movie Review: The Muppets (2011) », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne[archive du ])
  83. « The Muppets (Original Motion Picture Soundtrack) » [archive du ], iTunes (Apple Inc.) (consulté le 19 septembre 2017)
  84. a b et c Charles McGrath, « The Leafy Tale of the Princess and the Queen », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  85. Bennett Marcus, « Amy Adams: Prepping for Into the Woods Was "Crazy," "Didn't Even Feel Like the Same World" », Vanity Fair,‎ (lire en ligne[archive du ])
  86. Ben Brantley, « A Witch, a Wish and Fairy Tale Agony », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  87. a et b Lucy Broadbent, « Amy Adams: interview on The Master », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ])
  88. Kathy Ehrich Dowd, « Amy Adams Breaks Down While Discussing Philip Seymour Hoffman », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ])
  89. Forrest Wickman, « How Much Scientology Made It Into The Master? », Slate,‎ (lire en ligne[archive du ])
  90. Krista Smith, « Amy Adams on Filming *The Master'*s Masturbation Scene and Becoming Lois Lane », Vanity Fair,‎ (lire en ligne[archive du ])
  91. Justin Chang, « Review: 'The Master' », Variety,‎ (lire en ligne[archive du ])
  92. Donald Clarke, « The Master », The Irish Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  93. « Winners and Nominees for the 85th Academy Awards » [archive du ], Academy of Motion Pictures Arts and Sciences (consulté le 26 janvier 2014)
    « Film in 2012 » [archive du ], British Academy of Film and Television Arts (consulté le 5 février 2015)
    « Golden Globes 2013: Complete List of Winners », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne[archive du ])
  94. « Trouble with the Curve » [archive du ], Rotten Tomatoes (consulté le 21 septembre 2012)
  95. Roger Ebert, « Trouble with the Curve », Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  96. Eric Ditzian, « Kristen Stewart has 'chops' says 'On The Road' co-star Amy Adams » [archive du ], MTV, (consulté le 20 septembre 2017)
  97. a et b Elvis Mitchell, « Amy Adams », Interview,‎ (lire en ligne[archive du ])
  98. Peter Bradshaw, « Man of Steel – review », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ])
  99. « Man of Steel (2013) » [archive du ], Box Office Mojo (consulté le 2 octobre 2013)
  100. a b c d e et f Robert Ito, « A Princess Finds Her Dark Side », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  101. a et b Hermione Hoby, « American Hustle star Amy Adams, interview: 'There are people I'd love to eviscerate' », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ])
  102. « American Hustle (2013) » [archive du ], Rotten Tomatoes (consulté le 9 avril 2014)
  103. Manohla Dargis, « Big Hair, Bad Scams, Motormouths », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  104. a et b « Nominees for the 86th Academy Awards » [archive du ], Academy of Motion Pictures Arts and Sciences (consulté le 26 janvier 2014)
  105. « Golden Globe Winners: Complete List », Variety,‎ (lire en ligne[archive du ])
  106. « 2013 Film Critic Top 10 Lists » [archive du ], Metacritic (consulté le 20 septembre 2017)
  107. « Lullaby (2014) » [archive du ], Rotten Tomatoes (consulté le 15 février 2016)
  108. a et b Cara Bucjley, « How Amy Adams Overcame Her Resistance to 'Big Eyes' », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  109. a b et c Lesley O' Toole, « Amy Adams on playing painter Margaret Keane in Tim Burton's Big Eyes », The Independent,‎ (lire en ligne[archive du ])
  110. Rebecca Doyle, « Margaret Keane on 'Big Eyes': "I Didn't Know Who Amy Adams Was" », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne[archive du ])
  111. Mark Kermode, « Big Eyes review – Tim Burton's most grown-up movie in years », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ])
  112. « Golden Globe Winners 2015: Complete List », Variety,‎ (lire en ligne[archive du ])
  113. « Baftas 2015: full list of winners », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ])
  114. a et b « Classement des acteurs et actrices ayant engrangées le plus de recettes aux États-Unis », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 29 janvier 2018)
  115. « Batman v Superman: Dawn of Justice (2016) » [archive du ], Rotten Tomatoes (consulté le 5 juin 2017)
  116. Justin Chang, « Toronto 2016: 'Arrival,' 'Nocturnal Animals' and the Amy Adams effect », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  117. a et b Stuart Heritage, « Vanity Fair's Hollywood issue: the year Amy Adams missed out on an Oscar », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ])
  118. Devan Coggan, « TIFF 2016: Amy Adams took notes from Tom Ford for Nocturnal Animals », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne[archive du ])
  119. Stephanie Zacharek, « Review: Tom Ford's Nocturnal Animals Looks Great. But What Is It Saying? », Time,‎ (lire en ligne[archive du ])
  120. « Amy Adams » [archive du ], Rotten Tomatoes (consulté le 20 septembre 2017)
  121. Arriston Anderson, « Venice: Amy Adams Talks Anxiety and Destiny in 'Arrival' », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne[archive du ])
  122. Bill Zwecker, « Making 'Arrival' reinforced Amy Adams's belief in alien life forms », Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  123. Christopher Orr, « The Epic Intimacy of Arrival », The Atlantic,‎ (lire en ligne[archive du ])
  124. Kenneth Turan, « Review: 'Arrival' is deeply human, expertly realized science fiction », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  125. « Arrival (2016) » [archive du ], Box Office Mojo (consulté le 16 juillet 2017)
  126. « Golden Globe Nominations: Complete List », Variety,‎ (lire en ligne[archive du ])
  127. Alex Ritman, « BAFTA Awards: 'La La Land' Leads Nominations », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne[archive du ])
  128. Jenny Proudfoot, « The award for the most awkward 2017 Oscars moment goes to Amy Adams », Marie Claire,‎ (lire en ligne[archive du ])
    Katie Rich, « Why Amy Adams's Oscar Snub Was So Surprising », Vanity Fair,‎ (lire en ligne[archive du ])
    Janelle Riley, « Why Amy Adams Deserved Oscar Attention for 'Arrival' », Variety,‎ (lire en ligne[archive du ])
  129. Tim Grierson, « 'Justice League': Review », Screen International,‎ (lire en ligne[archive du ])
  130. Denise Petski, « 'Sharp Objects': Taylor John Smith Joins HBO's Amy Adams Series » [archive du ], sur Deadline Hollywood, (consulté le 8 avril 2017)
  131. Denise Petski, « 'Sharp Objects': David Sullivan, Reagan Pasternak, More Set To Recur In Amy Adams's HBO Series » [archive du ], sur Deadline Hollywood, (consulté le 26 juin 2016)
  132. Eliana Dockterman, « It's Hard to Watch Sharp Objects, and Even Harder to Look Away », Time,‎ (lire en ligne[archive du ])
  133. Lacey Rose, « Amy Adams Goes Dark: 'Sharp Objects' and a Female Antihero for a Troubled Time », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne[archive du ])
  134. Jane Mulkerrins, « Amy Adams on equal pay, family life and her grittiest role to date », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ])
  135. « Sharp Objects: Miniseries (2018) » [archive du ], Rotten Tomatoes (consulté le 8 juillet 2018)
  136. James Poniewozik, « 'Sharp Objects,' a Mesmerizing Southern Thriller, Cuts Slow but Deep », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  137. Daniel D'Addario, « TV Review: 'Sharp Objects' Starring Amy Adams », Variety,‎ (lire en ligne)
  138. Jenna Marotta, « The Amy Adams Approach », Backstage,‎ (lire en ligne)
  139. Tatiana Siegel, « The Dick Cheney Dossier: Inside Adam McKay's Searing Exposé of D.C.'s "Ultimate Gamesman" in 'Vice' », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne[archive du ])
  140. Richard Lawson, « Dick Cheney Biopic Vice Is as Subtle as a Shot to the Face », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)
  141. Eric Kohn, « 'Vice' Review: Christian Bale Is a Perfect Dick Cheney, But the Satire Tries Too Hard », IndieWire,‎ (lire en ligne)
  142. « Golden Globe Nominations: Complete List », Variety,‎ (lire en ligne)
  143. Nordyke, Kimberly, « Oscars: 'Roma,' 'Favourite' Top Nominations With 10 Apiece », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  144. Mike Fleming Jr., « Amy Adams To Star In 'The Woman In The Window' For Joe Wright & Fox 2000 » [archive du ], sur Deadline Hollywood, (consulté le 25 avril 2018)
  145. Catherine Shoard, « Amy Adams to return for Enchanted sequel », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ])
  146. « Names & Faces », The Washington Post,‎ (lire en ligne[archive du ])
  147. « Amy Adams Marries Darren Le Gallo After Seven-Year Engagement », Us Weekly,‎ (lire en ligne[archive du ])
  148. Michael Miller, « Amy Adams Marries Darren LeGallo », People,‎ (lire en ligne[archive du ])
  149. a et b Margaret Wappler, « Amy Adams: The Thinking Women's Guide to Hollywood », Allure,‎ , p. 166 (ASIN B01DKL4Y5W)
  150. Mark David, « Amy Adams: New Baby, New House », Variety,‎ (lire en ligne[archive du ])
  151. Amy Adams : de quelle maladie chronique l'actrice souffre-t-elle? - Téléstar
  152. « April Cover Star Amy Adams Talks Breasts, Couture And Her Stint At Hooters », Marie Claire,‎ (lire en ligne[archive du ])
  153. Jordan Crucchiola, « Amy Adams Wants to Know Why Producers Don't Get Asked About the Gender Pay Gap », New York,‎ (lire en ligne[archive du ])
  154. Jaime Netzer, « Amy Adams makes school a top priority », Variety,‎ (lire en ligne[archive du ])
  155. Rachel Abrams, « Women power praised », Variety,‎ (lire en ligne[archive du ])
  156. Carrie Bell, « Amy Poehler rules Trevor Live event », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne[archive du ])
  157. Sarah Smith, « Amy Adams, Nicole Scherzinger and Hilary Duff help launch The Beauty Book for Brain Cancer », InStyle,‎ (lire en ligne[archive du ])
  158. « Amy Adams On the One Thing She's Never Worn On the Red Carpet (Until Last Night!) », InStyle,‎ (lire en ligne[archive du ])
  159. Carl Swanson, « Amy Adams Is on a Different Planet », New York,‎ (lire en ligne[archive du ])
  160. Steven Rea, « Amy Adams on 'Arrival,' 'Nocturnal Animals,' aliens, acting and being a mom », The Philadelphia Inquirer,‎ (lire en ligne[archive du ])
  161. Nell Scovell, « The Adams Chronicle », Vanity Fair,‎ (lire en ligne[archive du ])
  162. a b c et d Jonathan Van Meter, « The A-List Talent and Irresistible Charm of Amy Adams », Vogue,‎ (lire en ligne[archive du ])
  163. a et b Rebecca Keegan, « Amy Adams on 'Arrival' and abandoning her 'harsh critic' », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  164. Jake Coyle, « The evolution of Amy Adams on view in 'Arrival,' 'Nocturnal' », The Washington Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  165. Laura Barnett, « Amy Adams: the story so far », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ])
  166. Stephen Marche, « Amy Adams Might Win an Oscar This Year. The Question Is: For Which Film? », Esquire,‎ (lire en ligne[archive du ])
  167. Antony Lane, « The Consuming Fervor of "Arrival" », The New Yorker,‎ (lire en ligne[archive du ])
  168. « Top Earning Actresses 2014 » [archive du ], Forbes (consulté le 30 novembre 2016)
  169. « The World's Highest-Paid Actresses 2016 » [archive du ], Forbes (consulté le 30 novembre 2016)
  170. « The World's Highest-Paid Actresses 2017 » [archive du ], Forbes (consulté le 22 septembre 2017)
  171. « Beyonce Knowles Tops Forbes' 15th Annual Celebrity 100 » [archive du ], Forbes (consulté le 22 septembre 2017)
  172. « Celeb 2014: Most Powerful Actresses » [archive du ], Forbes (consulté le 22 septembre 2017)
  173. Blunt Emily, « Amy Adams » [archive du ], Time, (consulté le 2 mai 2014)
  174. Jane Asher, « Amy Adams Celebrates Hollywood Walk of Fame Star with Her Mini-Me », InStyle,‎ (lire en ligne[archive du ])
  175. a b c d e et f (en) « Amy Adams Movie Box Office Results », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 26 janvier 2019)
  176. Kat Thomsen et Nojan Aminosharei, « Beautiful People: America the Beautiful », Elle,‎ (lire en ligne[archive du ])
  177. « Check out our round-up of the best dressed stars in the history of the Academy Awards », Marie Claire,‎ (lire en ligne[archive du ])
    « Oscars: The best dresses of all time » [archive du ], CNN, (consulté le 22 septembre 2017)
    « Amy Adams from Best Dressed at 2014 Oscars » [archive du ], E! (consulté le 22 septembre 2017)
    Edward Barsamian, « Amy Adams's 10 Best Fashion Moments from 2014 », Vogue,‎ (lire en ligne[archive du ])
  178. Luisa Zargani, « Max Mara Calls On Amy Adams », Women's Wear Daily,‎ (lire en ligne[archive du ])
  179. Todd Plummer, « Amy Adams Gave Everyone 'Goose Bumps' While Shooting Her Max Mara Campaign », Vogue,‎ (lire en ligne[archive du ])
  180. (en) « Amy Adams Box Office Results », sur The Numbers (consulté le 20 octobre 2013).
  181. a b c d e et f « Amy Adams : Box-office », sur Jp Box-Office (consulté le 20 octobre 2013)
  182. (en) Love and Distrust - Distribution et équipe complète sur IMDb, consulté le 29 janvier 2011
  183. (en) « Amy Adams' 'Woman in the Window' to Move to 2020 as Disney Retools Fox Film », sur The Hollywood Reporter (consulté le 10 juillet 2019)
  184. (en-US) « Disney Moves Amy Adams Led 'The Woman In The Window' Off Its 2019 Release », (consulté le 10 juillet 2019)
  185. « Site consacré à l'actrice »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 5 juin 2017). Consulté le
  186. Fiche IMDb - Catégorie Other Works. Consulté le
  187. (en) Amy Adams : Awards sur l’Internet Movie Database (consulté le 15 janvier 2015)
  188. (en) « Browse Results - Golden Globe Awards Website : Amy Adams », sur hfpa.org (consulté le 16 janvier 2015)
  189. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées AUNHGM
  190. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées imdb
  191. a b c d e f g h i et j « Comédiennes ayant doublé Amy Adams en France », sur RS Doublage, (consulté en 10 mars 2016 (m-à-j)).
  192. a b c d e et f « Comédiennes ayant doublé Amy Adams en France » sur AlloDoublage, 13 août 2013 (consulté le 31 mars 2015 (m-à-j)).
  193. a b c d et e « Comédiennes ayant doublé Amy Adams au Québec », sur Doublage.qc.ca, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :