Virginie Efira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Virginie Efira
Description de cette image, également commentée ci-après
Virginie Efira en avril 2016.
Naissance (41 ans)
Schaerbeek (Agglomération bruxelloise, Belgique)
Nationalité Drapeau de la Belgique Belge
Drapeau de la France Française (depuis 2016)
Profession Actrice
Animatrice de télévision
Films notables L'amour c'est mieux à deux
20 ans d'écart
Le Goût des merveilles
Elle
Victoria

Virginie Efira est une actrice franco-belge, née le à Schaerbeek (Agglomération bruxelloise). Elle a débuté en tant qu'animatrice à la télévision belge.

Animatrice de télévision de 1998 à 2008, elle commence sa carrière de comédienne en 2004. Au cinéma, elle est surtout connue comme tête d'affiche de comédies romantiques : L'amour c'est mieux à deux (2010), La Chance de ma vie (2011), 20 ans d'écart (2013), Le Goût des merveilles (2015) et Un homme à la hauteur (2016).

Elle opère ensuite un virage dramatique en tenant le rôle-titre du film indépendant Victoria (2016), réalisé par Justine Triet, qui lui vaut une nomination au César de la meilleure actrice. Elle confirme sous la direction de Catherine Corsini avec Un amour impossible (2018) et de Paul Verhoeven avec Benedetta (2019).

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Fille du professeur André Efira, médecin oncologue, et de Carine Verelst, esthéticienne, artiste puis restauratrice dans le Luberon, elle a une sœur joueuse de football américain, un premier frère peintre et un second qui construit des cabanes dans les arbres en Amérique du Sud[1].

Elle a des origines juives, mais a reçu une éducation athée[2]. Ses parents ont divorcé quand elle avait 9 ans[3].

Elle étudie le latin, les mathématiques, la psychologie et les sciences sociales, et entre ensuite à l'Institut national supérieur des arts du spectacle puis au conservatoire pour faire du théâtre[4], études qu'elle ne termine pas[5].

Présentatrice de télévision (1998-2008)[modifier | modifier le code]

Sa carrière d'animatrice de télévision débute en 1998 sur la chaîne belge Club RTL quand Marc Nivesse, producteur de Mégamix, émission pour adolescents, la choisit pour animer l'émission avec Lidia Gervasi[6]. En 2000, Virginie participe, aux côtés de Patrick Ridremont, son futur époux, à l'émission Night Shop dans une courte séquence humoristique pour la chaîne Canal+ Belgique[7]. En septembre 2002, RTL-TVi lui propose l'animation des quotidiennes et des émissions en première partie de soirée (avec Frédéric Herbays) de Star Academy en Belgique puis de À la Recherche de la Nouvelle Star, toujours en Belgique[7].

Repérée par la chaîne de télévision française M6 en 2003, à l'occasion d'un casting pour l'émission de météo, elle devient rapidement la figure du divertissement de la chaîne[8]. En 2003, elle co-anime la finale d'Opération séduction ; puis présente, entre autres, Le Grand Zap, La Saga des…, Follement Gay, Absolument 80/90, Le Grand Piège ou encore Drôles d'équipes[9],[10],[11],[12]. Toujours sur M6, elle présente Classé Confidentiel, en 2005, puis remplace, en 2006, Benjamin Castaldi parti à TF1, pour présenter la Nouvelle Star[13],[14]. Virginie Efira continue également de présenter des émissions ponctuelles en Belgique, sur RTL-TVi. Elle signe avec Canal+ en juin 2008, abandonnant ainsi la présentation de Nouvelle Star sur M6. Elle anime sur Canal+ une émission de divertissement, Canal Presque, avec Ahmed Hamidi, un ex-auteur des Guignols, et avec comme invités pour la première Omar et Fred[15].

En 2010, elle déclare dans Paris Match qu'elle ne refera pas d'animation télé « à moins d'avoir cinq enfants qui n'ont plus rien à manger »[16] et se concentre dorénavant sur sa carrière de comédienne et d'actrice qui elle l'espère sera variée dans les propositions entre cinéma d'auteur et comédie populaire[17]. La même année, elle participe à l'émission de Frédéric Lopez Rendez-vous en terre inconnue, où elle rencontre une minorité mongole, les Tsaatan. L'émission, diffusée sur France 2, fait un record d'audience avec 8,1 millions de téléspectateurs[18]. En 2013, elle est à nouveau invité par Frédéric Lopez dans l'émission La Parenthèse inattendue, aux côtés de Philippe Gildas et Tony Estanguet[19].

Doublage et comédienne de télévision (2004-2008)[modifier | modifier le code]

Sa carrière de comédienne commence avec le doublage du personnage de Liz Wilson, jouée par Jennifer Love Hewitt, dans Garfield le film, en 2004, et Garfield 2 en 2006. Elle tourne ensuite dans le court métrage Africains poids moyens, film belgo-congolais de Daniel Cattier présenté l'année suivante au 20e Festival international du film francophone de Namur.

En 2005, Virginie Efira est la voix française du personnage de Piper dans le film d'animation Robots. Elle joue ensuite dans une pièce de théâtre en Belgique, Pour ses beaux yeux de René de Obaldia, au théâtre de la Valette. En 2006, Virginie Efira tourne une fiction de cinquante-deux minutes pour la chaîne et le téléfilm Un amour de fantôme aux côtés de Bruno Putzulu et d'Amanda Lear[20]. Elle interprète également l'épouse de Bohort dans la série française Kaamelott, le temps de deux épisodes.

En 2007, elle joue son propre rôle dans Off Prime, avec Alban Lenoir et Simon Astier, série humoristique réalisée par Bruno Solo, Simon Astier et Stéphane Kopecky dont deux saisons seront tournées, et programmées par la chaîne M6 jusqu'en avril 2008[21],[22]. L'année suivante, Virginie Efira joue le rôle d'une prostituée dans la pièce sulfureuse Nathalie de Philippe Blasband, où elle reprend le rôle tenu au cinéma par Emmanuelle Béart quelques années plus tôt[23].

Carrière au cinéma (2010-2015)[modifier | modifier le code]

Virginie Efira en septembre 2012, lors de la présentation de Dead Man Talking au Festival international du film francophone de Namur.

En 2010, Philippe Lefebvre dans Le Siffleur lui offre son premier rôle important dans un long métrage avec Thierry Lhermitte et François Berléand. Mais c'est dans un registre romantique qu'elle s'impose : elle obtient son premier succès au cinéma avec L'amour c'est mieux à deux, avec notamment Manu Payet et Clovis Cornillac. Elle poursuit donc avec une autre comédie romantique, sortie en 2011, La Chance de ma vie, face à François-Xavier Demaison. La même année, elle évolue dans la satire franco-belge Mon pire cauchemar, sous la direction d'Anne Fontaine, et aux côtés d'Isabelle Huppert, Benoît Poelvoorde et André Dussollier. En 2012, elle est la voix française de Mavis (la fille de Dracula) dans le film d'animation Hôtel Transylvanie.

L'année 2013 est marquée par la sortie de cinq films. Elle partage l'affiche de la comédie dramatique Cookie, avec Alice Taglioni, et devant la caméra de Léa Fazer ; tient le premier rôle féminin de la comédie franco-belge Dead Man Talking, réalisée par son ex-mari Patrick Ridremont ; fait partie de la comédie chorale Les Invincibles, aux côtés de Gérard Depardieu, Atmen Kelif, Édouard Baer et Daniel Prévost ; s'essaye au drame en donnant la réplique à François Cluzet pour le drame En solitaire, réalisé par Christophe Offenstein ; mais finalement confirme de nouveau dans un registre romantique : son interprétation d'une rédactrice en chef d’un magazine de mode dans le long-métrage de David Moreau, 20 ans d'écart, est saluée, face au jeune premier Pierre Niney, pensionnaire de la Comédie-Française. Pour Le Monde, cette comédie « pétillante et enlevée, portée par un charmant duo très en phase, sans prétention ni légèreté maladive, est un divertissement de choix »[24]. Le film est un succès et permet à Virginie Efira de faire un premier pas vers la reconnaissance critique :

« En sortant de la télévision, j’avais bien conscience que ça n’était pas le cinéma d’auteur qui allait venir à moi, mais plutôt la comédie populaire. Je trouvais ça noble, mais c’est un genre qui ne me touche pas particulièrement en tant que spectatrice. J’ai essayé d’en faire quelque chose, je pense y avoir déjà réussi dans 20 ans d’écart. Ici, je suis vraiment fière du film[25]. »

L'actrice est élue femme de l'année 2013 par le magazine GQ[26].

En 2015, elle défend trois films. Elle tient le rôle d'une mère de famille dans la comédie de Jean-Pierre Améris, Une famille à louer[27]. Se fait diriger par Emmanuel Mouret pour la comédie de mœurs Caprice ; et partage l'affiche de la comédie dramatique Le Goût des merveilles, écrite et réalisée par Éric Besnard, avec un autre pensionnaire de la Comédie-Française, Benjamin Lavernhe. La même année, elle fait partie du jury du 26e Festival du film britannique de Dinard, présidé par Jean Rochefort.

Ces différents films passant inaperçus, elle tente de s'aventurer vers des rôles plus dramatiques et sombres.

Virage dramatique (depuis 2016)[modifier | modifier le code]

Virginie Efira au dîner des Révélations des Césars 2017, pour Victoria.

L'année 2016 marque un tournant dans sa carrière. Dans la comédie dramatique Victoria, écrit et réalisé par Justine Triet, elle interprète une avocate divorcée, mère de deux enfants, en passe de s’effondrer nerveusement. Le film fait sensation lors de sa présentation au Festival de Cannes où il est comparé aux comédies d'Howard Hawks, de Billy Wilder ou encore de Blake Edwards[28]. La performance de Virginie Efira est unanimement saluée par la critique, qui y voit « assurément son rôle le plus accompli – le plus dense, parce qu’il est à la fois le plus léger et le plus grave »[5]. Pour Le Parisien, l'actrice « prouve qu'elle est une très grande actrice » tandis que Les Inrockuptibles estime qu'elle est « ici génialissime, en état de grâce, se prêtant à un comique à la fois verbal et burlesque qui culmine lors d’une exquise plaidoirie (sous chimie) »[29],[30]. Sa prestation lui vaut de recevoir le Magritte de la meilleure actrice et d'être nommée au César dans la même catégorie.

La même année, elle fait partie du casting international réuni par le cinéaste néerlandais Paul Verhoeven pour le thriller psychologique Elle, mené par Isabelle Huppert ; et partage l'affiche de la comédie romantique Un homme à la hauteur avec Jean Dujardin, sixième réalisation de Laurent Tirard. Si le premier obtient un succès critique et public considérable – il remporte le César du meilleur film en 2017, le second connaît un succès limité au box-office, inférieur aux scores des comédies romantiques précédentes des deux acteurs principaux[31],[32]. Toujours en 2016, Virginie Efira assure la co-présidence du Festival du film francophone d'Angoulême aux côtés de Gilles Jacob. L'année suivante, elle apparaît dans la série Dix pour cent, le temps d'un épisode de la seconde saison, dans lequel elle joue son propre rôle[33] ; puis prête sa voix respectivement aux personnages de Maggie et de Kitty Pattes de velours dans les films d'animations Croc-Blanc et Le Chat potté 2.

Alors qu'elle ne s'y était jamais autorisée jusqu'alors, le succès de Victoria encourage l'actrice à initier des rencontres avec les réalisateurs avec qui elle souhaite travailler. C'est ainsi qu'elle obtient le rôle principal du drame Un amour impossible, après avoir démarché personnellement auprès de la réalisatrice Catherine Corsini[34]. Adaptation du roman autobiographique de Christine Angot, le film narre l'histoire de Rachel, une employée de bureau tombant sous le charme d'un jeune bourgeois qu'elle épouse ; une femme amoureuse, empêtrée dans un complexe de classe ; une mère qui refuse que cet homme charismatique exerce son emprise sur leur fille unique. Le HuffPost estime que « ce film devrait (enfin) ouvrir les yeux à ceux qui doutent encore des multiples talents d'actrice de l'ancienne animatrice télé »[35]. Télérama juge qu'il s'agit de son « plus beau rôle à ce jour » tandis que Le Bleu du Miroir la trouve « à nouveau formidable de subtilité et de justesse »[36],[37]. La même année, Virginie Efira incarne une ex-championne de natation synchronisée coachant une bande d'hommes désabusés dans la comédie chorale de Gilles Lellouche, Le Grand Bain. Le film est ovationné lors de sa présentation au Festival de Cannes 2018 et connaît un grand succès critique et commercial[38]. Pour Studio Magazine, Virginie Efira joue « à merveille une partition entre rire et larmes ».

En 2019, l'actrice est attendue dans le nouveau film de Paul Verhoeven, Benedetta, adaptation de l'histoire vraie de Benedetta Carlini, une religieuse italienne qui, sur le point d'être béatifiée, fut arrêtée et jugée pour homosexualité[39].

Poker[modifier | modifier le code]

Virginie Efira a été une joueuse de poker assidue pendant plusieurs années. En 2007, elle participe au Défi des As et devient ambassadrice du site Poker770. Elle a également participé à de grands tournois comme l'European Poker Tour à Deauville[40]. Virginie Efira n'a jamais atteint les places payées en tournoi officiel[41]. Elle arrête le poker en 2015[42].

Vie privée[modifier | modifier le code]

À partir de 2000, elle fréquente le comédien et producteur Patrick Ridremont, déjà père de trois enfants. Ils se marient en 2002 et se séparent en 2005 sans toutefois divorcer[43]. En février 2009, pendant l'émission Panique dans l'oreillette, l'acteur lui fait signer les papiers du divorce sur le ton de l'humour[44].

Elle se fiance au réalisateur Mabrouk El Mechri ; ensemble, ils ont une fille, prénommée Ali, nom choisi en hommage à Ali MacGraw, héroïne du film Love Story, et au boxeur Mohamed Ali[45], née le 24 mai 2013 à Paris[46]. Ils décident de ne plus habiter sous le même toit un an plus tard[47].

En septembre 2016, sur le plateau de l'émission Quotidien de Yann Barthès, elle annonce avoir obtenu la double nationalité, à savoir la nationalité belge par sa naissance et la nationalité française par naturalisation[48].

Depuis 2018, elle est la compagne de l'acteur Niels Schneider, rencontré sur le tournage d'Un amour impossible[49].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Prochainement

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Émissions de télévision[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

La comédienne au théâtre Marigny pour la pièce Nathalie.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne-Cécile Beaudoin, « Virginie Efira ne touche plus terre », sur Paris Match, (consulté le 8 novembre 2018).
  2. « Virginie Efira : "Je découvre le plaisir d'être moi-même" », sur Psychologies Magazine, (consulté le 8 novembre 2018), p. 3.
  3. « Virginie Efira : "Je découvre le plaisir d'être moi-même" », sur Psychologies Magazine, (consulté le 8 novembre 2018), p. 1.
  4. Nathalie Simon, « Virginie Efira, la Jennifer Aniston belge », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », vendredi 18 / dimanche 19 avril 2015, page 36.
  5. a et b Toma Clarac, « Virginie Efira : « Le vrai danger, c'est l'immobilité » », sur Vanity Fair, (consulté le 8 novembre 2018).
  6. Hélène Pagesy, « Virginie Efira, des plateaux de télévision au Festival de Cannes », sur Le Figaro, (consulté le 8 novembre 2018).
  7. a et b « Virginie Efira », sur Première (consulté le 8 novembre 2018).
  8. Thierry Chèze, « Virginie Efira, du prime time de M6 au grand écran », sur L'Express, (consulté le 8 novembre 2018).
  9. « Virginie Efira : "La mélancolie, c'est le voyage des vies qu'on n'a pas eues" », sur France Inter, (consulté le 8 novembre 2018).
  10. « « Follement gay » a réussi son coup », sur Le Parisien, (consulté le 8 novembre 2018).
  11. « Drôles d'équipes », sur TV Magazine, (consulté le 8 novembre 2018).
  12. «Le grand piège», sur TV Magazine, (consulté le 8 novembre 2018).
  13. « Virginie Efira reprend «Classé Confidentiel» », sur TV Magazine, (consulté le 8 novembre 2018).
  14. « Virginie Efira : "La Nouvelle Star, je m'en foutais" », sur La Dépêche, (consulté le 8 novembre 2018).
  15. « Virginie Efira sur Canal Presque : "On a fait franchement de la merde !" (VIDEO) », sur Télé Loisirs, (consulté le 8 novembre 2018).
  16. Émilie Blachère, « Virginie Efira, la nouvelle star », sur Paris Match, (consulté le 8 novembre 2018).
  17. « Virginie Efira: «On évolue quand on assume ce que l’on est» », sur Le Soir, (consulté le 8 novembre 2018).
  18. Marie Desnos, « Virginie Efira nous emmène en Mongolie », sur Paris Match, (consulté le 8 novembre 2018).
  19. [vidéo] La parenthèse inattendue Virginie Efira, Philippe Gildas, Tony Estanguet #LPI sur YouTube.
  20. « Virginie Efira actrice au Portugal », sur TV Magazine, (consulté le 8 novembre 2018).
  21. Nathalie Chuc, « Virginie Efira s'autoparodie dans "Off Prime" », sur TV Magazine, (consulté le 8 novembre 2018).
  22. Thomas Destouches, « "Off Prime" annulée ! », sur Allociné, (consulté le 8 novembre 2018).
  23. « Les débuts sulfureux de Virginie Efira », sur Le Parisien, (consulté le 8 novembre 2018).
  24. Noémie Luciani, « "20 ans d'écart" : coup de foudre première classe », sur Le Monde, (consulté le 8 novembre 2018).
  25. « Rencontre: Les confidences de Virgine Efira », sur Gael, (consulté le 8 novembre 2018).
  26. Les grands gagnants des GQ Men of the Year Awards 2013 sur Purebreak.com, consulté le 18 août 2015.
  27. Virginie Efira mère poule sur Purepeople.com consulté le 15 août 2015.
  28. Thomas Baurez, « Dans "Victoria", Virgine Efira impose un sens du comique indéniable », sur L'Express, (consulté le 8 novembre 2018).
  29. Pierre Vavasseur, « Le prochain César est pour Virginie Efira », sur Le Parisien, (consulté le 8 novembre 2018).
  30. Jacky Goldberg, « Virginie Efira à tomber dans "Victoria", la comédie de l'année », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 8 novembre 2018).
  31. « Césars : Huppert meilleure actrice, Dolan meilleur réalisateur, « Elle » meilleur film », sur Le Monde, (consulté le 8 novembre 2018).
  32. Clément Arbrun, « "Un homme à la hauteur": un tout petit succès au box office », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 8 novembre 2018).
  33. Jean-Maxime Renault, « Dix Pour Cent : Virginie Efira avait refusé de participer à la saison 1 ! », sur Allociné, (consulté le 8 novembre 2018).
  34. Margaux Destray, « Virginie Efira : "Je regrette seulement d’avoir débuté si tard" », sur Madame Figaro, (consulté le 8 novembre 2018).
  35. Marine Chassagnon, « Virginie Efira brille dans "Un amour impossible" », sur Le HuffPost, (consulté le 8 novembre 2018).
  36. Guillemette Odicino, « Un amour impossible – Lumineuse adaptation du roman de Christine Angot », sur Télérama (consulté le 8 novembre 2018).
  37. « Un Amour Impossible », sur Le Bleu du Miroir (consulté le 8 novembre 2018).
  38. « À Cannes, Gilles Lellouche s'offre un succès unanime pour Le Grand Bain », sur Le Figaro, (consulté le 8 novembre 2018).
  39. Gauthier Jurgensen, « Virginie Efira en Sainte Vierge pour le prochain Paul Verhoeven », sur Allociné, (consulté le 8 novembre 2018).
  40. Star et accro au poker : Virginie Efira sur linternaute.com, consulté le 15 août 2015.
  41. Palmarès vierge de Virginie Efira.
  42. Virginie Efira : "J'ai arrêté le poker".
  43. Frédéric Seront, « La fin d'une belle histoire », sur La Dernière Heure/Les Sports, (consulté le 8 novembre 2018).
  44. « Virginie Efira et Patrick Ridremont : que reste-t-il de leur amour ? », sur Radio-télévision belge de la Communauté française, (consulté le 8 novembre 2018).
  45. Qui avait pris ce nom en hommage à Ali ibn Abi Talib dit Ali, le gendre du prophète Mahomet.
  46. Clémentine Rebillat, « Virginie Efira, le bonheur de sa vie », sur Paris Match, (consulté le 8 novembre 2018).
  47. Klhoé Dominguez, « Virginie Efira ne veut pas suivre "les diktats pré-établis" », sur Paris Match, (consulté le 8 novembre 2018).
  48. Virginie Efira vient d'obtenir la nationalité française: "C'était assez compliqué, j'ai dû prouver que je parlais français" (vidéo).
  49. Mathilde Helie, « Qui est Niels Schneider, le compagnon de Virginie Efira ? », sur Paris Match, (consulté le 8 novembre 2018).
  50. « Virginie Efira et Vincent Lacoste, Q d'Or de l'acteur et actrice 2016 », tmc,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]