Nina Hoss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hoss.
Nina Hoss
Description de l'image Nina Hoss (Berlinale 2012).jpg.
Naissance (40 ans)
Stuttgart, Allemagne
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemande
Profession Actrice

Nina Hoss, née le à Stuttgart[1], est une actrice allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née en 1975. Son père Willi Hoss (de), syndicaliste et communiste, est le cofondateur du parti politique Alliance 90 / Les Verts, et sa mère dirige un théâtre[1]. En 1997, Nina Hoss est diplômée de la Hochschule für Schauspielkunst „Ernst Busch“ à Berlin.

Tout au long des années 2000, ses interprétations sont remarquées au théâtre comme au cinéma. Elle multiplie en particulier les rôles dans les films de Christian Petzold. Ils travaillent ensemble une première fois en 2001, pour un téléfilm, Dangereuses rencontres. Un autre film de Petzold, Yella, permet à Nina Hoss de remporter l'Ours d'argent de la meilleure actrice à la Berlinale 2007[2]. Elle est élue membre de l'Académie des arts de Berlin en 2009[3].

En 2011 elle est membre du jury international de la Berlinale 2011, présidé par Isabella Rossellini.

Elle « personnifie l'Allemagne, comme Hanna Schygulla à une époque »[1]. Dans Barbara en 2012, elle interprète le rôle d'une chirurgienne de l'Allemagne de l'Est qui veut passer à l'Ouest. Dans Phoenix en 2014, elle est une rescapée d'un camp de concentration[1]. Elle joue également sur les planches, notamment dans les pièces La Vipère de Lillian Hellman en 2014[4], Bella Figura de Yasmina Reza en 2015, et The little Foxes, à nouveau de Lillian Hellman, en 2016[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Anne Diatkine, « Nina Hoss, rôles de dame » sur Libération, 13 janvier 2016
  2. Thomas Sotinel, « Christian Petzold et Nina Hoss, le réalisateur séduit et la muse conquise », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. (de) Nina Hoss - Seit 2009 Mitglied der Akademie der Künste, Berlin, Sektion Darstellende Kunst sur le site de l'Akademie der Künste
  4. Clémentine Gallot, « Ostermeier met sa "vipère" au point », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]