Dogville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dogville
Réalisation Lars von Trier
Scénario Lars von Trier
Acteurs principaux
Sociétés de production Zentropa
Pays d’origine Drapeau du Danemark Danemark
Drapeau de la Suède Suède
Drapeau de la France France
Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de la Finlande Finlande
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Ouganda Ouganda
Genre Drame
Durée 179 minutes
Sortie 2003

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Dogville est un film danois de Lars von Trier sorti en 2003, avec notamment Nicole Kidman, Paul Bettany, Lauren Bacall, Stellan Skarsgård et James Caan. C'est une parabole utilisant un décor minimal pour raconter l'histoire d'une jeune fille nommée Grace, une fugitive se réfugiant dans la ville minière de Dogville.

Le film est le premier d'une trilogie intitulée USA - Land of Opportunities et a fait partie de la sélection officielle du festival de Cannes 2003.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Prologue[modifier | modifier le code]

Dogville est une petite ville américaine située dans les montagnes Rocheuses avec comme voie d'accès une unique route. Le film débute par un prologue dans lequel nous faisons connaissance avec la vingtaine d'habitants qui constitue la bourgade. Ils sont présentés comme des gens chaleureux dont les petits défauts sont faciles à oublier.

La ville est présentée du point de vue de Tom (Paul Bettany), un écrivain en herbe qui tergiverse en essayant de réunir ses concitoyens à des réunions périodiques. Il est évident que Tom veut succéder à son père en tant que guide moral et spirituel de la ville.

Chapitre 1[modifier | modifier le code]

In which Tom hears gunfire and meets Grace (Où Tom entend des coups de feu et fait la rencontre de Grace.)

Tom fait la rencontre de Grace (Nicole Kidman), qui est poursuivie par des gangsters lui tirant dessus. Grace, une belle mais modeste femme, veut continuer sa fuite, mais Tom lui assure qu'il serait dangereux de continuer son chemin dans la montagne. Pendant qu'ils parlent, les gangsters s'approchent de la ville. Tom cache alors rapidement Grace dans la mine de charbon située à l'entrée de la bourgade. Un des gangsters demande à Tom s'il n'aurait pas vu la jeune femme qu'ils cherchent, ce qu'il décline, alors le gangster lui promet une récompense s'il vient à la voir, et lui donne une carte avec un numéro de téléphone auquel il pourra appeler.

Tom décide d'utiliser Grace comme "illustration" pour sa prochaine réunion, une manière de prouver à ses concitoyens qu'ils sont engagés aux valeurs d'une communauté en aidant la jeune femme. Ils demeurent sceptiques, alors Tom propose de laisser à Grace une deuxième chance pour prouver qu'elle est une bonne personne. Grace est acceptée pour deux semaines, pendant lesquelles Tom lui explique qu'elle doit convaincre les citoyens de l'aimer.

Chapitre 2[modifier | modifier le code]

In which Grace follows Tom's plan and embarks upon physical labour. (Où Grace suit le plan de Tom et entreprend des tâches physiques.)

Sur la suggestion de Tom, Grace offre ses services et effectue des tâches comme parler à Jack McCay (Ben Gazzara), aveugle, aider à gérer le petit magasin, surveiller les enfants de Chuck (Stellan Skarsgård) et Vera (Patricia Clarkson), etc. Après quelques réticences, les habitants acceptent de l'aider en échange de ces corvées superflues mais qui améliorent leurs vies. Elle devient alors une citoyenne de la ville. Après les deux semaines, tout le monde est d'accord sur le fait qu'elle peut rester.

Chapitre 3[modifier | modifier le code]

In which Grace indulges in a shady piece of provocation. (Où Grace fait l'objet de provocations douteuses.)

Par accord tacite, elle continue ses corvées qu'elle fait avec plaisir même si elle est payée modestement en retour. Grace commence même à se lier d'amitié avec certains des habitants de Dogville, dont Jack McKay, un vieil homme aveugle qui prétend ne pas l'être ; Grace réussit à lui faire admettre qu'il l'est.

Chapitre 4[modifier | modifier le code]

Happy times in Dogville. (Moments heureux à Dogville.)

Mais lorsque la police vient à Dogville, et place une affiche Portée disparue de Grace sur l'église, l'humeur générale s'obscurcit. Vont-ils coopérer avec la police ?

Chapitre 5[modifier | modifier le code]

Fourth of July after all. (Le 4 juillet malgré tout.)

Les choses se passent normalement jusqu'à la fête nationale du 4 juillet. Tom avoue maladroitement son amour pour Grace, et les habitants lui font comprendre que la vie dans la ville s'est améliorée grâce à elle. Puis la police revient, et placarde une affiche Wanted : Grace est recherchée pour une affaire de vol bancaire. Tout le monde convient qu'elle doit être innocente puisqu'à cette date là elle accomplissait quotidiennement les corvées pour les habitants.

Néanmoins, Tom argumente sur le fait qu'étant donné le risque accru que prend la ville à la cacher, Grace doit en échange faire plus de tâches. À partir de là, ce qui était un accord tacite bénévole tend à devenir une contrainte puisque Grace est réticente à cette idée. Toutefois, parce qu'elle est redevable envers Tom, et afin de ne pas lui déplaire, elle accepte.

Chapitre 6[modifier | modifier le code]

In which Dogville bares its teeth. (Où Dogville montre ses crocs.)

À ce stade, la situation se détériore : durant ses corvées additionnelles, Grace fait inévitablement quelques erreurs, et les gens chez qui elle travaille sont irrités par ce nouveau train de vie et lui en font reproche. La situation se détériore, avec les avances sexuelles de plusieurs des hommes de la ville, et les exigences abusives des femmes. Même les enfants s'y mettent : Jason, le fils de Chuck et Vera et certainement le plus jeune des enfants de la ville (10 ans), demande à Grace de lui donner des fessées. Ce, jusqu'à ce qu'elle accepte plusieurs de ces provocations. Par la suite, Chuck, en rentrant chez lui, la fait chanter : soit elle le laisse la violer soit il donne son foulard, preuve de sa présence, aux policiers qui sont dehors. Elle cède au chantage sur le coup, et se fait donc violer. Ces situations l'obligent à se défendre de l'exploitation des autres...

Chapitre 7[modifier | modifier le code]

In which Grace finally gets enough of Dogville, leaves the town, and again sees the light of day. (Où Grace en a assez de Dogville, quitte la ville et voit de nouveau la lumière du jour.)

Après discussions avec Tom sur ses possibilités de s'échapper, Grace se voit reprocher par Vera les fessées données à Jason, et l'œil qu'elle fait soi-disant à son mari Chuck. Vera menace Grace de détruire les poupées artisanales en porcelaine qu'elle a achetées en ville avec son maigre salaire. Grace implore Vera, lui rappelant combien cette dernière était contente lorsque, autrefois, la fugitive fit comprendre le stoïcisme à ses enfants. En réponse, Vera met Grace au défi d'appliquer cette philosophie en ne pleurant pas à la destruction de deux de sept de ses figurines, au risque de les perdre toutes. Mais Grace fond en larme, et Vera détruit toutes les poupées. Le symbole de son appartenance à la ville est détruit, elle sait maintenant qu'elle doit partir. Avec l'aide de Tom et de Ben, le propriétaire du camion des transports, elle tente de s'échapper dans son camion à pommes, Ben en profitant pour lui faire payer un supplément en nature (« Ce n'est pas personnel. Je... dois juste appliquer les tarifs »), pour finalement la faire revenir à Dogville sans qu'elle le sache, en prétextant qu'elle s'est cachée à son insu dans son camion.

La ville convient qu'elle ne doit plus s'enfuir. L'argent que Grace a utilisé pour payer Ben a été volé par Tom à son père (sans qu'elle le sache, elle croyait qu'il l'avait emprunté), Grace est accusée. Tom refuse d'avouer sous prétexte que c'est de cette seule manière qu'il pourra protéger Grace sans que ses concitoyens ne le suspectent. Grace passe définitivement au statut d'esclave. On lui pose autour du cou une chaîne qui la relie à une lourde roue en métal qui l'empêchera de passer par des chemins non plats, donc hors des frontières de la ville. Plus humiliant encore : on accroche une cloche à cette chaîne.
Elle est devenue l'esclave sexuelle et ménagère de toute la ville.

Chapitre 8[modifier | modifier le code]

In which there is a meeting where the truth is told and Tom leaves (only to return later). (Où une réunion révèle toute la vérité, et où Tom part (pour revenir plus tard).)

Une réunion est organisée par Tom dans laquelle Grace raconte toute la vérité, tout ce qu'elle a enduré de la part de tout le monde dans la ville, puis elle part dans sa chambre. La population crie au mensonge et fait preuve d'une grande mauvaise foi, elle demande à Tom de choisir son camp et décide de se débarrasser de Grace. Tom se rend dans la chambre de Grace, il tente de faire l'amour avec elle, il est le seul homme adulte à ne pas avoir eu de relation sexuelle avec elle. Mais Grace refuse. Tom sort, appelle personnellement les truands, et plus tard propose que Grace soit enfermée à clé dans sa cabane-chambre, ce qui est accepté par un vote unanime.

Chapitre 9[modifier | modifier le code]

In which Dogville receives the long-awaited visit and the film ends. (Où Dogville reçoit la visite tant attendue et où le film finit.)

Lorsque les gangsters arrivent finalement, ils sont accueillis chaleureusement par Tom, et un comité improvisé composé des autres gens de la ville. Grace est libérée et on apprend finalement qu'elle est en fait la fille du chef des gangsters. Elle s'était enfuie parce qu'elle n'aimait pas le sale boulot de son père. Dans la Cadillac de celui-ci, elle retrouve son père, qui lui reproche son arrogance et sa distance morale avec les autres. Dans un premier temps, elle refuse d'écouter, mais elle regarde les gens de la ville, elle est obligée d'approuver : elle souhaiterait condamner tous ces gens aux pires punitions si elle portait sur eux le même regard qu'ils ont porté sur elle, et il serait inhumain qu'il n'en soit pas ainsi.

Alors elle accepte de redevenir la fille de son père, et sa première demande est de détruire la ville ainsi que ses habitants. En particulier, elle donne l'ordre de faire exécuter les enfants de Vera, un à un devant celle-ci, mais d'une manière bien spéciale : Si Vera ne pleure pas, ils arrêteront de tuer ses enfants.

Le film se termine dans un crescendo de violence, la ville est brûlée et chaque citoyen de la ville — femmes et enfants inclus — est brutalement assassiné par les gangsters sur l'ordre direct de Grace. Tous, sauf Tom qui est tué par Grace elle-même. Alors que les cendres de Dogville fument derrière elle, elle découvre le dernier survivant de Dogville : Moses (Moïse en français), le chien de Dogville...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende : Version française (V. F.) sur Voxofilm[1]

Mise en scène[modifier | modifier le code]

L'histoire de Dogville est narrée par John Hurt en neuf chapitres et se déroule dans un décor minimal : quelques murs et meubles sont placés sur scène, le reste étant simulé par des lignes blanches tracées par terre, ainsi qu'une légende pour certains objets. Par exemple, les groseilliers sont représentés par des cercles, et la mention "Groseilliers" est inscrite à côté. Si ce type de mise en scène est largement utilisé au théâtre, elle est peu courante dans le cinéma. On peut citer en exemple le film Thérèse d'Alain Cavalier datant de 1986 qui utilise le même dispositif. Cette mise en scène a été choisie afin de porter l'attention sur les acteurs et l'histoire.

L'histoire de Dogville est racontée en neuf chapitres avec une brève description de chaque chapitre donnée avant sa diffusion.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film constitue le premier volet d'une trilogie, baptisée par von Trier : USA - Land of Opportunities. Le film fut suivi en 2005 de Manderlay. Le troisième volet, Washington est toujours à l'état de projet en 2011, notamment à la suite de l'échec commercial du précédent.
  • Le film est dédié à l'actrice Katrin Cartlidge morte en 2003. Elle avait joué dans Breaking the Waves, précédent film de Lars von Trier.
  • Au titre des distinctions, le chien Moses a obtenu la palme dog au festival de Cannes 2003.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Dogville Godville. Methodische Zugänge zu einem Film Lars von Triers. Ed. Stefan ORTH – Michael STAIGER – Joachim VALENTIN. Marburg : Schüren, 2008 (coll. Film und Theologie vol. 12) 256 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche du doublage français du film » sur Voxofilm, consulté le 20 janvier 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]