Julia Roberts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roberts.

Julia Roberts est une actrice et productrice américaine, née le à Atlanta (Géorgie). Elle est révélée par la populaire comédie romantique Pretty Woman en 1990, et reçoit l’Oscar de la meilleure actrice en 2001, pour le biopic Erin Brockovich, seule contre tous. Elle est une des actrices les mieux payées de Hollywood.

Son frère, Eric Roberts, sa sœur, Lisa Roberts Gillan et sa nièce, Emma Roberts, sont également acteurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Années 1990 : Révélation[modifier | modifier le code]

Julia Fiona Roberts fait ses premières apparitions dans des téléfilms, des spots publicitaires, puis fait ses débuts au cinéma en 1986, sous la direction de Peter Masterson, dans le thriller Un fusil pour l'honneur, dans lequel elle tient un petit rôle, mais qui ne sortira dans les salles américaines que trois ans plus tard.

Entre temps, elle est devenue une jeune vedette, grâce à deux œuvres remarquées : en 1988, la comédie dramatique Mystic Pizza, de Donald Petrie, est déjà un joli succès critique et commercial, et la révèle au grand public. Elle fait partie du casting de femmes réunies par Herbert Ross dans la comédie dramatique Potins de femmes, un autre succès. Elle parvient à se distinguer auprès de ces grandes actrices, en étant citée aux Oscars et remporte un Golden Globe.

En 1990, elle accède au statut de star grâce au rôle principal de Pretty Woman, comédie dramatique de Garry Marshall, qui remporte un succès critique et commercial mondial, malgré son propos original et décalé. Elle est nommée à l'Oscar de la meilleure actrice pour la première fois, et son couple de fiction avec Richard Gere devient mythique.

Elle enchaîne avec une série de films aux retours critiques très mitigés, mais qui confirment sa popularité au box-office : elle s'aventure dans le cinéma fantastique avec L'Expérience interdite, de Joel Shumacher, qui la dirige de nouveau dans le drame avec Le Choix d'aimer.

Elle porte également le thriller psychologique avec Les Nuits avec mon ennemi, puis prête ses traits à la malicieuse fée Clochette dans le blockbuster Hook, de Steven Spielberg, en 1991.

Mais c'est en 1993 qu'elle parvient à se faire de nouveau à s'imposer comme une valeur sûre, en interprétant le premier rôle féminin du thriller politique L'Affaire Pélican , de Alan J. Pakula, où elle évolue aux côtés d'une autre star majeure, Denzel Washington.

Suivent une série d'autres projets, beaucoup plus mineurs : les comédies romantiques Les Complices en 1994, avec Nick Nolte, puis Amour et Mensonges, de Lasse Hallström, en 1995, avec Dennis Quaid. Et fait partie du casting de stars dans la satire Prêt-à-porter, écrite, produite et réalisée par Robert Altman.

Elle tente de s'imposer dans un registre dramatique en 1996 : elle est dirigée par Stephen Frears dans le mélodrame Mary Reilly, où elle joue la servante du Docteur Jekyll ; puis tient un rôle secondaire dans le biopic historique Michael Collins, de Neil Jordan ; et fait de nouveau partie d'un casting de stars pour la comédie musicale Tout le monde dit I love you, écrite et réalisée par Woody Allen. Ces deux films lui permettent de renouer avec la critique.

Elle renoue avec son genre de prédilection en 1997 pour la comédie romantique Le Mariage de mon meilleur ami, de P.J. Hogan, où elle parvient cependant à s'éloigner du personnage de l'héroïne lisse et sans aspérités, en compagnie de Cameron Diaz et Rupert Everett. Ce succès l'a conduit à enchaîner dans ce registre : en 1999, elle porte ainsi Coup de foudre à Notting Hill, de Roger Michell, où elle joue de son image en incarnant une star qui tombe sous le charme d'un libraire londonien interprété par Hugh Grant ; puis retrouve Garry Marshall et Richard Gere pour une fausse-suite de leur succès passé, Just married (ou presque), qui est accueilli très fraîchement.

Entre temps, elle partage l'affiche du thriller politique Complots, de Richard Donner, avec Mel Gibson, en 1997 ; et le mélodrame Ma meilleure ennemie, de Chris Columbus, en 1998, aux succès également très mitigés.

Années 2000 : Consécration[modifier | modifier le code]

L'actrice en mai 2002.

Les années 2000 lui permettent d'enchaîner plusieurs projets remarqués, placées sous le sceau de sa collaboration avec le cinéaste Steven Soderbergh, et l'acteur George Clooney.

Le coup d'envoi est donné avec le biopic Erin Brockovich, seule contre tous, un énorme succès critique et commercial, qui mise énormément sur son aura de star, et lui permet de livrer une performance misant tant sur son humour que sur son charisme naturel. Une interprétation saluée par l'Oscar de la meilleure actrice, une dizaine d'années après sa première nomination.

En 2001, Soderbergh la dirige de nouveau dans le film de casse Ocean's Eleven, où elle joue la seule femme d'un casting quatre étoiles dominé par George Clooney, Brad Pitt et d'un jeune Matt Damon.

La même année, elle partage l'affiche de la comédie d'action Le Mexicain, de Gore Verbinski, avec Brad Pitt, qui divise la critique ; puis de la satire légère Couple de stars, avec Catherine Zeta-Jones et Billy Crystal, où elle joue les vilains petits canards.

Elle retrouve Steven Soderbergh pour deux autres films choraux : la comédie Full Frontal en 2002, et la suite Ocean's Twelve, en 2004. Deux films qui continuent à miser sur son aura de star, puisque dans ce dernier, son personnage de Tess Ocean s'avère être une escroc qui profite du fait qu'elle soit le sosie de l'actrice Julia Roberts. Elle y évolue aussi aux côtés de Catherine Zeta-Jones.

Enfin, George Clooney lui confie un rôle dans son acclamé premier long-métrage en tant que réalisateur en 2002, la comédie dramatique Confessions d'un homme dangereux.

La suite des années 2000 lui permet de renouer avec des rôles plus ambitieux : en 2003, elle mène un casting de jeunes actrices montantes - Kirsten Dunst, Julia Stiles, Maggie Gyllenhaal et Ginnifer Goodwin - dans le drame Le Sourire de Mona Lisa, de Mike Newell, qui reçoit des critiques mitigées.

Ses deux collaborations avec Mike Nichols sont en revanche acclamées par la critique et le public : en 2004, en jouant l'un des deux principaux rôles féminins du drame sentimental Closer, entre adultes consentants, et en 2008, en donnant la réplique à Tom Hanks dans la comédie dramatique politique La Guerre selon Charlie Wilson.

En 2008, le drame au casting quatre étoiles, Fireflies in the Garden, est un échec critique et commercial. Mais en 2009, son tandem formé avec Clive Owen dans la romance d'espionnage Duplicity, de Tony Gilroy, lui permet de renouer avec la fibre légère mais élégante de Soderbergh.

À la fin de la même année, elle devient une des égéries de Lancôme[1].

Années 2010 : Films récents[modifier | modifier le code]

Au Tribeca Film Festival, en 2011.

Les années 2010 sont marquées par une succession d'œuvres mineures : ses retrouvailles avec Garry Marshall pour le premier opus de sa trilogie de comédies romantiques chorales, Valentine's Day, sont néanmoins rentables au box-office.

Et sa collaboration avec Ryan Murphy lui permet de mener des productions capitalisant sur son aura de star : en 2010, la comédie romantique initiatique Mange, prie, aime est également un succès commercial, et en 2014, le téléfilm The Normal Heart lui permet de renouer avec un rôle dramatique fort.

En 2011, elle donne la réplique à Tom Hanks dans son second essai en tant que réalisateur, la comédie dramatique Il n'est jamais trop tard. Et en 2012 joue pour la première fois une méchante dans la grosse production Blanche-Neige, de Tarsem Singh, où elle joue la belle-mère Clémentine. Les deux projets reçoivent des critiques mitigées.

En 2014, elle donne la réplique à Meryl Streep dans le mélodrame au casting quatre étoiles, Un été à Osage County, de John Wells, qui lui permet de décrocher une nomination à l'Oscar, dans la catégorie "meilleur second rôle".

En 2015, le drame The Secret in Their Eyes de Billy Ray, passe inaperçu, et elle finit donc par retrouver Garry Marshall pour le dernier chapitre de sa trilogie, Joyeuse fête des mères, aux côtés de Jennifer Aniston, dont la sortie est prévue pour la fête éponyme, en 2016.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Au Festival du Film de Toronto 2013, pour la première de Un été à Osage County.

En 1987, à l'âge de 19 ans, Julia commence à fréquenter l'acteur Liam Neeson, âgé de 35 ans à l'époque, qu'elle a rencontré sur le tournage du film, Satisfaction. Ils emménagent ensemble à Venice, un quartier de Los Angeles, mais se séparent en 1988[2].

En 1989, elle fréquente brièvement l'acteur américain Dylan McDermott[3]. En novembre 1989, elle entame une relation avec l'acteur Kiefer Sutherland - avec qui elle s'est fiancée en août 1990[4]. Ils rompent leurs fiançailles en juin 1991, quelques jours avant leur mariage[3].

En juin 1991, peu après l'annulation de son mariage avec Kiefer Sutherland, il est annoncé que Julia est en couple avec l'acteur américain Jason Patric[5],[6]. Leur relation s'achève en mars 1993[3].

Le 27 juin 1993, Julia épouse le chanteur de country Lyle Lovett, au bout de quelques semaines de relation. Ils divorcent à l'amiable en mars 1995, au bout de 21 mois de mariage[7]. Entre 1995 et 1996, elle fréquente l'acteur américain, Matthew Perry ; elle apparaît même dans un épisode de la série, Friends[4],[7]. Elle a ensuite été en couple avec l'acteur américain Benjamin Bratt, de 1998 à 2001[8].

Depuis 2001, Julia est la compagne du directeur de la photographie américainn Daniel Moder - qu'elle a épousé le 4 juillet 2002 à Taos, au Nouveau-Mexique[9]. Ensemble, ils ont trois enfants : deux faux jumeaux, Hazel Patricia Moder et Phinnaeus "Finn" Walter Moder (nés le 28 novembre 2004)[10], et un garçon, Henry Daniel Moder (né le 18 juin 2007)[11].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Productrice[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

L'actrice aux Screen Actors Guild Award 2014.

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Céline Monsarrat est la voix française régulière de Julia Roberts[12],[13]. Cependant, Frédérique Tirmont l'a doublée à trois reprises à ses débuts pour L'Expérience interdite, Les Nuits avec mon ennemi et Le Choix d'aimer. Enfin, Micky Sébastian lui a prêté sa voix une fois pour Les Complices en 1994.

Au Québec, elle a été régulièrement doublée par Claudie Verdant dans les années 1990 et 2000[14]. À partir des années 2010, Marie-Andrée Corneille lui succède et devient la voix française de l'actrice.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.

L'affiche du film Pretty Woman est une retouche photo, les producteurs ont superposé la tête de Julia Roberts sur le corps du top-modèle Shelley Michelle[16], qui lui sert aussi de doublure de corps dans quelques scènes du film.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]