Vanessa Redgrave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Redgrave.
Vanessa Redgrave
Description de cette image, également commentée ci-après

Vanessa Redgrave à la Berlinale 2011

Naissance (79 ans)
Greenwich, Londres, Angleterre
Nationalité Grande-Bretagne Britannique
Profession Actrice
Films notables Blow-up
La Charge de la brigade légère
Isadora
Marie Stuart, reine d'Écosse
Julia
Retour à Howards End

Vanessa Redgrave est une actrice britannique née le à Londres (Angleterre)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Vanessa Redgrave appartient à une longue lignée d'artistes : ses parents étaient les acteurs Michael Redgrave (1908-1985) et Rachel Kempson (1910-2003). Sa sœur Lynn (1943-2010), son frère Colin (1939-2010) et ses deux filles Natasha Richardson (1963-2009) et Joely Richardson (née en 1965) sont tous acteurs et actrices.

Vanessa Redgrave entre à la Central School of Speech and Drama en 1954. Dans les années années 1960 et 1970, elle devient l'une des « muses » du cinéma anglais, collaborant à plusieurs reprises avec Tony Richardson (son futur mari) et Karel Reisz, deux des grands représentants du free cinema. Elle est surtout connue du public international pour ses rôles dans Blow-Up (1966) de Michelangelo Antonioni et Les Diables (1971) de Ken Russell, film sur l'affaire des démons de Loudun.

Elle reçoit un Oscar en 1968 pour son interprétation du rôle-titre de Julia de Fred Zinnemann. Elle a également obtenu deux fois le Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes : en 1966 pour Morgan et en 1969 pour Isadora, deux films signés Karel Reisz. Dans le second, elle tient le rôle de la chorégraphe et danseuse américaine Isadora Duncan.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle a été mariée de 1962 à 1967 au réalisateur Tony Richardson (1928-1991), le père de ses filles, qui la quitte pour Jeanne Moreau. La même année, elle rencontre sur le tournage du film Camelot le comédien italien Franco Nero avec lequel elle a, deux ans plus tard, un fils, l'écrivain et réalisateur Carlo Nero. Elle entretient par la suite une longue relation avec l'acteur Timothy Dalton. En 2006, elle épouse Franco Nero, près de quarante ans après leur première liaison[2].

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

Vanessa Redgrave est également connue au Royaume-Uni pour son engagement à l'extrême gauche. Elle et son frère Corin ont, dans les années 1970, contribué à financer le Workers' Revolutionary Party, un parti trotskiste dirigé par Gerry Healy. Vanessa Redgrave a été candidate de ce parti à diverses élections. Après la scission du Workers' Revolutionary Party en 1985, Vanessa et Corin Redgrave sont demeurés proches de Healy et ont participé aux activités du Marxist Party, le nouveau mouvement fondé par ce dernier[3].

Le militantisme de Vanessa Redgrave en faveur de la Palestine lui a par ailleurs valu certaines démêlés avec des associations juives américaines. En 1978, son discours de remerciements à la 50e cérémonie des Oscars où elle remporte l'Oscar du meilleur second rôle féminin fait sensation puisqu'elle y dénonce ouvertement le sionisme et l'attitude des associations pro-israéliennes qui avaient appelé à boycotter la soirée après l'annonce de sa présence. Elle est huée par une partie de l'assistance et vertement critiquée quelques minutes plus tard par Paddy Chayefsky, remettant de l'Oscar du meilleur scénario original. Devant le bâtiment où se déroule la soirée éclate une manifestation où se mélangent pro et anti-palestiniens, dispersée par une escouade de police. Des effigies de la comédienne sont même brûlées.

Dans les années 2000, Vanessa Redgrave s'engage fortement dans la lutte contre la guerre en Irak et pour la fermeture de la prison de Guantanamo qu'elle a comparée en novembre 2007 à un camp de concentration nazi[4]. En 2004, Vanessa et Corin Redgrave fondent leur propre parti politique, le Peace and Progress Party, présenté comme un mouvement de défense des droits de l'homme[5] : le Peace and Progress Party a présenté trois candidats lors des élections législatives de 2005, obtenant des résultats négligeables[6].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Depuis 1958, Vanessa Redgrave se produit régulièrement sur scène notamment dans des pièces de William Shakespeare.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Golden Globes 1989 : Meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm pour Un homme pour l'éternité

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clément Ghys, « Vanessa Redgrave, red raide » sur Libération, 16 décembre 2015
  2. (en) « Vanessa Redgrave speaks about marriage to second “husband” for the first time », The Telegraph, 11 juin 2010
  3. (en) Peter Barberis, John McHugh et Mike Tyldesley, Encyclopedia of British and Irish Political Organizations: Parties, Groups And Movements Of The 20Th Century, Continuum International Publishing Group, 2005, pages 169-171.
  4. (en) (en) Matthew Moore, « Vanessa Redgrave bails Guantanamo suspect », sur telegraph.co.uk,‎ (consulté le 29 mars 2011)
  5. (en) « Disillusioned with politics? Vote Redgrave! », The Guardian, 17 novembre 2004
  6. (en)« Of cults and conmen », The Guardian, 8 mai 2005

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vanessa Redgrave, Une autobiographie, traduite par Julie Damour, coll. « Vécu », Robert Laffont, 1992.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :