Charlotte Rampling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur les redirections « Rampling » redirige ici. Pour son père, militaire et athlète, voir Godfrey Rampling.
Charlotte Rampling
Description de cette image, également commentée ci-après
Charlotte Rampling en 2011.
Nom de naissance Tessa Charlotte Rampling
Naissance (73 ans)
Sturmer, Essex Angleterre, Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Profession Actrice
Films notables voir filmographie
Séries notables Dexter
Broadchurch

Tessa Charlotte Rampling dite Charlotte Rampling, née le à Sturmer (Essex), est une actrice britannique d'expression française et anglaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Charlotte Rampling est la fille de Godfrey Rampling, colonel de l'armée britannique qui fut, sous les couleurs du Royaume-Uni, champion olympique d'athlétisme au relais 4 × 400 mètres lors des Jeux olympiques de Berlin de 1936, et d'Anne Isabelle (née Gurteen), peintre[1]. Elle a huit ans lorsque sa famille s'installe à Fontainebleau. Inscrite à l'école communale, elle y apprend le français. De retour en Angleterre, l'adolescente se produit dans des spectacles de music-hall avec sa sœur, puis travaille brièvement comme mannequin.

Elle a été profondément marquée par le décès de sa sœur Sarah en 1966. La famille a observé la plus grande discrétion sur les circonstances du décès de Sarah (qui s'est suicidée en Argentine à l'âge de 23 ans, après avoir accouché prématurément) jusqu'à la mort de leur mère en 2001[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Comme Jane Birkin et Jacqueline Bisset, Charlotte Rampling fait ses débuts à l'écran dans le film-phare du Swinging London, Le Knack... et comment l'avoir (1965), puis tourne dans des comédies à succès tout en prenant des cours d'art dramatique à la Royal Court School. Mais, marquée par le décès brutal de sa sœur, elle décide de quitter la Grande-Bretagne.

Installée en Italie, elle y fait sa première rencontre marquante, celle de Luchino Visconti qui la dirige dans Les Damnés (1969). Elle passe ensuite dans l'univers de la science-fiction avec Zardoz (1974) de John Boorman à celui du sadomasochisme avec Portier de nuit (1974) de Liliana Cavani, film qui la révèle au grand public où elle incarne une rescapée des camps nazis qui entretient une étrange relation avec son ex-bourreau. Se plaisant à explorer à travers ses rôles les zones les plus troubles de l'âme humaine, elle joue devant la caméra d'Oshima le rôle d'une femme qui s'éprend d'un chimpanzé dans Max mon amour (1985). Elle joue également aux côtés de Robert Mitchum dans le film policier Adieu ma jolie (1975) de Dick Richards, dans la comédie Stardust Memories de Woody Allen (1980), et joue les femmes fatales sous la direction de Sidney Lumet dans Le Verdict (1982) face à Paul Newman.

Vivant en France à compter de la fin des années 1970, elle tourne notamment avec Yves Boisset dans Un taxi mauve, Lelouch avec Viva la vie ! et Jacques Deray dans le polar On ne meurt que deux fois (1985).

Charlotte Rampling au festival de Cannes 2001.

Moins présente sur les écrans dans les années 1990, elle livre en 2000 des prestations remarquées dans La Cerisaie (d'après Tchekhov) et le singulier Signs and Wonders de Jonathan Nossiter. L'année suivante, elle joue dans Sous le sable, portrait d'une femme désemparée après la disparition de son mari, signé François Ozon, cinéaste qu'elle retrouvera ensuite pour Swimming pool. En 2001, elle reçoit un César d'honneur qui récompense l'ensemble de sa carrière. Elle s'illustre aussi bien dans la comédie (Embrassez qui vous voudrez, 2002) que dans le thriller (Lemming), le film d'auteur (Vers le sud, 2006) ou le divertissement hollywoodien (Basic Instinct 2).

En 2010, elle est présente dans la publicité d'Allianz et joue un des rôles principaux dans la saison finale de la série Dexter[3]. En 2019, elle est présente sur la distribution du film de science-fiction Dune de Denis Villeneuve, prévu pour sortir en 2020.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1972, Charlotte Rampling épouse l'acteur Bryan Southcombe. La presse rapporte qu'ils vivent en « ménage à trois » avec un mannequin, causant un scandale. Elle a cependant déclaré à ce sujet « Il y a tellement de malentendus dans la vie. J'ai causé un scandale en disant que je vivais avec deux hommes [...] Je ne voulais pas dire d'une manière sexuelle [...] Nous étions juste des gens qui partageaient un appartement »[4]. Rampling et Southcombe ont un fils, Barnaby[5]; ils ont divorcé en 1976.

En 1978, elle épouse le compositeur français Jean-Michel Jarre avec lequel elle a un enfant, David Jarre. Ils se séparent en 1997, puis divorcent en 2003. Son nouveau compagnon, Jean-Noël Tassez (mort en 2015), était un homme d'affaires[6].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Charlotte Rampling en 2009.
Charlotte Rampling en janvier 2016 au dîner des révélations des César.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Présidente de jury[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Voix françaises dans les films anglophones[modifier | modifier le code]

et aussi :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Contemporary theatre, film, and television, Gale Research Company, , p. 226.
  2. (en) « Biography for Charlotte Rampling », sur imdb.com.
  3. « Le saviez-vous ? Charlotte Rampling face à Dexter ! », sur Public.fr, .
  4. Earl Wilson, An Explanation of Streaking. The Post-Register, Idaho Falls, Monday, March 18, 1974, p.10
  5. (en) Barnaby Southcombe, sur IMDb
  6. François Bourboulon, « Charlotte Rampling, une timide qui n'a peur de rien », sur Paris Match,
  7. Mook, « Charlotte Rampling dans la saison 8 de Dexter », Addicted To Dexter, (consulté le 24 janvier 2013)
  8. (en) « Charlotte Rampling to star in new series of Broadchurch », "ITV Press Centre",‎ (lire en ligne, consulté le 7 mai 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]