Emma Thompson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Emma Thompson
Description de cette image, également commentée ci-après
Naissance (63 ans)
Londres (Royaume-Uni)
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Profession Actrice
Scénariste
Productrice
Films notables Retour à Howards End
Les Vestiges du jour
Raison et sentiments
Nanny McPhee (série de films)
My Lady
(voir filmographie)

Dame Emma Thompson (/ˈɛmə ˈtɒmsən/[1]) est une actrice, scénariste et productrice britannique, née le à Londres.

Révélée durant les années 1990 en recevant deux nominations à l'Oscar de la meilleure actrice pour ses performances dramatiques dans le diptyque Retour à Howards End (1992) et Les Vestiges du jour (1993), tous deux réalisés par James Ivory, elle remporte la statuette pour le premier film. Elle est également nommée à l'Oscar du meilleur second rôle pour Au nom du père (1994) de Jim Sheridan, puis Raison et Sentiments (1995) d'Ang Lee. Comme auteur du script de ce dernier long métrage, elle est récompensée par l'Oscar du meilleur scénario adapté. Durant les années 2000, Emma Thompson participe à différents projets américains et britanniques, parfois en tant que scénariste, mais se fait surtout connaître d'une très large audience en incarnant la professeur Sibylle Trelawney dans la saga Harry Potter.

Elle est héroïne et scénariste des films pour enfants Nanny McPhee (2005) et Nanny McPhee et le Big Bang (2010), avant d'incarner l'agent O dans Men in Black 3 (2012) et Men in Black International (2019). Son succès critique le plus médiatisé est sans doute le biopic Dans l'ombre de Mary (2013), dont elle partage l'affiche avec Tom Hanks. Par la suite, elle participe aux conclusions de deux trilogies à succès du cinéma britannique, Bridget Jones Baby en 2016 et Johnny English contre-attaque en 2018. La reine Élisabeth II la nomme dame commandeur de l'ordre de l'Empire britannique la même année pour services rendus aux arts dramatiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Emma Thompson (à droite) avec sa mère Phyllida Law et sa sœur Sophie Thompson, en 2014.

Emma Thompson est née à Londres le 15 avril 1959[2],[3]. Sa mère est l'actrice écossaise Phyllida Law, tandis que son père anglais, Eric Thompson, est impliqué dans le théâtre et est connu comme scénariste et narrateur dans la version anglaise de la populaire série télévisée pour enfants Le Manège enchanté[4],[5] . Son parrain était le directeur et écrivain Ronald Eyre[6],[7]. Elle a une sœur, Sophie, qui est également actrice[4]. La famille vit à West Hampstead dans le nord de Londres et Emma Thompson a fait ses études à la Camden School for Girls[8]. Elle passe beaucoup de temps en Écosse pendant son enfance et a souvent visité Ardentinny (en), où vivaient ses grands-parents et son oncle[9].

Dans sa jeunesse, Emma Thompson a été intriguée par la langue et la littérature, un trait qu'elle attribue à son père, qui partageait son amour des mots[10]. Après avoir passé avec succès les A-level en anglais, français et latin[11] et obtenu une bourse[12], elle a commencé à étudier pour un diplôme en littérature anglaise au Newnham College, à l'université de Cambridge, qu'elle obtient en 1977[13]. Emma Thompson pense que cela était inévitable qu'elle devienne actrice, commentant qu'elle était « entourée de gens créatifs et je ne pense pas que cela aurait jamais été autrement, vraiment »[14]. Là-bas, elle a eu un « moment fondateur » qui l'a tournée vers le féminisme et l'a inspirée à se mettre au spectacle. Elle a expliqué dans une interview en 2007 comment elle avait découvert le livre The Madwoman in the Attic, « qui parle d'écrivaines victoriennes et des déguisements qu'elles ont pris pour exprimer ce qu'elles voulaient exprimer », changeant complètement sa vie[15]. Elle est devenue une « punk rocker » autoproclamée[16], avec les cheveux rouges courts et une moto et a aspiré à être une comédienne comme Lily Tomlin[15].

À Cambridge, Emma Thompson a été invitée à rejoindre les Cambridge Footlights, la troupe prestigieuse de comédie de sketch de l'université, par son président, Martin Bergman[17], devenant son premier membre féminin[18]. Aussi dans la troupe figuraient les autres acteurs Stephen Fry et Hugh Laurie, avec lequel elle a une relation amoureuse[19]. Fry a rappelé qu'« il n'y avait aucun doute qu'Emma tenait la distance. Notre surnom pour elle était Emma Talented »[20] . En 1980, Thompson a été vice-présidente des Footlights [21] et a co-dirigé la première revue entièrement féminine de la troupe, Woman's Hour[17]. L'année suivante, Emma Thompson et les Footlights ont remporté le Perrier Award au Edinburgh Festival Fringe pour leur spectacle de sketches The Cellar Tapes[22]. Emma Thompson a obtenu son diplôme avec les honneurs supérieurs de deuxième classe[23].

En 1982, le père d'Emma Thompson décède à l'âge de cinquante-deux ans[4]. L'actrice a déclaré que cela « avait déchiré [la famille] en morceaux »[24]» et à quel point qu'elle regrette « qu'il ne soit pas là »[25], tout en ajoutant que si son père était encore vivant, elle n'aurait « peut-être jamais eu l'espace ou le courage de faire ce que j'ai fait », ayant « un sentiment certain d'hériter de l'espace. Et du pouvoir »[25].

L'agent Richard Armitage la découvre sur les planches et lui propose de signer un contrat, deux ans avant la fin de sa licence, qu'elle obtient à Cambridge en 1980.

Outre l'anglais, sa langue maternelle, Emma Thompson parle couramment le français[26].

Révélation (1982-1991)[modifier | modifier le code]

l'ADC Theatre, département de l'Université de Cambridge où Emma Thompson a débuté avec les Footlights.

Emma Thompson obtient son premier rôle professionnel en 1982, en tournée dans une version scénique de Not the Nine O'Clock News[3]. Elle s'est alors tournée vers la télévision, où une grande partie de son premier travail est venue avec ses co-stars de Footlights Hugh Laurie et Stephen Fry. La série comique de la chaîne régionale ITV Granada There's Nothing To Worry About! (1982) était leur première participation à la télévision, suivie de The Crystal Cube (1983), sur la BBC[27]. Une bonne partie du casting de There's Nothing To Worry About!, dont Emma Thompson, est revenu plus tard dans la série de sketches Alfresco (1983-1984)[3],[27]. Plus tard, elle a collaboré à nouveau avec Fry et Laurie sur la série radiophonique humoristique acclamée de la BBC Radio 4 série Saturday Night Fry (1988).

En 1985, Emma Thompson a été choisi pour la reprise de la comédie musicale Me and My Girl jouée dans le West End, avec Robert Lindsay. Cela a permis une percée dans sa carrière, car la production a reçu des critiques élogieuses[3],[28]. Elle a joué le rôle de Sally Smith pendant quinze mois, ce qui a épuisé l'actrice; elle a plus tard remarqué qu'elle pensait que si elle « faisai[t] le putain de Lambeth Walk une fois de plus, [elle] allai[t] vomir putain »[20]. À la fin de 1985, elle a écrit et joué dans son propre show spécial unique pour Channel 4, Emma Thompson : Up for Grabs[29].

Emma Thompson a réalisé une autre percée en 1987[3], lorsqu'elle a eu des rôles principaux dans deux mini-séries télévisées, Fortunes of War, un drame de la Seconde Guerre mondiale avec Kenneth Branagh, et Tutti Frutti, une comédie noire sur un groupe de rock écossais avec Robbie Coltrane[28]. Pour ces performances, Emma Thompson a remporté le British Academy Television Award de la meilleure actrice[30]. L'année suivante, elle a écrit et joué dans sa propre série de sketchs comiques pour la BBC, Thompson, mais le programme est mal reçu[31]. En 1989, elle et Branagh, qui avaient noué une relation amoureuse, ont joué dans une reprise sur scène de Look Back in Anger, réalisé par Judi Dench et produit par la Renaissance Theatre Company de Branagh[28],[32]. Plus tard cette année-là, la paire a joué dans une version télévisée de la pièce[3],[32].

L'acteur, réalisateur et premier mari d'Emma Thompson, Kenneth Branagh, avec lequel elle a collaboré au cinéma et à la télévision

La première apparition d'Emma Thompson au cinéma est survenue dans la comédie romantique The Tall Guy (1989), le premier long métrage du scénariste Richard Curtis[28]. Le film narre l'histoire d'amour entre un acteur de West End, joué par Jeff Goldblum et d'une infirmière incarnée par Emma Thompson. Le film ne rencontre pas un véritable succès public[33], mais la performance d'Emma Thompson a été louée dans le New York Times, où Caryn James l'a appelée comme « une actrice comique exceptionnellement polyvalente »[34]. Elle s'est ensuite tournée vers Shakespeare, apparaissant comme la princesse Katherine dans l'adaptation cinématographique de Branagh d'Henry V (1989), qui remporte un grand succès critique[35].

Emma Thompson et Kenneth Branagh sont considérés par l'écrivain et critique américain James Monaco comme ayant mené « l'assaut cinématographique britannique » dans les années 1990[36]. Elle a continué à expérimenter Shakespeare dans la nouvelle décennie, apparaissant avec Branagh dans ses productions théâtrales du Songe d'une nuit d'été et du roi Lear[28],[32],[37]. Emma Thompson est revenue au cinéma en 1991, jouant un « aristocrate frivole » dans Impromptu aux côtés d'Hugh Grant et Judy Davis[38], pour lequel elle est nommée à l'Independent Spirit Award de la meilleure actrice dans un second rôle[39]. Son deuxième film en 1991 était un autre partenariat avec Branagh, dans le film noir Dead Again qui se déroule à Los Angeles, dans lequel elle joue une femme amnésique[40]. Au début de 1992, Emma Thompson avait un rôle d'invitée dans un épisode de la sitcom Cheers en tant que première épouse de Frasier Crane[41].

Consécration (1992-1999)[modifier | modifier le code]

Un tournant dans la carrière d'Emma Thompson s'est produit lorsqu'elle a été choisie pour faire face à Anthony Hopkins et Vanessa Redgrave dans le drame réalisé par James Ivory Retour à Howards End (1992), basé sur le roman d'EM Forster[28]. Le film a exploré le système de classe sociale dans l'Angleterre édouardienne, dans lequel Emma Thompson joue une femme idéaliste, intellectuelle et tournée vers l'avenir qui entre en association avec une famille privilégiée et profondément conservatrice. Elle a activement poursuivi le rôle en écrivant au réalisateur, qui a accepté une audition et lui a ensuite confié le rôle[42]. Selon le critique Vincent Canby, le film a permis à Emma Thompson de « [prendre] sa propre place », loin de Branagh[43]. À sa sortie, Roger Ebert a écrit qu'elle était « superbe dans le rôle central : calme, ironique, observatrice, avec de l'acier à l'intérieur »[44]. Retour à Howards End a été largement loué par la critique[45], un « succès surprise »[46] et a reçu neuf nominations aux Oscars[47]. Le film remporte trois Oscars, dont celui la meilleure actrice pour Thompson, qui a également reçu un Golden Globe et un BAFTA pour sa performance[3]. Réfléchissant sur le rôle, le New York Times écrit que l'actrice « s'est retrouvée dans un succès international presque du jour au lendemain »[3].

L'acteur Anthony Hopkins, qui a joué avec l'actrice dans Retour à Howards End et Les Vestiges du jour.

Pour ses deux films suivants, Emma Thompson a recommencé à travailler avec Branagh. Dans Peter's Friends (1992), le couple a joué avec Stephen Fry, Hugh Laurie, Imelda Staunton et Tony Slattery en tant que groupe d'anciens élèves de Cambridge réunis dix ans après l'obtention de leur diplôme. La comédie a été positivement reçu par la critique[48] et Desson Howe du Washington Post a écrit qu'Emma Thompson était son point culminant : « Même en tant que personnage plutôt unidimensionnel, elle respire la grâce et un sens adroit de la tragédie comique »[49]. Peu après, elle tourne encore avec Branagh dans l'adaptation cinématographique de la pièce de Shakespeare, Beaucoup de bruit pour rien. Le couple a joué le rôle de Béatrice et Benedick, aux côtés d'un casting qui comprenait également Denzel Washington, Keanu Reeves et Michael Keaton. Emma Thompson a été largement félicitée pour l'alchimie à l'écran avec Kenneth Branagh et la facilité naturelle avec laquelle elle a joué le rôle[50],[51], marquant un autre succès critique pour Emma Thompson[52]. Sa performance lui a valu une nomination à l'Independent Spirit Award de la meilleure actrice[39].

Après Retour à Howards End, Emma Thompson a retrouvé Ivory et Anthony Hopkins pour tourner Les Vestiges du jour (1993), un film qui a été décrit comme un « classique » et le film définitif de l'équipe de production[53],[54]. Basé sur le roman de Kazuo Ishiguro parlant d'une femme de ménage et un majordome dans la Grande-Bretagne de l'entre-deux-guerres, l'histoire est acclamée pour son étude de la solitude et de la répression, bien qu'Emma Thompson s'intéressait particulièrement à « la difformité que la servitude inflige aux gens », puisque sa grand-mère avait travaillé comme servante et fait de nombreux sacrifices[55]. Elle a nommé le film comme l'une des plus grandes expériences de sa carrière, en le considérant comme un « chef-d'œuvre d'émotion retenue »[56]. Les Vestiges du Jour est un succès critique et commercial[53], recevant huit nominations aux Oscars, notamment dans les catégories meilleur film et Oscar de la meilleure actrice pour Emma Thompson, dont c'est la deuxième nomination[57].

En plus de sa nomination pour la meilleure actrice lors de la 66e cérémonie des Oscars, Emma Thompson a également été nominée dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle, faisant d'elle la huitième interprète de l'histoire à être nominée pour deux Oscars la même année[58]. Cette nomination à la catégorie du meilleur second rôle féminin est obtenu pour son rôle de l'avocate Gareth Peirce dans Au nom du père (1993), un drame sur les Quatre de Guildford avec Daniel Day-Lewis dans le rôle de Gerry Conlon. Le film était son deuxième succès de l'année, gagnant 65 millions de dollars de recettes mondiales et les éloges de la critique, et a été nominé pour le meilleur film avec Les Vestiges du jour[59],[60].

En 1994, Emma Thompson a fait ses débuts à Hollywood en jouant une généticienne maladroite aux côtés d'Arnold Schwarzenegger et Danny DeVito dans le blockbuster Junior. Bien que le scénario de la grossesse masculine ait été mal reçu par la plupart des critiques et ait échoué au box-office[61], Mick LaSalle du San Francisco Chronicle encense le trio d'acteurs[62]. Elle est revenue au cinéma indépendant pour un rôle principal dans Carrington, qui a étudié la relation platonique entre l'artiste Dora Carrington et l'écrivain Lytton Strachey (joué par Jonathan Pryce). Roger Ebert a fait remarquer qu'Emma Thompson avait « développé une spécialité dans l'amour non partagé »[63] et le TV Guide Film & Video Companion a commenté que ses « maniérismes neurasthéniques, qui nous rendent généralement fous, sont appropriés ici »[64].

Le succès d'Emma Thompson aux Oscars s'est poursuivi avec Raison et Sentiments (1995), généralement considéré comme la plus populaire et la plus authentique des nombreuses adaptations cinématographiques des romans de Jane Austen réalisées dans les années 1990[65],[66],[67]. Admiratrice de long date du travail d'Austen, Emma Thompson a été embauchée pour écrire le film basé sur les sketches d'époque dans sa série Thompson[68]. Elle a passé cinq ans à développer le scénario[69] et a pris le rôle de la sœur célibataire Elinor Dashwood malgré qu'elle ait trente-cinq ans au moment du tournage, soit seize ans de plus que le personnage littéraire[70]. Réalisé par Ang Lee et ayant comme co-vedettes Kate Winslet, Hugh Grant et Alan Rickman, Raison et Sentiments a été largement acclamé par la critique et se classe parmi les films les plus rentables de la carrière d'Emma Thompson[71],[72]. Shelly Frome a fait remarquer qu'elle a montré une « grande affinité pour le style et l'esprit de Jane Austen »[73] et Graham Fuller de Sight and Sound l'a vue comme le film d'un auteur[74]. Aux Oscars, Thompson a reçu une troisième nomination pour la meilleure actrice et a remporté le prix du meilleur scénario adapté, faisant d'elle la seule personne dans l'histoire à remporter un Oscar pour le jeu d'acteur et l'écriture de scénario[75]. Elle a également remporté un deuxième prix au BAFTA de la meilleure actrice et un Golden Globe Award du meilleur scénario[3].

Emma Thompson était absente des écrans en 1996, mais est revenu l'année suivante avec le premier film réalisé par Alan Rickman, L'Invitée de l'hiver. Se déroulant sur une journée dans un village balnéaire écossais, le drame a permis à Emma Thompson et à sa mère Phyllida Law de jouer la mère et la fille à l'écran[76]. Elle est revenue alors aux États-Unis pour apparaître dans un épisode d'Ellen et sa performance d'auto-parodie a reçu un Emmy Awards de la meilleure actrice invitée dans une série télévisée comique [28],[77]

Pour son deuxième rôle Hollywood, Emma Thompson a joué aux côtés de John Travolta dans le long-métrage de Mike Nichols Primary Colors (1998), jouant un couple basé sur Bill et Hillary Clinton[78]. Le personnage d'Emma Thompson, Susan, est décrit comme étant une « épouse ambitieuse et patiente » qui doit faire face à l'infidélité de son mari[79]. Le film a été bien reçu par la critique mais est un échec commercial au box-office[80],[81]. Selon Kevin O'Sullivan du Daily Mirror, les Américains ont été « époustouflés » par sa performance et son accent et les meilleurs producteurs d'Hollywood se sont de plus en plus intéressés à l'engager dans un film[82]. Emma Thompson a rejeté de nombreuses offres, exprimant des inquiétudes quant à la vie à Los Angeles derrière des murs avec des gardes du corps, et a déclaré que « L.A. est belle tant que vous savez que vous pouvez partir ». Elle a également admis se sentir fatiguée et blasée par l'industrie à ce stade, ce qui a influencé sa décision de quitter le cinéma pendant un an[83]. Après Primary Colors, Emma Thompson a joué un agent du FBI en face de Rickman dans le thriller mal reçu Judas Kiss (1998)[84].

Succès critiques et commerciaux (années 2000)[modifier | modifier le code]

L'actrice en 2009 à la première londonienne de Last Chance for Love, avec Dustin Hoffman.

Durant les années 2000, l'actrice participe à différents projets, plus populaires et médiatisés : l'année 2003 est marquée par la sortie de la comédie romantique chorale Love Actually, écrite et réalisée par Richard Curtis. Dans un couple qui part à la dérive, elle tient le rôle de la femme qui cherche à faire fonctionner sa famille tant bien que mal, avec un mari qui semble plus intéressé par sa jeune secrétaire. Ce film réunit entre autres Hugh Grant, Keira Knightley, Colin Firth, Alan Rickman et Liam Neeson. La même année, elle participe à la série de Mike Nichols Angels In America, qui relate le difficile coming out des homosexuels atteints du sida dans les années 1980. Une série de six épisodes d'environ une heure chacun, qui réunit également Al Pacino et Meryl Streep. Emma Thompson et Greg Wise se marient en 2003 et accueillent un ancien enfant soldat rwandais réfugié à Londres[85],[86].

En 2004, elle incarne la loufoque et excentrique professeur de divination Sibylle Trelawney dans le blockbuster Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, réalisé par Alfonso Cuarón[87]. L'actrice signe alors pour incarner une héroïne fantastique et fantasque dans son propre film, Nanny McPhee, qu'elle écrit également, et dont la mise en scène est confiée à Kirk Jones, sort en 2005 et reçoit un excellent accueil critique[88].

L'année suivante, l'actrice donne la réplique à Will Ferrell pour la comédie dramatique fantastique L'Incroyable Destin de Harold Crick, réalisée par Marc Forster. Elle y tient le rôle de la romancière Kay Eiffel, qui va découvrir que le personnage principal de son prochain roman (Will Ferrell), qu'elle a l'intention de tuer à la fin, existe vraiment et va alors tout faire pour éviter sa mort prochaine.

Elle redevient Sibylle Trelawney pour Harry Potter et l'Ordre du phénix, cette fois la direction de David Yates. Pour finir, elle tourne quelques scènes du blockbuster Je suis une légende, porté par la star Will Smith.

Les années suivantes, elle privilégie des projets plus modestes : en 2008 sort ainsi le drame d'époque britannique Brideshead Revisited, de Julian Jarrold, dont elle tient le rôle principal, puis la romance américaine Last Chance for Love, écrite et réalisée par Joel Hopkins, qui lui permet de donner la réplique à Dustin Hoffman. Elle défend ensuite un second rôle dans le drame initiatique réalisé par Lone Scherfig, Une éducation[89], qui révèle Carrey Mulligan.

L'année 2009 lui permet de retrouver le scénariste/réalisateur Richard Curtis pour la comédie historique Good Morning England.

En 2010, alors qu'elle avait annoncé qu'elle se consacrerait entièrement au tournage de Nanny McPhee et le Big Bang, dont elle a une nouvelle fois signé le scénario, elle annonce dans une nouvelle interview qu'elle sera présente dans Harry Potter et les Reliques de la Mort. Le 6 août, elle reçoit son étoile sur le Walk of Fame de Los Angeles, accompagnée par Hugh Laurie et Maggie Gyllenhaal. L'étoile est située devant le pub The Pig n' Whistle.

Malgré des bonnes critiques[90], Nanny McPhee et le Big Bang génère des rentrées financières inférieures au premier opus, conduisant à l'annulation d'une dernière suite[91].

Confirmation (années 2010)[modifier | modifier le code]

En 2011, Harry Potter et les Reliques de la Mort : Partie 2 l'amène donc à faire ses adieux à Sibylle Trelawney, mais l'actrice rebondit déjà vers une autre franchise à succès.

En 2012, elle joue en effet le rôle de l'Agent O, la nouvelle directrice du MIB dans Men in Black 3, aux côtés de Will Smith et de Tommy Lee Jones. Le blockbuster est un succès critique[92] et commercial [93].

Entre 2012 et 2015, les films américains auxquels elle participe se soldent cependant par des échecs critiques[94]. Seul se détache le biopic Dans l'ombre de Mary, réalisé par John Lee Hancock, qui lui permet d'incarner Pamela L. Travers face à Tom Hanks dans le rôle de Walt Disney. Un joli succès critique et commercial[95].

L'année 2016 lui permet d'opérer un retour critique : elle participe au scénario de la suite inattendue Bridget Jones Baby, réalisée par Sharon Maguire, et y tient un second rôle. Puis elle tient le premier rôle féminin d'une comédie britannique saluée par la critique La Légende de Barney Thomson, réalisée par l'acteur Robert Carlyle.

Elle retrouve Emma Watson l'année suivante pour le remake de La Belle et la Bête des Studios Disney. L'actrice y joue la gouvernante Mme Samovar. Autre grosse production, la comédie d'action Johnny English contre-attaque, où l'actrice incarne la Première ministre britannique.

Elle reprend son rôle de l’Agent O pour Men in Black International en 2019[96].

Parallèlement à ces blockbusters, elle apparaît dans plusieurs films indépendants salués par la critique[94] : The Meyerowitz Stories (2017), qui lui permet de retrouver Dustin Hoffman, le drame judiciaire anglais My Lady (2017), où elle tient le rôle-titre, secondée par Stanley Tucci et la comédie Late Night, dont elle partage l'affiche avec l'actrice américaine Mindy Kaling, également auteur du scénario.

Le , la reine Élisabeth II la nomme, tout comme Keira Knightley et Tom Hardy, dame commandeur de l’ordre de l'Empire britannique, récompensant son talent ainsi que ses multiples contributions au cinéma britannique et mondial[97].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Emma Thompson a déclaré qu'elle se sentait écossaise en disant : « non seulement parce que je suis à moitié écossaise, mais aussi parce que j'ai passé la moitié de ma vie [en Écosse] »[9],[98]. Elle revient fréquemment en Écosse et visite Dunoon à Argyll and Bute. Elle possède une maison à proximité, sur les rives du Loch Eck[99].

Le premier mari d'Emma Thompson était l'acteur et réalisateur Kenneth Branagh, qu'elle a rencontré en 1987 lors du tournage de la série télévisée Fortunes of War[100]. Ils se sont mariés en 1989 et ont commencé à apparaître dans plusieurs films ensemble, Branagh la jetant souvent dans ses propres productions[101]. Surnommé un « couple d'or » par la presse britannique[100], leur relation a reçu une couverture médiatique substantielle[5]. Le couple a tenté de garder la relation privée, refusant d'être interviewé ou photographié ensemble[102]. En septembre 1995, Emma Thompson et Kenneth Branagh ont annoncé leur séparation, ils ont cité leurs horaires de travail comme raison, mais il est apparu plus tard que Branagh avait une liaison avec l'actrice Helena Bonham Carter[103].

Emma Thompson vivait seule alors que la relation avec Kenneth Branagh se détériorait et devenait déprimée[24]. Pendant le tournage de Raison et Sentiments en 1995, elle a commencé une relation avec son co-star Greg Wise. Commentant sur comment elle a pu surmonter sa dépression, elle a déclaré à BBC Radio 4 : « Le travail m'a sauvé et Greg m'a sauvé. Il a ramassé les morceaux et les a remontés »[24]. Le couple a une fille, Gaia, une grossesse obtenue par fécondation in vitro lorsqu'Emma Thompson avait 39 ans[5].

En 2003, Emma Thompson et Greg Wise se sont mariés à Dunoon[104]. La résidence permanente de la famille est à West Hampstead, à Londres, sur la même route que sa maison d'enfance[5]. Également en 2003, Emma Thompson et son mari ont adopté de manière informelle un orphelin rwandais et ancien enfant soldat nommé Tindyebwa Agaba. Ils se sont rencontrés lors d'un événement du Conseil des réfugiés quand il avait 16 ans, et elle l'a invité à passer Noël chez eux[5]. Emma Thompson commente que « lentement, il est devenu une sorte de luminaire permanent, est venu en vacances en Ecosse avec nous, est devenu une partie de la famille »[105]. Agaba est devenu citoyen britannique en 2009[106].

Le 28 février 2020, Emma Thompson et son mari ont prêté serment en tant que citoyens d'honneur de Venise, en Italie, et sont devenus des résidents légaux de l'Italie. Le couple avait déjà acheté une maison dans la ville et a indiqué son intention de s'installer définitivement en Italie[107]. Ils conservent une base à West Hampstead, à Londres[108].

Décoration[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1982 : Cambridge Footlights Revue (téléfilm) de John Kilby : Personnages variés
  • 1982 : There's Nothing to Worry About ! (série télévisée) : Personnages variés
  • 1983 : The Crystal Cube (téléfilm) de John Kilby : Jackie Meld/Rôles variés
  • 1983-1984 : Alfresco (série télévisée) : Personnages variés
  • 1984 : The Comic Strip Presents… (série télévisée) : la jeune femme
  • 1984 : The Young Ones (série télévisée) : Miss Money-Sterling
  • 1985 : Casse-noisettes (série télévisée) : Varié
  • 1985 : Emma Thompson: Up for Grabs (téléfilm)
  • 1987 : Tutti Frutti (série télévisée) : Suzi Kettles
  • 1987 : Fortunes of War (mini-série télévisée) : Harriet Pringle
  • 1988 : Thompson (série télévisée) : Rôles variés
  • 1989 : Look Back in Anger (téléfilm) de Judi Dench : Alison Porter
  • 1989 : Theatre Night (série télévisée) : Catherine Winslow
  • 1992 : Cheers (série télévisée) : Nanette Guzman
  • 1994 : L'Enfant du lac (The Blue Boy) (téléfilm) de Paul Murton : Marie Bonnar
  • 1997 : Hospital ! (téléfilm) de John Henderson : Femme Éléphant
  • 1997 : Ellen (série télévisée) : elle-même
  • 2001 : Bel Esprit de Mike Nichols : Vivian Bearing
  • 2003 : Angels in America (mini-série télévisée) : l'infirmière Emily, une clocharde et l'Ange de l'Amérique
  • 2010 : The Song of Lunch (téléfilm) de Niall MacCormick : She
  • 2012 : Playhouse Presents (série télévisée) : La Reine
  • 2018 : Le Roi Lear de Richard Eyre : Goneril
  • 2019 : Years and Years : Vivienne Rook

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]
Années 1990[modifier | modifier le code]
Années 2000[modifier | modifier le code]
Années 2010[modifier | modifier le code]
Années 2020[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Productrice / productrice déléguée[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nanny McPhee et le Big Bang (trad. de l'anglais), Paris, Éditions l'Archipel, , 223 p. (ISBN 978-2-8098-0321-1).

Distinctions[modifier | modifier le code]

L'actrice, récompensée au World Economic Forum 2008, à Davos, en Suisse.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Voix francophones[modifier | modifier le code]

En France, Frédérique Tirmont[109] est la voix française régulière d'Emma Thompson (Retour à Howards End, Raison et Sentiments, Nanny McPhee, Love Actually, Harry Potteretc.). Cependant, en quelques occasions, elle a été remplacée par d'autres actrices comme Véronique Augereau, dans The Tall Guy[110], Béatrice Agenin dans Les Vestiges du jour, Nathalie Homs, dans Rebelle[111], Anne Jacquemin, dans Seul dans Berlin[112], et Sophie Delmas dans La Belle et la Bête[113]. Au Québec, le doublage de l'actrice britannique est le plus souvent réalisé par Élise Bertrand[114] (Les Vestiges du jour, Nounou McPhee, Hommes en noir 3etc.). L'actrice québécoise Diane Arcand reprend le texte en français du Dr Alice Krippin de Je suis une légende[114]. La voix francophone du professeur Trelawney, personnage de Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban et Harry Potter et l'Ordre du Phénix, est celle de Patricia Tulasne[114].

Versions françaises
Versions québécoises

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en anglais britannique retranscrite selon la norme API.
  2. Tim Jepson et Larry Porges, National Geographic London Book of Lists: The City's Best, Worst, Oldest, Greatest, and Quirkiest, National Geographic Society, (ISBN 978-1-4262-1385-4, lire en ligne), p. 15
  3. a b c d e f g h et i Rebecca Flint Marx, « Emma Thompson », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  4. a b et c Elizabeth Grice, « Phyllida Law: my mother's dementia had its funny side », The Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  5. a b c d et e Joanna Moorhead, « Emma Thompson: 'Family is about connection' », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  6. Emma Thompson, « Beneath the skin », The Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  7. « Emma Thompson: A Life in Pictures » [archive du ], sur BAFTA Guru, (consulté le )
  8. Kate Kellaway, « Warts'n'all », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  9. a et b Rick Fulton, « It's Nanny McMe; Thespian beauty Emma Thompson was gutted when it took make-up artists only an hour to turn her into grotesque old granny Nanny McPhee for her latest movie. », Glasgow Daily Record, sur thefreelibrary.com, (consulté le )
  10. « EMMA THOMPSON DISPLAYS SENSE AND SENSIBILITY.(TIMEOUT) », The Cincinnati Post,‎ (lire en ligne[archive du ] Inscription nécessaire, consulté le )
  11. Chris Nickson, Emma: The Many Facets of Emma Thompson, Taylor Pub, , 13 (ISBN 9780878339655, lire en ligne)
  12. Chris Nickson, Emma: The Many Facets of Emma Thompson, Taylor Pub, , 201 (ISBN 9780878339655, lire en ligne)
  13. Joann Moorhead, « Emma Thompson: Doth the lady protest too much? », The Independent,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  14. « Emma Thompson: A Life in Pictures » [archive du ], Bafta.org, (consulté le )
  15. a et b Logan Hill, « Influences: Emma Thompson », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  16. Neil Davey, « Brideshead Revisited — an interview with Emma Thompson » [archive du ], Saga (consulté le )
  17. a et b Logan Hill, « The Cambridge Footlights: First steps in comedy », The Independent,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  18. James C. Bulman, Shakespeare Re-dressed: Cross-gender Casting in Contemporary Performance, Associated University Presse, (ISBN 978-0-8386-4114-9, lire en ligne[archive du ]), p. 152
  19. Tim Walker, « Hugh Laurie's elemental about Emma Thompson », The Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  20. a et b Vanessa Thorpe, « Emma Thompson: the A-lister who sets her own rules », The Observer,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  21. « 1980–1989 » [archive du ], Footlights (consulté le )
  22. « History » [archive du ], Footlights (consulté le )
  23. Chris Nickson, Emma: Many Faces of Emma Thompson, Taylor Pub, , 35 (ISBN 9780878339655, lire en ligne)
  24. a b et c Vanessa Thorpe, « Emma Thompson tells of her battle with 'voices in my head' », The Observer,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  25. a et b Jan Stuart, « Emma Thompson, Sensibly », New York,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  26. [vidéo] Visionner l’interview sur YouTube.
  27. a et b « Emma Thompson » [archive du ], British Film Institute (consulté le )
  28. a b c d e f et g « Emma Thompson – Biography » [archive du ], Yahoo! (consulté le )
  29. « Emma Thompson: Up for Grabs » [archive du ], British Film Institute (consulté le )
  30. « Television Actress in 1988 » [archive du ], British Academy of Film and Television (consulté le )
  31. « Emma Thompson » [archive du ], BBC (consulté le )
  32. a b et c « Renaissance Theatre Company Collection » [archive du ], Archives Hub (consulté le )
  33. Mark Lawson, « It's Magic », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  34. Caryn James, « The Tall Guy (1989) », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  35. « Henry V (1989) » [archive du ], sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  36. James Monaco, How to Read a Film:Movies, Media, and Beyond: Movies, Media, and Beyond, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-975579-0, lire en ligne[archive du ]), p. 414
  37. Richard Christiansen, « An Impressive King Lear Outshines A Flawed, Hilarious 'dream' », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  38. « Impromptu » [archive du ], sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  39. a et b « Emma Thompson – Awards », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  40. « Dead Again (Weekend) » [archive du ], sur Box Office Mojo (consulté le )
  41. « Cheers, Season 10, Episode 16: One Hugs, the Other Doesn't » [archive du ], TV.com (consulté le )
  42. « Emma Thompson: A Life in Pictures » [archive du ], BAFTA Guru, (consulté le )
  43. Vincent Canby, « Howards End (1992) », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  44. Roger Ebert, « Howards End », Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  45. « Howards End », sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  46. Hilary De Vries, « Simply Put, It's Chemistry: Two actors, two Oscars, two tart tongues—Emma Thompson and Anthony Hopkins do the Tracy and Hepburn thing », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  47. Vincent Canby, « Howards End (1992) », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  48. « Peter's Friends » [archive du ], sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  49. Desson Howe, « Peter's Friends », The Washington Post,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  50. Owen Gleiberman, « Much Ado About Nothing (1993) », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  51. J. Michael Dlugos, Mr. Mikey's Video Views; Volume One, Trafford Publishing, (ISBN 978-1-55212-316-4, lire en ligne[archive du ]), p. 151
  52. « Much Ado About Nothing » [archive du ], sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  53. a et b « The Remains of the Day » [archive du ], sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  54. « The Remains of the Day » [archive du ], Film4 (consulté le )
  55. Thompson, Emma (24 November 2014). Interview with Boyd Hilton « https://web.archive.org/web/20160305074533/http://static.bafta.org/files/emma-thompson-a-life-in-pictures-transcript-195-piccadilly-24-november-2013-2101.pdf »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), . London. A Life in Pictures. BAFTA
  56. Desson Howe, « Andrew Marr interview with Emma Thompson », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  57. David J. Fox, « Oscar's Favorite 'List' : The Nominations : 'Schindler's' Sweeps Up With 12 Nods : 'The Piano' and 'The Remains of the Day' both receive eight nominations; 'Fugitive,' 'In the Name of the Father' earn seven », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  58. « Two in One Acting » [archive du ], Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le )
  59. « In the Name of the Father » [archive du ], sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  60. « In the Name of the Father » [archive du ], sur Box Office Mojo (consulté le )
  61. « Junior » [archive du ], sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  62. Mick La Salle, « FILM REVIEW -- Schwarzenegger Gets Sensitive in 'Junior' », The San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  63. Roger Ebert, « Carrington », Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  64. TV Guide Film & Video Companion, Barnes & Noble Books, (ISBN 978-0-7607-6104-5, lire en ligne), p. 146
  65. William H. Galperin, The Historical Austen, University of Pennsylvania Press, (ISBN 0-8122-3687-4, lire en ligne Inscription nécessaire), 109
  66. Louise Flavin, Jane Austen in the Classroom: Viewing the Novel/reading the Film, Peter Lang, (ISBN 978-0-8204-6811-2, lire en ligne[archive du ]), p. 42
  67. Wendy S. Jones, Consensual Fictions: Women, Liberalism, and the English Novel, University of Toronto Press, (ISBN 978-0-8020-8717-1, lire en ligne[archive du ]), p. 101
  68. Jack Kroll, « Jane Austen does lunch », The Daily Beast,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  69. Emma Thompson, Sense and Sensibility: The Screenplay and Diaries, Bloomsbury, (ISBN 1-55704-782-0), « The Diaries », p. 208
  70. Frank Miller, « Sense and Sensibility » [archive du ], Turner Classic Movies (consulté le )
  71. « Sense and Sensibility » [archive du ], sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  72. « Emma Thompson » [archive du ], sur Box Office Mojo (consulté le )
  73. Shelly Frome, The Art and Craft of Screenwriting: Fundamentals, Methods and Advice from Insiders, McFarland, (ISBN 978-0-7864-8267-2, lire en ligne[archive du ]), p. 105
  74. Shu-mei Shih, Visuality and Identity: Sinophone Articulations Across the Pacific, University of California Press, (ISBN 978-0-520-94015-4, lire en ligne[archive du ])
  75. Andrew Johnson, « Emma Thompson: How Jane Austen saved me from going under », The Independent,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  76. Roger Ebert, « The Winter Guest », Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  77. Awards and Nominations: Emma Thompson « https://web.archive.org/web/20130515045250/http://www.emmys.com/celebrities/emma-thompson »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), . Emmys: Academy of Television Arts and Sciences. Retrieved 31 January 2014.
  78. Roger Ebert, « Primary Colors », Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  79. Alex Tunzelmann von, « Primary Colors: fiction takes second place to fact » [archive du ], The Guardian, (consulté le )
  80. « Primary Colors » [archive du ], sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  81. « Primary Colors » [archive du ], sur Box Office Mojo (consulté le )
  82. Kevin O'Sullivan, « Film: First Lady Steps Down for A Year; Emma Thompson Is in Demand Following Her 'Hillary Clinton' Role in Primary Colors, but She's Taking a Year off Instead », Daily Mirror,‎
  83. Julie L. Belcove, « TRUE WIT (interview with actress Emma Thompson) », WWD,‎ (lire en ligne[archive du ] Inscription nécessaire, consulté le )
  84. « Judas Kiss » [archive du ], sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  85. « Emma Thompson's 'adopted' Rwandan son moans about Britain's 'pathetic celebrity culture' », sur Daily Mail (consulté le ).
  86. « The actress and the refugee », sur The Australian, (consulté le ).
  87. (en) « Harry Potter and the Prisoner of Azkaban (2004) », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  88. (en) « Nanny McPhee (2006) », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  89. (en) « An Education (2009) », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  90. (en) « Nanny McPhee Returns (2010) », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  91. (en) « Emma Thompson reveals Nanny McPhee 3 has been cancelled after second film 'didn't make enough money' », sur The Sun (consulté le ).
  92. (en) « Men in Black III (2012) », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  93. (en) « MIB 3 (2012) », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  94. a et b (en) « Emma Thompson », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  95. (en) « Saving Mr. Banks (2013) », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  96. « Men in Black : Emma Thompson de retour dans le spin-off », sur CinéSéries, (consulté le ).
  97. a et b « Emma Thompson, grande dame », Le Progrès,‎ (lire en ligne).
  98. « Artists driven away because Scots ‘suck the joy’ out of life », The Herald, (consulté le )
  99. Giles Hattersley, « Emma Thompson On 'Cruella', Life After 60, & Her Many Decades Of Activism » [archive du ], British Vogue, (consulté le )
  100. a et b Lydia Denworth, « One Pooped Pair », People,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  101. « Arise Sir Ken: Kenneth Branagh profiled », BBC,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  102. Lisa Schwarzbaum, « Kenneth Branagh Emma Thompson », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  103. « Emma Thompson Talks Kenneth Branagh's Alleged Affair With Helena Bonham Carter », HuffPost,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  104. Simon Johnson, « Scottish independence: Emma Thompson attacks separation », The Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  105. Anita Singh, « Emma Thompson and her 'adopted' son meet Nelson Mandela », The Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  106. « Interview with Emma Thompson », Reader's Digest,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  107. Craig Simpson & Bill Gardner, « Emma Thompson left new home in Venice to self-isolate at 'mum's house in Scotland' », Daily Telegraph,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  108. Ekin Karasin, « Emma Thompson and her husband move to Venice after Brexit and good on them », Metro, (consulté le )
  109. a b c d e et f « Frédérique Tirmont », sur Allodoublage (consulté le ).
  110. « Commédienne ayant doublé Emma Thompson en France », sur RS Doublage (consulté le ).
  111. « Fiche du doublage du film Rebelle », sur Allodoublage (consulté le ).
  112. « Fiche du doublage du film Seul dans Berlin », sur Allodoublage (consulté le ).
  113. « Fiche du doublage du film La Belle et la Bête (2017) », sur Allodoublage (consulté le ).
  114. a b c d e f et g « Comédiennes ayant doublé Emma Thompson au Québec » sur Doublage.qc.ca, consulté le 27 octobre 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :