Jacques Hamel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hamel.
Jacques Hamel
Serviteur de Dieu
Image illustrative de l'article Jacques Hamel
Biographie
Naissance
Darnétal (Seine-Inférieure,
Drapeau de la France France)
Ordination sacerdotale , par Mgr Joseph-Marie Martin
Décès (à 85 ans)
Saint-Étienne-du-Rouvray
(Seine-Maritime, Drapeau de la France France)
icône image Image externe
Photo du Père Jacques Hamel.

Jacques Hamel, né le à Darnétal et mort le , dans sa 86e année, dans l'église Saint-Étienne de Saint-Étienne-du-Rouvray, est un prêtre catholique français de l'archidiocèse de Rouen, égorgé par deux jeunes terroristes islamistes lors de l'attentat commis dans ce lieu de culte.

Une quinzaine de jours après l'attentat, Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, se déclare prêt à enclencher une procédure de canonisation. En septembre, le pape François célèbre une messe en sa mémoire et l'évoque dans son homélie en le présentant comme un martyr.

Le , au cours de la messe de réparation, Mgr Lebrun annonce l'ouverture du procès en béatification du père Hamel par dispense spéciale du pape. Il est ainsi déclaré Serviteur de Dieu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ministère[modifier | modifier le code]

Jacques Hamel est né le à Darnétal, dans le département de la Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime)[1]. Fils d'une mère très pieuse et d'un père agent ferroviaire, il devient enfant de chœur à l'âge de six ans pour l'église Saint-Paul de Rouen, puis entre au petit séminaire à l'âge de quatorze ans[2]. A 23 ans il effectue son service militaire de 18 mois en Algérie[3]. Sa sœur rapportera qu'il refusera « catégoriquement le grade d’officier qui lui était proposé compte tenu de son efficacité au poste de transmissions » pour n'être que simple soldat « parce qu’il [en tant qu'officier] aurait dû donner l’ordre à des hommes de tuer d’autres hommes[4]. »

Il est ordonné prêtre pour l'archidiocèse de Rouen, par Mgr Joseph-Marie Martin, le [5].

D'abord nommé vicaire à Saint-Antoine de Petit-Quevilly en 1958, il est ensuite nommé vicaire de la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes de Sotteville-lès-Rouen en 1967, puis curé de Saint-Pierre-lès-Elbeuf en 1975 et curé de Cléon en 1988[5].

En 2000, il est transféré comme curé « in solidum » en la paroisse de Saint-Étienne-du-Rouvray. Enfin, il est nommé prêtre auxiliaire de cette même paroisse en 2005[5]. Il devient alors l'assistant du père Auguste Moanda Phati, curé de la paroisse, et célèbre régulièrement les baptêmes, communions, mariages et enterrements. Il est également chargé d'assurer les permanences durant le mois de juillet[6].

En 2008, il avait célébré son jubilé d'or d'ordination sacerdotale[7],[8].

Depuis le mois de , il faisait partie, avec le conseil régional du culte musulman, d'un comité interconfessionnel créé à la suite des attentats de janvier 2015[9]. Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque émérite de Rouen, note par ailleurs qu'il était également reconnu pour son « esprit missionnaire »[10],[11].

Assassinat[modifier | modifier le code]

Le 26 juillet 2016, à 9 h 43, lors de la célébration de la messe du matin, deux terroristes islamistes munis d'armes blanches font irruption dans l'église Saint-Étienne. Dans un premier temps, ils s'en prennent au père Jacques Hamel, qui officie devant quatre fidèles, dont deux religieuses. Selon un témoin, ils ont crié : « Vous les chrétiens vous nous supprimez ! » et ont contraint le prêtre à se mettre à genoux, puis l'ont agressé violemment[12]. La police ayant été prévenue, la Brigade de recherche et d'intervention de Rouen cerne les lieux puis abat les deux terroristes djihadistes alors que ces derniers sortent de l'édifice[13],[14],[15],[16]. Le père Hamel est retrouvé mort, égorgé par 18 coups de couteau[17], tandis qu'un fidèle est grièvement blessé à la gorge[18],[19]. « Va-t'en Satan » ont été les derniers mots du prêtre, adressés à son assassin[20]. L'historien Jean-François Colosimo souligne que c'est la première fois qu'un prêtre est tué en France au cours d'une messe depuis la guerre de Vendée [21]. Il s'agit également du premier meurtre perpétré par l'État islamique dans une église européenne[22].

L'agence vaticane Fides relève que l'assassinat du Père Hamel est l'unique agent pastoral assassiné en Europe sur l'année 2016, sur un total dans le monde de 28 agents[23].

Obsèques[modifier | modifier le code]

Tombe du Père Jacques Hamel au cimetière de Bonsecours.

Ses obsèques ont lieu le mardi 2 août en la cathédrale Notre-Dame de Rouen dans un office célébré par Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France, Maroun-Nasser Gemayel, évêque des maronites de France, Jean-Gabriel Diarra, évêque de la province de San au Mali, et Jean-Charles Descubes, archevêque émérite de Rouen, en présence de plusieurs membres du gouvernement dont le ministre de l’Intérieur et des cultes Bernard Cazeneuve et Estelle Grelier, le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, la députée, ancienne maire de Rouen, Valérie Fourneyron, l'actuel maire de Rouen Yvon Robert, le président de la région Normandie Hervé Morin, le président du département Pascal Martin, et de nombreux parlementaires. 3 000 personnes prennent part à la cérémonie, dont la moitié sur le parvis. Des représentants de la communauté juive et de la communauté musulmane dont Bachar El Sayadi, président de l’Union des musulmans de Rouen[24], sont présents et salués par l'archevêque de Rouen. Parmi la famille du défunt, ses nièces et sa sœur lui rendent hommage[4].

Citant l’évangile selon Saint Matthieu « aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent » (Mt 5, 38-48), Mgr Lebrun prononce une homélie de paix : « Faudra-t-il d’autres tueries pour nous convertir à l’amour et à la justice qui construit l’amour ? Trop de morts violentes, cela suffit ! (...) Priez Dieu de vous libérer de l’emprise du démon. Nous prions pour vous, nous prions Jésus qui guérissait ceux qui étaient sous le pouvoir du mal[4] ». Le père Hamel est ensuite inhumé au carré des prêtres du cimetière de Bonsecours[25],[26].

Réactions et hommages[modifier | modifier le code]

Qualifié de martyr par des religieux, politiques et journalistes français et étrangers[27],[28],[29],[30],[31], il est informellement qualifié de « saint prêtre » par le pape François. Une quinzaine de jours après sa mort, Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, se déclare prêt à enclencher une procédure de canonisation dans le délai imposé de cinq ans.

Hiérarchie catholique[modifier | modifier le code]

Célébration de la messe par le pape François en mémoire du père Hamel.

Le Vatican annonce en début d'après-midi que le pape François « participe à la douleur et à l’horreur pour cette violence absurde »[32]. Le 27 juillet, dans l'avion le menant à Cracovie, le pape déclare : « ce saint prêtre est mort dans un moment où il offrait ses prières pour toute l'Église [...] Combien de chrétiens, d'innocents, d'enfants ? N'ayons pas peur de dire cette vérité : le monde est en guerre, car il a perdu la paix »[33]. Le pape compare la violence islamique à la violence catholique qu'il dit constater tous les jours dans la presse quotidienne (« celui-là qui tue sa fiancée, tel autre qui tue sa belle-mère, et un autre… et ce sont des catholiques baptisés ! »)[34].

Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France, invite tous les catholiques de France à une journée de jeûne et de prière le en hommage à Jacques Hamel[35]. Le grand-rabbin de France, Haïm Korsia, décide de s'associer à ce jeûne[36].

Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, indique que « l'Église catholique ne peut prendre d'autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes »[37] et décide de rentrer de Pologne où il était présent pour les Journées mondiales de la jeunesse[38]. Le 28 juillet, il déclare : « La mort du père Jacques ressemble à celle de Jésus comme la mort de tous les martyrs de la vérité, de la justice, de la paix, de la foi »[39].

Le , le cardinal Seán O'Malley, membre du Conseil des neuf cardinaux, estime que l'assassinat du père Hamel « pourrait bien réveiller la conscience et la foi de nombreux chrétiens » et « répondre aux critères du martyre ». Il rappelle que, pour cela, l'assassinat doit avoir eu lieu « in odium fidei ». Radio Vatican poursuit : « Or [la mort] du prêtre normand, tué en plein exercice de son ministère sacerdotal, correspond à cette condition. [...] Il appartiendra aux responsables de l'Église de France, et particulièrement du diocèse de Rouen, de réfléchir à une éventuelle procédure en béatification pour le père Jacques »[40]. Mgr Anthony Fisher, archevêque de Sydney et membre de la Congrégation pour la doctrine de la foi, considère lui aussi que l'assassinat a eu lieu « in odium fidei »[41]. Quelques jours plus tard, l'archevêque de Rouen se déclare prêt à enclencher la procédure dans le délai imparti[42].

Le , jour de la solennité de la Croix glorieuse, le pape François célèbre une messe en la chapelle de la résidence Sainte-Marthe à l'intention du père Hamel, dont la photo est exposée sur l'autel[43]. Le bréviaire du prêtre a été apporté par Mgr Lebrun en la basilique San Bartolomeo all'Isola afin d'y être conservé[44]. Environ 80 fidèles du diocèse de Rouen l'accompagnent en pèlerinage[45],[46]. Dans son homélie, le pape déclare que Jacques Hamel, « assassiné sur la croix, [...] fait partie de la chaîne des martyrs[47] », et ajoute que ce prêtre est un « bienheureux » qu'il faut prier[48]: « Nous devons le prier, c’est un martyr, et les martyrs sont des bienheureux, pour qu’il nous donne à tous la fraternité, la paix, et aussi le courage de dire la vérité : tuer au nom de Dieu est satanique. »

Le , à l'occasion de la messe de réparation pour la réouverture de l’église de Saint-Étienne du Rouvray, Mgr Lebrun annonce l'ouverture du procès en béatification du père Hamel par dispense spéciale du pape[49],[50] qui supprime l'habituel délai de cinq ans. Une telle accélération de la procédure est exceptionnelle et n'a, ces dernières années, concerné que les cas de mère Teresa et de Jean-Paul II[51]. Le processus étant désormais enclenché, le dossier pourrait être terminé fin 2018[52].

Hommages[modifier | modifier le code]

Le président de la République François Hollande se rend sur place quelques heures après l'attentat, en compagnie du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve[53],[54]. Dans l'après-midi, depuis l'Élysée, il déclare : « attaquer une église, tuer un prêtre, c'est profaner la République qui garantit la liberté de conscience »[55].

L'imam de Saint-Étienne-du-Rouvray, Mohammed Karabila, fait part de son émotion et de sa stupeur après l'assassinat du père Hamel, avec qui il participait à un comité interconfessionnel et qu'il n'hésite pas à qualifier d'ami. La mosquée de Saint-Étienne-du-Rouvray est bâtie sur une parcelle de terrain offerte par la paroisse catholique de la ville[56].

Le lendemain de l'attentat, 27 juillet, une messe en mémoire de Jacques Hamel est célébrée en la cathédrale Notre-Dame de Paris par le cardinal André Vingt-Trois en présence de François Hollande, du président du Sénat Gérard Larcher, du président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, du Premier ministre Manuel Valls, ainsi que de plusieurs ministres et personnalités du monde politique dont les anciens présidents Nicolas Sarkozy et Valéry Giscard d'Estaing[57].

Dans de nombreuses villes de France, des veillées et des temps de recueillement ouverts à tous sont organisés en pleine semaine par l’Église catholique « en hommage au père Hamel, pour la paix et pour dire non à la barbarie »[58],[59]. À Saint-Étienne-du-Rouvray, un rassemblement est organisé le 28 juillet au parc omnisports Youri-Gagarine, en remplacement de la marche blanche interdite par les autorités pour des raisons de sécurité[60]. Le 31 juillet, de nouveaux hommages ont lieu à travers toute la France, dont un en la cathédrale de Rouen qui rassemble plus d’un millier de fidèles ainsi qu’une centaine de musulmans conviés à l’office[25].

Quelques jours après le drame, un peintre tourangeau, Omar Moubine, offre à l'archevêché un portrait qu’il a peint du père Jacques Hamel[61]. Il est exposé lors des obsèques célébrées en la cathédrale de Rouen[24].

Le , une biographie de Jacques Hamel est publiée sous le nom de Martyr. Vie et mort du père Jacques Hamel. Elle est écrite par l'historien belge Jan de Volder (nl) et paraît aux Editions du Cerf[62].

Le 23 octobre 2016, le maire de Béziers, Robert Ménard, inaugure une promenade Jacques-Hamel au pied de la cathédrale Saint-Nazaire, mais aucun représentant de l'évêché de Rouen ou de la paroisse de Saint-Étienne-du-Rouvray ne participe à la cérémonie ; en revanche, l'archiprêtre de la ville et des représentants de la communauté juive étaient là[63].

Le 22 janvier 2017 Hugues Portelli maire d'Ermont dans le Val-d'Oise inaugure une place Jacques Hamel. [64]

Une stèle symbole de paix et de fraternité sera dévoilé à côté de l'église Saint-Etienne du Rouvray[65]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Adam Nossiter et Hannah Olivennes, « Jacques Hamel, 85, a Beloved French Priest, Killed in His Church », sur nytimes.com,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  2. Cécile Bouanchaud et Romain Geoffroy, « Le père Jacques Hamel, ‘un homme bon mais qui ne transigeait pas’ », Le Monde,‎ 7 août2016 (lire en ligne).
  3. Jan De Volder 2016
  4. a, b et c Anthony Quindroit et Franck Boitelle, « Des milliers de fidèles hier aux obsèques du père Jacques Hamel à la cathédrale à Rouen », paris-normandie.fr,‎ (consulté le 3 août 2016)
  5. a, b et c « Communiqué de presse de l’archevêque de Rouen suite à la prise d'otages de Saint-Étienne du Rouvray ».
  6. « Jacques Hamel, le prêtre égorgé à Saint-Étienne-du-Rouvray, « était un homme bon » », sur directmatin.fr,‎ .
  7. (it) « Rouen, attacco in chiesa: chi era Padre Jacques Hamel, il prete ucciso dagli assalitori », sur repubblica.it,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  8. (en) « Father Jacques Hamel: Tributes paid to priest who dedicated life to church », sur BBC,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  9. « Qui était Jacques Hamel, ce prêtre assassiné qui prônait le dialogue interconfessionnel ? », sur paris-normandie.fr,‎ .
  10. « Qui est Jacques Hamel... », huffingtonpost.fr (consulté le 27 juillet 2016).
  11. Jacques Hamel, « L’été, temps des vacances », Lettre paroissiale n°6, paroisse de Saint-Étienne du Rouvray,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  12. Société - MYTF1News, « Saint-Étienne-du-Rouvray : "Ils ont crié 'vous les chrétiens, vous nous supprimez'" », sur lci.tf1.fr,‎
  13. Compte rendu de François Molins le 26 juillet 2016
  14. « Prêtre tué à Saint-Étienne-du-Rouvray : ce que l’on sait », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  15. Caroline Piquet, « Le point sur la prise d'otages meurtrière dans une église près de Rouen », Le Figaro,‎ .
  16. « Prise d’otages dans une église à Saint-Étienne-du-Rouvray : les deux preneurs d’otage abattus, le curé assassiné, un paroissien entre la vie et la mort », sur Paris Normandie,‎ .
  17. Ces 18 coups de couteau semblent avoir été portés par Abdel Malik Petitjean, cf. « La chronologie des événements », sur estrepublicain.fr (consulté le 30 octobre 2016).
  18. « Ce que l'on sait de Jacques Hamel, le prêtre égorgé à Saint-Étienne-du-Rouvray », sur Direct matin,‎ .
  19. « Prise d'otages dans une église près de Rouen : le prêtre tué, deux assaillants abattus », sur France Info,‎ .
  20. « "Va-t'en Satan". Les derniers mots du Père Hamel, prêtre tué près de Rouen, à son assaillant », Normandie-actu, 3 août 2016.
  21. Jean-François Colosimo, émission C dans l'air, mardi 26 juillet 2016.
  22. « Les dernières heures du père Jacques Hamel », site des Dernières Nouvelles d'Alsace, 26 septembre 2016.
  23. (it) Paolo Affatato, « Lo scrigno dei missionari uccisi », sur lastampa.it,‎ (consulté le 3 janvier 2017)
  24. a et b Sophie Boutboul, « Obsèques du P. Hamel : une mémoire pour bâtir la paix », pelerin.com,‎ (consulté le 5 août 2016)
  25. a et b « Rouen célèbre les obsèques du P. Jacques Hamel », la-croix.com,‎ (consulté le 3 août 2016)
  26. « L’archevêque de Rouen appelle à aller prier le 15 août sur la tombe du père Hamel », paris-normandie.fr,‎ (consulté le 9 août 2016)
  27. Jacques Hamel, “curé de campagne“ et martyr
  28. Le père Jacques Hamel victime martyre du djihad ordinaire
  29. Jacques Hamel, martyr du fanatisme et des lâchetés politiques
  30. (ro) Luana Luban, « Jacques Hamel. 1930-2016. Martirul pentru care vor răsuna toate clopotele din Franţa… », sur adevarul.ro,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  31. Didier Rance et Pierre Wolf-Mandroux, « Qu’est-ce qu’un martyr pour l’Eglise ? », La Croix,‎ (lire en ligne)
  32. « Prêtre tué à Saint-Étienne-du-Rouvray : les réactions religieuses », La Croix,‎ (lire en ligne).
  33. Assassinat du Père Hamel : « Le monde est en guerre, car il a perdu la paix », déplore le pape
  34. « Pape François : "Si je parle de violence islamique, je dois parler de violence catholique" », Le Figaro, 31 juillet 2016.
  35. Site de la CEF (consulté le 27 juillet 2016).
  36. Edouard de Mareschal, « lefigaro.fr », lefigaro.fr,‎ (consulté le 5 août 2016)
  37. « Jacques Hamel : le prêtre de Saint-Étienne-du-Rouvray, égorgé dans son église, avait 86 ans », sur L'Internaute,‎ .
  38. « Un mort après une prise d’otages dans une église près de Rouen », sur Le Monde,‎ .
  39. Des milliers de personnes rendent hommage au père Hamel dans sa ville
  40. Le père Jacques Hamel, un « martyr de la Foi » selon le cardinal O'Malley
  41. Fr Hamel was martyred ‘in odium fidei’, says Archbishop Fisher
  42. L'archevêque de Rouen..., site bfmtv.com (consulté le 13 août 2016).
  43. Texte de l'homélie et photo, Radio Vatican, 14 septembre 2016.
  44. Cette église est la dépositaire des reliques des martyrs récents. Cf. La Croix, article de Nicolas Senèze, 16 septembre 2016.
  45. (it) Iacopo Scaramuzzi, « Il Papa celebra una messa in suffragio di padre Hamel », sur lastampa.it,‎ (consulté le 13 septembre 2016)
  46. La Croix, 13 septembre 2016.
  47. La Croix, 14 septembre 2016.
  48. « Le pape François qualifie le meurtre du père Jacques Hamel de satanique », site 20minutes.fr, 14 septembre 2016.
  49. Agence France Presse, « Saint-Etienne-du-Rouvray : le pape François accélère la procédure en vue d’une béatification du père Hamel », lemonde.fr,‎ (consulté le 3 octobre 2016)
  50. Malo Tresca, « L’Église de Rouen ouvre la voie à la béatification du P. Hamel », sur la-croix.com,‎
  51. Le pape François d'accord pour accélérer la béatification du père Jacques Hamel, Huffington Post, 2 octobre 2016.
  52. Caroline Pigozzi, « Bienheureux soit le père Hamel », Paris Match n° 3516, 6 octobre 2016.
  53. « Prise d’otages à Saint-Étienne-du-Rouvray : ce que l’on sait », sur lemonde.fr,‎
  54. « Saint-Étienne-du-Rouvray, en direct : les auteurs de la prise d’otages se sont réclamés de l’EI, selon Hollande », sur lemonde.fr,‎
  55. « Attentat Saint-Étienne-du-Rouvray : "Tuer un prêtre, c'est profaner la République", déclare Hollande », sur france24.com,‎
  56. « À la mosquée de Saint-Étienne-du-Rouvray, l'imam pleure son "ami" », sur lexpress.fr,‎ .
  57. « À défaut d'unité nationale, rassemblement de politiques à Notre-Dame de Paris pour une messe d'hommage », sur huffingtonpost.fr,‎
  58. Veillée et prières à la cathédrale de Bayeux, en hommage au père Hamel, Ouest-France, le
  59. « Plus de 1000 fidèles lors de la grande messe du dimanche à Notre-Dame de Bon-Port Les Sables d’Olonne », sur Le Reporter sablais,‎ (consulté le 2 août 2016)
  60. Saint-Étienne-du-Rouvray: la marche blanche de jeudi interdite, Le Figaro, 27 juillet 2016.
  61. « Un peintre tourangeau offre le portait du père Jacques Hamel », lanouvellerepublique.fr,‎ (consulté le 5 août 2016)
  62. « Martyr, vie et mort du père Jacques Hamel ». Le biographe, Jan de Volder, se confie
  63. Julien Bouteiller, « Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray. Robert Ménard inaugure une promenade Jacques-Hamel, à Béziers », normandie-actu.fr,‎ (consulté le 2 novembre 2016)
  64. Gauthier Vaillant, À Ermont, une place en mémoire du prêtre Jacques Hamel, 27 janvier 2017 sur le site de La Croix (consulté le 30 janvier 2017)
  65. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]