Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arsène Lupin,
gentleman-cambrioleur
Image illustrative de l’article Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur
Couverture de l'édition de 1907 dessinée par Henri Goussé[1]

Auteur Maurice Leblanc
Pays Drapeau de la France France
Genre Nouvelles policières
Éditeur Éditions Pierre Lafitte
Date de parution
Couverture Henri Goussé
Série Arsène Lupin
Chronologie

Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur est un recueil de neuf nouvelles policières, écrites par Maurice Leblanc, qui constituent les premières aventures d'Arsène Lupin. La couverture en couleurs de l'édition originale est dessinée par Henri Goussé.

La première nouvelle du recueil, L'Arrestation d'Arsène Lupin, est publiée en juillet 1905 dans le journal Je sais tout. Il s'agit de la première nouvelle mettant en œuvre Arsène Lupin. Celle-ci ayant rencontré un réel succès, Maurice Leblanc est encouragé à écrire la suite par son éditeur. Or, comme l'auteur est perplexe sur la façon de poursuivre les aventures d'un héros qui vient d'être coffré, l'éditeur lui suggère de le faire évader. La saga du gentleman-cambrioleur est née. Plusieurs nouvelles paraissent dans Je sais tout, à intervalles irréguliers, jusqu'en 1907, avant d'être regroupées en volume.

Le recueil sort en librairie le .

Sur les autres projets Wikimedia :

Contenu du recueil[modifier | modifier le code]

Il regroupe les nouvelles suivantes :

  • L'Arrestation d'Arsène Lupin, publication initiale dans Je sais tout no 6, . Ce récit est un huis-clos se déroulant à bord du transatlantique La Provence. Au cours de la traversée, un télégramme révèle qu'Arsène Lupin se trouve parmi les passagers.
  • Arsène Lupin en prison, publication initiale dans Je sais tout no 11, , sous le titre La Vie extraordinaire d'Arsène Lupin en prison. Alors qu'il est incarcéré à la prison de la Santé, Arsène Lupin organise le cambriolage d'une collection d'art inestimable.
  • L'Évasion d'Arsène Lupin, publication initiale dans Je sais tout no 12, , sous le titre La Vie extraordinaire d'Arsène Lupin : L'Évasion d'Arsène Lupin. Par une incroyable ruse, Arsène Lupin parvient à s'évader de la prison de la Santé.
  • Le Mystérieux Voyageur, publication initiale dans Je sais tout no 13, , sous le titre La Vie extraordinaire d'Arsène Lupin : Le Mystérieux Voyageur
  • Le Collier de la reine, publication initiale dans Je sais tout no 15, , sous le titre La Vie extraordinaire d'Arsène Lupin : Le Collier de la reine. Ce récit tourne autour du vol du collier de la Reine des Dreux-Soubise, et donne forme à l'enfance d'Arsène Lupin.
  • Le Coffre-fort de madame Imbert[2], publication initiale dans Je sais tout no 16, , sous le titre La Vie extraordinaire d'Arsène Lupin : Le Coffre-fort de madame Imbert
  • Sherlock Holmès arrive trop tard, publication initiale dans Je sais tout no 17, , sous le titre La Vie extraordinaire d'Arsène Lupin : Sherlock Holmes arrive trop tard – Noter qu'entre la publication dans le périodique et la publication en recueil, Sherlock Holmes est devenu Herlock Sholmès, à la suite d'une protestation de Conan Doyle, « père du vrai Sherlock Holmes »
  • La Perle noire, publication initiale dans Je sais tout no 18, , sous le titre La Vie extraordinaire d'Arsène Lupin : La Perle noire
  • Le Sept de cœur, publication initiale dans Je sais tout no 28, , sous le titre Comment j'ai connu Arsène Lupin : Le Sept de cœur. Le narrateur, journaliste, se voit mêlé par hasard à une affaire d'espionnage militaire.

Livres audio[modifier | modifier le code]

Les neuf nouvelles ont été d'abord adaptées en livres audio par la Compagnie du Savoir, dans une narration de Philippe Colin :

Une autre adaptation de ce recueil en livre audio, dans une narration de Falko Jakubikowa, est disponible sur YouTube (2018-2019), sur la chaîne du Système de Katsys (Voir Liens externes).


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1029808/f720.item
  2. Cette nouvelle est très largement inspirée par le scandale provoqué par l'escroquerie de « l'héritage Crawford », monté par Thérèse Humbert à la fin des années 1870, et qui permit au couple Humbert de mener un grand train de vie pendant une vingtaine d'années jusqu'à leur fuite en 1902.

Liens externes[modifier | modifier le code]