Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

a cursif, alpha
Image illustrative de l’article Ɑ
Graphies
Capitale
Bas de casse ɑ
Lettre modificative
Utilisation
Alphabets medumba, mbembe tigon, mbo, nufi

(minuscule : ɑ), appelé a cursif, a à une panse, a italique ou alpha latin, est une lettre additionnelle qui est utilisée dans l'écriture de plusieurs langues camerounaises comme le medumba, du mbembe tigon[1], du mbo[2] et du nufi (fe’fe’). Elle fait partie de l’Alphabet général des langues camerounaises[3]. Sa forme minuscule est également utilisée par l'alphabet phonétique international.

Sa graphie est souvent basée sur celle du A minuscule latin cursif ; sa forme capitale est dérivée de la graphie minuscule. La forme du a cursif minuscule est parfois utilisée pour la lettre a minuscule dans certaines orthographes (comme en muyang[4], en ngomba, en akwapem twi ou fanti) ou certaines polices de caractère, le plus souvent destiné à l’apprentissage, mais cela n’en fait pas une lettre distincte dans ces usages. La lettre a cursif a parfois la forme de l’alpha grec pour éviter la confusion avec la forme de lettre a dans le style italique dans certaines polices d’écriture.

Linguistique[modifier | modifier le code]

La lettre ɑ représente une voyelle basse postérieure non arrondie dans l'alphabet phonétique international.

Utilisation[modifier | modifier le code]

En 1795, l’a cursif ou alpha latin est utilisé dans l’alphabet de Volney dans Simplification des langues orientales, ou Méthode nouvelle et facile d'apprendre les langues arabe, persane et turque avec des caractères européens.

L’alphabet phonotypique ou certaines de ses variantes utilisent l’a cursif pour l’écriture de l’anglais durant la deuxième moitié du xixe siècle. Il est aussi utilisé dans certaines versions de l’alphabet de Friedrich Wilhelm Fricke à la fin du xixe siècle[5],[6].

L’alpha latin est utilisé dans quelques langues camerounaises, et sa forme (majuscule ou minuscule) correspond initiallement à l’alpha grec minuscule traditionnel comme dessiné dans l’Alphabet général des langues camerounaises. Ceci permet de le différentier de la lettre A lorsqu’elle est cursive.

L’alpha latin est aussi utilisé en Ouganda[7].

Variantes et formes[modifier | modifier le code]

Formes de l’alpha latin
Majuscule Minuscule Description
Latin letter Alpha.svg Formes avec la majuscule basée sur la minuscule, elle-même basée sur le a cursif ou a italique ; cette forme ne correspond pas à l’usage au Cameroun car il est ambigu.
Latin letter Alpha (form 2).svg Formes avec la majuscule et la minuscule utilisées dans l’Alphabet général des langues du Cameroun de 1984, ou dans Vocabulary of the Kiowa language de John Peabody Harrington publié en 1928.
Latin letter Alpha (Ordbok över Sveriges dialekter).svg Formes avec la majuscule basée sur un A majuscule au sommet arrondi, utilisées dans le Ordbok över Sveriges dialekter (Dictionnaire des dialectes suédois) ou dans quelques variantes de l’Alphabet phonotypique.

Diacritiques[modifier | modifier le code]

La lettre alpha latin peut-être munie de diacritiques dans l'écriture d'un certain nombre de langues utilisant l'alphabet latin :

Représentation informatique[modifier | modifier le code]

La forme minuscule de cette lettre possède la représentation Unicode U+0251. Sa forme capitale est codée dans Unicode 5.1.0 à la position U+2C6D.

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
capitale U+2C6D U+2C6D lettre majuscule latine alpha
minuscule ɑ ɑU+0251 U+0251 lettre minuscule latine alpha

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eyoh, 2009
  2. Atindogbe, 2004
  3. Tadadjeu, 1984
  4. Smith, 2001
  5. Fricke 1890.
  6. Kewitsch 1902.
  7. (en) SIL Corporate PUA Character Assignments

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Gratien Gualbert Atindogbe, Standardization and harmonization of Cameroonian languages, Cape Town, Centre for Advanced Studies of African Society (CASAS), , 37 p. (ISBN 1-919799-93-1)
  • (en) Julius A. Eyoh et Echebi Emmanuel Sandamu, Mbembe Orthography Guide, Yaoundé, Cameroon Association for Bible Translation and Literacy (CABTAL), (lire en ligne)
  • (de) Friedrich Wilhelm Fricke, Abriss der vereinfachten Volksorthographie, Wiesbaden, , 2e éd. (1re éd. 1884) (lire en ligne)
  • (en) John Peabody Harrington, Vocabulary of the Kiowa language, Washington, Government Printing Office, (lire en ligne)
  • (de) Georg Kewitsch, Die Vulkane Pelé, Krakatau, Etna, Veſuv..., Soltau, (lire en ligne)
  • (sv) Gunnar Nyström (dir.), Ordbok över Sveriges dialekter, vol. 1–3, Språk- och Folkminnesinstitutet, 1991–2001 (présentation en ligne)
  • Tony Smith, Alphabet et orthographe muyang (édition provisoire août 2001) (lire en ligne)
  • Maurice Tadadjeu (dir.) et Étienne Sadembouo (dir.), Alphabet général des langues camerounaises, Yaoundé, Université de Yaoundé, coll. « PROPELCA, 1 », , 31 p.

Article connexe[modifier | modifier le code]