ɷ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Oméga fermé
Image illustrative de l’article ɷ
Graphies
Capitale ɷ
Bas de casse ɷ
Utilisation
Alphabets alphabet phonétique international, alphabet linguistique russe, alphabet dialectal suédois

L’oméga fermé, ɷ (en minuscule), est une lettre additionnelle de l’alphabet latin qui est utilisée dans l’alphabet dialectal suédois et qui était utilisée dans l'alphabet phonétique international avant d’être remplacée par l’upsilon latin ‹ ʊ › en 1989. Elle a la forme d’un oméga rond, c’est-à-dire fermé, ou d’un o avec une encoche.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Lettres additionnelles de l’alphabet de Pitamn, dont l’oméga fermé, utilisées dans l’Évangile de Luc en mendé de 1871.

L’oméga fermé est utilisé comme lettre dans l’alphabet phonotypique d’Isaac Pitman, dès 1844, et est utilisé dans plusieurs adaptations de l’alphabet de Pitman, notamment dans des ouvrages de missionnaires en mendé.

La lettre est aussi utilisée dans l’alphabet phonétique d’Edwin Leigh[1],[2],[3], qui a été utilisé dans les écoles de Saint-Louis des années 1860 aux années 1880[4].

Carl Jakob Sundevall utilise à son tour cette lettre dans son alphabet phonétique dans les années 1850.

En 1860, Samuel Stehman Haldeman utilise l’oméga fermé comme symbole phonétique dans Analytic orthography pour représenter le « o fermé italien »[5],[6].

L’alphabet dialectal suédois (landsmålsalfabetet) utilise l’oméga fermé ‹ ɷ › pour représenter une voyelle pré-fermée postérieure arrondie ([ʊ] ou [u˕] avec l’alphabet phonétique international)[7]. Celui-ci est utilisé parfois avec une majuscule dans plusieurs articles des Archives des traditions populaires suédoies (sv).

En turcologie, Vassili Radloff utilise l’oméga fermé ‹ ɷ › et l’oméga fermé tréma ‹ ɷ̈ › dans l’alphabet mixte (mélangeant des lettres latines et cyrilliques) de son dictionnaire des dialectes de langues turques en quatre volumes publié de 1893 à 1911[8]. Radloff avait noté aurapavant ces lettres ‹ ɷ › et ‹ ɷ̈ › par ‹ ạ › et ‹ ạ̈ › dans une grammaire comparée des langues turques du nord publiée en 1882.

Alphabet dans Radloff 1893.

Dans certains des ses ouvrages sur les dialectes de langues slaves du sud Jan Baudoin de Courtenay utilise l’oméga fermé ‹ ɷ › ainsi que l’oméga fermé culbuté ‹ ɷ › comme symboles phonétiques pour representer respectivement une voyelle entre a et o, c’est-à dire une voyelle mi-ouverte postérieure arrondie [ɔ], et une voyelle entre o et u, c’est-à dire une voyelle mi-fermée postérieure arrondie [o][9],[10].

Charles A. Story utilise la lettre ɷ dans le Universal Alphabet dans un ouvrage publié en 1907[11].

Pour l’alphabet phonétique international, dans un article du mɛːtrə fɔnetik [Maître phonétique] de 1912, Henry Buergel Goodwin propose le symbole décrit comme ayant la forme d’un « oméga arrondi » (emprunté à l’alphabet dialectal suédois de Lundell) plutôt que l’oméga grec ‹ ω › qu’il utilise dans un article de 1911, pour par exemple transcrire le suédois sol : [sɷːl][12]. En 1942, Daniel Jones propose le oméga fermé ‹ ɷ › de Lundell pour remplacer l’upsilon latin ‹ ʊ ›, à la suite du mouvement en faveur de l’utilisation de polices de caractères sans empattement, comme la police Gill Sans. Sans empattement, l’upsilon latin est facile à confondre avec le o ou, quand il a des traits latéraux droits, avec le u[13]. L’oméga fermé est adopté, en 1943[14], comme alternative au symbole upsilon latin ‹ ʊ › pour représenter une voyelle pré-fermée postérieure arrondie, et officiellement retiré en faveur de ce dernier en 1989.

Représentations informatiques[modifier | modifier le code]

Le oméga fermé peut être représenté avec les caractères Unicode (Alphabet phonétique international) suivants :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
majuscule (non codé)
minuscule ɷ ɷU+0277 U+0277 lettre minuscule latine oméga fermé

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Baudoin de Courtenay 1895] (ru + de) Иван Александрович Бодуэн де Куртенэ, Материалы для южнославянской диалектологии и этнографии, Saint-Petersbourg,‎
  • (en) Henry Buergel Goodwin, « ɑ̃ːkɛːt (sɥit), swiːdiʃ prənʌnsieiʃn əv lætin ənd griːk », lə mɛːtrə fɔnetik [Le Maître phonétique], vol. 26, nos 9-10,‎ , p. 138-140
  • (en) Henry Buergel Goodwin, « kɔrɛspɔ̃ːdɑ̃ːs: swiːdiʃ vauelz », lə mɛːtrə fɔnetik [Le Maître phonétique], vol. 27, nos 5-6,‎ , p. 83-85 (JSTOR 44701944)
  • (sv) Manne Eriksson, Svensk ljudskrift 1878–1960 : En översikt över det svenska landsmålsalfabetets utveckling och användning huvudsakligen i tdskriften Svenska Landsmål, Stockholm, P. A. Norstedt & Söner, (lire en ligne)
  • (en) Daniel Jones, « ðə letəz ɪ ənd ʊ », lə mɛːtrə fɔnetik [Le Maître phonétique], no 78,‎ , p. 14–15 (JSTOR 44705115)
  • Daniel Jones, « desizjɔ̃ ɔfisjɛl », lə mɛːtrə fɔnetik [Le Maître phonétique], no 80,‎ , p. 27–28 (JSTOR 44705153)
  • (en) Samuel Stehman Haldeman, Analytic orthography, an investigation of the sounds of the voice, and their alphabetic notation, including the mechanism of speech, and its bearing upon etymology, Philadelphia, Lippincott, (lire en ligne)
  • (en) International Phonetics Association, Handbook of the International Phonetics Association : A Guide to the Use of the International Phonetic Alphabet, Cambridge, U.K. ; New York, NY, Cambridge University Press, , 204 p. (ISBN 0-521-63751-1)
  • (en) Edwin Leigh, Improvement in systems of pronouncing-orthography, Patent no. 78296, United States Patent Office, (lire en ligne)
  • (en) Edwin Leigh, The new guide to modern conversation in various languages, New York, (lire en ligne)
  • (en) James Pitman et John St. John, Alphabets and Reading: The Initial Teaching Alphabet, Sir James Pitman and Sons Ltd., (lire en ligne)
  • (ru + de) W. Radloff, Опыт словаря тюркских наречий = Versuch eines Wörterbuches der Türk-Dialecte, vol. 1-4, Saint-Petersbourg, Императорской Академии Наук,‎ 1893–1911 (présentation en ligne, lire en ligne)
  • Léon Ščerba, « Materialy dlja juz̆noslavjanskoj dialektologii i etnografii. II Obrazcy jazyka na govorax Terskix Slavjan v sěverovstočnoj Italii sobral i izdal J. A. Boduen-de-Kurtene. S.-Peterburg. Tipografija Imperatorskoj Akademii nauk. 1904. xxxiii + 240 = Materialien zur südslavischen Dialektologie und Ethnographie. II. Sprachproben in den Mundarten der Slaven von Torre in Nordost-Italien, gesammelt und herausgegeben von J. Baudoin-de-Courtenay. S-Petersburg. Buchdrukerei der kaiserlichen Akademie der Wissenschaften. 1904 », lə mɛːtrə fɔnetik [Le Maître phonétique], nos 5-6,‎ , p. 71-73 (JSTOR 44707901)
  • (en) Charles Augustus Story, The fonetic primer, offering the universal alfabet and the science of spelling, New York, Isaac H. Blanchard Company, (lire en ligne)
  • (en) Paul D. Travers et Wallace Z. Ramsey, « Initial Teaching Alphabet a Hundred Years Ago? », The Elementary School Journal, vol. 74, no 5,‎ , p. 274-279 (JSTOR 1000824)

Voir aussi[modifier | modifier le code]