Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Crystal128-fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.

petite capitale A
  
Graphies
Bas de casse
Utilisation
Phonèmes principaux /ä/

La petite capitale A (minuscule : ) est une lettre additionnelle de l’écriture latine qui est utilisée dans certaines transcriptions phonétiques.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Alphabet phonétique international[modifier | modifier le code]

De 1888 à 1891, la petite capitale A ‹ ᴀ › est utilisée dans l’Alphabet phonétique international pour représenter une voyelle ouverte postérieure [ɑ][1], mais à partir de 1892 celle-ci est transcrite avec l’alpha ‹ ɑ ›.

En 2008, la petite capitale A est proposée comme symbole pour représenter la voyelle ouverte centrale non arrondie [ä] déjà retranscrite [ᴀ] par les sinologistes[2], mais cette proposition est rejetée par vote en 2012[3].

Alphabet phonétique ouralien[modifier | modifier le code]

Dans l’alphabet phonétique ouralien, ‹  › représente une voyelle ouverte postérieure non arrondie dévoisée, le a minuscule ‹ a › représentant une voyelle ouverte postérieure non arrondie et la petite capitale indiquant le dévoisement de celle-ci[4],[5],[6].

Autres alphabes phonétiques[modifier | modifier le code]

Dans l’Atlas linguistique européen, ‹ ᴀ › représente une voyelle basse centrale non arrondie, notée [ä] avec l’alphabet phonétique international[7].

Représentations informatiques[modifier | modifier le code]

La petite capitale A peut être représentée avec les caractères Unicode (Extensions phonétiques) suivants :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
minuscule U+1D00 U+1D00 lettre minuscule latine petite capitale a

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mario Alinei, Wolfgang Viereck et al., Atlas Linguarum Europae, vol. 1 : premier fascicule, cartes et commentaires, Assen, Van Gorcum,
  • William Barry et Jürgen Trouvain, « Do we need a symbol for a central open vowel? », Journal of the International Phonetic Association, vol. 38, no 3,‎ , p. 349–357 (lire en ligne)
  • (en) Finlande, Irlande, Norvège ISO/IEC JTC1/SC2/WG2, Uralic Phonetic Alphabet characters for the UCS, (lire en ligne)
  • (en) fonetik tîtcər əsoucieicən, « aur rivàizd ælfəbit », ðə fonetik tîtcər, vol. 3, no 7‒8,‎ , p. 57‒60
  • Patricia A. Keating, « IPA Council votes against new IPA symbol », Journal of the International Phonetic Association, vol. 42, no 2,‎ , p. 245 (lire en ligne)
  • (de) Eliel Lagercrantz, Lappischer Wortschatz, Helsinki, Suomalaisugrilainen seura, coll. « Lexica Societatis Fenno-ugricae » (no 6),
  • Eemil Nestor Setälä, « Über die Transskription der finnisch-ugrischen Sprachen », Finnisch-ugrische Forschungen, vol. 1,‎ , p. 15-52 (lire en ligne)
  • (fi) Antti Sovijärvi et Reino Peltola, Suomalais-ugrilainen tarkekirjoitus, Helsinki, coll. « Helsingin Yliopiston Fonetiikan Laitoksen Julkuaisua / Publicationes Instituti Phonetici Universitatis Helsingiensis » (no 9), (lire en ligne)
  • Daniel Recasens, « Response to W. J. Barry & J. Trouvain, Do we need a symbol for a central open vowel? JIPA 38 (2008), 349-357 », Journal of the International Phonetic Association, vol. 39, no 2,‎ , p. 231-233 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]