Ɩ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
« Iota latin » redirige ici. Ne pas confondre avec Iota cyrillique, Iota grec ni yotta.
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Iota
Image illustrative de l'article Ɩ
Graphies
Capitale Ɩ
Bas-de-casse ɩ
Lettre modificative
Utilisation
Alphabets plusieurs langues d’Afrique de l’Ouest

Ɩ (minuscule : ɩ), appelé iota latin, est une lettre additionnelle qui est utilisée pour écrire certaines langues africaines comme le kabiyé, le moba ou le moore. Sa graphie est basée sur la minuscule de la lettre iota grecque (ι). Sa forme majuscule possède souvent une crosse pour la différentier du I majuscule.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Bien que souvent visuellement identique au iota grecque, le iota latin n’est pas utilisé dans les notations de logique.

Dans l’alphabet phonétique international, en 1942, Daniel Jones propose le iota latin minuscule ‹ ɩ › (déjà proposé par J. Spieser en 1904 et H. E. Palmer (en)) pour remplacer la petite capitale i ‹ ɪ ›, à la suite du mouvement en faveur de l’utilisation de polices de caractères sans empattement, comme la police Gill Sans. Dans ces polices, la petite capitale est une simple barre verticale, différente de la minuscule i uniquement par le point de cette dernière[1]. Le iota latin minuscule est adopté, en 1943[2], comme alternative au symbole petite capitale I ‹ ɪ ›, utilisé pour représenter une voyelle pré-fermée inférieure antérieure non arrondie et officiellement retirer en faveur de ce dernier en 1989.

Le iota est utilisé pour représenter une voyelle pré-fermée inférieure antérieure non arrondie (API : ɪ) dans certains orthographes de plusieurs langues africaines : abé, abidji, agni sanvi, ahanta, bété, birifor, bissa, dagara, dida, godié, gouro, ikposso, kabiyé, kasim, koozime, kroumen tépo, lama, lokpa, moba, moore, niaboua, nuni, sisaala, téén, toura, wè du Sud, wobé, yaouré[3].

Représentations informatiques[modifier | modifier le code]

Le iota peut être représenté avec les caractères Unicode suivants :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
majuscule Ɩ ƖU+0196 U+0196 lettre majuscule latine iota
minuscule ɩ ɩU+0269 U+0269 lettre minuscule latine iota

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Daniel Jones, « ðə letəz ɪ ənd ʊ », lə mɛːtrə fɔnetik [Le Maître phonétique], no 78,‎ , p. 14–15
  • Daniel Jones, « desizjɔ̃ », lə mɛːtrə fɔnetik [Le Maître phonétique], no 80,‎ , p. 27–28
  • (de) J. Spieser, « unzərə lautʃrift », lə mɛːtrə fɔnetik [Le Maître phonétique],‎ , p. 69–72

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jones 1942, p. 14–15.
  2. Jones 1943, p. 27–28.
  3. Symbole ɪ voyelle presque fermée mi-antérieure non-arrondie, Système alphabétique des langues africaines.