ʚ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

epsilon fermé, ö volapük, oe volapük
Image illustrative de l’article ʚ
Graphies
Capitale
Bas de casse ꞝ, ʚ
Utilisation
Alphabets alphabet phonétique international (anciennement)
Phonèmes principaux [ɞ], [œ]

(minuscule : ), appelée ö volapük ou oe volapük, et le symbole ʚ, appelé epsilon fermé, est une lettre additionnelle de l’alphabet latin qui a été utilisée dans quelques ouvrages volapüks et, avec la même valeur, pendant quelques années, dans l’alphabet phonétique international ou encore dans certaines transcriptions phonétiques.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Alphabet phonotypique[modifier | modifier le code]

Alphabet de Comstock de 1855 avec la lettre ꞝ.

L’epsilon fermé a été utilisé dans l’alphabet d’Andrew Comstock publié en 1846[1], un alphabet dérivé de l’alphabet phonotypique. Dans cet alphabet, la lettre ‹ Ꞝ ꞝ › est décrite comme une nouvelle lettre, formée de l’epsilon Ɛ, pour représenter la combinaison des sons du e de end et du u de up, tel que dans les mots air, there, hare[2], c’est-à-dire la diphthongue [ɛə].


Volapük[modifier | modifier le code]

Cette lettre est utilisée par Johann Martin Schleyer, avec les lettres ae ‹ Ꞛ ꞛ › et ue ‹ Ꞟ ꞟ › pour l’écriture du volapük et a été brièvement utilisée — initialement Schleyer utilise le point suscrit de son Weltalfabet[3],[4] pour indiquer l’umlaut avant d’adopter ces lettres, alternativement le tréma est utilisé sur les voyelles comme en allemand. Schleyer utilise, déjà en 1883, notamment dans la revue Weltsprachblatt (Volapükabled) ou dans sa grammaire volapük, Grammatik der Universalsprache[5]. Ces trois lettres sont définitivement remplacées par les lettres avec tréma ‹ Ä ä, Ö ö, Ü ü ›, utilisé comme alternative jusque là, lors du congrès volapük de Munich du 9 aout 1887[6],[7].

Alphabets phonétiques allemands[modifier | modifier le code]

Les lettres , , citées comme anciennes lettres de l’orthographe allemande utilisée dans le journal Reform dans un article de 1893.

Le journal allemand Reform de la Verein für vereinfachte deutsche Rechtschreibung [Association pour l’orthographe allemande simplifiée], dirigée par Friedrich Wilhelm Fricke, utilise brièvement les lettres , , dans l’orthographe qu’il promeut. Après une proposition d’August Diederichs de 1881[8],[9], celles-ci remplacent les lettres ‹ ä, ö, ü ›, initialement avec la forme de lettres barrées ‹ a, ɵ, ʉ › dans l’orthographe de Fricke, pour ensuite prendre une encoche à gauche dans l’écriture manuscrite cursive[10] et prendre leurs formes finales dans les caractères romains ; avant que celles-ci ne soient définitevement abandonnées[11],[12] après quelques années.

La Zentralverein für vereinfachte deutsche Rechtschreibung (Association centrale pour l’orthographe allemande simplifiée), fondée en 1879, basée à Vienne et dirigée par Johann Max Schreiber, adopte aussi les lettres ꞛ, ꞝ, ꞟ dans son orthographe phonétique. Celles-ci représentent des voyelles longues[13].

Test de l’orthographe de Schreiber dans Zeitschrift für Orthographie en 1881.

Alphabet phonétique international[modifier | modifier le code]

Symboles proposés par Kewitsch dans Zeitschrift für Orthographie en 1881.

En 1881 dans l’article Internationale Alphabet[14] publié dans le Zeitschrift für Orthographie (journal dirigé par Wilhelm Viëtor), Kewitsch propose ‹ ꞝ › comme une lettre composée de ɛ et o pour remplacer le ‹ ä › allemand, qu’il considère plus adéquat que la lettre composée de e et o proposée par Johann Friedrich Kräuter dans en 1877.

Publicité de l’éditeur D. Soltau avec l’epsilon fermé, parue dans le Maître phonétique de juillet-aout 1897.
Article du Maître phonétique de 1900 proposant les symboles de Viëtor ʚ et ɵ.

L’epsilon fermé ‹ ʚ › et le o barré ‹ ɵ › ont été utilisés par certains linguistes allemands, dont Wilhelm Viëtor en 1899[15], comme alternative aux symboles de l’alphabet phonétique international, respectivement, e dans l’o ‹ œ › pour une voyelle mi-ouverte antérieure arrondie [œ] et o barré diagonalement ‹ ø › pour une voyelle mi-fermée antérieure arrondie [ø]. Les deux symboles sont proposés pour l’API par W. Tilley[16] en avril-mai 1900 et de nouveau par Kewitsch en juillet 1900[17]. Ils sont reconnus comme symboles alternatifs déjà établis par l’Association phonétique internationale en 1904[18] ainsi qu’en 1909[19] et sont utilisés durant plusieurs années au début du XXe siècle. Ils figurent notamment dans L’écriture phonétique internationale : exposé populaire publié par l’Association phonétique internationale en 1921, mais avec des valeurs centrales au lieu de [œ] et [ø], c’est-à-dire les voyelles aujourd’hui transcritent [ɞ] et [ɵ].

L’epsilon fermé ‹ ʚ › est utilisé pour représenter une voyelle mi-ouverte antérieure arrondie [œ] dans le Handbook of the linguistic geography of New England publié en 1939[20].

En 1993, l’Association phonétique internationale adopte le symbole epsilon réfléchi fermé ‹ ɞ › pour représenter une voyelle mi-ouverte centrale arrondie[21], mais celui-ci est imprimé non réfléchi ‹ ʚ › dans le journal et dans le tableau API de 1993. En 1995, la forme du symbole est corrigée[22] et est réfléchi dans le tableau API de 1996.

Représentations informatiques[modifier | modifier le code]

Cette lettre peut être représentée avec les caractères Unicode (Alphabet phonétique international, Latin étendu D) suivants :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions notes
minuscule ʚ ʚU+029A U+029A lettre minuscule latine epsilon fermé codé pour l’Alphabet phonétique international
majuscule U+A79C U+A79C lettre majuscule latine ö volapük codé pour le volapük
minuscule U+A79D U+A79D lettre minuscule latine ö volapük codé pour le volapük

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (vo) « Notèds », Volapükabled lezenodik, no 191,‎ , p. 801-802 (lire en ligne)
  • (en) « Irish comments on ISO/IEC PDAM 2 10646:2012 », dans Summary of Voting on SC 2 N 4228, ISO/IEC 10646: 2012/PDAM 2, Information technology -- Universal Coded Character Set (UCS) -- AMENDMENT 2: Caucasian Albanian, Psalter Pahlavi, Old Hungarian, Mahajani, Grantha, Modi, Pahawh Hmong, Mende, and other characters (no L2/12-275, N4233), (lire en ligne)
  • Association phonétique internationale, L’écriture phonétique internationale : exposé populaire publié, (lire en ligne)
  • (de) E. Colas, « Zeitschriften. Reform. Zeitšrift des algemeinen fereins für fereinfaɦte deutše reɦtšreibung. Herausg. fon Dr. F. V. Frikke in Visbaden. (Bremen, j. Kühtmann’s ferläg.) 1881. Nr. 5. », Zeitschrift für Orthographie, no 10,‎ (217 sur Google Livres)
  • (en) Andrew Comstock, « Comstock’s Phonetic Alphabet, graphic and typic », Comstock’s Phonetic Magazine, vol. 1, no 1,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  • (en) Andrew Comstock, A Treatise of Phonology, Philadelphie, E. H. Butler & Co., , 2e éd. (lire en ligne)
  • (de) August Diederichs, Unsere Selbst-und Schmelzlaute (auch die englischen) in neuem Lichte, Straßburg, Karl J. Trübner, (lire en ligne)
  • (en) John H. Esling, « News of the IPA », Journal of the International Phonetic Association, vol. 25, no 1,‎ , p. 48 (DOI 10.1017/S0025100300000207)
  • (en) Michael Everson, Alois Dicklberger, Karl Pentzlin et Eveline Wandl-Vogt, Revised proposal to encode “Teuthonista” phonetic characters in the UCS N4081, L2/11-202, (lire en ligne)
  • (de) Friedrich Wilhelm Fricke, Abriss der vereinfachten Volksorthographie, Wiesbaden, , 2e éd. (1re éd. 1884) (lire en ligne)
  • (de) H. G. Holle et Edward Lohmeyer, « Šprāɦliɦes unt fereinsangelegenheiten: Noɦmāls grafologi unt šule », Reform: Zeitschrift des allgemeinen Vereins für vereinfachte Rechtschreibung und des Vereins für Lateinschrift, vol. 17, no 3,‎ , p. 46-50 (lire en ligne)
  • (en) International Phonetic Association, « Council actions on revisions of the IPA », Journal of the International Phonetic Association, vol. 23, no 1,‎ , p. 32-34 (DOI 10.1017/S002510030000476X)
  • [Kewitsch 1881] (de) Kewits, « Internationales Alphabet », Zeitschrift für Orthographie, vol. 1, no 6,‎ , p. 126–130 (lire en ligne [PDF])
  • [Kewitsch 1900] (de) Kevɪtʃ, « ø œ — ɵ ʚ », lə mɛːtrə fɔnetik [Le Maître Phonétique], vol. 15, no 7,‎ , p. 77-78 (JSTOR 44700524)
  • (en) Hans Kurath (dir.), Marcus L. Hansen, Julia Bloch et Bernard Bloch, Handbook of the linguistic geography of New England, (lire en ligne)
  • (de) Julius Lott, Die Kunst, die internationale Verkehrssprache „Volapük“ schnell zu erlernen., Wien, Pest, Leipzig, A. Hartleben’s Verlag, coll. « Die Kunst der Polyglottie » (no 13), (lire en ligne)
  • (de) Rudolf Müller, « Zur neuen reɦtšreibung », Bayerische Lehrer-Zeitung, no 30,‎ , p. 333-334 (lire en ligne)
  • Paul Passy, « desiːzjɔ̃ dy kɔ̃ːsɛːj », lə mɛːtrə fɔnetik [Le Maître Phonétique], vol. 19, no 4,‎ , p. 63‒65 (JSTOR 44700564)
  • Paul Passy, « desiːzjɔ̃ dy kɔ̃ːsɛːj », lə mɛːtrə fɔnetik [Le Maître Phonétique], vol. 24, no 5‒6,‎ , p. 74‒76 (JSTOR 44700643)
  • (en) Geoffrey K. Pullum et William A. Ladusaw, Phonetic Symbol Guide, Chicago ; London, The University of Chicago Press, , 320 p. (ISBN 0-226-68535-7, lire en ligne)
  • (de) Johann Martin Schleyer, « Ein Weltalfabet », Sionsharfe, Monatsblätter für katholische Poesi, Sigmaringen, no 21,‎ , p. 186‒188 (lire en ligne)
  • (de) Johann Martin Schleyer, » Die Weltsprache. Entwurf einer Universalsprache für alle Gebildete der ganzen Erde, Litzelstetten, (lire en ligne)
  • (de) Johann Martin Schleyer, Grammatik der Universalsprache für alle gebildete Erdbewoner nebst kurzem Wörterbuche, Überlingen, , 4e éd. (lire en ligne)
  • (de) Johann Martin Schleyer, Wéltspràche : mittlere Grammátik der Universalsprache Volapük, Schleyer’s Weltspràche-Zentràlbüro, , 8e éd. (lire en ligne)
  • (de) Johann Max Schreiber, « Proben deutscher Reform-Orthographieen : 8. Zentralverein für vereinfachte Rechtschreibung in Wien, gegründet 1879 », Zeitschrift für Orthographie, Orthoepie und Sprachphysiologie, vol. 2, no 2,‎ , p. 38 (lire en ligne)
  • (de) Johann Max Schreiber, Schrift und Sprache : Regelung der deutschen Orthographie, Wien,
  • (de) Sigmund Spielmann, Volapük-Almanach für 1888, Leipzig, Eduard Heinrich Mayer, (lire en ligne)
  • (en + fr) W. Tilley, prɔpoːzisjɔ̃ tipografik, vol. 15, , 45 p., chap. 4-5
  • (de) Wilhelm Viëtor, Deutsches Lesebuch in Lautschrift (zugleich in der amtlichen Schreibung), vol. 1, Leipzig, B.G. Teubner, (lire en ligne)
  • (de) Wilhelm Viëtor, Deutsches Lesebuch in Lautschrift (zugleich in der amtlichen Schreibung), vol. 2, Leipzig, B.G. Teubner, (lire en ligne)
  • (de) Wilhelm Viëtor, Deutsches Lesebuch in Lautschrift (zugleich in der amtlichen Schreibung), vol. 1, Leipzig, B.G. Teubner, , 3e éd. (lire en ligne)
  • (de) Wilhelm Viëtor, Deutsches Lesebuch in Lautschrift (zugleich in der amtlichen Schreibung), vol. 2, Leipzig, B.G. Teubner, (lire en ligne)
  • (de) Wilhelm Viëtor et Ernst A. Meyer, Deutsches Aussprachewörterbuch, O. R. Resiland, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]