Ɲ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

N hameçon
Image illustrative de l’article Ɲ
Graphies
Capitale Ɲ
Bas de casse ɲ
Utilisation
Alphabets bambara, bomu, bozo, bwamu, duungooma, dioula, dzùùngoo, gbaya, kaansa, kakabé, kimré, kissi, koyraboro senni, kpèllé, loma, mamara, peul, samo, songhaï, soninké, soso, syenara, tchourama, yabassi, zarma
Phonèmes principaux /ɲ/

Ɲ (minuscule ɲ) est une lettre additionnelle qui est utilisée dans l'écriture de certaines langues africaines, comme le bambara, le bomu, le bozo, le bwamu, le duungooma, le dioula, le dzùùngoo, le gbaya, le kaansa, le kakabé, le kimré, le kissi, le koyraboro senni, le kpèllé, le loma, le mamara et syenara, le peul (en Guinée, au Mali et au Burkina Faso), le samo, le songhaï et zarma, le soninké, le soso, le yabassi et le tchourama. Sa forme minuscule est également utilisée par l'alphabet phonétique international.

Utilisation[modifier | modifier le code]

La lettre minuscule ɲ représente une consonne occlusive nasale palatale voisée dans l'alphabet phonétique international. Elle est adoptée en décembre 1892, remplaçant le symbole petite capitale N ‹ ɴ › utilisé auparavant[1],[2] dans le journal de l’Association phonétique internationale.

Clement Doke (en) recommande brièvement le ɲ dans sa révision de l’orthographe lamba de 1927, après avoir utilisé le digramme ‹ ny › en 1922[3], mais il utilise de nouveau le digramme par après notamment dans l’ouvrage Lamba folk-lore publié en 1927 ou le dictionnaire anglais-lamba publié en 1933.

A. N. Tucker utilise le ɲ dans sa proposition d’alphabet pour le sotho-tswana en 1929, avec une majuscule basée sur la forme de la minuscule[4].

Bien que les documents de conférence de la réunion d’expert sur l’alphabétisation organisé en 1978 notent qu’Yves Moñino utilise le ɲ dans l’écriture du gbaya dans l’Esquisse d’une dialectologie gbaya publiée en 1971[5], l’Alphabet africain de référence de 1978 n’utilise pas la lettre mais plutôt le digramme ny comme l’Alphabet international africain de 1927. Il est aussi utilisé dans le dictionnaire gbaya-français publié par Paulette Roulon-Doko en 2008.

La révision de 1982 par Michael Mann et David Dalby de l’Alphabet africain de référence utilise la lettre ɲ.

Plusieurs alphabets de langues nationales du Mali, officialisés en 1982 et 1991, utilisent la lettre ɲ, remplaçant le digramme ny utilisé dans les alphabets de 1967[6],[7],[8].

Variantes et formes[modifier | modifier le code]

Le N hameçon a différentes formes pour sa majuscule.

Formes du N hameçon
Majuscule Minuscule Description
Latin capital letter N with left hook (form 1).svg Latin small letter n with left hook.svg Forme majuscule basée sur le N majuscule.
Latin capital letter N with left hook (form 2).svg Latin small letter n with left hook.svg Forme majuscule basée sur la minuscule.

Représentation informatique[modifier | modifier le code]

Cette lettre possède les représentations Unicode suivantes :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
capitale Ɲ ƝU+019D U+019D lettre majuscule latine n hameçon
minuscule ɲ ɲU+0272 U+0272 lettre minuscule latine n hameçon à gauche

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étienne Balenghien, « À propos de l’alphabet du bambara au Mali », Mandenkan, no 7,‎ , p. 45–62 (lire en ligne)
  • Henri Marcel Bôt ba Njock, La transcription et l’harmonisation de la transcription des langues africaines, Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture, coll. « Réunion d’experts sur «la transcription et harmonisation des langues africaines», Niamey (Niger): 17-21 juillet 1978 », (lire en ligne)
  • (en) Clement Doke, « A study of Lamba phonetics », Bantu studies, vol. 3, no 1,‎ , p. 5-47
  • (en) Daniel Jones, « rapɔːr dy skretɛːr », lə mɛːtr fɔnetik, vol. 50,‎ , p. 42-53 (JSTOR 44704776)
  • (en) Daniel Jones, « Rapport du secrétaire (MPh 1935:44-51) », dans Selected works, vol. 7, (ISBN 978-0-415-23343-9), chap. 22
  • Yves Moñino, « Esquisse d’une dialectologie gbaya », dans André Jacquot, Études Bantoues, Paris, SELAF, coll. « Bibliothèque de la SELAF » (no 25), , p. 119-128
  • (en) Lorna A. Priest, Request to document glyph variants (no L2/08-034R), (lire en ligne)
  • République du Mali, « Décret no 85/PG fixant l’alphabet pour la transcription des langues nationales », Journal officiel de la république du Mali,‎ (lire en ligne)
  • République du Mali, « Décret no 159/PG-RM alphabets des langues nationales », Journal officiel de la république du Mali,‎ (lire en ligne)
  • Paulette Roulon-Doko, Dictionnaire gbaya-français (République centrafricaine) : suivi d'un dictionnaire des noms propres et d’un index français-gbaya, Paris, Karthala, , 695 p. (ISBN 978-2-84586-976-9)
  • (en) Archibald Norman Tucker, The comparative phonetics of the Suto-Chuana group of Bantu languages, Londres, Longmans Green and Co., (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]