Ʉ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

U barré
Ʉ ʉ
Ʉ ʉ
Graphies
Capitale Ʉ
Bas de casse ʉ
Lettre supérieure Ʉ, ʉ
Utilisation
Alphabets akawaio, arhuaco, bamessing, bara, barasana, budu, carapana, comanche, cubeo, dii, ekoi, emberá catío, emberá chamí, kakua, kapóng, kenyang, kinga, kobo, kogui, koonzime, koreguaje, kwanja, lika, lendu, limbum, ghomala’, guayabero, guemzek, maa, macuna, maka, mangbetu, mayogo, medumba, melpa, mesem, mfumte, muyang, ngiemboon, ngomba, ngombale, ngwe, nufi, nyakyusa, pinyin, piratapuya, popoluca de Sayula, rangi, siriano, tatuyo, tsou, tucano, tuyuca, vwanji, wanano, wounaan, yamba, yemba, yukpa, yuriti
Phonèmes principaux /ʉ/, /ɨ/

La lettre U barré, Ʉ (minuscule ʉ), est une lettre additionnelle qui est utilisée dans l'écriture de langues amérindiennes, comme le kapóng au Brésil, l’arhuaco, le bara, le barasana, le carapana, le cubeo, l’emberá catío, l’emberá chamí, le guayabero, le kakua, le kogui, le koreguaje, le macuna, le piratapuya, le siriano, le tatuyo, le tucano, le tuyuca, le wanano, le wounaan, le yukpa et le yuriti en Colombie, le comanche aux États-Unis, le popoluca de Sayula au Mexique, dans l’écriture de langues africaines, comme le bamessing, le dii, l’ekoi, le kenyang, le koonzime, le kwanja, le limbum, le ghomala’, le guemzek, le maka, le medumba, le mfumte, le muyang, le ngiemboon, le ngomba, le ngombale, le ngwe, le nufi, le pinyin, le yamba, et le yemba au Cameroun, le budu, le mangbetu, le mayogo, le kobo, le lendu, le lika en République démocratique du Congo, le kinga, le maa, le nyakyusa, le rangi et le vwanji en Tanzanie, ou dans l’écriture de langues de Nouvelle-Guinée comme l’akawaio, le melpa, le mesem. Elle est aussi utilisée dans l'écriture de tsou, une langue austronésienne parlée à Taïwan.

Cette lettre est formée d'un U diacrité par une barre inscrite. Elle n’est pas à confondre avec l’u barré diagonalement ‹ Ꞹ, ꞹ ›.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le u barré a été utilisé dans certains manuscripts en moyen danois durant le Moyen Âge dont notamment K 1135 (1245) Corp nr. 30 (lathbʉ, kalbʉ, Getæsbʉ, lathbʉworæ, thierbʉ) ou Kobenhavns Stadsret 1254 DgK III nr. 1 (yorthkʉld)[1]. Peter Skautrup (da) mentionne additionnellement d’autres manuscripts utilisant la lettre u barré, dont certains datant de 1219 (Bʉrum), de 1268 (Brothærsbʉ) et de 1289 (Drængsrʉth), ainsi que plusieurs manuscripts de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe siècle comme Valdemars jordebog, AM 455 12o, Stockholm C 39 ou NkS 66,8, ou AM 24 4to[2],[3],[4].

Le u barré est proposé dans l’orthographe allemande de Friedrich Wilhelm Fricke dans les années 1870 et représente une voyelle fermée antérieure arrondie [y]. Dans cette orthographe, utilisée dans le journal Reform, les voyelles barrées ‹ a, ɵ, ʉ › sont utilisées à la place des lettres allemandes avec umlaut ‹ ä, ö, ü ›[5],[6]. En écriture manuscrite cursive, les membres de l’Association pour l’orthographe allemande simplifiée utilisent un trait à gauche des lettres a, o, u[7]. Fricke remplacera par la suite ses lettres par les lettres avec une encoche à gauche ‹ , ,  ›, avant que celles-ci ne soient définitivement abandonnées[8].

Daniel Jones et Solomon Tshekisho Plaatje utilisent l’u barré ‹ ʉ › dans un ouvrage d’apprentissage du tswana publié en 1916, dans lequel il représente une voyelle fermée centrale allophone de /u/ entre /i/ et /u/[9].

La minuscule ‹ ʉ › est utilisée comme symbole dans l'alphabet phonétique international pour noter la voyelle fermée centrale arrondie /ʉ/. Il figure déjà dans L’écriture phonétique internationale de l’Association phonétique internationale publié en 1921. Il est utilisé officiellement à partir de 1928[10].

Dans certaines langues, comme le guayabero, elle est utilisée pour transcrire une voyelle fermée centrale non arrondie /ɨ/.

Le ʉ est utilisé dans l’alphabet de certaines langues formosanes à Taïwan, dont notamment le kanakanabu.

Le ʉ est utilisé en yukpa en Colombie pour transcrire une voyelle fermée postérieure non arrondie /ɯ/[11].

Représentations informatiques[modifier | modifier le code]

Le U barré peut être représenté avec les caractères Unicode suivants :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
capitale Ʉ ɄU+0244 U+0244 lettre majuscule latine u barré
minuscule ʉ ʉU+0289 U+0289 lettre minuscule latine u barré
exposant U+1DB6 U+1DB6 lettre modificative minuscule latine u barré

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Association phonétique internationale, L’écriture phonétique internationale : exposé populaire avec application au français et à plusieurs autres langues, Londres, , 2e éd. (lire en ligne)
  • Association phonétique international, « desizjɔ̃ ofisjɛl », lə mɛːtrə fɔnetik [Le Maître phonétique],‎ , p. 51–53 (JSTOR 44704266)
  • (en + tn) Daniel Jones et Solomon Tshekisho Plaatje, A Sechuana Reader / ɺipalɔ tsɑ̄-sᵻcƪɑ̀ːnɑ̱, Londres, The University of London Press, (lire en ligne)
  • (da) E. Kroman, « Dansk paleografi », dans Johannes Brøndum-Nielsen, Palæografi A Danmark og Sverige, coll. « Nordisk Kultur » (no 28),
  • (da) Johannes Brøndum-Nielsen, Gammeldansk Grammatik i sproghistorisk Fremstilling, vol. 1, J. H. Schultz,
  • (da) Kristian Hald, « Dansk sprogstof i sjallandske diplomer fra det 13. ärhundrede », dans Stednavneudvalget, Ti afhandlinger udgivet i anledning af Stednavneudvalgets 50 års jubilaeum, København, G.E.C. Gad, coll. « Navnestudier udgivet af Stednavneudvalget » (no 2), , 149-162 p.
  • (es) Wilson Largo, Una gramática yukpa, Colombia, Fundación para el Desarrollo de los Pueblos Marginados (FDPM), (lire en ligne)
  • (en) Lorna A. Priest, Revised proposal for additional Latin phonetic and orthographic characters (no L2/04-348), (lire en ligne)
  • (da) Peter Skautrup, Det danske sprogs historie, vol. 1 : fra guldhornene til jyske lov, Gyldendal,

Article connexe[modifier | modifier le code]