Ȣ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ou
Image illustrative de l’article Ȣ
Graphies
Capitale Ȣ
Bas de casse ȣ, ᴕ
Lettre modificative
Utilisation
Alphabets Wendat, certaines langues algonquiennes (dont l'algonquin),
alphabet phonétique ouralien, transcription Dania, alphabet dialectal suédois ;
simple ligature dans l'alphabet grec
Phonèmes principaux /ɔ̃/, /ɯ/

Ou (capitale Ȣ, minuscule ȣ ou ) est un graphème de l’alphabet latin qui est ou a été utilisée dans l’écriture de certaines langues algonquines, et qui est utilisée dans plusieurs transcriptions phonétiques dont l’alphabet phonétique ouralien, la transcription Dania ou l’alphabet dialectal suédois. Cette lettre était à l’origine une ligature facultative du digramme « ου » (omicron suivi d’upsilon) dans l’alphabet grec. Elle est ainsi similaire à la lettre cyrillique archaïque ouk (ꙋ). Sa forme exclusivement courte, ᴕ, est appelée « petite capitale ou » dans Unicode.

L’usage de cette lettre est obsolète en wendat. Elle fut employée dans les années 1820 et 1830 dans l’alphabet slovène de Peter Dajnko, et de 1830 à 1860 dans l'alphabet roumain dit de transition.

À cause de sa ressemblance avec le chiffre 8, celui-ci a été ou est encore souvent utilisé à sa place.

Histoire[modifier | modifier le code]

Utilisation[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, dans certains ouvrages en français, le Ȣ est utilisé dans l’orthographe phonétique de Jean-Antoine de Baïf dans certains de ses ouvrages autographiés[1], comme forme alternative ou remplacement du ɤ de l’orthographe de Pierre de La Ramée.

Le Ȣ est utilisé comme lettre dans l’alphabet albanais utilisé par certains auteurs du XVIIe et XIXe siècles, par exemple dans le dictionnaire latin-albanais de Frang Bardhi[2] publié en 1635 ou dans le lexique latin-albanais de Francesco Rossi[3] publié en 1866.

À la fin du XVIIe et début du XVIIIe siècle, le missionnaire Sébastien Rasles utilise la lettre Ȣ dans son orthographe de l’abénaqui[4].

Pierre-Philippe Potier a utilisé le Ȣ dans son alphabet latin wendat-huron dans le manuscrit Elementa grammaticae huronicae de 1744[5].

Dans les années 1820 jusqu’en 1833, Peter Dajnko a utilisé la lettre ȣ dans son alphabet slovène pour représenter une consonne fricative palato-alvéolaire sourde [ʃ], aujourd’hui écrite avec s caron ‹ š ›.

Au XIXe siècle sur la côte est des États-Unis et dans l’est du Canada, des missionnaires jésuites utilisent la forme de la ligature grecque pour enrichir l’alphabet latin. Le lettre Ȣ était utilisée pour écrire le wendat ou les langues algonquiennes abénaqui occidentales pour transcrire le son /ɔ̃/ et en algonquin pour transcrire le son /ɯ/[6].

La ligature n'est plus utilisée pour transcrire le wendat (désormais éteint). En abénaqui, elle est remplacée par ô et en algonquin par w.

Le ȣ a aussi été utilisé en micmac, dans une grammaire publiée par Antoine Simon Maillard en 1864.

La lettre ouk ‹ ꙋ › a été utilisé dans l’alphabet cyrillique roumain jusqu’au XIXe siècle et celle-ci ou la lettre ou ‹ ȣ › a été utilisée dans l’alphabet de transition roumain, composé de lettres de l’alphabet cyrillique et l’alphabet latin, utilisé au XIXe siècle.

Henry Stanhope Freeman utilise la lettre Ȣ en tamahaq dans une grammaire publiée en 1862[7].

Dans l’alphabet phonétique ouralien utilisé par Setälä, ‹  › représente collectivement une voyelle postérieure[8].

Dans l’alphabet dialectal suédois, ‹  › représente une voyelle pré-ouverte antérieure arrondie [œ̞][9].

Représentation informatique[modifier | modifier le code]

La lettre Ȣ possède les représentations Unicode (Latin étendu B, Extensions phonétiques) suivantes :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
capitale Ȣ ȢU+0222 U+0222 lettre majuscule latine ou
minuscule ȣ ȣU+0223 U+0223 lettre minuscule latine ou
minuscule U+1D15 U+1D15 lettre minuscule latine petite capitale ou
exposant U+1D3D U+1D3D lettre modificative majuscule ou

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Albanais[modifier | modifier le code]

  • [Bardhi 1635] (la + sq) Franciscum Blanchum, Dictionarium Latino-epiroticum: una cum nonnullis usitatioribus loquendi formulis, Rome, Typis Sacrae Congregatio de Propaganda Fide, (lire en ligne)
  • (la + sq) Pjetër Bogdani, Cuneus prophetarum de Christo salvatore mundi, (lire en ligne)
  • (la + sq) Pjetër Bogdani, De vita Iesu Christi salvatoris mundi, (lire en ligne)
  • (it + sq) Zefit Guagliata, Dottrina cristiana breve del Card. BellarminusDottrina e kerscten cardinàλit bellarmino,‎ (lire en ligne)
  • (it) Francesco Maria da Lecce, Osservazioni grammaticali nella lingua albanese, (lire en ligne)
  • (sq) Gjon Nikollë Kazazi, Breve compendio della dottrina cristiana, (lire en ligne)
  • [Rossi 1866b] (it) Francesco Rossi da Montalto, Vocabolario italiano-epirotico, Roma, Stamperia della S.C. di Propaganda Fide, (lire en ligne)

Français[modifier | modifier le code]

  • Jean-Antoine de Baïf, Œuvres de Jean-Antoine de Baïf : Versions du Psautier et Chansonnettes, c. 1570 (lire en ligne)
  • Jean-Antoine de Baïf et G. C. Bird, Chansonnettes, University of British Columbia, (iarchive:chansonnettes0001baif)

Langues des Amériques[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Asanovic et Sladjana Stankovic, « Histoire d’un caractère : Les tribulations d’un digraphe byzantin retrouvé en pays huron », sur Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC),
  • (en) Michael Everson, Additional Latin characters for the UCS (no N1741), (lire en ligne)
  • (en) Henry Stanhope Freeman, A Grammatical Sketch Of The Temahuq Language, Harrison, (iarchive:AGrammaticalSketchOfTheTemahuqLanguage)
  • (en) Arthur Edward Jones, “Ȣendake Ehen”: or, Old Huronia, Toronto, L.K. Cameron, coll. « Reports of the Bureau of Archives for the Province of Ontario » (no 5), (lire en ligne)
  • Antoine Simon Maillard et Joseph M. Bellenger, Grammaire de la langue mikmaque [Grammar of the Mikmaque language of Nova Scotia], New York, Cramoisy Press, (lire en ligne)
  • (la) Pierre-Philippe Potier, Elementa grammaticae huronicae, (lire en ligne)
  • (en) Pierre-Philippe Potier, Huron manuscripts, Toronto, Clarkson W. James, coll. « Reports of the Bureau of Archives for the Province of Ontario » (no 15), 1918-1919 (lire en ligne)
  • (en) Michael Charles O’Brien, Grammatical sketch of the ancient Abnaki outlined in the dictionary of Fr. Sebastian Râle, S. J, vol. 1 : The Abnaki noun, (lire en ligne)
  • Sébastien Rasles, Dictionary of the Abnaki language [Dictionnaire de la langue abnaki] (manuscrit), 1691-1724 (lire en ligne)
  • (en) Sébastien Rasles, A dictionary of the Abnaki language, Cambridge, Charles Folsom, (lire en ligne)

Alphabet dialectal suédois[modifier | modifier le code]

  • (sv) Manne Eriksson, Svensk ljudskrift 1878–1960 : En översikt över det svenska landsmålsalfabetets utveckling och användning huvudsakligen i tidskriften Svenska Landsmål, Stockholm, P. A. Norstedt & Söner, (lire en ligne)

Alphabet phonétique ouralien[modifier | modifier le code]

  • (en) Finlande, Irlande, Norvège ISO/IEC JTC1/SC2/WG2, Uralic Phonetic Alphabet characters for the UCS (no N2419, L2/02-141), (lire en ligne)
  • (de) Rédei Karoly et al., Uralisches etymologisches Wörterbuch 1-2, Wiesbaden, Otto Harrassowitz,
  • (de) Eemil Nestor Setälä, « Über die Transskription der finnisch-ugrischen Sprachen », Finnisch-ugrische Forschungen, vol. 1,‎ , p. 15-52 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :